PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Mar 30 Juin 2009, 11:40 am

Le présent article est le condensé d'un livre paru en italien sur le pontificat du pape Paul VI, intitulés : « Paul VI…bienheureux ? » - Editrice Civilta, Brescia (Italie) ; il a été écrits par Don Luigi Villa, docteur en théologie



Paul VI… bienheureux ?

« Quelques Papes, Dieu les veut ; certains, il les permet ; d’autres, il les tolère. » (St Vincent Pallotti)
« Frères, en tant que gardiens des mystères de Dieu, levez-vous et agissez, vous qui avez sous les yeux les destructions que les autres sont en train de perpétrer. » (St Athanase, P.G. XXVII, 219)

Pourquoi ces titres : “ Paul VI... bienheureux ? ” et “ Procès à un pape ” ? Parce que je suis en mesure d’affirmer, par des arguments de critique soit interne soit externe, que le *"pontificat" de Paul VI fut ambigu et équivoque, et même, assez souvent, erronné, mu par un esprit libéral, moderniste, favorisant la franc-maçonnerie, en opposition donc à son devoir de "Pasteur universel" de l’Eglise du Christ.

Ceux qui ne veulent pas accepter une semblable vision du "pape", justifient leur réaction en appuyant leur protestation sur des textes évangéliques tels que : “ Tu es Pierre et sur cette pierre Je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre Elle ” (Mt 16, 18) ; et sur cet autre : “ Qui vous écoute, m’écoute ; qui vous méprise, me méprise ” (Lc 10,16) ; et encore : “ Tout ce que vous lierez sur la terre, sera lié dans les cieux, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans les cieux ” (Mt 18, 18)...

En outre, ils apportent aussi la preuve doctrinale appuyée sur des documents de l’Eglise, par lesquels on démontre que la fidélité et l’obéissance au Saint Siège Apostolique a toujours été considérée comme nécessaire au salut éternel, et donc, qui s’en sépare fut toujours marqué d’anathème.

Or ceci est vrai en tant que faisant partie de la Révélation, et l’histoire est là pour démontrer que sous cette discipline, toute intérieure et religieuse, la Vérité, la Sainteté, l’Unité se sont toujours conservées dans l’Eglise du Christ.

Ceci dit, il est cependant de mon droit de théologien d’affirmer qu’il y a aussi une autre réponse au problème ; une réponse plus difficile bien sûr, mais exacte elle aussi, c’est à dire que parfois s’avère légitime, et sainte même, l’opposition au pape, ou encore à un concile (lequel est toujours subordonné au pape).

Or, ceci aussi nous est suggéré par l’Evangile, où après chaque exaltation de Pierre et de sa Primauté, on trouve aussi de dures humiliations pour lui rappeler sa condition d’homme pécheur. De fait :

après sa Confession de Césarée, et la merveilleuse promesse que le Christ lui fait, voici aussi la terrible gifle : “Arrière Satan, tu m’es un scandale !” (Mt. 16, 23).
et après son serment de fidélité, Jésus lui prédit la chute, le reniement, mais aussi son repentir : “J’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point. Et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères.” (Lc 22, 32).

De toutes façons, bien que l’histoire ait enregistré des cas où des papes ont dérapé en matière de foi, de morale, de discipline et que, en de tels cas, les fidèles durent s’opposer (comme dans les cas des papes Libère (352-366), Honorius Ier (625-638), Jean XXII (1316-1334), cependant, même si l’on attaquait la personne du pape, ceci n’a jamais voulu dire attaquer la Papauté. La contestation à un désordre, à une erreur, à une faiblesse de l’homme, ne fut jamais une attaque à l’autorité, à l’institution qu’Il représentait, à la fonction qu’il assumait, parce que, si l’Eglise est hiérarchique, son chef est monarchique. Donc il ne s’agissait pas de contradiction, lorsqu’on condamnait les faiblesses possibles de l’homme qui l’incarne, mais d’en préciser les limites, se souvenant que l’exception confirme la règle.

L’Eglise avait toujours parlé le même langage. Avec Paul VI au contraire, on a commencé à utiliser un autre langage, au nom de la nouveauté et du changement, qui cachaient cependant hérésies, schismes, apostasie.

Un pouvoir, vraiment, celui de Paul VI, qui nous a amenés à une situation sans précédent, au point de lui faire dire lui-même que nous en sommes arrivés à un état d’ “auto-démolition”, survenue cependant grâce à sa présumée “réforme”.

Et alors, pourquoi ne pas rappeler ici ce que nous dit Jésus : “Vous les reconnaîtrez à leurs fruits” ? (Mt 7, 15)

Paul VI est mort, mais sa nouvelle Eglise continue à se détruire, justement par ses réformes qui, malheureusement, continuent encore avec toutes leurs conséquences néfastes.

Lorsqu’il était encore à Milan, bien des gens l’appelaient « l’homme des utopies » ; « un archevêque qui poursuit des illusions, des rêves généreux, bien sûr, mais irréels »…Ce qui nous rappelle ce que disait saint Pie X des chefs du Sillon :

« …L’exaltation de leurs sentiments, la bonté aveugle de leur cœur, leurs mysticismes philosophiques, mêlés pour une part d’Illuminisme, les ont entraînés vers un nouvel Évangile, dans lequel ils ont cru voir le vrai Évangile du Sauveur… » (Cfr. St Pie X, ‘Lettre sur le Sillon’, 25 août 1910)

Hé bien, cette étude de recherche sur la figure historico-religieuse de Paul VI nous a amenés à une triste conclusion : la religion prêchée par Paul VI ne coïncidait pas toujours avec la religion authentique enseignée de manière constante pendant 2000 ans par le Magistère continu, par tous les Saints et les Docteurs de l’Eglise. Tout en ne mettant pas en doute la sincérité de Paul VI, car Dieu seul ‘sonde les reins et les cœurs’ (Ps. 7, 10), nous voulons toutefois rapporter ici les tristes conclusions de notre étude sur lui, persuadés que nous sommes qu’il a entraîné les fidèles vers une ‘nouvelle religion’ qui continue à porter l’étiquette de ‘catholique’.

Il est évident qu’à travers ces écrits, je ne prétends pas avoir fait une étude exhaustive de toute l’œuvre de Paul VI. Mais les citations que je présente ne peuvent certainement pas avoir un sens différent de celui qu’elles ont, c’est pourquoi, même si l’on présentait d’autres textes différents, ils ne pourraient que confirmer la ‘mens’ de cet ‘Hamlet’, c’est à dire la double face de Paul VI.

De toutes manières, le lecteur honnête devra reconnaître que nos écrits reproduisent sa vraie mentalité dominante, si profondément enracinée en lui qu’elle a inspiré de façon désastreuse toute sa pastorale et son magistère. Certes, il n’a pas été facile d’écrire sur lui, car Paul VI a été comme pape au centre du naufrage le plus épouvantable qu’ait eu l’histoire de l’Eglise.

Lorsqu’on écrit sur lui, on ne peut tourner autour du pot et ergoter à la recherche d’épisodes sensationnels pour cacher la vérité, c’est à dire les vraies responsabilités de son inquiétant "pontificat", dans le cadre complexe de Vatican II.

Voilà pourquoi, pour me faire un jugement humainement équitable sur la pensée de Paul VI et sur ses responsabilités, j’ai dû relire les textes officiels de ses écrits et de ses paroles prononcées pendant le Concile Vatican II, et celles prononcées au cours de son application. C’était la seule façon de dirimer la grave question de ses responsabilités dans le drame épouvantable que vit l’Eglise depuis l’ouverture du Concile jusqu’à présent.

Je peux faire mien le grave avertissement de Manzoni dans son livre célèbre : ‘Observations sur la Morale Catholique’, au chap. VII :

« Il faut demander compte à une doctrine des conséquences légitimes qu’on en tire, et non de celles que les passions peuvent en déduire. »

Parcourons les pages du premier discours au Concile, dans lequel Paul VI a fait manifestement sien le principe de l’hérésie moderniste, que le "pape" Jean XXIII avait déjà exprimé dans son discours d’ouverture du Concile, le 11 octobre 1962 (discours inspiré par celui qui, à l’époque, était archevêque de Milan, Mgr Jean-Baptiste Montini) : « Nous n’avons pas comme premier but de discuter de certains chapitres fondamentaux de la doctrine de l’Eglise… mais plutôt à ce que cette doctrine chrétienne soit approfondie et exposée de la façon qui répond aux exigences de notre époque. » (Documentation Catholique n°1387 col.1382-1383).

note : "La Documentation Catholique est le bulletin officiel du Saint Siège en langue française. Dans la suite de l’article, nous y ferons référence pour les textes officiels de Paul VI en mentionnant : D.C. suivi du numéro du bulletin et de la page ou colonne concernée. Il se peut qu’il y ait quelques divergences quant aux termes utilisés dans les textes cités, vu que cet article reprend le texte italien de l’auteur, qui lui-même cite d’après la version italienne de l’Osservatore Romano".

Un tel principe est inouï dans l’histoire de tous les siècles du Magistère ecclésiastique, car il remplace le principe dogmatique, le seul qui offre la preuve et la certitude de la vérité catholique, et l’Église enseignante a toujours affirmé que la raison de la foi ne s’appuie pas sur les conquêtes scientifiques de l’intellect humain, la raison de la foi ne s’appuie que sur l’autorité de Dieu révélant et sur celle du Magistère suprême de l’Eglise, qui a reçu de Jésus-Christ le mandat de l’enseigner officiellement et de manière infaillible.


* Les guillemets ont été mis par moi.

A SUIVRE...

(d’après don Luigi Villa, docteur en théologie; pris de http://www.christ-roi.net)



Montini, monstre misérable !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  gabrielle le Mar 30 Juin 2009, 5:47 pm


La double face de Montini, cela résume bien l'homme qui usurpa le Siège de Pierre.

Ce dossier s'annonce très intéressant, je pense qu'il fera cerner cet hérésiarque sans précédent dans l'histoire.

Montini est en quelque sorte le "cerveau' de cette destructio, sa main destructrice n'a rien épargnée, il est le loup entré dans la bergerie.

En larmoyant de façon hypocrite, il va s'imposer au monde cartholique et faire en sorte qu'avec lui l'erreur deviendra vérité, tous vont plier les genoux devent lui, et ce même parmis les plus illustres Cardinaux de la Sainte Église, ( Cardinaux Ottaviani, Bacci, Sleepy et autres) bien que s'opposant à la nouvelle messe, il suffira d'un regard de Montini et ils baisseront la tête...

Que dire des évêques réunis au "concile" la personnalité du chef de la mafia religieuse les a complètement paralysé, si bien qu'il ont balayé toute la Tradition, leur épiscopat et signé ce que le Saint-Esprit leur montrait comme étant de l'hérésie.

Bon, j'ai assez parlé, maintenant je deviens lectrice, mais c'était plus fort que moi, quant Montini parait quelque part mon sang se glace et mon coeur de catholique bondit, car cet homme double à mis ses sales mains sur ce qu'il y a de plus pur et de saint: Le Sacrifice de la Messe et la Sainte Doctrine de Notre Seigneur... avec ma Mère la Sainte Église , pratiquement sans voix aujourd'hui je crie : qu'il soit anathème!

Une petite remarque:

De toutes façons, bien que l’histoire ait enregistré des cas où des papes ont dérapé en matière de foi, de morale, de discipline et que, en de tels cas, les fidèles durent s’opposer (comme dans les cas des papes Libère (352-366), Honorius Ier (625-638), Jean XXII (1316-1334),

La foi et l'histoire ont réfutés ces calomnies sur les Pontifes.

Merci Javier pour ce travail
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 17920
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  ROBERT. le Mar 30 Juin 2009, 6:22 pm

.

Nul doute, cher Javier, que ce théologien nous montrera le double visage de p6, et qu'un monstre affraid à 2 têtes c'est diabolique,

épouvantable et surtout, comme le dit Gabrielle, digne d'anathème.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34467
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Mer 01 Juil 2009, 6:45 am

Gabrielle a écrit:
La double face de Montini, cela résume bien l'homme qui usurpa le Siège de Pierre.

Ce dossier s'annonce très intéressant, je pense qu'il fera cerner cet hérésiarque sans précédent dans l'histoire.

Montini est en quelque sorte le "cerveau' de cette destructio, sa main destructrice n'a rien épargnée, il est le loup entré dans la bergerie.

En larmoyant de façon hypocrite, il va s'imposer au monde cartholique et faire en sorte qu'avec lui l'erreur deviendra vérité, tous vont plier les genoux devent lui, et ce même parmis les plus illustres Cardinaux de la Sainte Église, ( Cardinaux Ottaviani, Bacci, Sleepy et autres) bien que s'opposant à la nouvelle messe, il suffira d'un regard de Montini et ils baisseront la tête...

Que dire des évêques réunis au "concile" la personnalité du chef de la mafia religieuse les a complètement paralysé, si bien qu'il ont balayé toute la Tradition, leur épiscopat et signé ce que le Saint-Esprit leur montrait comme étant de l'hérésie.

Bon, j'ai assez parlé, maintenant je deviens lectrice, mais c'était plus fort que moi, quant Montini parait quelque part mon sang se glace et mon coeur de catholique bondit, car cet homme double à mis ses sales mains sur ce qu'il y a de plus pur et de saint: Le Sacrifice de la Messe et la Sainte Doctrine de Notre Seigneur... avec ma Mère la Sainte Église , pratiquement sans voix aujourd'hui je crie : qu'il soit anathème!

Tout d'accord avec vous, ma chère Gabrielle Wink Pour moi, la seule mention de Montini-P6 remplit mon coeur de la colère et la peur, parce que ce sinistre personnage qui était Montini a été, sans doute, l'hérétique le pire et le plus rusé de tous les ennemis de Notre Sainte Mère l'Eglise catholique.

Je me joins à vous avec tout mon coeur pour crier: qu'il soit anathème !


Une petite remarque:


"De toutes façons, bien que l’histoire ait enregistré des cas où des papes ont dérapé en matière de foi, de morale, de discipline et que, en de tels cas, les fidèles durent s’opposer (comme dans les cas des papes Libère (352-366), Honorius Ier (625-638), Jean XXII (1316-1334),"


La foi et l'histoire ont réfutés ces calomnies sur les Pontifes.

Encore tout d'accord avec vous, très chère soeur dans la Foi ! sunny Very Happy Mon cher frère Erwin et moi, nous avons discuté sur ce point hier, et nous sommes aussi parvenus à la même conclusion que vous ! cheers

Dieu vous garde dans Son Coeur Miséricordieux, chère amie ! I love you
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Mer 01 Juil 2009, 7:02 am

PREAMBULE

Vu que, dans cette étude historique et théologique, j’essayerai de démontrer que Paul VI n’a pas accompli son devoir, je me suis permis de me joindre à l’avocat du diable, c’est à dire à celui qui, dans tout procès de béatification, a le devoir grave de scruter la vie et les écrits du candidat, précisément pour en extraire tous les éléments qui peuvent s’opposer à sa canonisation.

Et bien que le chef de l’Église catholique romaine soit appelé officiellement ‘Saint Père’, il ne va pas de soi que sa sainteté présumée l’a forcément accompagné dans une mission si haute. En effet, sur 265 papes qui ont dirigé l’Eglise catholique, 76 seulement ont été canonisés. Le dernier a été Saint Pie X.

Alors, que pouvait-on faire de mieux, pour donner un jugement sur la vraie pensée de Paul VI et donc sur sa responsabilité dans le drame épouvantable que vit l’Église, que de citer ses discours au Concile et ses allocutions du dimanche ou d’autres occasions particulières, relatifs à son mandat de Souverain Pontife de l’Église du Christ ?

Combien de fois j’avais remarqué que Paul VI allait contre ses prédécesseurs, accompagné de quantité d’applaudissements mondains illusoires ; combien de fois n’avais-je pas considéré son grand dessein qui, pourtant, s’opposait à la foi de la Tradition catholique, au point de me remettre en mémoire ce qu’écrivait saint Pie X :

« Le triomphe de Dieu sur les individus et sur toute la société n’est rien d’autre que le retour à Dieu des égarés à travers le Christ, et au Christ à travers son Église : voilà Notre programme. »

Alors que tout à l’opposé, le programme de Paul VI était de provoquer le naufrage du Règne de Dieu par un œcuménisme universel de foi en l’homme, et d’un culte de l’homme qui mène forcément à un humanisme déiste au service de l’ONU maçonnique. Je me souviens de cette confidence bizarre que fit Paul VI aux pèlerins, en ce mercredi 12 avril 1967 :

« Mais voilà un étrange phénomène qui se manifeste en Nous : voulant vous réconforter, en un certain sens voilà que se communique à Nous la senteur du danger auquel nous voudrions porter remède ; il nous vient à l’esprit, en même temps que la conscience de Notre insuffisance, le souvenir des faiblesses de Simon, fils de Jean, appelé et fait Pierre par le Christ… le doute… la crainte… la tentation de plier la foi à la mentalité moderne… » (D.C. n°1493 col.786-787)

Malheureusement, l’Église du Christ, durant son pontificat, a dépéri justement à cause de son action innovatrice, réformatrice, perturbatrice. Et il s’en apercevait si bien lui-même, qu’en termes déconcertants, le 7 décembre 1968, il dut l’admettre :

« L’Église se trouve en une heure d’inquiétude, d’autocritique, on dirait même d’auto-destruction. C’est comme un bouleversement intérieur, aigu et complexe, auquel personne ne se serait attendu après le Concile. On pensait à une floraison, à une expansion sereine des concepts mûris pendant les grandes assises conciliaires. Il y a bien cet aspect dans l’Église, il y a la floraison, mais… on doit bien plus remarquer l’aspect douloureux. Comme si l’Eglise se frappait elle-même. » (D.C. n°1531 p.12)

Et le 29 juin 1972, son jugement sur ce qui se passait dans l’Eglise fut encore plus noir : « Par quelque fissure est entrée la fumée de Satan dans le temple de Dieu : c’est le doute, l’incertitude, la problématique, l’inquiétude, la confrontation. On ne se fie plus à l’Église ; on se fie au premier prophète profane qui vient nous parler sur quelque journal ou d’un mouvement social, pour le rejoindre et lui demander s’il a la formule de la vraie vie. Et nous ne remarquons pas que nous en sommes déjà nous-mêmes les propriétaires et les maîtres. Le doute est entré dans nos consciences, et il est entré par des fenêtres qui devaient au contraire être ouvertes à la lumière… Dans l’Église aussi règne ce climat d’in-certitude. On croyait qu’après le Concile viendrait une journée de soleil pour l’histoire de l’Église. C’est au contraire une journée de nuages qui est venue, une journée de tempête, d’obscurité, de recherche, d’incertitude. Nous prêchons l’œcuménisme et nous nous détachons toujours plus des autres. Nous cherchons à creuser des abîmes au lieu de les combler… Comment est-ce arrivé ? Nous vous confions notre pensée : il y a eu l’intervention d’un pouvoir adverse. Son nom est le diable, cet être mystérieux dont il est fait allusion dans la lettre de saint Pierre. Si souvent, d’autre part, dans l’évangile, sur la bouche même du Christ, revient la mention de cet ennemi des hommes. Nous croyons en quelque chose de surnaturel (correction postérieure : ‘préternaturel’), venu dans le monde justement pour troubler, suffoquer le Concile œcuménique tout entier, et pour empêcher que l’Église n’explose dans une hymne de joie pour avoir récupéré la conscience d’elle-même. » (D.C. n°1613 p.658)

Paul VI admit donc lui-même l’œuvre de Satan dans l’Église conciliaire et postconciliaire… Mais qu’a-t-il fait pour sauver cette Église du Christ de la domination de Satan dont il avait constaté la réalité dévastatrice ? Rien, alors qu’il avait lui-même jeté la barque de Pierre dans la tempête.

N’aurait-il pas dû lui-même en personne, par des gestes décisifs et énergiques, la déséchouer des bas-fonds où il l’avait lancée ? Tout au contraire, il s’en excusa et s’en lava les mains comme Pilate :

« Le pape ne croit pas devoir tenir d’autre ligne qui ne soit celle de la confiance en Jésus-Christ, qui tient plus que quiconque à son Église. C’est lui qui calmera la tempête. Combien de fois le Maître n’a-t-il pas répété : « Ayez confiance en Dieu. Croyez en Dieu et croyez en moi ! » Le pape sera le premier à exécuter ce commandement du Seigneur et à s’abandonner, sans angoisse ni anxiété inopportune, au jeu mystérieux de l’invisible mais très certaine assistance de Jésus à son Église. » (Le 7 décembre 1968 – D.C. n°1531 p.12)

Pilate ne se serait pas exprimé autrement. Trois ans avant, quand Paul VI bouleversa tout pour réformer, changer, modifier, n’était-ce pas lui qui gouvernait, qui imposait ses idées, créant ainsi toutes les prémisses de cette tempête sur l’Église ? Et alors, il n’avait pas le droit de se croiser les bras, d’abandonner le gouvernail de la barque de Pierre, en prétendant que Dieu fasse Lui-même le miracle du sauvetage.

Et pourtant, le 21 juin 1972, Paul VI répéta encore sa fausse doctrine pour convaincre (qui ?) que c’était à Dieu de sauver son Église :

« Dans quelques-unes de Nos notes personnelles, Nous trouvons à ce propos : « Peut-être le Seigneur m’a-t-Il appelé à ce service non pas parce que j’y avais quelque aptitude, ou pour que je gouverne et sauve l’Église de ses présentes difficultés, mais pour que je souffre quelque chose pour l’Église et pour qu’il apparaisse clairement que c’est Lui, et pas un autre, qui la guide et la sauve. Nous vous confions ce sentiment non pas pour faire un acte public, et donc vaniteux, d’humilité, mais pour qu’à vous aussi soit donné de jouir de la tranquillité que Nous en éprouvons Nous-même, en pensant que ce n’est pas notre main faible et inexperte qui est au gouvernail de la barque de Pierre, mais plutôt la main invisible, et pourtant forte et dévouée du Seigneur Jésus. » (D.C. n°1613 p.660)

C’est une autre sortie fausse et hypocrite, car Dieu ne l’avait pas mis au gouvernail de Pierre pour la faire partir à la dérive avec ses réformes, mais pour qu’il sache la gouverner selon la juste Tradition, comme le firent ses prédécesseurs. Paul VI ne devait donc pas demander un miracle à Dieu pour sauver de nouveau l’Église, mais il aurait dû au contraire s’humilier et corriger lui-même ses erreurs et accomplir l’œuvre de sauvetage comme l’exigeait son devoir.

Oh ! Que le Cœur Immaculé de Marie me donne la grâce de savoir transmettre dans ces pages la vérité, pour rester fidèle à la foi en Jésus-Christ, Notre Seigneur, transmise par son Église, seule gardienne du ‘depositum fidei’ !



A SUIVRE...



Montini, bête infernal !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Louis le Mer 01 Juil 2009, 9:47 am

Javier a écrit:Gabrielle a écrit:
La double face de Montini, cela résume bien l'homme qui usurpa le Siège de Pierre.

Ce dossier s'annonce très intéressant, je pense qu'il fera cerner cet hérésiarque sans précédent dans l'histoire.

Montini est en quelque sorte le "cerveau' de cette destructio, sa main destructrice n'a rien épargnée, il est le loup entré dans la bergerie.

En larmoyant de façon hypocrite, il va s'imposer au monde cartholique et faire en sorte qu'avec lui l'erreur deviendra vérité, tous vont plier les genoux devent lui, et ce même parmis les plus illustres Cardinaux de la Sainte Église, ( Cardinaux Ottaviani, Bacci, Sleepy et autres) bien que s'opposant à la nouvelle messe, il suffira d'un regard de Montini et ils baisseront la tête...

Que dire des évêques réunis au "concile" la personnalité du chef de la mafia religieuse les a complètement paralysé, si bien qu'il ont balayé toute la Tradition, leur épiscopat et signé ce que le Saint-Esprit leur montrait comme étant de l'hérésie.

Bon, j'ai assez parlé, maintenant je deviens lectrice, mais c'était plus fort que moi, quant Montini parait quelque part mon sang se glace et mon coeur de catholique bondit, car cet homme double à mis ses sales mains sur ce qu'il y a de plus pur et de saint: Le Sacrifice de la Messe et la Sainte Doctrine de Notre Seigneur... avec ma Mère la Sainte Église , pratiquement sans voix aujourd'hui je crie : qu'il soit anathème!

Tout d'accord avec vous, ma chère Gabrielle Wink Pour moi, la seule mention de Montini-P6 remplit mon coeur de la colère et la peur, parce que ce sinistre personnage qui était Montini a été, sans doute, l'hérétique le pire et le plus rusé de tous les ennemis de Notre Sainte Mère l'Eglise catholique.

Je me joins à vous avec tout mon coeur pour crier: qu'il soit anathème !


Une petite remarque:


"De toutes façons, bien que l’histoire ait enregistré des cas où des papes ont dérapé en matière de foi, de morale, de discipline et que, en de tels cas, les fidèles durent s’opposer (comme dans les cas des papes Libère (352-366), Honorius Ier (625-638), Jean XXII (1316-1334),"


La foi et l'histoire ont réfutés ces calomnies sur les Pontifes.

Encore tout d'accord avec vous, très chère soeur dans la Foi ! sunny Very Happy Mon cher frère Erwin et moi, nous avons discuté sur ce point hier, et nous sommes aussi parvenus à la même conclusion que vous ! cheers

Dieu vous garde dans Son Coeur Miséricordieux, chère amie ! I love you

et de crier avec vous à l'unisson : qu'il soit anathème !

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12248
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  JCMD67 le Mer 01 Juil 2009, 10:00 am

Javier a écrit:




Montini, bête infernal !!!

deux fran-mak cote à cote.
JCMD67
JCMD67

Nombre de messages : 3552
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Jeu 02 Juil 2009, 5:46 am

CHAPITRE I
SA NOUVELLE RELIGION

« Quand un ange venu du ciel vous annoncerait un Évangile autre que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ! Non certes qu’il y en ait un autre ; seulement il y a des gens qui vous troublent et qui veulent changer l’Évangile du Christ. » (Gal I, 8 )

« Toute la richesse doctrinale (des Conciles) ne vise qu’à une chose : servir l’homme ! » « Nous aussi, Nous plus que tout autre, Nous avons le culte de l’homme ! » (Paul VI - 7 déc. 1965
)

Dans son Allocution du 23 septembre 1963, Paul VI déclarait :

« Il ne faut pas s’étonner si au bout de vingt siècles... le concept vrai, profond, complet de l’Eglise, telle que le Christ la fonda... a encore besoin d’être énoncé plus précisément... »

Dans une autre Allocution (29 septembre 1963), toujours durant la 2ème session de Vatican II, Paul VI déclarait encore :

« Il ne faut pas s’étonner si, au bout de vingt siècles de christianisme et de grand développement historique et géographique de l’Eglise catholique, et aussi des confessions religieuses qui s’en appellent du nom du Christ, le concept vrai, profond, complet de l’Eglise, telle que le Christ l’a fondée et que les Apôtres commencèrent à la construire, a encore besoin d’être plus précisément énoncé. L’Eglise est mystère, c’est à dire une réalité imprégnée de présence divine, et qui peut toujours être l’objet de nouvelles et plus profondes recherches... C’est la conscience de l’Eglise dans l’adhésion très fidèle à la parole et à la pensée du Christ, dans le souvenir déférent de l’enseignement autorisé de la Tradition ecclésiastique et dans la docilité à l’illumination de l’Esprit Saint, lequel semble justement vouloir de l’Eglise qu’elle fasse tout son possible pour être reconnue telle qu’elle est... Oui, le Concile tend au renouvellement de l’Eglise. Mais il ne faut pas se méprendre sur les désirs que Nous avons exprimés : ceux-ci n’impliquent pas la confession du fait que l’Eglise de notre temps puisse être accusée d’infidélité substantielle à la pensée de son divin Fondateur. Bien au contraire, la découverte plus approfondie de sa substantielle fidélité au Christ la remplit de gratitude et d’humilité. » (D.C. n°1410 col.1351 à 1354)

C’est une étrange façon de parler que de dire “infidélité substantielle” et “fidélité substantielle”. Peut-être Paul VI plaisantait-il ? Les cornes, qu’elles soient longues ou qu’elles soient courtes, sont toujours des cornes ! C’est à dire que la fidélité, ou bien elle est totale, ou bien elle ne l’est pas.

Mais nous devons aussi rappeler la grande bataille qui fut tout de suite engagée par les papes face aux tendances modernistes, depuis la parution de l’encyclique Mirari Vos de Grégoire XVI (15 août 1832) jusqu’aux temps de Vatican II.

Tous les papes avaient tenu bon !

Le Syllabus du 8 décembre 1864 fit la liste des erreurs du modernisme ; Pie IX ne cessa jamais de combattre le libéralisme catholique ; ainsi que Léon XIII avec les encycliques Immortale Dei et Libertas Præstantissimum. St Pie X fit par la suite une analyse implacable du Modernisme doctrinal avec l’encyclique Pascendi de 1907, de même qu’il condamna l’utopie politico-religieuse de Marc Sangnier avec la Lettre sur le Sillon du 25 août 1910. Pie XI continua cette bataille contre les nouvelles hérésies modernes avec l’encyclique Quas Primas du 11 décembre 1925, dont la doctrine est à l’opposé de l’actuelle sécularisation ; et puis, avec Mortalium Animos du 6 janvier 1928, qui anticipe la condamnation de l’actuel œcuménisme. Pie XII – dont les enseignements sont tous contre la subversion actuelle dans l’Eglise – avec l’encyclique Mystici Corporis du 29 juin 1943, contre l’ecclésiologie réformée ; avec Divino Afflante Spiritu du 30 novembre 1947 ; avec Humani Generis du 15 août 1950, contre le réformisme dogmatique, ou nouveau modernisme ; avec Haurietis Aquas du 16 mai 1956…

Et à présent demandons-nous : pourquoi ce que l’Église avait toujours rejeté avec force et condamné, Vatican II l’a fait passer rien moins que dans le dépôt doctrinal ?

La réponse à cette question, je la trouve dans le discours d’ouverture de Vatican II du 11 octobre 1962, préparé et rédigé par l’archevêque de Milan, Montini (Témoignage de Mgr Colombo, publié par Juffè, Paul VI, p.129), mais prononcé par Jean XXIII ; un discours qui a ouvert les portes

Note : (Pendant une réception donnée par le Card. Suenens pour des hôtes non catholiques, le Directeur de la ‘Foundation Trust’ anglaise, Michel Harper, déclara : « Jean XXIII a ouvert la fenêtre, mais Paul VI a ouvert la porte ! »)

à toutes les nouveautés. En effet, le Message au Monde du 30 octobre 1963, voté par acclamation, fut un signal de victoire de l’esprit nouveau. Paul VI en fera plus tard un commentaire dithyrambique :

« Cas insolite – dit-il – mais admirable. On dirait qu’à l’improviste, le charisme prophétique de l’Église a explosé ! » (Cfr. Discours du 29 sept. 1963 – D.C. n°1410 col.1357).

Puis ce fut l’encyclique Pacem in Terris, toute inspirée par la Déclaration des droits de l’homme : droits à la liberté, à la paix universelle, en accord avec les principes maçonniques, et pour cela, immédiatement divulguée et exploitée dans le monde entier.

Mais ce n’était que le début de la dissolution. En effet, sous Paul VI, la subversion ouvrira les cataractes et obtiendra une certaine légitimité officielle qu’elle n’avait jamais eue auparavant.

Qu’on relise tous les discours d’ouverture et de clôture de la IIème Session, tenus par Paul VI, imprégnés de cet esprit nouveau, avec toutefois cette subtile oscillation de sa pensée qui savait unir les extrêmes, c’est à dire les contradictions, avec une si habile audace. (cfr. Discours du 18 novembre 1965 – D.C. n°1460 col.2045-2052).

Mais ce sera avec l’encyclique Ecclesiam Suam du 6 août 1964 (déjà ébauchée dans son discours du 29 septembre 1963, et qui deviendra la Charte de son Pontificat) que Paul VI manifestera ses intentions, tout en continuant son attitude équivoque, parlant de : ‘Expérience vitale...mais foi’, de ‘renouveau… mais tradition et perfectionnement spirituel’, de ‘dialogue… mais prédication’… Paroles édulcorées en une claire vision de sa ‘nouvelle religion’ que tous ses prédécesseurs avaient pourtant rejetée.

Et ce sera le choix de la réforme, de l’optimisme, du dialogue œcuménique, de l’ouverture au monde d’où sortiront ensuite ses schémas les plus dangereux, qu’il promulgua solennellement malgré les nombreuses oppositions.

Mais l’opposition sera écrasée et la subversion finira par vaincre.

Après ces claires allusions, nous pouvons dire que la subversion de la foi dans l’Église universelle est la conséquence inéluctable du pontificat de Paul VI, qui se servit justement de Vatican II pour réaliser ses songes libéraux de ‘renouveau’ et de ‘mise à jour’.

Il suffit de lire :

« Nous désirons faire nôtres les mots importants employés par le Concile, ces mots qui définissent son esprit et, en une synthèse dynamique, forment l’esprit de tous ceux qui se réfèrent à lui, qu’ils soient ou non dans l’Église. Le mot ‘nouveauté’, simple, très cher aux hommes d’aujourd’hui, et très utilisé, est de ceux-ci. Transposé dans le domaine religieux, il est extraordinairement fécond, mais il peut devenir explosif s’il est mal compris. Ce mot, cependant, nous a été donné comme un ordre, comme un programme ; plus encore, il nous a été annoncé comme une espérance. Il nous arrive tout droit des pages de la Sainte Écriture : « Voici (dit le Seigneur) que je veux faire du neuf ». Saint Paul fait écho à ces paroles du prophète Isaïe (cfr. II Cor 5, 17). Et puis l’Apocalypse : « Voici que je fait toute chose nouvelle » (Ap.21, 5). Et Jésus, notre maître, ne fut-il pas lui-même un innovateur ? « Vous avez appris qu’il fut dit aux anciens… Mais moi Je vous dis… » (Mt. 5) répété dans le Discours sur la Montagne… Voilà précisément comment le Concile s’est présenté à Nous. Deux termes le caractérisent : ‘renouveau’ et ‘mise à jour’ ("aggiornamento"). Nous tenons beaucoup à ce que cet ‘esprit de renouveau’ - selon l’expression du Concile - soit compris et vécu par tous : il répond à la caractéristique de notre temps, tout entier engagé dans une énorme et rapide transformation, et qui crée des nouveautés dans tous les domaines de la vie moderne. En effet, on ne peut manquer de faire spontanément cette réflexion : si le monde entier change, la religion ne changera-t-elle pas elle aussi ? Entre la réalité de la vie et le christianisme, le catholicisme spécialement, n’y a-t-il pas un désaccord, une indifférence, une incompréhension, une hostilité réciproques ? La première court, l’autre ne bouge pas ; comment peuvent-ils aller d’accord ? Comment le christianisme pourra-t-il prétendre avoir aujourd’hui une influence sur la vie ? Et c’est pour cette raison que l’Église a entrepris des réformes, surtout après le Concile. L’épiscopat est en train de promouvoir le ‘renouveau’ qui correspond aux besoins présents ; les Ordres Religieux réforment leurs Statuts ; le laïcat catholique se qualifie et s’insère dans la vie de l’Église ; la Liturgie accomplit une réforme dont chacun reconnaît l’extension et l’importance ; l’éducation chrétienne réexamine les méthodes de sa pédagogie ; on est sur le point de réviser et de rénover toutes les législations canoniques. Et combien d’autres nouveautés consolantes et prometteuses verra-t-on apparaître dans l’Église ! Elles attestent sa nouvelle vitalité, laquelle montre qu’elle est continuellement animée par l’Esprit Saint, même en ces années si cruciales pour la religion. Le développement de l’œcuménisme, guidé par la foi et la charité, dit de lui-même quel progrès presque imprévisible a été accompli dans le cheminement et la vie de l’Église. L’Église regarde vers l’avenir avec un cœur plein d’espoir, plein d’une nouvelle attente dans l’amour… Nous pouvons dire du Concile : il marque l’ouverture d’une ère nouvelle, dont personne ne peut nier les aspects nouveaux que Nous vous avons indiqués ». (Audience générale du 2 juillet 1969 – D.C. N°1545 p.703 et 704)

Oh certes ! C’est vraiment une ère nouvelle qui nous a donné pour sûr tant d’aspects nouveaux, mais combien malheureux, sans intelligence, destructeurs de toute une civilisation chrétienne construite en tant de siècles de martyre et de travail constructif, spirituel et social !

Et malheureusement, de tout ceci les responsabilités vraies et les plus graves doivent être attribuées à celui qui n’aurait jamais dû le faire.

Or, ‘scripta manent’ et ‘quod factum est, infectum fieri nequit’. Voilà donc la vraie identité de Vatican II qui se prétend seulement pastoral, mais qui est aussi bourré d’ambiguïtés, de réticences, de coups de main, qui démontrent que l’encyclique Ecclesiam Suam, bien loin de représenter un point d’appui sûr à cette thèse, a servi à bâtir un édifice sur le sable.


A SUIVRE...


Montini, "l'expert en humanité", prêche son message de la fraternité humaine à l'Organisation des Nations Unies


Montini avec son cher ami Maritain, les deux loups posent ensemble


Montini, faux prophète de l'Antéchrist !!!


L'abominable croix cassée que Montini avait la perverse habitude de porter avec lui


Montini, méchant traître satanique !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Jeu 02 Juil 2009, 5:59 am

Qu’on réfléchisse un peu sur le sens de ces quatre conditions pour un dialogue fécond, dictées justement par Paul VI dans l’encyclique Ecclesiam Suam :

1) La clarté : qui devrait consister en une parfaite égalité de position entre les deux parties en dialogue. (Mais Jésus n’avait-il pas envoyé ses Apôtres pour prêcher ? donc non pas pour dialoguer). Une telle position de Vatican II est donc inouïe dans toute l’histoire de l’Église, même lorsqu’elle se trouvait face aux graves aberrations du paganisme, du polythéisme, de la philosophie grecque, des sophismes de tous genres… Mais l’Église n’a jamais songé à adopter ce principe impossible d’une parité dans le dialogue entre elle et les non-croyants !

2) La douceur : à sens unique cependant, avec l’exclusion de l’annonce – toujours obligatoire – et aussi avec l’exclusion de menaces de damnation pour qui n’aura pas cru… Ce nouveau style d’évangélisation est une vraie trahison du mandat du Christ aux Apôtres : « Euntes, docete... », surtout maintenant qu’ont été démantelées toutes les défenses de la foi.

3) La confiance : avec seulement deux aspects humains du dialogue, c’est à dire : confiance dans la vertu propre de la parole (et on ne précise même pas qu’il s’agit de la parole révélée), et confiance dans les capacités de celui qui la reçoit (sans aucune allusion à l’action surnaturelle pourtant nécessaire de la prière et de la grâce).

4) La prudence : qui ici pourtant fait complètement défaut, à cause justement de ces trois précédentes conditions indiquées dans Ecclesiam suam. Et encore : cette invitation à l’exercice des facultés supérieures de l’homme à propos de la clarté du dialogue, n’est sûrement pas faite pour solliciter le zèle apostolique, ni pour réviser la forme du langage à utiliser. De toute façon, dire que l’Église, jusqu’en 1964, c’est-à-dire avant l’avènement de Vatican II, a perdu son temps en employant des méthodes radicalement erronées, raison pour laquelle elle doit maintenant renverser tout ce qu’elle a fait et se mettre à jour, n’a certainement pas été, de la part de Vatican II, une façon très polie ni édifiante de parler de l’Église de la Tradition.

On voudrait aujourd’hui que l’Église utilise la technique d’un dialogue plus parfait, comme celui qu’on a inventé actuellement. On ne devrait donc plus imiter, par exemple, la façon de parler d’un saint Etienne, le Protomartyr, avec ceux de la Synagoga Libertinorum, qui finirent par le lapider justement parce qu’il eut l’imprudence de ne pas s’adapter à passer sous silence des vérités brûlantes qui ne plaisaient pas à ces diables... De même, on ne devrait plus rien apprendre des saints apologistes qui, comme Saint Augustin, luttèrent contre tous les hérétiques de leur temps.

De fait, les quatre points de Ecclesiam Suam, cités plus haut, représentent une position pastorale diamétralement opposée à celle de l’apôtre Paul qui précisa : «… et sermo meus et prædicatio mea non in persuasibilibus humanae sapientiae verbis (une méthode qui est au contraire préconisée dans Ecclesiam Suam)…ut fides vestra non sit in sapientia hominum, sed in virtute Dei » (I Cor. 2, 2-4).

Le dialogue de Ecclesiam Suam, tout à l’opposé, au bout de vingt siècles de christianisme prêché (et non dialogué), doit s’appuyer uniquement sur des moyens humains, exclusion faite de la nécessité fondamentale de la Grâce divine afin que la Parole révélée soit rendue féconde. Depuis Vatican II, ce n’est plus vrai. Elle doit être présentée, dialoguée comme un raisonnement de l’homme, d’homme à homme. C’est à dire que dans le dialogue, selon Paul VI, c’est l’autorité ou la compétence personnelle et l’habileté de l’interlocuteur qui doivent valoir plus que l’autorité de Dieu qui se révèle. Et malheureusement cette doctrine de Ecclesiam Suam est latente dans tous les Documents, Décrets, Constitutions de Vatican II, dans lesquels on fait de l’homme le centre de tout.

Paul VI l’ayant dit lui-même, personne ne pourra nous accuser de nous être mépris sur la teneur de ce caractère inquiétant, paradoxal, subversif du Magistère Suprême du XXème siècle, qui a mis l’Homme à la place de Dieu.

La réalité, au contraire, était que Paul VI, comme fruit de Vatican II, voulait une entente cordiale entre “la religion du Dieu qui se fait homme, et la religion de l’homme qui se fait Dieu”. Et bien que ce soient deux positions antithétiques - comme il le dit lui-même à la clôture de Vatican II - il n’y eut “aucun accrochage, aucune lutte, aucune condamnation”, mais au contraire “une immense sympathie” qui “a tout pénétré”, finissant en un ample humanisme.

Et comme cela, on eut le Moi à la place de Dieu.

Maintenant il faut tout de suite nous demander : quelles sont les caractéristiques de la “religion de Dieu” et celles de la “religion de l’homme” ? La réponse est facile : tandis que la religion de Dieu veut la transcendance de l’Absolu - Dieu en effet, se distingue de l’homme en tant que son Créateur, comme Etre infini et comme Souverain Seigneur, au point que l’homme dépend de Lui jusque dans son existence même, et Lui doit un hommage et une dévotion totale -, dans la “religion de l’homme” au contraire, c’est l’homme qui prend la place de l’Absolu, qui le veut en soi-même, immanent, comme étant sa propre nature, et donc s’adore lui-même, s’idolâtre et s’attribue une espèce de culte.

Mais ceci est encore un retour à Feuerbach, auteur justement de cette religion de l’homme et précurseur de Karl Marx.

En outre, alors que la religion de l’homme élimine tout médiateur entre l’absolu immanent et le fidèle, la religion de Dieu comporte au contraire un Médiateur, qui fait le pont pour joindre l’Infini de Dieu avec le fini de l’homme.

La religion de Dieu comprend aussi la Religion révélée, la seule vraie. La religion de l’homme, au contraire, considère comme un contresens une Religion révélée qui obligerait tous les hommes, car elle dépend de l’homme, bien plus, elle est créature de l’homme. D’où cet absurde œcuménisme de Vatican II qui induit les fidèles à retenir que toutes les religions mènent au salut éternel, c’est pourquoi elles doivent toutes être admissibles et elles peuvent être acceptées dans la communion de l’Eglise catholique. Affirmation qui facilite la multiplicité des sectes qui en appellent au libre examen, inauguré par Luther.

Voilà pourquoi Paul VI, avec sa religion de l’homme, a pour ainsi dire créé une “Nouvelle Eglise” qui se détache toujours plus de la traditionnelle Eglise de toujours.

Evitant de donner des définitions dogmatiques, Paul VI put ajouter ces autres énormités incroyables, qu’on trouve dans une Allocution à la veille de la clôture du Concile (7 décembre 1965) :

« Aliud est etiam, quod consideratione dignum putamus : hujus modi divitem doctrinæ copiam, eo unice spectare, ut homini serviat ». La version italienne pourra peut-être mettre encore en plus grande et inquiétante évidence l’énormité de cette déclaration :

« …Toute cette richesse doctrinale est tournée dans une unique direction : servir l’homme ».


C’est ahurissant… car ce sont les paroles d’un "pape" qui, pour nous assurer encore plus de sa pensée, ajoute :

« L’Église, d’une certaine manière, s’est déclarée servante de l’humanité »…

Puis il poursuit : « Servante de l’humanité, au moment même où une plus grande splendeur et une plus grande vigueur ont assumé, de par la solennité conciliaire, autant son Magistère ecclésiastique que son gouvernement pastoral. L’idée de ministère a occupé une position centrale… Tout ceci et tout ce que nous pourrons dire sur la valeur humaine du Concile a peut-être dévié l’esprit de l’Eglise en Concile vers la direction anthropocentrique de la culture moderne ? Non, l’Eglise n’a pas dévié, mais elle s’est tournée vers l’homme. » (D.C. N°1462 col.64-65)

Ce sont des paroles extrêmement claires mais stupéfiantes, parce qu’elles sont en violation du principe d’identité (ou de contradiction). Dans l’une et l’autre en effet, le centre est toujours l’homme. La suite du discours aggrave encore plus la situation : « Celui qui observe bien cet intérêt prédominant du Concile pour les valeurs humaines et temporelles…ne peut nier qu’un tel intérêt (prédominant) est dû au caractère pastoral que le Concile a choisi comme programme… » (ibid.) Rappelons encore ces autres paroles de Paul VI à la clôture de Vatican II (8 Décembre 1965) :

« Ce Concile est un acte solennel d’amour de l’humanité. »

Et celles de “Gaudium et Spes” :

« Tout sur la terre, doit être ordonné à l’homme, comme à son centre et à sa fin. » Et ces autres encore, toujours de Paul VI, dites au Mouvement mondial de la Paix le 1er janvier 1972 :

« Une paix qui ne résulterait pas du “culte” vrai de l’homme, n’est pas une vraie Paix. »

Or ce rappel, qui revient souvent dans les documents conciliaires et post conciliaires, au caractère pastoral de Vatican II, crée un équivoque captieux, car il tend à le distinguer de tous les Conciles Œcuméniques précédents, justement pour son caractère pastoral. Cependant il insinue presque l’idée que les autres Conciles ne se sont jamais préoccupés des raisons pastorales, et donc pratiques, comme s’ils s’étaient limités à courir après les papillons sous l’Arc de Titus, ou à s’entretenir dans la stratosphère des abstractions théologiques. De toute manière, c’est comme un diplôme d’ânerie gratuit attribué aux Pères des autres Conciles.

Face à ces déclarations de Paul VI dans son discours du 7 décembre 1965, en clôture de Vatican II, et de la ‘Declaratio de Libertate Religiosa’, dans les termes du numéro en marge 1044 et 1045, sur les ‘Droits inviolables de la personne humaine’ (les seuls Droits nommés dans ces numéros, ignorant totalement au contraire ceux de Dieu, alors qu’ils sont primaires et conditions des Droits de l’Homme), on verra clairement et le manque de préparation et la supercherie, ‘in contemptum’, de tout le Magistère Suprême de la Tradition dogmatique de l’Église antécédente à Vatican II.

Il n’y a qu’à se confier au Seigneur, répétant nous aussi avec l’Apôtre : « Je sais en qui j’ai mis ma confiance, et j’ai la conviction qu’il a le pouvoir de garder mon dépôt jusqu’à ce jour-là ». (II Tim.1, 12).

En fait, nous nous trouvons en présence d’un nouveau christianisme, celui de Paul VI qui s’est efforcé de rendre le christianisme plus présent, plus intéressant pour l’homme d’aujourd’hui.

Mais sa route fut une fausse route. La religion fondée par notre Seigneur Jésus-Christ est essentiellement surnaturelle. Selon la sagesse humaine cependant, ses enseignements qui nous sont transmis par les saints Évangiles, sont absolument incompréhensibles et inacceptables. Un Dieu qui se fait homme, qui se laisse insulter, mépriser jusqu’à l’ignominie de la Croix !… Un Maître, qui béatifie le sacrifice et la souffrance et prêche l’anéantissement du propre moi, n’est certainement pas aimé du monde pour sa doctrine, mais seulement par la foi, c’est-à-dire selon un point de vue surnaturel qui dépasse complètement la vision humaine des choses.

Paul VI et Vatican II ont au contraire poussé les choses de façon à ce que peu à peu, Dieu disparaisse presque pour faire place à l’homme. Dans ce cadre, le christianisme s’est fait religion de l’homme, et quoique le nom de Dieu reste et la religion soit encore appelée chrétienne, en réalité, elle est nourrie uniquement du second commandement, imprégnée de ‘Aimons-nous bien !’, de ‘assez des guerres de religion !’, de ‘à bas toutes les barrières qui nous séparent !’… pour n’embrasser que les choses qui peuvent nous unir.

Mais voilà qui est en opposition radicale avec l’évangile qui, tout au contraire, enseigne le primat de Dieu et de son amour. Si donc nous devons aimer et servir notre prochain, nous devons le faire parce que Dieu le Père l’aime dans la personne de son Fils Jésus-Christ. C’est pourquoi, sans l’amour de Dieu, l’amour de l’homme n’a plus aucun sens. Bien sûr, Paul VI ne pouvait pas nier ouvertement cette vérité dogmatique, mais il en est arrivé à dire que l’amour est "dû à tout homme à cause de sa qualité d’homme". (Message pour la journée de la paix, le 14 novembre 1970 – D.C. n°1576 p.1103)

Mais c’était un vrai délire humaniste que le sien ! Qu’il suffise de rappeler ce qui est écrit dans la Sainte Ecriture : “Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et pour Lui seul tu auras un culte ”. (Mt 4,10)





Montini, hyène démoniaque !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Jeu 02 Juil 2009, 6:01 am

De la lecture de ses textes, il ressort que son obsession, son principal souci est uniquement, ou presque, au niveau de l’homme.

En effet, voici en quels termes il s’exprime dans le Discours prononcé lors de la session publique du 7 déc. 1965 :

« Ce Concile…en conclusion, donnera une leçon nouvelle, simple et solennelle pour apprendre à aimer l’homme pour aimer Dieu… Pour connaître Dieu, il faut connaître l’homme… Toutes ces richesses doctrinales (du Concile) ne visent qu’une chose : servir l’homme… Nous aussi, Nous plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme… La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion (car c’en est une) de l’homme qui s’est fait Dieu. Qu’est-il arrivé ? Un choc, une lutte, un anathème ? Cela aurait bien pu arriver, mais il n’en fut rien !... » (D.C. n°1462 col. 64 à 66 passim)

Au contraire, Paul VI parlant de ses voyages missionnaires dans tous les points du globe, en est arrivé à dire :

« Nous n’avons pas d’autre intention que d’essayer, selon nos humbles forces, de travailler à adoucir le sort de l’homme visant à faire régner la paix et à faire triompher la justice sans laquelle aucune paix n’est durable. » (En Indonésie, le 3 décembre 1970) Or, qu’un pape n’ait pas d’autre intention que de travailler pour une cause seulement humaine, est une confession choquante. Un pape qui n’est pas le gardien de la foi, mais seulement un expert humaniste, est ou bien en pleine hérésie, ou bien un grand utopiste. Que sa foi ait plus été en l’homme qu’en Dieu, signifie qu’il a pris le Christianisme pour un simple humanisme, comme du reste, il l’avait déjà fait dans son encylique Ecclesiam suam, où il écrit que : “L’Eglise se fait dialogue (non plus évangélisatrice, donc, pour convertir au Christ, unique Voie, Vérité et Vie), et ce “dialogue” devra caractériser Notre tâche apostolique.”

Voilà pourquoi son humanisme religieux et chrétien ne consistera pas à prêcher l’Evangile, qui seul peut apporter la paix et le bonheur aux hommes, mais il consistera à travailler à la coexistence pacifique entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux. Il consistera :

« Dans le développement intégral de l’homme... auquel nous avons osé l’inviter au nom d’un humanisme plénier, dans notre encyclique “Populorum Progressio” (cf. N°42). » (Message pour le 25è anniversaire de l’ONU, 4 octobre 1970 – D.C. n°1572 p.903)

Nous, au contraire, nous continuons à croire aux paroles de Jésus : “Cherchez d’abord le Règne de Dieu et sa justice, et le reste vous sera donné par surcroît” (Mt 6,33), même si l’ensemble des écrits de Paul VI prêche le contraire. Son accent, en effet, est toujours sur les intérêts humains ; Dieu est comme pris en remorque, une espèce de supplément aux efforts humains. Dans son Message pour la journée de la paix (14 novembre 1970), Paul VI osa dire :

« ... La vraie paix doit être fondée... sur le dogme fondamental de la fraternité humaine... » (D.C. n°1576 p.1103)

Assertion qui efface le rôle principal et essentiel de Dieu, qui nous a dit : “Sans moi, vous ne pouvez rien faire” (Jn 15,5). Et encore : “A quoi sert à l’homme de gagner tout le monde, s’il vient à perdre son âme ?” (Mt 16,26). Paroles que Paul VI... avait oubliées !

C’est pour cela qu’il abdiqua la charge de Vicaire du Christ lorsque, dans la Basilique même de Saint Pierre, en présence de deux mille évêques, il renonça à la tiare aux trois couronnes, la veille du jour où il exonéra les Juifs du péché de “déicide”... Mais à partir de ce moment, avions-nous encore un pape ?... A la suite de ce geste en effet, beaucoup se le demandèrent, même parmi les évêques. La réponse, il la donna lui-même, onze mois plus tard, quand Paul VI compléta son acte d’abdication en remettant au Secrétaire Général de l’ONU, Mr. U Thant, Birman de haut grade maçonnique, les deux autres symboles de sa papauté : l’anneau pontifical et la croix pectorale. En échange, le 4 octobre 1965, il recevra le symbole du “Grand Prêtre Hébreux” du Sanhédrin : l’Ephod, c’est-à-dire la reproduction du pectoral que Caïphe portait au moment de la condamnation de Notre Seigneur. (“Veritas” de janvier 1976, p.7 ; Louisville, Kentucky - USA)

Et cet “éphod”, Paul VI le portera pendant longtemps, sur la “mosette”. Et là-dessus, il ne peut y avoir aucun doute, parce que la forme, la couleur, les ornements de cet insigne correspondaient parfaitement aux descriptions qu’on lit dans la Bible, au chapitre XXVIII du livre de l’Exode.

En effet, l’éphod, d’or pur, est carré, orné de douze pierres précieuses, disposées sur quatre rangées, trois par trois ; il est pendu au cou par un cordon, en or lui aussi, fait d’anneaux tressés qui se terminent par un gland. Les douze pierres précieuses sont de couleurs différentes et correspondent aux douze tribus d’Israël. Donc il s’agit bien de l’éphod du “Grand Prêtre Juif” qu’Aaron et ses successeurs ont porté comme ornement rituel. Quiconque a examiné les photos de Paul VI a pu établir qu’il commença à porter cet étrange “amulette” dès 1964, un mois plus ou moins après son voyage en Palestine, où il séjourna aussi en territoire d’Israël.

Depuis lors, on le remarqua quand il portait la “mosette”, une petite cape rouge, bordée d’hermine blanche. Parfois, la Croix pectorale semblait cachée sous les mains jointes, ou bien il n’y en avait pas, alors qu’au contraire, l’insigne d’Aaron se remarquait toujours, suspendue à un ample cordon d’or. Une seule fois en Inde, on vit l’emblème pendre sur l’habit blanc sans la mosette. Il se trouvait assis, entouré d’enfants indous.

Mais sur les photos prises pendant ses visites en divers Lieux Saints de la Catholicité, ainsi que dans les divers Sanctuaires, l’éphod était toujours visible ; comme par exemple, à Fumone, quand Paul VI se rendit sur la tombe du Pape Célestin (celui du “grand refus”- Dante) ; la même chose, à Sainte Sabine, sur l’Aventin, le mercredi des Cendres (quand on chantait déjà les Litanies des Saints “innovées” de la “nouvelle liturgie”, qui commençaient par : “Sancte Abraham”...) ; de même, sur la Piazza di Spagna, pour l’hommage traditionnel à l’Immaculée ; de même à Sainte Agnès, à Santa Maria di Trastevere, au stade des Yankees, à New York, etc... et en bien d’autres occasions. Ce geste de Paul VI ne peut pas ne pas susciter des soupçons, soulever des doutes, poser des questions qui ne se contentent pas de silences équivoques...

C’est à dire : Paul VI, en portant l’Ephod de Caïphe, voulait-il dire qu’il était lui-même l’héritier direct du sacerdoce lévitique, dans une Eglise catholique devenue le “nouveau et unique Israël de Dieu”?... Ou bien, Paul VI, avec son "Pontificat", était-il en train de préparer une restauration du judaïsme, en tant que religion du monothéisme pur, de l’Alliance Universelle ?...


Certainement, ce sont des demandes hardies, mais légitimées par certains épisodes qui font déjà partie de l’histoire, comme ceux-ci : au Katholikentag (Congrès des Catholiques), en Allemagne, en 1970, se déroula un culte hébraïque sabbatique ; à Bruxelles, le cardinal Suenens préconisa un autre Concile de “réconciliation”, qui aurait dû avoir lieu à Jérusalem. Il faut aussi savoir que les “B’nai B’rith” (la Haute Franc-Maçonnerie hébraïque) et la Franc-Maçonnerie rêvent eux aussi de construire à Jérusalem, comme à New York, un “Temple de la Compréhension”, dont ils ont offert une maquette à Paul VI en signe d’œcuménisme...

Et ainsi de suite, comme dans cet autre passage du 27 mars 1960, au cours d’une conférence :

« L’homme moderne n’arrivera-t-il pas un jour, à mesure que ses études scientifiques progresseront et découvriront des réalités cachées derrière la face muette de la matière, à tendre l’oreille à la voix merveilleuse de l’esprit qui palpite en elle ? Ne sera-ce pas la religion de demain ? Einstein lui-même entrevit la spontanéité d’une religion de l’univers… Le travail n’est-il pas déjà engagé dans la trajectoire directe qui mène à la religion ? »

(D.C. N° 1330 col.764)
C’est ahurissant ! Montini prêche ici une religion d’où le surnaturel et la Révélation sont exclus ; on dirait que pour lui, la religion de demain ne sera plus celle de Jésus-Christ, celle qui est communiquée aux hommes par la grâce de la foi, du saint évangile, de la Passion du Christ, de la sainte Eucharistie… Non ! Son autre religion sera la religion de l’univers, c’est à dire un résultat de la trajectoire directe tracée par le travail et la recherche scientifique.

L’humanisme de Paul VI (que lui-même confond dans ses écrits et ses discours, comme si esprit et matière pouvaient constituer une seule et unique chose) se situe au niveau de la seule raison humaine appariée à une conscience naturelle, comme norme, alors qu’au contraire, le christianisme se situe au niveau de la foi, prenant le saint évangile comme norme à suivre sur le chemin de la vie.

En somme, c’est un christianisme décloué de la Croix que le sien ; c’est à dire :

- Un Christ considéré comme un Libérateur, non pas tant du péché que de la souffrance, de l’humiliation, de l’asservissement ;

- Un évangile confondu avec la Charte des droits de l’homme et mis au service de la justice sociale ;

- Les droits de Dieu pour ainsi dire négligés, au profit de l’exaltation des Droits et des goûts de l’homme ;

- Une évangélisation réduite à un dialogue, non pas pour convertir, qui s’appuie sur des moyens humains plutôt que sur des moyens surnaturels…


A SUIVRE...
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Jeu 02 Juil 2009, 6:02 am

Bref, plus que le Christ et son évangile, Paul VI a servi et fait servir l’homme en remplaçant :

- La primauté du surnaturel par la primauté du naturel, du temporel, de l’homme ;

- La primauté de la Loi de Dieu par la primauté de la conscience ;

- La primauté du Règne de Dieu et de la vie éternelle par la primauté du monde, de l’histoire, de sa chimère pour aboutir à une espèce de paradis sur terre.

C’est pourquoi on pourrait accuser Paul VI d’avoir rendu à l’homme un culte qui ne lui est pas dû. Il faut aimer l’homme bien sûr, mais pas d’un amour désordonné, c’est à dire non réglé par l’amour de Dieu ou indépendant de son amour.

Le culte de l’homme porte au mythe de l’égalité entre tous les hommes, d’où le nivellement des classes (avec toutes les violences que cela comporte), d’où la démocratie universelle (une autre utopie chère à Paul VI) qui n’est autre que l’universalisme maçonnique.

Et la meilleure façon de prouver cette “religion de l’homme œcuménique maçonnique”, est de citer ici de nombreuses affirmations et révélations de personnalités qui, dans la Franc-Maçonnerie, ont eu des degrés élevés et une autorité supérieure. Comme celles-ci : « La racine de l’homme est l’homme lui-même... La critique de la religion aboutit à la conclusion doctrinale que, pour l’homme, L’Etre suprême est l’homme. » (Karl Marx - Morceaux choisis)

« La Franc-Maçonnerie, (...) dans les Cons-titutions Générales, s’était fixée clairement un but qu’il n’est licite à personne de changer. “Chacune des Grandes Loges - y affirme-t-on - a le droit d’améliorer les précédentes prescriptions et d’en établir de nouvelles, mais pas de modifier les points fondamentaux, qui doivent rester fixes pour toujours : la liquidation totale du monde surnaturel ” – A ce moment-là, on ne peut plus parler de religion ni de morale. » (Saint Maximilien Kolbe : les ennemis actuels de l’Eglise, Cracovie, avant le 19 octobre 1922).

Le 15 janvier 1901, le franc-maçon Viviani proclama du haut de la tribune :

« Nous avons la tâche de préserver de toute attaque le patrimoine de la Révolution... Nous nous présentons ici portant dans nos mains, outre les traditions républicaines, ces traditions françaises attestées par des siècles de lutte pendant lesquels, peu à peu, l’esprit laïc s’est dégagé de l’étreinte de la société religieuse... Nous ne nous trouvons pas seulement en présence des Congrégations, mais en face de l’Eglise catholique. N’est-il pas vrai que, par-delà ce combat d’un jour, on rencontre une fois de plus ce conflit formidable dans lequel le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel se disputent des prérogatives souveraines, et cherchent, en se disputant les consciences, de conserver jusqu’à la fin la direction de l’humanité ?... La vérité est la suivante : c’est qu’ici se rencontrent, selon la belle expression du comte de Mun, en 1878, la société fondée sur la volonté de l’homme et la société fondée sur la volonté de Dieu. Il s’agit de savoir si, dans cette bataille, une loi sur les Associations peut suffire. Les Congrégations et l’Eglise ne vous menacent pas par leur façon de procéder, mais au contraire par la propagation de la Foi... Ne craignez pas les batailles qui vous seront offertes, et si vous trouvez en face de vous cette religion qui poétise la souffrance, promettant les réparations futures, opposez la raison de l’humanité, qui poétise elle aussi la souffrance, lui offrant comme récompense, la félicité des générations. » (cité par Henri Delassus, “Le problème de l’heure présente” Desclée & C., Typographes-Editeurs, 1907, vol. I, p.24.)

Le franc-maçon Viviani disait dans le même sens : “Substituer la religion de l’humanité à la religion catholique”, ou plutôt, selon la formule de Bourgeois : “Faire triompher l’esprit de la Révolution, de la Philosophie et de la Réforme sur l’affirmation catholique”. (Idem. p.28)

Le franc-maçon Gambetta, le 4 mai 1877, donna le fameux mot d’ordre, suivi par tous ceux qui ont tenu le pouvoir en France depuis cent vingt cinq ans : “Le cléricalisme, voilà l’ennemi !

Et le 1er juin 1877, recevant une députation de la jeunesse des écoles de droit, de médecine, etc..., il dit : « Nous avons l’air de combattre pour la forme de gouvernement, pour l’intégrité de la constitution. La lutte est plus profonde : la lutte est contre tout ce qu’il reste du vieux monde, entre les agents de la théocratie romaine et les fils de 1789. » (idem p.25)

Citons encore quelques autres ‘textes’ qui illustrent ce ‘culte de l’homme’ de Paul VI, si évident dans son humanisme.

Dans son Discours à la IVeme Session de Vatican II, Paul VI a fait une espèce de ‘profession de foi’ qui tient de l’inouï. Sa façon de parler de l’homme que l’on doit comprendre, respecter, admirer a abouti à un vrai ‘culte de l’homme’.

« L’Église du Concile – a-t-il dit – s’est beaucoup occupée de l’homme, de l’homme tel qu’il se présente à notre époque ; l’homme vivant, l’homme tout centré sur lui-même, l’homme qui se fait non seulement le centre de tout ce qui l’intéresse, mais qui ose se faire le principe et la raison dernière de toutes les réalités… L’humanisme laïc et profane est apparu enfin dans sa terrible stature et a, en un certain sens, défié le Concile. La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion de l’homme qui s’est fait Dieu. Qu’est-il arrivé ? Un choc, une lutte, un anathème ? Cela aurait bien pu arriver ; mais il n’en a rien été ! La vieille histoire du samaritain a été le modèle de la spiritualité du Concile. Une sympathie immense l’a envahi tout entier. La découverte des besoins humains…a absorbé l’attention de ce Synode. Reconnaissez-lui au moins ce mérite, vous les humanistes modernes qui renoncez à la transcendance des choses suprêmes, et sachez reconnaître notre nouvel humanisme : Nous aussi, Nous plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme ! » (Allocution au Concile, le 7 déc. 1965 – D.C. N°1462 col.63)

Mais déjà le 14 septembre 1965, Paul VI se demandait : « Est-ce que l’Église, est-ce que Nous pourrons faire autrement que de regarder ce monde et de l’aimer ?… Le Concile est un acte solennel d’amour pour l’humanité. Que le Christ nous assiste pour qu’il en soit vraiment ainsi ! » (D.C. n°1456 col.1660)

Or une telle façon de parler tient de l’abdication, de la servilité face à l’athéisme pour en obtenir les bonnes grâces. Mais lui, Paul VI, l’appelle ‘un mérite’, alors que c’est du laxisme, une déformation de la charité ! Au lieu de condamner le fol orgueil de l’homme qui s’exalte lui-même et ne veut plus se soumettre à Dieu, Paul VI le flatte, veut lui plaire en affirmant que lui et les siens ont un culte de l’homme qui dépasse même celui de l’humanisme athée.

Mais c’est justement cette forme d’idolâtrie envers l’homme qui a fait proclamer la liberté religieuse droit fondamental et absolu de l’homme. Et c’est justement ce faux amour de l’homme qui a donné le jour à Gaudium et Spes, ou ‘l’Église dans le monde d’aujourd’hui’, ‘qui représentera le couronnement de l’œuvre du Concile’, et que Paul VI affirmera être inspirée à la religion de l’Homme, ‘centre et chef du monde.’ (‘Gaudium et spes’, n°12)

Dans son délire humaniste, il a encore ajouté :

« Il y a encore un autre point que nous devons souligner : toute cette richesse doctrinale (du Concile) ne vise qu’à une chose : servir l’homme. Il s’agit bien entendu de l’homme tout entier, quelle que soit sa condition, sa misère, ses besoins… »

Et il a poursuivi :

« Tout cela et tout ce que nous pouvons encore dire sur la valeur humaine du Concile a-t-il peut-être fait dévier la pensée de l’Église du Concile vers des positions anthropocentriques reprises à la culture moderne ? Non, l’Église n’a pas dévié, mais elle s’est tournée vers l’homme… La mentalité moderne, habituée à juger toute chose d’après sa valeur, son utilité, voudra bien admettre que la valeur du Concile est grande au moins pour ce motif : tout a été orienté vers l’utilité de l’homme ! Qu’on ne déclare donc jamais inutile une religion comme la religion catholique qui, dans sa forme la plus consistante et efficace comme l’est celle du Concile, proclame qu’elle est toute entière au service de l’homme… » (Allocution au Concile, 7 déc. 1965 – D.C. N°1462 col.64-65)

Et le 13 juillet 1969, il affirma :

« L’homme se révèle à nous comme un géant. Il se révèle à nous, divin. Il se révèle à nous divin, non pas en soi, mais dans son principe et dans son destin. Honneur à l’homme, honneur à sa dignité, à son esprit, à sa vie ! »

Oui, car l’homme est le terme…

« Le premier terme dans l’ascension vers la fin suprême et transcendante vers le principe et la cause de tout amour… Notre humanisme devient christianisme et notre christianisme devient théocentrisme au point que nous pouvons également affirmer : pour connaître Dieu, il faut connaître l’homme. Mais alors, ce Concile, dont les travaux et les préoccupations ont été consacrées principalement à l’homme, ne serait-il pas destiné à ouvrir une nouvelle fois au monde moderne les voies d’une ascension vers la liberté et le vrai bonheur ? Ne donnerait-il pas, en fin de compte, un enseignement simple, neuf et solennel pour apprendre à aimer l’homme afin d’aimer Dieu ? » (7 déc. 1965 – D.C. N°1462 col.66)

Il y a de quoi rester stupéfaits ! Dans son discours, on ne trouve plus la Croix du Christ, la Grâce baptismale, les dons du Saint Esprit, les mystères de la Foi, trésors de Vérité, de Vie, de Vertu, de l’unique Église catholique…


A SUIVRE...
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Jeu 02 Juil 2009, 6:09 am

Dans une œuvre éditée à Fribourg sous ce titre : “La déification de l’humanité, ou le côté positif de la franc-maçonnerie”, le P. Patchtler a très bien démontré le sens que la franc-maçonnerie donne au mot “humanité” et l’usage qu’elle en fait.

« Ce mot - dit-il - est utilisé par des milliers d’hommes (Initiés ou échos inconscients d’initiés) dans un sens confus, certes, mais cependant toujours comme le nom de guerre d’un certain parti pour un certain but, qui est le renversement du christianisme positif. Ce mot dans leur bouche ne signifie pas seulement l’être humain en opposition à l’être animal... Il pose comme thèse l’indépendance absolue de l’homme dans le domaine intellectuel, religieux et politique ; il nie pour lui toute fin surnaturelle, et demande que la perfection purement naturelle de la souche humaine soit acheminée sur les voies du progrès. A ces trois erreurs correspondent trois étapes sur la route du mal : l’humanité sans Dieu, l’humanité qui se fait Dieu, l’humanité contre Dieu. Tel est l’édifice que la franc-maçonnerie veut ériger à la place de l’ordre divin qui est “l’humanité avec Dieu”. Quand la secte parle de la religion de l’avenir, de la religion de l’humanité, c’est justement cet édifice, ce temple qu’elle a en vue ». (Delassus, op. cité p. 30)

Vers la fin juillet et au début août de 1870, se tint un Congrès à Nancy, auquel participèrent les loges de Strasbourg, Nancy, Vesoul, Metz, Châlon-sur-Marne, Reims, Mulhouse, Sarreguemines, en un mot tout l’Est. On y posa la question de l’“Etre Suprême”, et les discussions qui s’en suivirent se propagèrent de loge en loge.

Pour y mettre fin, le Monde Maçonnique (nos de janvier et mai 1870) fit cette déclaration : “La franc-maçonnerie nous fait savoir qu’il n’y a qu’une religion vraie, et par conséquent une seule naturelle : le culte de l’humanité. Parce que, mes frères, cette abstraction qui, érigée en système, servit à former toutes les religions : Dieu, n’est autre que le complexe de tous nos instincts les plus élevés auxquels nous avons donné un corps, une existence distincte ; ce Dieu n’est, en fin de compte, que le produit d’une conception noble mais erronée de l’humanité qui s’est dépouillée au profit d’une chimère”. (Delassus p.35)

Rien de plus clair : l’humanité est Dieu ; les droits de l’homme doivent remplacer la loi divine ; le culte des instincts de l’humanité doivent prendre la place du culte rendu au Créateur ; la recherche du progrès dans la satisfaction des sens doit se substituer aux aspirations de la vie future.

Le franc-maçon Mauro Macchi, député au parlement italien, membre du Conseil supérieur, écrivait dans la “Massonic Review”, le 16 février 1874 : “La clef de voûte de tout système opposé à la franc-maçonnerie est le sentiment ascétique et transcendental qui transporte les hommes au-delà de la vie présente et fait qu’ils se considèrent comme des pèlerins sur la terre. Tant que ce système n’aura pas été détruit par le marteau de la franc-maçonnerie, nous aurons une société de pauvres créatures dupées, qui sacrifient tout pour obtenir la félicité dans une existence future.” (Mauro Macchi, franc-maçon et député italien, dans “Massonic Review” du 16 fev.1874)

Nous nous trouvons en présence d’une sorte d’idolâtrie de l’homme, telle que la dénonça le Christ lui-même quand il répondit à Satan qui le tentait : « Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : tu adoreras le Seigneur ton Dieu et tu ne serviras que Lui seul ! » (Mt 4,10)

Or ceci nous fait venir à l’esprit un passage de St Pie X, dans sa première encyclique :

« …Si grande est l’audace et la rage avec laquelle on persécute partout la religion, on combat les dogmes de la Foi et on s’emploie effrontément à extirper, à anéantir tout rapport de l’homme avec la divinité ! Dans cette situation, ce qui, justement, d’après les paroles de l’Apôtre lui-même (St Paul), est le caractère propre de l’Antéchrist, l’homme lui-même, avec infinie témérité, s’est mis à la place de Dieu, s’élevant surtout contre tout ce qui s’appelle Dieu, de manière à ce que, bien qu’il ne puisse éteindre en lui-même toute connaissance de Dieu, en ayant toutefois outragé la majesté, il a fait de l’univers une espèce de temple dédié à lui-même pour y être adoré…D’où il ressort que restaurer toutes les choses dans le Christ et ramener les hommes à la sujétion à Dieu est un même et identique but. Pour obtenir tout cela selon notre désir, il est nécessaire que par tous les moyens et la peine possibles, nous faisions radicalement disparaître l’énorme et détestable scélératesse, toute caractéristique de notre temps : la substitution de l’homme à Dieu. » (‘E Supremi Apostolatus’ du 4 octobre 1903)

Cette ligne vraiment papale est cependant toute à l’opposé de la ligne libérale de Paul VI qui, à Sidney, le 2 décembre 1970, déclarait aux journalistes :

« …Nous avons confiance en l’homme, nous croyons en ce fond de bonté qui existe en tout cœur, nous connaissons les motifs de justice, de vérité, de renouvellement, de progrès, de fraternité qui sont à l’origine de tant de belles initiatives et même au sein de tant de contestations, et malheureusement parfois de tant de violences… Soyez les semeurs d’un idéal authentique…d’un idéal qui le fasse grandir selon sa vraie stature de créature faite à la ressemblance de Dieu, qui le pousse à se dépasser sans cesse pour édifier ensemble la cité fraternelle à laquelle tous aspirent et tous ont droit. L’Église catholique, surtout après la nouvelle poussée de son ‘aggiornamento’ conciliaire, va à la rencontre de ce même homme que vous avez l’ambition de servir. » (D.C. n°1577 p.14)

Certes, dans ses paroles, Paul VI ne se souvenait plus de ce qui est écrit dans la Sainte Écriture : « Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme, qui fait de la chair son bras et dont le cœur se retire de Yahweh ! » (Jér. 17,5) Et encore : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire ». (Jn 15,5)

Paul VI au contraire, à l’Angélus du 7 février 1971, à l’occasion d’un voyage spatial, composa un ‘Hymne à la gloire de l’homme’, à opposer presque à l’Hymne au ‘Christ Roi des siècles’ :

« Honneur à l’homme, à la pensée, à la science ! Honneur à la synthèse que l’homme sait faire entre la science et sa mise en œuvre, lui qui, à la différence de tous les autres animaux, sait donner des instruments de conquête à son intelligence et à ses mains. Honneur à l’homme, roi de la terre et à présent également prince des cieux ! Honneur à l’être vivant que nous sommes, qui reflète en lui le visage de Dieu et qui, en dominant les choses, obéit à l’ordre biblique : emplissez la terre et soumettez-la. » (D.C. N°1580 p.156)

Là aussi, l’erreur de Paul VI est celle du primat de l’humain, sa marotte de donner de la valeur à tout ce qui est humainement appréciable, qui est de l’homme, centre et sommet, alors que l’Église du Christ a toujours été bien sûr au service de l’homme, et même jusqu’à l’héroïsme, mais ceci toujours en vue du service de Dieu et du salut des âmes. Voilà pourquoi l’anthropocentrisme de Paul VI, son orientation vers l’homme et non vers Dieu, nous rappellent les paroles insensées de la Constitution Gaudium et Spes qui dit : « Tout sur terre doit être orienté vers l’homme, comme à son centre et à son apogée » ; paroles qui ne sont sûrement pas l’écho de : ‘Caritas urget nos’.

Malheureusement il semble plus qu’évident que pour Paul VI, l’homme passe avant Dieu, même si, parmi ses citations de l’Évangile, il répète fréquemment la suivante : « Tout ce que vous faites au plus petit des miens, c’est à moi que vous le faites ». (Mt 25, 40)

Certes ! Mais il faut que ce que l’on fait au prochain, soit agréable à Jésus… Ce n’est certainement pas le cas lorsqu’on flatte l’orgueil de l’homme, quand on vante ses fausses sciences, quand on encourage son rejet de toute dépendance de Dieu… Il aurait toujours dû se rappeler que sa vocation exigeait de lui une prédication continuelle de la suprématie du surnaturel et de l’optique chrétienne condensée dans les Béatitudes : « Bienheureux les pauvres en esprit… les doux… les pacifiques… les persécutés… » (Mt 5, 3-5-9-10)

Tout le contraire de sa façon de se vanter d’être ‘un expert en humanité’, comme lui-même se qualifia à l’ONU (4 octobre 1965 – D.C. n°1457 col.1732) … Ou encore :

« La mission du christianisme est une mission d’amitié entre les peuples de la terre, une mission de compréhension, d’encouragement, de promotion, d’élévation, et, disons-le encore une fois, une mission de salut. » (A Bethléem, le 6 janvier 1964 - D.C. N°1417 col.181)

Une vision qui n’est pas du tout celle de l’Évangile et qui ne reflète certainement pas les paroles de Jésus : « Je ne suis pas venu porter la paix, mais l’épée » (Mt 10, 34)… Voilà pourquoi Il fut toujours un ‘signe de contradiction’.

Mais Paul VI aggrave encore sa pensée :

« L’homme… connaît des doutes atroces… Nous avons à lui dire un message que Nous croyons libérateur. Et Nous Nous croyons d’autant plus autorisé à le lui proposer qu’il est pleinement humain. C’est le message de l’Homme à l’homme. » (A Bethléem, le 6 janvier 1964 – D.C. ibid.)

Voilà ‘le Nouvel Évangile’ tout humain, de Paul VI ! En somme, sa foi est dans l’homme ; c’est pourquoi il considérait le christianisme comme un simple humanisme.

Voilà pourquoi, après Ecclesiam Suam, l’Église ne devait plus convertir, car « l’Église se fait dialogue… » ; un dialogue qui caractérisa son Pontificat (Ecclesiam Suam n°60) ; un dialogue qui ne consistera plus à prêcher l’Évangile, mais plutôt à travailler pour une coexistence pacifique entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux…

« …Vaste entreprise, bien digne de réunir toutes les bonnes volontés en une immense et irrésistible conspiration pour ce développement intégral de l’homme et ce développement solidaire de l’humanité, auquel Nous avons osé les inviter au nom d’un humanisme plénier, dans Notre encyclique ‘Populorum Progressio’ (n°42) ». (Message pour le 25ème anniversaire de l’ONU, le 4 octobre 1970 – D.C. N°1572 col.903)

Mais voici une autre preuve des bases sur lesquelles Paul VI considérait que l’on pouvait établir la paix :

« Osons un terme qui peut lui aussi sembler ambigu ; mais considérons-le dans l’exigence de sa profondeur. C’est un terme flamboyant et sublime d’amour : amour de l’homme, première valeur de l’ordre terrestre… La paix, la vraie paix, la paix humaine est un effet de l’amour… Si nous voulons la paix, nous devons reconnaître la nécessité de la fonder sur des bases plus solides… La vraie paix doit être fondée sur la justice, sur le sentiment d’une intangible dignité humaine, sur la connaissance d’une ineffable et heureuse égalité entre les hommes, sur le dogme fondamental de la fraternité humaine, c’est à dire sur le respect et l’amour dû à tout l’homme en sa qualité d’homme. » (Message pour la journée de la paix, le 14 novembre 1970 – D.C. N°1576 p.1103)

Donc, la base la plus solide pour avoir la paix, n’est pas le respect de Dieu et de ses lois, mais le sentiment d’une intangible dignité humaine, la reconnaissance d’une ineffable et heureuse égalité entre les hommes, basée sur le dogme fondamental de la fraternité humaine ! Et pourtant Jésus avait bien dit : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » (Jn 15,5).

Paul VI, lors d’un discours à la FAO, affirma :

« Quant à vous, l’homme que vous secourez, est l’homme que vous soutenez. Comment pouvez-vous agir contre lui alors que vous existez pour lui et que vous ne pouvez réussir sinon avec lui ? »

Cette sortie de Paul VI semble être une autre espèce de profession de foi en l’homme, une répétition de ce qu’il avait déjà dit à l’ONU :

« C’est comme "expert en humanité" que nous apportons à cette Organisation le suffrage de nos derniers prédécesseurs, celui de tout l’épiscopat catholique et le Nôtre, convaincus comme Nous le sommes que cette Organisation représente le chemin obligé de la civilisation moderne et de la paix mondiale… Les peuples regardent vers les Nations Unies comme à la dernière espérance de la concorde et de la paix. Nous osons apporter ici, avec le Nôtre, leur tribut d’honneur et d’espérance. » (Visite à l’ONU du 4 octobre 1965 – D.C. N°1457 col.1732)

Voici le fond de la pensée de Paul VI ; il croit en la puissance de l’homme, même athée, antichrétien et satanique, comme c’est le cas de l’ONU. Il y croit plus qu’aux moyens surnaturels : Grâce, Prière, Sacrements… La grande espérance pour lui, c’est l’homme ! Il le dira aussi le 27 janvier 1974, à l’occasion de la canonisation d’une religieuse, Thérèse de Jésus Jornet Edibards :

« Une sainte pour notre temps ; ce qui caractérise en effet notre temps, c’est l’aspect humanitaire, social, organisé, marqué par le culte de l’homme pour l’homme. »

Et à Bogota, devant une foule de paysans qui agitaient des affiches révolutionnaires, il dit :

« Vous êtes un signe. Vous êtes une image. Vous êtes un mystère de la présence du Christ. Le Sacrement de l’Eucharistie nous offre sa présence cachée, vivante et réelle ; mais vous aussi, vous êtes un sacrement, c’est à dire une image sacrée du Seigneur parmi nous. » (A Bogota - septembre 1968)

Verbiage montinien !…

A SUIVRE...

Montini, Judas blasphémateur !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  gabrielle le Jeu 02 Juil 2009, 8:51 am

Montini et son culte de l'homme! Au nom de son culte blasphématoire il a tout détruit. Sad
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 17920
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Diane le Jeu 02 Juil 2009, 9:40 am

C'est l'homme déifié et Dieu rabaissé à un vulgaire ver de terre et moins que cela! Sad
Diane
Diane

Nombre de messages : 5482
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  ROBERT. le Jeu 02 Juil 2009, 12:51 pm

.

Si p6 est déclaré "bienheureux" affraid ce ne sera pas le même Ciel où sont les Bienheureux Vincent de Paul, Thomas d'Aquin, Catherine de Sienne, Thérèse d'Avila...

Je ne vois pas le "bonheur" à être "bienheureux" en enfer...


ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34467
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Monique le Jeu 02 Juil 2009, 9:41 pm

ROBERT. a écrit:.

Si p6 est déclaré "bienheureux" affraid ce ne sera pas le même Ciel où sont les Bienheureux Vincent de Paul, Thomas d'Aquin, Catherine de Sienne, Thérèse d'Avila...

Je ne vois pas le "bonheur" à être "bienheureux" en enfer...



YES !!!
Monique
Monique

Nombre de messages : 7290
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Lun 06 Juil 2009, 11:41 am

LA RELIGION MAÇONNIQUE

- « Pour que l’homme forme bien – selon les principes maçonniques – sa conduite, il ne doit pas chercher le commandement en-dehors ou au-dessus de sa raison (…) ; il ne doit pas envisager la loi morale comme un commandement venu d’en haut, d’une existence extra mondaine, surnaturelle à laquelle il devrait s’incliner. (…) Une fois le surnaturel éliminé, la morale maçonnique est purement naturaliste ; les droits et les devoirs humains, les fins et les luttes humaines sont liées à la terre… » (Le franc-maçon Tommaso Ventura).

- « La morale maçonnique n’est ni chrétienne, ni hébraïque, ni mahométane. La Franc-Maçonnerie proclame des principes déterminés sur lesquels les moralistes de tous les pays et de toutes les religions sont d’accord, et s’efforce d’harmoniser les opinions qui parfois sont en contraste seulement en apparence. » (Le franc-maçon Salvatore Farina).

- « On en arrive à se demander si la Franc-Maçonnerie n’est pas une religion ; je réponds nettement que la Franc-Maçonnerie est la religion. » (Le franc-maçon Gorel Porciatti).



Montini, vilain franc maçon !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Lun 06 Juil 2009, 11:55 am

CHAPITRE II:
SON OUVERTURE AU MONDE

« N’aimez point le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui. Car tout ce qui est dans le monde, la concupiscence de la chair, la concupiscence des yeux et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père mais du monde : et le monde passe avec sa concupiscence… » (I Jn 2,15-17)

Avec sa nouvelle gestion de l’Eglise, Paul VI semble avoir dit tacitement que l’Eglise des siècles précédents n’avait rien compris, c’est à dire qu’elle avait vécu comme dans un ghetto. Après son élévation au Siège de Pierre et après son Vatican II, l’Eglise était au contraire comme sortie de prison. Ah ! finalement ! La voici ouverte à tout : à son cher “monde”, à son idéologie !... Fabuleuse, fascinante, son Eglise-caméléon qui commença “l’ouverture au monde” dès le début de son Pontificat ! Non plus doctrine fixe, mais “dialogue” avec le monde moderne, avec n’importe quelle idéologie, n’importe quelle religion... avec tous !

Rappelons-nous ce qu’il dit lors de l’ouverture de la deuxième Session du Concile, le 29 septembre 1963 :

« Le concile travaillera à jeter un pont vers le monde contemporain. » (D.C. N°1410 col.1357)

Comment il pratiquera ensuite ce dialogue, il le dira dans sa première encyclique Ecclesiam Suam d’août 1964 ; mais déjà au mois de mai précédent, devant des artistes et des intellectuels, il avait fait un étrange “mea culpa”:

« Nous vous avons mis, à vous qui êtes créateurs, toujours vivaces, source jaillissante de mille idées et de mille nouveautés, une chape de plomb. Pardonnez-Nous ! » (7 mai 1964 – D.C. n°1425 col. 686-687)

Il est clair à présent, que la nouvelle Église de Paul VI a rompu avec le passé : « La religion de Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion de l’homme qui s’est fait Dieu ». (7 déc. 1965)

Il y a désormais ‘une osmose’ entre l’Église et le monde (Congrès Eucharistique de Pise, le 7 juin 1965).

L’Apôtre Jean avait pourtant écrit que « le monde entier est plongé dans le mal » (I Jn 5,19). Et Jésus avait dit : « Qui n’est pas avec moi, est contre moi » (Mt 12,30).

Léon XIII également, dans son encyclique Humanum Genus, avait écrit :

« Le genre humain est divisé en deux camps ennemis qui ne cessent de se combattre : l’un pour la vérité et la vertu ; l’autre pour tout ce qui leur est contraire. L’un est la vraie Église de Jésus-Christ… l’autre est le règne de Satan. »

Mais Paul VI, durant tout son "pontificat", a tenté de concilier ces deux choses inconciliables ; d’où ses contradictions, ses ambiguïtés, justement pour son amour du monde.

« Nous avons sans doute entendu parler de la sévérité des Saints pour les maux du monde. Beaucoup sont encore familiarisés avec les livres d’ascèse qui contiennent un jugement globalement négatif sur la corruption terrestre. Mais il est certain aussi que nous vivons dans un climat spirituel différent, étant invités, surtout par le récent Concile, à porter sur le monde moderne un regard optimiste, pour ses valeurs, ses conquêtes… La célèbre Constitution Gaudium et Spes est toute entière un encouragement envers cette attitude spirituelle nouvelle. » (Audience générale, du 3 juillet 1974 – D.C. n°1658 p.661)

Ces paroles de Paul VI sembleraient une claire invitation à abandonner ‘la sévérité des Saints’, les ‘livres d’ascèse’, pour choisir cette ‘nouvelle attitude spirituelle’, en regardant ‘le monde avec plus d’optimisme’ ; en fin de compte : rendre un jugement positif ‘sur la corruption terrestre’ ! Et ceci parce que nous vivons aujourd’hui dans un ‘climat spirituel différent’ !

Donc la mentalité de Paul VI était d’ouverture au monde. On peut aussi le démontrer en lisant les textes du Colloque international, organisé à Brescia par l’Institut Paul VI. Le Cardinal Poupard en effet, dans son introduction, rappela une question que Paul VI se posait :

« Quelle conscience l’Église a-t-elle mûri sur elle-même, au bout de vingt siècles d’histoire et d’innombrables expériences et d’études et de traités ? »

Et voilà la réponse synthétique donnée par Montini en personne :

« L’Église est communion. Elle est la communion des Saints. »

« Il me semble – continua le cardinal Poupard – que ce soit cette vision globale de l’Église, vue comme mystère de communion, la contribution spécifique de Paul VI au Concile Vatican II et à l’élaboration de sa ‘Magna Charta’, la Constitution doctrinale Lumen Gentium. L’apport original du pape Montini au Concile – poursuivit le cardinal – fut celui d’offrir une synthèse théologique et de donner une forme culturelle au projet johannique (selon Jean XXIII) d’une Église adaptée aux temps nouveaux, et renouvelée dans sa spiritualité et dans son élan missionnaire. »

Le synode extraordinaire sur le Concile, dans sa relation finale, fit également ressortir que "dans les documents du Concile, l’ecclésiologie de communion est l’idée centrale et fondamentale", et qu’elle "ne peut pas être réduite à de pures questions d’organisation ou à des problèmes qui concernent les pouvoirs".

« Aussi – poursuivait le card. Poupard – elle doit engendrer dans l’Église un style de communion à tous les niveaux, entre les fidèles et les prêtres, entre les prêtres et les évêques, entre les évêques et le pape. Mais même pour l’Église ‘ad extra’, ce style de communion qui signifie ouverture, respect et compréhension, caractérisera toujours plus l’action de l’Église envers toutes les cultures et envers tous les hommes, même non croyants. »

De même Jean-Pierre Torrell, de l’Université de Fribourg, lors de ce même Colloque, à Brescia, put dire que « l’Église se définit comme incarnation qui se prolonge dans le temps, et comme communion ».

Le "pape" Montini aurait donc eu une ouverture au monde en continuelle évolution (= relativisme), et aurait voulu pour cela une nouvelle conception d’une Église comme ‘communion’ entre tous les hommes de l’Église et même avec ceux ‘ad extra’.

Voilà donc l’apport original à Vatican II que le cardinal Poupard entrevit de la part du moderniste Paul VI, justement grâce à la contribution décisive des néo-modernistes.

Heureusement pour nous, le cardinal en question rappela aussi que Montini connaissait très bien la culture française qui contribua beaucoup à la formation d’une telle vision de l’Église. De fait, Montini avait lu et étudié leurs livres : celui de de Lubac : ‘Méditations sur l’Église’ ; celui de Hamer : ‘L’Église est communion’ ; celui de Congar : ‘Vraie et fausse réforme de l’Église’ ; celui de Maritain : ‘L’Église du Christ’ ; etc…

Par conséquent, cette nouvelle ecclésiologie de Montini provenait de la France, telle une normale marchandise étrangère. En fait, ce n’était pas une nouveauté pour un Montini mal préparé en théologie (il n’avait jamais suivi de cours régulier ni de philosophie, ni de théologie !). Elle s’adaptait très bien à sa ‘mens moderniste’ déjà imprégnée de ces idées après qu’il eût fréquenté pendant longtemps le salon de Tommaso Gallarati Scotti, ardent fauteur du modernisme en Italie, et après avoir eu comme auteurs préférés : un Maritain première manière avec sa conception socialistoïde ; un Bernanos, défenseur des Brigades internationales pendant la guerre civile en Espagne (alors qu’il était au courant de la destruction des églises et du massacre de milliers d’évêques, de prêtres, de religieux et religieuses…) ; un de Lubac, avec son catholicisme réduit à un simple humanisme, et ainsi de suite… Auteurs qui nous permettent d’affirmer que les choix de Montini, de prêtre à "pape", furent toujours conséquents.


A SUIVRE...



Montini, maudit fils de Satan !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Mer 08 Juil 2009, 2:08 pm

Donc, l’ecclésiologie de communion fut vraiment pour Paul VI ‘comme l’incarnation qui se prolonge dans le temps et comme communion’, c’est à dire : une continuelle évolution entre tous ses membres et même pour les membres ‘ad extra’.

Ce concept d’ ‘Église-Communion’ fut donc cet ‘apport original’ attribuable à Paul VI. Mais nous serions tentés d’observer que jamais il n’y eut si peu ‘communion’ qu’aujourd’hui, malgré tant de bavardages à ce propos, à tort et à travers. « Il y a souvent, dans cette sainte et merveilleuse parole, un son faux, ou de toute façon ambigu, qui en révèle un usage trop facile et donc partisan. La communion elle aussi est sujette à la polémique. Elle sert une cause pour laquelle elle n’est pas née et face à laquelle elle tombe en contradiction. Il y a les théoriciens de cette ‘communion’ : ceux qui la distinguent de la communauté ; ceux qui la fondent avec elle ; ceux qui les finalisent l’une à l’autre. » (Mgr Brunero Gherardini : ‘L’Église arche d’alliance. Sa genèse, son paradoxe, ses pouvoirs, son service’.)

Le card. Ratzinger est plus clair et plus précis sur ce sujet ‘Église-Communion’, c’est à dire sur cette ‘nouvelle ecclésiologie’, dans son ‘Rapport sur la Foi’, sous le titre : ‘A la racine de la crise : l’idée d’Église’. (Joseph Ratzinger, ‘Rapport sur la Foi’, chap. III). Le cardinal écrit :

« Mon impression est que tacitement on est en train de perdre le sens authentiquement catholique de la réalité ‘Église’, sans que pour autant on le rejette expressément. »

Serait-ce donc cela, l’apport original du "pape" Montini au Concile : estomper le ‘mystère-‘communion, comme le faisait Loisy, père du modernisme, dans ‘Autour d’un petit livre’, tout en faisant semblant de réfuter Harnack… et comme le font encore aujourd’hui les néo-modernistes ?

« C’est une erreur que ce terme d’ ‘Église-Communion’ – ajoute encore le cardinal Ratzinger – c’est une erreur qui a amené à la négation pratique du concept authentique d’obéissance, car on refuse le concept d’une autorité qui a sa légitimation en Dieu ».

Et le cardinal de conclure :

« Réforme vraie (ou ‘renouveau’) ne signifie pas tant s’évertuer pour ériger de nouvelles façades, mais (contrairement à ce que pensent certaines ecclésiologies) ‘Réforme’ vraie veut dire se donner du mal pour faire disparaître, dans la plus grande mesure possible, ce qui est nôtre, de façon à ce qu’apparaisse mieux ce qui est Sien, du Christ. C’est une vérité que connurent très bien les Saints qui, en effet, réformèrent en profondeur l’Église, sans prédisposer de plans pour de nouvelles structures, mais en se réformant eux-mêmes ».

C’est exactement ce que ne fit pas Paul VI, qui ordonna au contraire de nouvelles structures arbitraires, d’après ses conceptions fantasques qui remplacèrent la Constitution même voulue par Jésus, et puis clairement exprimée dans ses Évangiles.


Après quoi, il n’est pas difficile de comprendre le pourquoi de l’ouverture au monde moderne et de son ‘amour sincère pour son propre temps’.

Et il est bien inutile de se demander ce que Paul VI entendait par ‘monde’, car il n’entendait sûrement pas l’univers matériel, avec son ciel, la terre, les plantes et les animaux, etc.…mais plutôt, par ‘monde’, il entendait sûrement le nombre des hommes avec leurs idées, leurs usages, leur praxis de vie. Donc, son ‘ouverture au monde’ ne pouvait être que celle qui, dans le Nouveau Testament, surtout en saint Paul et en saint Jean, dans toute la littérature patristique et dans les écrits de tous les Saints, a un sens péjoratif en tant que le monde est le ‘règne du péché’, opposé donc au ‘Règne de Dieu’ ; par conséquent l’esprit du monde est en contraste avec l’Esprit de Dieu (I Cor. 2,12 ; II Cor. 7.10) ; par conséquent les éléments du monde sont comme des puissances qui retiennent l’homme lié au péché. (Gal.4, 3.8 ; Col.2, 20)

Or si le démon est le ‘prince de ce monde’ (Jn 12, 31 ; 16, 11 ; II Cor 4, 4), le Règne de Jésus-Christ ne peut pas être de ce monde (Jn 8, 23 ; 16, 28 ; 18, 36) ; tout au contraire Jésus est haï par ce ‘monde’ (Jn 7, 7 ; 15, 18). Par conséquent, tout comme Jésus, le chrétien lui aussi, n’est pas de ce monde, parce qu’en lui habite l’Esprit de vérité que le monde ne peut pas recevoir (Jn 15, 19 ; 17, 14 ; I Jn 2, 15).

Voilà pourquoi, dans sa Ière Lettre, saint Jean dit : « Je vous écris, petits enfants…N’aimez point le monde ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui. Car tout ce qui est dans le monde, la concupiscence de la chair, la concupiscence des yeux et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais du monde. Le monde passe et sa concupiscence aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. » (I Jn 2, 12-17).

Et je pourrais continuer encore longtemps, parce que le mot ‘monde’ dans le Nouveau Testament, est un terme proprement théologique : « Ayez confiance, j’ai vaincu le monde. » (Jn 13,33). « Tout ce qui est né de Dieu remporte la victoire sur le monde ; et la victoire qui a vaincu le monde, c’est notre foi. » (1 Jn 5, 4). Foi surnaturelle bien entendu ; celui qui ne l’a pas, ‘aime le monde’ et en est aimé en retour.

Et ce détachement du monde, Jésus le rabâche même dans sa prière au Père pour ses Apôtres : « Je leur ai communiqué ta parole et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde. » (Jn 17, 14).

‘Ouverture au monde’ donc ne peut signifier autre chose dans le langage théologique chrétien, qu’ ‘ouverture à Satan’, le ‘Prince de ce monde’.

Or voilà qui est exactement l’essence du modernisme. Ce sont les modernistes en effet qui veulent une Église ouverte au monde avec l’humanisme intégral, avec la méconnaissance du surnaturel, avec la réduction des quatre Évangiles et de tout le Nouveau Testament à un livre populaire, profane, presque un mythe, fruit de la conscience des premières communautés chrétiennes. Dès l’ouverture de la Deuxième Session du Concile (29 sept 1963), Paul VI avait en effet affirmé :

« Que le monde le sache : l’Église le regarde avec une profonde compréhension, avec une admiration vraie, sincèrement disposée à ne pas l’assujettir, mais à le servir ; non pas à le mépriser, mais à le mettre en valeur ; non pas à le condamner, mais à le soutenir et à le sauver. » (D.C. n°1410 col.1359)

Et aujourd’hui, le clergé, oubliant les leçons de l’histoire, a suivi sans discussion tous les conseils-ordres de Paul VI, pour “se rapprocher toujours plus de la mentalité moderne”.

Autres expressions qui trahissent la mission de l’Église du Christ, laquelle doit mettre sous le joug du Christ les hommes de ce monde. D’ailleurs, est-ce que c’est le rôle des évêques et des prêtres que de mettre en valeur le monde ? Les hommes y pensent par eux-mêmes à rejoindre les valeurs du monde, alors que les Pasteurs d’âme doivent prêcher ‘de façon opportune et importune’, que les valeurs terrestres sont des nullités en comparaison avec Dieu et l’éternité, ainsi que l’avait déjà prêché l’Apôtre Paul : « Je regarde toutes choses comme de la balayure, afin de gagner le Christ. » (Phil.3, 8 ) ; ce Christ qui avait dit : « Quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède, ne peut être mon disciple. » (Lc 14, 33)

Paul VI au contraire persiste :

« Notre témoignage est un signe de l’attitude de l’Église envers le monde moderne : une attitude faite d’attention, de compréhension, d’admiration et d’amitié. » (Allocution à des patrons chrétiens, le 8 juin 1964 – D.C. n°1427 col.802)

Un langage à rebours, contraire à celui qu’utilisait saint Jacques : « Ne savez-vous pas que l’amitié du monde, c’est l’inimitié contre Dieu ? » (Jac 4, 4).

A l’ouverture de la IVème Session du Concile, Paul VI avait dit :

« Le Concile offre à l’Église, à Nous spécialement, la vision panoramique du monde : l’Église pourra-t-elle, et pourrons-Nous, Nous-mêmes, faire autre chose que de regarder le monde et l’aimer ? Ce regard sur le monde sera l’un des principaux actes de la Session qui commence : encore une fois et surtout, amour… » (IVème Session du Concile, 14 septembre 1965 – D.C. n°1456 col.1660)

Paroles qui sentent la capitulation d’une Église face au monde !

Mais lui-même s’enflamme encore plus :

« 'Un courant d’amour et d’admiration a débordé du Concile sur le monde humain moderne… Ses valeurs ont été non seulement respectées, mais honorées ; ses efforts soutenus ; ses aspirations purifiées et bénies. » (Discours du 7 décembre 1965 – D.C. n°1462 col.64)

Hé bien, cette façon de ‘déborder d’amour et d’admiration’ pour le monde dont il ‘honore les valeurs’, va également contre la Sainte Écriture qui affirme : « N’aimez point le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui. » (1 Jn 2, 15)

Malgré cela, Paul VI continua à propager son amour pour le monde, allant jusqu’à présenter la réconciliation de l’Église avec le monde comme une évolution, un enrichissement de la doctrine catholique :

« Il nous apparut intéressant de remarquer quelques aspects moraux du Concile que Nous pourrions qualifier de caractéristiques, et par conséquent nouveaux et modernes… Un de ces enseignements qui changent notre façon de penser et encore plus, notre conduite pratique, concerne la vision que nous catholiques, nous devons avoir du monde au milieu duquel nous vivons. Comment l’Église voit-elle le monde aujourd’hui ? Cette vision, le Concile nous l’a élargie jusqu’à en modifier, d’une façon appréciable, le jugement et l’attitude que nous devons avoir face au monde. La doctrine de l’Église en effet, s’est enrichie d’une connaissance plus complète de son être et de sa mission. » (Audience du 5 mars 1969 – D.C. n°1537 p.302)

Donc pour Paul VI, l’attitude catholique devant le Monde devrait ‘se modifier’, ‘s’élargir’, ne laissant de la Tradition qu’un léger vernis. C’est lui encore qui le déclare :

« …Le cadre de cette rencontre entre l’Église et le Monde reste celui de l’Évangile. Par conséquent, ses principes théologiques et moraux fondamentaux sont le cadre traditionnel et constitutionnel de la mentalité chrétienne. Mais, d’autre part, l’Église accepte, reconnaît et sert le monde comme il se présente à elle, aujourd’hui. Elle ne rejette pas les formules de la synthèse Église-Monde du passé… mais l’Église, dans le Christ et comme le Christ, aime le monde d’aujourd’hui. Elle vit, elle parle, elle agit pour lui… » (Ibid. p.303)

Ici, Paul VI dit qu’après le Concile, l’Église reconnaît bien sûr l’opposition de toujours entre Évangile et Monde, mais ‘en outre’, elle reconnaît également la nouvelle attitude, opposée à la Tradition, en ce sens qu’elle ‘reconnaît, sert et aime le monde’, ‘tel qu’il se présente aujourd’hui’.

Double voie en somme ! Deux attitudes inconciliables ! Il ne nous reste qu’à répéter le verdict du Christ : « Nul ne peut servir deux maîtres » (Mt 6,24). Ce qui veut dire : ou bien on aime Jésus et son Évangile, ou bien on aimera le monde en méprisant Jésus et son Évangile.

Mais Paul VI poursuit :

« Cette attitude (d’alliance ‘Église-Monde’) doit devenir caractéristique dans l’Église d’aujourd’hui ; ici, on éveille et on puise dans son cœur des énergies apostoliques nouvelles. Elle ne s’évade pas, elle ne se met pas en dehors de la situation existentielle du monde, mais elle s’insère spirituellement… avec sa charité patiente et serviable… cette charité qui ‘excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout’ (ICor. 13, 4-7) ». (Ibid. p.303)

Voilà un exemple typique de la mauvaise façon de se servir des textes sacrés. Sous prétexte que la ‘charité excuse tout, supporte tout…’, on exige aussi la tolérance envers les vices du monde. Ce n’est pourtant pas ce qu’a fait Jésus lorsqu’il cria aux pharisiens orgueilleux et hypocrites : « Race de vipères !…Sépulcres blanchis !… » (Mt 12, 34 ; Mt 23, 27-33). Certes, Dieu est miséricordieux envers l’homme qui tombe par faiblesse et puis se repent ; alors qu’il est terrible envers l’orgueil et la sensualité persistants dans le monde.

Qu’on relise, à ce sujet, Gaudium et Spes :

« Tout sur la terre, doit être ordonné à l’homme, comme à son centre et à sa fin. »

C’est à dire au renversement du “Tout restaurer dans le Christ” de St Pie X. Et qu’on relise aussi cette autre phrase de Paul VI dans son discours à l’ONU :

« ...Comment la Paix progresse-t-elle ? Par amour de l’homme, première valeur de l’ordre terrestre. » (4 octobre 1965)

Donc, Dieu n’est plus la première valeur, mais c’est au contraire la “déification” de l’homme ; cette déification qui fut déjà la tentation originelle du démon à nos premiers parents, Adam et Eve : “Vous serez comme des dieux” (Gen. 3, 5). Voilà “le renouvellement de l’Eglise” voulu par Paul VI, qui nous rappelle les paroles de Diderot il y a deux siècles : “Il n’y a rien de plus pour l’homme que l’homme.”


Montini, démon méchant !!!


Montini avec le Card. Spellman à New York, deux sodomites obscènes qui marchent ensemble sous la protection du maudit prince de ce monde. Quelle honte !!!


Montini, pharisien criminel !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Ven 24 Juil 2009, 1:32 pm

Paul VI avait affirmé au cours d’une audience :

« Voilà qui suppose une autre mentalité que Nous pouvons également qualifier de nouvelle : l’Église admet franchement les valeurs propres des réalités temporelles ; Elle reconnaît donc que le monde renferme des biens qu’il réalise en des entreprises, qu’il exprime dans le monde de la pensée et des arts, et qu’il mérite des louanges, etc., dans son être, dans son devenir, sur son propre terrain, même s’il n’est pas baptisé, c’est à dire si c’est un profane, un laïc, un séculier… ‘L’Eglise – dit le Concile – reconnaît tout ce qui est bon dans le dynamisme social d’aujourd’hui’ (‘Gaudium et Spes’, N°42). » (Audience du 5 mars 1969 – D.C. n°1537 p.303)

Donc, l’Église devrait devenir neutre et à cette fin, ‘louer le monde profane, laïc, séculier’. Mais alors quelle est encore la valeur des sévères paroles de saint Paul : « Si quelqu’un n’aime pas le Seigneur, qu’il soit anathème » ? (I Cor.16, 22).

Et de celles de Jésus, encore plus graves et décisives : « Que sert à l’homme de gagner le monde entier, s’il vient à perdre son âme ? » (Mt 16,26).

Il y a de quoi méditer ! Mais c’était un devoir pour Paul VI aussi… Et comment se fait-il qu’il ne se rappelait plus ce : « Malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile ! » de saint Paul ?

Peut-être que pour Paul VI, cet enseignement traditionnel était devenu un enseignement tellement négatif qu’il fallait le discréditer !

« Cette attitude pleine de prudence et d’audace que l’Église manifeste aujourd’hui envers le monde actuel, doit modifier et modeler notre mentalité de chrétiens fidèles encore immergés dans le tourbillon de la vie profane moderne… Nous devons expliquer avec beaucoup de prudence et de précision comment la vision positive des valeurs terrestres, présentées aujourd’hui par l’Église à ses fidèles, est différente de la vision négative, sans annuler ce qu’il y a de vrai dans celle-ci, que la sagesse et l’ascèse de l’Église nous ont tant de fois enseignée en ce qui concerne le mépris du monde… Mais Nous voulons conclure en faisant Nôtre et en recommandant cette vision optimiste que nous présente le Concile sur le monde contemporain… » (Audience du 5 mars 1969 – D.C. n°1537 p.303)

Ce sont encore des paroles…frauduleuses !

‘La sagesse et l’ascèse de l’Église’ – a-t-il dit en effet - nous a enseigné pendant des siècles ‘une vision négative’ des valeurs terrestres. Aujourd’hui, tout en ne niant pas ‘ce qu’il y a de vrai’ dans ce ‘mépris du monde’, l’Église nous présente une vision ‘différentiée’ du monde, bien plus, une vision ‘positive’ !

Malheureusement, cette idée fixe devint aussi sa ligne de conduite pastorale, qui lui fit élire par exemple des évêques qui partagent sa même mentalité. Ceci est confirmé par le card. Ratzinger, dans son livre ‘Rapport sur la Foi’ :

« Dans les premières années après le Concile Vatican II, le candidat à l’épiscopat semblait être un prêtre qui fût avant tout ‘ouvert au monde’ : à l’occasion, cette exigence était mise au premier plan. Après 68… devant l’aggravation de la crise… on s’est aperçu, même à travers des expériences amères, qu’il fallait des évêques ouverts au monde, mais en même temps capables de s’opposer au monde et à ses tendances négatives pour les guérir, les endiguer, mettre en garde les fidèles…Beaucoup d’évêques ont fait la dure expérience dans leur diocèse, que les temps sont vraiment changés par rapport à l’optimisme un peu naïf (euphémisme ?…) qui suivit immédiatement le Concile. »

Paul VI ne devait-il pas savoir qu’il y a une opposition irréductible entre les deux visions : ‘Christ’ et ‘Monde’ ? Dans son entêtement à ressasser continuellement qu’il y a aujourd’hui une heureuse alliance entre eux, il ne voulait pas admettre qu’il n’y a pas de vraies valeurs dans les ‘réalités terrestres’, que saint Paul considère même comme ‘des balayures’ (Phil. 3,8 ).

Durant le colloque à l’Institut ‘Paul VI’ de Brescia, on a insisté sur la continuité entre le "Pontificat" de Jean XXIII et celui de Paul VI et de l’ouverture au monde. Le card. Poupard – comme nous l’avons déjà fait remarquer (p.19) – a souligné que « l’apport original du "pape" Montini au Concile fut celui d’offrir une synthèse théologique, et de donner une forme culturelle au projet de Jean XXIII, d’une Église adaptée aux temps nouveaux et renouvelée dans son élan ».

Et le Père jésuite Jacques Martina rapporta que « Paul VI se préoccupa… surtout de mettre en évidence l’élément qui caractérise et assure la continuité entre les deux pontificats : l’ouverture au monde moderne et l’amour sincère à notre propre temps. »

De cette ‘mens’, on eut la confirmation durant un autre Congrès, promu par l’Institut ‘J. Maritain’, dans les Marches (Italie), sur le thème : « Comment sommes-nous arrivés à Vatican II ? » Au nom de la Conférence Épiscopale Italienne, était présent au Congrès Mgr. Ruini, alors Secrétaire. « Le thème - écrivit Baldoni – s’est concentré surtout sur la figure du "pape" Roncalli (Jean XXIII) et sur l’ouverture au monde, au fait que ce "pape" exceptionnel ait voulu regarder par la fenêtre. »

Mais Mgr Capovilla révéla – pour la première fois – qu’ « il avait vu le visage du Pontife sillonné de larmes, peu avant de mourir, du fait que d’aucuns affirmaient qu’il avait mis en route un processus qui ne serait pas le bien de l’Église. »

Paul VI, après l’encyclique Pacem in Terris, fit entrer au concile, à pleines voiles, son ouverture au monde. Il suffit de lire Gaudium et Spes pour bien s’en convaincre. Son amour pour le monde, son culte de l’homme ne servirent qu’à contredire la si claire affirmation de Jésus : « Mon règne n’est pas de ce monde » (Jn 18, 36).


A SUIVRE...




Montini, monstre dépravé !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Ven 24 Juil 2009, 2:04 pm

C’est la ‘nouvelle théologie’ qui a déterminé la crise qui paralyse la vie de l’Église, parce que toute pétrie – répétons-le avec ‘Humani Generis’ – de “ fausses opinions qui menacent de subvertir les fondements de la foi catholique ”.

Certes, il n’est pas facile d’encadrer en ces quelques pages la pensée de Paul VI enveloppée d’un langage souvent vague et obscur qui la rend insaisissable, tout en lui donnant des cadres d’apparente respectabilité, mais qui recèlent cependant des erreurs et des ambiguïtés dissimulées.

Ce qui reste clair de toute manière, ce fut son ‘culte de l’homme’, son ‘amour pour le monde’, qui alimentait ses chimères telles que :

- L’humanité est en marche vers un monde nouveau, vers une société idéale où règnera la liberté, la fraternité, l’égalité ; dans laquelle il y aura le respect parfait des Droits de l’homme, la Grande Démocratie, rêvée déjà par la Révolution française ;

- La paix universelle règnera, grâce aux principes de morale naturelle, accessibles à tous. Il suffira de réveiller et de faire progresser la conscience de l’humanité.

- Toutes les forces des hommes de bonne volonté (y compris l’Église…‘réformée’), doivent s’unir pour former ce nouveau monde et cette nouvelle société idéale.

- Mais l’Église, dans la construction de ce paradis terrestre, n’aurait qu’un rôle de suppléance, en tant qu’elle devrait compléter…le rôle des Nations Unies. En somme, les moyens d’ordre naturel seraient au-dessus de l’ordre surnaturel.


Mais, la gloire de Dieu et le salut des âmes sont un argument que, dans ses écrits et ses discours, Paul VI a presque oublié.

« C’est le ferment évangélique qui a suscité et suscite dans le cœur de l’homme l’exigence d’une incoercible dignité. » (Populorum Progressio, du 26 mars 1967, n°32)

Donc pour Paul VI, l’Évangile semble n’être qu’un instrument, pour ainsi dire, le prétexte pour une espèce de révolution politique mondiale qui doit mener à l’ère du règne des Droits de l’Homme, proclamé par la Révolution Française de 1789.

En effet, dans un discours au Corps Diplomatique, Paul VI avait déjà insinué cette façon de voir :

« Nous avons confiance en la raison humaine… Il faudra qu’un jour, la raison ait le dernier mot ! » (cf. ‘Le Courrier de Rome’ du 25 avril 1970)

Heureusement, ce jour n’arrivera jamais. Mais c’est depuis ce fameux 1789 qu’on n’arrête pas de prêcher cette confiance en la raison humaine... Il n’y a rien de plus impossible pourtant, du moment que cette raison humaine a été coupée de sa racine, Dieu, et mise au service des bas-fonds de la nature humaine. Voilà pourquoi toutes les catastrophes sont et seront toujours possibles.

Paul VI disait encore dans cette autre déclaration :

« L’Église cherche à s’adapter au langage, aux usages, aux tendances des hommes de notre temps, tout absorbés par la rapidité de l’évolution matérielle et tellement exigeants pour leurs particularités individuelles. Cette ouverture est dans l’esprit de l’Église… » (Discours à Milan, en septembre 1958)

Pie X, le saint prédécesseur de Paul VI, le 27 mai 1914, pour mettre en garde un groupe de nouveaux cardinaux contre un certain esprit d’adaptation au monde, avait dit au contraire : « Nous vivons, hélas, en un temps où l’on accepte avec une grande facilité certaines idées de conciliation entre la foi et l’esprit moderne ; idées qui conduisent beaucoup plus loin qu’on ne le pense, non seulement vers un affaiblissement, mais encore vers la perte de la foi… »

Peut-être Paul VI ne se rappelait-il pas que le christianisme a son centre dans la Croix du Christ… Il répétait l’idée de Rousseau selon lequel ‘l’homme est bon’, ce qui ne se concilie guère avec la doctrine chrétienne qui affirme au contraire : « L’homme est né pécheur » et, comme le dira Jésus : « Dieu seul est bon » (Lc 18,49).

Comment expliquer cette attitude décidée et têtue de Paul VI, d’ouverture au monde, qui lui fait dire :

« …C’est notre devoir de favoriser la formation d’une mentalité et d’une coutume qui répondent mieux au vrai progrès moral de l’homme et de la société. » (Audience du 21 octobre 1970 – D.C. n°1574 p.1002) Et pourtant, le théologien protestant Karl Barth se posa lui-même la question de cette ouverture au monde, de la part non seulement du néo-protestantisme de toutes tendances, mais aussi du catholicisme romain post-conciliaire : « Avec les fenêtres ouvertes sur le monde – a-t-il écrit – autant nos protestants que le dernier Concile ne se sont-ils pas poussés un peu trop loin ? Quand on fait et qu’on ouvre trop de fenêtres, la maison cesse d’être une maison… Le concept d’Église pourrait s’étendre de telle façon qu’il disparaisse dans l’obscure nébulosité d’un christianisme inconscient. » (Karl Barth : ‘Renouveau et unité de l’Église’) Et le cardinal Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, analysant les causes réelles de la crise de l’Eglise, selon les intentions et l’esprit de Vatican II, et de Gaudium et Spes, a affirmé :

« L’ouverture à ce monde, fondée sur la liberté religieuse, doit être corrigée de fond en comble, c’est à dire, au-delà des “exigences maximales”, et dans le sens des “solutions œcuméniques”. Le diagnostic du texte conciliaire conduit à une révision du Syllabus de Pie IX, à une espèce de Contre-Syllabus, pour en arriver à une réconciliation officielle de l’Eglise avec le monde, tel qu’il est devenu après 1789. » (Joseph Ratzinger : “Les principes de la théologie catholique”, Paris 1985, Téqui ed.)

Paul VI continuait pourtant à mener de l’avant une mission plus temporelle que spirituelle, pour édifier justement ce ‘Monde Nouveau’, cette ‘société idéale’, cette ‘grande fraternité universelle’.

« Nous sommes tous, y compris les Églises, engagés dans la naissance d’un ‘monde nouveau’. Dieu…dans son amour pour l’homme, organise les mouvements de l’histoire pour le progrès de l’humanité et en vue d’une terre nouvelle et de cieux nouveaux où la justice sera parfaite. » (Discours aux Australiens, le 2 décembre 1970) Et Paul VI insiste :

« L’isolement n’est plus possible ni permis. L’heure est venue de la grande solidarité des hommes entre eux, pour l’établissement d’une communauté mondiale unie et fraternelle. » (Discours aux Australiens, 3 décembre 1970 - D. C. n° 1577 p.16)

Et ainsi, sur la poussée de Gaudium et Spes, l’Eglise de Paul VI tomba comme en extase devant le monde moderne.

« L’Eglise reconnaît tout ce qui est bon dans le dynamisme social d’aujourd’hui, en particulier le mouvement vers l’unité, le progrès d’une saine socialisation... L’homme moderne est en marche vers un développement plus complet de sa personnalité, vers une affirmation plus consciente de ses droits... » (Audience du 5 mars 1969 – D.C. n°1537 p.303)

C’est la même façon de parler que l’on cultive dans les Loges maçonniques.

Paul VI, pendant tout son "Pontificat", a tenté par tous les moyens de concilier les deux inconciliables : "la vraie Eglise du Christ” et “le règne de Satan”. D’où ses nombreuses ambiguïtés et contradictions, par lesquelles il reniait l’enseignement traditionnel de l’Eglise, le jugeant négatif et affirmant que l’Eglise, aujourd’hui, à l’égard du monde actuel doit modifier et modeler la mentalité des chrétiens fidèles.

St Augustin, dans son œuvre “La Cité de Dieu”, raconte que le Sénat romain avait décidé d’élever aussi une statue à Jésus Christ. De toute façon - disait-on - de divinités, la République en a déjà tellement ! Une de plus ne fait de mal à personne ! Mais une fois élevée la statue de Notre Seigneur dans le Panthéon d’Agrippa, au milieu de tous les autres simulacres, deux ou trois matins de suite, ils trouvèrent la statue de Jésus seule et droite dans le temple, devenu désert, parce que les autres statues des idoles gisaient hors du temple, brisées.

Donc, le Christ ne peut pas aller avec Mahomet, ou Bouddha, ou Confucius, ou le Vaudou, etc... Donc, le Seigneur ne peut pas aller avec le monde : ou bien on sert Dieu, qui nous offre ses biens éternels, ou bien le monde, qui nous offre, bien sûr, lui aussi ses biens, mais fugaces et empoisonnés. C’est pourquoi St Paul disait : “Qu’y a-t-il de commun entre la justice et l’iniquité, entre la lumière et les ténèbres, entre le Christ et le monde ?”

On pourrait alors penser : si le monde entier doit changer, pourquoi pas la religion elle aussi ? Si, entre la réalité de la vie et le christianisme – surtout le catholicisme – il y a désaccord, incompréhension, indifférence, hostilité réciproque, comment le christianisme peut-il prétendre avoir encore une quelconque influence sur la vie d’aujourd’hui ? Est-ce pour cela que Vatican II a voulu les réformes et les ‘mises à jour’ (aggiornamenti) ? Mais alors, pourquoi Jésus aurait-il dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas » ? (Mt. 24, 35). Et s’il en est ainsi, l’Évangile sera toujours le même, que le monde change ou pas ; et en outre, la doctrine de Jésus sera toujours ‘un signe de contradiction’. (Lc 2, 34)

A SUIVRE...


Montini, faux prophète et précurseur de l'Antéchrist !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  gabrielle le Ven 24 Juil 2009, 2:16 pm

Merci Javier pour ce dossier, il est une dénonciation lucide de Montini.

A lire tout cela, toutes ces citations , on se demande vraiment comment les évêques ont pu faire pour avaler une telle doctrine satanique
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 17920
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Ven 24 Juil 2009, 2:28 pm

Paul VI continuait à croire à la possibilité de mettre ensemble monde païen et Évangile de Jésus-Christ. Il croyait peut-être que l’influence du christianisme dépendait d’une réforme dans le sens du monde, même si cette volonté de réformer l’Église et sa doctrine de façon à ne pas froisser la sensibilité du monde, pouvait signifier apostasie, changement de religion.

« Ne savez-vous pas que l’amitié du monde est inimitié contre Dieu ? Quiconque veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. » (Jc 4, 4)

Paul VI aurait bien dû le savoir ! Rien à voir avec une organisation philanthropique à fin humanitaire et sociale de type maçonnique. Hé bien non !

« L’Église, tout en respectant la compétence des États, doit offrir son aide pour promouvoir un humanisme plénier, c’est à dire un développement intégral de tout l’homme et de tous les hommes… En se mettant à l’avant-garde de l’action sociale, elle doit faire tendre tous ses efforts à appuyer, encourager, susciter les initiatives qui œuvrent pour la promotion intégrale de l’homme. » (Rencontre avec les évêques d’Asie, 28 novembre 1970 - D.C. n° 1576, pp.1112-1114)

Donc pour Paul VI, l’Église ne devait plus se concentrer sur l’évangélisation des peuples pour le salut des âmes, mais employer ‘tous ses efforts’ pour la promotion d’un ‘humanisme plein’, et même passer à l’avant-garde de l’action sociale.

L’encyclique Populorum Progressio était toute une incitation à cette mentalité : « Le combat contre la misère, urgent et nécessaire, est insuffisant. Il s’agit de construire un monde où chaque homme, sans exception de race, de religion, de nationalité, puisse vivre une vie pleinement humaine, libre des servitudes qui lui viennent des hommes et d’une nature insuffisamment dominée ; un monde où la liberté ne soit pas seulement une vaine expression, et où le pauvre Lazare puisse s’asseoir à la même table que le riche. » (Populorum Progressio, n°47)

Construire un monde où tout homme puisse vivre une vie pleinement ‘humaine’ ! « Faire connaître et avoir plus, pour être plus. Telle est l’aspiration des hommes d’aujourd’hui, alors qu’au contraire, un grand nombre d’entre eux sont condamnés à vivre dans des conditions qui rendent illusoire ce désir légitime. » (Populorum Progressio, n°6)

Ici aussi, Paul VI oubliait peut être les paroles de Jésus : il est bien « difficile pour un riche d’entrer au royaume des cieux. » (Lc 16, 25)

Mais l’utopie de Paul VI s’appuyait sur la foi en l’homme.

« Nous avons confiance en l’homme. Nous croyons en ce fond de bonté qui se trouve dans tout cœur. Nous connaissons les motifs de justice, de vérité, de renouveau, de progrès, de fraternité qui sont à l’origine de tant de belles initiatives et même de contestations et malheureusement de violence. C’est à vous de ne pas l’aduler, mais de lui faire prendre conscience de ce qu’il veut, de ce qu’il peut… » (aux journalistes, Sydney, le 2 décembre 1970 – D.C. n°1577 p.14) Son langage nous induit encore à réfléchir sur les paroles de la Sainte Écriture : « Malheur à l’homme qui met sa confiance en l’homme, qui fait de la chair son bras. » (Jér.17, 5)

Dans les écrits de Paul VI, on trouve toujours, sous entendue, sa conviction profonde que l’homme, même sans la grâce de Dieu, par ses seules forces, peut améliorer son sort humain en formant cette fraternité mondiale qui annulera toute guerre, toute pauvreté, toute injustice. Certes, cela ne veut pas dire que Paul VI nie que Dieu soit nécessaire dans cette œuvre d’amélioration de l’homme, mais il est tout aussi clair qu’il ne met pas du tout l’accent sur ce point, le seul essentiel. Il met l’accent plutôt sur les capacités de l’homme en tant qu’homme :

« En définitive – dit-il – si, à la longue, l’homme ne peut rien faire sans l’homme, au contraire, avec lui, on peut tout entreprendre et réussir en tout. C’est si vrai que ce sont d’abord l’esprit et le cœur qui remportent les vraies victoires. » (Discours à la FAO, 16 novembre 1970 – D.C. n°1575 p.1054)

Ici aussi, on oublie les paroles de Jésus : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. » (Jn 15, 5). Pour Paul VI, il ne semble pas que ce soit le cas. Dans ses discours, si nombreux, sur la paix, il a toujours une allusion ‘à la conscience humaine universelle’, à des ‘principes de morale naturelle’.

« La paix n’est pas impossible. Les forces de l’homme sont-elles suffisantes à la procurer et à la maintenir ? Nous préférons en ce moment ne pas donner de réponses exhaustives à cette question angoissante, qui met en cause les thèses les plus ardues de la pensée de l’histoire, pour conclure simplement avec une parole du Christ : « Si c’est impossible à l’homme, tout est possible à Dieu. » (Lc 18, 27) » (le 4 octobre 1966 – D.C. n°1481 col.1840)

Ici aussi, Paul VI élude la question, car il refuse de dire si Dieu est nécessaire ou pas au problème de la paix mondiale. Le 1er janvier 1968 en effet, lors du Message pour la Journée de la Paix, il avait dit :

« Oui, la paix est possible, parce que les hommes, au fond, sont bons, sont orientés vers la raison, vers l’ordre et le bien commun ; elle est possible, parce qu’elle est dans le cœur des hommes nouveaux, des jeunes, des personnes qui comprennent la marche de la civilisation ; elle est possible parce que les voix qui la réclament sont les voix les plus chères, celles de nos fils, celles des victimes des conflits humains… » (D.C. n°1509 col.100)

« La paix est le but du monde présent ; c’est le destin du progrès… Il faut donner aujourd’hui… une éducation idéologique nouvelle, l’éducation à la paix… Rendons-nous compte, hommes mes frères, de la grandeur de cette vue et ayons le courage d’affronter le premier programme : nous éduquer à la paix. » (Message pour la Journée de la Paix, le 30 novembre 1969 – D.C. n°1554 p.6-7)

Et puis encore :

« Avant d’être une politique, la paix est un esprit… Elle se forme, s’affirme dans les consciences, dans cette philosophie de la vie que chacun doit se faire de soi-même, comme une lumière pour ses pas sur les sentiers du monde et dans les expériences de la vie. Cela veut dire, frères et fils très chers, que la paix exige une éducation. Nous l’affirmons, ici, à l’autel du Christ, alors que Nous célébrons la Sainte Messe. » (Allocution pour la Journée de la Paix, le 1er janvier 1970 – D.C. n°1555 p.55)

Donc, la lumière qui guide les pas de l’homme, n’est plus le Christ qui a dit : « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres » (Jn 8,12). Ce n’est plus cette ‘philosophie de la vie’, que voulait Paul VI. Il disait en effet :

« Il faut réussir à bannir la guerre ; c’est la ‘bienséance’ humaine qui l’exige. » (1er février 1970 - ibid. p.56)

Les hommes devraient donc réprimer les vengeances, sacrifier leurs égoïsmes, convertir leurs haines, au nom de cet ‘intérêt humain qui l’exige’… C’en est même ridicule.

Mais Paul VI insiste : « Même si c’est difficile, il est toutefois indispensable de se faire une conception authentique de la paix… La paix est une chose très humaine. Si nous cherchons d’où elle vient vraiment, nous découvrons qu’elle plonge ses racines dans le sens loyal de l’homme. Une paix qui ne résulte pas du culte vrai de l’homme, n’est pas elle-même une véritable paix. » (Allocution pour la Journée de la Paix, le 1er janvier 1972 – D.C. n°1600 p.21)

C’est clair ! La ‘vraie paix’ viendrait donc du ‘culte de l’homme’ !

« Nous voulons donner un sens à notre vie. La vie vaut le sens qu’on lui donne, la direction qu’on lui fait prendre, le but vers laquelle on l’oriente. Quel est le but ? C’est la paix. La paix est une chose très belle, mais très difficile… Elle est le fruit de grands efforts, de grands programmes, et avant tout, elle est le fruit de la justice : si tu veux la paix, œuvre pour la justice. » (ibid. p.22)

Mais si la paix se fonde sur la justice, la justice sur quoi se fonde-t-elle ?

« Il faut désarmer les esprits, si nous voulons empêcher efficacement le recours aux armes qui tuent les corps. Il faut donner à la paix, c’est à dire à tous les hommes, les racines spirituelles d’une manière commune de penser et d’aimer… C’est dans cette intériorisation de la paix que réside le vrai humanisme, la vraie civilisation. Heureusement elle est sur le point de se réaliser. Elle mûrit avec les progrès du monde… Le monde marche vers son unité. » (Allocution pour la Journée de la Paix, le 1er janvier 1975 – D.C. n°1669 p.105)

Quelle illusion, pauvre Paul VI. Est-ce que par hasard, aujourd’hui, « le monde marche vers son unité » ? Les guerres se sont multipliées, les conflits se sont intensifiés, les guérillas sont en train d’ensanglanter les peuples…

Et puis son dénominateur commun qui assure ‘une manière commune de penser et d’aimer’, pour lui ce ne serait plus l’Évangile du Christ, ‘Voie, Vérité et vie’ (Jn 14, 6), mais ce serait cette ‘conscience civilisée’ qui aurait fait régner partout la Charte des Droits de l’homme.

« …Quel est notre message ? Sont nécessaires surtout les armes morales qui donnent force et prestige au droit international, en commençant par l’observation des pactes. » (Allocution pour la Journée de la Paix, le 16 novembre 1975)

Voilà ! Une fois de plus, Paul VI fait voir qu’il donne la prééminence aux moyens humains ! Retournons donc à son incroyable discours du 4 octobre 1965 aux Nations Unies. N’a-t-il pas tout l’air d’une représentation de son ‘Credo’ en la religion de l’Homme ? Relisons-en ces passages qui suscitèrent tant d’étonnement :

« Notre message – dit-il – se veut principalement une ratification morale et solennelle de cette Institution… C’est comme expert en humanité que Nous apportons à cette organisation le suffrage de nos derniers prédécesseurs, surtout celui de l’épiscopat catholique et le Nôtre, convaincus que Nous sommes, que cette Organisation représente le chemin obligé de la civilisation moderne et de la paix mondiale… Les peuples se tournent vers les Nations Unies comme vers la dernière espérance de la concorde et de la paix. Nous osons apporter ici, en même temps que le Nôtre, leur tribut d’honneur et d’espoir. » (Discours à l’ONU, le 4 octobre 1965 – D.C. n°1457 col.1732)

Toute personne qui a encore conservé un minimum de bon sens chrétien, aura protesté, je pense, et critiqué cet acte de foi en une Organisation athée et franc-maçonne, que Paul VI osa qualifier de ‘chemin obligé’ et de ‘dernière espérance de la paix’ !…

Et ceci, il l’a répété aussi dans un autre message adressé à U’Thant, alors Secrétaire de l’ONU, à l’occasion du 25ème anniversaire de cette Organisation :

« Aujourd’hui encore, Nous voulons redire ce que Nous avons eu l’honneur de proclamer le 4 octobre 1965, à la tribune de votre Assemblée : Cette organisation représente le chemin obligé de la civilisation moderne et de la paix mondiale… Si les foyers de violence croissent toujours… la conscience de l’humanité s’affirme non moins toujours plus forte sur ce forum privilégié où… les hommes retrouvent cette partie inaliénable d’eux-mêmes qui les unit tous : l’humain dans l’homme… Ainsi Nous renouvelons notre confiance que votre Organisation saura répondre à l’immense espoir d’une communauté mondiale fraternelle, où chacun puisse mener une vie vraiment humaine. » (4 octobre 1970 – D.C. n°1572 p. 902) Je le répète : c’est une nouvelle profession de foi en l’ONU et en l’homme, alors que la Sainte Écriture nous dit : « Heureux l’homme qui met en Dieu sa confiance et ne se tourne pas vers les orgueilleux… » (Ps. 40, 5)

Mais là-bas, à l’ONU, ce n’était sûrement pas Pierre qui parlait ! Car Pierre, authentique Vicaire du Christ, ne se serait certainement pas agenouillé devant l’orgueil de l’homme, incarné dans cette Organisation maçonnique qui prétend diriger le monde sans Dieu. Paul VI a cependant poursuivi : « Hé bien, sachez, amis qui nous écoutez, que Nous sommes prêts aujourd’hui à vous adresser un message d’espérance. Non seulement la cause de l’homme n’est pas perdue, mais elle est en situation avantageuse et sûre. Les grandes idées (vous pouvez y inclure l’Évangile si vous voulez) qui sont comme les phares du monde moderne, ne s’éteignent pas. L’unité du monde se fera. La dignité de la personne humaine sera reconnue non seulement réellement, mais formellement… Les injustes inégalités sociales seront supprimées. Les rapports entre les peuples seront fondés sur la paix, la raison et la fraternité… Il ne s’agit pas d’un rêve ou d’une utopie, ni d’un mythe : c’est le réalisme évangélique ! » (Message pascal 1971 – D.C. n°1585 p.402)

On croit rêver... Un "Pape", Paul VI, annonce un monde sans souffrances, sans Croix ! Et ce serait même ‘le réalisme évangélique’ ! Les paroles de Jésus nous viennent tout de suite à l’esprit : « Arrière Satan ! Tu ne comprends rien aux choses de Dieu. » (Mt 16,23)

Paroles que Jésus dit au même Pierre parce qu’il ne voulait pas qu’Il souffrît la Passion. De même nous revient à l’esprit ce qu’écrivit Saint Pie X dans sa ‘Lettre sur le Sillon’ : « Jésus n’a pas annoncé, pour la société future, le règne d’une félicité idéale, où la souffrance sera bannie ; mais par ses leçons et ses exemples, Il a tracé le chemin de la félicité possible sur la terre et de la félicité parfaite au Ciel : la voie royale de la Croix. Ce sont des enseignements qu’il serait erroné d’appliquer uniquement à la vie individuelle, en vue du salut éternel ; ce sont des enseignements éminemment sociaux, qui nous montrent en Notre Seigneur Jésus-Christ bien autre chose qu’un humanitarisme sans consistance et sans autorité. » (St Pie X : ‘Lettre sur le Sillon’, du 25 août 1910, n° 42) Paroles claires et doctrinales qui jettent par terre toutes les évanescentes folies sociologiques du "pape" Paul VI.



A SUIVRE...


Montini, hypocrite et menteur raffiné et satanique !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Mar 28 Juil 2009, 6:17 am

(résumé)
« LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ »

« Tu es à toi-même Dieu, Pontife et Roi. Ta raison est la seule règle du Vrai, la seule clef de la science et de la politique. Tu dois comprendre et interpréter comme suit notre sainte entreprise : « LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ. »

LIBERTÉ veut dire :

- Indépendance sans limites… soustraite à toute autorité ;

- Indépendance de l’esprit… sans la limite d’aucun dogme ;

- Indépendance de la volonté… qui ne reconnaît ni Roi, ni Pape, ni Dieu ;

- Indépendance de la personnalité qui a rompu toutes les chaînes… de la terre, du ciel… pour son émancipation absolue. C’est grâce à la Liberté, comme levier, et aux passions humaines, comme point d’appui, que nous abattrons pour toujours les Rois et les Curés…




ÉGALITÉ veut dire :

- Égalité des propriétés ;

- Égalité des fortunes avec l’équilibre proportionné des salaires, avec l’abolition du droit d’hérédité, avec l’expropriation…

- Égalité des individus, avec la solidarité, avec la jouissance égale pour chacun de sa propre production solidaire.

C’est grâce à l’Égalité comme levier et aux appétits humains comme point d’appui, que nous ferons disparaître pour toujours l’Aristocratie de l’Argent, bourreau implacable du genre humain.



FRATERNITÉ veut dire :

- Fraternité dans la Franc-Maçonnerie, pour constituer un État dans l’État par des moyens indépendants et inconnus de l’État ;

- Fraternité dans la Franc-Maçonnerie, pour constituer un État supérieur à l’État…

- Fraternité dans la Franc-Maçonnerie, pour constituer un État contre l’État…

C’est grâce à la Fraternité comme levier, et aux haines humaines comme point d’appui, que nous ferons disparaître pour toujours le Parasitisme et la Répression armée… »
(Tiré de l’Instruction secrète des Chefs Inconnus au Général Garibaldi).


A SUIVRE...








Montini, maudit franc-maçon !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PAUL VI... bienheureux ? par Don Luigi Villa

Message  Javier le Mar 28 Juil 2009, 6:41 am

CHAPITRE III

SON OUVERTURE AU MODERNISME

« Nombreux sont les membres du corps même sacerdotal, feignant l’amour de l’Église, privés de toute solide protection de savoir philosophique et théologique, au contraire, tout pénétrés des doctrines venimeuses des ennemis de l’Église, qui se font passer, sans aucune espèce de retenue, pour des réformateurs de l’Église elle-même ; et s’attroupant audacieusement, ils se jettent sur tout ce qu’il y a de plus saint dans l’œuvre du Christ. » (Saint Pie X, in ‘Pascendi’)

Saint Pie X, dans son encyclique Pascendi contre le modernisme, avait écrit que les fauteurs de l’erreur s’étaient infiltrés désormais même à l’intérieur de l’Église, et que leurs conseils de destruction, ils les agitaient « non pas en dehors de l’Église, mais en elle-même ; de sorte que le danger se cache dans ses veines mêmes et dans ses entrailles. »

Dans le Motu Proprio du 18 novembre 1907, il ajoutait ‘l’excommunication à ceux qui contredisent ces documents’ (l’encyclique Pascendi et le décret Lamentabili). Et il s’adressait aux évêques et aux Supérieurs Généraux de tous les Ordres et Instituts.

En 1946, le Père Garrigou Lagrange, O.P., dans son article : ‘La nouvelle théologie : où va-t-elle ?’ dénonçait l’œuvre de corruption doctrinale au sein du clergé, parmi les séminaristes et les intellectuels catholiques.

Il parle de « feuilles dactylographiées… distribuées… dans lesquelles se trouvent les plus singulières assertions et négations sur le péché originel, la Présence réelle et sur toutes les autres vérités de la foi (négation de l’éternité de l’enfer, polygénisme…) ; une convergence générale des religions vers un Christ universel qui, au fond, satisfait tout le monde… ; la seule religion imaginable comme religion du futur ». C’est l’essence de l’œcuménisme d’aujourd’hui : faire converger toutes les religions dans le Christ, scindé cependant de son Corps Mystique, l’Église catholique (dans Lumen Gentium, la lumière des gentils, des païens, c’est le Christ, et non pas son Église). C’est à plusieurs reprises que l’a expliqué de Lubac, auteur du ‘Surnaturel’, le plus prohibé des livres prohibés, et aussi auteur du ‘Corpus Mysticum’ tout pénétré de relativisme dogmatique.

Voilà pourquoi Vatican II, sous de telles influences, « a évité dans ses principaux documents l’usage du terme ‘surnaturel’.» (P. Peter Henrici, S.J., dans ‘Communio’, novembre-décembre 1990 : « La maturation du Concile – Expériences de théologie dans le pré-concile », p.44).

De même, Romano Amerio a écrit dans ‘Iota Unum’ (chap. 35) : « Le Concile ne parle pas de lumière surnaturelle, mais de ‘plénitude de lumière’. Le naturalisme qui empreint les deux documents ‘Ad Gentes’ et ‘Nostra Ætate’, est également évident dans la terminologie, puisqu’ on n’y rencontre pas le vocable “surnaturel”. »

Le P. Henrici lui-même, dans ‘30 Jours’ (décembre 1991), souligne que la ‘Nouvelle théologie’ (condamnée par Pie XII dans Humani Generis en harmonie avec saint Pie X) « est devenue la théologie officielle de Vatican II. »

Et la “mens moderniste” de Paul VI n’était pas si cachée que cela, ainsi que le démontre le fait raconté par Jean Guitton, dans “Paul VI secret”, là où il rapporte son colloque avec Paul VI sur la grande encyclique contre le néo-modernisme de Pie XII, Humani Generis. A Guitton, Paul VI dit en effet :

« Vous avez sans doute remarqué les nuances insérées dans le texte pontifical. L’encyclique par exemple ne parle pas d’ “erreurs” (errores) ; cela veut dire que le Saint Siège vise à condamner non les erreurs proprement dites, mais les façons de penser qui pourraient porter à des erreurs, mais qui en soi restent respectables. D’ailleurs il y a trois raisons pour que l’encyclique ne soit pas déformée. La première, - je peux vous le confirmer - c’est la volonté expresse du Saint Père ; la seconde, c’est la mentalité de l’épiscopat français, si large d’esprit, si ouvert aux courants contemporains. Certainement, n’importe quel épiscopat est toujours porté... à élargir les voies de la doctrine et de la foi, et indubitablement il a raison !... Enfin, ma troisième raison : les Français sont intelligents ! »

Ceci est confirmé par le fait que les postes clef de l’Église ont déjà été donnés aux représentants de la nouvelle Théologie, dont l’organe de presse est la revue ‘Communio’, patronnée par le card. Ratzinger, préfet de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

On a fait remarquer que bien des théologiens nommés évêques au cours des dernières années proviennent des files de ‘Communio’ ; comme par exemple les Allemands Lehmann et Kasper ; les Suisses Von Schönbern et Corecco ; le Français Léonard ; l’Italien Scola ; le Brésilien Romer…

Il faut aussi remarquer que les ‘fondateurs’ de cette revue ‘Communio’ : Balthasar, de Lubac, Ratzinger, sont devenus cardinaux… Aujourd’hui, à cette rose de noms, on peut encore ajouter le dominicain George Cottier, théologien (malheureusement) de la Maison Pontificale, Jean Duchesne, le press-agent du card. Lustiger, et l’hégélien André Léonard (aujourd’hui évêque de Namur et aussi responsable du séminaire de saint Paul, où Lustiger envoie ses séminaristes.)

Je veux aussi signaler l’ouvrage : ‘Vatican II – Bilan et perspectives 25 ans après : 1962 – 1987’ par René Latourelle, S.J. On y illustre le triomphe de la nouvelle théologie et la faveur que lui accorda le pape Paul VI.

Le P. Martina, S.J., écrit, à la p.46 :

« Si on ne peut certes pas parler d’excommunications et de canonisations successives, quelques théologiens furent cependant objet, durant ces années, de diverses mesures restrictives, pour assumer par la suite un rôle considérable parmi les principaux experts conciliaires ; et ils influencèrent largement la genèse des décrets de Vatican II. Quelques livres, en 1950, furent rayés des bibliothèques, mais, après le Concile, leurs auteurs devinrent cardinaux (de Lubac, Daniélou…). Quelques initiatives pastorales (comme celle des prêtres ouvriers) furent condamnées et interrompues, mais ensuite reprises pendant et après le Concile ».

De cette façon, l’encyclique Humani Generis de Pie XII (1950) fut pratiquement désavouée par un autre "pape", Paul VI, qui remit en vogue précisément les théologiens que son prédécesseur avait condamnés.

Voilà comment, avec l’avènement de Paul VI au trône pontifical, commença cette religion réformiste qui, graduellement, a supplanté la religion traditionnelle. Du haut de "son trône papal", Paul VI put imposer ses orientations libérales et philomodernistes qu’il avait respirées dès sa jeunesse, commençant tout de suite cette folle et ruineuse opération d’expérimentations dans l’Église, qui ne sont autres que les nouveautés soutenues par les modernistes.

Voici quelques exemples de son parallélisme antithétique au pontificat de Saint Pie X, qui avait érigé des barrières contre le modernisme, barrières que Paul VI abattit l’une après l’autre avec opiniâtreté.

N’est-il pas l’objectif du modernisme de tous les temps, ce dicton :

« Les réformes se feront un jour, parce que les idées sont plus fortes que les hommes et qu’elles avancent » ? (Georg von Hertling, “Idées réformatrices romaines” in “Hochland”, 3ème année 1905, vol. I, p. 553-567.)

Et combien elles ont avancé, même si Saint Pie X, par son encyclique Pascendi (8 sept. 1907) avait déjà prononcé sa condamnation contre le modernisme ! Paul VI au contraire, a toujours volontairement ignoré cette condamnation pour pouvoir réaliser son rêve-trahison de la foi, et faire croire aux masses des catholiques que toutes les choses que lui voulait faire passer, étaient neuves et nées du progrès, alors qu’en réalité elles avaient déjà été dites et vues dès l’époque de Saint Pie X.

Est-ce pour cela que Paul VI voulut comme le décanoniser ?... Qu’on lise pour cela ce qu’écrivait l’Osservatore Romano du 30 décembre 1971 :

« Sarto (sic), tout au long de sa formation et de sa vie sacerdotale, semble avoir cherché les inspirations de son sacerdoce dans l’intransigeance française (card. Pie, Veuillot, etc...), qui contenait soit la ligne religieuse, soit une composante de politique monarchique. Probablement, la domination autrichienne, avec son juridictionnalisme, avait exercé une influence dans un sens loyaliste, plus que sur le clergé lombard, sur le clergé de la Vénétie. »

On trouve ici les prémisses pour faire de Saint Pie X un “conservateur” obtus. De fait, il s’ensuit une défense et une exaltation du “modernisme” que l’on définit :

« un phénomène culturel et religieux à la longue ascendance, qui, depuis des siècles, a entraîné dans son courant bien d’autres secteurs de la vie culturelle, religieuse et sociale. Il a eu, par étapes, bien des révolutions, beaucoup de vicissitudes intellectuelles et spirituelles qui ont marqué dans la marche de la société, le passage des vieilles conceptions à celle qui s’ouvre aujourd’hui devant nous. »


A SUIVRE...


SAINT PIE X, priez pour nous




Le cardinal Rampolla, le mauvais cerveau de la franc-maçonnerie au Vatican pendant le règne de Saint Pie X


Montini, méchant fils de la veuve !!!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2633
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum