La secte et les bouddhistes

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La secte et les bouddhistes

Message  Benjamin le Ven 03 Mai 2013, 6:50 am


On pourrait croire que c'est une blague. Ça n'en est pas une.

Message aux Bouddhistes, pour la vie


Conseil "pontifical" pour le dialogue interreligieux


Rome, 2 mai 2013 (Zenit.org) | 165 clics


MESSAGE AUX BOUDDHISTES
POUR LA FÊTE DE VESAKH 2013, ÈRE BOUDDHISTE 2556


"Chrétiens" et bouddhistes : aimer, défendre et promouvoir la vie humaine


Chers amis bouddhistes,

1. Au nom du Conseil "pontifical" pour le dialogue interreligieux, je voudrais vous présenter à tous mes salutations cordiales et mes bons vœux, tandis que vous célébrez la fête de Vesakh qui nous offre, à nous "chrétiens", une occasion de renouveler notre dialogue amical et notre étroite collaboration avec les différentes traditions que vous représentez.

2. [L'antipape] François, dès le début de son "ministère", a réaffirmé la nécessité du dialogue amical entre les fidèles des différentes religions. Il remarquait que « [la secte] est consciente de la responsabilité que nous avons tous à l’égard de notre monde, de la création tout entière, que nous devons aimer et protéger. Nous pouvons faire beaucoup pour venir en aide aux pauvres, aux nécessiteux et à ceux qui souffrent, et pour favoriser la justice, promouvoir la réconciliation et construire la paix » (Audience aux représentants des Églises et des communautés ecclésiales, et des différentes religions, 20 mars 2013). Le message pour la journée mondiale de la paix 2013, intitulé « Heureux les artisans de paix », remarque que « le chemin pour atteindre le Bien Commun et la paix est avant tout celui du respect de la vie humaine dans tous ses aspects, à commencer par sa conception, en passant par son développement et en allant jusqu’à sa fin naturelle. Les véritables artisans de paix sont donc ceux qui aiment, défendent et promeuvent la vie humaine dans toutes ses dimensions, personnelle, communautaire et transcendante. La vie dans sa plénitude est l’apogée de la paix. Celui qui aime la paix ne peut tolérer des attaques et des crimes contre la paix » (Message pour la Journée mondiale de la Paix en 2013, n.4).

3. Je voudrais dire que [la secte] montre un respect sincère pour votre noble tradition religieuse. Nous remarquons bien souvent une consonance avec les valeurs exprimées aussi dans vos livres religieux : respect pour la vie, contemplation, silence, simplicité (cf. Verbum Domini, n° 119). Notre dialogue fraternel spécifique a besoin de manifester que nous, bouddhistes et "chrétiens", avons en commun, spécialement le fait que nous partageons un profond respect pour la vie.

4. Chers amis bouddhistes, votre premier précepte vous apprend à vous abstenir de détruire la vie de tout être sensible, et par conséquent il interdit le meurtre de soi-même et des autres. La pierre d’angle de votre éthique réside dans une réelle affection pour tous les êtres. Nous, "chrétiens", nous croyons que le cœur de l’enseignement moral de Jésus est double : amour de Dieu et amour du prochain. Jésus dit : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés; demeurez dans mon amour ». Et encore : « Voici mon commandement : aimez- vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Catéchisme de [la secte], n. 1823). Le cinquième commandement chrétien, « Tu ne tueras pas » s’harmonise très bien avec votre premier précepte. Nostra Ætate enseigne que « [la secte] ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions » (NA 2). Je pense, par conséquent, que ce qui est urgent pour les Bouddhistes aussi bien que pour les "chrétiens", sur le fondement de du patrimoine spécifique de nos traditions religieuses, est de créer un climat de paix pour aimer, défendre et promouvoir la vie humaine.

5. Comme nous le savons tous, en dépit de ces nobles enseignements sur la sainteté de la vie humaine, le mal sous différentes formes contribue à la déshumanisation de la personne en affaiblissant le sens de l’humanité chez les individus et dans les communautés. Cette situation tragique nous invite, bouddhistes et "chrétiens", à unir nos mains pour démasquer les menaces contre la vie humaine et à réveiller la conscience morale de nos fidèles respectifs pour provoquer une renaissance spirituelle et morale des individus et des sociétés afin d’être de véritables artisans de paix qui aiment, défendent et promeuvent la vie humaine dans toutes ses dimensions.

6. Chers amis bouddhistes, continuons à collaborer dans un esprit de compassion et de fraternité renouvelées, pour soulager les souffrances de la famille humaine en favorisant le caractère sacré de la vie humaine. C’est dans cet esprit que je vous souhaite encore une fois une fête de Vesakh remplie de paix et de joie.

Jean-Louis Cardinal Tauran
Président

Père Miguel Ángel Ayuso Guixot, MCCJ
Secrétaire


( source : http://www.zenit.org/fr/articles/message-aux-bouddhistes-pour-la-vie )
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6528
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Roger Boivin le Ven 03 Mai 2013, 8:21 am

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10767
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Rosalmonte le Ven 03 Mai 2013, 8:56 am

Le v'là, Tauran, avec des hindouistes, même daube que le bouddhisme:



Et v'là un de ses prédecesseurs:

avatar
Rosalmonte

Nombre de messages : 1942
Date d'inscription : 16/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  gabrielle le Ven 03 Mai 2013, 10:13 am

Berlingot espère sans doute atteindre le nirvana!

Le bouddhisme considère qu'il existe trois poisons pour l'esprit :
Avidité ou Soif
Colère ou Aversion
Ignorance ou Indifférence

Certaines écoles en ajoutent deux : la jalousie et l'orgueil.

Selon le Bouddha et sa philosophie la souffrance naît du désir ou de l'envie. C'est en les supprimant tous deux qu'il serait parvenu au nirvāṇa.

Réincarnation bouddhiste.

À cause des trois poisons et de l'interdépendance, les hommes sont assujettis au Saṃsāra (le cycle des renaissances). Le « monde » (Loka) dans lequel ils renaîtront après leur mort dépendra de leur karma, c'est-à-dire de leurs actions passées. Cette renaissance ne fait donc que prolonger indéfiniment la souffrance (« la fatigue de remplir les cimetières » dit l'Assu Sutta8). Conformément à la philosophie bouddhiste, ce n'est ni le même, ni un autre qui renaît. Ce n'est donc pas, comme dans le principe de la réincarnation, une âme immortelle qui se « réincarne ». En effet, la notion de réincarnation implique l’existence d’une âme immortelle qui entre et sort d’un corps et entre à nouveau dans un autre, mais, selon la croyance bouddhiste, il n’existe rien de tel. Ce qui subsisterait après la mort ne serait pas une « âme », mais une énergie psychique qui réapparaîtrait ensuite sous une autre forme lors de la renaissance (excepté pour celui qui a atteint le nirvāṇa).

Le Bouddha propose de se réveiller de ce cauchemar, de chasser la confusion et l'illusion pour être illuminé par la réalité. Ainsi, la souffrance et le cycle karmique seraient brisés. Il définit le « but ultime » de son enseignement comme étant « la délivrance », le « dénouement », « la libération de la souffrance » ou nirvāṇa.


En fait, le cauchemar c'est Berlingot lui-même!
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Ven 03 Mai 2013, 4:12 pm

Rosalmonte a écrit:Le v'là, Tauran, avec des hindouistes, même daube que le bouddhisme:




Tauran, le seul qui ne sourit pas...

Il n’y a rien à comprendre dans toute cette dialectique élucubrative et philosophique karmique !!

A force de vouloir se faire copain-copain avec toutes les sectes et superstitions, les modernos vont se réveiller,

non dans le nirvāṇa, (anéantissement extatique) mais bel et bien dans la RÉALITÉ de l’enfer…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Benjamin le Ven 25 Avr 2014, 5:07 am

"Chrétiens" et Bouddhistes: promouvons ensemble la fraternité


Message du CPDI pour la fête de Vesakh


"Chrétiens et Bouddhistes: promouvons ensemble la fraternité": c'est le thème du message adressé aux Bouddhistes, pour la fête de Vesakh, par le "cardinal" Jean-Louis Tauran et par le "P." Miguel Angel Ayuso Guixot, MCCJ, respectivement président et secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue "interreligieux".



Le message dit notamment: "Nous, bouddhistes et "chrétiens", nous vivons dans un monde trop souvent déchiré par l'oppression, l'égoïsme, le tribalisme, les rivalités ethniques, le fondamentalisme religieux et la violence. Un monde où « l'autre » est considéré et traité comme un être inférieur, une non- personne ou quelqu'un à craindre et, si possible, à éliminer. Cependant, nous sommes appelés, dans un esprit de coopération avec tous les pèlerins de bonne volonté, à respecter et à défendre notre humanité commune dans la diversité socio-économique, politique et religieuse."

Cette fête de Vesakh se célèbre cette année le 13 mai. Communément appelée « fête des moissons », elle célèbre la naissance, l'éveil et la mort - Paranirvana - du Bouddha. Ces trois événements auraient eu lieu, selon la tradition bouddhique, le même jour. La communauté bouddhiste - la Sangha - se réunit ce jour-là pour méditer sur ces trois moments de la vie du Bouddha afin de puiser de nouveau à la source de son inspiration.


Chrétiens et Bouddhistes: promouvons ensemble la fraternité


Chers Amis bouddhistes,

1. Au nom du Conseil "Pontifical" pour le Dialogue "Interreligieux", j’ai le plaisir de vous adresser, une fois encore et où que vous soyez de par le monde, mes meilleurs vœux à l'occasion de votre fête du Vesakh.

2. Nos vœux s’inspirent cette année du message [de l'antipape] François pour la Journée mondiale de la Paix 2014, intitulé : La fraternité, fondement et route pour la paix. En effet, [l'antipape] François y observe que « la fraternité est une dimension essentielle de l’homme, qui est un être relationnel. La vive conscience d’être en relation nous amène à voir et à traiter chaque personne comme une vraie sœur et un vrai frère ; sans cela, la construction d’une société juste, d’une paix solide et durable devient impossible » (n ° 1).

3. Chers amis, votre tradition religieuse est marquée par la conviction que les relations amicales, le dialogue, l'échange de dons, le partage harmonieux et respectueux des points de vue conduisent à une attitude de bonté et d'amour qui, à son tour, engendre des relations authentiques et fraternelles. Vous êtes également convaincus que la source de bien des maux est l'ignorance et l'incompréhension qui, fruits de la cupidité et de la haine, conduisent à leur tour à la destruction des liens de fraternité. Malheureusement, « l’égoïsme quotidien qui est à la base de nombreuses guerres et de nombreuses injustices », nous empêche de voir les autres « comme des êtres faits pour la réciprocité, pour la communion et pour le don ». (Message pour la Journée mondiale de la Paix 2014, n. 2). Cet égoïsme conduit inévitablement à percevoir les autres comme une menace.

4. Nous, bouddhistes et "chrétiens", nous vivons dans un monde trop souvent déchiré par l'oppression, l'égoïsme, le tribalisme, les rivalités ethniques, le fondamentalisme religieux et la violence. Un monde où « l'autre » est considéré et traité comme un être inférieur, une non- personne ou quelqu'un à craindre et, si possible, à éliminer. Cependant, nous sommes appelés, dans un esprit de coopération avec tous les pèlerins de bonne volonté, à respecter et à défendre notre humanité commune dans la diversité socio-économique, politique et religieuse. Ancrés dans nos croyances religieuses différentes, nous sommes appelés, en particulier, à dénoncer ouvertement tous les maux sociaux qui nuisent à la fraternité ; à guérir les autres de ce qui les empêche de grandir dans la générosité désintéressée, à être les réconciliateurs qui brisent les murs de division dans la société, et à promouvoir une véritable fraternité entre les individus et les groupes.

5. Notre monde d'aujourd'hui est témoin du sentiment croissant de notre humanité commune et de la recherche globale d’un monde plus juste, paisible et convivial. Mais la réalisation de cet espoir dépend de la reconnaissance de valeurs universelles. Nous espérons que le dialogue "interreligieux", en reconnaissant les principes fondamentaux de l'éthique universelle, puisse aider à promouvoir un sens renouvelé de la profonde unité et de la fraternité entre tous les membres de la famille humaine. Véritablement, « chacun de nous est appelé à être un artisan de paix, qui unit au lieu de diviser, qui étouffe la haine au lieu de l’entretenir, qui ouvre des chemins de dialogue au lieu d’élever de nouveaux murs ! Dialoguer, se rencontrer pour instaurer la culture du dialogue dans le monde, la culture de la rencontre » (Discours [de l'antipape] François aux participants à la Rencontre internationale pour la paix organisée par la Communauté de Sant'Egidio, 30 septembre 2013).

6. Chers amis, pour bâtir un monde fraternel, il est essentiel que nous unissions nos forces pour accompagner les personnes, surtout les jeunes, à rechercher toujours davantage la fraternité, ce savoir-vivre ensemble fraternellement, ce courage de construire encore la fraternité. Nous prions pour que la célébration de la fête de Vesakh soit une occasion de redécouvrir et de promouvoir à nouveau, en particulier dans les sociétés divisées, la fraternité. Permettez-moi de vous renouveler nos cordiales salutations et nos vœux les meilleurs pour une joyeuse fête de Vesakh!


"Cardinal" Jean-Louis Tauran, Président


"P." Miguel Ángel Ayuso Guixot, MCCJ, Secrétaire


( source : http://www.zenit.org/fr/articles/chretiens-et-bouddhistes-promouvons-ensemble-la-fraternite )

Toujours Tauran. Croit-il vraiment à ce qu'il écrit... En tout cas il fait le sale travail de la secte, reste à savoir si son salaire est de 30 deniers.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6528
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  gabrielle le Ven 25 Avr 2014, 7:11 am

30 deniers, cette somme est la seule somme que la secte connaisse.



C’est un exemple de l’idolâtrie bouddhique.

Vesakh est la plus grande célébration diabolique ds bouddhistes, ce culte infernal serait , selon  Tauran, une occasion de joie pour les "chrétiens" non mais, il prend le monde pour des cruches.

En quoi est-ce une joie que le diable soit honoré publiquement ? Est-ce que Tauran servirait le même maître....

L'apostasie d'Assise 86 est devenue permanente, grâce à Wojtyla...



avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Ven 25 Avr 2014, 10:43 am

.
Extraits du "Cardinal" Tauran:
 
…mes meilleurs vœux à l'occasion de votre fête du Vesakh. [  Shocked  ]

…nous sommes appelés, dans un esprit de coopération avec tous les pèlerins de bonne volonté, à respecter et à défendre notre humanité commune dans la diversité socio-économique, politique et religieuse...  bla-bla

…Nous prions pour que la célébration de la fête de Vesakh soit une occasion de redécouvrir et de promouvoir à nouveau, en particulier dans les sociétés divisées, la fraternité. Permettez-moi de vous renouveler nos cordiales salutations et nos vœux les meilleurs pour une joyeuse fête de Vesakh ! [   ]

 
A quand un Tauran franchement idolâtre bouddhiste, brahmaniste  ou whatever ?

Quant au salaire du "Cardinal" je crois qu’il est zéro, nada, rien du tout.

Il est tellement inféodé à la Secte qu’il fait sa promotion for free !
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Ven 25 Avr 2014, 11:25 am

gabrielle a écrit: ...Vesakh est la plus grande célébration diabolique des bouddhistes, ce culte infernal serait, selon  Tauran, une occasion de joie pour les "chrétiens" non mais, il prend le monde pour des cruches...
 
Si tant est que Tauran nous prend pour des cruches, il ne regarde pas dans la bonne direction;

je lui retourne donc cet adage: Tant va  la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Benjamin le Ven 25 Avr 2014, 11:37 am

gabrielle a écrit:


C’est un exemple de l’idolâtrie bouddhique.

Tauran vous dira que c'est joli, qu'il y a des fleurs, etc.  Wink
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6528
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Ven 25 Avr 2014, 11:44 am

Benjamin a écrit:
gabrielle a écrit:


C’est un exemple de l’idolâtrie bouddhique.

Tauran vous dira que c'est joli, qu'il y a des fleurs, etc.  Wink
 
Des fleurs, c'est zen je suppose ?  Wink 
 
Ou serait-ce plutôt Tauran qui le devient ?
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Benjamin le Mar 21 Avr 2015, 11:18 am



Nouvelle année, même rengaine de la part du même individu (Tauran) :

"Bouddhistes et "chrétiens" : ensemble contre l'esclavage moderne"


Message du Vatican pour la fête de Vesak (texte intégral)


Rome, 20 avril 2015  (Zenit.org) Conseil pontifical pour le "dialogue interreligieux"  | 201 clics


Bouddhistes et "chrétiens" : ensemble contre l'esclavage moderne » : c'est le thème du message du Conseil pontifical pour le "dialogue interreligieux" aux bouddhistes, à l'occasion de la fête de Vesak 2015, célébrée selon les pays le 3 mai, le 25 mai ou le 2 juin.



Vesak est la plus importante fête bouddhiste, qui commémore les principaux événements de la vie de Bouddha.

« Chers amis, nous partageons la conviction que l'esclavage moderne et la traite des êtres humains sont des crimes graves, des plaies béantes sur le corps de la société contemporaine », car « le bouddhisme prône le respect de la vie et de la liberté de chaque personne », écrit le "cardinal" Tauran, président du "dicastère".

Il invite bouddhistes et "chrétiens" à « coopérer pour mettre un terme à ce fléau » : « Nous prions pour que votre célébration du Vesak, qui comprend des efforts particuliers pour apporter le bonheur aux moins fortunés parmi nous, soit un moment de réflexion approfondie sur les diverses manières dont nous pouvons travailler ensemble afin qu’il n’y ait plus des esclaves, mais des frères et sœurs qui vivent dans la fraternité, la bonté et la compassion envers tous. »

A.K.

Message du Conseil pontifical pour le "dialogue interreligieux"

Bouddhistes et "chrétiens" : Ensemble contre l'esclavage moderne

Chers amis bouddhistes,

1. Le Conseil Pontifical pour le "dialogue interreligieux" est heureux de vous adresser une fois encore ses meilleurs vœux alors que vous célébrez Vesakh. La commémoration joyeuse de trois événements importants dans la vie de Gautama Bouddha – sa naissance, son illumination et sa mort – est l’occasion de nous faire proches de ceux qui souffrent et de renouveler notre engagement à leur apporter réconfort et bonheur grâce à des gestes d’amitié et de compassion.

2. Nous vous écrivons cette année en nous inspirant du «Message pour la Journée Mondiale de la Paix 2015» de Sa Sainteté [l'antipape] "François", intitulé Non plus esclaves, mais frères. Sa Sainteté note comment, du point de vue historique, l'institution de l'esclavage a été de nouveau acceptée et a abouti au «refus de l’autre, maltraitance des personnes, violation de la dignité et des droits fondamentaux, institutionnalisation d’inégalités»(n°2). Par conséquent, «l’esclave pouvait être vendu et acheté, cédé et acquis comme s’il était une marchandise» (n°3). Le Saint Père note que, même si l'esclavage a été officiellement aboli partout dans le monde, il existe «aujourd’hui encore des millions de personnes – enfants, hommes et femmes de tout âge – privées de liberté et contraintes à vivre dans des conditions assimilables à celles de l’esclavage» (n ° 3).

3. [L'antipape] François donne des exemples d'esclavage moderne: les hommes, les femmes et les enfants travailleurs; les migrants qui subissent des violences physiques, psychologiques et sexuelles en travaillant dans des conditions déplorables; des personnes forcées à la prostitution, dont beaucoup sont mineures, ainsi que des esclaves sexuels hommes et femmes; des personnes enlevées par des terroristes et forcées à devenir des combattants; sans parler de tous ceux qui sont torturés, mutilés ou tués. C’est dans les cœurs humains déformés par la corruption et l'ignorance que réside la cause de ces terribles maux contre l’humanité. Et c’est à cause de cette corruption du cœur, selon le Saint Père, que les êtres humains ne considèrent plus les autres comme des «des êtres d’égale dignité, comme frères et sœurs en humanité, mais comme des objets» (n° 4).

4. Chers amis, nous partageons la conviction que l'esclavage moderne et la traite des êtres humains sont des crimes graves, des plaies béantes sur le corps de la société contemporaine. Dans une section du «Sentier Octuple» -- à savoir celle du «droit de l’enfant» -- le Bouddha déclare que le commerce des êtres vivants, y compris les esclaves et les prostituées, est l'un des cinq occupations à ne pas avoir (AN 5,177). Il instruit que les biens doivent être acquis paisiblement, honnêtement et par des moyens légaux, sans contrainte, ni violence ou ni tromperie, et par des moyens qui ne nuisent pas ou ne causent pas de souffrances (cf. AN 4,47; 5,41; 8,54). Ainsi, le bouddhisme prône le respect de la vie et de la liberté de chaque personne.

[  n.d.B. : Shocked Tauran cite des textes bouddhistes ???]


5. En tant que bouddhistes et "chrétiens" soucieux du respects de la vie humaine, nous devons unir nos efforts en coopérant pour mettre un terme à ce fléau. [L'antipape] François nous invite à surmonter l’indifférence et l'ignorance en assurant «secours aux victimes, leur réhabilitation du point de vue psychologique et de la formation, et leur réintégration dans la société de destination ou d’origine» (n° 5).

6. Nous prions pour que votre célébration du Vesakh, qui comprend des efforts particuliers pour apporter le bonheur aux moins fortunés parmi nous, soit un moment de réflexion approfondie sur les diverses manières dont nous pouvons travailler ensemble afin qu’il n’y ait plus des esclaves, mais des frères et sœurs qui vivent dans la fraternité, la bonté et la compassion envers tous.

En vous renouvelant nos cordiales salutations, nous vous souhaitons, à tous, une bonne fête du Vesakh.

"Cardinal" Jean-Louis Tauran

Président

"Père" Miguel Ángel Ayuso Guixot, "MCCJ"

Secrétaire

( source : http://www.zenit.org/fr/articles/bouddhistes-et-chretiens-ensemble-contre-l-esclavage-moderne )

La première année c'était "pour la vie", la seconde année c'était "pour la fraternité", cette année c'est "contre l'esclavage"... Rolling Eyes

Ils vont vite arriver à court d'idées pour emballer leurs salades afin qu'elles ne paraissent pas exactement identiques à l'année précédente Laughing

Moi, ce qui m'intéresserait, ce serait de voir les réponses des bouddhistes, si toutefois réponses il y a, car j'ai bien l'impression que Tauran parle dans le vide...

Ce n'est pas grave, Tauran, si les bouddhistes ne veulent pas s'agglomérer à la secte il suffira d'envoyer vos amis de l'ONU pour une Troisième Guerre mondiale pardon, intervention humaniste...
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6528
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Mar 21 Avr 2015, 12:13 pm

Benjamin a écrit:
…Tauran parle dans le vide...  


Le nirvana, n’est-ce pas le vide ?  

Tauran y parvient de plus en plus, en devenant de plus en plus bouddha.

Il devient plus Bouddha que le Bouddha.

Me fait penser à Iznogood, le calife qui voulait devenir calife à la place du calife.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Benjamin le Sam 27 Juin 2015, 6:36 am

Visite d'une délégation bouddhiste: une semence de paix et de fraternité


Une délégation bouddhiste vient saluer [l'antipape] François au Vatican.


Rome, 24 juin 2015  (ZENIT.org) Constance Roques  | 411 clics


[L'antipape] remercie une délégation bouddhiste de sa visite qui représente "une semence de paix et de fraternité".

(...)

http://www.zenit.org/fr/articles/visite-d-une-delegation-bouddhiste-une-semence-de-paix-et-de-fraternite

Bouddhistes : la voie d'une authentique fraternité, par le "card." Tauran


Le "cardinal" Tauran précise les enjeux et les moyens du dialogue avec les "traditions" bouddhistes.


Rome, 26 juin 2015  (ZENIT.org) Constance Roques  | 203 clics


« Au cœur des défis, je suis sûr que la "coopération interreligieuse" basée sur nos valeurs communes peut résoudre des problèmes d’intérêt commun et ouvrir la voie à une authentique fraternité », explique le "cardinal" Tauran.

Le "cardinal" Jean-Louis Tauran, président du Conseil "pontifical" pour le "dialogue interreligieux", a ouvert un congrès qui s’est tenu à Rome le 23 juin 2015, à l’occasion du "Dialogue" américain entre bouddhistes et [conciliaires].

A cette occasion, une délégation bouddhiste a rendu visite [à l'antipape] François.

Voici notre traduction intégrale du discours du "cardinal" Tauran, prononcé en anglais.

A.B.


1- Salutations


Vénérés moines et nonnes bouddhistes, [???] Directeur associés du Secrétariat pour les affaires "œcuméniques" et "interreligieuses" de la Conférence des "évêques" [conciliaires] des Etats-Unis, "Révérends" "pères" et "sœurs", Mesdames et Messieurs, de la part du Conseil "pontifical" pour le "dialogue interreligieux", c’est pour moi une grande joie d’accueillir chacun de vous à ce "Dialogue" entre bouddhistes et [conciliaires] intitulé « Souffrance, libération et fraternité ».


Dans le contexte de la globalisation et de la migration, le paysage religieux des Etats-Unis a subi des changements rapides et profonds avec la présence croissante des "religions" du monde y compris le bouddhisme. La présence, ici, de représentants des grandes "traditions" bouddhistes aux Etats-Unis – sri-lankaise, thaï, cambodgienne, vietnamienne, tibétaine, chinoise, zen, la Terre pure ainsi que de nouvelles traditions comme le bouddhisme Won et le Rissho Kosei-kai – témoigne du pluralisme religieux et culturel émergeant aux Etats-Unis. Dans un monde où la diversité est vu comme une menace, notre rassemblement aujourd’hui, dans l’amitié et la paix, est un signe de notre ouverture les uns à l’égard des autres et de notre engagement pour la fraternité humaine.


Je suis aussi heureux d’exprimer ma plus cordiale bienvenue à tous les participants [conciliaires]. Il est gratifiant de voir que vous venez aussi de partout aux Etats-Unis. Je remarque que certains d’entre vous sont des responsables "œcuméniques" et "interreligieux" dans vos "diocèses" respectifs, ou sont actifs d’une autre façon dans le dialogue de [la secte] avec les bouddhistes. Il est bon de voir les représentants du "Dialogue monastique interreligieux" ainsi que du mouvement des Focolari. Je suis heureux aussi de voir des représentants de programmes [conciliaires] de sensibilisation sociale, des organismes de bienfaisance [conciliaires] et la Société Saint Vincent de Paul. Je vous accueille tous, une fois encore, et je prie pour de nombreuses "bénédictions" sur chacun de vous pendant ces journées.


Permettez-moi de vous présenter brièvement le Conseil "pontifical" pour le dialogue interreligieux (CPDI). Le CPDI a été établi en 1964 comme bureau central de [la secte conciliaire] pour la promotion du "dialogue interreligieux" et il est chargé de favoriser la compréhension, le respect et la collaboration mutuels entre les [conciliaires] et les adeptes d’autres "religions", sur la base de valeurs communes. Le 28 octobre de cette année marque le cinquantième anniversaire de Nostra Aetate, la Déclaration sur les relations de [la secte] avec les religions non-chrétiennes qui a certainement inspiré les membres de [la secte conciliaire] depuis un demi-siècle pour promouvoir des relations de respect et de dialogue avec leurs prochains religieux. Bien que le CPDI soit le bureau central pour le "dialogue" de [la secte conciliaire], ce "dialogue" est principalement mené dans et à travers les "Églises" locales. Je voudrais saisir cette occasion pour vous remercier, chers amis bouddhistes, pour votre relation durable avec [la secte conciliaire]. Je souhaite aussi exprimer mes remerciements profonds au Secrétariat pour les affaires "œcuméniques" et "interreligieuses" de la Conférence des "évêques" [conciliaires] des Etats-Unis, pour son travail acharné et son engagement à promouvoir le "dialogue interreligieux" au cours de ce demi-siècle. J’espère ardemment que ce "dialogue" nous donnera l’occasion de renouveler encore davantage notre respect mutuel, notre amitié et notre coopération.



2 Le "dialogue" entre bouddhistes et "chrétiens" en tant que pèlerinage intérieur [???]



Le Document NA souligne que « Les hommes cherchent dans les différentes "religions" des réponses à ces mystères de la condition humaine qui, aujourd’hui comme dans les temps anciens, troublent profondément le cœur humain » (NA 1). Il précise en outre que « depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, on trouve chez divers peuples une certaine perception de ce pouvoir caché qui plane sur le cours des choses et sur les événements de l’histoire humaine […] » (NA 2). En ce qui concerne le bouddhisme, il affirme que « sous ses diverses formes, il réalise l'insuffisance radicale de ce monde changeant ; il enseigne une voie par laquelle les hommes, dans un esprit dévot et confiant, pourront soit acquérir l'état de libération parfaite, soit atteindre par leurs propres efforts ou par une aide supérieure, l'illumination suprême » (NA 2).


Nous sommes tous pèlerins et je vois ce "dialogue" entre bouddhistes et [conciliaires] comme faisant partie de notre quête permanent pour saisir le mystère de nos vies et la Vérité ultime. Selon un adage du Père du désert, un frère vint voir Abba Moïse et lui demanda une parole. Le vieil homme répondit : « Va t’asseoir dans ta cellule et ta cellule t’enseignera quelque chose ». La cellule est une métaphore pour la cellule intérieure du cœur humain où l’on découvre le mystère de soi-même et de Dieu ou du Dharma. [???] Un autre Père du désert, Antoine, compare la cellule à l’eau qui soutient la vie des poissons. Sans eau, les poissons mourraient physiquement ; sans cellule, le moine mourrait spirituellement. Si ce dialogue est un pèlerinage intérieur, que devrions-nous emporter avec nous pour le voyage ?

i Moins de bagages : surmonter les préjugés, les blessures, les craintes afin d’écouter son propre cœur et celui de son prochain religieux [?] ;

ii Franchir des frontières : le pèlerinage nous invite à traverser nos frontières culturelles, religieuses, ethniques et linguistiques pour se connaître, se comprendre et se respecter mutuellement. Ainsi, nous voyageons ver l’ « autre bord », mais fermement enracinés dans nos "croyances" "religieuses". « Franchir des frontières » peut alors transformer l’ignorance en compréhension, l’étranger en ami, l’hostilité en hospitalité et la divergence en convergence.

iii Rentrer chez soi : nous rentrons chez nous transformés par ce que nous avons expérimenté dans notre cellule. Vous retournerez aux Etats-Unis avec une nouvelle vision et mission à rapporter – ce que vous avez découvert au cours de ces journées de réflexion, de "prière", d’échange de vues – dans vos communautés respectives et, par elles, à la société plus large.


3 Objectifs


Le thème de ce dialogue entre (conciliaires] et bouddhistes, « Souffrance, libération et fraternité », est basé sur le Message [de l'antipape] François pour la Journée mondiale de la paix 2014, intitulé « Fraternité : fondement et route pour la paix », ainsi que sur le Message du CPDI pour la Fête du Vesakh 2014 intitulé « Bouddhistes et chrétiens pour favoriser la fraternité ». [L'antipape] François déclare que « la fraternité est une qualité humaine essentielle, car nous sommes tous des êtres relationnels. La vive conscience d’être en relation nous amène à voir et à traiter chaque personne comme une vraie sœur et un vrai frère ; sans cela, la construction d’une société juste, d’une paix solide et durable devient impossible » (n. 1). Dans mon Message pour Vesakh 2014, je déclarais que « nous vivons dans un monde trop souvent déchiré par l'oppression, l'égoïsme, le tribalisme, les rivalités ethniques, le fondamentalisme religieux et la violence. Un monde où « l'autre » est considéré et traité comme un être inférieur, une non-personne ou quelqu'un à craindre et, si possible, à éliminer ».


Je voudrais citer encore mes paroles du Message pour Vesakh 2014 nous invitant tous à transformer l’humanité centrée sur elle-même afin de bâtir un monde de fraternité : « Ancrés dans nos "croyances" "religieuses" différentes, nous sommes appelés, en particulier, à dénoncer ouvertement tous les maux sociaux qui nuisent à la fraternité ; à guérir les autres de ce qui les empêche de grandir dans la générosité désintéressée, à être les réconciliateurs qui brisent les murs de division dans la société, et à promouvoir une véritable fraternité entre les individus et les groupes » (n. 4). Après avoir discuté sur les thèmes « Souffrance, libération et fraternité » selon des perspectives bouddhistes et "chrétiennes", vous passerez le dernier jour du programme à contempler et à considérer comment dénoncer ouvertement, être ceux qui guérissent et des réconciliateurs, tendre la main ensemble vers ceux qui sont dans le besoin, dans vos villes. Au cœur des défis, je suis sûr que la coopération "interreligieuse" basée sur nos valeurs communes peut résoudre des problèmes d’intérêt commun et ouvrir la voie à une authentique fraternité. Pour cette collaboration, vous pouvez compter sur ma solidarité et mes prières.


4 Gratitude


En conclusion, j’aimerais complimenter le Comité des "évêques" pour les affaires "œcuméniques" et "interreligieuses" de la Conférence des "évêques" [conciliaires] des Etats-Unis pour avoir organisé ce "dialogue" entre [conciliaires] et bouddhistes à Rome,  inaugurant une nouvelle ère de relations entre les bouddhistes et les "chrétiens" aux Etats-Unis. Je souhaite aussi féliciter le comité organisateur dirigé par le professeur Donald Mitchell pour avoir travaillé avec acharnement afin d’organiser ce remarquable "dialogue". Mes remerciements vont en particulier au mouvement des Focolari qui accueille cette réunion au Centre Mariapolis. Je suis certain que vous tous, participants, apprécierez votre séjour dans ce cadre paisible et beau.

Une fois encore, je suis reconnaissant envers tous les participants pour votre présence, votre contribution et votre enthousiasme pour faciliter le "dialogue interreligieux" et la coopération mutuelle. Faisons de ces cinq jours de "prière", d’écoute, de réflexion et de discussions de véritables journées qui promeuvent une plus grande compréhension et coopération entre nous pour le bien de la famille humaine. Puisse Dieu répandre sur chacun de vous sagesse, amour et fraternité.

Sur ces mots, je vous souhaite un "dialogue" fructueux et enrichissant.



( source : http://www.zenit.org/fr/articles/bouddhistes-la-voie-d-une-authentique-fraternite-par-le-card-tauran )

Vénérés moines bouddhistes ? Vénérés comment ?

La diversité étant entendue ici au sens "religieux", les fausses religions ne sont donc pas une menace pour le Salut ?

Faute de pouvoir être des frères dans la Foi catholique, ils sont donc "frères en humanité"... La belle affaire. Ils vont aller loin avec cela  Rolling Eyes

Le respect... de fausses religions et de l'erreur ?

Le "dialogue interreligieux" de la secte avec les bouddhistes comme pèlerinage intérieur (  Shocked  ) et faisant partie de la quête permanente pour saisir le mystère de nos vies et la Vérité ultime ? Doit-on comprendre ici que Tauran et les gens de la secte sont en recherche permanente de la Vérité, ou bien disent-ils n'importe quoi pour tenter d'attirer les bouddhistes ?

Le mystère de soi-même et de Dieu ou du Dharma ?    Selon wiki :

wiki a écrit:Dharma, (transcription depuis le sanskrit: धर्म), ou dhamma (depuis le pali: धम्म), est un terme polymorphe et important dans les philosophies et religions indiennes. Selon le contexte, la définition diffère et recouvre une grande variété de sens théoriquement dérivés de la racine dhṛ, porter, soutenir :

loi naturelle ou juridique, norme, coutume, devoir ;
substance, essence, caractéristique, vérité, réalité ;
bien, vertu, droiture, justice, mérite ;
enseignement, doctrine, religion ;
phénomène, chose, fait de conscience, atome.

De façon générale, dharma désigne donc l'ensemble des normes et lois, sociales, politiques, familiales, personnelles, naturelles ou cosmiques.

Le terme traduit parfois « religion » en Occident, sans pour autant que les croyances originellement indiennes, nommément l'hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme et le sikhisme lui attribuent une signification équivalente au concept occidental.

Dans la mythologie hindoue, c'est un sage (rishi) personnifiant la justice et l'ordre naturel.

À force de fréquenter n'importe qui, cela commence à lui monter à la tête.


Vous connaissiez le prochain ; avec Tauran découvrez le "prochain religieux", c'est-à-dire le membre d'une fausse religion. Tauran étant lui-même membre d'une fausse religion, évidemment ce terme prend tout son sens : ces gens sont peut-être effectivement ses "prochains religieux"...

Le "pèlerinage" l'invite à traverser les frontières religieuses pour transformer la divergence en convergence : cela sonne comme un programme d'agglomération maçonnique, pas comme une conversion.

Bergoglio déclare que nous sommes amenés à voir chaque personne comme une vraie sœur et un vrai frère : alors quid des frères dans la Foi, ce qui exclut nécessairement de la fraternité dans la Foi ceux qui n'ont pas la Foi ?

"Après avoir discuté sur les thèmes « Souffrance, libération et fraternité » selon des perspectives bouddhistes et "chrétiennes", vous passerez le dernier jour du programme à contempler" : ce passage sonne comme un énoncé d'examen au collège ou au lycée  Laughing

Les valeurs communes des conciliaires et des bouddhistes ? Des prières pour la collaboration et la fraternité hors de la Foi, pour résoudre des problèmes d'intérêt commun qui sont... quoi ? Résoudre des problèmes d'intérêt commun est-il donc plus important que la pseudo-"foi" de Tauran, à laquelle il ne semble pas pressé de "convertir" qui que ce soit (au sens où nous entendons ce mot) ?

Le bien de la famille humaine hors de la seule vraie religion, et un appel pour que Dieu répande sagesse, amour et fraternité sur les membres d'une fausse religion en dehors de leur conversion ?  


La seule chose qui m'est venue à l'esprit en entendant parler de "la voie" de Tauran avec ses bouddhistes :



Dernière édition par Benjamin le Sam 27 Juin 2015, 12:13 pm, édité 2 fois
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6528
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Arthur le Sam 27 Juin 2015, 9:23 am

"Nous arrivons maintenant à une autre cause des maux dont Nous gémissons de voir l'Église affligée en ce moment, savoir, à cet « indifférentisme » où à cette opinion perverse qui s'est répandue de tout côté par les artifices des méchants, et d'après laquelle on pourrait acquérir le salut éternel par quelque profession de foi que ce soit, pourvu que les mœurs soient droites et honnêtes. Il ne vous sera pas difficile, dans une matière si claire et si évidente, de repousser une erreur aussi fatale du milieu des peuples confiés à vos soins. Puisque l'Apôtre nous avertit « qu'il n'y a qu'un Dieu, une foi, un baptême, » ceux-là doivent craindre qui s'imaginent que toute religion offre les moyens d'arriver au bonheur éternel, et ils doivent comprendre que, d'après le témoignage du Sauveur même, « ils sont contre le Christ, puisqu'ils ne sont point « avec lui, » et qu'ils dissipent malheureusement, puisqu'ils ne recueillent point avec lui ; et par conséquent « qu'il est hors de doute qu'ils périront éternellement, s'ils ne tiennent la foi catholique, et s'ils ne la gardent entière et inviolable "


Arthur

Nombre de messages : 1523
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  gabrielle le Sam 27 Juin 2015, 9:36 am

@ Arthur



La doctrine catholique replace toutes choses dans leur véritable sens.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Louis le Sam 27 Juin 2015, 9:58 am

@ Arthur

Merci

sunny

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11313
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Sam 27 Juin 2015, 11:43 am

gabrielle a écrit:@ Arthur



La doctrine catholique replace toutes choses dans leur véritable sens.

Louis a écrit:@ Arthur

Merci

sunny

Je vous remercie Arthur d'exposer la doctrine catholique. sunny
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Sam 27 Juin 2015, 12:08 pm

.
A la lecture des âneries, billevesées et autres mièvreries de Bergoglio,

Tauran et autres conciliaires, il semble évident

qu'ils ne sont capables que de deux choses:

1º demander pardon pour les "erreurs" passées de l'Église catholique

2º remercier tous et chacun de sa participation à l’édification maçonnique d’un monde plus "humain",

plus "fraternel", plus "juste", plus "équitable", plus "écolocogique", plus etc.    Sleep
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Benjamin le Dim 25 Oct 2015, 11:35 am

Thomas Merton, un ermite ouvert sur le monde

Devant le Congrès à Washington, en septembre, [l'antipape] François a donné en exemple ce moine trappiste, à la fois auteur à succès et ermite, pionnier du "dialogue" avec le bouddhisme et pacifiste.


CNS photo/Thomas Merton Center
Thomas Merton avec le dalaï-lama, en 1968. C’est surtout avec les religions asiatiques que Thomas Merton entra dans une intense et profonde fraternité spirituelle.


Parmi les quatre figures de l’histoire américaine évoquées par [l'antipape] François devant le Congrès américain, le 24 septembre, les deux premières, protestantes, suscitent un respect unanime : l’ancien président Abraham Lincoln et le "pasteur" baptiste Martin Luther King. [!]


Une personnalité atypique


En revanche, les deux autres, "catholiques" [?], sont moins connues : l’activiste sociale Dorothy Day (1897-1980) et le moine pacifiste Thomas Merton (1915-1968).

Ces deux dernières personnalités furent d’ailleurs longtemps considérées comme suspectes au sein de l’Église catholique américaine.

(...)

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Thomas-Merton-un-ermite-ouvert-sur-le-monde-2015-10-25-1372586

Bergoglio qui au passage fait de la pub pour Martin Luther King, entre autres...
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6528
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Dim 25 Oct 2015, 12:03 pm

.
A quand un moine conciliaire, bouddhiste, islamiste, zen, divorcé-remarié...?

Et j'en passe et des meilleures.

Ce conciliaire, c'est le moins que l'on puisse dire,

serait paré pour toutes les "éventualités".
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  gabrielle le Lun 26 Oct 2015, 8:00 am

Après le concile Vatican II il s'engage dans le dialogue interreligieux, particulièrement entre les diverses traditions monastiques. Il est connu pour ses dialogues avec le dalaï-lama, Thich Nhat Hanh et un grand spécialiste du zen Daisetz Teitaro Suzuki.

Je me souviens vaguement de son livre "La nuit privé d'étoile" récit de sa conversion au catholicisme, il était Anglican.

avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  Benjamin le Lun 09 Mai 2016, 11:26 am

Bouddhistes et "chrétiens" pour une éducation écologique

Message du Conseil "pontifical" pour le "dialogue interreligieux"

6 MAI 2016 ANITA BOURDIN BOUDDHISME, "DIALOGUE INTERRELIGIEUX"

(...)

https://fr.zenit.org/articles/fete-du-vesakh-bouddhistes-et-chretiens-pour-une-education-ecologique/

Sleep
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6528
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  ROBERT. le Lun 09 Mai 2016, 12:31 pm

Bouddhistes et "chrétiens" pour une éducation écologique
Les infidèles bouddhistes et les chrétiens impies s'associent dans leur nouvelle religion: l'écocologie.  

L’intrus Tauran, avec l’aval de l’antipape Bergogoglio, préside cette "(ré)éducation."

Il y a beaucoup de coco et de gogo dans la secte.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La secte et les bouddhistes

Message  gabrielle le Mar 10 Mai 2016, 8:40 am

Je peux pas dire à quel point l'écologie me sort par les oreilles, un nouveau dieu.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum