Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Mer 01 Juin 2016, 4:00 pm


..

Pour la source, cliquez sur l'image en haut à gauche.

Nous éditerons ce fil pour y déposer les liens dès leur parution.

Bonne lecture à tous.

___________________________________

Les Méditations sur la vie de Jésus-Christ.

TABLE DES MATIÈRES
.

AVANT-PROPOS DU SAINT.

Ier. — De l'intercession pleine de sollicitude des Anges pour nous.

II. — Dispute entre la Miséricorde et la Justice, la Vérité et la Paix.  

III. — De la vie de la bienheureuse Vierge et des sept demandes qu'elle adressait à Dieu.

IV. — De l'Incarnation de Jésus-Christ.

V. — Comment la bienheureuse Vierge Marie a visité sainte Elisabeth, et des cantiques Magnificat et Benedictus.    

VI. — Comment Joseph voulut renvoyer Marie, et comment Dieu permet que les siens soient dans la tribulation.

VII. — De la naissance de Jésus-Christ.  

VIII. — De la Circoncision et des larmes de l'Enfant–Jésus.

IX. — De l'Épiphanie ou manifestation du Seigneur.
               
X. — Du séjour de Marie auprès de la Crèche.

XI. — De la purification de la bienheureuse Vierge.

XII. — De la fuite du Seigneur en Égypte.

XIII. — Du retour du Seigneur de l'Égypte.

XIV. — Comment  l'Enfant-Jésus demeura à Jérusalem.

XV. — Ce que fit Jésus depuis sa douzième année jusqu'à sa trentième.

XVI. — Du Baptême de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

XVII. — Du jeûne et des tentations de Jésus-Christ. — De son retour vers sa Mère. — Des quatre moyens pour arriver à la pureté du cœur. — Plusieurs excellentes choses touchant l'oraison. — De la résistance à la gourmandise. — Pourquoi et en faveur de qui le Seigneur fait des miracles.

XVIII. — De l'ouverture du livre dans la Synagogue.

XIX.— De la vocation des Disciples.  

XX.— Du changement de l'eau en vin aux noces de Cana.

XXI. — Du sermon du Seigneur sur la montagne; qu'il commença par la pauvreté.

XXII. — Du serviteur du Centurion et du fils de l'officier du roi, guéris par le Seigneur.

XXIII. — Du paralytique descendu par le toit et guéri par le Seigneur.

XXIV. — De la guérison de la belle-mère de Simon.
           
XXV. — Du sommeil du Seigneur dans la barque.

XXVI. — Du fils de la veuve ressuscité par le Seigneur.

XXVII. — De la jeune fille ressuscitée et de la guérison de Marthe.

XXVIII. — De la conversion de Madeleine et autres faits.

XXIX.— Comment Jean-Baptiste envoya ses disciples à Jésus.

XXX. — De la mort de saint Jean Baptiste.

XXXI. — De l'entretien avec la Samaritaine.

XXXII. — Comment on voulut précipiter le Seigneur du haut d'une montagne.

XXXIII. — De l'homme dont la main était aride et que le Seigneur guérit.    
       
XXXIV. — De la multiplication des pains, et comment le Seigneur vient en aide à ceux qui l'aiment.

XXXV. — De la fuite du Seigneur quand on voulut le faire roi, et, à cette occasion, pensées contre les honneurs du monde.

XXXVI. — Comment le Seigneur a prié sur la montagne, et comment, en étant descendu, il a marché sur les eaux, et ensuite plusieurs instructions sur l'oraison.

XXXVII. — De la Chananéenne. — Comment nos Anges gardiens nous servent avec fidélité.

XXXVIII.— Comment quelques-uns furent scandalisés des paroles du Seigneur.

XXXIX. — De la récompense de ceux qui abandonnent tout pour Jésus.

XL. — Comment le Seigneur demanda à ses Disciples ce que les hommes disaient de lui.

XLI. — De la transfiguration du Seigneur sur la montagne.

XLII.— Jésus chasse du temple ceux qui y vendaient et y achetaient.  

XLIII. — De la piscine probatique. — Des jugements téméraires.  

XLIV. — Comment les Disciples de Jésus-Christ broyaient des épis pour se nourrir, et ensuite de la pauvreté.
 
XLV. — Du ministère de Marthe et de Marie.— De l'ordre de la contemplation laquelle renferme deux parties.  

XLVI. — La vie active précède la vie contemplative.

XLVII. — De l'oraison et de sept choses que doit posséder le parfait docteur.

XLVIII. — De l'exercice de la vie active.

XLIX. — De l'exercice de la vie contemplative.  

L. — Des trois espèces de contemplation.  

LI. — De la contemplation de l'humanité de Jésus-Christ.

LII. — De la contemplation de la cour céleste.  

LIII. — De la contemplation de la majesté divine, et en même temps de quatre sortes de contemplation sur ce sujet.

LIV. — Manière de vivre dans la vie active. — Excellents passages de saint Bernard  sur ce sujet.

LV. — Manière de vivre dans la vie contemplative.

LVI. — Des quatre empêchements de la contemplation.

LVII. — La vie contemplative mérite la préférence sur la vie active.

LVIII. — Le contemplatif se reporte pour trois raisons à la vie active ; et ensuite que la foi sans les œuvres est une foi morte.

LIX. — Comment le Seigneur, sous la parabole des cultivateurs de la vigne qui ont mis à mort le fils de leur maître,  dit aux Juifs que l'Église passerait aux Gentils.

LX.— Comment les Juifs voulurent surprendre Jésus dans ses discours.

LXI. — De  l'aveugle qui recouvre la vue à Jéricho, et de plusieurs autres choses.

LXII. — Comment le Seigneur entra dans la maison de Zachée.

LXIII. — Guérison de l'aveugle-né.  

LXIV. — Comment le Seigneur s'enfuit du temple et se cacha quand les Juifs voulurent le lapider.

LXV. — Comment, en une autre circonstance, les Juifs voulurent lapider Jésus.  

LXVI. — De la résurrection de Lazare.

LXVII. — De la malédiction du figuier.

LXVIII. — De la femme surprise en adultère.  

LXIX. — De la conspiration des Juifs contre Jésus et de sa fuite en la ville d'Éphrem.

LXX. — Comment le Seigneur revint à Béthanie, où Marie-Madeleine oignit ses pieds.

LXXI. — De l'entrée du Seigneur à Jérusalem sur un âne, et en même temps comment il est dit que Jésus a pleuré trois fois.

LXXII. — Comment le Seigneur prédit sa Passion à sa Mère.

LXXIII. — De la Cène du Seigneur, et en même temps de la table et de la manière de s'y tenir. — Exemple de cinq vertus donné par Jésus dans la Cène, et aussi de cinq choses du discours du Seigneur.  

LXXIV. — Méditation sur la Passion du Seigneur en général.

LXXV. — Méditation sur la Passion de Jésus-Christ avant Matines.

LXXVI. — Méditation sur la Passion de Jésus-Christ pour l'heure de Prime.    

LXXVII. — Méditation sur la Passion de Jésus-Christ pour l'heure de Tierce.  

LXXVIII. — Méditation sur la Passion de Jésus-Christ, pour l'heure de Sexte.  

LXXIX. — Méditation sur la Passion du Seigneur pour l'heure de None.

LXXX. — De l'ouverture du côté de Jésus.    

LXXXI. — Méditation pour l'heure de Vêpres.

LXXXII. — Méditation pour l'heure de Complies.

LXXXIII — Méditation après Complies.    

LXXXIV. — Méditation sur Marie et ses compagnes pour le jour du samedi.  

LXXXV. — Méditation sur Jésus descendant aux Enfers le jour du samedi.    

LXXXVI. — De la Résurrection du Seigneur, et comment il apparut d'abord à sa Mère le jour du dimanche.    

LXXXVII. — Comment Marie-Madeleine et les deux autres Marie vinrent au tombeau, et comment Pierre et Jean y allèrent à leur tour.

LXXXVIII. — Le Seigneur apparaît aux trois Marie.  

LXXXIX — Le Seigneur apparaît à Joseph, à Jacques le Mineur et à Pierre.  

XC. — Du retour de Notre Seigneur vers les saints Pères après sa résurrection.

XCI. —   Le Seigneur apparaît à deux Disciples qui allaient à Emmaüs.  

XCII. — Le Seigneur apparaît aux Disciples renfermés dans le Cénacle le jour de la Résurrection.

XCIII. — Le Seigneur apparaît aux Apôtres le jour de l'Octave de Pâques, et à Thomas, qui se trouvait avec eux.

XCIV.  — Le Seigneur apparaît à ses Disciples en Galilée.

XCV. — Le Seigneur apparaît aux Disciples auprès de la mer de Tibériade.  

XCVI. — Le Seigneur apparaît à plus de cinq cents frères réunis, et de ses autres apparitions.

XCVII. — De l'Ascension du Seigneur.  

XCVIII. — De l'envoi du Saint-Esprit.

XCXIX. — Que la vie de Jésus-Christ peut être méditée selon  la chair et selon l'esprit.

C. — De la manière de méditer la vie de Jésus Christ, et conclusion de l'ouvrage.


Dernière édition par Louis le Dim 04 Déc 2016, 6:36 am, édité 81 fois

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Mer 01 Juin 2016, 4:04 pm



Avant-propos du saint.

Entre autres éloges des mérites et des vertus de la très-sainte vierge Cécile, nous lisons qu'elle portait, en tout temps, caché dans son sein, l'Evangile de Jésus-Christ. Ce qui veut dire, je crois, qu'elle s'était choisi un certain nombre de passages les plus touchants de la vie de Notre Seigneur, tels que l'Evangile nous les a livrés; qu'elle les méditait jour et nuit avec un cœur pur et innocent, une application fervente et toute particulière; qu'après les avoir parcourus avec ordre, elle recommençait de nouveau; et que, les repassant dans son esprit pour en exprimer la douceur et la suavité, elle les plaçait d'une manière ineffaçable dans le secret de son cœur. Je vous conseille de faire de même, car, parmi les exercices de la vie spirituelle, je crois que c'est par-dessus tout ce qu'il y a de plus nécessaire, de plus profitable, et qui peut conduire à un plus haut degré de perfection. En effet, vous ne trouverez rien qui vous tienne en garde contre les jouissances vaines et fragiles, contre les tribulations et les adversités, contre les tentatives de vos ennemis, enfin contre le vice, comme la vie de Jésus-Christ, cette vie parfaite et exempte de tout défaut. Par une méditation fréquente et assidue d'une telle vie, l'âme parvient à une familiarité, à une confiance et à un amour envers Jésus-Christ tels qu'elle dédaigne et méprise tout le reste. De plus, elle se fortifie et s'instruit par là dans ce qu'elle doit faire ou éviter.

Je dis donc d'abord que la méditation continuelle de la vie du Seigneur Jésus affermit l'âme et la rend forte contre les choses vaines et périssables, comme on le voit par la bienheureuse Cécile, qui avait tellement rempli son cœur de la vie du Sauveur, que les vanités n'y pouvaient trouver aucun accès. Aussi au milieu même de la pompe des noces, où cependant il a coutume de se passer tant de frivolités, au milieu des chants et des concerts, elle s'occupait de Dieu seul avec une fermeté inébranlable, et elle s'écriait : « Que mon cœur et mon corps se conservent immaculés , ô Seigneur ! afin que je ne sois point confondue (1). »

En second lieu, cette méditation fortifie contre les tribulations et les adversités, comme on le voit dans les martyrs. Saint Bernard parle ainsi sur ce sujet : « Le courage du martyr vient de ce qu'il réside avec un abandon entier dans les plaies de Jésus-Christ, de ce qu'il y a fixé sa demeure par une méditation perpétuelle. Il s'y tient triomphant et plein de joie, bien que son corps tombe en lambeaux, et que le fer ait percé ses flancs. Où donc est l'âme du martyr en ce moment? Elle est dans les entrailles de Jésus, elle est dans les blessures du Sauveur, qui sont ouvertes pour qu'on puisse s'y réfugier. Si elle était dans ses propres entrailles, occupée à sonder ce qui s'y passe, elle sentirait sans doute le fer qui les pénètre ; elle ne pourrait en supporter la douleur, elle succomberait, elle renierait son Dieu. » Ainsi parle saint Bernard (2).

Ce ne sont pas seulement les martyrs, mais aussi les confesseurs qui ont puisé et puisent encore là continuellement une si grande patience dans leurs tribulations et dans leurs infirmités. Si vous lisez la vie du bienheureux François et de la bienheureuse Claire, votre très-tendre mère, vous pourrez y trouver comment au milieu de peines, de privations et de souffrances nombreuses, ils étaient non-seulement patients, mais encore pleins de joie. Vous pourrez voir tous les jours la même chose en ceux qui mènent une vie sainte ; et la raison, c'est que leurs âmes ne leur appartiennent pas, ne sont point en leurs corps, mais en Jésus-Christ, par une pieuse méditation de sa vie.

En troisième lieu…
___________________________________________

1. Ps. 118. — 2. Serm. 61 sup. cant.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Jeu 02 Juin 2016, 5:22 am

En troisième lieu, je dis que cette méditation nous éclaire sur ce que nous avons à faire, en sorte que ni nos ennemis, ni les vices, ne sauraient faire irruption en nous, ni nous tromper; et cela parce que la perfection de toutes les vertus se trouve en cette vie. En effet, où rencontrerez-vous des exemples et des enseignements de pauvreté élevée, d'humilité admirable, de sagesse profonde, d'oraison, de mansuétude, d'obéissance, de patience et de toutes les autres vertus, comme dans la vie du Seigneur des vertus? Saint Bernard s'exprime ainsi en peu de mots sur ce sujet : « C'est donc en vain que l'on se fatigue à acquérir les vertus, si l'on s'imagine pouvoir les trouver ailleurs que dans le Seigneur des vertus, dont la doctrine est une semence de prudence, la miséricorde une œuvre de justice, la vie un miroir de tempérance, la mort un étendard de force (1). »

Celui qui suit un tel modèle ne peut donc errer, ni être induit en erreur. Par une méditation fréquente de ses vertus, le cœur s'enflamme et s'excite à les imiter et à les acquérir. Ensuite la vertu l'illumine; il s'en revêt et discerne ce qui est faux de ce qui est vrai, à tel point qu'on a vu des hommes sans instruction connaître parfaitement les mystères les plus profonds et les plus élevés de la Divinité. Comment croyez-vous que le bienheureux François soit parvenu à une telle richesse de vertus, à une intelligence si parfaite des saintes Écritures, à une connaissance si éclairée des ruses de nos ennemis et des vices, si ce n'est par un entretien familier avec Jésus, son Seigneur, et par la méditation de sa vie? Aussi s'en occupait-il avec tant d'ardeur, qu'on eût dit qu'il se fût agi pour lui d'en offrir une copie irréprochable. M'imitait le plus parfaitement qu'il était en lui en tout genre de vertus, et enfin Jésus complétant et perfectionnant ce qui lui manquait par l'impression des stigmates sacrés, il fut totalement transformé en lui.

Vous voyez donc à quelle élévation…
______________________________________

1. Serm. 22 sup. cant.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Ven 03 Juin 2016, 12:16 pm

Vous voyez donc à quelle élévation peut conduire la méditation de la vie de Jésus-Christ. Mais elle est encore une base inébranlable pour atteindre aux degrés les plus hauts de la contemplation ; car c'est là que se trouve l'onction qui purifie l'âme peu à peu, l'élève et l'instruit de toutes choses. Mais ce n'est pas le moment de traiter ce sujet.

J'ai songé à vous initier aussi à ces méditations de la vie du Seigneur; mais je désirerais qu'un pareil service vous fût rendu par un homme plus expérimenté et plus docte; car, en de tels sujets surtout, je confesse mon insuffisance. Cependant, comme il vaut mieux parler d'une manière quelconque que de garder tout-à-fait le silence, je m'exprimerai familièrement avec vous, dans un langage simple et sans apprêt, tant pour être mieux compris que parce que je désire nourrir votre esprit, et non flatter votre oreille. Ce n'est pas aux beautés du style qu'il s'agit de donner votre application, mais à méditer Jésus-Christ. Saint Jérôme nous confirme dans ce sentiment quand il nous dit : « Un discours simple pénètre jusqu'au fond du cœur; un discours poli, au contraire, ne fait que satisfaire l'oreille. » J'espère donc que ma médiocrité sera de quelque profit à votre simplicité; mais j'ai surtout la confiance que, si vous êtes empressée à vous exercer en ces méditations, le Seigneur, qui fait l'objet de nos entretiens, se fera lui-même votre maître.

Il ne faut pas croire que nous puissions méditer tout ce que nous savons avoir été dit ou fait par lui, ni même que tout ait été écrit. Aussi, afin que vous en retiriez plus d'avantage, je raconterai les choses telles que l'on peut croire qu'elles arrivent ou sont arrivées, et comme si réellement elles s'étaient passées de la sorte, en me servant de l’imagination, à l'aide de laquelle l'esprit perçoit les objets sous diverses formes. En effet, nous pouvons méditer, expliquer et entendre la sainte Ecriture en beaucoup de manières, suivant que nous croyons y trouver notre profit, pourvu toutefois qu'il n'y ait rien de contraire à la vérité des faits, à la justice et aux enseignements sacrés, rien d'opposé à la foi ou aux bonnes mœurs. Lors donc que vous m'entendrez dire : « C'est ainsi que Jésus a parlé ou agi » , ou autres choses que vous rencontrerez, si vous ne pouvez en trouver la preuve dans les Écritures, n'y attachez pas plus d'importance que ne le commande une pieuse méditation; et prenez cela comme si je vous disais : « Pensez que le Seigneur Jésus a parlé ou agi de la sorte » ; et ainsi du reste.

Pour vous, si vous désirez retirer quelque fruit de ces méditations, considérez-vous aussi présente à ce qui vous sera raconté des paroles et des actions du Seigneur , que si vous l'entendiez de vos oreilles , et le voyiez de vos yeux; et appliquez-vous-y de toute l'ardeur de votre âme, avec soin, bonheur et persévérance , laissant de côté toute autre affaire et toute sollicitude. C'est pourquoi je vous prie, ma fille bien-aimée, de vouloir bien avoir pour agréable ces méditations, que j'ai entreprises pour la gloire de Jésus-Christ, pour votre avancement et ma propre utilité, et de vous y exercer avec allégresse, dévotion et empressement. C'est par l'incarnation que nous devrions commencer; mais nous pouvons considérer certaines choses qui l'ont précédée, tant dans le ciel du côté de Dieu et des Anges bienheureux, que sur la terre du côté de la très-glorieuse Vierge ; lesquelles choses me semblent devoir être d'abord expliquées. Ainsi commençons par là.

A suivre: Chapitre 1er.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Sam 04 Juin 2016, 6:12 am

CHAPITRE PREMIER. De l'intercession pleine de sollicitude des Anges pour nous.

Un long espace de temps, plus de cinq mille ans, s'était écoulé depuis que le genre humain était gisant dans sa misère, et ne pouvait, à cause du péché du premier homme, s'élever à la patrie céleste. Les esprits bienheureux, compatissant à une ruine si profonde, désireux de leur propre restauration, avaient déjà bien souvent supplié en notre faveur; mais, quand la plénitude du temps fut accomplie, ils renouvelèrent leurs supplications avec une ardeur et des instances sans égales.

Réunis tous ensemble, et prosternés profondément au pied du trône du Seigneur, ils lui dirent : « Seigneur, il a plu à votre majesté de tirer du néant la créature raisonnable, l'homme, pour qu'il régnât ici avec nous, et afin que nous trouvassions en lui la réparation de nos ruines ; mais tous périssent, et il n'en est aucun qui parvienne au salut.

Depuis une infinité d'années, nous voyons que nos ennemis triomphent de tous, et que ce ne sont pas nos ruines qui se réparent, mais les abîmes de l'enfer qui se remplissent, de vos créatures.

Pourquoi donc, Seigneur, leur donnez-vous la vie? pourquoi les âmes qui louent votre nom deviennent-elles la proie de vils animaux? Si votre justice a demandé qu'il en fût ainsi, au moins le temps de la miséricorde est venu. Si les premiers hommes ont transgressé imprudemment votre commandement, que votre miséricorde au moins maintenant leur vienne en aide. Souvenez-vous que vous les avez créés à votre ressemblance. Ouvrez, Seigneur, votre main miséricordieuse, et laissez en découler la miséricorde avec plénitude. Les yeux de tous sont fixés vers vous, comme les yeux des serviteurs sur la main de leurs maîtres (1), jusqu'à ce que vous ayez pitié du genre humain et que vous lui veniez en aide par un remède salutaire. »

A ces mots, la Miséricorde…
________________________________

1. Ps. 122.
CHAPITRE II. Dispute entre la Miséricorde et la Justice, la Vérité et la Paix.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Javier le Sam 04 Juin 2016, 8:34 am

Merci beaucoup pour nourrir notre esprit avec ces méditations, mon cher Louis. Que le Bon Dieu vous garde toujours !

Javier

Nombre de messages : 1700
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Dim 05 Juin 2016, 11:36 am

Javier a écrit:Merci beaucoup pour nourrir notre esprit avec ces méditations, mon cher Louis. Que le Bon Dieu vous garde toujours !

Cher Javier,

Que le Bon Dieu vous garde toujours dans son Amour !

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Dim 05 Juin 2016, 11:39 am

CHAPITRE II.

Dispute entre la Miséricorde et la Justice, la Vérité et la Paix.

A ces mots, la Miséricorde, ayant avec soi la Paix, ébranlait les entrailles du Père et le portait à nous secourir; mais la Justice accompagnée de la Vérité, s'y opposait; et il y eut une ardente contestation entre elles, selon que le raconte saint Bernard dans un long et magnifique discours. Je vais l'abréger le plus succinctement que je pourrai, et comme je me propose de citer souvent les paroles si pleines de douceur de ce Saint, ce sera pour l'ordinaire en y retranchant, pour éviter la trop grande longueur.

Voici donc en peu de mots ce qu'il dit sur ce sujet : « La Miséricorde criait au Seigneur : « Eh quoi ! Seigneur, détournerez-vous éternellement vos regards et oublierez-vous de faire miséricorde (1)? » Et il y avait longtemps qu'elle murmurait ce langage à ses oreilles. Le Seigneur répondit : « Que vos sœurs soient appelées, vous savez qu'elles vous sont opposées ; écoutons-les à leur tour ».

« Après qu'on les eut appelées, la Miséricorde commença en ces termes : « La créature raisonnable a besoin de la pitié de Dieu, car elle est devenue malheureuse; elle est tombée dans l'excès de la misère; et le temps d'avoir pitié est arrivé, il est déjà passé. » La Vérité de son côté s'écriait : « Il faut, Seigneur, que la parole que vous avez prononcée, s'accomplisse; il faut qu'Adam meure tout entier, qu'il meure avec tous ceux qui étaient en lui, quand en prévariquant il mangea le fruit défendu. »

— « Et pourquoi donc, Seigneur, m'avez-vous créée? reprit  la Miséricorde. La Vérité sait bien que c'en est fait de moi, si vous êtes toujours sans pitié.»

— « Si le prévaricateur, dit la Vérité, échappe à votre sentence, votre vérité s'anéantit également et ne demeure plus éternellement. »
 
« Cette affaire fut donc déférée au Fils…
____________________________________

1. Ps. 73.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Lun 06 Juin 2016, 5:56 am

« Cette affaire fut donc déférée au Fils, et la Vérité et la Miséricorde apportèrent les mêmes raisons en sa présence. La Vérité ajoutait : « J'avoue, Seigneur, que la Miséricorde est poussée par un zèle qui est bon ; mais il n'est pas selon la Justice, car elle veut que l'on épargne le pécheur de préférence à sa sœur. » — « Et toi, s'écriait la Miséricorde, tu ne pardonnes ni à l'un ni à l'autre, et tu sévis avec tant d'indignation contre les prévaricateurs, que tu enveloppes ta sœur dans le même châtiment. » — Néanmoins la Vérité reprenait avec force : « Seigneur, c'est contre vous que cette dispute est dirigée, et il est à redouter que la parole de votre père n'y trouve sa ruine. » — La Paix dit alors : « Mettez fin à de semblables disputes : toute contention est messéante aux vertus. »

« Vous voyez que c'était une question grave, et que, de part et d'autre, on alléguait des raisons fortes et concluantes. Il ne semblait pas que l'on pût conserver et la Miséricorde et la Vérité dans ce qui concernait l'homme. Or, le Roi écrivit une sentence qu'il donna à lire à la Paix, qui se tenait plus proche de lui; et cette sentence était ainsi conçue : L'une dit : « Je péris si Adam ne meurt pas. » L'autre ajoute : « C'en est fait de moi s'il n'obtient miséricorde. Que la mort devienne donc un bien, et qu'il soit fait ainsi selon la demande de l'une et de l'autre. »

Toutes restèrent dans l'étonnement à cette parole de la sagesse, et consentirent à la mort d'Adam, pourvu qu'il obtint miséricorde. « Mais comment, demanda-t-on, la mort peut-elle devenir un bien, lorsque son nom seul fait frémir à entendre?» Le roi répondit : « La mort du pécheur, il est vrai, est un mal effroyable (1) ; mais la mort des saints est précieuse (2) : elle est la porte de la vie. Que l'on trouve quelqu'un qui consente à mourir par charité, sans être soumis naturellement  à la mort : elle ne pourra retenir un innocent sous son empire; mais il y fera une brèche par où s'échapperont ceux qui auront été délivrés. »

« Ce discours acquit l'assentiment de tous…
_________________________________________

1. Ps. 33. — 2. Ps. 115.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Mar 07 Juin 2016, 5:43 am

« Ce discours acquit l'assentiment de tous. « Mais où trouver un tel homme? » répondit-on. La Vérité revint donc sur la terre, et la Miséricorde demeura au ciel. Car selon le prophète : « Votre miséricorde, Seigneur, est dans les cieux, et votre vérité s'élève jusqu'aux nues (3). » Celle-ci parcourut l'univers entier ; mais elle ne vit aucun homme exempt de tache, pas même l'enfant qui ne compte qu'un jour sur la terre (4). La Miséricorde, de son côté, parcourut le ciel ; mais elle ne trouva personne dont la charité pût aller jusque-là. Car nous sommes tous serviteurs, et lors même que nous avons fait tout bien, nous devons dire ces paroles de l'Evangile de saint Luc : « Nous sommes des serviteurs inutiles (1). »

« Il ne se rencontra donc personne qui eût assez de charité pour livrer sa vie en faveur de serviteurs inutiles. Or, les deux vertus reviennent au jour marqué pleines d'une anxiété profonde. La Paix, voyant qu'elles n'avaient pas trouvé ce qu'elles désiraient, leur dit : « Vous êtes sans intelligence et sans pensée aucune (2). Il n'est personne qui fasse le bien, il n'en est pas un seul (3); mais que celui qui a donné le conseil nous vienne lui-même en aide. » Le Roi comprit ce que cela signifiait, et il répondit : « Je me repens d'avoir fait l'homme (4); c'est pourquoi il me faut faire pénitence pour l'ouvrage de mes mains. » Et, ayant appelé Gabriel, il lui dit : « Allez et dites à la fille de Sion : Voici votre Roi qui vient (5). » Ainsi parle saint Bernard.

Vous voyez dans quel grand péril nous a jetés et nous jette encore le péché; quelles difficultés se présentent pour lui trouver un remède. Les Vertus consentirent donc à cette proposition, principalement dans la personne du Fils ; car la personne du Père ne semble en quelque sorte que terrible et puissante, et ainsi la Miséricorde et la Paix auraient pu encourir quelque soupçon. La personne du Saint-Esprit étant toute pleine de bénignité, la Justice et la Vérité auraient pu également être soupçonnées d'avoir sacrifié quelques-uns de leurs droits. C'est pourquoi la personne du Fils fut acceptée, comme tenant le milieu, pour apporter ce remède. Mais il faut comprendre tout cela, non dans un sens propre, mais seulement figuré. Ce fut donc alors que s'accomplirent ces paroles du Prophète : « La Miséricorde et la Vérité sont venues à la rencontre l'une de l'autre ; la Justice et la Paix se sont donné le baiser de réconciliation (1). » Voilà ce que nous pouvons méditer sur ce qui est arrivé dans les cieux.

Pour ce qui est de la Vierge…
____________________________________________________

3. Ps. 35. — 4. Job., 25. — 1. Luc., 18. — 2. Joan., 15. — 3. Ps. 13. — 4. Gén., 7. — 5. Zach., 9. — 1. Ps. 84.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Mer 08 Juin 2016, 5:53 am

CHAPITRE III.

De la vie de la bienheureuse Vierge et des sept demandes qu'elle adressait à Dieu.

Pour ce qui est de la Vierge, en qui se fit l'Incarnation, nous pouvons méditer sa vie. Vous saurez donc qu'à l'âge de trois ans, elle fut offerte au temple par ses parents, et qu'elle y demeura jusqu'à sa quatorzième année. Ce qu'elle fit là, nous pouvons le savoir par la révélation qu'elle en a faite à une âme qui lui était dévouée, et l'on croit que c'est sainte Élisabeth, dont nous célébrons solennellement la fête.

Entre autres choses, on lit ce qui suit dans ses révélations :

« Lorsque mon père et ma mère, dit la Vierge, m'eurent laissée dans le temple, je résolus en mon âme d'avoir Dieu pour père. C'est pourquoi, je considérais pieusement et fréquemment ce que je pourrais faire d'agréable à ses yeux, afin de me rendre digne de sa grâce, et je me fis instruire de la loi de mon Dieu.

« Cependant, entre les préceptes de cette loi, j'en gardais trois en mon cœur d'une façon toute particulière; ce sont les suivants : Vous aimerez le Seigneur votre Dieu de tout votre cœur, de toute cotre âme, de tout votre esprit et de toutes vos forces.Vous aimerez votre prochain comme vous-même.Vous aurez votre ennemi en haine. — J'ai gardé, dis je, ces préceptes en mon cœur; j'ai embrassé sans retard toutes les vertus qui y sont enfermées, et je veux que vous fassiez de même. Une âme ne peut avoir aucune vertu si elle n'aime Dieu de tout son cœur; car c'est de cet amour que découle la plénitude de toute grâce, sans laquelle nulle vertu n'arrive et ne persévère en l'âme, mais s'écoule comme l'eau, si l'on a en même temps de la haine pour ses ennemis, c'est-à-dire pour les vices et les péchés.

« Celui donc qui veut avoir la grâce et la posséder, doit diriger son cœur vers l'amour et la haine. Or, je désire que vous fassiez ce que je faisais alors : au milieu de la nuit, je me levais régulièrement; j'allais devant l'autel du temple, et là, avec tout le désir, toute la volonté, toute l'affection dont j'étais capable, et selon les lumières de mon intelligence, je demandais au Dieu tout-puissant la grâce d'observer ces trois préceptes et tous les autres commandements de la loi ; et, me tenant ainsi devant l'autel, j'adressais au Seigneur les sept demandes suivantes :

«  1° Je lui demandais d'abord la grâce d'accomplir le  commandement de l'amour, c'est-à-dire de l'aimer de tout mon cœur, de toute mon âme, de tout mon esprit et de toutes mes forces;

« 2° Je lui demandais ensuite de pouvoir aimer mes frères selon sa volonté et son bon plaisir , et de me faire également aimer tout ce qu'il aime et chérit lui-même ;

« 3° Je le priais de me faire haïr et fuir tout ce qu'il a en haine;

« 4° Je le suppliais de me donner l'humilité, la patience, la bénignité, la mansuétude et toutes les autres vertus qui devaient me rendre agréable à ses yeux ;

« 5° Je le conjurais de me faire voir le temps où paraîtrait cette Vierge bienheureuse qui devait enfanter le fils de Dieu; de conserver mes yeux afin de la contempler; ma bouche afin de célébrer ses louanges ; mes mains afin de la servir; mes pieds afin d'obéir à sa volonté ; mes genoux afin de pouvoir adorer le fils de Dieu dans ses bras ;

« 6° Je lui demandais encore la grâce d'être obéissante aux commandements et aux moindres ordres du grand-prêtre;

« 7° Enfin, je lui offrais mes prières pour qu'il daignât conserver le temple et tout son peuple à son service. »

A ces mots, la servante de Jésus-Christ répondit :

« O très-douce Souveraine, n'étiez-vous donc pas remplie de grâces et de vertus ? »

La bienheureuse Vierge répondit :

« Tenez pour assuré, que je me regardais comme coupable et profondément vile, comme aussi indigne de la grâce de Dieu que vous vous en estimez vous-même. Voilà pourquoi je demandais avec tant d'ardeur la grâce et les vertus. »

« Puis elle ajouta : « Vous croyez, ma fille, que toutes les grâces que j'ai possédées, je les ai eues sans travail; mais il n'en a pas été ainsi. Je vous assure même que, si vous en exceptez la grâce de sanctification dont j'ai été prévenue dès le sein de ma mère, je n'ai reçu de Dieu aucune grâce, aucun don, aucune vertu, sans qu'il m'en ait coûté beaucoup, sans une oraison continuelle, un désir ardent, une dévotion profonde, des larmes abondantes, une dure pénitence, sans m'être appliquée à méditer sans cesse, autant que je le pouvais, ce que je savais lui être agréable. »

« Et elle ajouta encore : « Ayez pour certain qu'aucune grâce ne descend en l'âme autrement que par l'oraison et l'affliction du corps. Mais lorsque nous avons donné à Dieu ce qu'il est en notre pouvoir de lui donner, bien que ce soit peu de chose, il vient lui-même en notre âme, et il apporte avec lui des dons tels, qu'elle semble défaillir en elle-même, qu'elle oublie tout, et ne se rappelle plus ce qu'elle a fait ou dit d'agréable à Dieu ; qu'elle devient à ses propres yeux plus vile et plus digne de mépris qu'elle n'a jamais été. »

— Jusqu'ici j'ai rapporté la révélation dont nous avons parlé.

Saint Jérôme écrit aussi sur ce sujet…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Jeu 09 Juin 2016, 5:40 am

Saint Jérôme écrit aussi sur ce sujet :

« La Vierge bienheureuse avait pris pour règle de s'appliquer à la prière depuis le matin jusqu'à la troisième heure du jour.

« De la troisième heure à la neuvième, elle s'occupait de travaux extérieurs.

« Depuis la neuvième heure, elle ne quittait plus la prière jusqu'à ce que lui apparût l'Ange de la main duquel elle avait coutume de recevoir sa nourriture; et elle croissait de plus en plus dans les bonnes œuvres et l'amour de Dieu.

« Aussi était-elle la première dans les veilles, la plus instruite dans la sagesse de la loi, la plus profonde en humilité, la plus habile à chanter les cantiques de David, la plus glorieuse en charité, la plus éclatante en pureté, la plus parfaite en tout genre de vertus.

« Chaque jour elle atteignait à une perfection plus grande. Elle était pleine de calme et de constance, et jamais on ne la vit ni ne l'entendit se laisser aller à l'impatience; ses discours étaient si pleins de grâce, que l'on reconnaissait que le Seigneur était sur ses lèvres. Elle demeurait perpétuellement en oraison et dans la méditation de la loi de Dieu. Elle se montrait pleine de sollicitude envers ses compagnes, tâchant qu'aucune d'elles ne péchât en ses paroles, n'exaltât la voix dans l'expression de sa joie, ne s'emportât en quelque injure ou quelque mot d'orgueil contre ses semblables. Elle bénissait Dieu sans cesse, et si on la saluait, elle répondait en disant : « Rendons grâces à Dieu. »

« Enfin c'est d'elle qu'est venue cette coutume que nous voyons dans les saints de se saluer en disant : « Rendons grâces à Dieu. » Quant à la nourriture qu'elle recevait de la main de l'Ange, elle la prenait pour elle-même; et celle que lui donnaient les prêtres du temple, elle la distribuait aux pauvres. L'Ange paraissait s'entretenir tous les jours avec elle, et lui obéir comme à une sœur ou à une mère bien-aimée. »

Ainsi s'exprime saint Jérôme.

A sa quatorzième année, la Vierge bienheureuse fut fiancée à Joseph d'après une révélation divine, et elle revint à Nazareth. Comment tout cela se fit-il? Vous le trouverez dans la légende de sa nativité. Telles sont les choses que nous pouvons méditer, comme ayant précédé l'Incarnation du Seigneur Jésus. Repassez-les bien en votre esprit, faites-en vos délices, confiez-les avec amour à votre mémoire, et mettez-les en pratique : car elles sont pleines de piété.

Venons maintenant à l'incarnation.

A suivre : CHAPITRE IV. De l'Incarnation de Jésus-Christ.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Javier le Jeu 09 Juin 2016, 4:43 pm

Impressionant !  La Très Sainte Vierge était une créature parfaite, le meilleur exemple à suivre et à imiter avec son Fils béni Notre Seigneur Jésus-Christ.

Un grand merci pour ces méditations, Louis !

Javier

Nombre de messages : 1700
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Jeu 09 Juin 2016, 4:56 pm

De rien, mon cher Javier, comme le disait Gabrielle, dans un autre message :

...tous ces trésors qui nous étaient cachés, Dieu nous les donne maintenant pour notre consolation.


Dernière édition par Louis le Jeu 09 Juin 2016, 6:16 pm, édité 2 fois (Raison : Orthographe.)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Javier le Jeu 09 Juin 2016, 5:15 pm

Gabrielle a écrit:
...tous ces trésors qui nous étaient cachés, Dieu nous les donne maintenant pour notre consolation.

Très vrai, mes chers amis Gabrielle et Louis. Rendons grâces a Dieu !


Javier

Nombre de messages : 1700
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  ROBERT. le Jeu 09 Juin 2016, 6:19 pm

Spoiler:

Javier a écrit:
Gabrielle a écrit:
...tous ces trésors qui nous étaient cachés, Dieu nous les donne maintenant pour notre consolation.

Très vrai, mes chers amis Gabrielle et Louis. Rendons grâces a Dieu !

Merci Javier. Magnifique illustration de la Sainte Vierge.  Deo Gratias !

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Ven 10 Juin 2016, 5:38 am

CHAPITRE IV.

De l'Incarnation de Jésus-Christ.

Lors donc que la plénitude du temps fut accomplie (1), après que la Trinité suprême eut arrêté de pourvoir au salut du genre humain par l'Incarnation du Verbe, et que la Vierge bienheureuse fut revenue à Nazareth, Dieu, cédant à cette charité ardente qu'il nourrissait pour les hommes, à sa miséricorde qui l'excitait, et aussi aux instantes prières des Anges ; Dieu, dis-je, appela l'archange Gabriel et lui dit : « Va trouver Marie, notre Fille bien-aimée, qui est fiancée à Joseph : c'est, parmi toutes les créatures, la plus chère à notre cœur; et dis-lui que mon Fils s'est épris de sa beauté, et qu'il l'a choisie pour sa mère. Prie-la de le recevoir avec effusion de joie ; car c'est par lui que j'ai résolu d'opérer le salut du genre humain, et que je veux oublier l'injure qui m'a été faite. »
 
Soyez attentive et rappelez-vous ce que je vous ai recommandé plus haut, afin de vous rendre présente à tout ce qui se dit et se fait. Imaginez-vous ici et regardez Dieu selon que vous le pourrez, car il est incorporel. Représentez-le-vous comme un grand souverain, assis sur un trône élevé, avec un visage plein de bénignité, tendre et paternel, prononçant ces paroles comme embrasé du désir de se réconcilier le monde, ou comme si déjà il se l'était réconcilié. Représentez-vous aussi Gabriel : son air respire l'allégresse et la félicité ; il fléchit les genoux et incline le front par crainte et par respect ; il reçoit avec une attention profonde les ordres de son Seigneur. Ensuite il se lève plein de joie et de bonheur, part des régions célestes, et, en un instant, parait sous une forme humaine en présence de la vierge Marie, qui était alors dans l'endroit le plus secret de sa petite maison. Cependant son vol ne fut pas tellement rapide qu'il ne fût prévenu par Dieu : aussi trouva-t-il en arrivant à cette demeure, que la sainte Trinité y avait précédé son messager.

Vous devez savoir que l'Incarnation est l'œuvre par excellence de la Trinité entière, bien que la personne du Fils se soit seule incarnée. Il en arriva alors comme si quelqu'un, voulant prendre un vêtement, était aidé par deux personnes qui se tiendraient à ses côtés, et qui soulèveraient les manches de ce vêtement. Maintenant regardez bien, et, comme si vous étiez présente à cette action, appliquez-vous à comprendre tout ce qui se dit et tout ce qui se fait. Oh ! qu'elle dût être et qu'elle doit être encore en ce moment, dans votre méditation, cette petite maison, où se trouvent de tels hôtes, où se passent de telles choses ! Bien que la sainte Trinité soit en tous lieux, pensez cependant qu'elle est ici d'une façon particulière, à raison de l'opération toute singulière qui s'y accomplit.

Gabriel, le fidèle envoyé...
___________________________________________

1. Gal., 4.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Sam 11 Juin 2016, 5:51 am

Gabriel, le fidèle envoyé, entra donc vers la vierge Marie, et lui dit : « Je Vous salue pleine de grâce; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre toutes les femmes. » Mais la Vierge fut troublée et ne répondit pas. Son trouble n'eût rien de coupable, et il ne fût point causé par la vue de l'Ange, car elle était bien accoutumée aux visites de ces esprits célestes; mais elle fut troublée d'un pareil discours : elle pensait à la nouveauté d'une telle salutation, car ce n'était point ainsi que les Anges avaient coutume de la saluer.

Comme elle se voyait, en cette circonstance, louée de trois choses à la fois, il était impossible que cette humble souveraine ne ressentit aucun trouble. On la félicitait de ce qu'elle était pleine de grâce, de ce que le Seigneur était avec elle, et de ce qu'elle était bénie par-dessus toutes les femmes.

Or, une personne humble ne saurait entendre ses louanges sans rougir et sans se troubler. Elle fut donc troublée d'une confusion qui fait honneur à sa modestie et à sa vertu. Elle commença aussi à craindre qu'il n'en fût point ainsi, non qu'elle crût que l'Ange ne parlât point selon la vérité, mais parce que c'est le propre de ceux qui sont humbles de ne point examiner leurs vertus, et d'avoir sans cesse leurs défauts devant les yeux, afin d'avancer davantage ; et qu'ainsi ils regardent une grande vertu comme bien faible encore , et un faible défaut comme quelque chose de très-considérable. C'est donc par prudence, par précaution, par crainte et par pudeur, qu'elle ne répondit pas. En effet, qu'eût-elle pu répondre? Apprenez-vous aussi à son exemple à aimer une vie silencieuse, et à être sobre en vos paroles; car c'est une vertu bien grande et d'une immense utilité. On lui parle deux fois avant qu'elle ait ouvert la bouche. C'est en effet une chose indigne de voir une Vierge aimer à bavarder. Mais l'Ange, connaissant la cause de son hésitation, lui dit : « Ne craignez pas, Marie, et ne vous troublez point des louanges que je vous donne, car elles sont conformes à la vérité. Non-seulement vous êtes pleine de grâce, mais vous avez recouvré la grâce pour tout le genre humain, et vous l'avez retrouvée en Dieu. Voilà que vous concevrez et que vous mettrez au monde le Fils du Très-Haut, qui vous a choisie pour sa mère, et qui sauvera tous ceux qui espèrent en lui. »

La Vierge alors répondit, sans cependant admettre ni rejeter les louanges dont elle était l'objet, mais toute pleine du désir de s'assurer d'un autre point, savoir si elle ne perdrait point sa virginité ; car c'était la manière dont cette promesse s'accomplirait qui la tenait surtout en suspens. Elle demanda donc à l'Ange comment elle deviendrait mère. « Comment cela se fera-t-il, lui dit-elle, car j'ai voué inviolablement à Dieu ma virginité, pour être à jamais étrangère à tout homme? » Et l'Ange ajouta : « Ce sera par l'opération de l'Esprit-Saint, dont vous serez remplie d'une façon extraordinaire. Vous concevrez par sa vertu, en conservant votre virginité, et ainsi le fils qui naîtra de vous s'appellera le Fils du Très-Haut. Rien n'est impossible à Dieu, et voilà que votre cousine Elisabeth, quoique avancée en âge et stérile, est enceinte de six mois d'un fils qu'elle a conçu par la vertu d'en haut. »

Regardez, pour Dieu…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  ROBERT. le Sam 11 Juin 2016, 12:06 pm

.

Saint Gabriel Archange, priez pour nous.

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Dim 12 Juin 2016, 6:25 am

Regardez, pour Dieu, je vous prie, et considérez comment la Trinité tout entière est ici, attendant la réponse et le consentement de sa fille chérie, et contemplant avec amour et allégresse sa modestie, sa pudeur et son langage.

Considérez aussi comment l'Ange l'amène avec zèle et sagesse à donner son consentement; comment il coordonne ses paroles en se tenant incliné et respectueux, avec un visage calme et serein, remplissant fidèlement son message, observant attentivement les paroles de sa Souveraine, afin d'y répondre convenablement, et d'accomplir parfaitement la volonté de Dieu dans cette œuvre magnifique.

Considérez encore comment cette Souveraine se tient dans la crainte et dans l’humilité, le visage couvert de confusion de se voir ainsi prévenue par l'Ange. Il ne s'élève en elle, à ces paroles, aucun sentiment indélibéré d'orgueil ; elle ne se répute point quelque chose. Elle entend en son honneur des merveilles dont jamais aucune créature ne fut l’objet, et elle en renvoie tout l'honneur à Dieu. Apprenez donc, à son exemple à être humble et à avoir une timidité pudique; car sans cela la virginité sert de bien peu.

Cette vierge très-prudente se réjouit alors, et après avoir entendu les paroles de l'Ange, elle donna son consentement. Elle se mit à genoux avec une dévotion profonde, ainsi qu'il est rapporté dans ses révélations, et, joignant les mains; elle dit : « Voici la servante du Seigneur; qu'il me soit fait selon votre parole. » Alors le Fils de Dieu entra tout entier aussitôt et sans retard dans le sein de la Vierge , se fit chair de sa chair, sans cependant cesser d'être tout entier dans le sein de son Père.

Vous pourrez pieusement vous représenter comment ce Fils, recevant de son Père un ordre aussi difficile et une mission aussi laborieuse, s'inclina en sa présence, se recommanda à lui ; comment au même instant son âme fut créée et infuse à sa chair, et comment il devint homme parfait selon toutes les proportions de son corps, bien que tout-à-fait petit enfant. Ainsi, il croissait dans la suite naturellement dans le sein de sa mère, comme les autres enfants; mais l'infusion de son âme ne fut point différée, ni la distinction de ses membres, comme il arrive aux autres. Il était Dieu parfait et homme parfait, sage et puissant comme il l'est maintenant.

Alors Gabriel se mit à genoux avec sa souveraine, et un peu après se levant avec elle, s'inclinant de nouveau jusqu'à terre et lui disant adieu, il disparut, s'en revint à la patrie céleste où il raconta ce qui venait d'avoir lieu ; et ce fut un nouveau bonheur, une nouvelle fête, une cause d'allégresse sans limites. Quant à la Vierge, enflammée et embrasée de l'amour de Dieu plus que jamais, sentant qu'elle avait conçu, elle se prosterna en terre et rendit grâces à Dieu d'une faveur si extraordinaire, le suppliant humblement et pieusement de daigner l'instruire lui-même , afin qu'elle pût s'acquitter sans défaut des devoirs qu'elle aurait à remplir à l'égard de son Fils.

Vous devez aussi considérer…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Lun 13 Juin 2016, 5:38 am

Vous devez aussi considérer combien grande est la solennité de ce jour, vous réjouir en votre cœur et passer ce temps dans la joie; car c'était une chose inconnue aux siècles passés, et jamais, jusqu'à ce jour, on n'a rien vu de semblable.

C'est aujourd'hui la solennité où Dieu le Père a fait les noces de son Fils en le fiançant à la nature humaine, qu'il s'est unie d'une manière inséparable ; c'est la solennité des noces du Fils et le jour de sa naissance dans le sein de sa mère ; ce ne sera que plus tard que l'on célébrera sa naissance sur la terre. C'est aujourd'hui la solennité de l'Esprit-Saint, à cause de cette opération admirable et extraordinaire de l'Incarnation qui lui est attribuée, et dans laquelle il a commencé à montrer la tendresse singulière qu'il portait au genre humain.

C'est aujourd'hui la solennité glorieuse de notre Reine, car c'est en ce jour qu'elle a été reconnue et prise pour fille par le Père, pour mère par le Fils, pour épouse par le Saint-Esprit. C'est aujourd'hui la solennité de toute la cour céleste, car la réparation de ses ruines est commencée.

C'est aujourd'hui surtout, la solennité de la nature humaine, car son salut et sa rédemption et aussi la réconciliation du monde entier, ont pris naissance en ce jour; en ce jour, nous avons été relevés et déifiés. Aujourd'hui le Fils a reçu de son Père une mission nouvelle : l'accomplissement de notre salut; aujourd'hui, sortant du haut des cieux , il s'est élancé comme un géant pour parcourir sa course (1), et il s'est renfermé dans le parterre du sein de la Vierge ; aujourd'hui il est devenu un d'entre nous, notre frère, et il a commencé à être voyageur avec nous ; aujourd'hui la lumière véritable est descendue du ciel pour chasser et mettre en fuite les ténèbres; aujourd'hui le pain vivant, qui donne la vie au monde, se prépare dans la fournaise du sein virginal ; aujourd'hui le Verbe s'est fait chair, afin d'habiter parmi nous (2); aujourd'hui les cris et les désirs des Patriarches et Prophètes ont été exaucés et satisfaits. Ils criaient avec des soupirs inénarrables, et ils disaient : « Envoyez, Seigneur, envoyez l'Agneau qui doit être le dominateur de la terre (3). » Et encore : « O cieux, versez votre rosée d'en haut (4).» Et encore : « O Dieu, si vous ouvriez les cieux et que vous en descendissiez (5) !» Ou bien : « Seigneur, inclinez vos cieux et descendez (6). Seigneur, montrez-nous votre face, et nous aurons le salut (7). » Et une multitude d'autres désirs dont l'Ecriture est remplie. Car ils attendaient avec une ardeur qu'ils ne pouvaient contenir le jour présent. C'est aujourd'hui le principe et le fondement de toutes nos solennités, le commencement de tout notre bien.

Jusqu'à ce jour, le Seigneur avait été indigné contre le genre humain, à cause de la transgression de nos premiers parents; mais désormais en voyant son Fils fait homme, il ne se mettra plus en colère. C'est donc aujourd'hui la plénitude des temps. Vous voyez une œuvre admirable et combien est solennel ce qui s'est passé : tout y est délectable et plein d'allégresse; tout y est désirable et mérite d'être contemplé dans la joie et le tressaillement du cœur ; tout y est digne de la vénération la plus profonde. Méditez donc ces choses ; faites-en votre bonheur et votre félicité, peut-être le Seigneur vous en découvrira-t-il de plus considérables encore.

La Sainte Vierge, se rappelant ensuite les paroles…
______________________________________________________

1. Ps. 18. — 2. Joan., 1. — 3. Ps. 16. — 4. Ps. 45. — 5. Ps. 64. — 6. Ps. 143. —  7. Ps. 79.

A suivre : Comment la bienheureuse Vierge Marie a visité sainte Elisabeth, et des cantiques Magnificat et Benedictus.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Mar 14 Juin 2016, 5:47 am

CHAPITRE V.

Comment la bienheureuse Vierge Marie a visité sainte Elisabeth,
et des cantiques Magnificat et Benedictus.

La Sainte Vierge, se rappelant ensuite les paroles que l'Ange lui avait dites touchant sa cousine Elisabeth (1), se proposa de la visiter, afin de la féliciter et de lui rendre quelques services. Elle partit donc de Nazareth en compagnie de Joseph, son époux, pour aller en la maison d'Elisabeth, qui était distante de quatorze ou quinze milles environ de Jérusalem. Elle n'est point retardée par la longueur et la difficulté du chemin; mais elle s'avance avec hâte, car elle ne voulait point paraître longtemps en public, et elle n'était point chargée du fruit qu'elle portait dans son sein, comme il arrive aux autres femmes : le Seigneur Jésus ne fut point un fardeau pour sa mère.

Regardez donc ici comment s'avance, seule avec son époux, la Reine du ciel et de la terre ; elle n'a point de monture, elle est à pied ; elle n'est point environnée de gardes ni de seigneurs; elle n'a point une longue suite de femmes d'honneur ni de servantes. Mais avec elle marchent la pauvreté, l'humilité, la modestie et le cortège de toutes les vertus. Le Seigneur est avec elle, accompagné d'un entourage nombreux et honorable, mais qui n'a rien de la vanité, ni de la pompe du siècle.

Lorsqu'elle entra dans la maison, elle salua sa cousine en disant : « Je vous salue, Elisabeth, ma Sœur! » Mais celle-ci, tressaillant d'allégresse, débordant de joie, embrasée par l'Esprit-Saint, se lève, la serre tendrement dans ses bras en s'écriant hors d'elle-même : «Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et béni est le fruit de votre sein. Et d'où me vient ce bonheur que la Mère de mon Seigneur vienne me visiter ? Car aussitôt que la voix de votre salutation s'est fait entendre à mes oreilles, l'enfant que je porte en mon sein a tressailli de joie  (1). Vous êtes bien heureuse d'avoir cru, car tout ce qui vous a été dit de la part du Seigneur recevra son accomplissement. »

Au moment où la Vierge salua Elisabeth…
________________________________________________

1. Luc., 1.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Mer 15 Juin 2016, 6:04 am

Comment la bienheureuse Vierge Marie a visité sainte Elisabeth,
et des cantiques Magnificat et Benedictus.

(suite)

Au moment où la Vierge salua Elisabeth, Jean fut rempli du Saint-Esprit dans le sein de sa mère, et sa mère en fut également remplie. Elle n'en fut pas remplie avant son fils; mais le fils, en étant rempli d'abord, en remplit sa mère, non pas en produisant par lui-même quelque effet en son âme, mais en méritant que le Saint-Esprit fit paraître en elle quelque marque de sa présence ; car la grâce de cet Esprit divin brillait plus abondante en lui, et il éprouva le premier ses faveurs; et de même qu'Elisabeth vit Marie la première, ainsi son fils sentit le premier l'arrivée du Seigneur. C'est pourquoi il tressaillit d'allégresse, et sa mère prophétisa.

Voyez quelle vertu il y a dans les paroles de Marie, puisqu'à leur accent l'Esprit-Saint se communique : elle était si abondamment remplie de ce divin Esprit, qu'elle méritait d'en remplir aussi les autres.

Marie répondit à Elisabeth en ces termes : «  Mon âme glorifie le Seigneur ; » et elle acheva tout entier ce cantique de jubilation et de louange. S'asseyant ensuite, la très-humble Vierge se mit à la dernière place aux pieds d'Elisabeth ; mais celle-ci, ne pouvant le souffrir, se leva aussitôt, et la força de s'asseoir sur un siège semblable au sien. Alors Marie raconta comment elle était devenue mère, et Elisabeth l'entretint aussi des faveurs de Dieu à son égard. Ces récits les remplissent d'une joie mutuelle ; elles louent Dieu des merveilles opérées en elles, lui en rendent leurs actions de grâces, et passent ainsi des jours de félicité. Notre Souveraine demeura en ce lieu, trois mois environ, servant et se vouant autant qu'elle le pouvait à tous les offices de la maison avec humilité, révérence et empressement, comme si elle ne se fut point souvenue qu'elle était la mère de Dieu, et la reine du monde entier.

Oh ! quelle maison, quelle chambre, quelle couche…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Jeu 16 Juin 2016, 6:02 am

Comment la bienheureuse Vierge Marie a visité sainte Elisabeth,
et des cantiques Magnificat et Benedictus.

(suite)

Oh ! quelle maison, quelle chambre, quelle couche que celle où demeurent et reposent en même temps de telles mères ; Marie et Elisabeth enceintes de tels fils, Jésus et Jean-Baptiste ! Il y a aussi en ce lieu de glorieux vieillards : Zacharie et Joseph. — Le temps donc étant arrivé, Elisabeth mit au monde un fils, que Marie prit dans ses bras et revêtit avec empressement selon que sa position l'exigeait. Or, cet enfant fixait ses regards sur elle, comme s'il eût compris qui elle était ; et lorsqu'elle voulait l'offrir à sa mère, il inclinait sa tête vers la Vierge et semblait ne trouver de plaisir qu'en elle : Marie le caressait avec bonheur, le serrait dans ses bras et le couvrait de ses baisers.

Considérez la gloire de Jean. Jamais personne au monde ne reposa dans les bras d'une telle créature. Nous trouvons en outre beaucoup de privilèges dont il fut comblé ; mais je ne m'y arrête pas pour le moment.

Le huitième jour, l'enfant fut circoncis et appelé Jean. Ce fut alors que la langue de Zacharie se délia, et qu'il prophétisa en disant : Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, etc.; et ainsi cette maison entendit la première ces deux magnifiques cantiques : Magnificat et Benedictus. Pour Marie, elle se tenait en ce moment derrière un rideau, dans un endroit à l'écart, pour n'être point exposée aux regards des personnes qui étaient présentes à la circoncision de l'enfant; elle écoutait attentivement ce cantique où il était fait mention de son Fils, et elle repassait soigneusement toutes ces choses en son cœur. Enfin, disant adieu à Élisabeth, à Zacharie, et bénissant Jean-Baptiste, elle revint à sa maison de Nazareth.

Rappelez-vous encore sa pauvreté en ce retour; car elle retourne en cette maison où elle ne doit trouver ni pain, ni vin, ni aucune des choses nécessaires à la vie. Elle n'avait ni bien, ni argent. Elle est demeurée pendant trois mois, auprès de personnes qui étaient peut-être riches. Maintenant elle revient à sa pauvreté, et c'est en travaillant de ses mains qu'elle pourvoira à sa subsistance. Compatissez-lui, et embrasez-vous d'amour pour la pauvreté.

CHAPITRE VI. Comment Joseph voulut renvoyer Marie, et comment Dieu permet que les siens soient dans la tribulation.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditations sur la Vie de Jésus-Christ, par S. Bonaventure.

Message  Louis le Ven 17 Juin 2016, 5:32 am

CHAPITRE VI.

Comment Joseph voulut renvoyer Marie,
et comment Dieu permet que les siens soient dans la tribulation.

Marie et Joseph, son époux, habitaient la même demeure, et Jésus croissant dans le sein de sa mère, Joseph remarqua qu'elle était enceinte, et il s'en affligea outre mesure.

Remarquez combien vous pouvez ici apprendre de belles choses. — Si vous ignorez pourquoi le Seigneur a voulu que sa mère eût un époux, alors que son intention était qu'elle demeurât toujours vierge, on vous répondra que ce fut pour trois raisons : 1° Afin qu'étant devenue enceinte, sa réputation ne fut en butte à aucune flétrissure ; 2° afin qu'elle pût être aidée par les services de cet époux, et qu'il lui servit de société ; 3° pour que l'Incarnation du Fils de Dieu restât ignorée du Démon.

Joseph considérait donc de temps à autre l'état de son épouse; et il s'attristait, se troublait et lui laissait voir sur son visage l'anxiété qui l'agitait. Il détournait même les yeux de dessus elle, comme si elle eût été coupable, car il soupçonnait en elle le fruit de l'adultère. Vous voyez comment Dieu permet que les siens soient en proie aux tribulations et qu'ils soient tentés (1), pour augmenter l'éclat de leur couronne. Or, Joseph songeait à renvoyer son épouse, en secret, et l'on peut dire qu'à cette occasion son éloge est écrit dans l'Évangile ; car il y est dit qu'il était un homme juste (2) et, en effet, sa vertu était grande. On sait que c'est l'ordinaire que l'infidélité d'une épouse produise en son époux les effets les plus violents de honte, d'amertume et de fureur; mais pour lui, il se contenait vertueusement et ne voulait porter aucune accusation ; il souffrait avec patience cette injure souveraine sans chercher à se venger ; et , vaincu par la pitié , résolu à se séparer, il voulait au moins renvoyer son épouse secrètement.

Mais, de son côté, la Vierge ne passa pas ce temps sans avoir sa part de tribulation : elle considérait Joseph, reconnaissant son anxiété, et elle en éprouvait une inquiétude profonde ; cependant elle se taisait avec humilité et cachait le don de Dieu. Elle aimait mieux être réputée une misérable que de trahir le secret du ciel, et d'avancer à son avantage quelque chose qui eut pu être considéré comme un effet de l'orgueil. Mais elle priait le Seigneur de vouloir bien lui-même apporter le remède qui les délivrerait tous les deux d'une telle angoisse.

Vous voyez combien grands étaient la tribulation et le tourment de ces époux. Mais le Seigneur vint au secours de l'un et de l'autre. Il envoya donc son Ange dire en songe à Joseph, que son épouse avait conçu par l'opération de l'Esprit-Saint, et qu'il pouvait demeurer avec elle sans crainte et avec joie. Aussitôt la tribulation cessa et fit place à une consolation ineffable. Ainsi nous arriverait-il, si, dans les épreuves, nous savions conserver la patience, car Dieu, après la tempête, ramène la tranquillité. Vous ne devez point douter que, si Dieu permet que l'affliction se fasse sentir aux siens, ce ne soit pour leur avantage.

Joseph interroge alors son épouse…
___________________________________________

1. 2 Cor., 8. — 2. Math., 1.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.

Louis
Admin

Nombre de messages : 9765
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum