Gilles Roberge

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Sam 13 Sep 2014, 1:09 pm

Louis a écrit:
Louis a écrit:@ M. Roberge




Le 7 septembre 2014 à 16:59, Gilles Roberge a dit :

(...)

« Les exégètes s`accordent désormais à reconnaître que, d`après l`original hébreu, le texte de la Genèse n`attribue pas directement l`action contre le serpent à la femme, mais à son lignage. Le texte confère pourtant une grande importance au rôle qu`elle jouera dans la lutte contre le tentateur: le vainqueur du serpent sera en effet son descendant.»

(...)


l`original hébreu ?

Toujours pas de réponse de M. Roberge.


Pour aider m. Roberge à répondre, voici :

 
Louis a écrit:
Benjamin a écrit:
     
Gilles Roberge a écrit:
       Si l`on voulait, pas scrupule d`authenticité et d`exactitude, ne lire que les textes originaux, il faudrait faire ces lectures en hébreu ou en grec.


   Gilles, votre combine vous pourrez toujours essayer de la refourguer à d'autres, mais ici ça ne prend pas.

   La femme que je devais épouser avait précisément appris avec succès l'Hébreu et le Grec anciens dans l'unique intention que vous décrivez, elle a vécu "sur place" pendant une décennie et ses "Bibles" de chevet étaient dans ces langues ; ça ne l'a pas empêchée de croupir dans l'hérésie et le schisme sans discontinuer pendant 15 ans, avant de finir dans des abîmes que je ne peux même pas évoquer ici.

   Par ailleurs, les textes en Hébreu dont nous disposons aujourd'hui sont-ils "originaux" ??


A propos des textes en Hébreu :


   « Voudrait-on se justifier en disant que, pour l'Ancien Testament du moins, le texte massorétique (hébreu) que nous possédons, est le texte primitif qu'avaient sous les yeux les Septante et saint Jérôme ? Mais qui ne sait que ce texte a subi plusieurs variantes, altérations et (un grand nombre d'exégètes et des Pères de l'Église le soutiennent) des interpolations ? Non. Le texte hébreu que nous possédons aujourd'hui, n'est pas, tant s'en faut, le texte authentique et primitif. D'autre part, la Vulgate a été rédigée par saint Jérôme sur le texte primitif, original hébreu qui a disparu. Pourquoi donc et de quel droit lui donner le second rang ? »

   __________________________________________________

   R.P Pie Mortara « La critique du libéralisme », n° 15 de juillet 1913, p. 518.




http://messe.forumactif.org/t5844-on-va-parler-de-langue-a-propos-de-liturgie#108976
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Louis le Dim 14 Sep 2014, 7:26 am

gabrielle a écrit:
Gilles Roberge a écrit:mais à la différence que sur la Croix, Jésus ne l`a pas proclamé publiquement, ni formellement puisque logiquement, sa voix au seuil de la mort étant à peine perceptible, il ne l`a pas crié haut et fort , de sorte que seuls, Marie, Jean et Marie de Magdala pouvaient l`entendre.

Ça vient d'où cette affirmation... où dans la Révélation divine est-il écrit que personne n'a entendu Jésus le dire à l'exception des trois mentionnés.?

Note de Fillion sur S. Jean XIX, 26 a écrit:
« Dans le groupe fidèle, le regard de Jésus distingua sa mère et son disiciple de prédilection, qui l'avait suivi courageusement aussi jusqu'au Calvaire »

Est-ce que le mot distingua voudrait dire qu'ils sont plus que les trois mentionnés ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11111
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  gabrielle le Dim 14 Sep 2014, 8:17 am

Gilles Roberge a écrit:Nous n`ignorons pas que Jean est le seul évangéliste qui parle de la donation de Marie comme mère à Jean. Si les trois autre évangélistes n`en parlent pas, on pourrait supposer qu`ils n`étaient pas au courant du fait parce qu`ils n`étaient pas là à ce moment là.

Un autre coup d'épée dans l'eau.

A force de supposer vous dite n'importe quoi.

Saint Luc est le seul qui parle du Bon Larron, donc, avec votre raisonnement, l'on doit supposer que Saint Jean n'était pas au pied de la Croix et que Saint Luc y était.

Saint Jean ne rapporte pas non plus le cri de Notre-Seigneur : Mon Dieu, Mon Dieu... donc, autre preuve, selon votre manière de penser, qu'il n'était pas là et on pourrait faire le tour de l'Évangile ainsi...et tout détruire.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17756
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Benjamin le Dim 14 Sep 2014, 8:23 am


Serait-il exagéré de dire, pour employer une expression imagée, que Gilles Roberge, à force d'essayer de trouver une porte de sortie, se débat comme un diable dans l'eau bénite ? Laughing

avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6306
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  gabrielle le Dim 14 Sep 2014, 8:37 am

Benjamin a écrit:
Serait-il exagéré de dire, pour employer une expression imagée, que Gilles Roberge, à force d'essayer de trouver une porte de sortie, se débat comme un diable dans l'eau bénite ? Laughing


Exagération... je n'en vois pas du tout dans votre message....

J'ai entendue, entre les branches que ceci :



était une phot de M. Roberge.... lol!

A mon tour


avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17756
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Lun 15 Sep 2014, 8:35 am



M. Gilles Roberge dit :


Le 14 septembre 2014 à 19:55, Gilles Roberge a dit :

Roger, peux-tu me dire avec précision quand Jean XXIII est-il devenu faux pape , selon votre croyance ? Est-ce que c’ est lors de son élection comme pape ou bien lorsqu’ il a declenche le Concile Vatican II ?

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  gabrielle le Lun 15 Sep 2014, 8:45 am

Pacem in terris
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17756
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Benjamin le Lun 15 Sep 2014, 9:03 am


À propos de Pacem in Terris :

Benjamin a écrit:
C'est lui ["Jean XXIII"] qui, le 11 avril 1963, publie Pacem in Terris, "présentant la liberté dans l'expression et la diffusion de la pensée, comme un droit pour les sujets, et pour corollaire un devoir obligatoire, de la leur accorder pour les gouvernants, avec pour seule limite la loi naturelle (les exigences de l'ordre moral et du bien commun ) et non plus surnaturelle. Ainsi, selon ["Jean XXIII"], tout un chacun, peut parler ou écrire contre le jeûne des jours commandés (qui est une loi de l'Eglise et non de l'Etat, et dont l'infraction est un péché mortel selon le Catéchisme), sans être inquiété, c'est un droit !" ( voir : http://messe.forumactif.org/t5065p360-l-eglise-catholique-est-sous-un-chef-visible-par-saint-francois-de-sales#97744 ).

Voir aussi :

Benjamin a écrit:
En complément, un autre commentaire sur Pacem in Terris :

"L’ambiguïté réside dans le fait qu’il est malaisé de savoir s’il faut traduire "religionem" par "la religion" (sous-entendu la seule religion vraiment valable, à savoir la religion catholique) ou "sa religion", ce qui serait évidemment hérétique. Cette dernière option n’est nullement à exclure, le latin n’utilisant que très rarement les adjectifs possessifs.

L’expression prend évidemment tout son sens quand on restitue tout le texte dans son contexte. Plusieurs éléments sont à prendre en compte :

1/ L’ "encyclique" est adressée "aux fidèles de l'univers ainsi qu'à tous les hommes de bonne volonté" , ce qui prouve que les catholiques ne sont pas les seuls bénéficiaires des "droits" reconnus par l’ "encyclique";

2/ Elle salue la signature de la Déclaration (maçonnique) universelle des droits de l'homme, pourtant dénoncée sous Pie XII (Osservatore romano, 15 octobre 1948). Une des avancées de cette Déclaration serait pour J23 qu’elle "affirme pour chaque individu ses droits de rechercher librement la vérité". On n’est pas loin du "droit d'honorer Dieu suivant la juste règle de la conscience" cité par J23…

3/ D’ailleurs, dans la 32ème édition du Denzinger, l’expression ambiguë " In hominis iuribus hoc quoque numerandum est, etc." était assortie d’une note de bas de page invitant à une comparaison de cette expression avec l’article 18 de de la Déclaration universelle des droits de l'homme : "Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion" (sous-entendu : droit à la licence irréligieuse et à l’apostasie publique)

4/ L’encyclique a été unanimement saluée par les contemporains comme une consécration de la liberté religieuse (Lucien Guissard, Introduction à “Pacem In Terris”), sans que le Vatican daigne émettre la moindre protestation.

La suite des évènements (la convocation de V2 par J23, la déclaration Dignitatis humanae) a du reste montré que J23 agissait en précurseur de la Pentecôte luciférienne consacrée par le NOM, le faux oecuménisme, Assise, etc."

( voir : http://messe.forumactif.org/t555-questions-sur-jean-xxiii#8982 )

Il y a aussi ceci :

Benjamin a écrit:
C'est lui ["Jean XXIII"] qui a fondé le 5 juin 1960, un "Secrétariat pour la promotion de l’unité des chrétiens", dédié au faux "oecuménisme" (condamné par les Papes), et dont l'un des objectifs était d'inviter des observateurs non-catholiques au futur conciliabule "Vatican II" (ce qui en dit déjà long sur ce qui y était prévu, dès 1960 !). Dès le début du conciliabule, en 1962, le Secrétariat est associé aux commissions "conciliaires" par décision de "Jean XXIII" et c'est ce Secrétariat qui présentera les documents Unitatis redintegratio (sur "l'oecuménisme"), Nostra Ætate (sur les "religions non-chrétiennes") et Dignitatis humanae (sur la "liberté religieuse"), tous trois hérétiques.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6306
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

L'OECUMÉNISME

Message  Roger Boivin le Lun 15 Sep 2014, 11:09 am

L'OECUMÉNISME :


L'Œcuménisme Instruction sur le « Mouvement œcuménique », sous Pie XII, le 20 décembre 1949 1 DE MOTIONE « OECUMENICA » :

http://messe.forumactif.org/t5242-prier-avec-des-heretiques#99970


Spoiler:


L'Œcuménisme Instruction sur le « Mouvement œcuménique », sous Pie XII, le 20 décembre 1949 1
DE MOTIONE « OECUMENICA »


Bien que l'Eglise catholique ne prenne point part aux Congrès et autres réunions « œcuméniques », elle n'a jamais cessé, comme il ressort de plusieurs documents pontificaux, et elle ne cessera jamais à l'avenir de suivre avec le plus grand intérêt et d'aider par d'instantes prières tout effort fait en vue d'obtenir ce que le Christ Notre-Seigneur a tant à cœur, à savoir que tous ceux qui croient en lui soient consommés clans l'unité 2.

Elle embrasse, en effet, d'une affection vraiment maternelle, tous ceux qui reviennent à elle comme à l'unique véritable Eglise du Christ ; on ne peut donc assez approuver et promouvoir tous les projets et entreprises qui, avec le consentement de l'autorité ecclésiastique, ont été réalisés et le sont encore, soit pour instruire dans la foi ceux qui sont en voie de se convertir, soit pour la faire connaître plus parfaitement aux convertis. Or, dans plusieurs parties du monde, soit à cause des événements extérieurs et du changement des dispositions intérieures, soit surtout grâce aux prières communes des fidèles, sous l'inspiration de la grâce du Saint-Esprit, le désir s'est fait de jour en jour plus vif dans le cœur de beaucoup d'hommes séparés de l'Eglise catholique que tous ceux qui croient au Christ Notre-Seigneur reviennent à l'unité. Il y a là, pour les fils de la véritable Eglise, une source de sainte joie dans le Seigneur et une invitation à aider tous ceux qui cherchent sincèrement la vérité, en demandant pour eux à Dieu, par d'instantes prières, la lumière et la force nécessaires.

Certaines tentatives faites jusqu'à ce jour, soit par des personnes isolées, soit par des groupements pour réconcilier avec l'Eglise catholique les chrétiens qui en sont séparés, bien qu'elles soient inspirées par d'excellentes intentions, ne sont pas toujours fondées sur des principes justes et, même quand elles le sont, ne sont pas à l'abri de certains dangers, comme l'expérience l'a déjà démontré. Aussi, cette Suprême S. Congrégation, à qui incombe le soin de conserver dans son intégrité et de protéger le dépôt de la foi, a-t-elle cru opportun de rappeler et d'imposer les prescriptions suivantes : Comme cette « réunion » appartient avant tout à la fonction et au devoir de l'Eglise, les évêques que le Saint-Esprit a établis pour gouverner l'Eglise de Dieu 1 doivent y prêter leur attention avec une sollicitude particulière. Ils ne doivent donc pas seulement veiller diligemment et efficacement sur tout ce mouvement, mais encore le promouvoir et le diriger avec prudence, d'abord pour aider ceux qui cherchent la vérité et la véritable Eglise, mais aussi pour écarter des fidèles les dangers qui résultent facilement de l'activité de ce « mouvement ».

   C'est pourquoi ils doivent tout d'abord connaître parfaitement tout ce que ce « mouvement » a établi et fait dans leur diocèse. Dans ce but, ils nommeront des prêtres capables qui, fidèles à la doctrine et aux directives du Saint-Siège, par exemple dans les Encycliques Satis cognitum l, Mortalium animos 2 et Mystici Corporis Christi 3, suivront de près tout ce qui concerne le « mouvement » et leur en référeront de la manière et au temps fixés.

   Ils exerceront une vigilance toute particulière sur les publications que les catholiques éditent sous une forme quelconque en cette matière et ils exigeront l'observance des canons De praevia censura librorum eorumque prohibitione (can. 1384 et ss.). Ils ne manqueront pas de faire de même au sujet des publications des non-catholiques en ce qui concerne l'édition, la lecture ou la vente qu'en feraient les catholiques.

   Ils procureront également avec diligence aux non-catholiques désireux de connaître la foi catholique tous les moyens utiles à ce dessein ; ils désigneront des personnes et ils ouvriront des bureaux auxquels ces non-catholiques pourront s'adresser et demander conseil ; ils veilleront avec d'autant plus de soin à ce que ceux qui sont déjà convertis trouvent facilement le moyen de s'instruire exactement et plus profondément de la foi catholique et d'être formés activement à la pratique d'une vie religieuse fervente au moyen de réunions et d'associations bien adaptées, de retraites et d'autres pratiques de piété.

   Quant à la méthode à suivre dans ce travail, les 693 évêques eux-mêmes prescriront ce qu'il faut faire, ce qu'il faut éviter, et ils exigeront que tous se conforment à leurs prescriptions. Ils veilleront de même à ce que, sous le faux prétexte qu'il faut beaucoup plus considérer ce qui nous unit que ce qui nous sépare, on ne nourrisse pas un dangereux indifférentisme, surtout chez ceux qui sont moins instruits des questions théologiques et dont la pratique religieuse est moins profonde. On doit éviter, en effet, que dans un esprit que l'on appelle aujourd'hui irénique, la doctrine catholique, qu'il s'agisse de dogme ou de vérités connexes, ne soit elle-même, par une étude comparée et un vain désir d'assimilation progressive des différentes professions de foi, assimilée ou accommodée en quelque sorte aux doctrines des dissidents, au point que la pureté de la doctrine catholique ait à en souffrir ou que son sens véritable et certain en soit obscurci.

   Ils écarteront aussi cette manière dangereuse de s'exprimer qui donnerait naissance à des opinions erronées et à des espoirs fallacieux qui ne pourront jamais se réaliser, en disant par exemple que l'enseignement des Souverains Pontifes, dans les Encycliques sur le retour des dissidents à l'Eglise, sur la constitution de l'Eglise, sur le Corps mystique du Christ, ne doit pas être tellement pris en considération puisque tout n'est pas de foi ou, ce qui est pire encore, que dans les matières dogmatiques, même l'Eglise catholique ne possède pas la plénitude du Christ. mais qu'elle peut être perfectionnée par les autres Eglises. Ils empêcheront soigneusement et avec une réelle insistance qu'en exposant l'histoire de la Réforme et des Réformateurs, on n'exagère tellement les défauts des catholiques et on ne dissimule tellement les fautes des Réformateurs, ou bien qu'on ne mette tellement en lumière des éléments plutôt accidentels, que l'on ne voie et ne sente presque plus ce qui est essentiel, la défection de la foi catholique. Ils veilleront enfin à ce que, par un zèle exagéré et faux, ou par imprudence et excès d'ardeur dans l'action, on ne nuise plutôt au but poursuivi qu'on ne le serve.

   La doctrine catholique doit par conséquent être proposée et exposée totalement et intégralement ; il ne faut point passer sous silence ou voiler par des termes ambigus ce que la vérité catholique enseigne sur la vraie nature et les étapes de la justification, sur la constitution de l'Eglise, sur la primauté de juridiction du Pontife Romain, sur la seule véritable union par le retour des chrétiens séparés à l'unique véritable Eglise du Christ. On pourra sans doute leur dire qu'en revenant à l'Eglise ils ne perdront rien du bien qui, par la grâce de Dieu, est réalisé en eux jusqu'à présent, mais que par leur retour ce bien sera seulement complété et amené à sa perfection. On évitera pourtant de parler sur ce point d'une manière telle que, en revenant à l'Eglise, ils s'imaginent apporter à celle-ci un élément essentiel qui lui aurait manqué jusqu'ici. Il faut leur dire ces choses clairement et sans ambiguïté, d'abord parce qu'ils cherchent la vérité, ensuite parce que, en dehors de la vérité, il ne pourra jamais y avoir une union véritable.

   En ce qui regarde les réunions et les conférences mixtes entre catholiques et non-catholiques, qui dans les derniers temps ont été organisées en beaucoup d'endroits pour promouvoir la « réunion » dans la foi, la vigilance et les directives des Ordinaires sont particulièrement nécessaires. Car si elles offrent l'occasion désirée de répandre chez les non-catholiques la connaissance de la doctrine catholique le plus souvent encore trop peu connue d'eux, elles créent facilement, pour les catholiques, un grave danger d'indifférentisme. Là où l'on voit poindre l'espoir d'un bon résultat, l'Ordinaire prendra des mesures pour que tout soit bien dirigé, en désignant des prêtres particulièrement préparés pour ce genre de réunions, qui sachent exposer et défendre, comme il convient, la doctrine catholique. Les fidèles ne doivent pas fréquenter ces réunions sans l'autorisation particulière de l'autorité ecclésiastique qui ne sera accordée qu'à des fidèles qui sont connus comme bien instruits et fermes dans la foi. Mais là où n'apparaît pas l'espoir de bons résultats ou si la chose présente par ailleurs des dangers spéciaux, on écartera prudemment les fidèles de ces réunions et celles-ci seront dissoutes à temps ou amenées peu à peu à disparaître. Comme l'expérience enseigne que les grandes réunions de ce genre portent peu de fruit et généralement sont plus dangereuses, on ne les autorisera qu'après un examen très sérieux. Aux colloques entre théologiens catholiques et non catholiques, on n'enverra que des prêtres qui, par leur science théologique et leur ferme adhésion aux principes et normes établis en cette matière par l'Eglise, se seront montrés vraiment aptes à ce ministère.
   1 Instruction de la Suprême Sacrée Congrégation du St-Office adressée à l'épiscopat du monde entier, sur le « Mouvement œcuménique ». AAS xlii (1950) 142447.
   2 S. Jean xv ii, 23.
   1 Actes xx, 28.
   1 Léon XIII, Lettre Encyclique Satis cognitum du 29 juin 1896. ASS xxviii (1895-1896) 708-739. Cf. SVS nn. 600-668.
   2 Pie XI, Lettre Encyclique Mortalium animos du 6 janvier 1928. AAS xx (1928) 5-16. Cf. SVS nn. 669-689.
   3 Pie XII, Lettre Encyclique Mystici Corporis du 29 juin 1943. AAS xxxv (1943) 193-248. Cf. SVS nn. 752-846.



Extrait de

P. CATTIN — H. TH. CONUS des Frères Prêcheurs
AUX SOURCES
DE LA
VIE SPIRITUELLE
I DOCUMENTS
imprimatur 13 mai 1951

pages 391 et ss




Abbé Ducasse -- L'ÉGLISE, MÈRE DES VIVANTS, SALUT DU MONDE -- NIHIL OBSTAT Tolosae, die 6 febr, 1955 xav. Ducros c. d. -- IMPRIMATUR Tolosae, die 7 feb. 1955 Chansou vic. gén. -- p.214 -- LE MOUVEMENT ŒCUMÉNIQUE :

Les églises chrétiennes séparées ont senti, plus particulièrement depuis une cinquantaine d'années, le besoin de s'unir. Ainsi s'est développé le mouvement œcuménique où l'Église Anglicane a joué jusqu'ici un rôle prépondérant et qui se propose de réaliser l'union de tous les chrétiens.

L'Église catholique ne peut participer à ce mouvement. Ce serait reconnaître aux Églises séparées autant de valeur qu'à elle-même ; or seule elle a gardé intact le Message du Christ. De plus le mouvement œcuménique tend, dans un but d'union, à n'accorder que très peu d'importance aux dogmes, à la doctrine, et l'Église catholique ne peut accepter cette position. Aussi, si elle envoie parfois des observateurs aux réunions, elle garde toujours une prudente réserve.
http://messe.forumactif.org/t5242-prier-avec-des-heretiques#99971






Oecuménisme et sa condamnation ..par les Saintes-Écritures :

http://messe.forumactif.org/t2356-oecumenisme-et-sa-condamnation






L’œcuménisme « spirituel » de v2... :

http://messe.forumactif.org/t4711-loecumenisme-spirituel-de-v2




Re: La secte loue ouvertement le protestantisme et appelle à lui demander pardon :

http://messe.forumactif.org/t4607p15-la-secte-loue-ouvertement-le-protestantisme-et-appelle-a-lui-demander-pardon#90296


avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Mar 16 Sep 2014, 10:47 am


M. Gilles Roberge dit :


Le 14 septembre 2014 à 19:55, Gilles Roberge a dit :

Roger, peux-tu me dire avec précision quand Jean XXIII est-il devenu faux pape , selon votre croyance ? Est-ce que c’ est lors de son élection comme pape ou bien lorsqu’ il a declenche le Concile Vatican II ?


Ma réponse :


Le 15 septembre 2014 à 10:16, Roger Boivin a dit :

Bonjour Gilles ;

S’il était déjà franc-maçon, comme beaucoup de citations reproduites sur te deum le prétendent, ( placer sur google : Qu’a-t-on de sérieux sur Jean XXIII ? ) son élection était évidemment nulle, car l’appartenance à la F-M encoure de ce fait l’excommunication automatique ; et que pour être pape il faut être catholique, c’est logique.

Le fait qu’il ait pu publier, dans des circonstances qui engagent l’infaillibilité pontificale, de quoi de contraire à l’enseignement de l’Église, prouve qu’il ne jouissait pas de cette assistance spéciale du Saint-Esprit qui fait qu’un Pape ne peut se tromper ni tromper en de telles circonstances.

Voici une citation tirée d’une encyclique de Jean XXIII, ainsi qu’une objection à propos de cette citation, et de la réfutation de cette objection :

— « Chacun a le droit d’honorer Dieu suivant la juste règle de la conscience et de professer sa religion dans la vie privée et publique » ( Pacem in terris» de Roncailli, Jean XXIII, 14)

— Objection :

« Si on change «sa» religion par «la» religion, cela semble en accord avec ce que dit Léon XIII dans LIBERTAS par exemple. Or, la traduction française parle de «sa» religion et la version en latin parle de «la» religion semble-t-il… En se basant sur les versions données par le site de vatican.. »

— Réfutation de l’objection :

La phrase que vous citez pêche par ambiguïté. Vous savez fort bien que les Papes ont toujours dénoncé l’habile duplicité des hérétiques et se sont au contraire toujours efforcés d’aller droit au but dans l’exposé de la doctrine.

Ainsi, Pie VI, Const. Ap. Auctorem fidei, 28/8/1794 a écrit :
«Pour ne pas offusquer les oreilles catholiques, ils cherchent à masquer les entrelacs de leurs tortueuses manoeuvres par des manières de parler trompeuses, de sorte que, par le choix des termes, l’erreur s’inscrive de façon plus douce dans les âmes.»

Saint Pie X, encyclique Pascendi Dominici gregis, 8/9/1907 a écrit :
«Une tactique des modernistes…en vérité fort insidieuse, est de ne jamais exposer leurs doctrines méthodiquement et dans leur ensemble, mais de les fragmenter en quelque sorte et de les éparpiller çà et là, ce qui prête à les faire juger ondoyants et indécis, quand leurs idées, au contraire, sont parfaitement arrêtées et consistantes.»

L’ambiguïté réside dans le fait qu’il est malaisé de savoir s’il faut traduire «religionem» par «la religion» (sous-entendu la seule religion vraiment valable, à savoir la religion catholique) ou «sa religion», ce qui serait évidemment hérétique. Cette dernière option n’est nullement à exclure, le latin n’utilisant que très rarement les adjectifs possessifs.

L’expression prend évidemment tout son sens quand on restitue tout le texte dans son contexte. Plusieurs éléments sont à prendre en compte :

1/ L’ «encyclique» est adressée «aux fidèles de l’univers ainsi qu’à tous les hommes de bonne volonté», ce qui prouve que les catholiques ne sont pas les seuls bénéficiaires des «droits» reconnus par l’ «encyclique» ;

2/ Elle salue la signature de la Déclaration (maçonnique) universelle des droits de l’homme, pourtant dénoncée sous Pie XII (Osservatore romano, 15 octobre 1948). Une des avancées de cette Déclaration serait pour J23 qu’elle «affirme pour chaque individu ses droits de rechercher librement la vérité». On n’est pas loin du «droit d’honorer Dieu suivant la juste règle de la conscience» cité par J23…

3/ D’ailleurs, dans la 32ème édition du Denzinger, l’expression ambiguë « In hominis iuribus hoc quoque numerandum est, etc.» était assortie d’une note de bas de page invitant à une comparaison de cette expression avec l’article 18 de de la Déclaration universelle des droits de l’homme : «Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion» (sous-entendu : droit à la licence irréligieuse et à l’apostasie publique)

4/ L’encyclique a été unanimement saluée par les contemporains comme une consécration de la liberté religieuse (Lucien Guissard, Introduction à «Pacem In Terris»), sans que le Vatican daigne émettre la moindre protestation.

La suite des évènements (la convocation de V2 par J23, la déclaration Dignitatis humanae) a du reste montré que J23 agissait en précurseur de la Pentecôte luciférienne consacrée par le NOM, le faux oecuménisme, Assise, etc.

( source de l’objectin et de la réfutation : questions sur Jean XXIII doctrine et actualité ).



Pour le «et en publique», il faut savoir que seule la Religion catholique a droit de cité, et que les autres religions ( qui en fait ne sont que des irréligions) ne sont que tolérées que pour éviter un plus grand mal.



De même, par la création, par Jean XXIII, du «Secrétariat pour la promotion de l’unité des chrétiens», furent ouvertes les voies vers cet oecuménisme d’origine protestante dont l’Église s’était toujours refusé d’y adhérer.

+

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Jeu 18 Sep 2014, 8:08 pm


Le 18 septembre 2014 à 16:59, Gilles Roberge a dit :

Roger, serais-tu d’ accord qu’ un catholique romain doit obéissance et fidelite envers l’ Église catholique et envers son Pasteur Suprême ? Ne m’ envoie surtout pas une réponse de 4ou 5 paragraphe pour me parler d’exception , je veux plutôt , une réponse simple et claire d’ un catholique qui vit dans une situation régulière et modoree.


En réponse :

Le 18 septembre 2014 à 19:04, Roger Boivin a dit :

Oui, absolument d’accord !

..et modérée ? qu’est-ce que vous voulez dire par modérée ?

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  ROBERT. le Jeu 18 Sep 2014, 8:13 pm

.

Situation modérée ?

Je me pose la même question que vous Roger. Question
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32185
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  gabrielle le Ven 19 Sep 2014, 7:23 am

roger a écrit:
Le 18 septembre 2014 à 16:59, Gilles Roberge a dit :

Roger, serais-tu d’ accord qu’ un catholique romain doit obéissance et fidelite envers l’ Église catholique et envers son Pasteur Suprême ? Ne m’ envoie surtout pas une réponse de 4ou 5 paragraphe pour me parler d’exception , je veux plutôt , une réponse simple et claire d’ un catholique qui vit dans une situation régulière et modoree.


En réponse :

Le 18 septembre 2014 à 19:04, Roger Boivin a dit :

Oui, absolument d’accord !

..et modérée ? qu’est-ce que vous voulez dire par modérée ?


Oui, an autant que son obéissance rendue est bien envers l'Église Catholique et son Pontife légitime.

L'exception est ce qui confirme la règle.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17756
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Ven 19 Sep 2014, 7:57 am


Le 18 septembre 2014 à 20:52, Gilles Roberge a dit :

Roger, par modéré je veux dire, dans une situation normale où il y a un pape régnant .

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  gabrielle le Ven 19 Sep 2014, 8:01 am

roger a écrit:

Le 18 septembre 2014 à 20:52, Gilles Roberge a dit :

Roger, par modéré je veux dire, dans une situation normale où il y a un pape régnant .

Ce qui n'est pas la situation présente.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17756
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Ven 19 Sep 2014, 8:14 am


Le 19 septembre 2014 à 07:12, Roger Boivin a dit :

Mais nous ne sommes pas dans une situation normal où il y a un pape régnant. Le vatican a été investi officiellement par l’ennemi et on a affaire à une lignée d’antipapes qui prêchent en acte et en parole une doctrine subversive.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  ROBERT. le Ven 19 Sep 2014, 9:59 am

gabrielle a écrit:
roger a écrit:

Le 18 septembre 2014 à 20:52, Gilles Roberge a dit :

Roger, par modéré je veux dire, dans une situation normale où il y a un pape régnant .

Ce qui n'est pas la situation présente.

Merci à M. Roberge pour ses explications.

Gabrielle, vous êtes dans le vrai.

roger a écrit:

Le 19 septembre 2014 à 07:12, Roger Boivin a dit :

Mais nous ne sommes pas dans une situation normal où il y a un pape régnant. Le vatican a été investi officiellement par l’ennemi et on a affaire à une lignée d’antipapes qui prêchent en acte et en parole une doctrine subversive.


Merci également à Roger d'expliquer la situation actuelle à M. Roberge.
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32185
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Lun 22 Sep 2014, 8:15 pm

Le 20 septembre 2014 à 18:06, Gilles Roberge a dit :
Roger, j`aurais besoin de savoir pour le moment, si tu crois ce que l`Église catholique Romaine enseigne que le « Pape tient son pouvoir directement de Dieu et que par l`assistance de l`Esprit Saint, il jouit du don de l`infaillibilité ?

Le 20 septembre 2014 à 20:19, Roger Boivin a dit :
Évidemment !
Un pape légitime, s’entend.
   
Le 20 septembre 2014 à 20:26, Roger Boivin a dit :
Je crois fermement tout ce que croit et enseigne la sainte Église catholique, apostolique et romaine, parce que c’est Dieu qui l’a dit et qu’il est la vérité même.
       
Le 21 septembre 2014 à 09:32, Roger Boivin a dit :
Ceci dit, l’église conciliaire, telle que prénomée par Montini, n’est pas l’Église catholique.
           
               
Le 21 septembre 2014 à 19:10, Gilles Roberge a dit :
Roger, d`après toi, dans la légalité d`un pape régnant,est-ce que c`est le concile qui est au-dessus du pape ou bien, si c`est le pape qui est au-dessus du concile ?
             
                   
Le 21 septembre 2014 à 22:06, Roger Boivin a dit :
En matière de foi et de morale un pape légitime ne peut aller contre un autre pape légitime.
                   
Le 22 septembre 2014 à 15:23, Gilles Roberge a dit :
Roger, je ne parle pas de pape en rapport à un autre pape. Je veux tout simplement savoir si d`après toi, c`est le pape qui est au-dessus du concile ou si c`est le concile qui est au-dessus du pape !
         
Le 22 septembre 2014 à 17:39, Roger Boivin a dit :
Un concile tient son autorité d’un pape légitime, et non l’inverse. Cependant ça ne permet pas à un autre pape légitime par la suite de réformer les vérités qu’un concile contient, car ces vérités sont sous le couvert de l’infaillibilité tout simplement parce que le pape qui préside un concile le fait en tant que docteur universel donc infaillible.

C’est pourquoi je puis dire qu’en matière de foi et de morale un pape légitime ne peut aller contre un autre pape légitime.

Le 22 septembre 2014 à 18:40, Gilles Roberge a dit :

D`accord, le pape est au-dessus du Concile et non le Concile au-dessus du pape. Pourtant, selon le Concile de Latran V (1512-1517) et le Concile de Trente (1545-1547) (1551-52) (1562-63) :« Le pape peut dispenser de toutes les lois ecclésiatiques, même si elles ont été portées par un concile, parce qu`il est le chef suprême de l`Église. Donc, le Pape seul peut convoquer un Concile, le transférer, le dissoudre ».
Pourtant , ce sont deux Concile authentifié par l`Église catholique Romaine ! A quel Église appartiens-tu Roger ?

Le 22 septembre 2014 à 20:38, Roger Boivin a dit :
Faudrait définir ce qu’est une loi ecclésiastique.

Le 22 septembre 2014 à 20:49, Roger Boivin a dit :
Voulez-vous être plus explicite, et dire le fond exacte de votre pensée.

Avant d'avoir vu son dernier message, j'ai posté cela :

Le 22 septembre 2014 à 20:23, Roger Boivin a dit :

« Du reste, cette question de la situation du pape vis-à-vis du concile œcuménique ne peut être traitée en se bornant à l’examen de ces deux idées abstraites : la supériorité ou l’infériorité, mais on doit bien plutôt la fouiller ex visceribus rei, et nous pouvons résumer notre opinion de la manière suivante : Un concile œcuménique représente l’Église tout entière. La situation du pape vis-à-vis du concile œcuménique sera donc la même que celle du pape vis-à-vis de l’Église. Or le pape est-il au-dessus ou au-dessous de l’Église ? Ni l’un ni l’autre ; le pape est dans l’Église, il appartient nécessairement à l’Église, il est sa tête et son centre. L’Église est un corps, et de même que la tête n’est ni au-dessus ni au-dessous du corps, mais qu’elle en fait partie et qu’elle en est même la partie principale, de même le pape, tête de l’Église, n’est ni au-dessus ni au-dessous d’elle ; il n’est donc ni au-dessus ni au-dessous du concile œcuménique. De même que l’organisme humain n’est plus un véritable corps, mais un tronc sans vie lorsque la tête a été coupée ; de même une assemblée d’évêques, quelque importante qu’elle soit, n’est pas un concile œcuménique si sa tête, c’est-à-dire le pape, en a été détachée. C’est donc mal poser la question que de demander si le pape est au-dessus ou au-dessous du concile œcuménique. »

(Histoire des Conciles d’après les documents originaux par Charles Joseph Hefele, docteur en philosophie et en théologie. Évêque de Rottenbourg – tome I, première partie – 1907 – page 72-73 ) https://archive.org/stream/histoiredesconci11hefele#page/72/mode/2up

Wikipédia Karl Joseph von Hefele : http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Joseph_von_Hefele
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Lun 22 Sep 2014, 10:43 pm

Pour ce qui concerne de qui est supérieur, ou du concile ou du pape,
voici, tiré d'un livre EXPOSITION DES PRINCIPES DU DROIT CANONIQUE par le cardinal Gousset,
( proposé par Mgr de Ségur dans son livre Le Souverain Pontife dans lanotation page 269 http://www.archive.org/stream/lesouverainponti00sg#page/268/mode/2up ) :





On peut en poursuivre la lecture par ce lien :

https://archive.org/stream/expositiondespr00gous#page/180/mode/2up
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Lun 22 Sep 2014, 11:07 pm

Le 22 septembre 2014 à 22:06, Roger Boivin a dit :

Correction : ma citation de C. J. Hefele, n’est point tout à fait juste, désolé !

Voici plutôt, tiré de l’ouvrage «EXPOSITION DES PRINCIPES DU DROIT CANONIQUE» du cardinal Gousset, ouvrage recommendé par Mgr de Ségur dans son livre «Le Souverain Pontife» :

« ..le Pape est supérieur au concile général, et qu’il peut, quand il le juge à propos, déroger aux canons, même des conciles généraux, en matière de discipline. »

Donc, en passant, l’on voit ici en quoi le pape peut déroger, c’est en matière de discipline.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Lun 22 Sep 2014, 11:33 pm

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Mar 23 Sep 2014, 8:43 am

Le 22 septembre 2014 à 23:15, Gilles Roberge a dit :

Bon, enfin, on avance dans la bonne direction pour le moment ,puisque après la définition du dogme par le concile du Vatican (1870) , l’ infaillibilité pontificale avait pour adversaire les Gallicans, qui mettaient les conciles généraux au-dessus du pape et qui ne regardaient les définitions pontificales comme irréformables qui si elles étaient sanctionnees par le consentement de l’ Église. Cette erreur avait son origine dans le grand chisme d’ Occident ……
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Benjamin le Mar 23 Sep 2014, 8:48 am

roger a écrit:
Le 22 septembre 2014 à 23:15, Gilles Roberge a dit :

Bon, enfin, on avance dans la bonne direction pour le moment ,puisque après la définition du dogme par le concile du Vatican (1870) , l’ infaillibilité pontificale avait pour adversaire les Gallicans, qui mettaient les conciles généraux au-dessus du pape et qui ne regardaient les définitions pontificales comme irréformables qui si elles étaient sanctionnees par le consentement de l’ Église. Cette erreur avait son origine dans le grand chisme d’ Occident ……

Non mais quel rapport ? Qu'est-ce qu'il raconte ? Décidément vous êtes tombé sur un champion du n'importe quoi, il y tient vraiment à sa porte de sortie.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6306
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Roger Boivin le Mar 23 Sep 2014, 9:01 am

Benjamin a écrit:
roger a écrit:
Le 22 septembre 2014 à 23:15, Gilles Roberge a dit :

Bon, enfin, on avance dans la bonne direction pour le moment ,puisque après la définition du dogme par le concile du Vatican (1870) , l’ infaillibilité pontificale avait pour adversaire les Gallicans, qui mettaient les conciles généraux au-dessus du pape et qui ne regardaient les définitions pontificales comme irréformables qui si elles étaient sanctionnees par le consentement de l’ Église. Cette erreur avait son origine dans le grand chisme d’ Occident ……

Non mais quel rapport ? Qu'est-ce qu'il raconte ? Décidément vous êtes tombé sur un champion du n'importe quoi, il y tient vraiment à sa porte de sortie.

Benjamin, avez-vous lu mes posts précédents page 3 de ce fil ? Si vous avez de quoi qui puisse faire débourer le sujet, afin d'avancer plus vite et dans la bonne direction surtout, j'en serais ravis. Je place ces commentaires justement à cette fin. Merci.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10714
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Roberge

Message  Benjamin le Mar 23 Sep 2014, 9:13 am

roger a écrit:
Benjamin a écrit:
roger a écrit:
Le 22 septembre 2014 à 23:15, Gilles Roberge a dit :

Bon, enfin, on avance dans la bonne direction pour le moment ,puisque après la définition du dogme par le concile du Vatican (1870) , l’ infaillibilité pontificale avait pour adversaire les Gallicans, qui mettaient les conciles généraux au-dessus du pape et qui ne regardaient les définitions pontificales comme irréformables qui si elles étaient sanctionnees par le consentement de l’ Église. Cette erreur avait son origine dans le grand chisme d’ Occident ……

Non mais quel rapport ? Qu'est-ce qu'il raconte ? Décidément vous êtes tombé sur un champion du n'importe quoi, il y tient vraiment à sa porte de sortie.

Benjamin, avez-vous lu mes posts précédents page 3 de ce fil ? Si vous avez de quoi qui puisse faire débourer le sujet, afin d'avancer plus vite et dans la bonne direction surtout, j'en serais ravis. Je place ces commentaires justement à cette fin. Merci.

Je viens de relire ce que vous avez mis en page précédente de ce fil, mais je ne vois pas où il veut en venir à part vous accuser de quelque chose d'imaginaire qui n'a aucun rapport avec ce que nous disions avant. Il s'est déjà fait moucher sur divers sujets et au lieu de simplement reconnaître qu'il a tort il s'enfonce en se lançant dans d'autres directions.

Je vais répondre sur le blog quelque chose de court et je vous reviens, je vous dirai si le blog ne publie pas mon commentaire Rolling Eyes
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6306
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum