Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Lun 09 Mar 2015, 8:34 pm


On traite les catholiques, l'Église Catholique, de misogyne.

Voici la sainte doctrine catholique :


Il [ Dieu ] condamna la femme à enfanter avec douleur et à être assujettie à l'homme, et l'homme à manger son pain à la sueur de son front. Dieu les consola en leur promettant un Sauveur, qui leur rendrait tous les biens qu'ils avaient perdus et même de plus grands. Adam fit pénitence de son péché, et il eut le bonheur de recouvrer les bonnes grâces de Dieu et de mourir dans son amour.


Abrégé du catéchisme de persévérance - Mgr Gaume - page 68 : https://archive.org/stream/cihm_91887#page/n73/mode/2up

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Mar 10 Mar 2015, 2:55 pm

gabrielle a écrit:
21 Soyez soumis les uns aux autres dans le crainte du Christ.
22 Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur ;
23 car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l'Eglise, son corps, dont il est le Sauveur.
24 Or, de même que l'Eglise est soumise au Christ, les femmes doivent être soumises à leurs maris en toutes choses.

25 Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l'Eglise et s'est livré lui-même pour elle,
26 afin de la sanctifier, après l'avoir purifiée dans l'eau baptismale, avec la parole,
27 pour la faire paraître, devant lui, cette Eglise, glorieuse, sans tache, sans ride, ni rien de semblable, mais sainte et immaculée.
28 C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes, comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
29 Car jamais personne n'a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et l'entoure de soins, comme fait le Christ pour l'Eglise,
30 parce que nous sommes membres de son corps, [formés " de sa chair et de ses os. "]
31 " C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et de deux ils deviendront une seule chair. "
32 Ce mystère est grand ; je veux dire, par rapport au Christ et à l'Eglise.
33 Au reste, que chacun de vous, de la même manière, aime sa femme comme soi-même, et que la femme révère son mari.


http://messe.forumactif.org/t5708p15-bergoglio-et-les-femmes#115257
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Mar 10 Mar 2015, 2:55 pm

Benjamin a écrit:
roger a écrit:
On traite les catholiques, l'Église Catholique, de misogyne.

Voici la sainte doctrine catholique :

Il [ Dieu ] condamna la femme à enfanter avec douleur et à être assujettie à l'homme

Justement, c'est précisément en lisant ce que vous venez de citer qu' "on" nous dit cela, et que certains deviennent hystériques Laughing

Les révolutionnaires ont espéré pouvoir retourner nos femmes contre nous car il s'agit évidemment d'un moyen puissant de saborder les sociétés civiles.

Si celles qui ont mordu à l'hameçon savaient le genre de servitude satanique qui les attend et dans laquelle elles sombrent déjà, elles n'auraient jamais écouté ces oiseaux de malheur.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Mar 10 Mar 2015, 2:56 pm

roger a écrit:
Larousse :
misogyne : adjectif et nom - (grec misogunês) - Qui éprouve du mépris, voire de la haine, pour les femmes ; qui témoigne de ce mépris.

Wiki :
La misogynie, littéralement « haine des femmes », est un trait de caractère qui se manifeste par un sentiment de mépris ou d'hostilité, à l'égard des femmes. Bien que la misogynie concerne surtout les hommes, certaines femmes manifestent également ce trait de caractère. Il s'agit, comme son équivalent à l'égard des hommes (la misandrie), d'une forme de sexisme.

Où voient-ils de la mosogénie dans le catholicisme ? Là :

gabrielle a écrit:
21 Soyez soumis les uns aux autres dans le crainte du Christ.
22 Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur ;
23 car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l'Eglise, son corps, dont il est le Sauveur.
24 Or, de même que l'Eglise est soumise au Christ, les femmes doivent être soumises à leurs maris en toutes choses.

25 Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l'Eglise et s'est livré lui-même pour elle,
26 afin de la sanctifier, après l'avoir purifiée dans l'eau baptismale, avec la parole,
27 pour la faire paraître, devant lui, cette Eglise, glorieuse, sans tache, sans ride, ni rien de semblable, mais sainte et immaculée.
28 C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes, comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
29 Car jamais personne n'a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et l'entoure de soins, comme fait le Christ pour l'Eglise,
30 parce que nous sommes membres de son corps, [formés " de sa chair et de ses os. "]
31 " C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et de deux ils deviendront une seule chair. "
32 Ce mystère est grand ; je veux dire, par rapport au Christ et à l'Eglise.
33 Au reste, que chacun de vous, de la même manière, aime sa femme comme soi-même, et que la femme révère son mari.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Mar 10 Mar 2015, 2:57 pm

Benjamin a écrit:
roger a écrit:
Larousse :
misogyne : adjectif et nom - (grec misogunês) - Qui éprouve du mépris, voire de la haine, pour les femmes ; qui témoigne de ce mépris.

Wiki :
La misogynie, littéralement « haine des femmes », est un trait de caractère qui se manifeste par un sentiment de mépris ou d'hostilité, à l'égard des femmes. Bien que la misogynie concerne surtout les hommes, certaines femmes manifestent également ce trait de caractère. Il s'agit, comme son équivalent à l'égard des hommes (la misandrie), d'une forme de sexisme.

Où voient-ils de la mosogénie dans le catholicisme ? Là :

Puisque je sais très bien comment cela peut fonctionner dans le monde contemporain, je vais essayer de vous l'expliquer :


[ Dieu ] condamna la femme à enfanter avec douleur et à être assujettie à l'homme

(...)

22 Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur ;
23 car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l'Eglise, son corps, dont il est le Sauveur.
24 Or, de même que l'Eglise est soumise au Christ, les femmes doivent être soumises à leurs maris en toutes choses.


(...)

33 (...) et que la femme révère son mari

Dans une société déchristianisée découlant de la Révolution et où les femmes, tout comme les hommes, sont soit des athées/agnostiques soit des modernos, ces lignes sont perçues comme une atteinte à "l'égalité", et de telles personnes ne pourront voir comme explication à l'emploi des termes "sujétion", "soumission" et "révérence" qu'un mépris pour les femmes, qu'elles voient ainsi considérées comme "inférieures" et donc pas "égales". On vous dira que les lignes parlant de l'amour et des obligations du mari ne sont là que pour enrober et justifier une domination incompréhensible puisque pour ces gens-là il n'y a que "l'égalité". Et vu l'état de la société actuelle, l'on n'hésitera sans doute pas à vous dire que finalement vous valez bien les barbus "islamistes".

Je ne sais pas trop où en sont les conciliaires à ce sujet mais j'imagine que d'une part on ne leur sert pas souvent ce genre de passages, et que d'autre part ils doivent plus ou moins rejoindre la mentalité ambiante, surtout qu'avec l'esprit de contestation qui règne dans la secte je ne serais pas étonné que l'on "zappe" un énième passage prétendument "dépassé" ou que l'on invoque encore une fois la "pastorale" ou que sais-je encore. Dans le meilleur des cas, je suppose qu'ils essaient de présenter les choses de manière édulcorée, comme ils en ont l'habitude... Ce serait à confirmer.

En tout cas, bon courage, cher Roger, pour expliquer ce genre de sujet aux hommes et aux femmes de notre époque.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Mar 10 Mar 2015, 2:57 pm

roger a écrit:
Merci beaucoup Benjamin, c'est en plein ce que je voulais, qu'on développe ce sujet ; et vous mettez le doigt en plein dessus. Oui je sais, ces gens sont complètement bouché, imperméable à l'enseignement catholique ; mais au cas où un lecteur de bonne foi, donc sincère et de bonne volonté, y lit ces lignes, ça pourra sans doute l'aider.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Mar 10 Mar 2015, 2:58 pm

roger a écrit:
Donc, c'est cette question d'Égalité et d'infériorité qu'il faut résoudre.

Voici un texte tiré du livre LE FÉMINISME DE TOUS LES TEMPS, publié en 1900, et écrit par une femme, une romancière française, M. Maryan, de son vrai nom Marie, Rosalie, Virginie Cadiou ; et qui selon Wiképédia, était profondément chrétienne http://fr.wikipedia.org/wiki/M._Maryan :


MÊMES DROITS

« Mais enfin, la femme est l'égale de l'homme, et elle a droit au même degré d'instruction ! »

C'est là ce que disait, non sans indignation, une de mes jeunes amies qui, remarquablement intelligente, et se jouant des complications de l'éducation moderne, se révoltait de l'entendre discuter.

L'égale de l'homme? Oh! sans doute! Ce n'est pas moi qui ravalerai mon sexe, et quant à ses droits, je suis prête à revendiquer tous ceux qui peuvent lui être utiles.

Dieu a certainement créé le cerveau de la femme égal à celui de l'homme. Il l'a faite son aide, sa compagne, et non sa servante. Or, pour être une aide, il faut qu'elle le complète ; elle a donc avec lui une égalité de compensation plutôt qu'une parité absolue. Pas de différences entre leurs âmes, mais des diversités (ce qui ne veut pas dire de l'infériorité), dans l'exercice des organes qui desservent ces âmes.

D'ailleurs, la chute originelle est venue troubler profondément l'ordre primitif. La femme, d'ailleurs dépendante dans le plan divin, n'est point devenue inférieure ; mais les conditions de l'existence nouvelle et déchue, et les particularités du châtiment de l'homme et de la femme ont modifié, non leur mission, mais leur genre de vie.

A l'homme il a été dit : « Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front. » Cette parole contenait en germe toutes les peines du travail : effort, étude, fatigue, dépense d'énergie, soucis, angoisses de la responsabilité. A la femme ont été dévolus des travaux et des peines renfermés dans les limites du foyer : l'obéissance au mari, les préoccupations, les souffrances maternelles.

Dès lors, chacun a suivi sa voie, l'homme travaillant, la femme se dévouant et souffrant ; lui, chef de famille, maître au foyer, elle, épouse et mère, - ces tâches comprenant encore des joies, avec cette bénédiction dont l'humanité, dit l’Église, n'a été privée ni par la chute, ni par le déluge, mais comprenant toutes les peines prononcées contre les prévaricateurs. La femme manquerait à sa mission et échapperait à sa part de châtiment en usurpant le rôle de l'homme et en délaissant sa propre tâche.

L'homme et la femme ont des facultés qui dominent en des sens divers. Égaux en noblesse et en dignité, destinés à la même fin, ils ont juste autant d'harmonies et de dissemblances qu'il leur en faut, ainsi que nous le disions, pour s'aider et se compléter. Je ne vois pas pourquoi il en coûterait à la femme de reconnaître chez l'homme, dont les organes sont de bonne heure rompus au travail et à l'étude, une intelligence plus précise ou plus positive, et plus capable d'application, une logique plus serrée, même une faculté de compréhension plus puissante en certaines matières, alors qu'elle possède en compensation une pénétration plus vive, un sens plus fin, qui, non seulement suppléent chez elle au raisonnement, mais le devancent souvent, - une imagination plus développée, et une puissance d'aimer plus intense. Ce qui la fait différer ne tient pas à une infériorité, mais, je le répète, à l'application en des sens divers de facultés devant concourir à une mission différente.

C'est donc convenu, reconnu, ma chère petite amie; nous sommes les égales de ce sexe que quelques-unes ont la trop grande modestie de jalouser. Vous en concluez que nous avons les mêmes droits. Ici, il faut s'entendre. Un être libre a toujours la faculté d'agir à sa guise, sous sa propre responsabilité ; mais un être raisonnable n'use de sa liberté que pour le bien qui lui est propre. Acquérir des connaissances qui, n'étant pas appropriées à notre mission, resteront stériles en nous, c'est user inutilement d'un droit que, dans un sens, personne ne songe à contester.

https://archive.org/stream/lefminismedeto00desc#page/2/mode/2up


avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Mer 25 Mar 2015, 5:34 pm



CONFÉRENCES AUX DAME DE LYON - Mgr MERMILLOD - 1883 :

https://archive.org/stream/confrencesauxda00mermgoog#page/n9/mode/2up


avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Sam 09 Jan 2016, 8:22 pm

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Dim 10 Jan 2016, 10:48 am

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  ROBERT. le Dim 10 Jan 2016, 11:30 am

Roger Boivin a écrit:

Haine particulière de Satan contre la femme: il est écrit:

elle te brisera la tète et toi, tu lui tendras des embûches au talon.
(Genèse III, 15)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31553
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu condamna la femme à être assujettie à l'homme.

Message  Roger Boivin le Ven 20 Jan 2017, 10:19 am



De la déchéance de la femme, et de sa réhabilitation par le christianisme :

http://messe.forumactif.org/t7639-de-la-decheance-de-la-femme-et-de-sa-rehabilitation-par-le-christianisme



avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10511
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum