COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Page 3 sur 36 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 19 ... 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Mar 02 Fév 2016, 4:36 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





4. Il les exhortait par là à prier les uns pour les autres, et les habituait aussi à remercier le Seigneur, à l'occasion de ce qui arrive au prochain, leur faisant entendre que rien ne pouvait lui être plus agréable. En effet, s'ils le font déjà pour le prochain, ils ne manqueront pas dans l'occasion de le faire pour eux-mêmes. De plus, il les forme à l'humilité et les pousse à s'enflammer d'une charité plus ardente. Ne leur dit-il pas, lui, ce grand apôtre, ne leur dit-il pas qu'il doit son salut à leurs prières, qu'elles lui ont valu le secours du ciel ? Quelle ne doit donc pas être l'humilité des simples fidèles ! N'oubliez pas non plus, quelle est l'efficacité de la prière.


Sans doute Dieu se montre miséricordieux envers nous, et c'est à la divine miséricorde que Paul au commencement de cette épître attribue son salut: "Le Dieu des miséricordes", dit-il , "nous a délivrés". Mais ici il proclame l'efficacité de la prière. L'homme qui devait dix mille talents vint se jeter aux pieds de son maître, et le maître eut pitié de lui: "Ému de pitié, il lui remit sa dette", dit l'Ecriture; ce fut à force d'instances, à force de persévérance, que la Chananéenne finit aussi par obtenir la guérison de sa fille: toutefois ce fut un effet de la miséricorde du Sauveur. Ainsi donc, bien que Dieu manifeste…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Mar 02 Fév 2016, 4:38 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv.6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.






4. (suite) Ainsi donc, bien que Dieu manifeste envers nous sa miséricorde, nous devons recourir à la prière, si nous voulons nous en rendre dignes. Sans doute le secours de Dieu nous vient de sa miséricorde, mais il faut que Dieu nous en trouve dignes. On ne l'obtient pas sans motif, et tout en demeurant dans l'inaction: "J'aurai pitié", dit-il, "de celui dont j'aurai pitié; et celui dont j'aurai pitié, éprouvera l'effet de ma miséricorde". (Exode XXXIII, 19) Voyez aussi ce que dit l'apôtre: "Avec le secours de vos prières".


Ce n'est pas uniquement à leurs prières qu'il attribue son salut, de peur d'enfler leurs âmes; il leur attribue néanmoins une part dans les secours qu'il a reçus d'en-haut, pour accroître leur ardeur et resserrer les liens de la charité fraternelle.C'est pourquoi il leur disait encore: "Il vous a accordé ma délivrance". Dieu semble comme avoir honte de résister à une multitude qui n'a qu'un cœur et qu'une voix pour le prier. Aussi disait-il à son prophète: "Quoi ! Ne pardonnerai-je pas à cette cité dans laquelle habitent plus de cent vingt mille hommes". (Jonas IV, 11) N'allez pas croire pourtant que le grand nombre suffise…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Mer 03 Fév 2016, 12:41 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv.6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





4. (suite) N'allez pas croire pourtant que le grand nombre suffise pour émouvoir la bonté de Dieu: car le Seigneur dit aussi: "Israël fût-il aussi nombreux que les grains de sable de la mer, il n'y aura de sauvé que les restes de ce peuple". (Isaïe X, 22) Comment se fait-il donc qu'il ait sauvé les Ninivites ? C'est que non-seulement ils étaient nombreux, mais ils firent éclater leur vertu, ils firent tous pénitence, et renoncèrent à leurs désordres. En les sauvant le Seigneur disait: "Ils ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche".


N'est-il pas évident qu'ils avaient péché plus par ignorance que par malice ? Ne voyons-nous pas d'ailleurs qu'il suffit de quelques paroles pour les convertir ? Si la seule vue des cent vingt mille habitants de Ninive eût pu déterminer le Seigneur, pourquoi dès le principe ne leur eût-il point pardonné ? Pourquoi, demanderez-vous, ne disait-il pas au prophète: Ne pardonnerai-je pas à cette cité maintenant convertie, mais bien: "A cette cité qui renferme tant de milliers d'hommes ?" C'était afin de ne rien omettre: la conversion était en effet manifeste; mais le prophète ne savait ni le nombre des Ninivites, ni leur ignorance. Dieu veut donc mettre tout en œuvre pour leur faire miséricorde: le nombre n'est pas inutile, quand au nombre se joint la vertu. C'est encore ce que nous dit l'Ecriture dans ce passage…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Mer 03 Fév 2016, 12:43 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





4. (suite) C'est encore ce que nous dit l'Ecriture dans ce passage: "Sans cesse l'Eglise priait Dieu pour l'apôtre". (Actes  XII, 15) Et voyez la puissance de ces prières ! Les portes de la prison étaient fermées, l'apôtre, chargé de chaînes et entouré de gardiens qui dormaient à ses côtés; les prières des fidèles le délivrèrent et renversèrent tous les obstacles. — Le nombre, disions-nous, n'est pas inutile, si au nombre se joint la vertu; mais il n'offre aucun avantage, si le vice y domine. Les Israélites, en effet, aussi nombreux, dit l'Ecriture, que les grains de sable de la mer, périrent tous.


Et au temps de Noé, les hommes n'étaient-ils pas innombrables ? Quel avantage retirèrent-ils de leur grand nombre? C'est que le nombre seul ne peut rien: il n'est qu'un accessoire. Empressons-nous donc d'unir nos prières, prions les uns pour les autres, comme les premiers chrétiens priaient pour les apôtres. Ainsi nous accomplissons le précepte du Seigneur, ainsi nous fortifions en nous la charité; et ce mot de charité ne comprend-il pas tous les biens ? Montrons aussi plus d'empressement à rendre grâces…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Mer 03 Fév 2016, 12:44 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





4. (suite) Montrons aussi plus d'empressement à rendre grâces. Si l'on remercie Dieu pour les dons faits au prochain, à plus forte raison le remerciera-t-on pour les  bienfaits qu'on a reçus soi-même. David nous en a donné l'exemple: "Louez le Seigneur avec moi, et ensemble célébrons la sainteté de son nom". (Psaume XXXIII, 4) C'est ce que réclame sans cesse l'apôtre. Suivons ce conseil, publions partout les bienfaits de Dieu, pour associer tous nos frères aux actions de grâces que nous lui rendons.


Quand nous publions les bienfaits que nous avons reçus des hommes, n'augmentons-nous pas leur bienveillance à notre égard ? Publions les bienfaits de Dieu, et nous nous ménagerons de sa part une plus grande bienveillance. Et si après avoir obtenu des hommes quelques faveurs, nous invitons les autres à joindre leurs remercîments aux nôtres, ne devons-nous pas, à plus forte raison, presser nos frères de s'unir à nous pour remercier le Seigneur? Paul le faisait, lui, lui s'approchait de Dieu avec tant de confiance; à plus forte raison, sommes-nous obligés de le faire nous-mêmes. Prions les saints, conjurons-les de remercier Dieu…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Jeu 04 Fév 2016, 3:37 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





5. Prions les saints, conjurons-les de remercier Dieu pour nous, et remercions-le aussi les uns pour les autres. C'est surtout le devoir des prêtres: il n'est pas une fonction plus élevée que celle-là. Quand nous montons à l'autel, nous commençons par rendre grâces au Seigneur au nom du monde tout entier pour les bienfaits communs que tous ont reçus de sa munificence. Sans doute tous ensemble jouissent de ces bienfaits; mais n'en avez-vous point votre part ?


Donc pour cette part qui vous est faite, vous devez vous associer aux communes actions de grâces; et il est juste aussi qu'en votre particulier, vous remerciiez Dieu de ce qu'il étend ses bienfaits à tous les hommes. Ce n'est pas seulement pour vous qu'il a allumé le soleil dans le firmament, mais pour tous en général; toutefois vous en jouissez aussi complètement que s'il eût été créé pour vous seul. C'est pour l'utilité de tous que Dieu l'a fait si grand; et vous le voyez vous seul aussi grand que tous les mortels ensemble. D'où il suit que votre reconnaissance doit égaler la commune reconnaissance du genre humain tout entier. Oui, vous devez remercier Dieu de ces bienfaits…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
soulignés et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Jeu 04 Fév 2016, 3:52 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.






5. Prions les saints, conjurons-les de remercier Dieu pour nous, et remercions-le aussi les uns pour les autres. C'est surtout le devoir des prêtres: il n'est pas une fonction plus élevée que celle-là. Quand nous montons à l'autel, nous commençons par rendre grâces au Seigneur au nom du monde tout entier pour les bienfaits communs que tous ont reçus de sa munificence. Sans doute tous ensemble jouissent de ces bienfaits; mais n'en avez-vous point votre part ?


Donc pour cette part qui vous est faite, vous devez vous associer aux communes actions de grâces; et il est juste aussi qu'en votre particulier, vous remerciiez Dieu de ce qu'il étend ses bienfaits à tous les hommes. Ce n'est pas seulement pour vous qu'il a allumé le soleil dans le firmament, mais pour tous en général; toutefois vous en jouissez aussi complètement que s'il eût été créé pour vous seul. C'est pour l'utilité de tous que Dieu l'a fait si grand; et vous le voyez vous seul aussi grand que tous les mortels ensemble. D'où il suit que votre reconnaissance doit égaler la commune reconnaissance du genre humain tout entier. Oui, vous devez remercier Dieu de ces bienfaits…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
soulignés et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Jeu 04 Fév 2016, 3:56 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv.6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.




5. (suite) Oui, vous devez remercier Dieu de ces bienfaits communs à tous les hommes, vous devez le remercier pour la vertu des autres. D'ailleurs ces bienfaits que Dieu nous accorde, ne tournent-ils pas aussi à l'avantage de nos frères ? S'il y avait eu seulement dix justes dans Sodome, Sodome eût obtenu son pardon. Remercions Dieu des mérites de nos frères: c'est une antique loi, qui a pris racine dans l'Eglise. Saint Paul ne rend-il pas grâces pour les Romains, pour les Corinthiens, pour l'univers entier ?


Ne dites pas: Cette belle action n'est pas mon fait. Mais son auteur n'est-il pas comme vous un membre de l'Eglise, et n'est-ce pas assez pour que vous exprimiez à Dieu votre reconnaissance ? Cette belle conduite, vous vous l'appropriez par vos actions de grâces, vous vous ménagez les faveurs du ciel, et vous acquérez des droits à la récompense. Aussi les lois de l'Eglise prescrivent-elles de prier de la sorte…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
soulignés et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Ven 05 Fév 2016, 3:33 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.




5. (suite) Aussi les lois de l'Eglise prescrivent-elles de prier de la sorte non seulement pour les fidèles, mais aussi pour les catéchumènes. L'Eglise, en effet, ne commande-t-elle pas aux fidèles de prier pour ceux qui ne sont pas encore initiés aux saints mystères ? Quand le diacre dit: "Prions avec ferveur pour les catéchumènes", ne se propose-t-il pas d'exciter la multitude des fidèles à prier pour eux ? Cependant les catéchumènes ne font pas encore partie de l'Eglise; ils ne sont pas encore membres de Jésus-Christ; ils ne participent pas aux saints mystères, ils sont encore séparés du troupeau spirituel. Si donc il faut prier pour les catéchumènes, à plus forte raison faut-il prier pour ceux qui sont avec nous les membres d'un même corps. Le diacre dit: "Prions avec ferveur", pour que vous ne les rejetiez pas comme des étrangers, pour que vous ne les laissiez pas à l'écart, comme des inconnus. Eux, ils n'ont pas encore cette prière enseignée par Jésus-Christ…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Ven 05 Fév 2016, 3:35 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv.6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.




5. (suite) Eux, ils n'ont pas encore cette prière enseignée par Jésus-Christ et que la loi chrétienne nous impose: ils ne peuvent encore s'approcher de Dieu avec une filiale confiance, et ils ont besoin d'être aidés par ceux qui ont reçu le baptême. Ils se tiennent hors des demeures royales, loin de l'enceinte sacrée. Aussi les éloigne-t-on, quand arrive le moment des redoutables prières. Le diacre vous exhorte donc à prier pour eux, afin qu'ils deviennent vos membres, et cessent d'être des étrangers et des profanes. Cette parole: "prions" s'adresse au peuple aussi bien qu'aux prêtres. Quand il dit:  "Ayons une attitude respectueuse et prions", il vous invite tous à la prière. Puis il commence en ces termes: "Afin que le Dieu clément et tout miséricordieux exauce leurs demandes". Ne dites pas



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Ven 05 Fév 2016, 3:37 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv.6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.




5. (suite) Ne dites pas: "A quoi sert-il de prier pour eux ?" Ce sont des  étrangers, ils ne font point partie de notre communion: comment obtenir pour eux les grâces du Seigneur? Comment leur obtenir miséricorde et pardon ? Non, loin de vous une pareille hésitation: qu'elle cède devant ces paroles: "Afin que le Dieu clément et tout miséricordieux", entendez-vous ? "Le Dieu tout miséricordieux". Donc n'hésitez plus: le Dieu tout miséricordieux étend sa miséricorde à tous les hommes, aux pécheurs comme à ses amis. Ne dites donc plus: Comment prierai-je pour eux ? Dieu exaucera les prières faites pour eux. Et que peuvent demander les catéchumènes, sinon de ne pas rester catéchumènes. Ensuite le diacre explique le sens de la prière…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Sam 06 Fév 2016, 12:45 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





5. (suite) Ensuite le diacre explique le sens de la prière,  et quel est-il ? "Afin, ajoute le diacre, qu'il ouvre les oreilles de leur cœur";  — car elles sont encore fermées et obstruées; non pas certes les oreilles du corps, mais celles de l'âme.  — "Afin qu'ils apprennent ce que  l'oeil n'a point vu, ce que l'oreille n'a point entendu, ce que le, cœur de l'homme n'a point senti". Ils ne savent rien encore des sacrés mystères; mais ils se tiennent à l'écart pendant qu'on les célèbre; entendraient-ils, qu'ils ne comprendraient point ce qui se dit: il ne suffit pas en effet de les entendre, il faut en avoir l'intelligence, et les oreilles de leurs cœurs sont encore fermées. Aussi le diacre, demande-t-il pour eux le don de prophétie. Voici en effet ce que disait le prophète: "Dieu enseigne à ma langue le moment où elle doit parler: c'est lui qui m'ouvre la  bouche; dès le matin il m'a fait cette grâce, et il m'a donné une oreille qui entend bien". (Isaïe L, 4-5) De même que les prophètes entendaient…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Sam 06 Fév 2016, 12:48 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.




De même que les prophètes entendaient autrement que les autres; de même les fidèles entendent autrement que les catéchumènes. Aussi enseignons-nous au catéchumène que ce n'est point des hommes que lui vient la science et l'intelligence: "N'appelez personne maître sur la terre", mais d'en haut, mais du ciel; "tous", dit l'Ecriture, "seront instruits par Dieu lui-même". (Matthieu XXIII, 8; Isaïe LIV, 13) Et le diacre ajoute: "Afin qu'il fasse résonner en eux la parole de vérité". C'est d'une voix intérieure que leur vient l'enseignement. Car cette parole de vérité, ils ne la connaissent point encore comme il faut. "Afin qu'il répande sa crainte, comme une semence, dans leurs âmes". Mais cela ne suffit pas, car la semence peut tomber sur le chemin ou sur la pierre. Ce n'est certes point là seulement ce que nous demandons…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Sam 06 Fév 2016, 12:51 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





6. Ce n'est certes point là seulement ce que nous demandons. Mais, de même qu'une terre fertile est renouvelée par les profonds sillons qu'y creuse la charrue, de même leurs âmes doivent être renouvelées pour recueillir la semence et retenir fidèlement tout ce qu'ils entendront: telle est le sens de notre prière. Écoutez ce qui suit: "Afin qu'il affermisse la foi dans leurs cœurs"; c'est-à-dire, afin qu'elle ne reste pas à la surface, mais qu'elle y jette de profondes racines. "Afin qu'il leur révèle l'Evangile de la justice". Cet Evangile, un double voile leur en dérobe la vue; d'abord les yeux  de leurs âmes sont fermés; ensuite l'Evangile est comme caché pour eux. C'est pourquoi le diacre disait tout à l'heure …



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Dim 07 Fév 2016, 1:04 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.




6. (suite) C'est pourquoi le diacre disait tout à l'heure: "Afin qu'il ouvre les oreilles de leurs cœurs". Et maintenant il ajoute: "Afin qu'il leur révèle l'Evangile de la justice", c'est-à-dire, afin qu'il leur donne la sagesse et les dispose à recevoir la grâce; afin qu'il les instruise et jette dans leurs coeurs la bonne semence. A quoi leur servira-t-il d'être préparés, si Dieu ne leur en communique la science; et à quoi leur servira cet enseignement, s'ils ne veulent pas le recevoir ?


Aussi demandons-nous au Seigneur d'ouvrir leurs âmes et de leur apprendre l'Evangile. Qu'un ornement royal soit recouvert d'un voile, en vain regarderez-vous ; vos yeux ne l'apercevront pas; qu'on soulève le voile, vous ne l'apercevrez pas davantage, si vous ne tournez vos regards de ce côté. Or, que nos catéchumènes le veuillent, et le voile sera levé et leurs yeux seront ouverts. Que signifient ces paroles…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Dim 07 Fév 2016, 1:05 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





6. (suite)  Que signifient ces paroles: "l'Évangile de la justice ?" C'est comme si l'on disait: "l'Évangile qui justifie". Elles ont pour effet d'exciter en eux le désir du baptême, en leur montrant que non-seulement l'Évangile remet les péchés, mais qu'il donne aussi la justice. "Afin qu'il leur donne une âme toute divine, de sages pensées, et une vie vertueuse". Entendez, fidèles, vous qui vous livrez tout entiers aux affaires de ce monde. Si l'Eglise nous prescrit de prier ainsi pour ceux qui n'ont pas encore reçu le baptême, dites-moi comment doivent se conduire ceux qui sollicitent ces grâces pour les autres ? Ne devons-nous pas rendre notre vie conforme à l'Évangile ? Aussi, dans cette prière pour les catéchumènes…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Dim 07 Fév 2016, 1:08 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.




6. (suite) Aussi, dans cette prière pour les catéchumènes, passons-nous de l'enseignement à la pratique. Après avoir dit: "Afin qu'il leur révèle l'Évangile de la justice", le diacre ajoute aussitôt: "Afin, qu'il leur donne une âme toute divine". Qu'est-ce à dire: "toute divine ?" c'est-à-dire: "Afin que Dieu habite dans leurs âmes". —  "Car", dit le Seigneur, "j'habiterai au dedans d'eux, et j'y marcherai". (Lévitique  XXVI, 12) L'âme, une fois douée de justice, et dépouillée de ses péchés, devient la maison de Dieu; en elle plus rien d'humain, dès qu'il y a fixé son séjour. C'est ainsi que l'âme est comme divinisée; tout ce qu'elle dit lui est pour ainsi dire inspiré par le Seigneur, qui l'a choisie pour en faire sa demeure.


Donc il n'a pas une âme divine, celui qui tient de mauvais discours; il n'est pas sage, celui qui met son bonheur dans d'indécentes bouffonneries. Qu'est-ce donc que posséder la sagesse ? C'est avoir l'âme saine. L'esclave des mauvaises passions, celui qui soupire après les biens de cette vie, n'est point sage; son âme est malade. L'homme dont le corps est malade ne recherche-t-il pas ce qui ne peut lui convenir? C'est ce que fait aussi l'âme dont je parle. "Une vie toujours vertueuse". La doctrine appelle l'action. Écoutez, vous qui, pour recevoir le baptême…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Lun 08 Fév 2016, 1:36 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





6. (suite) Écoutez, vous qui, pour recevoir le baptême, attendez que vous soyez mourants. Nous demandons que vous fassiez le bien après votre baptême ? Et vous, au contraire, vous voulez absolument sortir de ce monde sans avoir fait aucune action chrétienne. Il ne suffit pas d'être juste seulement par la foi. Nous demandons que vous le soyez aussi par vos bonnes œuvres. "Pour songer sans cesse aux choses de Dieu, pour les rechercher sans cesse, pour les mettre sans cesse eu pratique", ce n'est pas en effet pour un jour ou deux seulement, mais pour toute la durée de la vie que nous demandons cette sagesse et cette vertu, et ce qui est la source de tout bien, les bons désirs. "La plupart, en effet, recherchent ce qui leur convient…."



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Lun 08 Fév 2016, 1:38 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





6. (suite) "La plupart, en effet, recherchent ce qui leur convient, et non pas ce qui appartient à Jésus-Christ." Et comment former ces bons désirs ? Il faut joindre à la prière la bonne volonté.  "Si jour et nuit nous étudions sa Loi". Aussi le diacre demande-t-il ensuite que les catéchumènes "s'appliquent jour et nuit à la Loi du Seigneur". Il disait plus haut "sans cesse", il dit maintenant "jour et nuit"; c'est le même sens. C'est pourquoi je m'afflige à la pensée que certains chrétiens se montrent à peine une fois l'an dans l'Eglise. Comment les excuser? On leur fait une loi d'étudier, ce n'est pas assez dire, de méditer jour et nuit la Loi de Dieu; et ils refusent d'employer même une faible partie de leur vie à se souvenir de ses préceptes et à garder ses justices ! Comme toutes ces demandes se suivent bien...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Lun 08 Fév 2016, 1:41 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





7. Comme toutes ces demandes se suivent bien, s'enchaînent bien les unes avec les autres ! Pas de chaîne d'or plus solide et plus belle. On demande d'abord une âme toute divine, et on dit ensuite ce qu'il faut pour l'obtenir. Que devons-nous donc faire ? Il faut sans cesse s'appliquer aux choses de Dieu. Et comment y arriver ? En méditant sans cesse sa loi sainte. Comment y amener les hommes ? En leur persuadant d'observer les commandements; ou plutôt c'est la méditation de la Loi divine qui engendre l'observation des commandements; comme aussi le zèle des choses de Dieu, la sanctification de l'âme, font qu'on s'y applique.


En effet, chacune des choses dont nous venons de parler en produit une autre, qui, à son tour, reproduit la première; et elles sont comme renfermées l'une dans l'autre. "Prions encore pour eux avec plus de ferveur". D'ordinaire un long discours fatigue l'âme et l'endort. Ces paroles sont dites pour la réveiller. C'est qu'il faut demander de grandes faveurs, des grâces signalées; et c'est pourquoi il est dit: "Prions pour eux avec plus de ferveur". Que va-t-il donc solliciter? "Que le Seigneur les délivre de tout mal et de toute action funeste". Ici nous demandons qu'ils n'entrent point en tentation…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Mer 10 Fév 2016, 12:30 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





7. (suite) Ici nous demandons qu'ils n'entrent point en tentation et que Dieu préserve du danger leurs corps aussi bien que leurs âmes. Et c'est pourquoi le diacre ajoute: "Que Dieu les préserve de toute action diabolique, et de toutes les embûches de l'ennemi". Paroles qui indiquent clairement les tentations et les péchés. Car le péché assiège l’homme, il l'entoure de tous côtés, par devant, par derrière, et cherche à le renverser. Après nous avoir mis sous les yeux nos obligations, après nous avoir rappelé que nous devons étudier la Loi de Dieu, nous souvenir de ses préceptes et observer ses justices, on nous avertit que tout cela est insuffisant, si Dieu ne nous vient en aide.


"En effet, si le Seigneur ne construit la maison, en vain travaillent ceux qui veulent la construire". (Psaume CXXVI, 1) Et si le secours d'en-haut est nécessaire, n'est-ce pas surtout à ceux qui sont encore soumis à l'empire du démon ? Vous le savez, vous tous qui avez été baptisés. Rappelez à votre mémoire ces paroles que vous prononçâtes en renonçant à le servir, à genoux devant celui que vous preniez pour votre roi: paroles redoutables qui nous disent assez que nous ne devons plus obéir au démon en quoi que ce soit. Le démon, le diacre l'appelle un adversaire…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Mer 10 Fév 2016, 12:39 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv.6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





7. (suite) Le démon, le diacre l'appelle un adversaire: car il ne cesse de calomnier Dieu auprès des hommes, et les hommes auprès de Dieu. Autrefois ne calomniait-il pas Job auprès du Seigneur, quand il disait: "Job n'a-t-il pas intérêt à servir Dieu ?" (Job I, 9-16) Ne calomnie-t-il pas Dieu auprès de Job, quand il lui dit: "Le feu est descendu du ciel??" N'en agit-il pas de même auprès d'Adam et d'Ève, en lui affirmant que leurs yeux seront ouverts ? Et quand il dit aux hommes: "Dieu ne s'occupe point de ce monde visible; c'est aux démons qu'il abandonne le soin de vos affaires"; n'est-ce pas encore là calomnier le Seigneur? Que de Juifs prêtèrent l'oreille à ses calomnies contre le Christ, qu'il appelait imposteur et magicien ! Maintenant voulez-vous savoir comment il s'y prend ? S'il rencontre une âme que n'inspire point la divine sagesse, qui met en oubli les commandements de Dieu, qui n'observe point ses justices, il s'en empare et l'entraîne à sa suite. Si Adam s'était rappelé l'ordre de son Dieu: "Mange des fruits de tous les arbres, etc." ; s'il eût tenu compte de cette menace: "Du jour où vous en mangerez, vous mourrez de mort" (Genèse  II, 17), eût-il subi la peine qu'il a subie ? "Que Dieu leur accorde au temps favorable le bain…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques, gras, police
et caractères ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Mer 10 Fév 2016, 12:45 pm

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv.6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.




7. (suite)  "Que Dieu leur accorde au temps favorable le bain de la régénération et la rémission de leurs péchés.". Nos demandes se rapportent, les unes au présent, les autres, à l'avenir. Nous exprimons les effets du baptême, et leur apprenons tout ce qu'il a de salutaire. Nous les habituons à regarder le baptême comme une seconde naissance, à comprendre que ces eaux sacrées nous donnent la vie surnaturelle, comme nos mères nous ont donné la vie temporelle. Nous ne voulons pas qu'ils disent avec Nicodème: "Comment un homme déjà vieux peut-il naître ? Peut-il entrer dans le sein de sa mère, et naître une seconde fois ?" (Jean, III, 4)


Cette rémission des péchés dont il vient de parler, il y revient encore: "Qu'il leur accorde le vêtement de l'immortalité". Le baptisé est élevé à la dignité de Fils de Dieu; désormais il est donc immortel. Que signifient ces mots: "En temps favorable"? Recevoir le baptême en temps opportun, c'est le recevoir dans de bonnes dispositions, avec une âme remplie d'ardeur et de foi: voilà le temps véritablement opportun. "Qu'il bénisse leur entrée et leur sortie, qu'il bénisse leur vie tout entière"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Jeu 11 Fév 2016, 11:21 am

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





7. (suite) "Qu'il bénisse leur entrée et leur sortie, qu'il bénisse leur vie tout entière". Ici on nous prescrit de demander pour eux des bénédictions temporelles; et cela, parce qu'ils sont encore trop faibles. "Qu'il bénisse leurs maisons et leurs familles". C'est-à-dire, leurs serviteurs, ou leurs proches, ou leurs amis. Telles étaient les récompenses de l'ancienne Loi; et rien alors n'était pénible comme le veuvage, la stérilité, une mort prématurée, la famine, les revers.


Le diacre leur permet donc de se complaire encore dans ces demandes des biens temporels, et peu à peu il les fait monter plus haut. N'est-ce pas aussi ce que fait Jésus-Christ, ce que fait saint Paul ? Ne rappellent-ils pas eux-mêmes les antiques bénédictions ? Jésus-Christ dans ces paroles: "Bienheureux ceux qui sont doux ! Car ils posséderont la terre". Et saint Paul, quand il dit: "Honore ton père et ta mère, afin que tu vives longtemps sur la terre". "Qu'il bénisse leurs enfants, qu'il les conduise…"




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR LA DEUXIÈME ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS.

Message  ROBERT. le Jeu 11 Fév 2016, 11:23 am

.
.  

"SI NOUS SOMMES AFFLIGÉ, C'EST POUR VOTRE CONSOLATION ET VOTRE SALUT,

QUI S'ACCOMPLIT DANS LA SOUFFRANCE DES MÊMES  MAUX QUE NOUS SOUFFRONS.

— ET NOUS AVONS UNE FERME ESPÉRANCE À VOTRE SUJET".

(II Corinthiens I, vv. 6-11)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. La souffrance est une épreuve.
— Elle enseigne l'humilité.
3. Dieu console.
4. La prière obtient ces divines consolations.
5.-8. Les fidèles doivent prier les uns pour les autres,
et aussi pour les catéchumènes.





8. "Qu'il bénisse leurs enfants, qu'il les conduise à la perfection de l'âge et les forme à la sagesse". Ici encore il sollicite pour eux des bienfaits temporels et spirituels. Mais ensuite il n'a plus en vue que les dons spirituels. "Qu'il dirige toutes leurs entreprises selon leur utilité"; non pas seulement leurs entreprises, mais selon leur avantage. Souvent en effet on se propose un voyage, mais ce voyage n'est pas utile; on se propose autre chose qui n'offre elle-même aucune utilité. Ainsi nos catéchumènes peuvent apprendre qu'en toute circonstance il faut louer Dieu, qui ne perd jamais de vue notre intérêt. Cette prière achevée, le diacre leur ordonne…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur IIère Corinthiens, Tome X, pp.1-185. Guérin & Cie, éditeurs, 1865,  
.

 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

ROBERT.

Nombre de messages : 29789
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 36 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 19 ... 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum