La secte et l'euthanasie

Aller en bas

La secte et l'euthanasie

Message  Benjamin le Mar 16 Sep 2014, 5:42 am

Un médecin [conciliaire] qui pratique l’euthanasie témoigne


Corinne Van Oost, médecin [conciliaire], responsable d’un réseau de soins palliatifs en Belgique, explique dans un livre (1) pourquoi elle accepte de pratiquer l’euthanasie.


C’est un livre-témoignage, le récit d’un cheminement intellectuel et personnel, du rejet de l’euthanasie à son acceptation. « Ce n’est pas un plaidoyer pour l’euthanasie, insiste d’emblée Corinne Van Oost en entretien. Le titre aurait pu être : ‘Le risque de l’euthanasie’. »

Pour l’auteure en effet, l’euthanasie n’est « ni un droit ni un’libre-choix’ ». C’est un « dernier recours », quand la médecine palliative a atteint ses limites : « L’euthanasie est toujours un échec et aucun médecin ne peut la pratiquer facilement, défend-elle. Mais quand on a tout tenté, sans être capable de soulager, que doit-on faire ? Abandonner l’autre à sa souffrance ? Ce n’est pas ma conviction de chrétienne ».


Trente ans d’expérience en soins palliatifs


Cette réflexion, l’auteure la tire de presque trente ans d’expérience en soins palliatifs. Elle l’illustre, dans son livre, de dizaines de récits de fins de vie. Celui-ci débute au milieu des années 1990, bien avant la légalisation, en 2002, de l’euthanasie en Belgique, avec l’histoire d’Albertine, patiente âgée atteinte de sclérose en plaque, « la première qui m’a obligée à confronter mes principes à la vie », écrit-elle.

Dans un premier temps, elle refuse la demande de la patiente, y voyant un « désir de tout maîtriser qui allait à l’encontre de ma façon de voir la mort, dans l’abandon et le lâcher-prise. Je lui ai redit que sa vie ne m’appartenait pas. » Puis les mois passent, la patiente dépérit, pleure énormément, ne dort plus et se nourrit à peine. « J’ai beaucoup espéré qu’elle meure naturellement. Mais était-ce humain de tabler là-dessus ? (…) J’avais tout fait pour alléger sa souffrance et cela ne suffisait manifestement pas. Qui étais-je pour lui refuser la mort ? », s’interroge Corinne Van Oost, qui finalement accède à sa demande.

> Voir aussi notre dossier Fin de vie

 
Pour elle, la sédation est un abandon


Formée à la fin des années 1980 à la maison médicale Jeanne-Garnier, à Paris, l’auteure, aujourd’hui responsable d’un réseau de soins palliatifs en Belgique, en est une militante convaincue. Dans la plupart des cas, ceux-ci permettent de faire disparaître peurs et douleurs et donc de repousser, voire d’annuler, la demande d’euthanasie.

Mais pour elle, on ne doit pas opposer les deux. Au contraire, ils sont complémentaires. « Écouter vraiment la demande d’euthanasie, c’est l’écouter en prenant au sérieux l’hypothèse de la pratiquer, écrit-elle. Si, ce faisant, j’arrive à trouver un chemin de sortie psychique, relationnel, spirituel, médicamenteux, j’aurai rempli ma mission. Dans le cas contraire, je ne peux pas me contenter de simplement me retirer. »

Elle rejette ainsi « l’entre-deux » français, qui autorise les médecins à endormir les patients pour les soulager, au risque de précipiter la survenue de la mort. « La sédation n’est pas ce que les gens veulent, explique-t-elle en entretien. Quel sens ça a ? Comment être sûr que le patient ne souffre pas ? Qu’il ne cauchemarde pas ? » Pour elle, la sédation est un abandon : « Le chemin de l’accompagnement humain nécessite nettement plus d’engagement, et d’investissement ».


« Je suis la première perdante. Comme médecin et comme chrétienne »


Corinne Van Oost ne passe pas pour autant sous silence la difficulté d’accomplir un geste létal. « Quand j’ai accepté de pratiquer l’euthanasie, le plus difficile pour moi a été d’exercer cette violence sur le corps. Injecter un produit létal à quelqu’un, même mourant, c’est combattre la vie », écrit-elle.

De même, l’euthanasie peut être « un échec absolu » quand il est pratiqué dans la précipitation, sans que la relation avec le médecin ait permis de mûrir la demande.

Enfin, reconnaît-elle, « pratiquer l’euthanasie, c’est risquer de s’y habituer. Je le fais avec moins de peur au fil des ans. Mais j’ai toujours conscience que je suis la première perdante. Comme médecin et comme "chrétienne". »


( source : http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Un-medecin-catholique-qui-pratique-l-euthanasie-temoigne-2014-09-14-1205992 )


On sera rassuré de savoir que le meurtre est une "pratique", qui fait moins peur au fil des ans, et que ce n'est pas un échec absolu lorsque c'est réfléchi et qu'on ne tue pas dans la précipitation Rolling Eyes


Voir aussi, sur le même sujet :

http://messe.forumactif.org/t4759-euthanasie

http://messe.forumactif.org/t3630-l-euthanasie-le-salut-des-apostats

http://messe.forumactif.org/t2905-le-debat-sur-l-euthanasie-reprend-vie

http://messe.forumactif.org/t733-euthanasie-au-quebec

http://messe.forumactif.org/t1263-le-vrai-visage-de-l-euthanasie

http://messe.forumactif.org/t1145-le-quebec-et-l-euthanasie

http://messe.forumactif.org/t1059-une-majorite-de-medecins-specialistes-favorables-a-l-euthanasie
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Benjamin le Mar 16 Sep 2014, 5:55 am



La réaction d'une soi-disant "religieuse dominicaine" et "théologienne" de la secte :

Véronique Margron: «Sortir du débat binaire et très idéologique sur la fin de vie »


La "religieuse dominicaine" et "théologienne" Véronique Margron a préfacé le livre de Corinne Van Oost. Elle en explique les raisons et fait le point sur la situation en France.

ENTRETIEN Véronique Margron, théologienne moraliste, a préfacé le livre de Corinne Van Oost


« La Croix » : Qu’avez-vous pensé du livre de Corinne Van Oost ?

Véronique Margron : Quelles que soient nos convictions, il a le mérite de proposer un questionnement. Il peut permettre de sortir du débat trop binaire et parfois très idéologique sur la fin de vie qui durcit les positions en France, empêchant de prendre en compte la complexité du réel. Une complexité encore plus grande de par les progrès de la médecine, qui rendent les frontières très fines dans les soins de la fin de la vie.

Par ailleurs, n’oublions pas qu’en Belgique, sur les mêmes arguments et le même engagement croyant, certains médecins "chrétiens" ont conclu qu’ils ne pratiqueraient jamais l’euthanasie, d’autres qu’ils le feraient à titre exceptionnel, quitte à ce que cet acte les poursuive longtemps, moralement.

Pensez-vous qu’il faille faire évoluer la loi française ?

V.M. : En France, la première nécessité est d’appliquer la loi Leonetti sur l’ensemble du territoire, ce qui suppose des moyens et des soignants formés. Cette loi a fait un large consensus au moment de son adoption.

Comment savoir si oui ou non il faut la revoir, si elle a des “points aveugles”, si elle aboutit à des impasses répétées, tant qu’elle ne sert pas de cadre général à l’accueil et aux soins des personnes en fin de vie ? Ce n’est qu’en la vivant vraiment qu’on pourra l’évaluer dans plusieurs années et alors, peut-être, la modifier, l’améliorer.

La loi n’est pas là pour répondre à chaque détresse individuelle. Le soin singulier est toujours au lit du patient, pratiqué par des soignants encadrés par la loi, mais d’abord guidés par leurs compétences et leur humanité.

Quelle éthique doit guider la réflexion sur la fin de vie ?

V.M. : La question de l’éthique est toujours la même : “Quel est le souhaitable ?” La loi morale “tu ne tueras pas” est fondamentale. Mais encore faut-il savoir comment l’incarner dans le singulier d’une histoire. Et là encore se pose la question difficile de ce qui est souhaitable pour quelqu’un afin que son humanité soit honorée jusqu’à la fin.

Cela demande, outre la compétence médicale, la capacité à écouter patients et proches, mais encore à converser avec une équipe et avec des pairs. L’éthique est toujours lente à trouver la meilleure voie. Il nous faudrait consentir à cette lenteur et non nous précipiter sur la loi, comme si là était la solution à nos cas de conscience.


( source : http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Veronique-Margron-Sortir-du-debat-binaire-et-tres-ideologique-sur-la-fin-de-vie-2014-09-14-1205995 )


Le simple fait qu'elle ait préfacé le livre du soi-disant "médecin" pro-euthanasie dont il est question dans l'article que j'ai rapporté dans le post d'avant, suffisait déjà pour la cerner...
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  gabrielle le Mar 16 Sep 2014, 9:00 am

Pour l’auteure en effet, l’euthanasie n’est « ni un droit ni un’libre-choix’ ». C’est un « dernier recours », quand la médecine palliative a atteint ses limites : « L’euthanasie est toujours un échec et aucun médecin ne peut la pratiquer facilement, défend-elle. Mais quand on a tout tenté, sans être capable de soulager, que doit-on faire ? Abandonner l’autre à sa souffrance ? Ce n’est pas ma conviction de chrétienne ».

Bon, disons que l'étiquette "chrétienne" qu'elle se donne est inconcevable avec sa pensée.

Je trouve malhonnête, de la part d'une "médecin" de ne pas parler du vrai dernier recours, autorisé par Pie XII, soit, d’induire la personne dans un profond coma, après l'avoir préparé à mourir chrétiennement.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17857
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  gabrielle le Mar 16 Sep 2014, 9:06 am

« pratiquer l’euthanasie, c’est risquer de s’y habituer. Je le fais avec moins de peur au fil des ans.

C'est facile de devenir un tueur en série.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17857
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  gabrielle le Mar 16 Sep 2014, 9:35 am

Belgique: un prisonnier sur le point d'être euthanasié
La Justice belge accorde l'euthanasie à un homme interné depuis 30 ans
Rédaction

ROME, 15 septembre 2014 (Zenit.org) - "Un prisonnier belge est sur le point d'être euthanasié", titre , ce 15 septembre, l'Institut européen de bioéthique dans cet article que nous reprenons intégralement.

***

Frank Van Den Bleeken est détenu depuis près de 30 ans, pour plusieurs délits à caractère sexuel. La prison qui l'héberge n’a pu développer une structure de soins adaptés à son cas et à sa souffrance psychique. Cet homme en situation de grande fragilité a demandé l’euthanasie il y a trois ans, évoquant une souffrance psychique insupportable. La Commission fédérale relative à l’euthanasie lui a répondu qu’elle n’examinerait cette demande que lorsque toutes les possibilités thérapeutiques auraient été épuisées, et notamment un transfert vers les Pays-Bas dans une institution pour internés qui prodiguerait les soins nécessaires et adaptés à M. Van Den Bleeken. Monsieur Van Den Bleeken a alors cité la Ministre de la Justice en vue d'obtenir ce transfert ou d'être euthanasié. Le transfert n’a pu être accordé pour des raisons juridiques.

C'est ainsi que Frank Van Den Bleeken a réitéré sa demande d'euthanasie. La cour d’appel de Bruxelles devait se prononcer ce lundi, mais entre-temps un accord est intervenu entre le SPF Justice et l’avocat du détenu. Celui-ci sera transféré dans un hôpital du pays pendant 48 heures « pour faire ses adieux à sa famille » avant d'être euthanasié par un médecin.
Cet accord vient d'être acté par la cour d’appel de Bruxelles.

Ce sont les mêmes qui râlent contre la peine de mort.

Imaginons que cet homme aurait été condamné à la peine capitale, ils seraient tous de hors avec les pancartes pour demander qu'on arrête le "massacre"
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17857
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Benjamin le Mar 16 Sep 2014, 9:45 am

gabrielle a écrit:Ce sont les mêmes qui râlent contre la peine de mort.

Imaginons que cet homme aurait été condamné à la peine capitale, ils seraient tous de hors avec les pancartes pour demander qu'on arrête le "massacre"

Ils vous diront que là c'est correct parce que c'est lui qui l'a choisi, contrairement à la peine de mort où l'on ne choisit pas d'être exécuté... C'est cela la "liberté" moderne.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  ROBERT. le Mar 16 Sep 2014, 1:02 pm

Benjamin a écrit:
Un médecin [conciliaire] qui pratique l’euthanasie témoigne
.
Spoiler:
Corinne Van Oost, médecin [conciliaire], responsable d’un réseau de soins palliatifs en Belgique, explique dans un livre (1) pourquoi elle accepte de pratiquer l’euthanasie.


C’est un livre-témoignage, le récit d’un cheminement intellectuel et personnel, du rejet de l’euthanasie à son acceptation. « Ce n’est pas un plaidoyer pour l’euthanasie, insiste d’emblée Corinne Van Oost en entretien. Le titre aurait pu être : ‘Le risque de l’euthanasie’. »

Pour l’auteure en effet, l’euthanasie n’est « ni un droit ni un’libre-choix’ ». C’est un « dernier recours », quand la médecine palliative a atteint ses limites : « L’euthanasie est toujours un échec et aucun médecin ne peut la pratiquer facilement, défend-elle. Mais quand on a tout tenté, sans être capable de soulager, que doit-on faire ? Abandonner l’autre à sa souffrance ? Ce n’est pas ma conviction de chrétienne ».


Trente ans d’expérience en soins palliatifs


Cette réflexion, l’auteure la tire de presque trente ans d’expérience en soins palliatifs. Elle l’illustre, dans son livre, de dizaines de récits de fins de vie. Celui-ci débute au milieu des années 1990, bien avant la légalisation, en 2002, de l’euthanasie en Belgique, avec l’histoire d’Albertine, patiente âgée atteinte de sclérose en plaque, « la première qui m’a obligée à confronter mes principes à la vie », écrit-elle.

Dans un premier temps, elle refuse la demande de la patiente, y voyant un « désir de tout maîtriser qui allait à l’encontre de ma façon de voir la mort, dans l’abandon et le lâcher-prise. Je lui ai redit que sa vie ne m’appartenait pas. » Puis les mois passent, la patiente dépérit, pleure énormément, ne dort plus et se nourrit à peine. « J’ai beaucoup espéré qu’elle meure naturellement. Mais était-ce humain de tabler là-dessus ? (…) J’avais tout fait pour alléger sa souffrance et cela ne suffisait manifestement pas. Qui étais-je pour lui refuser la mort ? », s’interroge Corinne Van Oost, qui finalement accède à sa demande.

> Voir aussi notre dossier Fin de vie

 
Pour elle, la sédation est un abandon


Formée à la fin des années 1980 à la maison médicale Jeanne-Garnier, à Paris, l’auteure, aujourd’hui responsable d’un réseau de soins palliatifs en Belgique, en est une militante convaincue. Dans la plupart des cas, ceux-ci permettent de faire disparaître peurs et douleurs et donc de repousser, voire d’annuler, la demande d’euthanasie.

Mais pour elle, on ne doit pas opposer les deux. Au contraire, ils sont complémentaires. « Écouter vraiment la demande d’euthanasie, c’est l’écouter en prenant au sérieux l’hypothèse de la pratiquer, écrit-elle. Si, ce faisant, j’arrive à trouver un chemin de sortie psychique, relationnel, spirituel, médicamenteux, j’aurai rempli ma mission. Dans le cas contraire, je ne peux pas me contenter de simplement me retirer. »

Elle rejette ainsi « l’entre-deux » français, qui autorise les médecins à endormir les patients pour les soulager, au risque de précipiter la survenue de la mort. « La sédation n’est pas ce que les gens veulent, explique-t-elle en entretien. Quel sens ça a ? Comment être sûr que le patient ne souffre pas ? Qu’il ne cauchemarde pas ? » Pour elle, la sédation est un abandon : « Le chemin de l’accompagnement humain nécessite nettement plus d’engagement, et d’investissement ».


« Je suis la première perdante. Comme médecin et comme chrétienne »


Corinne Van Oost ne passe pas pour autant sous silence la difficulté d’accomplir un geste létal. « Quand j’ai accepté de pratiquer l’euthanasie, le plus difficile pour moi a été d’exercer cette violence sur le corps. Injecter un produit létal à quelqu’un, même mourant, c’est combattre la vie », écrit-elle.

De même, l’euthanasie peut être « un échec absolu » quand il est pratiqué dans la précipitation, sans que la relation avec le médecin ait permis de mûrir la demande.
Enfin, reconnaît-elle, « pratiquer l’euthanasie, c’est risquer de s’y habituer. Je le fais avec moins de peur au fil des ans. Mais j’ai toujours conscience que je suis la première perdante. Comme médecin et comme "chrétienne". »


( source : http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Un-medecin-catholique-qui-pratique-l-euthanasie-temoigne-2014-09-14-1205992 )


On sera rassuré de savoir que le meurtre est une "pratique", qui fait moins peur au fil des ans, et que ce n'est pas un échec absolu lorsque c'est réfléchi et qu'on ne tue pas dans la précipitation Rolling Eyes

Le raisonnement, disons "élastique", (que j'associe à la MORALE DE SITUATION, principe condamné par Pie XII, si je ne me trompe)

de la  docteure me "rassure" complètement ! affraid


Dans quelques temps, lorsqu’elle sera parfaitement "habituée",  elle se demandera pourquoi elle avait

"peur" de cette "pratique" qu’est l’euthanasie.   Rolling Eyes

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  ROBERT. le Mar 16 Sep 2014, 1:14 pm

gabrielle a écrit:
Pour l’auteure en effet, l’euthanasie n’est « ni un droit ni un’libre-choix’ ». C’est un « dernier recours », quand la médecine palliative a atteint ses limites : « L’euthanasie est toujours un échec et aucun médecin ne peut la pratiquer facilement, défend-elle. Mais quand on a tout tenté, sans être capable de soulager, que doit-on faire ? Abandonner l’autre à sa souffrance ? Ce n’est pas ma conviction de chrétienne ».

Bon, disons que l'étiquette "chrétienne" qu'elle se donne est inconcevable avec sa pensée.
.
Ben voyons, ces modernos sont capables de concevoir l'inconcevable.

Je trouve malhonnête, de la part d'une "médecin"  de ne pas parler du vrai dernier recours, autorisé par Pie XII, soit, d’induire la personne dans un profond coma, après l'avoir préparé à mourir chrétiennement.

soulignés et notes ajoutés.

S.S. Pie XII est à l'Index de la Secte, non ?
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  ROBERT. le Mar 16 Sep 2014, 1:38 pm

Benjamin a écrit:
gabrielle a écrit:Ce sont les mêmes qui râlent contre la peine de mort.

Imaginons que cet homme aurait été condamné à la peine capitale, ils seraient tous de hors avec les pancartes pour demander qu'on arrête le "massacre"

Ils vous diront que là c'est correct parce que c'est lui qui l'a choisi, contrairement à la peine de mort où l'on ne choisit pas d'être exécuté... C'est cela la "liberté" moderne.
.
Personne n’a jamais dit à cet homme que s’il acceptait la peine de mort comme juste châtiment de ses crimes, il pourrait rentrer en grâce devant Dieu ?  Par contre, l’euthanasie, n’est-ce pas donner la permission à quelqu’un de commettre un meurtre ?
.
note en bleue ajoutée.

Voilà le p'oblème de la "liberté" moderne: Tous autant que nous sommes, nous sommes tous malades ou malades en devenir.
Pôvres de nous ! Il y a du JJ. Rousseau là-dedans !  affraid

Donc, plus de peine de mort. Et vive l'euthanasie, l'avortement, considérés comme un "bien" pour la société… moderne bien entendu !

Les Écritures ont raison quand Elles disent que nous prendrons le mal pour le bien et le bien pour le mal.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  gabrielle le Mer 17 Sep 2014, 7:48 am

Pour la peine de mort, le meurtrier fait un choix, si la loi prévoit cette peine pour meurtre avec préméditation, alors le type sait ce qu'il lui arrivera si la police lui tombe dessus.

Il fait un choix et ce choix il doit l’assumer.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17857
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  ROBERT. le Mer 17 Sep 2014, 11:22 am

gabrielle a écrit:Pour la peine de mort, le meurtrier fait un choix, si la loi prévoit cette peine pour meurtre avec préméditation, alors le type sait ce qu'il lui arrivera si la police lui tombe dessus.

Il fait un choix et ce choix il doit l’assumer.

Exactement ! Je vois  les modernos et rousseauistes de tout acabit venir dire:  

vous savez, nous sommes tous malades ou malades en devenir;

alors le choix des "meurtriers" est diminué, sinon anéanti par la "maladie" de toute la société et bla-bla…

Si le choix est diminué...  =>  travaux communautaires au max.

Si le choix est anéanti….  =>  libération inconditionnelle.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Roger Boivin le Ven 04 Sep 2015, 4:02 pm


Suicide assisté et euthanasie active sont des programmes franc-maçons...

Catholicisme et philosophie maçonnique : deux paradigmes inconciliables, deux conceptions du monde incompatibles :

http://desiebenthal.blogspot.ca/2009/01/dignitas-en-suisse-temoignage-sur-le.html



J'ai jeté un regard rapide sur le texte de ce lien ; il y a ceci qui m'a accroché :

8°) La relation avec les autres religions
- pour le catholique, c'est un respect des croyants des autres religions, dans la tolérance due aux personnes qui n'ont pas encore été éclairées par l'Esprit Saint, mais dans la préservation jalouse de la doctrine de l'Eglise, transmise aux Apôtres et leurs successeurs; c'est le véritable esprit de la rencontre d'Assise de 1986;
- pour le FM, c'est une tolérance générale vis-à-vis de toutes les croyances et philosophies, avec un goût prononcé pour le syncrétisme, c'est-à-dire la combinaison peu cohérente de différentes doctrines spirituelles: c'est aussi la Gnose, subversion de la vraie Foi, affadissement du sel de la terre!

L'auteur ne semble pas voir que la secte conciliaire et la franc-maçonnerie ont le même esprit, la même doctrine.


Dernière édition par Roger Boivin le Mer 16 Déc 2015, 5:26 pm, édité 1 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11254
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Roger Boivin le Mer 16 Déc 2015, 5:13 pm



Texte reçu aujourd'hui le 16 décembre 2015 en privé :

Le Groupe Provincial-Territorial veut la mort sur demande pour tous (même pour les enfants)


C’est avec consternation que nous avons pris connaissance du rapport final du Groupe Consultatif Provincial-Territorial publié le 30 novembre. À l’évidence, les 43 recommandations du rapport n’ont d’autre objectif que la promotion la plus totale de l’euthanasie et du suicide assisté au Canada. Les auteurs du rapport abandonnent toute prudence et ne font aucune tentative pour prévenir les dérives en faisant plutôt voler en éclats tous les critères, pourtant minimes, énoncés par la Cour suprême du Canada dans la décision Carter en les interprétant avec l’intention non dissimulée de revendiquer la mort sur demande pour tout le monde.

En premier lieu, le rapport s’égare dans son interprétation de la décision Carter quand les auteurs avancent que la définition d’un « adulte » devrait inclure les enfants parce qu’elle « a trait à la capacité du patient à donner son consentement, plutôt qu'à une limite d'âge [pour pouvoir] donner accès à l'aide médicale à mourir aux patients en possession de leurs facultés, peu importe leur âge ».

Ensuite, le rapport conseille d’étendre au personnel infirmier et aux adjoints des médecins le pouvoir de donner la mort, et recommande d’obliger les personnes et les institutions qui refusent d’y participer à devenir complices en trouvant un volontaire qui fera le travail à leur place. Selon les auteurs, l’État devrait même financer toutes les démarches d’euthanasie et de suicide assisté, et les paiements d’assurance-vie devraient être garantis pour les proches du défunt, ouvrant toute grande la porte aux abus financiers et à la pression que redoutent tant les personnes malades ou âgées, et qui craignent de devenir un fardeau pour leur entourage.

Enfin, parmi la longue liste qui facilite le chemin du suicide ou de l’euthanasie pour les uns et qui renforce les contraintes pour les autres, nous retrouvons une mesure qui, à elle seule, enlève tout restant de crédibilité au rapport. Dans son délire d’étendre la portée de la loi, le rapport précise que « dans les circonstances où le nombre de médecins est limité, les provinces et les territoires devraient permettre le recours à des évaluations médicales virtuelles et à des téléconsultations médicales (ou à d’autres types de consultations sur vidéo) ». Une telle recommandation méprise à la fois l’importance cruciale des rapports humains dans la médecine et la valeur des personnes en situation de vulnérabilité, en plus de menacer la vie des personnes dont les symptômes ne sont pas bien contrôlés par manque de traitement.

Au final, alors que la Belgique se questionne sur l’étendue des ravages de sa loi, les auteurs du rapport cherchent à ouvrir les vannes de la permissivité au-delà de tout ce qui se fait ailleurs, même dans les juridictions les plus permissives. Toutes les recommandations des auteurs de ce rapport laissent place à une interprétation des plus subjectives et potentiellement irrationnelle qui lance l’expertise médicale au fond d’une poubelle remplie de vide juridique.

En conclusion, ce rapport incontestablement pro-euthanasie et pro-suicide assisté comporte de telles énormités que le Canada perdrait toute crédibilité sur la scène internationale s’il servait de base à une éventuelle législation fédérale, provinciale ou territoriale. Son approche, qui milite pour l’accès universel à la mort sur demande au lieu d’exiger de bons soins pour tout le monde, relègue la prudence et la protection de la population canadienne au plus bas de la liste des priorités.

En plus de promouvoir la mort sur demande pour tous, les auteurs du rapport recommandent aussi la mise en place d’une propagande nationale en faire une promotion active de façon à entretenir le mythe du bienfait public. Une telle politique de mort sur demande nous semble bien opposée à l’optimisme politique et social annoncé par le Premier Ministre Justin Trudeau et sa promesse de « sunny ways for Canada ».

COLLECTIF DES MÉDECINS CONTRE L'EUTHANASIE

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11254
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  ROBERT. le Mer 16 Déc 2015, 6:52 pm

.
Un principe dit: donnez-leur un pouce, ils vont prendre un mille.

La "Loi" sur l’aide médicale à mourir — plus hypocritement nommée: "Loi sur les soins en fin de vie"  —  

donne un pouce au
Groupe Consultatif Provincial-Territorial.

Celui-ci veut l’étendre at large, pour tous, sans restrictions, même pour les enfants !

C’est ce qui arrive dans un monde sans la Foi et la Morale catholiques; un monde où seuls existent les droits et non les obligations;

où toute morale naturelle est disparue, où la sauvagerie règne en maître, où l’homme descend plus bas que l’animal.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  gabrielle le Jeu 17 Déc 2015, 7:41 am

Ensuite, le rapport conseille d’étendre au personnel infirmier et aux adjoints des médecins le pouvoir de donner la mort, et recommande d’obliger les personnes et les institutions qui refusent d’y participer à devenir complices en trouvant un volontaire qui fera le travail à leur place.

Combien resteront debout devant cette menace.?
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17857
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Arthur le Jeu 17 Déc 2015, 8:33 am

C’est avec consternation que nous avons pris connaissance du rapport final du Groupe Consultatif Provincial-Territorial publié le 30 novembre
.

Sous le prétexte de consulter la population, ils ont le mandat de la manipuler.

Arthur

Nombre de messages : 1543
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  ROBERT. le Jeu 17 Déc 2015, 11:18 am

Arthur a écrit:
C’est avec consternation que nous avons pris connaissance du rapport final du Groupe Consultatif Provincial-Territorial publié le 30 novembre
.

Sous le prétexte de consulter la population, ils ont le mandat de la manipuler.

Exactement Arthur. Quelle "belle" gang d'hypocrites.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Benjamin le Jeu 17 Déc 2015, 3:22 pm


L'ISIS (Islamic State of Irak and Syria ou bien Israeli Secret Intelligence Service, au choix) a trouvé la solution :

Daech exécuterait des enfants trisomiques

Le groupe Etat Islamique aurait émis une fatwa autorisant ses membres à mettre à mort des enfants atteints de trisomie ou de handicaps, rapporte le Daily Mail repris par DirectMatin et handicap.fr.

Depuis que la fatwa a été lancée, plus de 38 enfants en bas âge de moins de 3 mois et atteints de malformations congénitales, de trisomie ou de handicaps auraient été tués. « Le groupe Etat islamique a émis une fatwa donnant l’autorisation à ses militants d’exécuter les enfants atteints de trisomie, de handicap ou de malformations congénitales », rapporte le Daily Mail dans son édition du 14 décembre 2015. Le quotidien britannique s’est notamment appuyé sur une enquête menée par Mosul Eye, un blog irakien, qui a publié ces constatations sur son profil Facebook. Selon cette organisation, de nombreuses exécutions ont eu lieu en Irak, mais aussi dans plusieurs bastions de Daech en Syrie.

( source : http://www.fdesouche.com/681339-daech-executerait-des-enfants-trisomiques )

( source de la source : http://www.ladepeche.fr/article/2015/12/15/2238707-daech-executerait-des-enfants-trisomiques.html )

Allez Bergoglio, toi aussi tu peux le faire Rolling Eyes

De toute façon en appelant à faire rentrer les envahisseurs en Europe, il appelle déjà ce genre de choses au moins indirectement.

Cela dit ce genre d'article est surtout là pour émouvoir et détourner l'attention des Européens vers des cibles prédéfinies, pendant que les responsables de la situation prospèrent et continuent de nous mener à notre perte en toute impunité.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  gabrielle le Ven 18 Déc 2015, 8:16 am

Les gens s'indignent de cela et reste indifférent à l'extermination systématique de ces enfants par IVG.

Que j'ai hâte de quitter cette terre!

avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17857
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Benjamin le Ven 18 Déc 2015, 8:30 am

gabrielle a écrit:Les gens s'indignent de cela et reste indifférent à l'extermination systématique de ces enfants par IVG.

Que j'ai hâte de quitter cette terre!


Du moment qu'un enfant n'est pas encore sorti du ventre de sa mère, pour la plupart des gens d'aujourd'hui, apparemment, il n'existe pas.

Mais alors une question se pose : lorsque l'avortement est en cours, l'enfant sort du ventre de sa mère, donc existe-t-il à ce moment-là pour les maniaques de l'avortement ? Et si l'enfant meurt après être sorti, est-ce alors un meurtre pour eux, ou bien est-ce que "ça passe" parce qu'après tout "on s'en fout" ?

Rolling Eyes
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Arthur le Ven 18 Déc 2015, 8:32 am

La question se pose mais eux refusent d'y répondre.

Arthur

Nombre de messages : 1543
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Roger Boivin le Ven 18 Déc 2015, 10:31 am


Ça les incriminerait !
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11254
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  ROBERT. le Ven 18 Déc 2015, 11:10 am

Benjamin a écrit:  
Mais alors une question se pose : lorsque l'avortement est en cours, l'enfant sort du ventre de sa mère, donc existe-t-il à ce moment-là pour les maniaques de l'avortement ? Et si l'enfant meurt après être sorti, est-ce alors un meurtre pour eux, ou bien est-ce que "ça passe" parce qu'après tout "on s'en fout" ?

Rolling Eyes
.
Vous venez de coincer tous les pro-IVG, pro-avortement, pro-choix, etc !  cheers  
.

Arthur a écrit:La question se pose mais eux refusent d'y répondre.
.
...car ils sont coincés
.

Roger Boivin a écrit:
.
Ca les incriminerait !
.
Exact.
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  Roger Boivin le Jeu 11 Oct 2018, 9:15 am


Commentaires :


- Christian Debray - « Je souhaiterais que les médias et l’ACFAS se penche sur l’euthanasie et le suicide assisté. Surtout sur la pente glissante et les abus déjà notés par le comité de surveillance au Québec. Un homicide reste un homicide, quel que soit l’âge ou la condition de la personne. Trop de personnes sont tuées tous les jours par le biais de la loi 52 au Québec, elle nous a été vendue comme un acte de compassion exceptionnelle (une centaine par année), mais aujourd’hui il y en a plus de 2000 en progression rapide. Pensez-y encore »



- Roger Boivin - « Les médias peuvent jouer un rôle tant positif que négatif dans la prévention du suicide. Ils peuvent contribuer à l'éducation et à l'information du public, mais ils peuvent aussi être sensationnalistes, ce qui peut mener à un effet de contagion. Il ne fait pas de doute que le suicide est une tragédie. Cependant, comme dans le cas de la maladie mentale, il y a un urgent besoin de publier davantage d'histoires positives entourant le suicide.

Faut dire tout cela à ceux qui font la propagande de l'euthanasie, qui n'est ni plus ni moins qu'un suicide dont on déguise le nom en appellant ça "un soin".
Après avoir fait en sorte, depuis des décennies, à tuer la foi en Dieu dans les âmes, voilà qu'on les pousse maintenant qu'elles sont désarmées, à la mort éternelle.
On encourage des gens vulnérables à s'enlever la vie. N'ayant plus de secours surnaturels, ni prière, ni sacrtements, ni même un crucifix, pour les aider à passer à travers des épreuves terribles, ne croyant plus en Dieu, en ses Anges et en ses Saints, qui seuls peuvent les aider à faire une bonne mort qui les mène à la Vie éternelle.
Alors, dites ça à ces agents de la mort, à ces bourreaux. »
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11254
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et l'euthanasie

Message  ROBERT. le Jeu 11 Oct 2018, 11:27 am

Roger Boivin a écrit:
Spoiler:


Commentaires :


- Christian Debray - « Je souhaiterais que les médias et l’ACFAS se penche sur l’euthanasie et le suicide assisté. Surtout sur la pente glissante et les abus déjà notés par le comité de surveillance au Québec. Un homicide reste un homicide, quel que soit l’âge ou la condition de la personne. Trop de personnes sont tuées tous les jours par le biais de la loi 52 au Québec, elle nous a été vendue comme un acte de compassion exceptionnelle (une centaine par année), mais aujourd’hui il y en a plus de 2000 en progression rapide. Pensez-y encore »



- Roger Boivin -  « Les médias peuvent jouer un rôle tant positif que négatif dans la prévention du suicide. Ils peuvent contribuer à l'éducation et à l'information du public, mais ils peuvent aussi être sensationnalistes, ce qui peut mener à un effet de contagion. Il ne fait pas de doute que le suicide est une tragédie. Cependant, comme dans le cas de la maladie mentale, il y a un urgent besoin de publier davantage d'histoires positives entourant le suicide.

  Faut dire tout cela à ceux qui font la propagande de l'euthanasie, qui n'est ni plus ni moins qu'un suicide dont on déguise le nom en appelant ça "un soin".
  Après avoir fait en sorte, depuis des décennies, à tuer la foi en Dieu dans les âmes, voilà qu'on les pousse maintenant qu'elles sont désarmées, à la mort éternelle.
  On encourage des gens vulnérables  à s'enlever la vie. N'ayant plus de secours surnaturels, ni prière, ni sacrements, ni même un crucifix, pour les aider à passer à travers des épreuves terribles, ne croyant plus en Dieu, en ses Anges et en ses Saints, qui seuls peuvent les aider à faire une bonne mort qui les mène à la Vie éternelle.
  Alors, dites ça à ces agents de la mort, à ces bourreaux. »

Bravo Roger.  

Ce sont les seuls commentaires qu'un catholique peut exprimer,

en ces temps d'infâme trahison et d'apostasie...

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum