Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Jeu 22 Oct 2015, 2:07 pm

CHAPITRE IV

VERS LES ESQUIMAUX

(suite)


Enumérer leurs défauts nous entraînerait trop loin, et j'ai bien peur que  Mgr Turquetil, qui les aime comme un père, ne trouve que j'en ai déjà eu trop long sur ce chapitre. Il est aussi plus agréable de parler de leurs bonnes qualités. Ils en ont au moins une : le respect pour les lois de l'hospitalité. L'étranger qui a trouvé un hôte parmi eux est, par le fait même, comme momentanément adopté par le maître de céans, qui est censé responsable non seulement de son bien-être matériel, mais même de sa vie, tant qu'il reste sous son toit.

De plus, si l'Esquimau suit l'impulsion de la concupiscence à un point qui l'éloigne beaucoup de notre idéal chrétien, il faut lui rendre ce témoignage qu'il ignore les crimes contre nature. On n'en pourrait pas dire autant de certains civilisés.

Aux points de vue industriel et mécanique, il est bien supérieur au sauvage. Il travaille l'ivoire en véritable artiste, se fait des conserves, ou lunettes à neige, et des articles de jeu. Au contact des blancs, il ne tarde même pas à apprendre leurs métiers, se trouvant vite aussi bien chez lui au gouvernail d'une goélette que dans l'intérieur d'un kayak.

Une comparaison entre le traîneau esquimau et celui de l'Indien nous éclairera de suite sur la supériorité du premier. Tandis que le traîneau sauvage (7) consiste en une simple planche de bouleau à partie antérieure recourbée en haut, celui de l'Esquimau requiert beaucoup de travail (et un travail difficile) dans sa construction, étant monté sur une paire de patins reliés au véhicule par des montants en règle, tout comme chez nous.

Ces patins reçoivent une couche de tourbe pulvérisée, délayée dans l'eau, puis appliquée tout humide sur le bois, où elle adhère fortement en gelant. Ensuite, on la polit, et finalement l'Esquimau l'enduit d'une couche de glace pure, faisant fondre la neige dans sa bouche, et envoyant l'eau sur un morceau de peau d'ours blanc, qui a tout son poil, lequel sert alors comme de brosse pour bien égaliser le tout.

Un autre bon point qu'on peut décerner à l'Esquimau est son amour du travail. Non pas, évidemment, qu'il ne sache pas goûter à l'occasion au far niente si doux au tempérament indien ; mais l'oisiveté comme telle n'est point recherchée ni cultivée par lui. Et la preuve que le travail ne lui répugne aucunement est qu'il s'y adonne méthodiquement et assidûment en votre absence comme en votre présence, alors qu'il peut être à votre service. Bien plus, après une journée bien employée, il trouve encore le moyen de s'occuper dans l'intimité de l'iglou.

Dans le premier cas, il travaille parce qu'il y va de sa vie; dans le second, il obéit à son instinct d'artiste.

La pierre ponce, l'ivoire, l'os et autres matériaux prendront toutes sortes de formes sous l'action de ses mains habiles et patientes. Il s'essaiera alors non seulement à la fabrication de pipes, couteaux, lances, flèches et harpons, mais à de véritables œuvres d'art, comme la sculpture d'ours blancs, de morses et de phoques. Le P. Turquetil nous parle d'un artiste indigène qui avait sculpté un Christ en miniature, qu'il qualifie de « petit chef-d'œuvre pour le naturel de la pose, les proportions et le fini des moindres détails » ( 8 )

Comment concilier cet amour du travail et ce sens artistique, qui semblent l'apanage de la civilisation, avec les conditions matérielles inqualifiables auxquelles ces primitifs se condamnent volontairement, que dis-je? qu'ils trouvent toutes naturelles; par exemple, cette dégoûtante saleté, surtout dans le manger, qui ne pourrait se décrire sans soulever le cœur le moins délicat?

L'explication de cette apparente anomalie ne pourrait-elle se trouver dans la rareté de l'eau au pays esquimau?



Pendant une grande partie de l'année, l'aborigène n'a que la neige et la glace pour se désaltérer — c'est dire à peu près rien pour se laver. En conséquence, l'habitude a fini par lui faire fermer les yeux sur ce que personne d'entre nous ne pourrait tolérer.

Ce n'était pourtant point ce manque de propreté qui pouvait être un obstacle à la conversion de cette race…

_________________________________________________________

(7)  Le fameux toboggan si connu des Canadiens. V. ill, Nº  21. — ( 8 ) L'Ami du Foyer, juillet 1923, p.  179.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Ven 23 Oct 2015, 12:36 pm

CHAPITRE IV

VERS LES ESQUIMAUX

(suite)


Ce n'était pourtant point ce manque de propreté qui pouvait être un obstacle à la conversion de cette race. Ses us et coutumes indescriptibles étaient bien ce qui me faisait, comme je l'ai dit, plus que douter du succès de n'importe qui à la christianiser. Mais son futur apôtre ne fut point de mon opinion. Jeune et ardent, dévoré par un zèle de bon aloi, et sans se laisser rebuter par ses échecs précédents, il voulut, en 1906, tenter un suprême effort, et faire chez elle un nouvel essai d'évangélisation.

Cette tournée devait avoir au moins le résultat pratique de le mettre en contact avec un de ses camps dans l'intérieur des terres, où il resta plusieurs mois (9) , étudiant les natifs et leur langue, et leur prodiguant les preuves du plus vif intérêt; ce qui devait avoir pour résultat ultime de les prédisposer, et par eux leurs compatriotes, en faveur du prêtre catholique.

Accompagnons-le dans son expédition apostolique, puis achevons notre étude de leurs coutumes, telles que trahies par ceux qu'il rencontra. Cette étude ne sera pas toujours bien agréable : il nous faudra souvent nous affranchir de nos idées européennes et vaincre le dégoût que certaines scènes pourront susciter en nous. Mais les cacher complètement au lecteur serait amoindrir d'autant le mérite de leur premier missionnaire.

Celui-ci, qui avait dès lors pris pour devise: Da mihi animas, cætera  tolle (10)  , reprenait, le 25 avril 1906, le chemin de la sauvagerie toute pure, en compagnie d'une famille indienne qui lui servait de guide. En route donc pour le Grand Nord !

Les trois premiers jours, le temps est sec et froid, ce qui met en liesse ses cinq chiens de trait. Puis vient une chaleur qui, ramollissant la neige et la faisant adhérer au bois du traîneau, est loin de favoriser la course. Le 4 mai, le petit parti tombe sur un camp de sauvages, qui vivotent des débris putréfiés du gibier abattu l'automne précédent. Puis vient la famine, suivie d'une incroyable abondance, par suite du passage d'une bande de rennes (11) .

Bientôt le missionnaire atteint la grande steppe, les Terres Stériles, avec lesquelles nous avons déjà fait connaissance. Là ses compagnons, poussés par la peur des terribles Esquimaux, trouvent toutes sortes d'excuses pour refuser d'aller plus loin (12) .

— Eh! bien, moi, j'irai quand même, déclare le Père. Que deux hommes me conduisent seulement chez les Esquimaux. Ils reviendront de suite, et je resterai seul s'il le faut.

Son ton résolu fait impression sur les hommes, et il emporte la partie en dépit des lamentations des femmes, qui ne veulent point les laisser partir. Et il se remet en route.

C'est maintenant l'abondance qui règne au désert. Les premiers compagnons du missionnaire avaient abattu douze caribous. « Le soir il y en avait 80 de tués, et le lendemain soir, 200 » (13) .

Passons par-dessus les mille autres petits détails d'une pérégrination dans une région dont la monotonie — mousses et lichens, lichens et mousses, accompagnés d'une petite plante à tige ligneuse — n'a peut-être d'égale que celle des sables du Sahara, et arrivons avec la caravane au premier campement des Esquimaux.

Nous voilà au dimanche 3 juin 1906. C'est la fête de la Pentecôte: …

_______________________________________________

(9) Son voyage dura sept mois en tout. — (10) « Donnez-moi des âmes, prenez le reste» (Gen., XIV, 21). — (11) Ces bandes comprennent souvent des centaines et des centaines de têtes. Cet animal est le reindeer des Anglais, le Rangifer arcticus caboti des naturalistes, bien différent et moins gros que le véritable caribou (Rangifer caribou caribou), qui n'est pas grégaire comme lui. — (12) Dans ces parages, les Terres Stériles sont le territoire exclusif des Esquimaux. — (13) Missions des 0. M. I., vol. de 1907.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Sam 24 Oct 2015, 11:49 am

CHAPITRE IV

VERS LES ESQUIMAUX

(suite)

Nous voiià au dimanche 3 juin 1906. C'est la fête de la Pentecôte: daigne l'Esprit de lumière éclairer les cœurs de ces pauvres gens, naturellement si soupçonneux, qui n'ont jamais entendu parler de Lui, et leur inspirer des sentiments de bienveillance à l'endroit de son envoyé!

Du plus loin qu'ils l'aperçoivent, les Esquimaudes accourent et  semblent caresser les traînaux  de son  parti.



— As-tu vu les Esquimaux qui sont allés au lac Caribou ce printemps? lui demande-t-on.

Cette seule question est comme un éclair qui met la situation sous son véritable jour, en même temps qu'elle révèle le danger dans lequel se trouve le prêtre. Il interroge à son tour.

— Combien d'entre eux sont revenus? demande-t-il.

— Nous étions douze, fait quelqu'un ; trois seulement sont arrivés. Un seul pouvait encore marcher, les deux autres se traînaient sur les genoux et sur les coudes. Trois autres, qui avaient perdu connaissance, ont pu être sauvés ;



on n'a point de nouvelles des autres. Et toi, ajoute l'Esquimau, as-tu vu leurs compagnons? Ou bien es-tu tombé sur leurs cadavres, ou simplement leurs pistes?

— Je n'ai rien vu, je ne sais rien; nous avons pris un autre chemin, répond le prêtre.

Là-dessus, c'est une tempête, un ouragan de sanglots, de hurlements et de récriminations, tempête et ouragan d'autant plus dangereux pour le blanc que c'est d'ordinaire dans le deuil, à la perte d'un des leurs que ces primitifs puisent la force de s'adonner à ces excès qui caractérisent l'Esquimau. Et il est question ici de pas moins de six morts ! . . .

Heureusement que le P. Turquetil est connu pour un véritable ami de cette race; autrement sa vie ne vaudrait pas cher.

Après cette explosion de douleur, mêlée d'une colère…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Dim 25 Oct 2015, 1:27 pm

CHAPITRE IV

VERS LES ESQUIMAUX

(suite)

Après cette explosion de douleur, mêlée d'une colère qui se réveille à ces lugubres souvenirs, un vieillard se fait l'interprète de la foule par une charge à fond contre les blancs, qui sont, paraît-il, la cause réelle de ce désastre.

— Ils pouvaient nous aider, déclare-t-il ; ils ne l'ont pas fait. Ils feignent de nous aimer, et ils n'aiment que nos fourrures. Ils ont pendu deux des nôtres coupables d'avoir tué un mauvais chef de leur nation. Pourquoi ces blancs-là se mêlent-ils de nos affaires s'ils nous laissent mourir de faim quand nous sommes dans le besoin? Ils sont fourbes et sans cœur. Ici nous pleurons à journées entières. Il n'y a plus que des veuves et des orphelins. Tous les hommes ont péri (14) ; les corbeaux et les loups les dévorent.

Pauvre Père, il souffrait tellement de cette scène qu'il ne savait que répondre. Ces barbares comprirent sans doute sa propre douleur, car ils admirent que, lui du moins, les aimait réellement. Il avait fait ses preuves.

Quant à ses compagnons indiens, leur crainte naturelle des habitants des glaces redoublait devant cette bourrasque. Comment laisser le Père au milieu de ces barbares? Il parvint pourtant à les tranquilliser. Il resterait quand même, mais eux s'en allèrent, et le laissèrent seul avec ces primitifs au cœur ulcéré.

____________________________________________________

(14) Façon de parler qui montre que, tout différents qu'ils soient de bien des manières des Indiens de l'intérieur des terres, ces Esquimaux leur ressemblent sous le rapport des exagérations. Le sauvage déné, montagnais, mangeur de caribou ou porteur de la Colombie, ne peut parler, surtout quand il est excité, sans se laisser aller aux plus extravagantes majorations, ou, quand il y va de son intérêt, minorations.
A suivre : Chapitre V. Chez les Esquimaux.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Lun 26 Oct 2015, 10:55 am

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

Voilà donc notre pauvre missionnaire comme abandonné chez des primitifs ignorants, et, pour le moment, ennemis de sa race. Pourra-t-il un jour en sortir indemne? N'aura-t-il pas plutôt le sort de tant d'autres qui y ont laissé leurs os?

Mais le prêtre n'est pas par nature porté aux idées noires. Contre mauvaise fortune bon cœur, et surtout gardons-nous de trahir la moindre méfiance ; ce serait peut-être mortel, l'Esquimau étant disposé à croire que l'hôte confiant ne peut nourrir de mauvaises intentions.

Il dresse donc sa tente au beau milieu des loges, et se trouve bientôt assailli par une multitude de curieux, grands et petits, qu'il essaie de satisfaire de son mieux. Puis, seul avec ses pensées, il se prend à réfléchir qu'il n'est pas mal imprudent, trop osé. Ces infidèles n'ont aucune idée de ce qu'il est réellement. Ils s'attendent à force présents, poudre, tabac, verroteries, etc., alors que lui pense, au contraire, recevoir d'eux, et cela gratuitement, des vivres et de quoi les faire cuire. N'est-ce pas le comble de la présomption que de s'imaginer qu'on peut demander cela à des inconnus en ce moment mal disposés?

Et puis, d'après ses plans, il doit rester cinq mois au milieu de ces barbares; ne se fatiguera-t-on pas de lui? Et alors que devenir?
L'esprit à la torture et la tête en feu, il en vient jusqu'à pleurer malgré lui. Si sa visite est un échec, c'en est fait du salut de ce peuple. Elle compromet gravement l'avenir des fondations qu'il a en vue, pense-t-il, et il ne pourra que faire son meâ culpâ de s'être avancé trop vite et sans préparation suffisante.

Il se met alors à dire son chapelet, et retrouve la paix de l'esprit avec l'espoir d'un succès au moins relatif. Et il examine enfin la physionomie du campement où il s'est échoué. Je ne saurais donner des points à sa description; je la lui emprunte d'autant plus volontiers que cette transcription m'affranchira d'une accusation d'un excès de réalisme que d'aucuns pourraient être tentés de m'adresser. II écrit donc: …

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Mar 27 Oct 2015, 11:53 am

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

(suite)


 Je ne saurais donner des points à sa description; je la lui emprunte d'autant plus volontiers que cette transcription m'affranchira d'une accusation d'un excès de réalisme que d'aucuns pourraient être tentés de m'adresser. II écrit donc:


« Le sol est jonché de peaux, de poils, entrailles de caribous, viandes fraîches, viandes sèches, ossements et [bois ou] cornes, débris de repas et mille impuretés de toutes sortes, suite d'un séjour prolongé d'hommes et de chiens. L'aspect est repoussant de saleté. Les caribous récemment abattus gisent pêle-mêle au milieu des ordures. Nul ne songe à les vider ni à les dépecer. A ces fins gourmets il faut du faisandé. Je ne parle pas de ces mille libertés que se permettent les enfants, voire même les chiens qui jouent au milieu de ces viandes informes. Il est des choses qu'on ne saurait exprimer.

« Bientôt cependant les chaleurs de l'été se font sentir. On ne se fera jamais une idée de ces horreurs. Un nuage de mouches couvre les chairs faisandées toutes saignantes, étendues à terre parmi tant d'immondices.   Le bourdonnement de ces milliers d'insectes s'entend à de grandes distances. Ce qui fut viande naguère n'est plus maintenant qu'une affreuse pourriture vivante qui grouille partout.

« La terre elle-même, tout imprégnée de sang, ne résiste plus à ces vers dévorants. On n'aperçoit plus un brin de mousse ni de foin autour de ces débris infects, l'odeur


nauséabonde qui se dégage de toutes ces horreurs devient insupportable. Le vent souffle-t-il du côté du camp? on ne saurait plus respirer. Les sauvages abandonnent leur loge. Moi aussi, je quitte ma tente et me mets à errer tout le jour.

« Là je médite en silence sur la voracité des moustiques qui me mangent tout vivant. Ils sont légion et se fourrent partout. Le moustiquaire qui me protège en est tout couvert. Leur musique grinçante m'abasourdit. Un vrai fléau »

Du campement considéré comme tel passons à l'intérieur de la demeure esquimaude…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Mer 28 Oct 2015, 11:23 am

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

(suite)

Du campement considéré comme tel passons à l'intérieur de la demeure esquimaude.

« C'est une loge conique et hermétiquement close de toutes parts. Elle est de peau de caribou, poil en dehors. Soulevez la peau qui ferme l'entrée. Une forte odeur vous saisit à la gorge. Ces loges sont si bien fermées qu'elles ne laissent même pas entrer un moustique; mais, par contre, elles sont de vrais accumulateurs de l'odeur nauséabonde qui se dégage du camp.

« En outre, la propreté n'y brille pas (1). Restes de repas, menus morceaux de gras ou de graisse fondue qui se hâtent de rancir pour mieux aiguiser l'appétit, voilà l'aspect de la salle à manger. Cette même loge sert de chambre à coucher, et, comme telle, n'est qu'une sentine infecte. L'ameublement est fort simple. Quelques peaux de caribou étendues au fond servent de tapis le jour et de lit la nuit. Admirez en passant les perches qui soutiennent ce palais. Elles ont appartenu aux ancêtres, qui les cherchèrent jadis au pays des Montagnais et se les transmettent de père en fils comme un précieux héritage » (2).

Parlerons-nous maintenant de la cuisine ? C'est un sujet tout aussi scabreux. Je laisse donc encore la parole à notre jeune apôtre.

« Les Esquimaux sont mangeurs de cru. C'est même ce que signifie leur nom. L'été, pourtant, ils mangent rarement la viande crue et saignante, mais plutôt celle qui a été séchée au soleil. La préparation ou le séchage de la viande constitue donc la cuisine ordinaire des ménagères esquimaudes. Ce sont elles, en effet, qui ont laissé faisander à point les pièces de gibier, étendues pêle-mêle dans le camp décrit plus haut. Ce sont elles qui dépècent maintenant la viande en tranches épaisses, et l'étendent à terre sans aucun souci de propreté. Elles encore qui doivent surveiller le séchage de la viande.

« Ni les mouches, ni les vers qui pullulent, ni la pluie



qui hâte la décomposition, n'entrent en ligne de compte dans leurs préoccupations. La viande reste étendue par terre, jusqu'à ce que la chaleur ait tué les derniers vers. Ensuite elles la retournent ou, s'il faut parler avec plus de vérité, elles retournent ce qui fut viande. La cuisine est faite. Chacun, hommes, femmes, enfants, voire même les chiens, peut, si l'appétit lui en dit, choisir et déguster ces débris informes et repoussants » (3)

Et le repas? …

_______________________________________________________________________

(1) Missions des O. M. I., vol. pour 1907, p. 342. —  (2)  Ibid., p. 343. — (3) Ibid., p. 346.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Jeu 29 Oct 2015, 10:49 am

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

(suite)

Et le repas? Le missionnaire en décrit deux espèces, un repas d'été et un d'hiver.

« J'avais », écrit-il, « été invité personnellement au repas de poisson. Il y avait longtemps que je n'en avais point mangé; c'était l'heure du dîner, il fallait faire plaisir au monde, une occasion d'apprendre la langue : j'acceptai. Naïf que j'étais, de me croire assez esquimaudé pour partager le repas de mes gens!

« J'entre dans la loge obscure. Tout le monde est couché à plat ventre autour du plat. Dans le bouillon et parmi les restes du repas précédent nageaient deux poissons blancs, bouillis tout ronds, sans être écaillés ni vidés. L'un des convives coupe, un autre arrache, un troisième plus expéditif encore enlève le morceau, y croque à belles dents et le rejette dans le plat. Puis un silence, les mâchoires fonctionnent avidement; soudain les lèvres s'entr'ouvrent, les dents se desserrent, et un jet puissant d'écailles, d'arêtes et d'os broyés s'échappe de toutes les bouches dans la direction du plat.

« Le bouillon saute et sursaute de toutes parts. Au même instant les quatre doigts et le pouce se retrouvent ensemble au plat. Les plus vifs s'empressent de saisir le reste, et un autre recherche les menus débris de chair mâchée, et plaisante sur la maladresse du convive malhabile qui l'a rejetée avec les écailles.

« Je regardais, triste et étonné, cette scène sauvage. Quatre têtes s'abattent à la fois sur le bouillon, qui disparaît en un clin d'œil. Les buveurs se relèvent, prennent une longue haleine en signe de satisfaction. Un enfant verse un reste de bouillon dans le plat et la scène recommence. On apporte ensuite de l'eau en quantité, la chaudière passe de bouche en bouche. Le menu est épuisé, tous les récipients vidés, le repas est fini » (4).

Turquetil continue un peu plus loin:



« Nous voici en novembre. J'allais aux malades. Entrant dans la loge, je restai un instant interloqué à la vue du spectacle que j'avais sous les yeux. Un corps de caribou gît à terre dépouillé de sa peau. On ne l'a pas vidé, on n'a même pas coupé les cornes. Tous s'acharnent aux côtes. L'intérieur est mis à jour. On crève la panse qui contient l'assaisonnement indispensable.

« Tout le sang figé et congelé qui entoure le cœur et les poumons est l'autre condiment nécessaire. Alors seulement commence le festin. Ce spectacle m'impressionne plus que tout ce que j'avais vu jusqu'alors. Je n'ai donné ici que les grandes lignes. Un tableau trop fidèle mettrait à nu des choses qu'on ne peut lire sans dégoût »  (5).

Gageons que la plupart des lecteurs en ont assez. Rétrogradons maintenant un peu.

Dès les premiers jours après l'arrivée du missionnaire…

______________________________________________

(4) Ibid., p. 347. —  (5) Ibid., p. 348.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Ven 30 Oct 2015, 1:09 pm

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

(suite)


 Dès les premiers jours après l'arrivée du missionnaire, ce ne sont que questions sur questions de la part des Esquimaux.

— Viens-tu de l'autre côté de la mer? Ton père vit-il encore?

La réponse est négative.

— Retourneras-tu dans ton pays?

— Je ne puis; c'est trop loin, et je suis venu dans ce pays pour y rester.

— Dans ce cas tu dois avoir le cœur bien fort, dit-on. Quant à nous, nous ne serions pas capables de quitter notre pays pour aller chez les blancs. Mais que viens-tu faire par ici?

Voilà qui devient sérieux, on le voit. Alors, se servant du jargon montagnais, le prêtre explique aussi bien qu'il peut sa mission sur la terre, qui est de préparer à la vie éternelle du ciel — son premier sermon! Fit-il impression? On en parla longtemps, paraît-il. Mais la vie éternelle est quelque chose de bien nouveau pour l'entendement natif, un sujet fort peu intéressant aux glaces des Esquimaux. Ils cherchèrent donc quelque chose de plus pratique.

—Qui t'a envoyé ici? lui demande-t-on.

— Le grand chef des Priants pour ce pays.

— T'a-t-il dit de venir seul?

— Non, mais je n'ai pu trouver de Montagnais. Ils avaient peur de vous, et disaient que vous tueriez le prêtre.

— Et toi, tu n'as pas peur?

— Si vous prenez le fusil ou la hache, vous pouvez me tuer, puisque vous tuez bien le caribou, qui est plus fort que moi. Mais vous ne me tuerez pas par la sorcellerie. C'est une mauvaise chose, qui n'est bonne à rien. Je n'ai pas peur, puisque je suis venu pour voir ce que vous ferez avec les blancs.

Que se passa-t-il alors dans l'esprit de ces païens? Ils furent évidemment satisfaits de ses réponses, puisque l'un des assistants se chargea dès lors de lui fournir chaque jour de la viande fraîche, tandis qu'un autre jeune homme s'attachait à lui pour lui apprendre la langue. En même temps, l'un et l'autre le mettaient désormais au courant de tout ce qui se disait sur son compte.

— Il ne faut pas tuer le prêtre, disaient les vieux. Il est seul parmi nous et a confiance en nous.

On lui demanda bien un jour si le missionnaire mettait les gens à mort quand on ne l'écoutait pas.

— Je ne suis pas un agent de police, se contenta-t-il alors de répondre, et dès lors ils redoublèrent de bonne volonté à son égard.

Restait la question des mœurs…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Sam 31 Oct 2015, 12:53 pm

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

(suite)

Restait la question des mœurs. Je retrouve dans l'exposé qu'il en a fait comme un éclaircissement de ce j'en ai déjà écrit d'après d'autres.

« La corruption extrême des sauvages des pays chauds a fait croire que le climat joue un grand rôle dans la question des passions », dit-il. « Volontiers on se figurerait trouver des anges en ces déserts glacés. Hélas! la nature humaine, corrompue par le péché, se retrouve partout la même. Il m'est absolument impossible d'entrer dans aucun détail sur les mœurs privées et sur la famille des Esquimaux.   Comment passer dans la boue sans se salir?

« Qu'il me suffise de dire que l'enfant suce le vice avec le lait maternel. Je n'entends pas seulement parler ici des mauvais exemples qu'il a sous les yeux, mais bien d'une formation positive, d'un apprentissage forcé subis par l'enfant de la part d'un chacun en guise de caresses. Ainsi éveille-t-on chez lui la nature. La malice, par suite, devance l'âge, et l'âge consomme la malice. La seule pensée de tant de misères morales fait saigner le cœur » ! (6) .

Quant à la femme elle est souvent appelée chienne par son mari, alors même qu'il n'est pas mû par le moindre mouvement d'impatience. L'une d'elles se mourait près du prêtre.    Elle râlait avec peine, et la souffrance contractait



ses membres amaigris. Pendant ce temps, son conjoint restait impassible, et mêlait ses railleries et ses plaisanteries déplacées à celles de ses compagnons. Ce que voyant, le missionnaire reprocha au vieux son manque de cœur.

— Mais ne vois-tu pas que ce n'est qu'une femme? fit alors le mari de celle qui agonisait.

Sur quoi il reçut une semonce, un petit sermon assez cru qui l'humilia sans doute, mais ne changea nullement ses sentiments. En attendant, la civilisation frappait ainsi discrètement à la porte de la société esquimaude, et, comme d'habitude, le prêtre s'en montrait le précurseur attitré.

Un autre jour qu'il était dégoûté de l'inconduite de ses gens et fatigué des propos plus que libres dans lesquels ils se complaisaient, il s'empara de leur propre expression telle qu'adaptée à leurs femmes:

— Va-t-en, chien, dit-il à l'un de ses voisins; je suis venu ici pour voir des hommes, non pas des chiens.

Et peu à peu dans ces esprits grossiers s'introduisait la notion que le prêtre est réellement un homme supérieur, puisqu'il réclame sans cesse les convenances dans les paroles comme dans les actes. Ces réprimandes, accompagnées du ton courroucé qui convenait, valaient bien un petit sermon.

« J'ai passé cinq mois en compagnie des Esquimaux », écrit-il plus tard, et je n'osai jamais mettre le pied dans leurs loges sans être formellement appelé par eux. On savait qu'il fallait être correct avec le Père, car j'avais posé mes conditions. Je dois dire d'ailleurs qu'ils me comprirent vite, et se montrèrent toujours réservés en ma présence » (7).

Avec le relâchement des mœurs…

____________________________________________________

(6)  Missions des O. M. I., p. 351. — (7) Ibid., p. 353.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Dim 01 Nov 2015, 12:13 pm

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

(suite)


Avec le relâchement des mœurs, la sorcellerie est le point qu'il dut le plus âprement combattre, point qui parfois ne fut pas sans occasionner pour lui quelque danger. C'était en juillet 1906. Le jeune homme chargé de lui fournir des vivres s'était singulièrement attaché à lui lorsque, sans aucune cause apparente, il tomba gravement malade, et son cas fut bientôt désespéré. Or, chose curieuse, dès que le prêtre s'en approchait, il se sentait délivré de son mal; aussitôt le prêtre parti, il devenait comme fou furieux, et donnait les signes les moins équivoques de douleurs aiguës  de nature mystérieuse.

Des Esquimaux du Nord venaient justement d'arriver, en vue de se procurer de leurs compatriotes un peu de cette poudre et de ces balles que personne ne pouvait leur fournir dans leur pays. Chacun voulut alors essayer de sa magie sur le pauvre jeune homme; mais son ami le prêtre s'y opposait autant qu'il pouvait. Le premier sorcier du pays fut néanmoins mandé en toute hâte. Mais, plus confiant dans le missionnaire, le malade demanda un jour à venir coucher avec son maître.

Comme on voulait l'introduire dans la tente de celui-ci, une force inconnue et incompréhensible détermina en lui une violente crise; mais, une fois entré, il reprit vite ses sens et s'endormit. A midi, il demandait à manger et refusait les services du magicien. On put ainsi se rendre compte de la puissance du prêtre, ce qui produisit une forte impression.

Mais le soir même, arrivait le grand jongleur. La nuit venue, celui-ci fait sur lui ses incantations. Au milieu de la cérémonie burlesque, un cri inhumain, un hurlement à glacer d'effroi se fait entendre, et le sorcier, les yeux hagards, finit par s'endormir. C'était le sommeil magique, pendant lequel le magicien est supposé apprendre la cause du mal et la manière de le guérir.

L'esprit évoqué était de mauvaise humeur, paraît-il, et la présence du prêtre semblait le gêner beaucoup.

Le lendemain soir…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Lun 02 Nov 2015, 12:53 pm

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

(suite)

Le lendemain soir, le sorcier errait à l'aventure sur les hauteurs des alentours.


Il fit dire au prêtre de ne pas sortir la nuit, parce que l'esprit avait peur de lui. Bientôt recommencent les cris, objurgations et hurlements de la veille. On vient alors annoncer au missionnaire que le malade va guérir : on a découvert qu'un sorcier du Nord lui a jeté un sort, lequel disparaîtra avec la mort de l'étranger. On a trouvé celui-ci, et on l'a poignardé de trois coups de coutelas.

Mais pendant qu'on se réjouit de la guérison imminente du jeune homme, celui-ci est un fou furieux et agit comme tel, essayant de mordre quiconque s'approche de lui, même ses propres enfants. Le prêtre seul est reconnu de lui, et il se calme comme automatiquement en sa présence.

On recommence donc les diableries, et, comme résultat final, le patient expire misérablement, en des circonstances si singulières que Turquetil est tenté de voir en elles les signes d'une vraie possession du démon.

Dès lors on se mit à vanter son pouvoir sur les esprits. Mais tous ces discours n'étaient au fond que ruse et piège recelant comme une menace indirecte, une épée de Damoclès  maintenant suspendue sur sa tête.    Si le jeune homme n'avait pas guéri sous l'action du magicien, c'était, pensait-on, parce que le prêtre voyait ses incantations d'un mauvais œil et en paralysait les effets. Toute la faute en retombait donc sur lui. Ne voit-on pas le danger?

Fort heureusement que Dieu vint à son secours. Alors qu'un mouvement de malaise, de ressentiment au souvenir de l'échec du sorcier eût mis sa vie en péril, quatre familles mortagnaises lui arrivèrent inopinément, fort étonnées de trouver le prêtre seul avec les Esquimaux, d'autant plus qu'elles étaient elles-mêmes venues là sans trop savoir pourquoi. Ces sauvages comprirent vite qu'il se tramait quelque chose contre lui, et voulurent le ramener chez eux. Mais il insista pour rester, et ce fut cette insistance qui le sauva. Rien de tel que la confiance et le calme pour mériter les bonnes grâces de ces infidèles!

Il profita pourtant des canots des Montagnais pour pousser une pointe vers le Nord, visitant ainsi trois campements d'Esquimaux, parmi lesquels il put se perfectionner dans sa connaissance de leur caractère. Il rentra après neuf jours d'absence.

Il engagea alors fortement les parents…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Mar 03 Nov 2015, 12:20 pm

CHAPITRE V

CHEZ  LES ESQUIMAUX

(suite)


Il engagea alors fortement les parents à laisser baptiser leurs enfants en bas âge. Comme ils croyaient sa magie plus forte que la leur, ils n'osèrent pas le contredire, et un jour fut fixé pour la cérémonie. Mais personne ne vint. Il n'y avait plus un homme au camp, et les femmes ne pouvaient rien faire sans la permission de leurs maris. Le prêtre revint trois fois à la charge ; mais ce fut peine perdue. Dieu voulait intervenir lui-même, pour que son messager sût bien que la conquête de ces jeunes âmes n'était pas due uniquement à ses efforts.

Un Esquimau vint un jour trouver le Père.

— Mon frère, qui l'an passé eut la jambe fracassée par une balle, est tombé en sortant de son canot, dit-il, et les os se sont de nouveau brisés. Viens le guérir.

« Médiocre médecin, j'étais nul comme chirurgien », écrit le P. Turquetil à ce sujet ( 8 ). Pilules cathartiques, remèdes contre la toux, emplâtres et médecines pour les plaies telles que borax, acide carbolique, etc., telle était toute sa pharmacie. Pour lésions internes, rien. On lui tendait évidemment un piège.

Il fallait pourtant faire quelque chose, sous peine de passer pour indifférent aux misères des aborigènes. Il envoya donc à l'infirme un peu de borax et d'acide carbolique pour en laver la jambe, promettant une visite pour le lendemain.

Le jour suivant, un dimanche, il eut la messe avec les Montagnais, auxquels il recommanda de prier pour qu'il obtînt la permission de baptiser les enfants. Chemin faisant, il croyait entendre déjà les cris de douleur, sinon les reproches, du malade. Celui-ci était guéri ! . ..

— Je ne souffre plus du tout, déclare-t-il en jetant sur le prêtre un regard d'affectueuse gratitude.

Puis, comme d'habitude, terrible philippique de celui-ci contre la sorcellerie, dont l'inanité est patente, et hymne d'actions de grâces au Dieu tout-puissant, qui seul tient la vie et la mort entre ses mains.

Quelques jours plus tard, autre guérison qui parut tout aussi miraculeuse. Une autre fois encore, dans la nuit du 30 octobre, le prêtre dormait paisiblement lorsque soudain un Esquimau se précipite sur lui.

— Père, père, sorcier, sorcier, crie-t-il, le fils du chef se meurt, et le chef te demande.

Le missionnaire se lève à la hâte, et trouve le patient sans connaissance, poussant des cris affreux, la face congestionnée et livide et tout le corps en proie à de terribles convulsions. Il lui fait respirer dix minutes de l'ammoniaque, après quoi le jeune homme le regarde fixement, comme pour se rappeler quelque chose; puis il lui tend une main amie, tout en faisant signe qu'il ne peut parler. Le prêtre lui recommande de rester bien tranquille; puis voilà le patient qui s'adresse à son père et à sa mère.

— Je pensais mourir, fait-il, et vous vous ne faisiez autre chose que de pleurer. Le prêtre, lui, n'a point pleuré, mais il est fort et bon et il m'a guéri.

Le lendemain matin, complètement remis de son mal, il partait pour la chasse!

Pareille faveur se paie. Aussi le chef apporte-t-il force présents au prêtre.

— Je n'en ai pas besoin, déclare celui-ci. Ce qu'il me faut, c'est la permission de faire, par le baptême, vos petits garçons et vos petites filles enfants de Dieu qui a guéri ton fils, permission qui, le chef l'admit enfin, ne pouvait se refuser.

Ce furent les prémices de cette nation barbare.

___________________________________________________

( 8 ) Missions, p. 491.

A suivre: Chapitre VI. Première Mission esquimaude.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Mer 04 Nov 2015, 12:15 pm

CHAPITRE VI

PREMIÈRE MISSION ESQUIMAUDE

Le R. P. Turquetil ne rentra qu'au mois de novembre 1906 dans sa mission du lac Caribou. Au cours de l'hiver 1907, il se rendit à Prince-Albert en vue de s'entendre avec son supérieur sur l'établissement d'un poste chez les Esquimaux. Mais l'érection d'un nouveau vicariat apostolique pour l'Est était déjà à l'étude. Il fallait attendre la solution de cette question avant de rien entreprendre.

Entretemps, il prodigua, à titre de supérieur local (1) , les soins les plus assidus aux Montagnais mangeurs de caribou, qui, en grands enfants qu'ils étaient, réclamaient une attention de tous les instants. Un Déné ne va trop souvent pas loin sans tomber s'il n'est soutenu et fortifié par les efforts du prêtre, de même qu'une montre s'arrête infailliblement si elle n'est remontée tous les jours.

Cette espèce d'interruption dans la préparation de l'œuvre à laquelle il s'était consacré de préférence dut être une rude épreuve pour notre missionnaire. Il avait faim et soif de la conquête à Jésus-Christ de la peuplade dont il avait fait la connaissance, au prix des privations de toutes sortes qu'il avait endurées chez elle et des répugnances gastronomiques qu'il avait mainte fois dû surmonter.

Une de ces privations, légère en apparence, qui n'en pourrait pas moins sembler insupportable à beaucoup de blancs, était le manque de sel dans la cuisine indigène. Or ce condiment réputé indispensable à la vie humaine, il s'en était passé pendant plus de six mois de suite. Ce qui ne l'empêcha pas d'entendre plus tard un savant déclarer ex cathedra que l'homme ne peut vivre sans sel, et citer l'exemple d'une tribu de la lointaine Russie qui, incapable d'exporter son poisson pendant la grande guerre, ne pouvait recevoir en retour le sel nécessaire à la vie; en sorte que ces gens moururent de faim à côté de montagnes de poisson.

Cette assertion a coutume de faire bien rire notre héros, qui, lui aussi, sait raisonner, et a en plus l'expérience en sa faveur.

— L'Esquimau se repaît du contenu de l'estomac du caribou, c'est-à-dire de l'herbe et du lichen que l'animal a absorbés et ruminés. Ces matières végétales sont-elles donc l'équivalent du sel? a-t-il coutume de dire. A ma connaissance, les Esquimaux passent non pas des mois, mais des années et des années sans sel, et ne s'en trouvent pas moins bien.

Quant à lui personnellement, avouons qu'il doit être doué d'un estomac quelque peu apparenté à celui des Esquimaux, vu qu'il ne serait guère appétissant pour le lecteur d'apprendre la nature de certains « mets » qu'il a dû ingurgiter, en compagnie de ses ouailles peu difficiles sous ce rapport — ne serait-ce que le poisson cru et vivant dont nous avons déjà parlé.

Les privations d'ordre matériel étaient donc un jeu pour notre missionnaire.

_______________________________________________________________

(1) Ayant comme socius le P. Louis Egenolf, qui s'y trouve encore, maintenant à titre de directeur, ou supérieur.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Jeu 05 Nov 2015, 3:50 pm

CHAPITRE VI

PREMIÈRE MISSION ESQUIMAUDE

(suite)


Les privations d'ordre matériel étaient donc un jeu pour notre missionnaire. Aussi l'appréhension d'avoir encore à s'y soumettre ne pouvait l'empêcher de soupirer après l'évangélisation de ces barbares.

Comme intercesseur auprès des Supérieurs majeurs pour hâter l'établissement de la mission esquimaude si désirée, le P. Turquetil avait alors le bon, le saint P. Gasté, maintenant. à son pays natal, Laval, Mayenne. « J'ai traité avec le R. P. Grandin l'affaire de l'établissement de votre Mission projetée chez les Esquimaux », écrivait-il au P. Turquetil en date du 13 avril 1909. « Il n'en était pas partisan dès l'abord, je vous l'assure. Il a fini cependant par y consentir, à la condition, toutefois, qu'elle fût fixée à la limite du bois (2). Par là seront enfin accomplis les vœux que j'ai toujours formés pour leur évangélisation » (3).

Et comme s'il eût pris pour décidé ce qui n'était qu'en projet, le Père lavallois lui envoyait déjà des aumônes en argent et en nature : ornements sacerdotaux, mobilier d'églises, etc.

L'heure allait enfin sonner pour le P. Turquetil où le grand œuvre de sa vie devait commencer. Le 28 août 1910, le Pape avait nommé le Père Ovide Charlebois, 0. M. I., titulaire d'un nouveau vicariat apostolique, créé sous le nom de Keewatin (4). Le premier acte officiel du nouveau dignitaire fut en faveur de notre zélé missionnaire.



Visitant, au lendemain de son sacre, les bureaux de la Catholic Church Extension à Toronto, Mgr Charlebois reçut communication d'une lettre provenant d'un membre de la gendarmerie canadienne, qui avait passé quelques années à Fullerton (5) , au nord-est du soi-disant fjord, ou plutôt estuaire, du fleuve Chesterfield, que Turquetil avait toujours considéré comme la place la plus propice pour l'établissement d'une mission. Ce fonctionnaire demandait maintenant un prêtre, pour les Esquimaux, qu'il déclarait bien disposés.

Le nouveau prélat n'hésita pas un instant. Dans un magnifique élan de foi et de zèle apostolique, avant même de s'être lui-même bâti une maison, il décida de fonder une station de missionnaires chez les Esquimaux de la baie d'Hudson, et envoya une obédience à cet effet au R. P. Turquetil.  C'était la première donnée dans le nouveau vicariat.

Cela se passait en janvier 1911. Le récipiendaire de cette « faveur », qui était venu en traîneau à chiens à Prince-Albert, s'en retourna au lac Caribou, et, avec les mêmes chiens, entreprit le voyage de cette place à Churchill, sur la baie d'Hudson.


Arrivé là après une terrible course…

__________________________________________________

(2) Condition qui démontre bien comme on ignorait alors jusqu'aux éléments pratiques de la question. — (3) Paris, 13 avril 1909. — (4) Prononcer Kîwêtinn. — (5) Cap très prononcé juste à l'ouest de l'île Southampton.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Ven 06 Nov 2015, 11:38 am

CHAPITRE VI

PREMIÈRE MISSION ESQUIMAUDE

(suite)

Arrivé là après une terrible course, il prend tous les renseignements voulus, et fait un rapport concluant à la possibilité, que dis-je? à la nécessité, d'ouvrir un poste permanent à l'entrée de la longue baie Chesterfield, par le 63° 20', où la compagnie de la baie d'Hudson établissait elle-même un petit fort de traite.

Par sa position géographique, ce point semblait d'ailleurs désigné d'avance pour le siège de la nouvelle fondation religieuse, étant, pour ainsi dire, le centre de groupes importants d'Esquimaux, comme ceux du cap Fullerton, du cap Esquimau, du lac Baker, juste à l'ouest du fjord-fleuve, et d'autres camps de l'intérieur dans l'intérieur des terres : rivières Doubawnt, Kasan, etc.

Mû par son zèle dévorant, le P. Turquetil se demandait même si pareille fondation n'avait pas été déjà différée trop longtemps. Car, bien que les ministres protestants établis à Churchill depuis plus d'un siècle n'eussent jamais fondé aucun poste de mission en pays esquimau, ils avaient cependant trouvé le moyen de distribuer nombre de bibles ou livres de prières provenant des missionnaires Moraves du Labrador (6) . Un Esquimau adopté à la mission protestante de Churchill leur servait de truchement.

Le P. Turquetil note le résultat de cette propagande: quelques indigènes avaient appris à lire les caractères syllabiques des Cris. Lisant la Bible, Dieu et le Christ leur apparurent comme des êtres supérieurs aux autres ; aussi donnaient-ils ces noms à leurs meilleurs chiens.

Ailleurs, le P. Turquetil excuse volontiers ces ministres de n'avoir pas fait davantage. « La Compagnie de la Baie d'Hudson elle-même, pourtant si avide de fourrures, qui avait fondé des postes de traite partout dans le Nord-Ouest, n'avait pas encore osé s'établir au pays des Esquimaux. Comment vivre sans feu, disait-on, dans le pays le plus froid du monde? »

Mais quand vint le prêtre catholique, en 1911, déclarant son intention d'aller à Chesterfield, l'année suivante, on dépêcha un métis avec une toute petite cabane qu'on prît à Churchill pour la transporter à Chesterfield. Mais le poste ne fût réellement construit qu'en 1912, en même temps que la mission catholique. Pour une fois, la Compagnie ne pouvait se vanter de traduire H. B. C. par : here before Christ (7) .

Cela n'empêcha pas les ministres de crier bien haut à « l'invasion » du prêtre catholique, du prêtre français dans leur paroisse, et cela en pays britannique ! L'histoire dira un jour tout ce qui fût mis en œuvre pour contrecarrer l'entreprise du P. Turquetil ; on y verra sans doute aussi que, sans lui, ce pays esquimau serait encore fermé aujourd'hui à tout apostolat chrétien.

Voilà donc la fondation de la mission à l'entrée de la grande rivière Chesterfield…

______________________________________________________________

(6) Ne dirait-on pas que ces pauvres protestants se servent près des Esquimaux de la Bible comme d'un fétiche, estimant que sa seule possession suffit à sauver un primitif, ou du moins à le protéger de tout danger? — (7) Ici avant le Christ.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Sam 07 Nov 2015, 11:17 am

CHAPITRE VI

PREMIÈRE MISSION ESQUIMAUDE

(suite)


Voilà donc la fondation de la mission à l'entrée de la grande rivière Chesterfield ( 8 ) décidée en principe. En second lieu, il est maintenant reconnu, comme résultat des explorations de son premier supérieur, que l'accès à cette place — de fait à n'importe quelle place peuplée d'Esquimaux — par la voie de terre n'est pas pratique, bien plus impossible. Il faut avoir recours à la mer pour s'y rendre, et surtout pour y transporter les matériaux indispensables à l'érection de pareil poste.

Le lecteur ne pourra s'en étonner qui aura quelque idée de la situation. Chesterfield, comme du reste tout le littoral de la mer intérieure qu'on appelle baie d'Hudson et le territoire qui l'avoisine, à trois cents milles à la ronde, est une triste solitude sans le moindre terrain cultivable; en été un sol rocailleux, hérissé de pierres aiguës, et sans aucune trace de végétation, et, pendant les dix mois de l'hiver, un désert de neige et de glace.

Ce qui veut dire que vous n'y trouvez en aucune saison les éléments d'une planche pour y bâtir un gîte, pas plus qu'un morceau de bois de chauffage si vous voulez y passer la saison froide. Si vous désirez y élever la plus humble bâtisse, il vous est nécessaire d'y transporter les matériaux nécessaires; si vous devez y séjourner longtemps, il vous faut tonnes sur tonnes de charbon, qui ne peut vous parvenir qu'au prix d'une forte somme d'argent.

Et pourtant, confiant dans la belle œuvre de la Propagation de la Foi et comptant sur la générosité canadienne et française, le P. Turquetil devait accomplir ce miracle.

Il commença donc par des tournées de prédications et de conférences qui faisaient connaître la nature de la belle mission qui lui était confiée et amorçait la munificence chrétienne. Ce furent ensuite mille allées et venues, déterminées par des achats de toutes sortes, aux prix les plus avantageux; puis, après délais sur délais, il se procura un passage sur un bateau de la compagnie de la baie d'Hudson pour lui-même, son fret et le compagnon qui venait de lui arriver de France.

Celui-ci était le R. P. Armand-René Le Blanc, O. M. I, natif de Saint-Servan, Morbihan. Il avait fait son noviciat au Bestin, Belgique, et, après un an de caserne, à Belfort, avait fait son scolasticat à Liège, où il avait prononcé ses derniers vœux le 1er avril 1907. Il venait de recevoir son obédience pour Chesterfield.

C'était un homme plein de santé et d'entrain, gai comme un pinson et heureux de vivre, qui allait se montrer un excellent compagnon pour son supérieur, jusqu'au jour où une épreuve au-dessus de ses forces devait le terrasser.

Après des atermoiements sans nombre…

______________________________________________________

( 8 ) Appelée mal à propos baie ou inlet.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Dim 08 Nov 2015, 1:34 pm

CHAPITRE VI

PREMIÈRE MISSION ESQUIMAUDE

(suite)

Après des atermoiements sans nombre, au bout desquels on se demandait encore si le Nascopie, le bateau à bord duquel les deux missionnaires avaient pris passage, pourrait se rendre jusqu'à Chesterfield, il démarra enfin, le 24 juillet, du quai où l'on avait été obligé de le charger de nouveau, vu qu'à un premier débarcadère sa cargaison l'avait enfoncé dans le lit du fleuve, pas assez profond à cet endroit.

Il avait à bord, outre son équipage et les deux missionnaires catholiques, un ministre protestant, missionnaire à un poste du Baffin Land, et il devait faire escale en plusieurs localités pour lesquelles il avait des marchandises. Après avoir quitté l'estuaire du Saint-Laurent, il fut bientôt obligé de se frayer un chemin au travers de véritables champs d'icebergs, dont une fois pas moins de vingt l'entouraient.

« Le froid est intense, le brouillard très épais », écrit alors le directeur de la mission projetée (9). Rien d'étonnant à cela, puisqu'on se trouve dès lors dans le grand réfrigérateur de l'Amérique du Nord, le stream du pôle, dont les deux prêtres auront constamment à subir les effets dans leurs lointains parages.

Le 3 août, un énorme iceberg vient même se planter juste en face du Nascopie, auquel il barre un moment le passage. Il touche le fond, paraît-il, et ne peut plus remuer.

A Rigolet, petit poste de traite sur la côte du Labrador, les missionnaires tombent sur une douzaine de familles d'Esquimaux, dont le P. Le Blanc admire la corpulence, sans pouvoir apprécier en elles la beauté des personnes du soi-disant beau sexe.

A Port Burwell, nouveau groupe des mêmes indigènes, qui compte cette fois cent-dix âmes. Ces gens vivent de la mission qu'y entretiennent les Frères Moraves. Ils sont, comme partout ailleurs, gais, actifs et sans le souci du lendemain. A l'entrée du havre au Lac (Lake Harbour), se trouvent cinq cents congénères de ces barbares, qui bénéficient d'une autre mission protestante datant de trois ans. Pendant ce laps de temps, le ministre n'a encore pu baptiser que six personnes.

Le lendemain, 19 août, le petit navire mouille à l'extrémité sud-ouest du détroit, et le dimanche 25, il touche à Churchill, qui n'est encore qu'un simple poste de traite (10) ,



malgré son passé historique et les ruines imposantes de ces vieilles fortifications (11).

Enfin, le 3 septembre 1911, en la fête de la Mère du Bon Pasteur…


___________________________________________________

(9) Missions des Oblats de Marie Immaculée, pour 1913, p. 339. — (10) Chacun sait qu'en devenant tout récemment la tête de ligne du chemin de fer du Pas à la baie d'Hudson, ce poste a été d'emblée bombardé ville, avec une population récente de 1,517 habitants en été, tombée à 500 en 1935. On ne donne pas son chiffre pour la saison d'hiver. — (11) Ce poste s'appelait alors le fort du Prince de Galles, et avait été construit d'énormes blocs de pierre, qui le rendaient moralement imprenable autrement que par la famine. De fait, son mur de façade, fait de roches et de terre, a encore pas moins de 45 pieds d'épaisseur ! Or, le 9 août 1782, l'amiral La Pérouse s'en empara sans coup férir, son commandant, l'explorateur Samuel Hearne ayant alors fait preuve d'une couardise qui dégoûta ses propres gens. Voir ill. Nº 28.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Lun 09 Nov 2015, 12:27 pm

CHAPITRE VI

PREMIÈRE MISSION ESQUIMAUDE

(suite)


Enfin, le 3 septembre 1911, en la fête de la Mère du Bon Pasteur, date appropriée à l'événement, s'il en est, on arrive à Chesterfield, par un beau temps clair, calme et même chaud. Tout porte à la joie. Le moment solennel, après lequel le P. Turquetil soupire depuis douze ans, est enfin arrivé. Les missionnaires y trouvent vingt-deux tentes d'Esquimaux, tout un village.

« Les gens sont propres et paraissent avancés en civilisation », écrira plus tard, avec un soupçon d'optimisme qui ne durera peut-être pas longtemps, le supérieur de la mission qu'il va fonder demain. « L'endroit est plaisant. Un beau lit de sable de gravier, près d'un petit lac d'eau fraîche courante d'un mille et demi de long. La chasse est fort abondante, la pêche aussi; les Esquimaux viennent nombreux au petit poste ouvert l'an dernier » (12) .

Va sans dire que les nouveaux arrivés ne pouvaient de suite se rendre compte de tous ces détails. Pour le moment des soucis plus pressants réclament leur attention.

Après avoir salué ceux qu'ils considèrent comme leurs ouailles, que ne manque pas d'impressionner leur croix d'Oblats, ils cherchent à fixer le site de leur future demeure. Le sol est partout couvert de gros cailloux qui en font un véritable casse-cou. Ils vont plus loin et, à une certaine distance du fort de traite, ils tombent sur une dépression dans la roche remplie d'un beau sable blanc plane comme



un tapis de billard, non loin du petit lac susmentionné.

Leur décision est vite prise : c'est là qu'ils vont s'établir. Ils bâtiront sur le sable; mais leur édifice n'a pas besoin de fondations, et il n'en sera pas moins solide. « J'aurais voulu planter une croix à cet endroit », écrit le P. Le Blanc, qui nous a laissé une intéressante relation de l'établissement de la Mission. « Hélas ! dans tout le pays je ne pourrais trouver deux morceaux de bois pour en faire une minuscule; attendons que notre bois soit arrivé » (13) .

Voilà donc le lecteur bien fixé sur la nature du sol et l'absolue nudité du pays.

C'est alors que les deux Pères s'aperçoivent que…

_______________________________________________________

(12 ) Missions, ubi suprà, p. 347. — (13) Missions des O. M. I., pour 1913, p. 349.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Mar 10 Nov 2015, 11:02 am

CHAPITRE VI

PREMIÈRE MISSION ESQUIMAUDE

(suite)

C'est alors que les deux Pères s'aperçoivent que les gens du Nascopie ont jeté pêle-mêle, sur la grève qui avoisine le fort, les effets de la mission avec ceux de la compagnie de la baie d'Hudson, maladroite méprise qui a pour résultat un surcroît de travail bien inutile. Heureusement que les Esquimaux, fiers de recevoir chez eux des étrangers dont ils espèrent beaucoup plus d'avantages matériels que de secours spirituels, les aident de grand cœur à tout charrier à l'endroit choisi pour la mission.

Ce n'est pas une petite corvée, car rien qu'en ce qui regarde les planches, pas moins de quatorze mille pieds sont à transporter à quatre cents mètres de là où on les a laissés ! Et il y a le charbon, qui empêchera les missionnaires de geler vifs, sans compter une infinité de caisses, où se cachent surtout les fruits de la charité canadienne.

Trait de mœurs indigènes, on voit des femmes, dont une avec un bébé dans son capuchon en peau de caribou, porter des sacs de charbon de plus de cent livres !

Cet ouvrage de malencontreux transport ne prend pas moins de deux jours, au bout desquels les 84.000 livres de marchandises sont rendues là où l'on va les utiliser.

Dès le lendemain matin, les deux Oblats se mettent à la construction de leur nouveau gîte. Aucun d'eux n'est charpentier— il n'est pas question de maçons en Amérique— mais ils ont dû prendre quelques leçons dans l'art de bâtir en bois avant leur départ, et, aidés de quatre Esquimaux dégourdis, ils ont vite dressé la carcasse de leur maison: deux pans de mur faits de madriers cloués ensemble sur le sable en forment les principaux côtés, entre l'extrémité desquels ils introduisent les deux bouts dominés par le pignon (14). Puis ils assujettissent le tout ensemble le plus solidement qu'ils peuvent ; car le vent est quelque chose de terrible en ce pays, leur assure-t-on.


Ils en ont une preuve la nuit suivante. Aussi, de bon matin, après avoir été hébergés par un M. Ford, le « bourgeois » du fort, courent-ils au théâtre de leurs efforts de la veille, où ils constatent avec la plus vive satisfaction que la charpente de leur maison a résisté à l'orage.

Celle-ci ressemble en ce moment à une gigantesque cage de dix mètres de long, sur cinq de large et quatre de haut.

Les deux charpentiers improvisés reprennent vite scie et marteau, recouvrant d'un rang de planches à l'extérieur les barreaux de leur cage, qui graduellement prend la forme d'une maison ; puis ils posent la charpente du toit.

A Chesterfield, la journée officielle de huit heures est inconnue. A quatre heures et demie chaque matin, le marteau du directeur, qui concasse le biscuit pour la journée, donne le Benedicamus Domino, la prière est faite en commun, le déjeûner  préparé, et l'on commence un travail acharné. Un jour de plus ou de moins, à la saison où nous sommes, peut faire une immense différence : interrompre la construction pour dix mois, et alors que fera-t-on?

Qu'on ne s'imagine pourtant pas que ce dur labeur assombrisse l'humeur de n'importe qui. Au contraire, c'est sur le chantier une gaieté, et même un tapage, incroyables. On est heureux, joyeux et satisfait, même quand le marteau s'avise de retomber sur un doigt au lieu du clou que l'on visait.

A la fin de la première semaine, le toit était fini. Nouveau sujet de satisfaction : on pourra, maintenant s'abriter contre la pluie, ou la neige ; car ici l'hiver ne se fait jamais attendre.

Le travail était pourtant loin d'être achevé: à peine ébauché. Une deuxième rangée de planches recouvrant les joints de la première doit se poser à l'extérieur, et la même manœuvre se répéter à l'intérieur. Puis il y a le plancher, et dès lors on installe le petit poêle de cuisine. On a enfin un chez soi, bien qu'il n'y ait encore ni portes ni fenêtres, pour l'apposition desquelles toute l'habileté du P. Turquetil doit être mise à contribution.

Puis une idée vient à l'esprit des deux apôtres: …

___________________________________________________

  (14)  V. les gravures 58 et 59. illustrant la construction de l'hôpital.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Mer 11 Nov 2015, 10:49 am

CHAPITRE VI

PREMIÈRE MISSION ESQUIMAUDE

(suite)


Puis une idée vient à l'esprit des deux apôtres: si nous disions la messe devant les Esquimaux, dont un bon nombre


sont arrivés pour traiter leurs fourrures? Nous leur ferions ainsi comprendre, non pas sans doute ce qu'est le Saint-Sacrifice, mais au moins combien nous attachons d'importance à la prière et à tout ce qui nous rattache à Dieu. Ces pauvres gens ne pourraient qu'en être bien impressionnés, et les premières impressions restent d'habitude.

Aussitôt dit, aussitôt fait.  De suite un autel avec un simulacre de tabernacle est improvisé, le tout garni de belles tentures et enrichi de dentelles de prix, et chacun des indigènes est convié chez les nouveaux arrivés.

Le lendemain, à dix heures du matin, les Esquimaux se dirigent sur la Mission. Là le P. Turquetil leur donne à entendre qu'ils ont à se découvrir, à mettre pour le moment leur pipe de côté et à se tenir bien tranquilles.

La messe commence alors, célébrée par le P. Le Blanc, pendant que son supérieur tire les accents les plus harmonieux du petit harmonium qu'ils ont apporté avec eux (15). Puis celui-ci essaie de faire comprendre, dans un mélange de mots esquimaux assaisonnés des termes anglais connus de quelques hommes, comment les prêtres n'étaient pas venus comme les gens du fort pour avoir leurs fourrures, ou faire le commerce avec eux, mais pour leur enseigner à bien vivre et par là mériter d'aller au ciel, la patrie commune vers laquelle chacun doit tendre.

Cette première messe au pays esquimau eut au moins l'avantage d'apporter quelque consolation aux deux apôtres qui, dans leur ignorance du véritable caractère esquimau en ce qui est du surnaturel, purent facilement s'imaginer qu'ils avaient fait du bien à leurs ouailles. En réalité, ils leur avaient donné comme une exhibition de ce qu'était leur grande « médecine », leur sorcellerie à eux — telle était sans nul doute l'impression des assistants à cette cérémonie de nature si insolite pour eux.

N'importe, ils étaient heureux, d'autant plus qu'ils travaillaient dès lors à la disposition intérieure de leur demeure, maintenant presque achevée. Le 2 février 1913, ils installaient le Saint-Sacrement dans leur chapelle intérieure minuscule. Dieu était avec eux, et ils étaient avec Dieu. Ils pouvaient maintenant s'attaquer au travail intellectuel et attendre les prémices de leur ministère sacerdotal.

Pour exercer ce ministère, est-il besoin de le dire…

_________________________________________________

(15) Tous les primitifs goûtent fort la musique.

A suivre : CHAPITRE VII . SEMANT DANS LES LARMES

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Jeu 12 Nov 2015, 12:19 pm

CHAPITRE VII

SEMANT DANS LES LARMES

Pour exercer ce ministère, est-il besoin de le dire, il fallait pouvoir parler convenablement ; car les Esquimaux sont par nature moqueurs et même gouailleurs. Ils n'accepteront que ce qui leur est dit d'une manière correcte. D'où connaissance assez parfaite de la langue comme condition sine quâ non de succès, même relatif.

Or les idiomes des aborigènes américains, modelés sur un type absolument différent de celui des nôtres comme terminologie, et surtout comme morphologie, pour parler comme les savants, c'est-à-dire composés de mots formés d'après des règles difficiles à saisir, ne peuvent guère s'apprendre sans livre, ou du moins sans commencer par faire des fautes monumentales.

Sans être hérissé des mêmes difficultés que, par exemple, les langues dénées de la Colombie Britannique, l'esquimau ne fait pourtant point exception à la règle générale. Il peut se vanter de particularités sui generis. Au point de vue de la prononciation, il est plus abordable, vu que sa phonétique, ses sons, n'ont pas la complexité et la délicatesse de ceux qui distinguent les dialectes dénés; mais ses substantifs et ses verbes subissent tant de transformations, qu'on ne peut faire aucun progrès dans l'étude de cette langue tant qu'on n'a pas découvert le mécanisme qui est à la base de tous ces changements.

L'esquimau n'accolera jamais ensemble deux substantifs, comme les Anglais le font pour des noms comme railway, tramway, steamboat, etc., mais il ouvre en deux le substantif, entre le radical et la terminaison, et y intercale toutes les idées immatérielles, tout ce qui n'est pas substantif, de manière à ne faire qu'un mot du tout. C'est ce qu'on appelle le procédé de l'incorporation.

Ainsi un seul terme pourra signifier, selon sa facture particulière:

Avoir une maison, ou faire une maison;

Avoir une belle maison, ou faire une belle maison, une nouvelle maison.

D'où, par exemple, « et pourtant, je voudrais bien avoir une nouvelle maison », qui se rend par un seul mot. Car « avoir » ne se conçoit pas seul, mais suppose la possession de quelque chose, ce qui peut aussi se dire de « faire, vouloir », etc. De même pour ces idées: « et pourtant », et tout ce qui est adverbe de manière, d'être ou d'agir; comme: « il parle beaucoup, il marche vite », etc. : une seule idée, un seul mot.

Mais il est extrêmement difficile au débutant qui comprend qu'on parle d'une maison de savoir ce qu'on en dit.

Et quand, plus tard, le missionnaire s'essaie à composer ainsi des mots longs de huit à quinze syllabes, il doit connaître les règles de la juxtaposition propres aux différentes idées — car on ne les met pas indistinctement où l'on veut, chacune a sa place dans le mot. Puis il doit bien observer les règles d'euphonie, tel son suivi d'un autre changeant de telle ou telle façon, non pas de telle autre.

Sans quoi il dira parfois tout le contraire de ce qu'il a en tête. Ainsi dans l'expression : " il ne peut presque pas marcher ", qui se rend par un seul mot, si vous mettez la négation à la mauvaise place, vous dites: " il peut marcher, et non pas presque ", c'est-à-dire qu'il est un grand marcheur.

Une autre difficulté pour les missionnaires venait de…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Ven 13 Nov 2015, 11:43 am

CHAPITRE VII

SEMANT DANS LES LARMES

(suite)

Une autre difficulté pour les missionnaires venait de ce que l'Esquimau n'était pas habitué à penser aux choses surnaturelles, et partant n'en parlait pas. Il fallait donc choisir dans son vocabulaire, si riche pour les choses de nature matérielle, les mots, les nuances qui rendraient le mieux l'idée abstraite.

Le P. Turquetil nous apprend dans l'un de ses intéressants rapports comment, au cours de sa troisième année, ayant pu se procurer quelques passages de la Bible traduits en esquimau par les Frères Moraves du Labrador, et ayant lu à ses gens cette recommandation de Notre-Seigneur: « Soyez parfaits comme votre Père du ciel est parfait», les Esquimaux répétèrent ce texte mot à mot, et en approuvèrent pleinement l'exactitude. Mais quand le Père, surpris, leur demanda ce qu'ils avaient compris :

—  C'est bien simple, répondirent-ils, le livre dit qu'il faut être gros et gras, jamais malade; il en est ainsi au ciel !

Si des gens qui ont passé des années et des années en compagnie d'Esquimaux, et peuvent profiter des travaux de leurs devanciers (1), commettent de pareilles énormités dans ce qu'ils ont la prétention de donner comme la parole de Dieu, comment, à plus forte raison, deux Français fraîchement débarqués, et sans l'aide d'une page écrite ou imprimée, ne pouvaient-ils pas tomber dans des fautes de prononciation ou de grammaire, en bégayant une langue qui leur avait jusque-là été totalement étrangère?

Ils pouvaient aussi parfois prendre pour le nom de certains objets une expression destinée simplement à dénoter l'ignorance de leurs soi-disant guides linguistiques. Par exemple, un mot apparemment très simple, amiarô, était noté par eux comme l'équivalent de notre substantif « charbon », alors qu'en réalité il signifie: je ne connais pas cela (2).

C'étaient alors parmi les naturels des scènes d'un burlesque achevé. Les Esquimaux étaient pris d'un fou rire incontrôlable qui n'en finissait pas. Ils se roulaient sur le plancher, et quand, finalement, l'un d'eux pouvait s'échapper de la maison des Pères, il appelait hommes, femmes et enfants campés sous la tente, et chacun de s'écrier:

— Allons, Barbu (3), répète donc ce que tu as dit, afin que nous aussi nous puissions rire.

« Sans grammaire, sans dictionnaire, sans professeur, nous avions notre oreille, notre langue, un crayon, du papier et beaucoup de patience », n'en devait pas moins écrire plus tard celui qui avait le don de tant égayer ses ouailles sans le vouloir. Et il finit par réussir dans l'étude de ce qui, au commencement, n'était guère pour lui que mystère sur mystère.

En attendant…

__________________________________________________________________

(1) Les Frères Moraves sont en Amérique nord-est depuis deux cents ans. — (2) La réponse de l'indigène, évidemment, à la question du prêtre: Comment dis-tu charbon? — (3) Le nom sous lequel les Esquimaux connaissaient le P. Turquetil.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Sam 14 Nov 2015, 10:26 am

CHAPITRE VII

SEMANT DANS LES LARMES

(suite)


En attendant, chacun des deux Pères s'occupait de son mieux à la maison, en dehors des heures de classe. Avec les nombreux exercices religieux des Oblats, les mille petits détails du ménage, sinon le parachèvement de l'habitation commune, impossible de rester oisif. En outre, les missionnaires s'échappaient parfois encore, pour apprendre au contact des Esquimaux, et leur montrer un intérêt qui ne pouvait que tourner à bien. C'est ainsi que le P. Le Blanc écrivait en juin 1913 à Mgr Charlebois, O. M. I. son Ordinaire :

« Je suis rarement sorti au cœur de l'hiver. Trois ou quatre fois, habillé de peau des pieds à la tête, je suis allé voir les Esquimaux chasser le phoque et le morse sur la glace. Mon grand nez a pâli plusieurs fois devant les bourrasques qui le fouettaient, mais les Esquimaux veillaient sur moi, et venaient le frotter lorsqu'il se gelait . . .

« Nous avons passé de longues soirées d'hiver à faire toutes sortes de petits travaux de menuiserie, de sculpture, etc., tout en étudiant la langue . . .



« Nous voici à la mi-juin bientôt. J'ai peine à y croire. Nous avons encore de la neige et de la glace partout, et pas un arbre, pas une fleur ne vient nous annoncer que la saison chaude arrive. Quel triste pays quand même! Mais ce qui n'est pas triste, Monseigneur, c'est notre petite vie de famille et notre affection pour vous » (4).

Ces petites sorties ne pouvaient avoir que de bons résultats, sans compter qu'elles constituaient pour les missionnaires d'honnêtes récréations les jours sur semaine. La vie était si monotone, au sein de leur grand silence blanc, comme on a baptisé leur milieu ! Le dimanche, il en allait autrement, et cette remarque nous rappelle la grande croix que les deux apôtres eurent si longtemps à porter.

Il y avait près d'un an qu'ils s'étaient établis parmi les Esquimaux, et ils n'avaient pas encore eu le moindre ministère à exercer, pas même un baptême d'enfant à conférer. Pas encore le plus faible signe d'une velléité de conversion, ou d'une simple tendance à accepter l'instruction, forcément fragmentaire, ou les manières de faire, de ceux qui avaient tout quitté pour sauver leurs âmes !

Que dis-je? Il semblait même que ces esprits grossiers n'avaient pas encore saisi la nature de leur mission parmi eux!

« Les dimanches et les jours de fête sont assez tristes », écrivaient les deux Pères à M
gr Langevin, O. M. I., archevêque de Saint-Boniface. Nous avons presque toujours du monde, mais pas un seul chrétien, personne qui comprenne quelque chose aux cérémonies, pas de cloche, pas de confessions ni de communions, pas même de catéchisme, juste quelques Esquimaux qui viennent pour entendre la musique et par crainte de nous déplaire en ne venant pas.

« Ces pauvres gens nous prennent pour des sorciers, et croient que nous pourrions les tuer, si nous n'étions pas contents. Ils ne connaissent pas mieux. Quand ils voient l'autel illuminé, les ornements, le prêtre qui prie, chante, asperge ou encense, la petite lampe qui brûle constamment dans la chapelle, quand ils nous entendent dire le chapelet, réciter les litanies — comme il n'y a personne pour leur expliquer ce que cela veut dire — ils pensent que nous faisons quelque sorcellerie, et ils ont peur, ne sachant pas à quel esprit nous nous adressons.

« Eux ils croient à des dieux ou à des déesses au fond de l'eau, qui sont les maîtres absolus des hommes et des animaux. Des sorciers consultent ces esprits, et, comme ils sont grassement payés pour faire leur magie, ils ne seront pas les premiers à se convertir » (5).

A côté de cette ignorance…

___________________________________________________________

(4) Les Cloches de Saint-Boniface, pour 1913, p. 412. — (5) Ibid., 1914, p. 134.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mgr Turquetil, Apôtre des Esquimaux.

Message  Louis le Dim 15 Nov 2015, 12:02 pm

CHAPITRE VII

SEMANT DANS LES LARMES

(suite)

A côté de cette ignorance, sinon indifférence, religieuse qui fendait le cœur des apôtres, il y avait encore les soucis d'ordre matériel qui surgissaient longtemps après les pre-


mières difficultés de leur installation au pays. Par exemple, leur vicaire apostolique, Mgr Charlebois, leur avait envoyé, non seulement un courrier abondant, mais des provisions et du combustible — combien nécessaire! — mais ils ne reçurent rien. Leur supérieur fut longtemps sans pouvoir communiquer avec eux, mais apprit par un tiers que les deux missionnaires et trois ou quatre employés de la compagnie de la baie d'Hudson, ayant ramassé tout ce qui restait du combustible de l'année précédente, logeaient tous ensemble dans une unique chambre, vivant de la chasse tout comme ceux que les premiers étaient venus évangéliser.

Qu'était-il donc arrivé?

Tout d'abord, ne recevant rien du monde civilisé, et le bateau sauveur s'obstinant à ne pas faire son apparition au moment voulu, ils avaient commencé par faire la guerre au caribou. Malheureusement ce gibier se tenait soigneusement loin de leurs fusils, bien plus, du pays tout entier. En sorte que, pressées par la famine, les autorités de la compagnie des traiteurs avaient dépêché à Churchill, lieu de ravitaillement, une baleinière montée par des Esquimaux.

C'était en juin 1913. Enfin, pensait-on, on allait avoir vivres et correspondance. Les semaines, puis les mois, se succédèrent; rien n'arrivait. L'automne, si vite suivi de l'hiver dans ces parages, approchait, et l'on s'attendait jour après jour à voir poindre à l'horizon les blanches voiles de la baleinière qui allait sauver la situation. Les yeux inquiets de traiteurs et missionnaires en furent pour leur peine.  Rien ne vint.

L'année s'acheva pour tous dans ce qu'on pourrait qualifier de morne consternation. Or le 10 janvier, un cri retentit soudain:

— Les voilà qui arrivent.
— Qui?
— Les Esquimaux, nos baleiniers.
— Sont-ils tous vivants?
— Oui, tous vivants.
Deo gratias! s'écrièrent les deux prêtres; merci, merci (6) , fit la foule.

On apprit bien vite qu'une goélette de cent tonnes, destinée à faire le service entre Churchill et Chesterfield Inlet n'étant point arrivée à temps, les Esquimaux de la baleinière avaient repris la mer, et étaient sur leur retour lorsqu'ils furent assaillis par une tempête qui jeta leur embarcation sur les rochers de la côte, où elle se perdit corps et biens.

L'un d'eux se mit alors en route pour Churchill, dans le but d'y trouver secours et assistance, mais il tomba sur un autre groupe de naufragés, dont le bateau, maintenant en pièces lui aussi, avait été envoyé pour ravitailler Chesterfield. N'était-ce pas jouer de malheur?

Tout était perdu ; dix ou douze tonnes de provisions et deux sacs de lettres, etc., dont l'un fut bien recouvré, mais avec presque tout son contenu en bouillie!

Donc maintenant…

___________________________________________________________

(6) Chez sauvages et Esquimaux, ce mot français est reconnu comme l'expression de la reconnaissance.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10954
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum