LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 8:18 am



Voici la petite histoire de la résistance québécoise à V2

Montréal 1975: Visite de Mgr L… à l'église Ste-Yvette prise par la résistance québécoise… Plusieurs d'entre nous connaissons peu Mgr… sur ce que l'on nous en dit nous convainquons des gens qui fréquentent la NOM de venir assister à la messe de Mgr et l'entendre prêcher : ne nous avait-on pas dit qu’il était "l'évêque de fer" ?

Sermon: Mgr dénonce la NOM : messe bâtarde, vient de l'hérésie, etc.…. L'impact est grand sur nos amis conciliaires, le prestige et l'autorité de l'évêque se fait sentir… les cœurs sont bouleversés, que faire? On ne trouve pas la vraie messe, nul part hormis dans cette paroisse… On va demander à Mgr la ligne à suivre… Nous sommes heureux, voilà nos amis arrachés des mains des conciliaires… On se présente à la sacristie, Mgr reçoit des gens, il a un peu de temps avant les confirmations de l'après-midi…

( Amis) "Mgr, que dois-je faire quand je ne puis venir ici à la messe ?"

(Mgr) " Allez tout simplement à la nouvelle messe dans votre paroisse."

32 ans se sont écoulés depuis ce jour malheureux, et nos amis sont toujours dans la NOM et ont perdu la Foi qu'ils avaient en 1975.

Après-midi: Les confirmations sont rares pour nous au Québec… Les parents ont travaillé fort pour préparer les enfants à recevoir dignement ce sacrement… Ils sont heureux, c'est un jour de fête et d'actions de grâces. L'église se remplit... Mais où est Mgr ?… l'inquiétude gagne les assistants… Le prêtre de la paroisse occupée vient annoncer : "Mgr ne viendra pas, les confirmations sont remises à une autre année." Un silence de mort règne dans l'église, certains sortent les larmes aux yeux… Mais où donc est Mgr? Il est parti dans une secte Québécoise qui lui offrait un don de 10 000$ (environ 6 998 euro).



Abé Zins a écrit:

La difficulté de Mgr L s'est-elle située en son intelligence ou en sa volonté ?

En son intelligence, citant précisément le droit de l'Eglise, il a donné la sentence de l'Eglise : obligation de croire que... pas pape.
Mais en sa volonté, affaiblie par l'âge, par une vie de grands labeurs, par les horribles contrariétés de cette crise inouïe,
il a d'abord voulu savoir s'il serait ou non suivi du gros de ses troupes.

Or son sermon de Pâques 1986 a provoqué dès le lendemain le départ de six séminaristes irlandais. Mgr L a eu aussitôt à subir les pressions de tous les futurs "ralliés", et plus encore de nombre de très gros bienfaiteurs !

C'est la volonté qui a fini par flancher, là où l'intelligence appuyée sur la doctrine et le droit de l'Eglise avait justement conclu !
Que de déclarations contradictoires ont suivi !

D'où l'intenable position entre-deux-chaises des FSSPX, les perpétuels départs ou purges en un sens ou en l'autre !
D'où les énormités prétendant que

"la Hiérarchie légitime unie à un Pape légitime" aurait rien moins que fondé et maintenue une "nouvelle religion" et une "nouvelle Eglise", tout en "restant" "légitime" dans la vraie Religion et la vraie Eglise !? formant ainsi le monstre d'un double corps à une et même tête !? Tout ceci étant constaté non de gaîté de coeur, mais bien plutôt le coeur gros. C'est tellement tragique et gravissime


Dernière édition par roger le Mar 11 Fév 2014, 12:12 pm, édité 3 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 8:44 am


Fin novembre 1974: Église Sainte Yvette.

Le curé Normandin, conciliaire de reculons, accueille un prêtre qui n'a jamais célébré d'autre messe que la Messe Tridentine. Situation équivoque à tout les points de vues. Ce prêtre Abbé B. est extrêmement doué et connaissant, à force de démonstration, il sème un doute profond dans l'esprit du curé Normandin. Fait à signaler abbé B. ne nomme pas Montini au canon de la messe, le tenant pour illégitime. A ce moment la paroisse fonctionne normalement Abbé B. célébrant la messe tôt le matin… dans le tabernacle il a son propre ciboire, donc pas de mélange au point de vue des saintes espèces.

Avril 1975: Le Curé prend un temps de réflexion, il confie la paroisse entière à Abbé B., et part en voyage pour Rome. A ce moment la résistance catholique arrive et prend littéralement l'église … 100, 200, 300, 400, 500, le nombre grossit à chaque semaine… Les marguillers sont sur les nerfs, des étrangers occupent l'église et les paroissiens (majorité italienne) s'offusquent de nous voir là, ils ne viennent plus à l'église.

Maintenant dans l'église aucune messe conciliaire ne se célèbre, la seule Messe qui a droit de citer est le Véritable Saint Sacrifice de la Messe. Les prêtres du Québec s'organisent... Ils sont environ 8, conférences et réunions se multiplient… On essaie d'élaborer une stratégie… car les marguillers hurlent de désespoir…mais de tous les coins du Québec affluent les catholiques fidèles… On remplit l'église… c'est merveilleux…la gloire de Dieu resplendit.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 8:45 am


Ombre au tableau

L'affluence de fidèles amène avec elle les groupements différents: CRC, FSSPX, disciples de l'abbé Saey. (Prêtre Montréalais, réputé pour sa sainteté et sa charité, dès 1963 il envoie des lettres aux amis et bienfaiteurs, dans lesquelles il parle de la désacralisation de l'Église, de la menace qui pèse sur la messe. Il possède une communauté : Les Samaritaines, depuis les années 50. Persécuté par les autorités religieuses de ce temps-là, en raison de sa fidélité à l'Évangile, il œuvre dans le quartier Saint-Henri, il est vicaire, sa charité est inlassable, pas un pauvre reste sans secours, il pose des planchers, nettoie des cheminées, visite les malades, jamais on ne l'a vu à la table au presbytère, jamais son lit ne fut défait, ce qui intrigua le bedeau… Une nuit il entreprit de trouver où il dormait, et bien! Il le trouva coucher dans la chambre à fournaise assis sur une chaise dormant comme un bébé…. Sa réputation est gigantesque... De partout on veut voir l'abbé Saey… les dons pour ses pauvres arrivent de tout le Canada et même des USA… Le Cardinal Léger ordinaire du lieu est très ombragé par ce prêtre… il le mute dans le Chinatown espérant briser sa manière de prêcher…Rien n'y fera, il ouvrira son église aux clochards, qui trouveront un asile pour dormir, et une soupe bien chaude… Désormais l'église sera ouverte 24/24 et l'abbé Saey ne quittera jamais sa place dans le chœur la nuit.. et ce pendant une année et demie entière... Devant ce fait, le C. Léger le retourne à St-Henri disant : "comme ça il ne pourra pas contaminer d'autre paroisse". L'abbé demandera à Pie XII l'érection canonique de sa communauté; le Saint Père est prêt à lui accorder mais à une condition, que chaque Samaritaine ait une cellule et ne couche plus dans une sorte de dortoir, Pie XII disant que le besoin de solitude est primordiale dans la vie très rude que mène ses filles. L'abbé Saey refuse, donne sa démission comme vicaire… et continue son chemin…)

Il est important de savoir ces détails sur ce prêtre décédé aujourd'hui, car son adhésion à la CRC tuera en quelque sorte le combat… Il en arrivera même à écrire au sujet du NOM : "que se soit un bouffon qui célèbre, adorer Jésus présent sur l'autel"… Il dira que la Messe Tridentine est bonne pour l'élite, pour les autres la cène montinienne est suffisante… Il prendra l'indult de Wojtyla et mourra à 90 sans signe de repentance en professant les hérésies de la CRC .

Le combat religieux apportera son lot de fanatique de politique…

Enfin tout ce beau monde est là... et on commence.

5 mai 1975 Le curé Normandin est de retour de voyage… Il annonce que désormais il ne célèbrera que la véritable messe… la joie éclate…

Mai: Visite de Mgr L... avec les détails déjà donnés, la seule exception, pour nous, c'est que les termes de messes bâtardes, ou issues de l'hérésie, pour nous ne sont pas nouveau… Ils font déjà parti de notre vocabulaire… et Montini est déjà celui que l'on ne nomme pas au canon… La secte schismatique n'est pas celle de Saint Jovite (qui s'était élue un pape bien avant 1975, ordination du "pape" chez les vieux catho, aujourd'hui cette secte est sous le coup de poursuite légale pour abus chez les enfants… mais une secte politico religieuse… affiliée à Baysyde.. genre qui organise des journées où les adeptes transportent leurs télés dans des champs et au signal les tirent à grand coup de carabine!!!!!!! Et qui accepte le NOM lorsque dit en latin par un bon prêtre.)

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 8:55 am




Fin Mai: Montini interdit la Messe Tridentine, voilà les journalistes sont à nos trousses… Désormais il feront partit de notre quotidien… entrevues, prises de film… enfin ils sont embêtants, mais on fait la une de tous les grands quotidiens du Québec…

Pendant ce temps les marguillers sont sur le bord de la dépression nerveuse… et là ça va mal... L'église se remplit, pas un seul paroissien, nous l'occupons de fonds en comble et tous les jours de la semaine… adoration nocturne, premier vendredi du mois, retraite, conférence, réunion après la messe du dimanche tout marche à fond de train… Mais les divergences de tendances se heurtent parfois vivement... Il faudra bien faire quelque chose… impossible de défendre vraiment si nous n'avons pas le même esprit.

Manifestation: Paisiblement devant les locaux de l'archevêché nous déambulons réclamant la Messe Tridentine, scandant que le NOM est une offense à Dieu…. La police nous à l'œil… mais nous avons un permis et personne ne peut nous empêcher, nous répèterons souvent ces manifestations…

Mgr Grégoire n'en peut plus : il se sert des pouvoirs civils pour déloger le curé… Là on est rendu presque l'hiver, pour nous l'épopée de la résistance va commencer…

Scandaleux Premier Vendredi du Mois: Tous les fidèles sont à genoux, le Saint Sacrement est exposé… Tout à coup on voit entrer dans le chœur un homme vêtue d'un imperméable… il s'approche de l'autel, les fidèles bondissent… il prend l'ostensoir, sort la lunule et la met dans sa poche d'imperméable. Un de mes amis, bondit dans le chœur, le saisit par l'épaule, le retourne vivement et le poing prêt à frapper le profanateur, il s'arrête… Le traître porte un col romain… c'est un prêtre de Mgr Grégoire… La police envahit l'église et nous intime l'ordre de sortir… On place des scellés sur toutes les serrures… Nous voilà donc dehors. Le lendemain dans tous les journaux du Québec en première page on voit ce prêtre mettre la Sainte Hostie dans ses poches.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 8:55 am

Abé Zins a écrit:

Le cas de cet Abbé Saey est impressionnant !

L'Abbé de Nantes a cassé aussi les tout débuts de l'organisation de la résistance des Prêtres les plus clairvoyants en France qui, autour du R.P. Mexicain Saenz y Arriaga, cherchaient à se regrouper pour clamer ensemble l'illégitimité de P 6, au moment où Mgr L. démarrait à peine et discrètement son oeuvre. (Ce que nous n'avons appris qu'assez récemment.)

Le fondateur de la CRC se réfugia derrière le faux-fuyant de la thèse du "deponendus est", pourtant très clairement démontrée fausse par Saint Robert Bellarmin, et en arriva dans l'entête de son fameux Liber accusationis de 1973 à la contradiction d'accuser Montini-P 6 de schisme, hérésie et apostasie tout en le déclarant son "frère dans la Foi" et en lui demandant de se condamner lui-même !?

Tandis qu'en fin 1971 le R.P. Mexicain Saenz y Arriaga éditait un livre : La nueva iglésia Montiana, en lequel il posait la question de savoir si P 6 pouvait être un Pape légitime ?

Puis, en 1973, son livre majeur : Sede vacante, traduit de l'Espagnol en anglais et répandu aux USA, mais pas en Français et inconnu chez nous, comme le précédent.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:01 am

Abé Zins a écrit:

Bien avant 1975 !? Qui étaient donc les Prêtres fondateurs de Saint Jovite ?

Diocésains ? (Quel diocèse ?) Religieux ? (De quel Ordre ?)

Ont-ils d'abord un temps bien commencé, ou ont-ils déviés tout de suite ?

C'est une secte, dont le fondateur, Michel Collin, a été excommunié par le pape Pie XII en 1951. http://translate.google.ca/translate?hl=fr&sl=en&u=http://en.wikipedia.org/wiki/Apostles_of_Infinite_Love&prev=/search%3Fq%3DAp%25C3%25B4tres%2Bde%2Bl%2527Amour%2BInfini%2Bwikip%25C3%25A9dia%26biw%3D1286%26bih%3D861

Apôtres de l'Amour Infini, "Ordre du Magnificat de la Mère de Dieu"

Fondation, historique:

Fondé en 1950 par Michel Collin, ancien prêtre du diocèse de Nancy, qui a fondé l'Ordre, au début des années 1950. L'Ordre du Magnificat de la Mère de Dieu, demandé par la Très Sainte Vierge Elle-même, à La Salette (France) a été fondé officiellement au Canada en 1962 par son chef, Gaston Tremblay alias Père Jean Grégoire de la Trinité dit aussi Grégoire XVII. M. Gaston Tremblay est un ancien frère des hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu qui, par la suite, a fondé les Frères de Jésus-Marie1953 . Michel Collin, fondateur des Apôtres de l'Amour Infini est né à Béchy en Moselle le 13 septembre 1905.

Chronologie

1933 Il fonde les Apôtres de l'Amour Infini et il est prêtre de la Congrégation du Sacré-Cœur.
1935 Après une vision, il est sacré Évêque.
1949 Le Père Jean a la vision d'un pape choisi par Dieu.
1950 Le 7 octobre 1950 à Sorrente en Italie, la Trinité dans une vision sacre Michel Collin comme Pape Clément XV, successeur de Jean XXIII.
1953 M. Gaston Tremblay (né à Rimouski le 8 Septembre 1938), Père Jean-Grégoire-de-la-Trinité fonde la Congrégation de Frères de Jésus et de Marie. On lui avait ici refusé le sacerdoce.
1961 Fusion des deux Congrégations.

Le Père Jean rencontre Michel Collin en qui il reconnaît le Pape de sa vision antérieure.

1963-68 Le 9 juin, le Pape mystique Michel Collin devient le Pape Clément XV

1968 Apparition de la Vierge-Marie à une mystique qui annonce que le successeur du Pape Jean XXIII et du Pape Clément XV est le Père Jean-de-la-Trinité qui portera le nom de Grégoire XVIII.

1969 Le 9 mai le Père Michel Collin (Pape Clément XV) confirme, valide et signe la succession du Père Jean-de-la-Trinité.

Doctrine, spiritualité, vision du groupe :

Foi, doctrine, tradition et pratique chrétiennes catholiques. L'ordre veut garder intacts les enseignements doctrinaux et dogmatiques dispensés de siècle en siècle par les Saints et Docteurs de l'Église catholique romaine. La communauté s'engage à suivre les 33 règles de Notre-Dame-de-la-Salette et s'inspire des Secrets de Notre Dame de Fatima.

Credo chrétien: Symbole de Nicée-Constantinople avec des ajouts sur Marie, les anges, Adam, et la faute originelle, les Écritures, la présence réelle dans l’eucharistie, le purgatoire, l'enfer et le ciel.
Credo moral: Basé sur l'amour de Dieu et du prochain avec le devoir de l'exemple, du témoignage de la foi et de l'espérance en passant par une saine obéissance, humilité, détachement, prière, générosité et persévérance. Prédication intégrale de l'Évangile.
Attitude face à l'Église catholique

Selon eux, la Salette et Fatima (la Vierge) auraient condamné l'Église actuelle. Cette dernière aurait apostasié et les Apôtres de l'Amour Infini (Église mystique) est la seule vraie Église de Jésus-Christ.

De nombreuses mises en accusations, procès et sentences d'emprisonnement jalonnent l'histoire des Apôtres de l'Amour Infini. Principal grief invoqué : séquestration d'enfants, abus, voies de faits...ils ordonnent des enfants de 12 ans !

Culte, pratiques religieuses, autres formes de pratiques :
Ils pratiquent sept sacrements dont la messe romaine simplifiée, le rosaire, l'ordination des femmes et le mariage des prêtres, le jeûne, la mortification et le l'adoration du Très Saint Sacrement. De plus, la prière, l'étude et les travaux de toutes sortes s'ajoutent à cette liste. La Communauté se prête à toutes les œuvres de miséricorde spirituelle et corporelle. Néanmoins, la fin particulière de l'Ordre est la conservation du Dépôt de la foi par l'enseignement religieux sous toutes ses formes, aux adultes tout comme aux enfants. En ce sens, ils diffusent des publications de la maison des Éditions.

Le recrutement en 1978, s'élevait à plus de 200 personnes et actuellement il se situe à environ 500 résidents au Monastère de St-Jovite. Il existe environ 55 missions dans le monde: Canada, USA, France, Porto-Rico et St-Domingue.


Oui! le cas abbé Saey est vraiment marquant ici au Québec...

L'abbé B. à toujours célébré la Messe Tridentine, il appartient à un diocèse au Brésil, ( quoique Montréalais) il fit une partie de ses études à Rome...il était réellement très clairvoyant, mais la suite de l'histoire montrera une chute lamentable. Pour nous, quand nous l'avons connu... nous avions déjà ces notions sur la NOM et sur Montini... le sensus fidei probablement...de ma mère, femme d'une très grande foi qui dès la fin de V2, parlait d'hérésies et de fondation d'une nouvelle religion...

C'est pour cela que nous sommes devenus les collaborateurs de l'abbé B. c'est lui qui disait la messe chez-nous.. comme nous le verrons bientôt. l'abbé Normandin fut comme la figure la plus connue.. en raison de sa charge de curé, mais il n'était pas celui sur qui allait se greffer les autres prêtres et fidèles.


Correction  :

Clément XV (Michel Collin 1905-1974), prêtre du diocèse de Nancy. En 1963 une « révélation céleste » le désigne comme Pape sous le nom de Clément XV. Il prêche une doctrine ultra traditionnelle, additionnée d'une croyance dans les extra-terrestres. À sa mort en 1974, sa mouvance connaît diverses scissions, Gaston Tremblay (« Jean-Grégoire XVII ») est issu d'une de ces scissions (Wikipédia: Liste des "papes" scissionnistes)


Dernière édition par roger le Sam 22 Fév 2014, 11:30 pm, édité 4 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:04 am


( Suite de La petite histoire de la résistance catholique au Québec )


Le curé Normandin déclare, que jamais personne ne le fera passer le seuil de la porte de son église. Alors, qu'à cela ne tienne, dans la cour du presbytère, il y une grande fenêtre, le curé installe une autel de fortune et nous assistons à la messe dehors… une roulotte nous sert de confessionnal… à -35 les fidèles, agenouillés sur la glace ou la neige, se prosternent à l'élévation… la communion distribuée par Abbé B. se fait sur le trottoir de la ville…. La foi se manifeste publiquement… on gèle, on grelotte, mais rien ne nous aurait empêché d'assister à ces messes, dans cette cour à ciel ouvert qui nous sert désormais de cathédrale….


Le curé Normandin donne une entrevue: A la question du journaliste qui veut comprendre cette désobéissance au pape il répondra : Nous ne désobéissons pas, il n'y a plus de pape dans l'Église actuellement. Les plus clairvoyants (comme notre groupe de Montréal) nous jubilons : enfin, la vérité est lancée en pleine télé et aux heures d'achalandages d'écoute… mais les autres factions s'énervent, la CRC et la FSSPX, les disciples de l'abbé Saey plus que les autres… Ils essaient de nous éloigner du curé et mettent sur lui beaucoup de pression pour avoir son silence devant les journalistes.. Le curé est à bout de nerf…


8 ou 9 décembre 1975: Le curé doit comparaitre en court, une injonction est levée par Mgr Grégoire; s'il ne s'y rend pas c'est la prison pour outrage au tribunal… A 5 heures du matin déjà les journalistes font le pied de grues, mais fidèle à sa promesse de ne pas passer le seuil de son église, le curé sort avec dignité par une échelle apposée au balcon de sa chambre…. Le prêtre qui le remplacera… est présent, il entre dans l'église, et c'est ainsi que l'histoire Ste Yvette se terminera…

Mais nous ne nous comptons pas battu pour autant…les intrus de V2 n'ont pas fini d'entendre parler de nous.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:08 am


Milieu décembre 1975: Abbé B. est demandé par Mgr Grégoire, il s'y rend; Mgr, lui remet la lettre d'une sanction: interdiction de confesser, prêcher, et dire la messe sur le territoire de Montréal. Abbé B. essaie de lui expliquer la situation, réponse de Mgr Grégoire : " J'aime mieux me tromper avec Paul VI que d'avoir raison contre Paul VI"; fin de la rencontre. A noter: Abbé B. fut le seul prêtre à recevoir une sanction.

Tard dans la soirée chez nous, réunion de la résistance catholique.

Nous discutons comment nous organiser. Abbé B. arrive nous fait part de la sanction… Première réaction… des intrus ne peuvent sanctionner un prêtre catholique…. Tout cela n'a pas force de loi… Deuxième réaction… tous demandent à abbé B. pour se confesser… En cette soirée les convictions se renforcent…ces hommes ne sont pas l'Église; et désormais rien ne viendra ébranler cette conviction.

Conscients que la force de cette conviction n'est pas le partage de la majorité, qui elle, cherche le maintien des sacrements seulement, et non, la défense de la Vérité, nous réagissons vite. Il faut donner des lieux où la messe pourra être célébrée, si nous voulons pourvoir instruire les fidèles de la situation et les amener à faire passer la gloire de Dieu avant la réception des sacrements…

Demain on s'organise.....

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:14 am


Avant de parler de l'organisation de la résistance, après la perte de l'église Sainte-Yvette, il est bon je pense de vous décrire un peu la tactique des intrus de V2 face aux prêtres qui s'opposaient à l'implantation dans leur paroisse de la NOM… (1)

Dans ma paroisse (Saint Bernard) le curé G. ne voulait pas entendre parler du "nouveau rite": premier mouvement de sa foi. Ma mère qui allait à la messe tous les jours, (elle était la seule dans l'église sur semaine) en vint à discuter avec le curé de toute la situation, elle l'encouragea grandement à maintenir son refus, ce qui fortifia beaucoup notre bon curé. Juste en face de l'église il y avait une communauté de Pères Oblats. Ici chaque paroisse à des marguillers, (chargés de soutenir le curé dans l'administration), eux étaient des pro V2 ainsi que les Oblats.

Notre curé refusa tout, table, statues misent à la porte, baptême communautaire… enfin tout. Les marguillers en furent choqués et de mèche avec les Pères, commença la guerre des nerfs. Ils ouvraient le courrier du curé, téléphone nocturne de menace. Notre bon curé tenait bon, tous les jours après la messe, il parlait avec ma mère de toutes ces difficultés, il disait qu'elle était le seul soutien qu'il avait dans la paroisse.

Elle sentait que Monsieur le curé était à bout de nerf, mais elle n'avait aucun recours pour faire cesser cette persécution. Vint un temps où le bon curé ne pouvait plus dire sa messe sans pleurer abondamment, il fit une dépression nerveuse… Les intrus avaient ouvert dans les Laurentides une maison de "recyclage" pour les prêtres opposants à la réforme; ils envoyèrent notre curé dans cette maison, sous prétexte de repos, et là il fut soumis à des conférences intensives (tous les jours deux conférences) ayant pour but de démontrer la "catholicité" de V2 et du NOM. Pendant ce temps les Pères furent chargés de la paroisse, en moins de temps qu'il faut pour dire: Ouf! tout avait changé, toutes les statues furent mises en vente, le grand crucifix qui surmontait l'autel, (c'est nous qui l'avons acheté) la table installée… le NOM bien en place, et ils allèrent même jusqu'à refuser la communion à ceux qui persistait à communier à genoux. A partir de ce jour, ne sachant où trouver la Messe catholique, nous ne sommes plus allés dans une église… Nous avons passé 4 ans ans sans messe… Déjà Dieu nous mettait à l'entraînement.

Quand le lavage de cerveau fut fini le curé avait accepté toutes les réformes, mais il ne retrouva jamais son équilibre nerveux, il fut transféré comme aumônier dans un hôpital. Des années plus tard, je le retrouvai et l'invitai à une conférence, mais le mal était fait, et la voix tremblante, il me dit qu'il ne voulait plus de problèmes… C'est ainsi que les intrus sont venus à bout de certains prêtres et des Mères Prieures de chaque communauté (y compris des cloitrés )…. Les organisations communistes ne font pas mieux…

(1) - Abé Zins a écrit: Ce point est effectivement très important à souligner, à rappeler aux plus anciens, à apprendre surtout aux plus jeunes, auxquels il fera davantage comprendre pourquoi si peu ont résisté, comment les éclairs de clairvoyance ont été étouffés et éteints !

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:16 am


Noël approche, nous sommes sans lieu pour célébrer la messe, les fidèles moins affermis sont découragés… il faut réagir. L'abbé Coulombe (j'en reparlerai plus loin) ayant quitté sa fonction de vicaire en raison de la Messe, loge dans un collège de frères (Les Maristes); il parvient à louer une salle du collège pour la messe de Minuit… et voilà notre première célébration hors les murs d'un église.

Mais la semaine on fait quoi? En moins de deux (enfin manière de dire il a fallut travailler des jours consécutifs à la préparation du matin jusqu'à la nuit ), nous, et des amis qui nous sont chers Jeanne et Carl, nous organisons: nous à Montréal, eux à Laval…. Une partie des maisons est transformée en chapelle… très fonctionnelle… NSJC y est présent toujours (j'ai été gâtée par le Ciel, c'était moi la sacristine) La messe se célèbre tous les jours (deux par jour une à 6hres pour les travailleurs, l'autre à 8hres), les vêpres le dimanche, les premiers vendredi du mois, les quarante heures, reposoir du Jeudi Saint…(que de nuits blanches au pieds du Seigneur). Quelquefois il y a du monde jusqu'à la porte de dehors, chez-nous la chapelle est dans le sous-sol…(un baldaquin est installé au-dessus de l'autel, les plus grandes cathédrales du monde n'auront jamais pour moi la beauté de cette chapelle.) la chapelle, la cave , l'escalier , le vestibule tout est rempli… c'est magnifique…

Je ne sais pourquoi, mais les voisins nous regardent ave un drôle de petit air !

Il reste à solutionner le dimanche, on ne peut pas faire avec deux chapelles, car l'abbé B. étant le pilier il faut que les gens puissent l'entendre prêcher.. Mais où dans Montréal trouvera-t-on un lieu ?

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:17 am


Des gens font des démarches pour trouver un lieu, ils nous assurent qu'ils n'ont pu trouver mieux que:

Janvier 1976: Nous nous déplaçons alors vers un autre lieu, les gens sont craintifs… Un club de nuit voilà ce que l'on dit être la seule place où l'on veut bien nous louer une salle le dimanche matin… Drôle de place… Les prêtres font l'exorciste des lieux à chaque dimanche, mais tout de même… l'odeur de bière et d'alcool cadre mal …

Cette situation est à notre sens intolérable, alors je vais avec Robert… vers la commission des écoles catholique de Montréal… Nous voulons louer une école pour le dimanche, les craintifs poussent les hauts-cris "c'est dangereux… ils vont nous repérer facilement, ils vont nous excommunier". Réaction de ceux qui prennent la secte pour l'Église, cela amène des conflits…qu'importe… Nous réussissons à signer un contrat... NSJC sera au moins dans un endroit moins profané… Coup de la Providence nous tombons sur un concierge d'une gentillesse extrême, qui comprend notre situation; il donne des locaux pour ranger nos choses… Après tout, transporter un autel tous les dimanches, plus des confessionnaux portatifs ce n'est pas un cadeau…. Louis est chargé de se rendre tous les samedis pour monter l'autel …. il accomplit un travail formidable. Louis, fut le le servant de messe de Mgr L.. le premier après le sous-diacre... D'ailleurs il a toujours été notre servant messe principal.

Robert est chargé de l'enregistrement audio des sermons et conférences, il est un expert ( dont nous pouvons nous servir pour renseigner les gens) dès le début, comme sur cette Tribune nous avons compris que hormis la doctrine sur la situation actuelle, il fallait aussi nourrir les âmes par une bonne spiritualité, car comment faire pour adhérer à toute les exigences de cette situation, si l'âme n'est pas fortifiée dans les vertus et l'amour de Dieu.

Nous remplissons l'auditorium plus de 600 personnes (pour la grand-messe). Notons que pour le Québec c'est beaucoup, car les distances sont immenses, certains font 5 hres de route pour venir à la messe. L'abbé B est le prêtre autour de qui se greffe les autres…Maintenant la lutte peut commencer...



Dernière édition par roger le Mar 11 Fév 2014, 10:50 am, édité 1 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:22 am


Pendant ce temps là en 1976 l'abbé B. arrive à la conclusion que la NOM est invalide parce que basée sur les offrandes juives…et que ceux qui y participent ne peuvent recevoir la communion à la messe Tridentine en raison de leur "communicatio in sacris" avec les hérétiques… les positions se durcissent... et la guerre des nerfs commence… coup de téléphone, lettres, pression…. Il résiste, mais les prêtres qui l'entourent ne sont pas tous d'accord… Abbé B. sort un tract… qu'il veut diffuser dans tout le Canada au niveau des paroisses et des archevêchés… que d'enveloppes à coller!

Montréal: Les tracts seront distribués directement dans les églises...Oh! Oh! On risque d'avoir des curés à nos trousses… On cherche des volontaires… je m'inscris... la première sur la liste… et me voilà partie vers toutes les paroisses de la ville, pendant la NOM je m'introduis dans les portiques et glisse le tract dans les feuillets paroissiaux… Il faut faire vite… on risque de se faire attraper, ce n'est pas tout à fait légal…. Une fois je vais même avec mon compagnon de guerre (le grand Jean) jusqu'à entrer dans une église et placer les tracts dans tous les bancs… On opère à une vitesse folle… juste le temps de sortir… et hop! Le curé est sur le perron rouge de colère… son regard cherche les coupables sur la rue, nous nous éloignons à pas feutrés…

Voici ce petit tract... son but, faire prendre conscience aux catholiques de la situation....une première approche...

IL FAUT AVOIR LE « FLAIR » CATHOLIQUE

N’avez-vous pas été choqué par de « curieuses » cérémonies dans nos églises ?

N’êtes-vous pas en train de vous y habituer ?

« A force de tout voir, on finit par tout admettre; à force de tout admettre, on finit par tout approuver. » (Saint Augustin)
La sanctification du Jour du Seigneur exige en notre temps un acte de prudence : il ne suffit pas qu’une cérémonie soit « religieuse » pour qu’elle soit bonne. Un catholique fidèle sait qu’il ne doit pas fréquenter les lieux de culte non catholiques.

Or, le modernisme n’est pas catholique. L’Église l’a condamné solennellement. Le saint Pape Pie X en particulier, dans son encyclique Pascendi (8 sept. 1907). Malheureusement, on célèbre dans nos églises des cérémonies entachées de modernisme. Un catholique fidèle n’a pas le droit d’y participer.
Vous les reconnaîtrez aux symptômes modernistes les plus certains : le changement pour le changement et le culte de l’homme. Cela se voit, cela se « sent » tout de suite, quand on a le flair catholique.

Le modernisme est une hérésie, qu’il faut éviter plus farouchement que la peste. Dès que vous la « sentez », ne vous laissez pas contaminer. Mais fuyez les lieux de culte empoisonnés par le modernisme.

Il y va de votre foi et de celle de vos enfants. De la vraie foi, sans laquelle on ne saurait plaire à Dieu (Hébr 11 : 6) ni, par conséquent, faire son salut éternel (Jn 3 : 15,18)

Ce tract est distribué par le Mouvement pour le maintien de la liturgie romaine traditionnelle, C.P. 326, Station Saint-Michel, Montréal. Écrire à cette adresse pour tout renseignement, ou téléphoner à : xxx-xxxx(ici était le numéro de téléphone de notre maison)


Recherchez, même au prix de lourds sacrifices, la vraie messe catholique, la messe traditionnelle, la seule qui soit sûrement valide, sûrement licite et même sûrement légale dans l’Eglise, aujourd hui comme hier.

Elle est toujours célébrée publiquement par un nombre croissant de prêtres qui, devant l’anarchie et l’impiété des messes de la nouvelle liturgie, comprennent leur grave devoir de revenir à la messe sainte et irréprochable de leur ordination.

Le saint sacrifice de la messe de la tradition catholique est célébré tous les dimanches à l’école Lucien-Pagé, 8200, boul. Saint-Laurent, Montréal, à 8 h (basse messe) et à 9 h 30 ( grand’ messe). Bienvenue à tous. Il est demandé aux dames une tenue modeste et d’avoir la tête couverte.

N.B.

Et s’il nous est absolument impossible d’assister à la vraie messe catholique de la tradition ? direz-vous. N’oubliez pas que la Vierge à Fatima a dit qu’il viendra un temps où l’on n’aura plus que notre chapelet pour sanctifier le Jour du Seigneur. Mieux vaut dire un Rosaire le dimanche, en famille ou avec des amis, que d’aller à une cérémonie qui offense gravement le Seigneur, à cause de son ambiguïté et de l’hérésie que cache cette ambiguïté.

L’heure est d’une extrême gravité. Ne grossissons pas le nombre des indifférents et des apostats, qui augmentent sans cesse. Mais restons inébranlablement fidèles à la religion catholique, telle que l’ont pratiquée nos pères. Rejetons toutes les nouveautés suspectes qui n’ont rien de catholique et constituent, en fait, une nouvelle religion.


avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:23 am


Archevêché de Montréal: Une bombe éclate, Mgr André Chimichella, porte-parole de Mgr Grégoire, annonce qu'il y aura une grande cérémonie de baptême à la cathédrale, 7 moines bouddhistes seront baptisés sans abjuration de leur idolâtrie. C'est comme si le diable nous ouvrait la porte toute grande, pas question de manquer notre coup. A la demande de l'abbé B. me voilà repartit en mission au monastère catho-bouddha avec mon compagnon d'arme… le but, vérifier leur foi, je n'ai aucune difficulté à obtenir une entrevue, (ils cherchent des futurs membres) ils vont même jusqu'à me faire visiter le monastère et leur lieu de culte, que vois-je? Bouddha, des moines prosterné à ses pieds, et une quantité impressionnante et étouffante d'encens qui brûle devant l'idole, un petit crucifix est placé un peu en dessous de l'idole… bingo! Ils professent en entier la foi bouddhique et assimilent Notre-Seigneur au rang de prophète. L 'abbé B. publiquement dénonce le baptême et accuse les intrus de V2 d'apostasie publique. Les gens ont peur des représailles.

Pendant ce temps, nous achetons dans les journaux des pages de publicité, pour annoncer l'endroit où la messe se célèbre. Notre optique est que si nous restons en cercle fermé (les gens qui connaissent la situation) nous laissons ainsi la multitude dans l'erreur. Les conférences se multiplient, l'abbé B. démontre que la nouvelle messe est invalide, que Rome est occupée par des intrus, et qu'on assiste à la fondation d'une nouvelle religion.

Avant chaque sermon, il annonce (à l'intention de ceux qui sont membres de la FSSPX, CRC et disciples de l'abbé Saey) que s'ils ne cessent de fréquenter les églises nouvelles, il se verra dans l'obligation de leur refuser la communion.

Les réactions sont fortes, et la guerre intérieure commence….

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:42 am

L'Abbé Zins a écrit:

..si l’abbé B. a rédigé une démonstration à ce sujet, il m’intéresserait grandement que vous nous en fassiez part.
..si vous avez gardé des documents écrits et sonores des démonstrations de cet Abbé alors si clairvoyant, il pourrait m'être fort utile d'en prendre connaissance.

Gabrielle écrit:
Cher Monsieur l'abbé,

Cela aurait été un grand plaisir pour moi de vous fournir ces documents... mais je ne les ai plus en ma possession... les ayant donnés pour affermir la foi d'un autre prêtre que nous rencontrerons plus tard..... comme vous le verrez dans la suite des événements...

De mémoire, je ne peux me souvenir de cette démonstration, sinon, que la prière d'offertoire était un calque des offrandes juives, montrant ainsi l'intention de l'offrande et invalidant par la suite le rite (l'hérésie étant dans la négation du renouvellement du Sacrifice de la Croix.. car les offrandes juives n'offrant à Dieu que les prémices de la terre, en vue d'une bénédiction temporelle) car l'offertoire annonçant déjà la réalité du sacrifice qui s'accomplira.

J'ai lu des années plus tard, (il y 2 ans peut=être ) dans le document le "sacrifice de Caïn" la même démarche, chose qui m'avait grandement surpris et rappelé ces jeunes temps de la défense au Québec...

De plus, il y avait l'intention du législateur ( en l’occurrence Montini) dans la célèbre définition de l'article 7... Abbé B. disait qu'à la messe célébré una cum... l'intention première était celle du législateur (qui normalement avait la même intention que l'Église et de son Divin Fondateur) or, avec Montini, cela n'était pas, donc il pourrait y avoir des doutes sur la validité des messes una cum... compte tenu que l'intention du législateur ( qui est celle de l'Église, ici celle de la secte de V2) passe avant celle du célébrant.

Ce point cependant je n'ai jamais pu le vérifier, ou du moins, je ne me m'en souviens plus clairement, si ce n'est qu'un document, il me semble, venu de la France, où on démontrait la même démarche... mais cala est loin, et je ne saurais m'avancer plus à ce sujet... Peut-être était-ce vous qui l'aviez fait dans vos débuts....

Désolée de ne pouvoir vous aider plus en ce dossier que vous désirez monter sur la Tribune et qui sera d'une grande actualité...

Tout ce qui me reste de ce temps... est le petit trac qu'il avait écrit en début 1976 en lequel en finale il déclarait :
Et s’il nous est absolument impossible d’assister à la vraie messe catholique de la tradition ? direz-vous. N’oubliez pas que la Vierge à Fatima a dit qu’il viendra un temps où l’on n’aura plus que notre chapelet pour sanctifier le Jour du Seigneur. Mieux vaut dire un Rosaire le dimanche, en famille ou avec des amis, que d’aller à une cérémonie qui offense gravement le Seigneur, à cause de son ambiguïté et de l’hérésie que cache cette ambiguïté.

L’heure est d’une extrême gravité. Ne grossissons pas le nombre des indifférents et des apostats, qui augmentent sans cesse. Mais restons inébranlablement fidèles à la religion catholique, telle que l’ont pratiquée nos pères. Rejetons toutes les nouveautés suspectes qui n’ont rien de catholique et constituent, en fait, une nouvelle religion.



L'Abbé Zins écrit:

L'intention exprimée dans le rite même est en effet primordiale et plus importante que celle du célébrant qu'elle détermine de fait. Cela a certes été fort bien démontré en France par le R.P. Barbara (cité en mon grand Catalogue).

Toutefois, l'una cum est une autre question qui n'a rien à voir avec la validité, mais seulement avec la licéité de la célébration.


Dernière édition par roger le Mar 11 Fév 2014, 10:52 am, édité 1 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:48 am

( Poursuivons la petite histoire )

14 Septembre 1977: Nous formons une sorte d'association : Les pénitents de Jésus Crucifié, abbé B. en est l'aumônier, le but premier des pénitents est la défense de l'Église et au prix même de sa vie et ce nous le jurons au pied de l'autel.

Les factions dissidentes ne voient pas d'un bon œil cette association, et redoublent les pressions sur l'aumônier… nous notons un changement chez l'abbé B. une sorte d'hésitation à donner son consentement pour la mise en marche d'une tournée de conférence sur la situation.

Nous avons beaucoup de détracteurs particulièrement ma mère, en raison de son intransigeance et du fait qu'elle est très impliquée dans l'organisation de la défense. Elle prévient l'abbé B. qu'il est toujours dangereux de se mettre à l'écoute des calomniateurs sous prétexte qu'ils sont de vieilles connaissances.

Et ce qui devait arriver arriva... l'abbé B. change de cap complètement, nuance tellement ses positions que la dilution qu'il en fait rend toute résistance impossible voir même indéfendable… mais que fait-il de tout son passé de toutes ces questions qu'il avait résolues? Il faudra bien un coupable, une victime, ma mère en tête et nous à suite deviendront les cibles. Ma mère sera traînée sur la place publique… elle perdra sa réputation, on la traitera comme une moins que rien, mais on ne la fera pas fléchir ni concéder quoique se soit aux ennemis du Christ. Un matin de mai 1978 il arrive comme à l'ordinaire pour la messe, mais à la fin il condamne la chapelle qu'il avait lui-même bénie et réclame sa fermeture. Le samedi à minuit… il téléphone chez nous, c'est moi qui réponds. Il me menace de nous refuser la communion le lendemain… je lui dis que rien ne l'autorise à poser un geste semblable.

Dimanche: Louis, Robert, Anne-Marie et moi nous nous présentons à la messe... le sermon arrive, l'incroyable se produit, il nous déclare en état péché mortel, du haut de la chaire de vérité, pour désobéissance à ses ordres. La communion arrive, nous nous approchons et l'abbé B. passe tout droit.

Les CRC, FSSPX, et disciples de l'abbé Saey jubilent, c'est l'heure des enfants de ténèbres…

Les autres sortent têtes basses, mais la réception des sacrements est leur premier but, ils nous disent: "Nous savons bien qu'il n'avait pas le droit de faire cela, c'est un scandale, mais…"

J'ai tenue a relaté cette épisode douloureux de notre résistance, car les manques de charité publiques où privés doivent être réparés, selon l'enseignement du Saint Concile de Trente, sinon leurs auteurs glissent dans un abîme sans fin et finissent par perdre la Foi. L'abbé B. en fut une preuve parmi tant d'autre… aujourd'hui cet abbé si clairvoyant, célèbre la NOM et fait des concélébrations avec ceux que jadis ils appelaient hérétiques, schismatiques ou apostats.

Montini meurt… la superstar de Rome arrive et tout s'écroule les prêtres se laisseront charmé par les artifices de cet homme perfide et tous à l'exception de l'abbé Coulombe se rangeront derrière lui… la résistance sera décimée… beaucoup rejoindrons les rangs de la frat…et perdront ainsi peu à peu la foi…

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 9:56 am

Francis dit:

Il (L'Abbé B.) publie également une petite revue qui à mon avis EST UN VÉRITABLE GASPILLAGE DE PAPIER AINSI QU'UNE PURE PERTE DE TEMPS !

Gabrielle dit:

Oui, je le sais, mais pour moi, il était inutile de parler de ces publications présentes, puisqu'elles ne sont que l'écho de V2...
... Il a vraiment beaucoup changé, en fait il a perdu la foi et la science. Un jour, je ne me souviens plus dans quel numéro, il essayait de prouver combien l'Église fleurissait en tous les domaines depuis le V2 et surtout depuis Wojtyla... pour mettre un peu de piquant dans sa revue, il s'en prenait à ceux qui disait que plusieurs signes de la fin des temps étaient présent, et lui de s’exclamer, que seuls les véritables catholiques sauront reconnaître ces signes, et que pour le présent il n'y avait pas lieu de s'inquiéter mais bien de se réjouir de ce printemps de l'Église.


Dernière édition par roger le Mar 11 Fév 2014, 10:44 am, édité 1 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 10:01 am


( Poursuivons..)


Une amitié se brise.....

L'abbé Coulombe était le dernier de qui nous nous serions méfiés, ami intime de nos familles (plus de 40 ans d'une amitié solide). Il prit la relève dans les chapelles (devenues maintenant privées). Nous avions la messe une fois la semaine, et le dimanche nous nous réunissions tous chez moi pour la messe.

Nous étions tous certains qu'il n'était pas una cum. Après un certain temps avec son accord, nous louons une école (plus petite que la première) et nous annonçons la messe dans les journaux… Nous remarquons que les sermons sont faits comme si un saint pape régnait à Rome et la messe dans les églises était tout à fait catholique. Bon sur le coup, on se dit, question d'ajustement, mais non... ce que nous n'entendions pas à sa messe (parce que dit à voix plus basse ) était le nom de Wojtyla… Alors il nous sort la théorie de l'una cum = pro… de plus il dit: "s'il est pape je prie en union avec lui, s'il ne l'est pas je prie pour lui". Que de rencontres et de discussions pour lui faire voir son erreur; rien à faire, après seulement deux semaines à l'école, nous annonçons aux fidèles qui avaient déjà commencé à venir que nous devons interrompre cette location pour en raison de l' "una cum" de Monsieur l'abbé. Ici se brise, par fidélité à la Foi, une amitié de plus de 40 ans… Monsieur l'abbé finira par se rattacher à la FSSPX, son "évêque" favori sera Mgr Wiliamson, et il se nourrira du livre de soi-disant révélation qui annonce une ère de paix, qui frôlera dangereusement le millénarisme condamné par l'Église.

Nous voilà pris avec une location d'une année et pas de prêtre…. Dans cette période, quelqu'un nous recommande le nom d'un prêtre français: l'abbé Jacques-Marie Seuillot, comme étant non una cum, et doué pour les conférences. Je prends un premier contact avec lui, il semble gentil et confirme sa position… Nous décidons de jouer le tout pour le tout, après plusieurs contacts téléphoniques, nous l'invitions à venir à Montréal, pour une série de conférence. Il accepte, une autre aventure commence pour nous.

Ayant des contacts à Ottawa et en Beauce nous organisons et réservons des salles de conférences pour ces villes (incluant Montréal). Montréal, Ottawa et Québec donnent un bon ciblage…

La grande journée arrive, nous allons chercher l'abbé Seuillot à l'aéroport, tout semble normal, sauf cette valise (en surplus de ces bagages) qu'il trimbale avec lui. Nous lui en demandons le contenu (c'était vraiment intriguant): il l'ouvre, Oups! Les Cahiers de Cassisciacum! Vous dire la déception que nous avons ressentis est impossible. Jamais il n'avait parlé de cette revue… Cependant, nous sommes en 1980, il explique que pour lui cette thèse ne va pas plus loin que de vouloir dire qu'un homme en blanc était à Rome, mais il affirme de façon catégorique, que cet homme en blanc n'a et ne pourrait avoir aucun pouvoir sur l'Église parce qu'il n'est pas dans l'Église… enfin… de prime abord sa positon semble catholique…et il semble sincère.

Devant ces explications, nous faisons une entente avec lui, dans les conférences pas de publicité pour la revue... Entente qu'il accepte gracieusement, disant ne pas être attaché à cette revue ou thèse. Les trois conférences font salle comble l'abbé Seuillot repartira vers son pays, et depuis je n'ai plus jamais eue de nouvelles si ce n'est dernièrement j'ai remarqué son nom dans les centres de messes "non una cum".

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 10:06 am

L'Abbé Zins écrit:

Il est étonnant que vous ayez entendu parler à Montréal du discret Abbé Seuillot, et pas du R.P. Barbara qui, ce me semble, était déjà alors venu au Québec et était passé soit à la télévision, soit à la radio ; ce qui lui avait valu d'assez nombreux abonnements à sa revue Forts dans la Foi au Canada.

A moins que, précisément, cela vous ait porté à vous en défier ?

Ce serait fort surprenant, car lui claironnait alors ouvertement et sans détours la Vérité sur l'intrusion de Karol !


Gabrielle écrit:

Non, nous ne nous sommes pas méfiés du Père Barbara, c'est juste qu'à sa première visite en 74 ou75 nous ne savions pas qu'il était au Canada. (Il allait plutôt dans la Beauce.) Une personne avait remis à l'abé Coulombe une cassette du passage à la radio du Père Barbara, c'est d'ailleurs comme cela que nous nous sommes abonnés à sa revue. La seule fois que nous le verrons, mais là c'est JP2 qui est là, il est venu chez nous un soir, juste pour parler... une visite d'une heure environ...

Nous ne nous serions pas défiés du Père Barbara, car la publicité ne nous faisait pas peur, elle était normale.. Ce que je vous dis à l'oreille criez-le sur les toits et c'est ce qu'il faisait... et en cela il a bien fait.

Nous avons vu à la télévision l'abbé de Nantes, mais lui n'avait pas de contact avec les gens en général, si ce n'est ceux de la CRC et l'abbé Saey. Dans l'entrevue télévisée, il reprenait les grandes lignes de son ( je ne me souviens pas du titre.. en latin) [Liber accusationis] où il demandait à Montini de se juger lui-même.... Disons, qu'il ne fut pas classé dans "nos favoris".

Discret , en effet , cet abbé Seuillot. Il nous fut recommandé par un contact d'Ottawa....



Dernière édition par roger le Mar 11 Fév 2014, 10:45 am, édité 1 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 10:11 am

( Ppoursuivons l'histoire )


L'aventure de l'Infâme Trahison.

Nous voilà donc sans messe… Ma mère qui ne veut pas que les âmes se découragent et sachant que face à cette situation, il nous faudrait tout de même avoir de la nourriture pour nos âmes, installe chez nous la "messe sèche" ou "messe blanche". Tous les dimanches après la réunion de prières, nous nous réunissons pour l'étude du Catéchisme du Concile de Trente, la Chaine d'or de Saint Thomas d'Aquin, Épitres de Saint Paul, par Saint Thomas d'Aquin, différents Pères de l'Église, la doctrine des saints sur la spiritualité … enfin, nous sommes à l'école de la doctrine du Divin Maître. Nos dimanches sont entièrement consacrés à l'étude.


Pour nous, une dernière tentative, la publication de l'Infâme Trahison… tout un projet… mais comment le faire connaître?… Je pars en recherche d'une maison de distribution qui voudrait bien l'accepter… j'en déniche une de première importance… elle vient de faire paraître coup sur coup 3 bestsellers (plus 1 million de copies vendues juste au Québec) l'argent coule à flots. Ils seront peut-être plus audacieux… L'entrevue commence mal… c'est un Juif...Ouf! Il m'explique que pour eux ce livre est un risque … je rétorque qu'ils peuvent garder les revenus, je ne demande que de la visibilité dans les librairies, il me regarde d'un œil interrogateur… mais accepte.

Nous avons nos propres éditions (saint-Marc) alors l'aventure commence… publicité dans les journaux, radios, (on m'y invite pour entrevue) enfin tout le battage qu'il faut… M. Txxx me téléphone, ça va plutôt mal, les libraires refusent le livre… et quand ils le prennent, il le place de façon à ce qu'il ne soit pas visible… M .Txxx est intrigué…. Il pense à un complot… et cela le met en rogne… il insistera auprès des libraires… Un libraire finira par lui dire que, l'archevêché avait donné des ordres au sujet de ce livre… M.Txxx est catastrophé… jamais il n'a vu une chose semblable... Par principe de liberté d'expression, il ordonne aux libraires qui ont un contrat avec cette maison de diffusion de placer le livre à la vue… 1 mois s'écoule… M. T.xxx me téléphone, le son de sa voix laisse présager le pire… Effectivement suite à une machination de l'archevêché (ceci confirmé par les têtes dirigeantes de la maison de distribution) tous les avancements de fonds leur sont retirés et c'est la faillite…….

Nous prenons le chemin des catacombes, nos voix sont interdites partout, aucun journal ne veut diffuser même une lettre sur une tribune de réponse … Nous suivons la carrière de l'abbé Zins qui deviendra un allié.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 10:13 am


Une personne nous recommande un prêtre québécois ancien de la Fraternité, ancien prieur de Shawinigan, sorti en raison de l' una cum fin des années 70. Ancien religieux, (frère des écoles chrétiennes) il alla à Écône et fut ordonné dans le milieu des années 70.

Ce prêtre manque de solidité doctrinale (c'est à lui que sera remis les documents de l'abbé B, dans le but de l'aider), il n'a pas beaucoup de facilité pour s'exprimer, mais chez nous dans le privé, cela ne pose pas une grande difficulté… Il viendra pour la messe toutes les 3 semaines..

Un jour il recevra un gros don de sa famille et il lui prend l'idée de faire bâtir une chapelle sur son terrain. Il reste en campagne et à un terrain immense. La chapelle s'ouvre, nous y allons régulièrement même sur semaine… Un petit local indépendant de sa maison, nous donne toutes les commodités qu'il faut.


Dans sa région il fait de l'annonce… là je commence à craindre… Dans le même temps, l'abbé Zins dans sa revue, parle du silence des prêtres… Je tente ma chance et lui en parle… qu'avec les gens susceptibles de venir, il faudra qu'il explique clairement sa position, la nouvelle messe, les intrus de V2… Tout cela semble le dépasser, alors il me demande de rédiger un petit feuillet en plus du livre l'Infâme Trahison que l'on poserait à l'entrée de la chapelle. Je n'aime pas cela, mais, j'accepte en me disant que c'était un moyen de lui donner un coup de main.

Avant de le faire j'attends, pour voir comment il va se débrouiller: après tout l'éloquence n'est pas obligatoire, l'important c'est ce que l'on dit… Non loin de chez lui, il y beaucoup d'indiens, ils viennent nombreux, on voit par leur comportement qu'ils viennent en direct de la nouvelle religion: pas de génuflexion en entrant, restent debout pendant l'élévation, les femmes n'ont pas la tête couverte… enfin plein de trucs comme ça qui montrent leur ignorance... Première réaction, on se dit, c'est normal, ils ont besoin seulement d'être formé… Puis , l'abbé ne prêche plus, l'enseignement fout le camp. Alors j'écris le feuillet... et lui montre, il me dit d'ajouter son nom avec son autorisation, en plus de placer des livres de l'Infâme Trahison, de déposer le tout sur la table en entrant dans la chapelle.

Le Lundi soir, je reçois un téléphone, c'était l'abbé. Il me dit qu'il a enlevé tous les livres et me défend d'en déposer d'autres; il prétend que la messe est la principale raison de sa chapelle, que l'enseignement est secondaire... Tout cela parce que la fille du grand chef indien de la région, avait été offusquée d'apprendre que la nouvelle messe était non catholique et que le Siège de Pierre était vacant. Car faute d'enseignement ces gens venaient à la Messe en latin, comme ils disaient parce que s'était plus beau, mais dans la semaine ils allaient dans leur paroisse.

Je comprenais la réaction de cette Dame, mais il fallait tout simplement la calmer, et reprendre l'explication en lui démontrant la justesse du jugement... et cela l'abbé ne voulait pas le faire… Le silence coupable serait maintenant le maître des lieux et nous en exil…. Pas question de cautionner par notre présence le silence qui laisse les âmes dans les ténèbres…

Ainsi se termine l'histoire de la résistance au Québec…

Et un jour d'octobre 2006 nous sortons de l'ombre avec la Tribune Mi ca El… affermis dans la foi et blindés devant tous les compromis ou attaques… et que ma mère aurait aimé voir ce jour!

DEO GRATIAS


Source : http://www.phpbbserver.com/micael/viewtopic.php?mforum=micael&t=790&postdays=0&postorder=asc&start=0&mforum=micael
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 11 Fév 2014, 10:27 am


Voici le livre de L'INFÂME TRAHISON : http://deojuvante.forumactif.org/t807-l-infame-trahison

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 01 Nov 2016, 9:14 am

Roger Boivin a écrit:
Abé Zins a écrit:

Le cas de cet Abbé Saey est impressionnant !

L'Abbé de Nantes a cassé aussi les tout débuts de l'organisation de la résistance des Prêtres les plus clairvoyants en France qui, autour du R.P. Mexicain Saenz y Arriaga, cherchaient à se regrouper pour clamer ensemble l'illégitimité de P 6, au moment où Mgr L. démarrait à peine et discrètement son oeuvre. (Ce que nous n'avons appris qu'assez récemment.)

Le fondateur de la CRC se réfugia derrière le faux-fuyant de la thèse du "deponendus est", pourtant très clairement démontrée fausse par Saint Robert Bellarmin, et en arriva dans l'entête de son fameux Liber accusationis de 1973 à la contradiction d'accuser Montini-P 6 de schisme, hérésie et apostasie tout en le déclarant son "frère dans la Foi" et en lui demandant de se condamner lui-même !?

Tandis qu'en fin 1971 le R.P. Mexicain Saenz y Arriaga éditait un livre : La nueva iglésia Montiana, en lequel il posait la question de savoir si P 6 pouvait être un Pape légitime ?

Puis, en 1973, son livre majeur : Sede vacante, traduit de l'Espagnol en anglais et répandu aux USA, mais pas en Français et inconnu chez nous, comme le précédent.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Mar 01 Nov 2016, 9:18 am



CONSOLATIONS POUR LES FIDELES En temps de persécution, de schismes, d’hérésies. (Complet) :

http://messe.forumactif.org/t550-consolations-pour-les-fideles-en-temps-de-persecution-de-schismes-dheresies-complet


avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

En quoi consiste la sainteté ?

Message  Roger Boivin le Mar 01 Nov 2016, 11:10 am

gabrielle a écrit:
En quoi consistent, en effet, la sainteté de l’homme et sa perfection? «Les uns — dit saint François de Sales — la mettent en l’austérité, d’autres en l’aumône, d’autres en la fréquentation des sacrements, d’autres en l’oraison. Pour moi, je ne connais point d’autre perfection que d’aimer Dieu de tout son cœur. Sans cet amour, tout l’amas des vertus n’est qu’un monceau de pierres»,

N'est-ce pas l'erreur de plusieurs de nos jours?

N'est-ce pas la mentalité qui circule, qu'on ne peut se sanctifier sans la réception des sacrements?

N'oublie-t-on pas cette sentence: A l'impossible nul n'est tenu ?




CONFIANCE en la Divine Providence Secret de paix et de bonheur, Père Jean-Baptiste Saint-Jure, de la Compagnie

http://messe.forumactif.org/t747-en-quoi-consiste-la-saintete
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA PETITE HISTOIRE DE LA RÉSISTENCE QUÉBÉCOISE À V2 - dans les années 70 - par Gabrielle --

Message  Roger Boivin le Lun 13 Mar 2017, 2:04 pm

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum