LA CERISE SUR LE SUNDAE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA CERISE SUR LE SUNDAE.

Message  ROBERT. le Lun 17 Juin 2013, 7:48 pm

..V
Votre histoire de gâteau, Anne, m'a fait me ressouvenir d'une belle histoire que voici:
 
 
Gâteau de DESCARTES… (Récit: je pense qu’il émane, en partie, de M. l’abbé Georges de Nantes…)

(Ici, on appellerait çà : «LA CERISE SU'LE SUNDAE»)


1. Un étudiant, de niveau c.e.g.e.p. (entre le secondaire et l’université), poursuivait de longues études, en philosophie notamment, avec des «auteurs» comme Kant, Hegel, et surtout Descartes. Sa maman, qui était une bonne catholique, qui résistait, de toute sa foi, en étant privée de tous les sacrements et de toute direction sacerdotale, au schisme, à l’hérésie, et à l’apostasie universelles qui existent aujourd’hui avec, comme propagandiste planétaire de toute cette boue et de tout ce blasphème, Joseph, l’INTRUS en calotte blanche à Rome…

Cette maman, la cinquantaine avancée, mère d’un jeune homme dans la vingtaine, était douée d’un esprit d’observation, d’une intelligence et d’un gros bon sens peu communs, d’un bon gros bon sens "sans bon sens"...

 
 
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31873
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CERISE SUR LE SUNDAE.

Message  ROBERT. le Mar 18 Juin 2013, 9:58 am

.
 LA CERISE SUR LE SUNDAE (SUITE)
 
2. Le fameux   «je pense, donc je suis» du non moins fumeux René, était, aux yeux de notre universitaire, la trouvaille du siècle, l’invention de la roue, l’invention du bouton à quatre trous, et surtout la panacée universelle à toutes les questions qui ont hanté et qui ont préoccupé toutes les civilisations passées et surtout futures.  Il voulait faire part, et surtout, amener, persuader et convaincre sa bonne mère qu’il avait trouvé l’élixir, la fontaine de Jouvence, le nectar des dieux de toutes les philosophies passées,  — la philosophie thomiste surtout — et de toutes les métaphysiques…
 
 
Il s’y employa de tout son saoul pendant près d’un mois, apportant arguments, contre-arguments,  etc, etc... Sa bonne mère l’écouta avec amour et patience.  Au bout d’un certain temps, elle lui dit: «Quel dessert préfères-tu le plus ?»  — « Le gâteau au chocolat Forêt-Noire» fut sa réponse.  «Eh bien ! Demain, je t’en ferai un…»
 
 
Vous auriez dû voir la mère cordon-bleu à ses cuisines et à ses fourneaux ! Quelle expertise, quel doigté et surtout quel amour elle déploya pour son fils !...  Le jeune homme, étudiant «rené» et les autres fossoyeurs de la religion catholique, sentait et humait, du salon, les fumets odoriférants du chocolat, de la pâte spécialement apprêtée et des ingrédients spéciaux, propres à toute bonne cuisinière…
 
 
Arrive le jour «j», l’heure «h» et la minute «m»… La maman arrive dans la cuisine, le garçon étant prêt à savourer son plat favori…

 
 
À suivre…


Dernière édition par ROBERT. le Sam 24 Déc 2016, 7:35 pm, édité 1 fois (Raison : mise en forme)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31873
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CERISE SUR LE SUNDAE.

Message  ROBERT. le Mer 19 Juin 2013, 10:37 am

..
La Cerise sur le sundae (suite)
 
3.  Que découvre-t-il dans son assiette ?  Oh horreur ! elle est vide, néant, rien, nihil …  
 
Quelle frustration, quel étonnement devant sa maman qui l’aime bien, qui l’aime pour Dieu. Incompréhension totale !! Désarroi complet...  Il se risque timidement: « Mais,… il n’y a rien dans mon assiette maman ! »   — «Si, il y a quelque chose mon enfant !»  — «Non, il n’y a rien !»  Complètement décontenancé le garçon...  À la fin, sa mère lui chuchote à l’oreille: « Facile, mon fils: tu n’as qu’à PENSER qu’il y a un morceau de gâteau, tu n’as qu’à PENSER au dessert, et voilà, le tour est joué !... «Ton» Descartes n’affirme-t-il pas, qu’en y pensant, qu’à force de penser, de réfléchir, tu feras apparaître, comme par magie, (je soupçonne Descartes de faire partie d’une société ésotérique…Suspect) la réalité des choses… comme si Dieu nous donnait la pensée AVANT de nous donner l’être, l’existence, avant de nous créer… Encore un autre qui veut que Dieu ait créé toute chose d’une manière différente dont Il le fit…  Encore un discutailleur à propos de tout et de rien – surtout à propos de rien  — Encore un «tricoteux de panier», un «pelleteux de boucane» qui met la charrue avant les bœufs, tout comme satan voulut se mettre à l’égal de Dieu et même avant Lui…»
 
à suivre…


Dernière édition par ROBERT. le Lun 24 Nov 2014, 2:20 pm, édité 2 fois (Raison : mise en forme)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31873
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CERISE SUR LE SUNDAE.

Message  ROBERT. le Jeu 20 Juin 2013, 10:21 am

....
La cerise sur le sundae (fin)
 
4. Inutile de vous dire qu’après cette belle et toute simple démonstration par sa bonne mère de la fou-thèse des cartésiens et autres INTRUS, tous ses arguments sont tombés à plat, c’est le cas de le dire…! Et il n’a plus jamais embêté sa mère et qui que ce soit d’autre, avec de pareilles sornettes…et s’est mis à l’étude de la seule philosophie, de la vraie philosophie, de celle du Docteur Angélique… 
 
 -  FIN  -  
 
IIIa, avant-propos, par P. Synave, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1954, pp. 6-7 a écrit:
"En tout ce que le Christ a fait ou souffert, étaient réunies à la fois la faiblesse humaine et la puissance divine.  A sa naissance il est enveloppé de langes et déposé dans une crèche, mais il est loué par les anges et adoré par les Mages, conduits par une étoile.  Il est tenté par le démon, mais servi par les anges.  Il vit pauvre et mendiant, mais il ressuscite les morts et rend la vue aux aveugles.  Il meurt cloué à la croix et est compté au nombre des voleurs, mais à sa mort le soleil s’obscurcit, la terre tremble, les pierres se brisent, les tombeaux s’ouvrent et les corps des morts ressuscitent.  

Si donc, après avoir vu sortir de tels débuts un si grand résultat, à savoir la conversion du monde presque tout entier au Christ, on demandait encore d’autres signes pour croire, on serait plus dur que la pierre, car à sa mort les rochers eux-mêmes se sont fendus."
( De rationibus fidei. Les explications de la foi. )

.
 
« Tu as bien écrit de Moi, Thomas. Quelle récompense désires-tu recevoir ? ».
 Et le saint, pénétré d’amour, s'écria: « Point d'autre que Vous, Seigneur ! »
 
SAINT THOMAS D’AQUIN, CONFESSEUR ET DOCTEUR DE L’ÉGLISE
ET PATRON DES ÉCOLES CATHOLIQUES, PRIEZ POUR NOUS…
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31873
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum