La Franc-Maçonnerie dans la Province de Québec en 1883 Par Édouard Hamon

Aller en bas

La Franc-Maçonnerie dans la Province de Québec en 1883 Par Édouard Hamon

Message  Roger Boivin le Mer 15 Jan 2014, 11:10 pm

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11282
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Franc-Maçonnerie dans la Province de Québec en 1883 Par Édouard Hamon

Message  Roger Boivin le Jeu 16 Jan 2014, 12:59 am


Page 260

QUATRIÈME PARTIE

CHAPITRE VIII.

PROGRAMME SECRET DES FRANCS-MAÇONS CANADIENS.

La Maçonnerie Canadienne, depuis qu'elle existe dans notre province a déjà initié des milliers d'hommes à ses mystères, et par conséquent elle leur a fait adopter ses vues religieuses et sa doctrine sociale ( Plus de 1100 canadiens français ont été reçus dans les loges québecquoises depuis 1869 : 740 à Montréal, 210 à Québec les autres dans les diverses loges de la province).

Bon nombre de ces maçons, il est vrai, ont depuis brisé toute relation avec les loges. Sans trop savoir ce qu'était la Maçonnerie, par étourderie ou curiosité, ils s'étaient fait recevoir dans l'ordre: mais dès qu'ils entrevirent le but qu'il se propose, ils se hâtèrent de sortir, et depuis, ils sont redevenus bons et sincères catholiques.

Un certain nombre encore ne seront jamais pour la société que des non-valeurs. Incapables de comprendre les doctrines philosophiques des loges et d'apercevoir les fins qu'elles poursuivent, ils ne voient dans les cérémonies d'initiation qu'une amusette, dans les réunions des frères qu'une occasion de rire et de faire bombance.

Ces personnages épais, ces imbéciles, ces grossiers" comme les nomment dédaigneusement les hauts maçons, ne seront, sans doute, jamais fort dangereux pour la société. La Maçonnerie cependant les reçoit avec empressement, car ils lui rendent de précieux services. " A défaut d'esprit, ils ont des écus ils font nombre,—et remplissent la caisse."

Surtout, fonction importante dans l'ordre, ils servent à masquer aux yeux des profanes les agissements des maçons actifs.

Ceux-là seuls sont dignes du titre de franc-maçon. Ambitieux, intelligents, sachant très bien ce que veut la franc-maçonnerie et le voulant eux-mêmes, ils mettent au service de l'ordre leurs talents et l'influence politique ou sociale qu'il leur a procurée pour travailler plus efficacement à ses fins secrètes.

Leurs efforts commencent à obtenir des succès marqués en Canada.

Et pourtant, dans notre province de Québec, la tâche est ardue, il faut l'avouer.

Le pays est encore foncièrement catholique. La législation, au moins dans ses grandes lignes, se conforme aux principes chrétiens, et le clergé exerce une influence considérable. Les mœurs publiques contrôlées par l'enseignement de l'église condamnent les doctrines et les actes qui lui sont contraires, et imposent à toutes les classes de la société le respect extérieur du culte et des croyances religieuses.

Cependant les idées maçonniques font leur chemin.

Ne pouvant arriver en ligne droite, elles se glissent obliquement, à la sourdine et pénètrent peu à peu dans toutes les classes de la société.

Le programme maçonnique n'est écrit nulle part. On n'en parle jamais officiellement ni dans la presse, ni dans les assemblées politiques, mais ce programme existe.

Un groupe, plus considérable qu'on ne pense, d'hommes influents et habiles travaillent activement à le mettre à exécution. Us vont lentement mais sûrement au but. La chose est évidente, pour quiconque à suivi avec un peu d'attention la marche des idées et des faits, dans notre province, depuis quelques années surtout. Aussi sans craindre d'être taxé d'exagération, je crois pouvoir résumer dans les proposition suivantes, l'ensemble de ces opérations maçonniques, depuis une dizaine d'années à peu près.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11282
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Franc-Maçonnerie dans la Province de Québec en 1883 Par Édouard Hamon

Message  Roger Boivin le Jeu 16 Jan 2014, 1:02 am


Programme secret des francs-maçons Canadiens français

lo. Les francs-maçons Canadiens français auront un soin extrême de cacher leur affiliation aux loges. Le mystère fait leur force et leur sûreté.

Pour éloigner tout soupçon, ils continueront donc de fréquenter les Eglises, d'aller à la messe; même, s'il le faut pour leur influence, ils communieront à Pâques, tout excommuniés qu'ils sont.

Le franc-maçon Voltaire le faisait bien.

2o. Le prosélytisme se fera parmi la jeunesse surtout, dans les conversations, les clubs, les assemblées politiques et littéraires. On avancera des propositions favorables à la doctrine des loges:

"L'Etat est entièrement indépendant de l'Eglise."

"La Religion n'a rien à faire avec la politique."

"Respectons le prêtre à l'Eglise, recevons l'instruction qu'il donne en chair, mais, hors de là, réclamons en politique toute la liberté de nos actes."

"Les majorités font loi. On doit toujours obéir à leurs décisions, car toujours ce qu'elles prescrivent est juste: Vox populi, vox Dei."

"Toutes les Religions sont bonnes. Que chacun garde celle où il est né, et respecte les croyances de ses voisins."

"L'Education appartient à l'Etat."

"Il a le droit et le devoir de la surveiller, de la diriger, de l'imposer même pour le bien général.

"Il peut la rendre " gratuite obligatoire et laïque."

Ces propositions et autres semblables, débitez les de vive voix, mais ne les formulez jamais par écrit.

Si l'on vous attaque, expliquez, atténuez, voilez.

Si vous ne pouvez pas expliquer, niez hardiment avoir jamais rien dit ide semblable.

3o. Affaiblissez le plus possible l'autorité ecclésiastique en la critiquant librement.

Neutralisez la en resserrant de plus en plus le cercle de son action, par tous les moyens en votre pouvoir.

Il faut en venir à murer le prêtre dans la sacristie et dans son Eglise. Faites pénétrer cette idée parmi le peuple. A l'occasion, demandez aux tribunaux civils d'appuyer cette doctrine basée sur les vieux principes gallicans, et si favorable à la propagation des idées maçonniques.

4o. Favorisez tout ce qui s'annonce avec des principes flottants, indécis, faciles, des vues libérales, des tendances plus prononcées du côté des idées modernes.

Soutenez ces hommes, vantez leurs lumières, exaltez leur science. Faite à leurs œuvres un succès d'opinion publique ici et à l'étranger. S'il y a des distinctions honorifiques à obtenir, qu'elles soient accordées autant que possible, à ceux qui se font plus volontiers les champions du progrès moderne.

5o. Par contre, ne cessez de combattre tout ceux qui se donnent comme les défenseurs avoués des doctrines catholiques, et qui les soutiennent par la parole et par la plume.

Faites à ces hommes une guerre de corsaire! Insultes, sarcasmes, insinuations malveillantes, accusations mensongères, calomnies, en un mot, tout ce qui se trouve dans l'arsenal de la Maçonnerie, sera bon pour les combattre et les écraser.

60. L'éducation est aujourd'hui plus que jamais le grand levier pour le bien et le mal. La Maçonnerie continentale fait des efforts suprêmes pour s'emparer de l'école, et par l'école devenir maîtresse de la société.

Commençons ici un travail analogue.

Les difficultés sont sérieuses, l'Eglise contrôle actuellement notre système d'éducation publique. Pour tant la transformation est possible.

Elle dépend du concours de quelques hommes et d'une situation que les chances politiques peuvent amener à brève échéance.

Si le pouvoir tombe entre nos mains, à l'aide de quelques mesures législatives nous échapperons à ce contrôle catholique ou nous le dominerons. Nous pourrons même garder intact notre système actuel, avec ses rouages administratifs d'importation française.

Changeons les hommes, et l'éducation est à nous.

Nous avons le corps, il ne s'agit plus que d'y introduire une âme animée de nos principes.

En attendant préparons les voies.

Centralisons le plus possible. La centralisation est la grande force de nos œuvres.

Restreignons les libertés des écoles indépendantes. Parlons avec réserve de l'enseignement des religieux. Tout en lui donnant quelques louanges de convention, montrons-le inférieur en bien des points à l'enseignement laïque.

"Il est moins pratique, moins avancé dans ses méthodes, moins au courant des améliorations modernes, moins à même de préparer des hommes pour les luttes de la vie... etc."

Combinons en même temps des mesures habiles qui, peu à peu, sans secousse, sans éveiller l'attention publique, augmenteront la force du pouvoir central et prépareront les voies à l'unification de méthode et de direction.

Ce jour là notre but sera atteint. Il n'y aura plus qu'à suivre l'exemple de la France, et à imposer aux élèves des Manuels de morale civique. Le pays sera à nous.

7o. Encouragez de toutes manières les journaux les plus hardis à défendre et à propager les idées modernes.

C'est par la presse surtout, que la Franc-Maçonnerie peut plus facilement et plus surement répandre ses doctrines.

Au milieu d'une Rédaction catholique, glissez un frère, ou du moins un homme favorable à nos idées. Mais qu'il soit prudent et habile, car sa besogne demandera une grande souplesse d'esprit.

Il sera l'avocat discret de nos doctrines et les fera pénétrer goutte à goutte, dans l'esprit de ses lecteurs.

Aujourd'hui, un article avec des principes dangereux ou faux, mais enveloppés de formules respectueuses et soumises.

Demain, une appréciation défavorable à des hommes ou à des œuvres catholiques.

Un autre jour, un éloge de la Révolution et de ses bienfaits, une excuse de ses violences, une communication attaquant quelque vérité religieuse ou sociale.

L'écrivain maçonnique a mille moyens à sa disposition, pour distiller dans un Journal le poison de la doctrine des loges.

Les articles ne sont pas signés. Toute la Rédaction est censée responsable mais en définitif cette responsabilité ne retombe sur personne.

Si un catholique, indigné de ces attaques veut les relever dans le Journal, cet être collectif nommé la Rédaction, fera une espèce d'apologie: "l'article a été écrit à la hâte, il avait échappé à la révision... on le regrette... etc." Formules banales qui ne rétablissent rien, et qui ne remédient à rien.

Le censeur sera cependant obligé de s'en contenter et de se taire.

La mauvaise doctrine restera et l'on aura soin de la commenter le soir dans les conversations et dans les clubs.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11282
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Franc-Maçonnerie dans la Province de Québec en 1883 Par Édouard Hamon

Message  Roger Boivin le Jeu 16 Jan 2014, 1:04 am


*

Les résultats de ces manœuvres maçonniques sont déjà fort sensibles en Canada.

L'Autorité a beaucoup perdu de son prestige et de ses droits au respect et à l'obéissance des catholiques. La vigueur des principes chrétiens s'affaiblit et baisse. Les idées modernes font vite leur chemin surtout parmi la jeunesse et bon nombre de citoyens appartenant aux professions libérales de la société. Les catholiques sont devenus hésitants, timides, peureux. Ils n'osent plus affirmer hautement leurs principes, ni soutenir les droits de Dieu et de son Eglise. Ils craignent d'être taxé d'exagération, de fanatisme ; de passer pour des esprits chagrins qui voient tout en noir et veulent à tout prix s'ériger en censeurs de leurs frères. Pour échapper à cette situation pénible, plusieurs fléchissent et commencent à faire des concessions. Or quand un catholique fait à ses ennemis acharnés des concessions de principes ou de doctrine, il est perdu. Ou s'arrêtera-t-il en effet? Concéder un point de la doctrine de l'Eglise, c'est s'engager logiquement à concéder le tout, dès que l'ennemi l'exigera.

Il y a du malaise dans notre société canadienne. Les catholiques sentent d'instinct la présence et l'action d'un ennemi invisible, à l'œuvre au milieu d'eux. Ils s'aperçoivent qu'il mine peu à peu les bases de leurs institutions religieuses et nationales, et qu'il prépare en secret des ruines qui ne pourront plus se relever.

Cet ennemi, ils le nomment d'un mot: C'est la Franc-Maçonnerie, non pas audacieuse, provocatrice, violente comme en Europe; on pourrait alors lutter corps à corps avec elle et la vaincre, mais insidieuse, cachée, tortueuse: on la voit dans bien des endroits, on ne parvient à la saisir nulle part, on veut arracher des masques, et ces masques retombent plus impénétrables que jamais.

Vrai serpent venimeux, qui distille son poison en silence, dans l'ombre, dès qu'on veut l'approcher, il se dérobe et fuit.

L'hypocrisie est le trait caractéristique du franc-maçon canadien.

En commençant sa besogne impie et sacrilège, il fait pieusement son signe de la croix.

Il se courbe plus profondément que qui que ce soit sous une bénédiction d'évêque.

Il crie à tout venant son respect pour l'autorité ecclésiastique, sa soumission aux moindres désirs du Pape, son obéissance à tous les points de la doctrine de l'Eglise, à toutes les décisions de sa discipline. Ce pharisien des loges ne cesse d'énumérer les services qu'il rend, dit-il, à la Religion et à ses Institutions catholiques. Or ces prétendus services, sont des insultes véritables. Cette insolente protection est une injure sanglante, capable de compromettre à tout jamais ceux qui auraient l'imprudence de l'accepter, même une seule fois et de la prendre comme auxiliaire dans la lutte.

On sait en effet, ce que sont les franc-maçons le but qu'ils poursuivent, et les intentions qui les animent quand ils feignent d'offrir leur alliance aux catholiques.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11282
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Franc-Maçonnerie dans la Province de Québec en 1883 Par Édouard Hamon

Message  Roger Boivin le Jeu 16 Jan 2014, 1:05 am


*

Voir de la Maçonnerie partout en Canada, c'est exagération regrettable; n'en voir nulle part, c'est aveuglement fatal ; ou trahison détestable.

Le mal existe, il faudrait être aveugle pour ne le point voir. Il fait des progrès inquiétants, surtout dans les grands centres. Nous avons donc, nous catholiques, à être vigilants et à le combattre par tous les moyens en notre pouvoir. La masse du peuple, dans notre province de Québec, est encore foncièrement catholique, il est vrai, les églises sont trop étroites pour contenir la foule qui s'y presse, je l'accorde. Mais il en était ainsi en France, quand la Révolution de 1789 éclata. Le peuple allait à la messe et quatre ans plus tard, il dansait la Carmagnole autour des échafauds.

La corruption dans les sociétés part d'en haut, puis elle descend vite jusque dans les plus basses couches sociales; et quand on s'est assuré de la tête, l'on peut à coup sûr, compter sur le cœur, le bras et la volonté, c'est-à-dire, sur l'homme tout entier.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11282
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Franc-Maçonnerie dans la Province de Québec en 1883 Par Édouard Hamon

Message  Roger Boivin le Jeu 16 Jan 2014, 1:06 am


*

Rappelons nous donc les graves avertissements que Mgr l'Archevêque de Québec, donnait aux fidèles du Canada dans son Mandement du 10 Juin 1883, sur les Sociétés Secrètes :

"Personne d'entre vous, Nos Très Chers Frères, disait-il, n'ignore que pour de très solides raisons la Ste Eglise Catholique défend à ses enfants de s'enrôler dans les Sociétés Secrètes, soit qu'on y exige un serment, soit que l'on s'y contente d'une simple promesse.

La peine d'excommunication qu'encourt par le fait même celui qui viole cette défense montre assez quelle importance l'Eglise y attache.

"L'expérience disaient en 1868 les Pères du Quatrième Concile de Québec, prouve le danger qu'elles offrent pour la Religion et pour la Société. D'ailleurs le simple bon sens ne dit-il pas que la vérité et la justice ne redoutent point la lumière, et qu'une association dont le but serait honnête et avouable ne s'envelopperait pas ainsi de mystères impénétrables ?"

[..]

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11282
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Franc-Maçonnerie dans la Province de Québec en 1883 Par Édouard Hamon

Message  Roger Boivin le Ven 31 Oct 2014, 8:18 am

FRANC a écrit:
La Cité antichrétienne au XIXème siècle, La franc-maçonnerie, Tome 1 et 2, par D. P. Benoit, Paris, 1886
http://dlib.rsl.ru/viewer/01004448491#?page=1

Il y a la partie I du tome I, en ce PDF : http://www.liberius.net/livres/Les_erreurs_modernes_%28tome_1%29_000000069.pdf

Biographie du Père Benoit : http://www.biographi.ca/fr/bio/benoit_paul_14F.html
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11282
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum