La tribulation produit la patience; la patience, l’épreuve; et l’épreuve, l’espérance…. (Romains V, 3-5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La tribulation produit la patience; la patience, l’épreuve; et l’épreuve, l’espérance…. (Romains V, 3-5)

Message  ROBERT. le Dim 20 Juil 2014, 11:39 am

.
http://messe.forumactif.org/t5644-temps-apres-la-pentecote#107728

6e dimanche après la Pentecôte

Lecture du saint Évangile selon saint Marc.

En ce temps-là : Comme il y avait avec Jésus une nombreuse foule qui n’avait pas de quoi manger, il appela ses disciples et leur dit : J’ai compassion de cette foule, car voilà trois jours déjà qu’ils restent près de moi, et ils n’ont rien à manger. Et le reste.

Homélie de saint Ambroise, Évêque.

Spoiler:

C’est après que cette femme qui figurait l’Église, eut été guérie d’un flux de sang ; c’est après que les Apôtres eurent été choisis pour prêcher l’Évangile du royaume de Dieu, que Jésus-Christ distribua l’aliment de la grâce céleste. Et remarquez à qui il le dispense : ce n’est point à ceux qui demeurent oisifs, à ceux qui restent dans la ville, c’est-à-dire à ceux qui s’attardent dans la synagogue ou se complaisent dans les honneurs du siècle ; mais c’est à ceux qui, pour chercher le Christ, pénètrent jusqu’au désert. Ceux qui surmontent toute répugnance, ceux-là sont accueillis par le Christ, c’est avec eux que le Verbe de Dieu s’entretient, non des affaires de ce monde, mais du royaume de Dieu. Et si parmi eux il en est qui soient affligés de quelque infirmité corporelle, il leur accorde d’abord le bienfait de la guérison.

Il était naturel qu’il tint en réserve un aliment spirituel, pour faire cesser le jeûne de ceux dont il venait de guérir les blessures. Personne donc ne reçoit la nourriture du Christ, s’il n’a d’abord été guéri, et tous ceux qui sont appelés au banquet, sont auparavant guéris par l’appel divin. Celui qui était boiteux a reçu, pour venir, la faculté de marcher ; celui qui était privé de la vue n’a pu entrer dans la maison du Seigneur, qu’après que la lumière lui a été rendue.

C’est donc un ordre mystérieux toujours observé : d’abord la rémission des péchés guérit les blessures spirituelles, ensuite la céleste nourriture est accordée avec largesse. Et cependant, cette foule n’est pas encore appelée à se nourrir des aliments les plus substantiels : ces cœurs, vides d’une foi solide, ne sont pas restaurés par le corps et le sang du Christ. « Je ne vous ai donné que du lait, dit l’Apôtre, vous ne pouviez encore supporter autre chose, et d’ailleurs vous en êtes encore incapables ». Ici, les cinq pains rappellent le lait : la nourriture plus substantielle, c’est le corps du Christ ; le breuvage plus fortifiant, c’est le sang du Seigneur.

Note de gabrielle: De nos jours, les cœurs remplis d'une foi solide, sont nourris spirituellement du Corps et du Sang de Notre-Seigneur. La confession de la Foi est notre aliment et par la grâce de Dieu, elle nous conduira dans les Demeures Éternelles.

Exactement Gabrielle !

Sachant que la tribulation produit la patience; la patience, l’épreuve; et l’épreuve, l’espérance;

Or l’espérance ne confond point parce que la charité de Dieu…
 
(Romains V, 3-5. — Glaire.)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32171
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum