Le Martyr

Aller en bas

Le Martyr

Message  Roger Boivin le Sam 21 Déc 2013, 8:02 am

 
S.S. Eugène IV, Bulle Cantate Domino, dans Dumeige, La Foi Catholique, Éditions de l'Orante, Imprimatur 1960, p. 266 (Denzinger 714) a écrit :

   « Personne, si grandes soient ses aumônes, eût-il versé son sang pour le nom du Christ, ne peut être sauvé s'il ne demeure dans le sein de l'unité de l'Église catholique.»

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11149
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Martyr

Message  ROBERT. le Sam 21 Déc 2013, 3:30 pm

roger a écrit:
 
S.S. Eugène IV, Bulle Cantate Domino, dans Dumeige, La Foi Catholique, Éditions de l'Orante, Imprimatur 1960, p. 266 (Denzinger 714) a écrit :

   « Personne, si grandes soient ses aumônes, eût-il versé son sang pour le nom du Christ, ne peut être sauvé s'il ne demeure dans le sein de l'unité de l'Église catholique.»


Dussiez-vous, dussions-nous écrire cette citation de notre propre sang !

VIVA CRISTO REY ! VIVA !
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33374
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Martyr

Message  Roger Boivin le Sam 21 Déc 2013, 4:53 pm


Saint Cyprîen :

« Quelle paix peuvent donc se promettre, de la part de Dieu, ceux qui sont ennemis de leurs frères ? Et quels sacrifices pourront offrir ceux qui se mettent en opposition avec les prêtres de Jésus-Christ ? Croient-ils que Jésus-Christ soit avec eux, lorsqu'ils sont ensemble, s'ils n'ont d'union que hors de l'Eglise ? Quand ils souffriraient la mort pour la confession de son nom, tout leur sang n'est pas capable d'effacer cette tache. Le schisme est un crime si énorme que la mort même ne saurait l'effacer. Hors de l'Eglise, point de véritable martyr. Celui-là ne peut arriver au royaume qui abandonne l'Eglise, c'est-à-dire celle qui doit régner. En vain seront-ils exposés au feu et aux bêtes, ce ne sera pas la couronne de leur foi, mais la peine de leur perfidie ; ce ne sera pas l'effet d'un courage héroïque, mais d'un désespoir diabolique. Un tel homme peut bien être tué ; mais il ne saurait être couronné. Dieu nous a donné la paix ; il nous a fait un devoir de l'union et de la charité fraternelles. Quiconque brise les liens de la charité fraternelle n'a plus droit à la couronne des martyrs ».

Saint Cyprien ou De L'Unité De L'Église -- 1878 :

https://archive.org/stream/8DSUP92#page/n135/mode/2up

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11149
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Martyr

Message  Roger Boivin le Sam 21 Déc 2013, 4:56 pm





VIVA CRISTO REY ! VIVA !
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11149
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Martyr

Message  Roger Boivin le Ven 07 Nov 2014, 10:38 am


A propos des Cristeros, qui ont tous été tués, ou quasi, il me revient en mémoire ces armées chrétiennes passées au martyr :


10 Mars
Les QUARANTE MARTYRS de SÉBASTE
(320)

L'empereur Licinius ayant ordonné que toute son armée sacrifiât aux dieux, quarante soldats de la Légion fulminante, alors campée à Sébaste, en Arménie, refusèrent de trahir la foi de leur baptême et n'eurent tous qu'une réponse aussi simple que sublime: "Nous sommes chrétiens!" Ni la douceur, ni les menaces ne peuvent les gagner, et, après quelques jours de prison, ils sont conduits au supplice.

On était en plein hiver. Il y avait près de la ville un étang couvert de glace; le gouverneur donna l'ordre d'y exposer les quarante soldats pendant toute une nuit. Les saints martyrs, joyeux de souffrir pour Jésus-Christ, disaient: "Il est bien difficile, sans doute, de supporter un froid si aigu; mais ce sera une chose douce d'aller en Paradis par ce chemin; le tourment est peu de temps, et la gloire sera éternelle; cette nuit cruelle nous vaudra une éternité de délices. Seigneur, nous entrons quarante au combat, faites que nous soyons quarante à recevoir la couronne."

Qui pourrait imaginer les tortures endurées par ces hommes héroïques sur leur lit de glace? La seule pensée en fait frémir. Au milieu de la nuit, un des combattants se laissa vaincre par l'intensité du froid, il abandonna le poste d'honneur et vint se jeter dans le bassin d'eau tiède préparé à dessein; mais la brusque transition de température le suffoqua; il expira aussitôt, perdant à la fois la vie de la terre et la vie du Ciel: fin doublement misérable, qui ne servit qu'à fortifier tous les autres martyrs dans leur inébranlable résolution de souffrir jusqu'à la mort.

En ce moment une brillante lumière inonda la surface glacée; l'un des gardiens, ébloui par cette céleste clarté, leva les yeux et vit des anges descendre du Ciel, tenant à la main des couronnes suspendues au-dessus de la tête des généreux martyrs; mais la quarantième couronne était sans destination: "Elle sera pour moi," se dit-il, et quittant ses vêtements, il alla remplacer sur la glace le malheureux apostat, en s'écriant: "Je suis chrétien!"

Le lendemain matin, les martyrs respiraient encore; le gouverneur leur fit briser les jambes et ordonna de les jeter dans un bûcher ardent. Le plus jeune d'entre eux, Méliton, était encore plein de vie; mais, aidé des exhortations de son héroïque mère, il résista à toutes les sollicitations des bourreaux, et consomma dans le feu son sacrifice avec ses glorieux compagnons.

Leurs corps furent brûlés, et leurs ossements jetés dans une rivière; mais ils flottèrent sur l'eau et furent recueillis par les fidèles.

Les soldats chrétiens des premiers siècles ont souvent illustré leur foi et leur courage dans les supplices, au milieu des persécutions.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.


http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Jaud_Saints/calendrier/Vies_des_Saints/03-10.htm




22 Septembre
SAINT MAURICE et ses compagnons
Martyrs
(+ 286)

Le 22 septembre 286 vit un spectacle à la fois sublime et épouvantable: une légion romaine entière, général en tête, immolée par un barbare empereur pour n'avoir pas voulu renoncer à Jésus-Christ. Cette légion était la Légion Thébéenne; ce général, saint Maurice, et ce tyran, Maximien. La Légion Thébéenne portait ce nom parce qu'elle avait été recrutée en Thébaïde. Elle fut du nombre de celles que l'empereur emmena combattre la Gaule en révolte. Après le passage des Alpes, un sacrifice solennel fut ordonné. La légion chrétienne, ne voulant pas y prendre part, se retira près du lieu appelé aujourd'hui Saint-Maurice-d'Agaune. L'empereur les enjoignit de se réunir à l'armée pour la fête. Mais Maurice et ses compagnons, se rappelant qu'il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes, se virent dans la triste nécessité de désobéir.

Cette désobéissance, n'était pas, pour ces braves soldats, vainqueurs sur vingt champs de bataille, un acte de félonie, mais un acte d'héroïque loyauté. Aussitôt le prince barbare donna l'ordre de décimer la légion. A voir ce bataillon de six mille hommes rangés en ordre de combat, ayant à sa tête Maurice, à cheval, avec ses brillants officiers, Exupère, Maurice et Candide, il semble qu'on eût pu craindre une résistance par la force; mais non, les disciples de Jésus-Christ ne cherchaient et n'attendaient qu'une victoire pacifique, la victoire sur le monde, et la conquête du Ciel par le martyre. Les noms des soldats sont jetés dans les casques des centurions; six cents sur six mille vont périr; les victimes désignées embrassent leurs camarades, qui les encouragent et qui envient leur sort; bientôt le sacrifice est consommé, et la plaine ruisselle du sang des martyrs.

Les survivants persistent à se déclarer chrétiens, et la boucherie recommence; six cents nouveaux élus rougissent de leur sang les rives du Rhône. Les autres sauront mourir jusqu'au dernier; mais ils envoient au tyran un message avec une lettre admirable: "Empereur, nous sommes vos soldats; nous sommes prêts à combattre les ennemis de l'empire; mais nous sommes aussi chrétiens, et nous devons fidélité au vrai Dieu. Nous ne sommes pas des révoltés, nous aimons mieux être des victimes que des bourreaux: mieux vaut pour nous mourir innocents que de vivre coupables." Maximien, désespérant d'ébranler leur constance, les fit massacrer tous en masse.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Jaud_Saints/calendrier/Vies_des_Saints/09-22.htm#maurice

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11149
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Martyr

Message  gabrielle le Sam 08 Nov 2014, 8:02 am

Ce texte de S.S. Eugène IV est la condamnation des "canonisations" œcuméniques faites par la secte.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17829
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Martyr

Message  Roger Boivin le Sam 08 Nov 2014, 11:05 am

roger a écrit:
 
S.S. Eugène IV, Bulle Cantate Domino, dans Dumeige, La Foi Catholique, Éditions de l'Orante, Imprimatur 1960, p. 266 (Denzinger 714) a écrit :

   « Personne, si grandes soient ses aumônes, eût-il versé son sang pour le nom du Christ, ne peut être sauvé s'il ne demeure dans le sein de l'unité de l'Église catholique.»


Et, (non selon la secte, mais selon la véritable Église catholique), qu'est-ce qu'être dans le sein de l'unité de l'Église ?
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11149
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Martyr

Message  ROBERT. le Sam 08 Nov 2014, 2:11 pm

gabrielle a écrit:Ce texte de S.S. Eugène IV est la condamnation des "canonisations" œcuméniques faites par la secte.

Exactement.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33374
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Martyr

Message  Roger Boivin le Mer 18 Fév 2015, 2:53 pm

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11149
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum