Une perle contre les mauvais livres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une perle contre les mauvais livres...

Message  ROBERT. le Lun 08 Déc 2014, 2:28 pm

.
J'ai retrouvé une perle, qui date de quelques années, mais toujours d'actualité:
Sandrine a écrit:
O combien il est important de nourrir son âme de lectures pieuses dès l’âge le plus tendre afin de s’en imprégner au plus profond du cœur. Que d’exemples à suivre, à méditer …

Mais ô combien il est dangereux de lire de mauvais livres au risque de s’en nourrir subrepticement.

Voici un texte édifiant de l’exemple exemplaire d’une enfant face à l’imprudence et la négligence d’une adulte.

Texte d’actualité de nos jours sans Foi ni lois, où le mal se glisse toujours et encore, souvent de façon visible mais aussi parfois de manière imperceptible.



Les mauvais livres définis par une enfant.

On s’entretenait un jour devant une jeune enfant du danger des mauvaises lectures et particulièrement des mauvais journaux, que trop souvent des personnes honnêtes et chrétiennes se procurent par une inexplicable curiosité, disent-elles, de l’opinion de ces feuilles; comme s’il n’était jamais intéressant de voir les ruses de la mauvaise foi, les calomnies de la passion et les excitations de l’impiété. On se rassure en disant qu’on est trop ferme dans sa foi et dans son honneur pour être ébranlé par de tels écrits.

C’est précisément ce qu'alléguait une des personnes présentes: "Je lis les mauvais journaux, disait-elle, mais j’oublie aussitôt ce que j’y ai vu, et ils ne me font point de mal."  Chacun de s’écrier  qu’il en reste toujours quelque chose, que l’esprit se pervertit à se remplir de perversion, que d’ailleurs c’est contribuer à la détestable industrie de ces journalistes que de leur donner son argent en échange de leurs articles.

"Je vous assure, répondait la dame, que je n’éprouve rien de tout cela, et que ni une idée fausse, ni une impression mauvaise ne me restent de cette lecture; je ne me rappelle rien.

—  Madame, reprit modestement l’enfant dont nous parlons, quittons ce discours, pourriez-vous me dire au juste ce que vous avez mangé à votre dîner dimanche dernier ?  — Ah ! Pour cela, par exemple, non !  — Et cependant, Madame, ces aliments oubliés vous ont nourrie."

Tout le monde admira la sagacité de la pieuse fille; il n’y avait rien à répondre à cette raison. Cela est certain, des mauvaises lectures, quoi qu’on fasse, il en reste toujours au fond de l’âme un résidu, une nourriture. Et cette nourriture, quelle peut-elle être ?  De la corruption comme ce qui l’a produite.
 .

[mise en forme.]
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32440
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum