Le Saint Concile de Trente : Table des matières

Aller en bas

Le Saint Concile de Trente : Table des matières

Message  Louis le Ven 14 Fév 2014, 5:49 pm



Ouverture du Concile de Trente.
Ce que c'est que le Pape.
Ce qu'il a fait.
Historiens du concile de  Trente : Fra-Paolo et Pallavicin.
Négociations de Clément VII pour l’ouverture du concile.
Négociations plus heureuses de Paul III pour le même sujet.
Discours  préliminaire de Dominique Soto.
Séance d’ouverture. Discours de l’évêque de Bitonto. Observations sur certaines critiques.
Seconde session. Discours de l’évêque de Saint-Marc.
Exhortation des légats. Décret sur la manière de vivre dans le concile. Deux oppositions à ce décret.
Discussions sur le titre de représentant l’Église universelle.
Discussion sur le point de savoir si l’on commencerait par le dogme ou par la réforme. On décide de traiter à la fois des deux choses.
Troisième session. Discours du Dominicain Antoine Polite. Profession de foi de tout le concile.
Dernières actions et mort de Luther, de Georges Spalatin et Justus Jonas.
Caractère de Luther  suivant Pallavicin.
Caractère de la nation allemande.
Après avoir promis de se soumettre au concile, les Luthériens font la guerre à l’empereur. Intérim de Charles-Quint.
Variations et contradictions de Bucer, d’Osiander et de Flacius Illyricus.
L’Église catholique au concile de Trente.
Quatrième session. Discours sur l’Écriture sainte.
Décret de réformation.  —  De l'établissement et entretien des lecteurs en théologie et maîtres ès arts libéraux.
Décret sur la prédication.
Le concile partagé en trois congrégations. Affaire de Vergério.
Insinuation mensongère de Fra-Paolo.
Marc-Jérôme Vida, évêque de Crémone.
Louis Lippoman, évêque de Vérone.
Cinquième session. Décret sur le péché originel. Réflexions à cet égard.
Guerre civile en Allemagne. Victoires de Charles-Quint sur les protestants.
Vivacité extrême d’un évêque de Trente.
Sixième session. Décrets et canons sur la justification.
Différence entre Luther et le concile.
Chapitres de réformation sur la résidence ecclésiastique.
Sagesse pratique du Pape et du concile.
Septième session. Doctrines et canons sur les sacrements en général, sur le Baptême et la Confirmation.
Décrets de réformations ou de discipline, avec une clause remarquable. Translation et interruption du concile.

Conduite de Charles-Quint envers le Pape et le concile.
Politique peu honorable de la France.
Reflet de la France dans Marot et Rabelais.
Première cause de l’opposition que le concile de Trente rencontre en France.
Opinion du protestant Cobbet sur la mort de Henri VIII et l’avènement d’Édouard.
Omission d’une cérémonie importante dans l’inauguration d’Edouard VI. Origine anglicane de l’absolutisme royal ou despotisme.
Fernand Cortez fait la conquête du Mexique et y remplace les sacrifices humains par la civilisation chrétienne.
Conquête du Pérou par François Pizarre.
Si aucune politique, philosophie ou religion moderne peut blâmer ces conquérants aventureux.
Témoignage du protestant Robertson sur la conduite des missionnaires catholiques dans le Nouveau-Monde.
Premier synode au Mexique. Propagation de la foi, érection d’évêchés au Mexique, Pérou, Brésil.
Saint-Louis Bertrand, de l’ordre de Saint-Dominique, apôtre du Nouveau-Monde.
Travaux apostoliques de saint François-Xavier, au Japon.
Il entreprend le voyage et la conversion de la Chine, et meurt dans l’île de Sancian.
Miracles qu’il opère avant sa mort. Sa canonisation.
Respect qu’il inspire aux Mahométans et aux païens. Témoignages que lui rendent les protestants. Qu’en conclure ?
Projet du saint. La Providence y dispose les peuples.

Mort et caractère de Paul III.
Election de Jules III. Ses soins pour la reprise du concile.
Politique peu française et peu franche du roi Henri II envers le concile et le Pape.
Treizième session. Décrets et canons dogmatiques sur le sacrement de l’Eucharistie.
Sauf-conduit pour les protestants.
Quatorzième session. Doctrine et canons sur les sacrements de Pénitence et d’Extrême-Onction.
Décrets disciplinaires du concile pour élever le pouvoir des évêques au-dessus des difficultés et des chicanes dans la restauration ecclésiastique. Les causes graves des évêques sont réservées directement au Pape.
Seconde suspension du concile.

Charles-Quint, trahi par son favori Maurice de Saxe, délaissé de la fortune, vaincu par la goutte, déçu dans tous ses projets, cède l’empire à son frère Ferdinand, ses états héréditaires avec le Nouveau-Monde à son fils Philippe II, et se retire au monastère de Saint-Just, où il célèbre ses propres obsèques et meurt.
Quel était l’esprit politique de l’Europe. Tâche difficile de l’Église.
Variations religieuses de l’Angleterre à la mort de Henri VIII et sous le règne d’Édouard VI.
Quatre évêques fidèles.
Vraies causes de ces innovations, malgré le clergé et le peuple.
Les novateurs brûlent une dissidente.
Persécution contre les pauvres.
Le pape-roi Édouard VI signe la mort de ses deux oncles.
Ce que le protestant Cobbet dit à ce sujet. Mort d’Édouard VI.
Avènement de la reine Marie.
Elle épouse le prince d’Espagne, Philippe II.
Rétablissement de la religion catholique en Angleterre. Légation du cardinal Polus.
Ce que signifie au juste Persécution et Martyr.
Poursuites légales de la reine Marie contre certains hérétiques, entre lesquels Latimer et Cranmer, d’après le protestant Cobbet.
Mort de la reine Marie.
Mort de l’évêque et chancelier Gardiner.
Mort du cardinal Polus. Ses vertus, ses talents, ses ouvrages.
Mort de Jules III. Il ne répond pas à la haute idée qu’il avait fait concevoir étant cardinal.
Court pontificat de Marcel II.
Avènement de Paul IV. Ses vertus, ses défauts.  
Accord de la prudence et de la simplicité chrétiennes.
Paul IV reçoit l’obédience de l’Angleterre.
État critique de la France. Mort de Henri II. Trois partis : les huguenots sous les Bourbons, les Politiques sous les Montmorency, et les catholiques sous les princes de Lorraine.
François de Lorraine, duc de Guise, lieutenant général du royaume.
Apostasie d’Élisabeth d’Angleterre et de son parlement. Fidélité des évêques anglais, hormis un seul.
Nouveau clergé intrus et schismatique.
Gouvernement papal de la reine papesse, d’après le protestant Cobbet.
Suites funestes en France de la politique française. Français renégats ou huguenots. Assassinat du président Minard. Exécution du prêtre apostat Dubourg. Les huguenots s’engagent à la révolte par le conseil  de leurs prédicants. Leur conjuration d’Amboise réprimée par le duc de Guise.
Variations sanglantes et serviles de l’Allemagne protestante entre le parti luthérien et le parti calviniste, notamment en Prusse, sous le moine apostat Albert de Brandebourg. Exécutions atroces.
Pourquoi les protestants d’Allemagne ne rougissent pas de cette partie de leur histoire.
Conversion de plusieurs protestants instruits : Georges Wicélius, Vitus Amerbach, Frédéric Staphilus, Théobald Thamer.
Commencements, vertus, travaux littéraires et apostoliques du Jésuite Canisius, apôtre de l’Allemagne.
L’empereur Ferdinand lui demande un catéchisme.
Extraits de ce chef-d’œuvre, où est réfutée avec ensemble toute la prétendue réforme.
Succès de Canisius à Augsbourg.
Fondation du Collège germanique à Rome par saint Ignace.
Fondation par saint Ignace du Collège romain pour l’univers entier.
Saint Ignace procure des missionnaires à l’Église dans toutes les parties du monde, notamment en Corse et en Éthiopie, où le Pape institue un Jésuite patriarche et deux autres évêques.
Le Jésuite Laynez.
Dernières actions et mort de saint Ignace. On lui donne Laynez pour successeur.
Dernières actions et mort du Pape Paul IV.
Élection de Pie IV. Procès des neveux de son prédécesseur.
Commencements de Pie IV.
Famille et commencements de saint Charles Borromée.
Négociations du nouveau Pape pour la reprise du concile de Trente.
Dix-septième et dix-huitième sessions.
Insistance de l’archevêque de Bragues pour la réformation des cardinaux.
Réception des ambassadeurs. Joie du concile au sujet de la France.
Colloque de Poissy. Sage conduite et excellent discours du Jésuite Laynez.
Paroles sanguinaires de Calvin à ce propos.
Le Père Edmond Auger et d’autres Jésuites en France.
Les Jésuites établissent un collège à Paris. Leur succès dans l’enseignement d’après l’historien de l’université Boulay, d’Alembert et le protestant Ranke.
Arrivée des ambassadeurs français à Trente. Dix-neuvième et vingtième sessions. Discours et demandes des ambassadeurs français et ceux de l’empereur. Les Français donnent lieu à des plaintes.
Vingt et unième session. Doctrine et canons touchant la communion sous les deux espèces et celle des enfants.
Congrégation préparatoire à la session suivante.
L’Assyrie orientale, dans la personne de son patriarche Abd-Isu, se soumet au Pape Pie IV, qui érige de nouveaux évêchés dans l’Amérique et dans l’Inde.
Vingt-deuxième session. Doctrine et canons touchant le saint sacrifice de la messe.
Décret touchant les choses qu’il faut observer et éviter dans la célébration de la messe. Le concile réserve au Pape de permettre ou non l’usage du calice aux laïques.
Arrivée du cardinal de Lorraine et des évêques français. Discussions sur l’origine immédiate de la juridiction épiscopale.
Mort du cardinal de Mantoue et du cardinal Séripand, présidents du concile.
Difficulté sur la préséance entre les ambassadeurs.
Vingt-troisième session. Doctrine et canons touchant le sacrement de l’Ordre.
Universalité historique et doctrinale de l’Église de Dieu.
Conséquences que tire de là un politique anglais.
Décrets des sessions 21, 22 et 23 pour la réformation ecclésiastique.
Décret mémorable pour l’établissement des séminaires. Réflexions à ce sujet.
Discussions au sujet des mariages.
On propose la réformation des princes. Ils ne veulent pas entendre de cette oreille. Ce qui est à conclure de là.
Mot du Pape sur la pluralité des bénéfices.
Vingt-quatrième session. Doctrine et canons touchant le sacrement de Mariage.
Dix chapitres de réformation concernant le Mariage.
Vingt et un autres chapitres sur différents objets de réforme. Le seizième sur les devoirs du Chapitre pendant la vacance du siège.
Vingt-cinquième et dernière session. Excellent résumé des travaux du concile par l’évêque de Nazianze, coadjuteur de Famagouste.
Décret touchant le purgatoire.
De l'invocation, de la vénération et des reliques des saints, et des saintes images.
Décret de réformation touchant les religieux et les religieuses.
Décret concernant la réformation générale.
Chapitre contre le duel.
Chapitre et exhortation aux princes.
Le dernier chapitre porte : Qu'en toutes choses l'autorité du Siège apostolique demeure en son entier.
Décret sur les indulgences.
Du choix des viandes, des jeûnes et des fêtes.
Du catalogue des livres prohibés, du Catéchisme, du Bréviaire et du Missel.
Le concile réserve au Pape les difficultés qui pourraient survenir touchant la réception et l’interprétation de ses décrets. Le concile demande au Pape la confirmation de ses décrets.  
Joie des Pères du concile d’en voir la fin. Leurs acclamations et leurs souscriptions.  
D’où viennent l’unité et la force de l’Église catholique.
Pie IV confirme solennellement le concile de Trente. Il ordonne, ainsi que le concile lui-même, d’en recevoir et exécuter les ordres. Bien des catholiques ne font peut-être point assez attention à cette double ordonnance.
Le concile de Trente est reçu sans condition ni réserve par la France catholique et ecclésiastique.
Pour l’exécution et l’interprétation du concile, le Pape établit une congrégation permanente de huit cardinaux. Certains théologiens modernes ne respectent point assez ce tribunal canonique de l’Église.
Pour précautionner les fidèles contre les mauvaises doctrines, Pie IV approuve le catalogue ou index des livres prohibés, avec les dix règles à suivre en cette matière. Sixte-Quint complète la mesure en instituant la congrégation de l’Index.
Pour conserver la santé publique dans les âmes, Pie IV confirme et Sixte-Quint complète la congrégation du Saint-Office ou de la sainte inquisition.
Benoît XIV complète l’ensemble de ces règlements par sa constitution peu connue des livres d’auteurs catholiques.
Pour couronner toutes ces mesures, Pie IV dresse la profession de foi.
Cette profession de foi est expliquée dans le catéchisme du concile de Trente, publié par Pie V.
Correction du Bréviaire et du Missel, achevée sous Pie V. Ordonnance du saint Pape à ce sujet.On n’y pense point assez sérieusement.

__________________________________________________

* Note de Louis :

Histoire universelle de l'Eglise catholique.... 1872.  Rohrbacher, René François (1789-1856).

Numérisé par Gallica et provenant des collections  BnF.

Nous l’utiliserons pour fin non commerciale.


Bien à vous.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12099
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum