Des petits paradis loin des Babels modernes...

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Lun 14 Mai 2012, 2:55 pm










Un pique-nique à Bora-Bora

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 15 Mai 2012, 6:55 am

"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va"
Christophe Colomb
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TAHITI

Tahiti est une île de la Polynésie française (collectivité d’outre-mer) située dans le sud de l’océan Pacifique. Elle fait partie du groupe des îles du Vent, et de l’archipel de la Société. Cette île haute et montagneuse, d'origine volcanique, est entourée d'un récif de corail. L'île est composée de deux parties - Tahiti Nui, la plus importante, et Tahiti Iti également appelée la Presqu'île, reliées entre elles par l'isthme de Taravao.

Avec 1 042 km² et 178 173 habitants, Tahiti est à la fois la plus grande et la plus peuplée des îles de la Polynésie française. L’île concentre l’essentiel des activités économiques de l’archipel polynésien ; la ville de Papeete, située sur la côte nord-ouest de l’île, est la capitale de la Polynésie Française et en abrite toutes les institutions politiques. Le tourisme contribue fortement à l’économie de l’île, d’autant que Tahiti abrite le seul aéroport international de la Polynésie Française, lui donnant le statut de porte d’entrée du territoire.

L’histoire de Tahiti a été marquée tout d’abord par le peuplement de l’île par les navigateurs polynésiens, d’origine austronésienne, puis par la découverte de l’île par les explorateurs européens. Les échanges avec les Européens ont permis à une famille tahitienne, les Pomare, d’imposer leur autorité sur l’ensemble de l’île. À partir de la fin du XVIIIe siècle, l’île fut colonisée par des missionnaires protestants anglais, puis devint protectorat français au milieu du XIXe siècle. L’île devint ensuite une colonie, membre des Établissements français de l'Océanie, avant d’être rattachée à un ensemble d’archipels qu’on appelle Polynésie française.
(Wiki)



À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 15 Mai 2012, 7:01 am



À SUIVRE...

avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 15 Mai 2012, 7:10 am

Au sud de l'océan Pacifique, l'île de Mooréa fait partie, avec Tahiti, des îles du vent de la Polynésie française les plus visitées. On y pratique la plongée, la pirogue et la découverte des animaux du lagon, plus particulièrement les requins. En image, la baie de Cook.




À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 15 Mai 2012, 4:30 pm


Vue aérienne de l'atoll Tetiaroa.


Couronne de fleurs de Tahiti.


Danseuse de la troupe Hei Tahiti lors du festival traditionnel "To Hei Nati" au musée de Tahiti.


Poissons de récif corallien à Tahiti.


Pêche au harpon et au filet.

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 15 Mai 2012, 4:41 pm


Raie manta.


Vallée de la Papenoo.


Coucher de soleil sur le récif vu depuis un motu sauvage.



Tahiti : magnifique île tropicale du Pacifique à 16 000 km de l'Europe, entourée de sublimes eaux outremer et synonyme de paradis terrestre.... voilà le mythe fondateur, créé il y a plus de 200 ans par les explorateurs européens.

En fait, Tahiti n'est qu'une île, et la Polynésie française se compose de cinq archipels disséminés sur un immense espace maritime. Raison de plus pour admirer toutes les facettes de cette région d'une beauté lumineuse, qui se décline des îles montagneuses de la Société aux lagons translucides bordés d'îlots de sable blanc, des îles basses des Tuamotu ou des altières Marquises aux archipels méconnus des Australes et des Gambier.
(www.lonelyplanet.fr)

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 15 Mai 2012, 5:11 pm

« Mieux vaut voyager plein d’espoir que d’arriver au but. »
Proverbe japonais


Parmi les fruits tahitiens que l’on trouve sur nos étals, la banane, l’orange (anani), la coco, la mangue (vi) figurent en bonne place. Manioc, igname, et patate douce nous apportent la douceur des îles, ainsi que la papaye, le painapo, le uru.



Produits issus de la richesse de la terre polynésienne, pour apprécier pleinement la légendaire douceur de ses îles...

Le coco pour son lait et sa chair ainsi que son huile ;

Le tamanu, pour les vertues de son huile ;

La mangue pour son parfum ;

L'aloe vera, pour la richesse de ses bienfaits ;

Les feuilles de noni pour leurs propriétés médicinales.
(lelotusmassage.com)

Le Cocotier nous offre son fruit généreux à la chair aux qualités hydratantes et son huile délicatement parfumée.

Le Monoï de Tahiti, parfumé à la fleur de Tiare ou à la mangue est traditionnellement utilisé en massage et en soin du corps pour nourrir et hydrater avec sensualité…

Le Tamanu, arbre sacré, dont l'huile extraite de sa noix est reconnue pour ses vertus adoucissantes, antiseptiques, anti- inflammatoires et cicatrisantes. Alliée au Monoï, elle apaise la brûlure des coups de soleil…

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 15 Mai 2012, 5:23 pm


L’aloe vera a un pouvoir de réhydratation car il pénètre à l’intérieur de la peau 3 à 4 fois plus vite que l’eau et 7 fois plus en profondeur et d’accélérer le renouvellement des tissus grâce à ses stimulateurs biogènes.
Elle accèlèrerait sur une peau fatiguée de 6 à 8 fois la production de fibroplastes humains, responsables de la fabrication du collagène.
Elle agit également sur les lésions cutanées : plaies, gerçures, brûlures…




La Mangue aromatise nos huiles de massage par son parfum gourmand.

Le Chocolat, sa simple évocation met nos sens en émoi et réveille notre gourmandise. Entre beauté et friandise, le cacao n'en finit plus de nous séduire.
A l'origine, le cacao était utilisé pour le corps. Les aztèques savaient tirer profit de cette matière première du chocolat pour leur beauté. Pour savourer les bienfaits du cacao, quelques soins suffisent. En effet, extrêmement riche en polyphénol, le cacao est un bon anti-âge.

La Fleur deTiaré, choisie pour son subtil parfum, exhale des senteurs suaves et capiteuses.


À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mer 16 Mai 2012, 2:53 pm

Wallis et Futuna

Ce territoire du Pacifique, découvert à la fin du 18e siècle par Samuel Wallis est sous protectorat français depuis la fin du 19ème siècle, et territoire français depuis 1961.

Préservé des ravages du tourisme que connaissent les autres îles du pacifique (Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, Fidji...), c’est une destination de vacances encore méconnue, mais qui propose mille merveilles à découvrir... avant qu’il ne soit trop tard !

Les îles Wallis sont un groupe d'îles (environ 20) françaises, situées au sein de l'océan Pacifique occidental, entre les îles Fidji, les îles Tonga et les Samoa occidentales.

Appartenant à la collectivité d’Outre-mer de Wallis-et-Futuna, ces îles françaises sont située à environ 230km au nord-est de Futuna.

Elles ont été baptisées d’après le nom du navigateur qui découvrit l’île en 1767 : Samuel Wallis.

L’archipel est composé d’une île principale : Uvea, et d’une vingtaine d’îlots d’origine corallienne. Uvea est un ancien volcan qui a commencé à s'enfoncer, laissant ainsi apparaître un récif corallien et un lagon ouvert sur l'océan par quatre passes dont seule une est navigable.

L’île d’Uvea est située au dessus d’une lentille d’eau douce, qui répond largement aux besoins des habitants.

L’économie monétaire est relativement peu développée, et seule une petite partie de la population locale a accès au monde du travail. L’île exporte peu de biens, et ne comporte pas d’industrie. On recense tout au plus une dizaine d’entreprises importantes.

La majeure partie des emplois est composée d’emplois publics (professeurs et personnels administratifs). 80% des fonctionnaires locaux sont des cadres métropolitains expatriés.

(www.wallisetfutuna.fr)

avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mer 16 Mai 2012, 3:52 pm

La quasi-intégralité du sable de l’île de Wallis (Uvea en langue vernaculaire) ayant été utilisée pour la construction des habitations, il ne reste plus que deux plages où il est possible de se baigner : Muli à l’ouest, et Matala’a au sud. Cependant même sur ces deux plages magnifiques, la présence du récif corallien (Matala’a) et de la vase (Muli) ne rend pas la baignade aussi agréable qu’elle peut l’être sur les îlots.

Les seize îlots coralliens qui entourent l’île, tous inhabités, offrent en effet aux amoureux de la plage la possibilité de passer des moments exceptionnels.

Chaque îlot est rattaché à un des villages de l’île. Pour s’y rendre, il faut s’adresser à l’un des nombreux pêcheurs de Wallis, qui propose le transport d’Uvea vers chacun des îlots.

Quoiqu’inhabités, les îlots n’en comportent pas moins chacun une ou plusieurs constructions édifiées par les habitants du village auxquels ils appartiennent. c’est ainsi qu’un abri, ou fale maison wallisienne en bois et feuille de pandanus), orne chacun des ilots. Sur certains (Saint-Christophe par exemple) ont également élé construites des petites chapelles.

ORATOIRE DE SAINT-CHRISTOPHE

SAINT-CHRISTOPHE

FALE TRADITIONNEL

Le lagon étant exempt d’animaux dangereux (à part quelques raies et des synancées), de simples chaussures de platier ou des palmes, ainsi qu’un masque et un tuba, suffisent à découvrir la faune riche et encore assez préservée du lagon. Il est donc possible de croiser des raies léopard, des rascasses, tortues et des poisson-clowns, autant d’espèces qui se laissent plus facilement approcher ici qu’ailleurs, compte tenu de la faible fréquentation touristique de l’île.

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mer 16 Mai 2012, 4:00 pm





Le territoire de Wallis et Futuna est une entité administrative créée de toutes pièces par la France.


Les origines, aussi bien géographique qu'ethnologique des deux archipels qui composent le territoire n’ont pas de réel lien historique. En effet, le territoire de Wallis et Futuna est composé de deux archipels : les îles Wallis, et les îles de Horn (Futuna et Alofi).


Ce sont les îles Horn qui ont été découvertes en premier par les Européens. Des navigateurs hollandais (Willem Schouten et Jacob Le Maire) accostèrent à Futuna le 22 mai 1616 et baptisèrent l’archipel du nom d’un de leur navire : le Horn.

C’est près de 150 ans après, en 1766, qu’eut lieu le premier contact des uvéens avec les Européens, par l’intermédiaire du navigateur britannique Samuel Wallis qui donna son nom à l’archipel.

Pendant encore 100 ans, on nota peu de relation économique entre les deux archipels et les navigateurs européens. C’est à partir de 1837, année de l’arrivée des missionnaires maristes à Futuna, que des relations se nouèrent entre Wallis et Futuna et l’Europe - essentiellement la France.

Le père Chanel et le père Bataillon ont eu pour mission d’évangéliser les archipels. Cette mission ne fut pas de tout repos, puisque le père Chanel fut martyrisé en 1841 à Futuna. Depuis lors, il a été canonisé et est aujourd’hui le Saint Patron du pacifique. Le jour de la Saint-Pierre Chanel est d’ailleurs férié sur le territoire. Les reliques de Pierre Chanel reposent dans la cathédrale de Poi, à Futuna, où un pèlerinage est organisé chaque année.


CHAPELLE SAINT-PIERRE CHANEL A WALLIS

Par la suite, et sous l’influence des différentes missions catholiques, la reine Amélia demanda que Wallis devienne un protectorat français. Ce statut lui fut officiellement accordé en 1887.

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mer 16 Mai 2012, 4:17 pm

L’île d’Uvea, de par sa petite taille, constitue un terrain d’exploration aérien fabuleux. Il est possible d’en faire le tour en ULM en 50 minutes environ (à marée basse de préférence, pour que les contrastes du lagon soient plus forts). On distingue parfaitement chacune des trois passes, les îlots, les lacs de cratère, etc...


C’est un passage quasi-obligé. Tout simplement merveilleux.



Futuna signifie "l’enfant perdu du Pacifique".

La plupart des habitants sont d’origine polynésienne (97,3%). On compte aussi quelques habitants d’origine européenne. La quasi totalité est de confession catholique.





À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mer 16 Mai 2012, 4:37 pm

Cathédrale de Matu'utu

Cathédrale de Matu'utu (à l'intérieur)



Les Sœurs Missionnaires de la Société de Marie



Un appel venu de loin

En septembre 1843, une lyonnaise, Françoise Perroton, parcourt les " Annales de la Propagation de la Foi " ; elle s’intéresse aux nouvelles qui viennent des missions. Ce jour-là elle découvre une lettre envoyée aux chrétiens de Lyon par deux femmes d’Uvéa-Wallis, Susana et Amelia.

" Nous avons déjà reçu bien des preuves de votre charité, et nous vous faisons encore une demande : c’est de nous envoyer, si vous nous aimez, quelques femmes pieuses (des sœurs) pour instruire les femmes d’Uvéa. "

Françoise reçoit un choc à la lecture de cette lettre, comme si cet appel lui était adressé. Elle a 47 ans et travaille comme institutrice au service d’une famille bourgeoise de Lyon. Au plus profond d’elle-même, elle entend cette voix qui lui murmure :

" Va, avance au large, n’aie pas peur… "

Celle qui partit la première

Le courage de Françoise est grand. Les difficultés aussi. Seule, elle va convaincre le commandant Marceau de la prendre gratuitement sur son navire en partance pour l’Océanie. A près de 50 ans, voilà Françoise qui s’embarque sur " l’Arche d’Alliance " le 15 novembre 1845. Après 11 mois d’un dur et éprouvant voyage à la voile, le navire atteint Wallis. Mgr Bataillon, refuse d’accueillir la courageuse missionnaire… C’est alors le roi qui la prend sous sa protection et lui fait construire une case au bord de mer où elle va désormais vivre avec trois jeunes Océaniennes, dont Amelia, la fille du roi.

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Sam 19 Mai 2012, 8:16 am

De Lyon à Uvéa

C’est à Lyon qu’a été fondée la Société de Marie. De l’Église de Lyon sont partis les premiers missionnaires maristes. En 1837, ils débarquèrent à Wallis puis à Futuna. Pierre Marie Chanel, premier missionnaire à Futuna, y fut martyrisé le 28 avril 1841. Son sang a été la semence des chrétiens. A Wallis comme à Futuna, des hommes et des femmes demandent le baptême. L’Église d’Uvéa était née.

Les pionnières

Douze ans de solitude ! Il faut tenir. A son âge, il est difficile d’apprendre la langue. En 1854, accablée par la solitude, la maladie, le manque de compréhension aussi, Françoise Perroton songe à rentrer à Lyon. Mais le bateau la laisse à Futuna où elle va poursuivre son œuvre d’éducation. Et en 1858, 4 ans plus tard, arrivent trois sœurs de France. Quelle bonne surprise. Il s’agit de Marie de la Pitié, 38 ans, de Lyon, Marie de la Miséricorde, 27 ans, et Marie de la Sainte Espérance, 26 ans. La première communauté commence. C’est à Kolopelu, au sommet de la butte qui domine la passe de Ono. Françoise Perroton y restera jusqu’à sa mort le 9 août 1873.

Sœur Marie de la Croix

A ce moment, en Nouvelle Calédonie, arrive Sœur Marie de la Croix, vendéenne de 27 ans ; elle se fait vite remarquer par sa force de caractère, la profondeur de sa vie intérieure et son amour des Océaniens. Son influence contribua à faire reconnaître la dignité de la femme dans la société mélanésienne. Malgré une santé fragile, Sœur Marie de la Croix a créé à l’île des Pins puis à Saint-Louis un centre important de formation des jeunes filles et des femmes : l’enseignement de la lecture et de l’écriture était sa spécialité, mais aussi la couture, la cuisine, le jardinage, le ménage…elle voulait des femmes accomplies, ouvertes et épanouies. Sans y penser, Sœur Marie de la Croix préparait les leaders féminins d’aujourd’hui. Elle est la véritable fondatrice de la Congrégation des Petites Filles de Marie.

Sœur Marie de la Croix

Dans le Pacifique, puis dans le monde :

D’un hémisphère à l’autre, des vocations se lèvent. Scholastique Tchamoui de Calédonie qui sera reçue dans le Tiers-Ordre de Marie (T.O.M.) le 12 septembre 1875. Sara Fuasea et Silenia Tipaï de Futuna qui seront reçues dans le T.O.M. le 21 novembre 1878. Denyse Rouvière de France, qui deviendra Mère Marie Denyse, fera profession le 15 janvier 1893.

Puis ce sont des vocations de Wallis, Tonga, Samoa, Australie, Amérique, Nouvelle Zélande, Italie, Allemagne, Afrique… C’est un long cheminement, parsemé de joies mais aussi de difficultés. D’abord appelées " Sœurs de charité du Tiers Ordre de Marie ", en 1881 elles deviennent " Sœurs du Tiers Ordre Régulier de Marie " consacrées par les trois vœux, elles sont religieuses des nouvelles congrégations diocésaines.
Puis à la date du 30 décembre 1931 la congrégation des Sœurs Missionnaires de la Société de Marie est reconnue par l’Église ; elle devient congrégation de droit pontifical et s’ouvre à la Mission universelle.

Diocèse de Wallis-Futuna

avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Sam 19 Mai 2012, 8:29 am

Les Petites Filles de Marie


Origine de la Congrégation des PFM

La Congrégation des Filles de Marie fut fondée le 12 septembre 1875, à Saint Louis, en la fête du Saint Nom de Marie. Puis en 1898, elle s'est étendue au Vanuatu.

Deux personnages importants ont marqué cette fondation: Mgr Ferdinand Vitte, deuxième évêque vicaire apostolique de la Nouvelle-Calédonie (qui comprenait à l'époque les Nouvelles-Hébrides désormais nommé Vanuatu) et Sœur Marie de la Croix, considérée comme la véritable fondatrice des PFM, la première Congrégation religieuse locale.

Sœur Marie de la Croix

Sœur Marie de la Croix est un personnage important dans la fondation de la Congrégation. Sœur Marie de la Croix, Pélagie Phelippon, est née à la Roche-sur-Yon en Vendée (France) en 1831 d'une famille établie et très chrétienne.
Le 6 juillet 1858, elle prit l'habit du Tiers-Ordre et prend le nom de Sœur Marie de la Croix. Trois semaines après, elle partit avec deux autres compagnes pour la Nouvelle Calédonie. Elles y arrivèrent après quatre mois de voyage. Et tout de suite elles se mirent au travail. elles apprirent aux enfants à lire et à écrire et aux femmes à coudre. En 1859, elle est envoyée à l'Île des Pins, là elle continue sa fonction d'institutrice. En 1864, elle revint sur la Grande Terre à Saint-Louis où elle dirigea l'école qui accueillait les filles des tribus avoisinantes. Parmi elles se trouvaient des filles aspirant à la vie religieuse. En 1875, les premières filles indigènes font profession. C'est le début de la Congrégation. Sœur Marie de la Croix avait alors 44 ans et l'Église en Nouvelle Calédonie en avait trente et un.



Les PFM à Saint Louis vers 1880

Sœur Marie de la Croix, à en juger d'après ses écrits, est une femme de caractère, énergique, animée d'une grande foi qui savait affronter toutes les difficultés.

A Saint-Louis, elle fut empêchée par le Gouvernement Guillain d'enseigner, mais avec courage elle poursuivit. Elle avait un grand amour pour Marie et un dévouement dans le service.

Elle fut enfin volontaire pour soigner les lépreux à Bélep et elle le fera jusqu'à sa mort en 1908. Sa tombe se trouve toujours dans le petit cimetière près de l'église Saint Pierre à Belep.

Sous le regard de Marie
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Sam 19 Mai 2012, 8:34 am

La Congrégation des Frères du Sacré -Cœur. Province d'Océanie.

Les Frères du Sacré-Cœur (FSC) sont nés de l’élan apostolique du Père André Coindre (1787-1826). Pour soustraire les jeunes à l’ignorance et les préparer à la vie, il regroupa quelques jeunes gens dans un bâtiment attenant au monastère Saint-Bruno, à Lyon, pour en faire des instituteurs.

C’est le 30 septembre 1821, dans la petite chapelle Notre-Dame de Fourvière, que les 10 premiers Frères se consacrèrent à Dieu par les vœux privés de pauvreté, de chasteté et d’obéissance.

Le Père André Coindre leur donna le nom de frères des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie. Plus tard, le nom sera changé en celui de Frères du Sacré-Cœur.

D’abord approuvée et encouragée par les évêques des diocèses où œuvraient les frères, la Communauté fut reconnue comme Institut pontifical, le 22 juillet 1894.

Le Père André Coindre

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Sam 19 Mai 2012, 8:39 am

Son fondateur, le Père André Coindre, mourut en 1826, laissant la jeune Congrégation dans de grandes difficultés que son frère, le Père François qui lui succéda, ne fera qu’accentuer.

En 1827, le jeune Hippolyte Gondre arrive à Lyon et entre au noviciat des Frères du Sacré-Cœur. Il prend le nom de Frère Polycarpe. Grâce au Frère Polycarpe, les frères retrouvèrent courage, ferveur et prospérité. Quand il fut nommé Supérieur Général en 1841, l’Institut comptait 59 frères et 15 écoles; à sa mort en 1859, il comptait 400 frères et 97 écoles.

Retenons quelques dates importantes pour la suite de l’histoire qui nous conduira jusqu’en Nouvelle-Calédonie.

- 1846- Le Frère Polycarpe envoie les cinq premiers Frères du Sacré-Cœur au sud des États-Unis. L’institut se répand le long du golfe du Mexique, puis vers le nord, dans les régions de New-York et de Boston.

Le Frère Polycarpe

- 1872- Des États-Unis l’Institut se répand au Canada, principalement dans la population francophone.

- 1903- Les lois anti-congrégationistes de 1903, en France, dispersent un bon nombre de frères vers l’Espagne et l’Amérique. En Espagne, ils s’organisent rapidement en province communautaire.

- 1927- Pour répondre aux appels du Pape Pie XI en faveur des missions, les Frères du Sacré-cœur lancent un vaste mouvement à travers le monde.

L’histoire se continue ailleurs, mais ici, nous bifurquons en Nouvelle-Calédonie...

Blason de la Congrégation

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Sam 19 Mai 2012, 9:33 am

Les Frères du Sacré-Cœur en Nouvelle-Calédonie

C’est en 1954 que les frères Louis-Edmond (Ernest Viens), Maurèle (Philippe Jolicoeur), Elias (Thomas Lord) et Marc-Albert (Camille Tremblay) fondèrent la première communauté des Frères du Sacré-Cœur en Nouvelle-Calédonie. Ils répondent à la demande de Mgr Édouard Bresson.

Bourail : École Sacré-Cœur (1954)

Les quatre frères, provenant du Canada, prenaient en charge la direction de cette école et de l’internat et offraient les classes de C.P., C.M., C.F.E.P. et classe professionnelle. Cette classe professionnelle comprenait des élèves assez âgés, qui, le matin recevaient des cours à l’école et l’après-midi se rendaient à l’École Rurale Artisanale, (à un km en dehors du village) pour y recevoir une formation technique en menuiserie, en mécanique et en électricité.

Bourail : École Rurale Artisanale (1955)

Toujours à Bourail, les frères prennent charge de la section technique qui deviendra d’abord l’École Rurale Artisanale (E.R.A.). Une école donnant la formation technique en menuiserie, mécanique et électricité. En 1991, l’établissement prend le nom de Lycée Professionnel Père-Gueneau, (LPPG) du nom de son fondateur.

avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 22 Mai 2012, 4:37 pm

La Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande, en anglais New Zealand, en maori de Nouvelle-Zélande Aotearoa, est un pays de l'Océanie, au sud-ouest de l'océan Pacifique, constitué de deux îles principales (l'île du Nord et l'île du Sud), et de nombreuses îles beaucoup plus petites, notamment l'île Stewart et les îles Chatham. Située à environ 2 000 km de l'Australie dont elle est séparée par la mer de Tasman, la Nouvelle-Zélande est très isolée géographiquement. Cet isolement a permis le développement d'une flore et d'une faune endémiques très riches et variées, allant des kauri géants aux insectes weta et en passant par les kaponga et le kiwi, ces deux derniers étant des symboles du pays.

La population est majoritairement d'origine européenne, tandis que les Maoris forment la minorité la plus nombreuse. Les peuples non-maoris d'origine polynésienne, ainsi que les Asiatiques, représentent également d'importantes minorités, particulièrement dans les régions urbaines.
(Wiki)

Photo satellite du pays prise en octobre 2002

Régions de Nouvelle-Zélande



À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 22 Mai 2012, 4:43 pm



Lake Rotoiti - Nouvelle-Zélande

Parc national Aoraki/Mount Cook - Ile du Sud - Nouvelle Zélande

Lac Tekapo - Nouvelle Zélande



À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 22 Mai 2012, 4:58 pm

Milford Mariner - Parc national de Fiordland - Milford Sound - Ile du Sud - Nouvelle Zelande

Parc national Aoraki/Mount Cook - Ile du Sud - Nouvelle Zélande

Bay of Plenty - Nouvelle Zélande

Goat Island Marine Reserve - Nouvelle Zélande

Queenstown - Nouvelle Zélande

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 22 Mai 2012, 5:05 pm

Parc McLaren - Bay of Plenty - Nouvelle Zélande

Milford Wanderer - Parc national de Fiordland - Milford Sound - Ile du Sud - Nouvelle Zelande

Milford Monarch - Parc national de Fiordland - Milford Sound - Ile du Sud - Nouvelle Zelande

Parc national Aoraki/Mount Cook - Ile du Sud - Nouvelle Zélande

Karekare Falls - Ile du Nord - Nouvelle Zelande

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mar 22 Mai 2012, 5:13 pm



Marlborough Sounds - Nouvelle-Zélande

Church of the Good Shepherd - Mount Cook - Nouvelle-Zélande

Vue du Mont Mauao - Bay of Plenty - Nouvelle Zélande

Lake Wanaka - Ile du Sud - Nouvelle Zélande



Walter Peak - TSS Earnslaw - Ile du Sud - Nouvelle Zelande

Rotorua - Nouvelle Zélande

Ile du nord

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mer 23 Mai 2012, 4:42 pm

Mont Tongariro - Nouvelle Zélande

Queenstown - Nouvelle-Zélande

Parc national Aoraki/Mount Cook - Ile du Sud - Nouvelle Zélande

Marlborough - Nouvelle-Zélande

Lake Pukaki - Mount Cook - Nouvelle-Zélande

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des petits paradis loin des Babels modernes...

Message  Javier le Mer 23 Mai 2012, 4:56 pm

Le lac Ruataniwha, situé dans le bassin de Mackenzie

Les plaines de Nouvelle-Zélande sont entrecoupées de massifs montagneux. Les plaines de Canterbury, situées dans l'île du Sud, constituent la plus grande étendue plate du pays.

Le Mitre Peak, situé dans le fjord de Milford Sound (île du Sud), culmine à une altitude de 1 692 mètres.

La forêt néo-zélandaise est d'une incroyable beauté. De nouvelles espèces animales et végétales, comme certaines essences de conifères à croissance rapide, introduites par les colons, menacent cependant son équilibre

À SUIVRE...
avatar
Javier

Nombre de messages : 1825
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum