La mère du Saint Curé d'Ars et le nouveau curé prêtre jureur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La mère du Saint Curé d'Ars et le nouveau curé prêtre jureur.

Message  Roger Boivin le Sam 09 Aoû 2014, 10:35 am



Saint Jean-Marie Vianney, confesseur

Spoiler:

Leçons des Matines avant 1960. a écrit: Jean-Marie Vianney, né au bourg de Dardilly dans le diocèse de Lyon d’une famille de pieux cultivateurs, donna, dès son enfance, de nombreux indices de sainteté. Quand, âgé de huit ans il gardait les brebis, il avait coutume, tantôt d’apprendre à d’autres enfants par sa parole et son exemple à réciter le Rosaire agenouillés devant l’image de la Mère de Dieu, tantôt de confier le troupeau à sa sœur ou à quelque autre et de se rendre dans un lieu solitaire où il vaquait plus librement à l’oraison devant une statue de la sainte Vierge. Chérissant les pauvres, il faisait ses délices de les amener par groupes dans la maison de son père et de les aider en toutes manières. Il fut confié au curé du bourg d’Écully pour recevoir l’enseignement littéraire ; mais comme ses dispositions pour l’étude étaient encore peu développées, il y rencontra des difficultés presque insurmontables. Implorant le secours divin dans le jeûne et l’oraison, il se rendit en mendiant au tombeau de saint François Régis pour demander plus de facilité à s’instruire. Après avoir suivi avec effort et peine le cours de théologie, il fut trouvé suffisamment capable pour recevoir les saints ordres.

   Nommé vicaire du bourg d’Écully, Jean-Marie s’appliqua de toutes ses forces sous la direction et à l’exemple de son curé, à atteindre les degrés les plus élevés de la perfection pastorale. Trois ans plus tard il fut envoyé au village d’Ars qui devait être rattaché peu de temps après au diocèse de Belley et, comme un ange venu du ciel, il renouvela la face de sa paroisse, la rendant florissante de toute négligée et abandonnée qu’elle était devenue. Assidu de nombreuses heures chaque jour au saint tribunal et à la direction des consciences, il établit l’usage fréquent de la sainte Communion, fonda de pieuses associations et inculqua d’une manière admirable aux âmes une tendre piété envers la Vierge Immaculée. Convaincu qu’un devoir du pasteur est d’expier les fautes du peuple à lui confié, il n’épargnait à cette fin ni prières, ni veilles, ni macérations et jeûnait continuellement. Comme Satan ne pouvait souffrir une si grande vertu de l’homme de Dieu, il le tourmenta d’abord par diverses vexations et le combattit ensuite ouvertement ; mais Jean-Marie souffrait patiemment les afflictions les plus pénibles.

   Souvent invité par les curés voisins à venir, comme le font les missionnaires, pourvoir au salut des âmes en prêchant et en entendant les confessions, il était toujours prêt à rendre service à tous. Enflammé de zèle pour la gloire de Dieu, il réussit à établir les missions avec les exercices pieux qu’elles comportent, en plus de cent paroisses et à les assurer par des fondations. Entretemps Dieu faisait éclater le mérite de son serviteur par des miracles et des dons surnaturels. Telle fut l’origine de ce célèbre pèlerinage qui durant vingt ans fit affluer à Ars près de cent mille hommes de toute condition et de tout âge venus, non seulement de la France et de l’Europe mais même des régions les plus éloignées de l’Amérique. Épuisé moins par la vieillesse que par les labeurs, il mourut au jour qu’il avait prédit, le 4 août de l’an mil huit cent cinquante - neuf, dans le baiser du Seigneur étant âgé de soixante-treize ans. Beaucoup de miracles l’ayant signalé, il fut béatifié par Pie X et canonisé par Pie XI en l’année jubilaire mil neuf cent vingt-cinq. Le même Pape étendit sa fête à l’Église universelle.

http://messe.forumactif.org/t5561p90-sanctoral#108298




Un petit fait tiré de la vie du saint Curé d’Ars, par l’Abbé Francis Trochu, publié en 1926, pages 15 et 16 :

« Sur les entrefaites, les Vianney reçurent la visite d’une parente d’Écully. « Ah ! mes amis que faites-vous ? leur dit-elle en apercevant qu’ils allaient à la messe des jureurs. Les bons prêtres ont refusé le serment. Ils sont chassés, persécutés, obligés de fuir. C’est à ceux-là qu’il faut vous adresser. Votre curé nouveau s’est séparé par son serment de l’Église catholique : il n’est pas votre pasteur ; vous ne pouvez pas le suivre. »

Mise comme hors d'elle-même par cette révélation, la mère ne craignit pas d'aborder le malheureux prêtre et de lui reprocher son divorce d’avec la véritable Église. Lui rappelant l’évangile où il est écrit que la branche détachée de la vigne sera jetée au feu, elle l’amena à cet aveu : « C’est vrai, Madame, le cep vaut mieux que le serment. »

Marie Vianney dut expliquer aux siens la faute de ce malheureux prêtre ; car il est conté que le petit Jean-Marie « montra son horreur pour le péché du jour où il se mit à fuir le curé assermenté ». Dès lors aussi l’église paroissiale, reliquaire de tant de chers souvenirs, où les parents s’étaient mariés, où les enfants avaient été baptisés, cessa d’être pour la famille Vianney un rendez-vous de prière. »

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10564
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mère du Saint Curé d'Ars et le nouveau curé prêtre jureur.

Message  gabrielle le Sam 09 Aoû 2014, 12:45 pm

Nous suivons leurs traces!
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mère du Saint Curé d'Ars et le nouveau curé prêtre jureur.

Message  ROBERT. le Sam 09 Aoû 2014, 1:31 pm

gabrielle a écrit:Nous suivons leurs traces!

Deo Gratias !
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31843
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum