MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Te Deum :: Te Deum :: ART :: Musique

Aller en bas

MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Roger Boivin le Mar 01 Juil 2014, 11:11 am


MOZART LIBRE PENSEUR :

https://archive.org/stream/erreursetmensong04bartuoft#page/148/mode/2up


( ERREURS ET MENSONGES HISTORIQUES, Quatrième série, page 149. )



Mozart était donc franc-maçon ? ... Oui, et ce n'est pas M. de Bury qui songerait à lui en faire un crime, encore moins un reproche, ni non-plus, hâtons-nous de le déclarer. Ainsi qu'il ressort des dernières lettres de sa correspondance, Mozart était non seulement franc-maçon, mais encore il détermina son père à le devenir lui-même : tout ici s'explique, le mieux du monde, par la date de la réception. Mozart fut admis en 1785. « A cette époque, la franc-maçonnerie n'apparaissait au milieu des bons Viennois que comme une simple association de bienfaisance, comme une sorte de société de secours mutuels, qui n'avait aucun caractère politique ni religieux. L'état précaire où se trouvait habituellement Mozart, la candeur même de son caractère, qui ne soupçonnait le mal nulle part, purent lui faire accepter avec ardeur le droit et l'espoir de participer aux bienfaits d'une société philanthropique, promettant de venir en aide à ses besoins, en ménageant son amour-propre.

Comme le dit très bien M. Goshler : « Il y a tout un abîme entre le franc-maçon philanthrope de 1785 et le franc-maçon de 93. »

https://archive.org/stream/erreursetmensong04bartuoft#page/168/mode/2up



Dernière édition par roger le Mar 01 Juil 2014, 11:48 am, édité 2 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11175
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Benjamin le Mar 01 Juil 2014, 11:45 am

Wiki a écrit:
Le 14 décembre 1784, Mozart entre en franc-maçonnerie dans la Loge de la Bienfaisance, et accède au grade de maître, le 13 janvier 1785 (19). Très épris des idéaux de la maçonnerie, il écrit par la suite plusieurs œuvres pour ses frères maçons, dont Die Maurerfreude (La Joie des maçons, K 471) en février 1785, la Maurerische Trauermusik (Musique funèbre maçonnique, K 477) en novembre 1785, et surtout, en 1791, La Flûte enchantée (dit opéra maçonnique) KV 620, qui serait une transcription de l'initiation à la franc-maçonnerie avec ses épreuves, son maître de cérémonie, la répétition de thèmes avec trois notes et une musique évoquant l'idéal maçonnique.

(19) Article « Mozart, Wolfgang Amadeus » in Éric Saunier, sous la direction, Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Librairie générale française, La Pochotèque, 2008 (2000), page 590.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Benjamin le Mar 01 Juil 2014, 11:53 am

Mozart était donc franc-maçon ? ... Oui, et ce n'est pas M. de Bury qui songerait à lui en faire un crime, encore moins un reproche, ni non-plus, hâtons-nous de le déclarer. (...) tout ici s'explique, le mieux du monde, par la date de la réception. Mozart fut admis en 1785. « A cette époque, la franc-maçonnerie n'apparaissait au milieu des bons Viennois que comme une simple association de bienfaisance, comme une sorte de société de secours mutuels, qui n,avait aucun caractère politique ni religieux. L'état précaire où se trouvait habituellement Mozart, la candeur même de son caractère, qui ne soupçonnait le mal nulle part, rurent lui faire accepter avec ardeur le droit et l'espoir de participer aux bienfaits d'une société philanthropique, promettant de venir en aide à ses besoins, en ménageant son amour-propre.

Comme le dit très bien M. Goshler : « Il y a tout un abîme entre le franc-maçon philanthrope de 1785 et le franc-maçon de 93. »

https://archive.org/stream/erreursetmensong04bartuoft#page/168/mode/2up

Euh, désolé, mais en 1785 la F.-M. avait déjà été condamnée par les Papes dans les documents suivants :

S.S. Clément XII : In Eminenti -- 28 Avril 1738
S.S. Benoît XIV : Providas -- 16 Mars 1751
S.S. Clément XIII : A. Quodie -- 14 Sept. 1758
S.S. Clément XIII : Ut Primum -- 3 Sept. 1759
S.S. Clément XIII : Christianae Reipublicae Salus -- 25 Nov. 1766
S.S. Pie VI : Inscrutabile -- 25 Déc. 1775
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Roger Boivin le Mar 01 Juil 2014, 2:10 pm



Donc cet auteur, soit qu'il est naïf ou mal renseigné ou trop condescendant.

Pourtant il arbore un Bref de Sa Sainteté le Pape Pie IX, qui lui est adressé, au début de son tome :

https://archive.org/stream/erreursetmensong04bartuoft#page/n7/mode/2up



Il y a ce livre ici qui en dit très long sur cette histoire :

LA FLUTE ENCHANTÉE DE MOZART : https://archive.org/stream/laflteenchant00kuff#page/n7/mode/2up
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11175
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Benjamin le Mar 01 Juil 2014, 2:23 pm

roger a écrit:Pourtant il arbore un Bref de Sa Sainteté le Pape Pie IX, qui lui est adressé, au début de son tome :

https://archive.org/stream/erreursetmensong04bartuoft#page/n7/mode/2up

On peut y lire :

S.S. Pie IX a écrit:
C'est pourquoi, bien que - chargé de tant d'affaires très-graves, - Nous n'ayons pas encore pu lire l'ouvrage que vous Nous avez offert et que vous avez intitulé : Erreurs et mensonges historiques, cependant Nous approuvons pleinement votre but.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Roger Boivin le Mar 01 Juil 2014, 2:29 pm

Benjamin a écrit:
roger a écrit:Pourtant il arbore un Bref de Sa Sainteté le Pape Pie IX, qui lui est adressé, au début de son tome :

https://archive.org/stream/erreursetmensong04bartuoft#page/n7/mode/2up

On peut y lire :

S.S. Pie IX a écrit:
C'est pourquoi, bien que - chargé de tant d'affaires très-graves, - Nous n'ayons pas encore pu lire l'ouvrage que vous Nous avez offert et que vous avez intitulé : Erreurs et mensonges historiques, cependant Nous approuvons pleinement votre but.

Si le Pape Pie IX n'avait pas lu son ouvrage, moi je n'avais pas lu le bref  Laughing 

Merci Benjamin.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11175
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  ROBERT. le Mar 01 Juil 2014, 2:42 pm

Benjamin a écrit:  …Euh, désolé, mais en 1785 la F.-M.  avait déjà été condamnée par les Papes dans les documents suivants :

S.S. Clément XII : In Eminenti -- 28 Avril 1738
S.S. Benoît XIV : Providas -- 16 Mars 1751
S.S. Clément XIII : A. Quodie -- 14 Sept. 1758
S.S. Clément XIII : Ut Primum -- 3 Sept. 1759
S.S. Clément XIII : Christianae Reipublicae Salus -- 25 Nov. 1766
S.S. Pie VI : Inscrutabile -- 25 Déc. 1775
 
Bons arguments Benjamin. Les Papes n'ont pas condamné la F.M. à cause de la philanthropie.

La philanthropie  des F.M. a pour but, sous couvert de prodiguer des "soins" à l’humanité,

d’infester le monde de cette vieille idée diabolique qu’est justement la F.M.

Je ne vois pas quel "abîme" sépare  le f.m. de 1785 et celui de 1793 !  Very Happy 

A ce que je sache la F.M. a été condamnée après 1793, non ?
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33493
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Roger Boivin le Ven 31 Oct 2014, 8:20 am

LA FRANC-MAÇONNERIE - LES INITIÉS ET LES DUPES : http://dlib.rsl.ru/viewer/01004448491#?page=372

La plupart des adepts ignorent le but poursuivit : voir le no 577 : http://dlib.rsl.ru/viewer/01004448491#?page=467


Tiré de cet ouvrage :


FRANC a écrit:
La Cité antichrétienne au XIXème siècle, La franc-maçonnerie, Tome 1 et 2, par D. P. Benoit, Paris, 1886 :

http://dlib.rsl.ru/viewer/01004448491#?page=1

Il y a la partie I du tome I, en ce PDF : http://www.liberius.net/livres/Les_erreurs_modernes_%28tome_1%29_000000069.pdf

Biographie du Père Benoit : http://www.biographi.ca/fr/bio/benoit_paul_14F.html

Était-ce le cas de Mozart ?
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11175
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  gabrielle le Ven 05 Déc 2014, 7:51 am

Quel impact cela a-t-il avec la musique de Mozart?
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17831
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Benjamin le Ven 05 Déc 2014, 8:10 am

gabrielle a écrit:Quel impact cela a-t-il avec la musique de Mozart?

Au moins une partie de sa musique après son entrée dans la F.-M. est inspirée par la F.-M.

Voici le genre de choses qu'on peut lire à ce sujet, même si j'avoue que je n'ai pas creusé la chose car personnellement je vis très bien sans Mozart donc je m'en moque un peu... :

Page wiki parlant de la flûte enchantée a écrit:
(...) Ces accords rappellent aussi les coups frappés à l'entrée de la loge maçonnique et rendent ainsi manifestes les trois points de la franc-maçonnerie (voir la section Analyse esthétique). En effet, Mozart, qui était franc-maçon, avait décidé de faire l'apologie de cet ordre initiatique, dans une œuvre qui lui est entièrement consacrée [4].

(...)

La Flûte enchantée est le prolongement d’une collaboration de Mozart avec la compagnie du Theater auf der Wieden, un nouveau théâtre dans les faubourgs de Vienne7, dirigé par Emanuel Schikaneder. (...) Schikaneder a mis en scène d'une manière originale, la sienne, un conte de Wieland, "Lulu oder die Zauberflöte" (1786), qui est un conte de fée et y a ajouté des éléments d'une initiation à la maçonnerie, mélangeant les genres buffa et séria (l'air de la Reine de la nuit), avec éclectisme. Goethe a été enthousiasmé par le résultat, produisant cet opéra si particulier 94 fois à Weimar et ayant le projet de lui écrire une suite. Goethe comparait Mozart à Raphaël [9].

(...)

La Flûte enchantée est, d’après le musicologue Alain Patrick Olivier, une œuvre collective résultant de la collaboration de Mozart avec la plupart des autres participants avec lesquels il entretenait des liens familiaux, fraternels ou idéologiques [11]. L’œuvre serait la réalisation en acte d’un principe maçonnique fondamental consistant à réaliser en commun un travail à destination spirituelle.

(...)

Les thèmes abordés dans cet opéra sont pour beaucoup empruntés au rituel d'initiation de la franc-maçonnerie dont Mozart et le librettiste Emmanuel Schikaneder faisaient partie bien que, pour Schikaneder, celui-ci en ait été chassé, n'ayant jamais dépassé le grade de compagnon. Le parcours initiatique de Tamino et Pamina (voués au dieu Min) dans le Temple de Sarastro est inspiré des cérémonies d'initiation maçonnique au sein d'une loge.

Dans son ouvrage La Flûte enchantée, opéra maçonnique (éditions Robert Lafont), le musicologue Jacques Chailley explore les riches allusions musicales aux symboles maçonniques. Rien que dans les premières notes de l'ouverture, on reconnaît le rythme 5 (-/--/--) symbolisant les femmes puis se succèdent trois accords, chacun répété trois fois, dans une tonalité en mi bémol majeur comportant trois bémols à la clef. On peut y voir une allusion au nombre de l'Apprenti, symbolisant l'harmonie de la trinité Osiris, Isis et Horus assurant l'unité et l'équilibre du monde.

Mozart, franc-maçon dévoué à l'initiation, décide d'écrire une œuvre retraçant les grands mystères et célébrant enfin les noces alchimiques annoncées dans les opéras initiatiques que sont Les Noces de Figaro, Don Juan et Cosi fan tutte. Le compositeur rêve de ressusciter l'initiation égyptienne perdue et si importante à ses yeux pour la paix du Monde. Il veut redonner la place aux femmes, oubliées et pourtant au centre des croyances initiatiques. Certains observateurs estiment que le génie de Mozart s'exprime pleinement dans cet opéra qui atteint une perfection inégalée auparavant parce qu'il transporte l'auditeur au sein d'un rituel initiatique.

Un peu avant la fin de l'initiation, dans la troisième scène du Finale (acte 2, vingt-huitième entrée), au moment où Tamino est conduit au pied de deux très hautes montagnes par deux hommes en armure, Mozart fait aussi entendre le choral luthérien Ach Gott, vom Himmel sieh darein (Ô Dieu, du ciel regarde vers nous).

(...)

[4] Jacques Chailley, La flûte enchantée, opéra maçonnique, Robert Laffont, 1991.
[9] Dictionnaire Mozart de Dermoncourt, Robert Laffont, 2005
[11] Une œuvre collective? La genèse de Die Zauberflöte et le Theater auf der Wieden, L'Avant-Scène Opéra, no 196, 2000, p. 110.

Bon, c'est wiki, mais franchement... Rolling Eyes Ce genre de trucs je m'en passe allègrement.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Roger Boivin le Ven 05 Déc 2014, 8:34 am

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11175
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  gabrielle le Ven 26 Déc 2014, 8:09 am

Perso Mozart n'est pas un compositeur que j'apprécie et ce même juste au niveau sonore.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17831
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Benjamin le Ven 26 Déc 2014, 9:08 am

gabrielle a écrit:Perso Mozart n'est pas un compositeur que j'apprécie et ce même juste au niveau sonore.

Mieux vaut écouter ceci :

http://messe.forumactif.org/t5992-anton-bruckner-musicien-catholique#110262

Wink
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  gabrielle le Ven 26 Déc 2014, 9:13 am

Benjamin a écrit:
gabrielle a écrit:Perso Mozart n'est pas un compositeur que j'apprécie et ce même juste au niveau sonore.

Mieux vaut écouter ceci :

http://messe.forumactif.org/t5992-anton-bruckner-musicien-catholique#110262

Wink

Je fais le faire.. peux-tu me dire où est la musique que tu avais mis ( tu aimais bien) ... je ne la trouve plus
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17831
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Benjamin le Ven 26 Déc 2014, 9:16 am

gabrielle a écrit:
Benjamin a écrit:
gabrielle a écrit:Perso Mozart n'est pas un compositeur que j'apprécie et ce même juste au niveau sonore.

Mieux vaut écouter ceci :

http://messe.forumactif.org/t5992-anton-bruckner-musicien-catholique#110262

Wink

Je fais le faire.. peux-tu me dire où est la musique que tu avais mis ( tu aimais bien) ... je ne la trouve plus

Si tu cliques sur le lien que je viens de donner dans mon post, tu verras une vidéo dans le post de Roger, c'est celle que j'avais mise ailleurs : Roger l'a reprise pour la mettre dans la section "Musique"...
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Roger Boivin le Lun 05 Sep 2016, 7:42 pm



Citons encore l'illustre Mozart, l'un des rois de l'art musical. Né à Salzbourg en 1756, mort en 1791, jamais il n'oublia son éducation chrétienne. Chaque jour il récitait le chapelet. L'image de la mort ne l'épouvanta jamais ; il aimait à en entretenir sa pensée, comme on en possède le témoignage dans la dernière des lettres écrites par lui. — « Comme la mort, à bien prendre les choses, est le vrai but de la vie, je me suis tellement familiarisé avec ce véritable ami de l'homme, que son image, loin d'être effrayante pour moi, n'a plus rien que de doux et de consolant. Je remercie Dieu de m'avoir accordé la grâce de connaître la mort comme la clef de notre véritable béatitude. Je ne me mets jamais au lit sans penser que, tout jeune que je suis, je peux ne point me réveiller le lendemain. Et cependant aucun de ceux qui me connaissent ne pourra dire que, dans l'habitude de la vie, je sois pour cela morose ou triste. Je rends grâces tous les jours au Créateur de ce bonheur, et le souhaite à tous les hommes mes frères... »




DOULEURS DE LA VIE, LA MORT, LE PURGATOIRE, ESPÉRANCE ET CONSOLATION - Par V. Postel, Prélat de la Maison de Sa Sainteté, Chanoine et Vicaire Général d'Alger, Chanoine honoraire de Xancy, Docteur en Théologie, Missionnaire apostolique - Avec Approbation - 1884 :

https://archive.org/stream/lesdouleursdelav00post#page/192/mode/2up

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11175
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  Benjamin le Mar 06 Sep 2016, 6:27 am

Roger Boivin a écrit:

Citons encore l'illustre Mozart, l'un des rois de l'art musical. Né à Salzbourg en 1756, mort en 1791, jamais il n'oublia son éducation chrétienne. Chaque jour il récitait le chapelet.

(...)

https://archive.org/stream/lesdouleursdelav00post#page/192/mode/2up

Ah oui, et donc c'est pour cela qu'il est devenu F.-M. après que la maçonnerie ait déjà été condamnée par six documents pontificaux, qu'il mettait des clins d'œil à la maçonnerie dans la musique qu'il écrivait, et c'est pour cela aussi qu'il a mis un choral luthérien dans une de ses "œuvres" sans doute ?  Rolling Eyes  :

Chose déjà citée ci-dessus a écrit:
Un peu avant la fin de l'initiation, dans la troisième scène du Finale (acte 2, vingt-huitième entrée), au moment où Tamino est conduit au pied de deux très hautes montagnes par deux hommes en armure, Mozart fait aussi entendre le choral luthérien Ach Gott, vom Himmel sieh darein (Ô Dieu, du ciel regarde vers nous).

http://messe.forumactif.org/t5704-mozart-ne-fut-pas-libre-penseur-et-franc-macon-oui-mais-ca-s-explique#112357

Page wiki de la chose luthérienne en question a écrit:
"Ach Gott, vom Himmel sieh darein" ("Oh God, look down from heaven") is a Lutheran chorale of 1524, with words written by Martin Luther paraphrasing Psalm 12. It was published as one of eight songs in 1524 in the first Lutheran hymnal, the Achtliederbuch, which contained four songs by Luther, three by Speratus, and one by Justus Jonas. It was contained in 1524 in the Erfurt Enchiridion. It is part of many hymnals, also in translations. The text inspired vocal and organ music by composers such as Heinrich Schütz, who set it as part of his Becker Psalter, and Johann Sebastian Bach, who based a chorale cantata on it. Mozart used one of its tunes in his opera The Magic Flute.

Question

Roger a écrit:
Par V. Postel, Prélat de la Maison de Sa Sainteté, Chanoine et Vicaire Général d'Alger, Chanoine honoraire de Xancy,

Lire "Nancy" (en Lorraine).
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  ROBERT. le Mar 06 Sep 2016, 11:35 am


Citons encore l'illustre Mozart, l'un des rois de l'art musical. Né à Salzbourg en 1756, mort en 1791, jamais il n'oublia son éducation chrétienne. Chaque jour il récitait le chapelet.

(...)

https://archive.org/stream/lesdouleursdelav00post#page/192/mode/2up

Fidel Castro, de mémoire, récitait aussi le chapelet.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33493
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  ROBERT. le Mar 06 Sep 2016, 2:26 pm

ROBERT. a écrit:

Citons encore l'illustre Mozart, l'un des rois de l'art musical. Né à Salzbourg en 1756, mort en 1791, jamais il n'oublia son éducation chrétienne. Chaque jour il récitait le chapelet.

(...)

https://archive.org/stream/lesdouleursdelav00post#page/192/mode/2up

Fidel Castro, de mémoire, récitait aussi le chapelet.

Et, comme le dit Saint Jean Chrysostôme, de mémoire:

Ce n'est pas comment on commence qui est important, c'est comment on finit...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33493
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: MOZART ne fut pas libre penseur. Et franc-maçon ? Oui, mais ça s'explique.

Message  ROBERT. le Ven 09 Sep 2016, 1:15 pm

ROBERT. a écrit:  Et, comme le dit Saint Jean Chrysostôme, de mémoire:

Ce n'est pas comment on commence qui est important, c'est comment on finit...

.

Saint Jean Chrysostôme a écrit:
IL NE SUFFIT PAS DE BIEN COMMENCER, IL FAUT AUSSI BIEN FINIR.
.
http://messe.forumactif.org/t5986p25-commentaires-de-i-corinthiens-par-saint-jean-chrysostome#110533`
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33493
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Te Deum :: Te Deum :: ART :: Musique

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum