Bergoglio et la peine de mort

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bergoglio et la peine de mort

Message  Benjamin le Lun 23 Mar 2015, 9:40 am

"On ne rend pas justice en donnant la mort à un être humain"

Une lettre [de l'antipape] dénonce la peine capitale

Rome, 20 mars 2015  (Zenit.org) Marina Droujinina  | 507 clics


La peine de mort « est une offense à l’inviolabilité de la vie et à la dignité de la personne humaine qui contredit le dessein de Dieu pour l’homme et la société, et sa justice miséricordieuse », écrit [l'antipape] François ce vendredi 20 mars dans une lettre remise à une délégation de la Commission internationale contre la peine de mort, qu’il a reçue en audience privée au Vatican.



« La vie humaine est sacrée, écrit [l'antipape] François en espagnol, de la conception jusqu’à la mort naturelle (…). La vie, en particulier la vie humaine, n’appartient qu’à Dieu. Même celui qui tue ne perd pas sa dignité personnelle et Dieu lui-même s'en fait le garant. »

Pour cette raison, la peine de mort est « inadmissible, quelle que soit la gravité du délit du condamné », affirme [l'antipape] argentin. Il rappelle que cette mesure est souvent utilisée par « les régimes totalitaires et les groupes fanatiques » et que « pour les États de droit, la peine de mort représente un échec, car elle les oblige à tuer au nom de la justice. On n’arrive jamais à rendre justice en donnant la mort à un être humain ».

[L'antipape] cite les paroles du célèbre écrivain russe Fiodor Dostoïevski : « Tuer quelqu’un qui a tué est un châtiment incomparablement plus grand que le crime lui-même. L’assassinat dans le cadre d’une sentence est plus horrible que l’assassinat commis par un criminel. »

La peine de mort peut aussi être le résultat d’« une erreur judiciaire », fait observer [l'antipape] : « La justice humaine est imparfaite et ne pas le reconnaître peut la transformer en source d’injustices. Avec l’application de la peine capitale, on nie au condamné la possibilité de réparation ou de la correction du dommage causé ; la possibilité de la confession, par laquelle l’homme exprime sa conversion intérieure. »

[L'antipape] François dénonce également  le « traitement cruel, inhumain et dégradant » du condamné avant l’exécution. Il évoque « l’angoisse » et « la terrible attente entre la lecture de la sentence et l’application de la peine » qui peut durer plusieurs années conduisant « à la folie ou la maladie » du condamné « dans les couloirs de la mort ».

[L'antipape] a déjà dénoncé aussi la condamnation à perpétuité, et il réaffirme ici que la peine de prison à perpétuité n’est qu’une « peine de mort déguisée », car elle tue toute espérance chez le prisonnier.

En concluant, [l'antipape] encourage les membres de la Commission internationale contre la peine de mort à continuer leur travail et il appelle tous les "chrétiens" à « lutter contre la peine de mort, sous toutes ses formes ».

( source : http://www.zenit.org/fr/articles/on-ne-rend-pas-justice-en-donnant-la-mort-a-un-etre-humain )


L'hérétique multirécidiviste Bergoglio invoquant Dostoïevski contre le Catéchisme du Concile de Trente, Saint Thomas d'Aquin et Saint Pie V !  Rolling Eyes  :


Catherine a écrit:
Catéchisme du Concile de Trente

§ I. — QUELS SONT LES MEURTRES QUI nE SONT POINT ICI DÉFENDUS.

Dans la partie du précepte qui défend le meurtre, il faut d’abord faire remarquer aux Fidèles qu’il y a des meurtres qui ne sont point compris dans cette défense. Ainsi il n’est pas défendu de tuer les bêtes ; puisque Dieu nous a permis de nous en nourrir, Il nous a permis par là -même de les tuer. Ce qui a fait dire à Saint Augustin [4] : « Lorsque nous lisons ces paroles: Vous ne tuerez point, cela ne peut s’entendre des arbres qui n’ont aucune sensibilité, ni des animaux sans raison, parce qu’ils ne nous sont unis par aucun lien social. »

Il est une autre espèce de meurtre qui est également permise, ce sont les homicides ordonnés par les magistrats qui ont droit de vie et de mort pour sévir contre les criminels que les tribunaux condamnent, et pour protéger les innocents. Quand donc ils remplissent leurs fonctions avec équité, non seulement ils ne sont point coupables de meurtre, mais au contraire ils observent très fidèlement la Loi de Dieu qui le défend. Le but de cette Loi est en effet de veiller à la conservation de la vie des hommes, par conséquent les châtiments infligés par les magistrats, qui sont les vengeurs légitimes du crime, ne tendent qu’à mettre notre vie en sûreté, en réprimant l’audace et l’injustice par les supplices. C’est ce qui faisait dire à David [5]: « Dés le matin je songeais à exterminer tous les coupables, pour retrancher de la cité de Dieu les artisans d’iniquité. »
Par la même raison, ceux qui, dans une guerre juste, ôtent la vie à leurs ennemis, ne sont point coupables d’homicide, pourvu qu’ils n’obéissent point à la cupidité et à la cruauté, mais qu’ils ne cherchent que le bien public. Les meurtres qui se font par la volonté formelle de Dieu ne sont point non plus des péchés. Les enfants de Lévi qui firent périr en un seul jour tant de milliers d’hommes ne commirent aucune faute. Après le massacre, Moïse leur dit: [6] « Vous avez aujourd’hui consacré vos mains au Seigneur. » Celui qui involontairement et sans préméditation donne la mort à quelqu’un, n’est pas coupable non plus. Voici ce que le Deutéronome dit à ce sujet: [7] « Celui qui, sans y penser, aura frappé un autre avec lequel il n’aura point eu de dispute les deux jours précédents, et qui étant allé avec lui dans une forêt simplement pour y couper du bois, lui aura donné un coup et l’aura tué avec sa cognée qui lui aura échappé des mains, ou qui a quitté son manche, ne sera point coupable de la mort de cet homme. » Ces sortes de meurtres ne sont ni volontaires ni commis à dessein, ils ne sauraient donc être mis au nombre des péchés. C’est ce que nous confirme Saint Augustin: [8] « Si contre notre volonté, dit-il, il arrive du mal des actions que nous faisons licitement et pour le bien, ce mal ne doit pas nous être imputé. »

Toutefois il est deux cas où nous pouvons être coupables d’homicide, sans qu’il y ait eu préméditation de notre part

En premier lieu, si quelqu’un vient à tuer son semblable, en faisant une action injuste ; par exemple, en frappant une femme enceinte à coups de pied, ou à coups de poing, de manière à causer la mort de son enfant ; sans doute il n’est pas volontairement cause de cette mort, mais il en est coupable, par la raison qu’il lui est absolument défendu de frapper une femme enceinte. En second lieu, si on donne la mort à quelqu’un par imprudence, et faute d’avoir pris les précautions et les soins nécessaires, pour éviter un tel malheur.

De même encore, celui qui en défendant sa propre vie tue son agresseur, malgré les précautions qu’il prend pour ne le point frapper mortellement, n’est nullement coupable d’homicide. tous ces meurtres dont nous venons de parler ne tombent point sous les prescriptions de la Loi. Mais les autres sont absolument défendus, soit qu’on les considère du côté de celui qui donne la mort, ou du côté de celui qui la reçoit, ou enfin selon les différentes manières dont l’homicide peut être commis.

Source: http://catechisme.free.fr/trente/part3/partie3chap33.htm

( source : http://messe.forumactif.org/t3018-du-temps-a-donner-a-ceux-qui-ont-tout-perdu#58472 )

gabrielle a écrit:
Dans la Somme Théologique : surtout : IIaIIae, qu.64, a.2.


Résumé : Est-il permis de tuer les pécheurs ?

Objections :

Notre-Seigneur interdit d’arracher l’ivraie (Mtt.XIII,29-30) ;

Dieu ménage les pécheurs pour leur pénitence ;

Tuer est mauvais en soi.

Or : le moins parfait est ordonné au plus parfait. Cette subordination existe entre la partie et le tout. Toute partie - de par sa nature - est subordonnée au bien du tout : sacrifier l’imparfait pour le parfait. Ainsi, si l’individu constitue un péril, il faut le mettre à mort au nom du bien commun.

Réponses aux objections :

Ceci est vrai si on ne peut discerner les bons des méchants (Abraham demandant à Dieu d’épargner Sodome : Gen.XVIII,23-32).

Ceci est vrai s’il n’y a aucun danger pour autrui ; or les grands malfaiteurs ont toujours menacé l’ordre public.

Si tuer un homme fidèle est mauvais, ne pas oublier qu’un homme pécheur perd sa dignité humaine [en ce sens, il y renonce].

Remarque : la peine de mort n’est pas l’application de la loi du talion (où la peine est calquée sur la faute : œil pour œil, dent pour dent) mais demeure une question de bien public qui va au-delà de la légitime défense ; c’est une question de justice sociale : l’Etat a pour devoir de guérir le mal et protéger la société (caractère médicinal, exemplaire et réparateur).

Saint Thomas admet par ailleurs que :

Par charité un juge peut condamner à mort un ami (cf. IIaIIae, qu.25,art.6, ad.2).

Le Chef de la Cité peut infliger la mort par pouvoir coercitif (IIaIIae,qu.65,a.2,ad.2).

La peine de mort est légitime quand il y a des dommages irréparables ou une perversité infamante (IIaIIae,qu.66,a.6,ad.2).

Il n’est pas injuste de tuer le malfaiteur ou l’ennemi de l’Etat (IIaIIae,qu100,a.8,ad.3) ;

Si la mise a mort des malfaiteurs et des ennemis de l’Etat n’est pas une injustice, l’autorité publique demeure libre de l’appliquer et de changer cette législation positive (IaIIae,qu.100, a.8,ad3).

La peine doit être proportionnée au dommage social et à la nature du délit (IaIIae,qu.87,a.3,ad1).

Le but de la peine est l’expiation et la conservation de l’ordre social (Ia,qu.48,a.6 ; IaIIae,qu.102,a.3,ad5 ; IIaIIae,qu.108,a.4).

La prison perpétuelle ou l’exil sont envisageable comme châtiment de l’homicide (IaIIae,qu.87,a.3,ad1).

( source : http://messe.forumactif.org/t3018-du-temps-a-donner-a-ceux-qui-ont-tout-perdu#58507 )

Benjamin a écrit:
Code de Droit Canonique, 1917 a écrit:
Can. 2359

(...)

§ 2 S’ils [les clercs] ont commis un délit contre le sixième commandement avec des mineurs de moins de seize ans, ou pratiqué adultère, viol, ‘bestialité’, sodomie, excitation à la prostitution ou inceste avec ses consanguins ou alliés au premier degré, ils doivent être suspendus, déclarés infâmes, privés de tout offices, bénéfice, dignité ou charge qu’ils pourraient avoir, et dans les cas les plus graves ils doivent être déposés.

Saint Pie V, Horrendum illud scelus, 30 août 1568 a écrit:
En conséquence, souhaitant poursuivre avec la plus grande rigueur ce que Nous avons décrété depuis le début de Notre Pontificat, Nous statuons que tout prêtre ou membre du clergé, soit séculier ou régulier, commettant un tel exécrable crime, soit privé, par la force de cette présente loi, de tout privilège clérical, de tout poste, dignité et bénéfice ecclésiastique, et, après avoir été dégradé par un juge ecclésiastique, qu'il soit IMMÉDIATEMENT LIVRÉ AU POUVOIR CIVIL AFIN QU'IL SOIT MIS À MORT, tel que le mandate la loi en tant que juste châtiment pour le laïc ayant sombré dans cet abysse.

( source : http://messe.forumactif.org/t5412-la-secte-de-vatican-ii-nid-de-pervers#105586 )

Benjamin

Nombre de messages : 5019
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Lun 23 Mar 2015, 11:43 am

Benjamin a écrit: ...L'hérétique multirécidiviste Bergoglio invoquant Dostoïevski contre le Catéchisme du Concile de Trente, Saint Thomas d'Aquin et Saint Pie V !  Rolling Eyes

L'hérétique multirécidiviste Bergoglio se targue d’avoir un front de beu, dites donc  !

Les citations du Catéchisme du Concile de Trente, données par Catherine, Saint Thomas d’Aquin (par Gabrielle)

et Saint Pie V et CDC 1917 (par Benjamin) réduisent à néant les arguties de Bergoglifaux.

Que pense Bergoglio de la peine de mort appliquée par l’EI ?

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  gabrielle le Sam 28 Mar 2015, 7:56 am

Est-ce que Bergoglio est prêt à recevoir dans son appart, un récidiviste meurtrier, si oui, que la justice italienne lui envoie donc tous ces gens... on va voir si Bergoglio va dormir en paix.


gabrielle

Nombre de messages : 17540
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Sam 28 Mar 2015, 12:18 pm

gabrielle a écrit:Est-ce que Bergoglio est prêt à recevoir dans son appart, un récidiviste meurtrier, si oui, que la justice italienne lui envoie donc  tous ces gens... on va voir si Bergoglio va dormir en paix.

That's the question.

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  Benjamin le Mer 30 Sep 2015, 4:56 pm

[L'antipape] François fait-il évoluer l’enseignement de "l’Église" sur la peine de mort ?

L’exécution mercredi 30 septembre d’une détenue condamnée à mort, Kelly Gissendaner, dans l’État américain de Géorgie, a montré que l’appel [de l'antipape] contre la peine capitale, lancé jeudi 24 septembre dans son discours au Congrès, n’avait pas été entendu.

[L'antipape] François est favorable à une « abolition totale de la peine de mort ».

Avec cet article
Les "évêques" américains renouvellent leur opposition à la peine de mort

Son soutien appuyé à une « abolition totale de la peine de mort » interroge sur une éventuelle évolution à ce sujet de l’enseignement traditionnel de "l’Église catholique" [?], qui n’exclut pas des « cas d’absolue nécessité » bien qu’« assez rares, sinon même pratiquement inexistants ».

(...)

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-pape-Francois-fait-il-evoluer-l-enseignement-de-l-Eglise-sur-la-peine-de-mort-2015-09-30-1363000

Quel hypocrite ! Il prétend vouloir abolir la peine de mort, alors qu'il envoie l'Europe entière à la mort et à la guerre civile avec l'invasion qu'il appuie, sans parler de son rôle dans le reste des affaires mondiales du N.O.M. créateur de guerres et semeur de mort !

Et aussi, "excommunie"-t-il systématiquement les meurtriers avorteurs et avorteuses parmi ses "fidèles", en condamnant clairement l'acte commis comme un meurtre, ou pas ? Le même jour, dans le même journal, juste un article en-dessous, l'on peut lire :

Pour les "évêques" de France, l’avortement reste un « acte grave »

Dans un communiqué publié deux jours après le lancement d’une campagne gouvernementale sur l’IVG, "l’épiscopat" juge que cette dernière fait « l’impasse sur la vie que porte une grossesse ».

30/9/15 - 14 H 02

"Marche pour la vie", 25 janvier 2015, Paris.
Avec cet article
[L'antipape] François veut que tous les "prêtres" puissent pardonner l'avortement
Avortement, une banalisation inéluctable?
Avortement, les "évêques" critiquent la campagne du gouvernement
Pour les JMJ de Cracovie, [l'antipape] invite les jeunes à être « instruments de miséricorde »

L’avortement n’est pas une « anecdote de la vie », mais « un acte grave », affirme la Conférence des "évêques" de France, dans un communiqué publié mercredi 30 septembre. Cet acte « engage et marque bien souvent profondément et durablement les personnes qui le vivent », peut-on y lire.

Cette déclaration intervient deux jours après le lancement, par le gouvernement, d’une campagne promouvant l’interruption volontaire de grossesse, avec pour slogan « IVG : mon corps, mon choix, mon droit », et la création d’un numéro vert d’information.

(...)

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Pour-les-eveques-de-France-l-avortement-reste-un-acte-grave-2015-09-30-1362940

Alors ? Avec ce genre de démarche de "pardon" clamé sur tous les toits, et avec ses clowns déguisés en "évêques" qui parlent simplement "d'acte grave" et non de meurtre sans condamner franchement, n'encourage-t-il pas la "peine de mort" imposée à des bébés à naître et qui n'ont rien fait, alors que dans le même temps il veut que les criminels (dont ceux qu'il veut faire accueillir parmi nous via son invasion), ne soient jamais condamnés à mort ?

Ce que j'ai mis en gras parle simplement des parents : cet acte « engage et marque bien souvent profondément et durablement les personnes qui le vivent », mais les bébés, ils s'en moquent alors ? L'article parle de "vie naissante" comme si c'était une vie qui n'est pas encore vraiment là. Avec leurs stupidités et leurs non-condamnations ils encouragent l'extermination.

Et sans parler de la mort spirituelle qu'il contribue à causer mondialement avec sa secte. Là, étrangement il n'est pas question de l'abolir, cette "peine de mort"-là... Rolling Eyes

Benjamin

Nombre de messages : 5019
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Mer 30 Sep 2015, 5:24 pm

Benjamin a écrit:
Pour les "évêques" de France, l’avortement reste un « acte grave »

Ça ne marche pas pantoutte leur affaire. D'un trait, les Intrus sont pour l’abolition de la peine de mort.

L'avortement est un meurtre. Bergoglifaux veut que tous les prêtres pardonnent l'avortement.

Comme peuvent-ils absoudre l'avortement et être contre la peine de mort ?

Faudrait qu'ils lisent et s'instruisent en lisant  ce fil :


Benjamin a écrit:
"On ne rend pas justice en donnant la mort à un être humain"

Une lettre [de l'antipape] dénonce la peine capitale

Rome, 20 mars 2015  (Zenit.org) Marina Droujinina  | 507 clics


La peine de mort « est une offense à l’inviolabilité de la vie et à la dignité de la personne humaine qui contredit le dessein de Dieu pour l’homme et la société, et sa justice miséricordieuse », écrit [l'antipape] François ce vendredi 20 mars dans une lettre remise à une délégation de la Commission internationale contre la peine de mort, qu’il a reçue en audience privée au Vatican.



« La vie humaine est sacrée, écrit [l'antipape] François en espagnol, de la conception jusqu’à la mort naturelle (…). La vie, en particulier la vie humaine, n’appartient qu’à Dieu. Même celui qui tue ne perd pas sa dignité personnelle et Dieu lui-même s'en fait le garant. »

Pour cette raison, la peine de mort est « inadmissible, quelle que soit la gravité du délit du condamné », affirme [l'antipape] argentin. Il rappelle que cette mesure est souvent utilisée par « les régimes totalitaires et les groupes fanatiques » et que « pour les États de droit, la peine de mort représente un échec, car elle les oblige à tuer au nom de la justice. On n’arrive jamais à rendre justice en donnant la mort à un être humain ».

[L'antipape] cite les paroles du célèbre écrivain russe Fiodor Dostoïevski : « Tuer quelqu’un qui a tué est un châtiment incomparablement plus grand que le crime lui-même. L’assassinat dans le cadre d’une sentence est plus horrible que l’assassinat commis par un criminel. »

La peine de mort peut aussi être le résultat d’« une erreur judiciaire », fait observer [l'antipape] : « La justice humaine est imparfaite et ne pas le reconnaître peut la transformer en source d’injustices. Avec l’application de la peine capitale, on nie au condamné la possibilité de réparation ou de la correction du dommage causé ; la possibilité de la confession, par laquelle l’homme exprime sa conversion intérieure. »

[L'antipape] François dénonce également  le « traitement cruel, inhumain et dégradant » du condamné avant l’exécution. Il évoque « l’angoisse » et « la terrible attente entre la lecture de la sentence et l’application de la peine » qui peut durer plusieurs années conduisant « à la folie ou la maladie » du condamné « dans les couloirs de la mort ».

[L'antipape] a déjà dénoncé aussi la condamnation à perpétuité, et il réaffirme ici que la peine de prison à perpétuité n’est qu’une « peine de mort déguisée », car elle tue toute espérance chez le prisonnier.

En concluant, [l'antipape] encourage les membres de la Commission internationale contre la peine de mort à continuer leur travail et il appelle tous les "chrétiens" à « lutter contre la peine de mort, sous toutes ses formes ».

( source : http://www.zenit.org/fr/articles/on-ne-rend-pas-justice-en-donnant-la-mort-a-un-etre-humain )


L'hérétique multirécidiviste Bergoglio invoquant Dostoïevski contre le Catéchisme du Concile de Trente, Saint Thomas d'Aquin et Saint Pie V !  Rolling Eyes  :


Catherine a écrit:
Catéchisme du Concile de Trente

§ I. — QUELS SONT LES MEURTRES QUI nE SONT POINT ICI DÉFENDUS.

Dans la partie du précepte qui défend le meurtre, il faut d’abord faire remarquer aux Fidèles qu’il y a des meurtres qui ne sont point compris dans cette défense. Ainsi il n’est pas défendu de tuer les bêtes ; puisque Dieu nous a permis de nous en nourrir, Il nous a permis par là -même de les tuer. Ce qui a fait dire à Saint Augustin [4] : « Lorsque nous lisons ces paroles: Vous ne tuerez point, cela ne peut s’entendre des arbres qui n’ont aucune sensibilité, ni des animaux sans raison, parce qu’ils ne nous sont unis par aucun lien social. »

Il est une autre espèce de meurtre qui est également permise, ce sont les homicides ordonnés par les magistrats qui ont droit de vie et de mort pour sévir contre les criminels que les tribunaux condamnent, et pour protéger les innocents. Quand donc ils remplissent leurs fonctions avec équité, non seulement ils ne sont point coupables de meurtre, mais au contraire ils observent très fidèlement la Loi de Dieu qui le défend. Le but de cette Loi est en effet de veiller à la conservation de la vie des hommes, par conséquent les châtiments infligés par les magistrats, qui sont les vengeurs légitimes du crime, ne tendent qu’à mettre notre vie en sûreté, en réprimant l’audace et l’injustice par les supplices. C’est ce qui faisait dire à David [5]: « Dés le matin je songeais à exterminer tous les coupables, pour retrancher de la cité de Dieu les artisans d’iniquité. »
Par la même raison, ceux qui, dans une guerre juste, ôtent la vie à leurs ennemis, ne sont point coupables d’homicide, pourvu qu’ils n’obéissent point à la cupidité et à la cruauté, mais qu’ils ne cherchent que le bien public. Les meurtres qui se font par la volonté formelle de Dieu ne sont point non plus des péchés. Les enfants de Lévi qui firent périr en un seul jour tant de milliers d’hommes ne commirent aucune faute. Après le massacre, Moïse leur dit: [6] « Vous avez aujourd’hui consacré vos mains au Seigneur. » Celui qui involontairement et sans préméditation donne la mort à quelqu’un, n’est pas coupable non plus. Voici ce que le Deutéronome dit à ce sujet: [7] « Celui qui, sans y penser, aura frappé un autre avec lequel il n’aura point eu de dispute les deux jours précédents, et qui étant allé avec lui dans une forêt simplement pour y couper du bois, lui aura donné un coup et l’aura tué avec sa cognée qui lui aura échappé des mains, ou qui a quitté son manche, ne sera point coupable de la mort de cet homme. » Ces sortes de meurtres ne sont ni volontaires ni commis à dessein, ils ne sauraient donc être mis au nombre des péchés. C’est ce que nous confirme Saint Augustin: [8] « Si contre notre volonté, dit-il, il arrive du mal des actions que nous faisons licitement et pour le bien, ce mal ne doit pas nous être imputé. »

Toutefois il est deux cas où nous pouvons être coupables d’homicide, sans qu’il y ait eu préméditation de notre part

En premier lieu, si quelqu’un vient à tuer son semblable, en faisant une action injuste ; par exemple, en frappant une femme enceinte à coups de pied, ou à coups de poing, de manière à causer la mort de son enfant ; sans doute il n’est pas volontairement cause de cette mort, mais il en est coupable, par la raison qu’il lui est absolument défendu de frapper une femme enceinte. En second lieu, si on donne la mort à quelqu’un par imprudence, et faute d’avoir pris les précautions et les soins nécessaires, pour éviter un tel malheur.

De même encore, celui qui en défendant sa propre vie tue son agresseur, malgré les précautions qu’il prend pour ne le point frapper mortellement, n’est nullement coupable d’homicide. tous ces meurtres dont nous venons de parler ne tombent point sous les prescriptions de la Loi. Mais les autres sont absolument défendus, soit qu’on les considère du côté de celui qui donne la mort, ou du côté de celui qui la reçoit, ou enfin selon les différentes manières dont l’homicide peut être commis.

Source: http://catechisme.free.fr/trente/part3/partie3chap33.htm

( source : http://messe.forumactif.org/t3018-du-temps-a-donner-a-ceux-qui-ont-tout-perdu#58472 )

gabrielle a écrit:
Dans la Somme Théologique : surtout : IIaIIae, qu.64, a.2.


Résumé : Est-il permis de tuer les pécheurs ?

Objections :

Notre-Seigneur interdit d’arracher l’ivraie (Mtt.XIII,29-30) ;

Dieu ménage les pécheurs pour leur pénitence ;

Tuer est mauvais en soi.

Or : le moins parfait est ordonné au plus parfait. Cette subordination existe entre la partie et le tout. Toute partie - de par sa nature - est subordonnée au bien du tout : sacrifier l’imparfait pour le parfait. Ainsi, si l’individu constitue un péril, il faut le mettre à mort au nom du bien commun.

Réponses aux objections :

Ceci est vrai si on ne peut discerner les bons des méchants (Abraham demandant à Dieu d’épargner Sodome : Gen.XVIII,23-32).

Ceci est vrai s’il n’y a aucun danger pour autrui ; or les grands malfaiteurs ont toujours menacé l’ordre public.

Si tuer un homme fidèle est mauvais, ne pas oublier qu’un homme pécheur perd sa dignité humaine [en ce sens, il y renonce].

Remarque : la peine de mort n’est pas l’application de la loi du talion (où la peine est calquée sur la faute : œil pour œil, dent pour dent) mais demeure une question de bien public qui va au-delà de la légitime défense ; c’est une question de justice sociale : l’Etat a pour devoir de guérir le mal et protéger la société (caractère médicinal, exemplaire et réparateur).

Saint Thomas admet par ailleurs que :

Par charité un juge peut condamner à mort un ami (cf. IIaIIae, qu.25,art.6, ad.2).

Le Chef de la Cité peut infliger la mort par pouvoir coercitif (IIaIIae,qu.65,a.2,ad.2).

La peine de mort est légitime quand il y a des dommages irréparables ou une perversité infamante (IIaIIae,qu.66,a.6,ad.2).

Il n’est pas injuste de tuer le malfaiteur ou l’ennemi de l’Etat (IIaIIae,qu100,a.8,ad.3) ;

Si la mise a mort des malfaiteurs et des ennemis de l’Etat n’est pas une injustice, l’autorité publique demeure libre de l’appliquer et de changer cette législation positive (IaIIae,qu.100, a.8,ad3).

La peine doit être proportionnée au dommage social et à la nature du délit (IaIIae,qu.87,a.3,ad1).

Le but de la peine est l’expiation et la conservation de l’ordre social (Ia,qu.48,a.6 ; IaIIae,qu.102,a.3,ad5 ; IIaIIae,qu.108,a.4).

La prison perpétuelle ou l’exil sont envisageable comme châtiment de l’homicide (IaIIae,qu.87,a.3,ad1).

( source : http://messe.forumactif.org/t3018-du-temps-a-donner-a-ceux-qui-ont-tout-perdu#58507 )

Benjamin a écrit:
Code de Droit Canonique, 1917 a écrit:
Can. 2359

(...)

§ 2 S’ils [les clercs] ont commis un délit contre le sixième commandement avec des mineurs de moins de seize ans, ou pratiqué adultère, viol, ‘bestialité’, sodomie, excitation à la prostitution ou inceste avec ses consanguins ou alliés au premier degré, ils doivent être suspendus, déclarés infâmes, privés de tout offices, bénéfice, dignité ou charge qu’ils pourraient avoir, et dans les cas les plus graves ils doivent être déposés.

Saint Pie V, Horrendum illud scelus, 30 août 1568 a écrit:
En conséquence, souhaitant poursuivre avec la plus grande rigueur ce que Nous avons décrété depuis le début de Notre Pontificat, Nous statuons que tout prêtre ou membre du clergé, soit séculier ou régulier, commettant un tel exécrable crime, soit privé, par la force de cette présente loi, de tout privilège clérical, de tout poste, dignité et bénéfice ecclésiastique, et, après avoir été dégradé par un juge ecclésiastique, qu'il soit IMMÉDIATEMENT LIVRÉ AU POUVOIR CIVIL AFIN QU'IL SOIT MIS À MORT, tel que le mandate la loi en tant que juste châtiment pour le laïc ayant sombré dans cet abysse.

( source : http://messe.forumactif.org/t5412-la-secte-de-vatican-ii-nid-de-pervers#105586 )
.
http://messe.forumactif.org/t6417-bergoglio-et-la-peine-de-mort#115577


ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  gabrielle le Jeu 01 Oct 2015, 8:36 am

[L'antipape] a déjà dénoncé aussi la condamnation à perpétuité, et il réaffirme ici que la peine de prison à perpétuité n’est qu’une « peine de mort déguisée », car elle tue toute espérance chez le prisonnier.

Bon, avec ce faux principe, Bergoglio devrait demander l'abolition des tribunaux...et l'absolution collective pour les criminels.

Il est faux que l'Espérance soit tuée par la réclusion à vie,cette sentence est une grâce pour que le criminel puisse réfléchir et faire pénitence.

La peine de mort « est une offense à l’inviolabilité de la vie et à la dignité de la personne humaine qui contredit le dessein de Dieu pour l’homme et la société, et sa justice miséricordieuse », écrit [l'antipape] François

Est-ce imaginable que des saintes Catherine de Sienne et Thérèse de l'Enfant-Jésus se soient trompés à ce point et sur le sujet..... et que l'Église les ait canonisé?

Pour Sainte Catherine de Sienne, elle accompagna un condamné à l'échafaud, après l'avoir préparé à mourir, elle monta avec lui sur le lieu de son exécution et plaça sa main sur sa tête en lui parlant du Ciel, elle le signa de sa main, cet homme a reçu ce jour là une grâce de salut extraordinaire

Extrait du manuscrit autobiographique de sainte Thérèse de Lisieux :

« Afin d'exciter mon zèle le Bon Dieu me montra qu'il avait mes désirs pour agréables. – J'entendis parler d'un grand criminel qui venait d'être condamné à mort pour des crimes horribles, tout portait à croire qu'il mourrait dans l'impénitence. Je voulus à tout prix l'empêcher de tomber en enfer, afin d'y parvenir j'employai tous les moyens imaginables : sentant que de moi-même je ne pouvais rien, j'offris au Bon Dieu tous les mérites infinis de Notre Seigneur, les trésors de la Sainte Église, enfin je priai Céline de faire dire une messe dans mes intentions, n'osant pas la demander moi-même dans la crainte d'être obligée d'avouer que c'était pour Pranzini, le grand criminel. Je ne voulais pas non plus le dire à Céline, mais elle me fit de si tendres et si pressantes questions que je lui confiai mon secret ; bien loin de se moquer de moi elle me demanda de m'aider à convertir mon pécheur, j'acceptai avec reconnaissance, car j'aurais voulu que toutes les créatures s'unissent à moi pour implorer la grâce du coupable. Je sentais au fond de mon cœur la certitude que nos désirs seraient satisfaits, mais afin de me donner du courage pour continuer à prier pour les pécheurs, je dis au Bon Dieu que j'étais bien sûre qu'Il pardonnerait au pauvre malheureux Pranzini, que je le croirais même s'il ne se confessait pas et ne donnait aucune marque de repentir, tant j'avais de confiance en la miséricorde infinie de Jésus, mais que je lui demandais seulement « un signe » de repentir pour ma simple consolation… Ma prière fut exaucée à la lettre ! Malgré la défense que Papa nous avait faite de lire aucun journal, je ne croyais pas désobéir en lisant les passages qui parlaient de Pranzini. Le lendemain de son exécution je trouve sous ma main le journal : « La Croix ». Je l'ouvre avec empressement et que vois-je ?… Ah ! mes larmes trahirent mon émotion et je fus obligée de me cacher… Pranzini ne s'était pas confessé, il était monté sur l'échafaud et s'apprêtait à passer sa tête dans le lugubre trou, quand tout à coup, saisi d'une inspiration subite, il se retourne, saisit un Crucifix que lui présentait le prêtre et baise par trois fois ses plaies sacrées !… Puis son âme alla recevoir la sentence miséricordieuse de Celui qui déclare qu'au Ciel il y aura plus de joie pour un pécheur qui fait pénitence que pour 99 justes qui n'ont jamais péché.


la peine de mort est une grâce elle aussi, loin d'enlever la dignité au condamné, elle offre à ce dernier un sacrifice de sa vie en expiant de son meurtre.


Le trouble avec Bergoglio est l'inversion qu'il fait, la vie naturelle n'est pas une finalité en soi, la fin ultime de l'homme est Dieu et sa dignité il la trouve en réalisant cette ultime fin: le salut éternel.

Pour le temps passé dans le couloir de la mort, c'est un temps de préparation, quand on réfléchit bien, nous sommes tous dans ce couloir... à une exception, les condamnés à mort savent à la minute près l'heure de leur mort et ça, c'est la grâce la plus précieuse qui soit.

gabrielle

Nombre de messages : 17540
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  Benjamin le Jeu 01 Oct 2015, 8:45 am

gabrielle a écrit:
[L'antipape] a déjà dénoncé aussi la condamnation à perpétuité, et il réaffirme ici que la peine de prison à perpétuité n’est qu’une « peine de mort déguisée », car elle tue toute espérance chez le prisonnier.

Bon, avec ce faux principe, Bergoglio devrait demander l'abolition des tribunaux...et l'absolution collective pour les criminels.

Il est faux que l'Espérance soit tuée par la réclusion à vie,cette sentence est une grâce pour que le criminel puisse réfléchir et faire pénitence.

C'est sans doute parce que tu parles de l'Espérance avec un grand "e" de l'Église, et que Bergoglio parle de l'espérance à la sauce humaniste de sa secte, avec un petit "e".

L'insistance de Bergoglio à vouloir "lutter" contre l'idée même de la peine de mort trahirait-elle qu'il a peur qu'un jour quelqu'un l'applique à lui-même et à sa bande de criminels qui détruisent le monde ? C'est le comportement de quelqu'un qui veut protéger des criminels et qui sait que lui ou les gens de son camp, ou les envahisseurs qu'il nous envoie, ont quelque chose à se reprocher...

Benjamin

Nombre de messages : 5019
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Jeu 01 Oct 2015, 10:04 am

.
L'Espérance de l'Église est une vertu théologale.

L'espérance humaniste de la secte est un vice abominable.

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  Benjamin le Mar 23 Fév 2016, 1:50 pm

[L'antipape] demande de suspendre la peine de mort pendant le "Jubilé"

Claire Lesegretain, le 22/02/2016 à 14h41

À la veille du congrès « Pour un monde sans peine de mort » organisé par la communauté de Sant’Egidio, [l'antipape] François a demandé de suspendre les exécutions capitales partout dans le monde.

(...)

http://www.la-croix.com/Religion/Pape/Le-pape-demande-de-suspendre-la-peine-de-mort-pendant-le-Jubile-2016-02-22-1200741831

Nul doute que les pays communistes ou mahométans qui l'appliquent encore, pour ne citer que ceux-là, vont l'écouter... Sleep

Benjamin

Nombre de messages : 5019
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  Roger Boivin le Mar 23 Fév 2016, 2:05 pm


Les avortements compris ?

Ces enfants subissent aussi cette sentance capitale.

Roger Boivin

Nombre de messages : 10068
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  Benjamin le Mar 23 Fév 2016, 3:01 pm

«Même un criminel garde le droit inviolable à la vie», déclare [l'antipape] François

[L'antipape] demande un geste "jubilaire" aux gouvernants [conciliaires]

(...)

https://fr.zenit.org/articles/meme-un-criminel-garde-le-droit-inviolable-a-la-vie-declare-le-pape-francois/

Pourtant la peine de mort n'a pas posé problème à la Sainte Église (voir citations ci-dessus dans ce fil).

Bergoglio fait disparaître la notion de justice et maintient ses "fidèles" dans la mollesse pseudo-humaniste que leur souhaitent ceux qui veulent les voir massacrés Rolling Eyes

Benjamin

Nombre de messages : 5019
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Mar 23 Fév 2016, 3:24 pm

Benjamin a écrit:
«Même un criminel garde le droit inviolable à la vie», déclare [l'antipape] François

Que fait l'antipape François du droit inviolable à la vie de la victime ?

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Mar 23 Fév 2016, 3:27 pm

Benjamin a écrit:
[L'antipape] demande de suspendre la peine de mort pendant le "Jubilé"

Pourquoi ne pas plutôt supendre le "Jubilé" et réfléchir sérieusement sur la peine de mort ?

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  gabrielle le Mer 24 Fév 2016, 8:05 am

Est-ce qu'avec la justice des tribunaux de nos jours, il n'y a pas un grand risque que des innocents soient exécutés.... c'est là mon problème, la peine de mort juste quand le criminel a volontairement enlevé la vie de quelqu'un... ça pas trouble, mais de nos jours on exécute même des déficients intellectuels... alors, là j'ai un problème.

gabrielle

Nombre de messages : 17540
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  gabrielle le Mer 24 Fév 2016, 8:35 am

Wikipédia a écrit:Presque toujours, une disposition législative prévoit qu'une femme enceinte ne peut être exécutée, comme le droit international d'ailleurs. Soit sa peine sera commuée (solution prévue en Chine100, anciennement en Grande-Bretagne), soit elle pourra théoriquement être exécutée après la grossesse (solution plus fréquente, prévue aux États-Unis, au Japon, en Inde, et anciennement en France101).

http://www.lehmanlaw.com/resource-centre/laws-and-regulations/general/criminal-procedure-law-of-the-peoples-republic-of-china-1996.html [archive] Article 211
↑ Aux États-Unis, selon les lois de chaque État ; Au Japon : article 497 du code de procédure pénale ; En Inde : article 416 du même code ; En France : Article 17 de l'ancien code pénal.

J'aimerais que ces gens m'explique cette loi... eux qui sont pour l'IVG.

gabrielle

Nombre de messages : 17540
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  Benjamin le Mer 24 Fév 2016, 8:39 am

gabrielle a écrit:Est-ce qu'avec la justice des tribunaux de nos jours, il n'y a pas un grand risque que des innocents soient exécutés.... c'est là mon problème, la peine de mort juste  quand le criminel a volontairement enlevé la vie de quelqu'un... ça pas trouble, mais de nos jours on exécute même des déficients intellectuels... alors, là j'ai un problème.

C'est précisément parce que la "justice" n'est plus la justice que les deux choses se sont de plus en plus développées en même temps et en parallèle : 1°) la suppression de la peine de mort au fur et à mesure dans certains pays pour faire proliférer les criminels et le crime (et ramollir les populations locales en créant des générations de "fragiles"-"sensibles"...), et 2°) les injustices et "erreurs de jugement" qui prolifèrent partout dans le monde. Les deux choses vont ensemble et ont la même origine, régler un problème dans la situation d'aujourd'hui sous-entendrait régler l'autre également, parce qu'il faudrait éradiquer la source commune à chacun de ces problèmes c'est-à-dire les fondations et principes du monde révolutionnaire pourri actuel. Donc ta question est résolue. Les professionnels des lamentations font reculer les foules à propos de la peine de mort à l'aide "d'erreurs de jugement" dont ils sont les auteurs et/ou les responsables, essentiellement !  Rolling Eyes

Dans une société saine les "erreurs de jugement" seraient moins nombreuses, et l'Église et les Royaumes Catholiques d'autrefois ne jetaient pas leurs principes et leurs lois par dessus-bord à cause de cas particuliers puisque c'est précisément une façon de faire de la Révolution d'agir de la sorte pour détruire les sociétés, en manipulant au passage "l'opinion publique" avec de la propagande larmoyante. Donc oui aujourd'hui il y aurait sans doute un certain nombre "d'injustices", et oui de toute façon la peine de mort républicaine servirait la république maçonnique qui déciderait de qui est exécuté, mais la solution c'est d'arracher l'arbre pourri avec ses racines et de souhaiter un autre monde, sans régime révolutionnaire mais avec peine de mort. Comme autrefois, tout simplement.

Benjamin

Nombre de messages : 5019
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Mer 24 Fév 2016, 9:22 am

gabrielle a écrit:Est-ce qu'avec la justice des tribunaux de nos jours, il n'y a pas un grand risque que des innocents soient exécutés.... c'est là mon problème, la peine de mort juste  quand le criminel a volontairement enlevé la vie de quelqu'un... ça pas trouble, mais de nos jours on exécute même des déficients intellectuels... alors, là j'ai un problème.

Il est évident que ces gens ne réfléchissent pas sérieusement sur la peine de mort.

Leur jugement à ce sujet est déficient, c’est le moins qu'on puisse dire…

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  Benjamin le Jeu 23 Juin 2016, 9:18 am

La peine de mort, «une forme de torture», dénonce [l'antipape] François

(...)

https://fr.zenit.org/articles/le-pape-contre-la-peine-de-mort-une-forme-de-torture/

Sleep

Benjamin

Nombre de messages : 5019
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Jeu 23 Juin 2016, 10:48 am

.
Et la mort spirituelle des âmes, causée par les hérésies de la secte V2,  qu'en faites-vous Bergoglio ?

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  gabrielle le Ven 24 Juin 2016, 8:58 am

Benjamin a écrit:
La peine de mort, «une forme de torture», dénonce [l'antipape] François

(...)

https://fr.zenit.org/articles/le-pape-contre-la-peine-de-mort-une-forme-de-torture/

Sleep

Et le crime dont celui qui subit la peine de mort, n'est pas une torture? La peine de mort est une grâce d'expiation très grande.. et le condamné ne doit pas la laisser passer...

Dans la prière du soir l'Église prie pour les prisonniers, afin que se repentant ils trouvent le salut.

gabrielle

Nombre de messages : 17540
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Ven 24 Juin 2016, 10:01 am

gabrielle a écrit:
Benjamin a écrit:
La peine de mort, «une forme de torture», dénonce [l'antipape] François

(...)

https://fr.zenit.org/articles/le-pape-contre-la-peine-de-mort-une-forme-de-torture/

Sleep

Et le crime dont celui qui subit la peine de mort, n'est pas une torture? La peine de mort est une grâce d'expiation très grande.. et le condamné ne doit pas la laisser passée...

Dans la prière du soir l'Église prie pour les prisonniers, afin que se repentant ils trouvent le salut.
.
Décidément, l'Église Catholique et la secte de Bergoglio ne font pas bon ménage.
.

Le discours étriqué et fallacieux de l'antipape Bergoglio ne considère qu'un point de vue: celui du coupable et pas celui de la victime...

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  Benjamin le Mar 11 Oct 2016, 5:57 am

[L'antipape] François réaffirme son opposition à la peine de mort

(...)

https://fr.zenit.org/articles/le-pape-francois-reaffirme-son-opposition-a-la-peine-de-mort/

Par contre, causer des morts innombrables avec les guerres de l'ONU et l'invasion de l'Europe qu'il soutient, pas de problème Sleep

Benjamin

Nombre de messages : 5019
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  ROBERT. le Mar 11 Oct 2016, 11:01 am

.
L'antipape François a-t-il réfléchi à la peine de mort éternelle qu'il encourra s'il persiste dans la secte ?

ROBERT.

Nombre de messages : 29777
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bergoglio et la peine de mort

Message  gabrielle le Jeu 13 Oct 2016, 7:30 am

C'est politiquement correct d'être contre.

gabrielle

Nombre de messages : 17540
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum