ALLOCUTION AUX ARTISTES DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE - S.S. le pape Pie XII - 20 mars 1957.

Aller en bas

ALLOCUTION AUX ARTISTES DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE - S.S. le pape Pie XII - 20 mars 1957. Empty ALLOCUTION AUX ARTISTES DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE - S.S. le pape Pie XII - 20 mars 1957.

Message  Roger Boivin le Jeu 21 Fév 2013, 1:10 pm

ALLOCUTION AUX ARTISTES DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE
(20 mars 1957) 1



Recevant en audience spéciale les artistes de la Comédie-Française, venus à Rome pour une série de représentations, le Pape leur a adressé en français l'allocution suivante :

Nous sommes très sensible, Messieurs, aux sentiments qui inspirent votre visite et ne dissimulons pas le plaisir que Nous procure cette rencontre avec des artistes de la Comédie-Française venus à Rome pour y faire briller l'éclat du plus illustre théâtre de leur pays. Bien volontiers Nous vous disons toute Notre estime et vous adressons Nos félicitations pour la perfection, à laquelle vous avez su porter l'exercice de votre art.

C'est une tâche ardue que d'interpréter devant un public sensible et exigeant les œuvres de maîtres réputés. Grâce aux ressources de votre talent, vous insufflez aux personnages qu'ils ont créés une existence, éphémère sans doute, mais combien riche de sens et de passion. On vous demande d'oublier votre personnalité, ou plutôt de la prêter en quelque sorte pour une métamorphose étrange, qui l'identifie tantôt à celle d'un héros, tantôt à celle d'un révolté. Sous ses transformations successives, où le spectateur aime à se reconnaître, l'acteur reste lui-même, aux prises avec sa propre destinée, avec l'effort quotidien, fécond ou décevant, avec ses difficultés, ses espoirs et ses souffrances. Aussi vous souhaitons-Nous d'unir à la maîtrise de vos moyens d'expression, celle plus importante de l'esprit et du cœur. Si dans les personnages que vous jouez sont mêlés le bien et le mal, sachez pratiquer le juste discernement et n'admettez en vous-mêmes que les idées et les sentiments, qui vous élèveront et qui élèveront tous ceux sur qui vous exercerez votre influence.

Ainsi saurez-vous conserver, aux heures de joie et de peine, la sérénité d'âme, dont l'un de vos plus grands poètes, à l'apogée de sa carrière, vous confie le secret : D'un cœur qui t'aime Mon Dieu, qui peut troubler la paix ? 2

En gage de la protection divine que Nous invoquons de tout cœur sur vous et sur vos familles, Nous vous accordons Notre Bénédiction apostolique.

1. D'après le texte français de l'Osservatore Romano, du 29 mars 1957.
2. Racine. Athalie, acte III, sc. 8

http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/pt/csg.htm

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11710
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum