Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  gabrielle le Jeu 12 Avr 2012, 11:00 am

PREMIÈRE PARTIE

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

I


Est-ce l'Eglise et le Saint-Siège, comme l'a dit J. Quicherat, qui ont jugé la Pucelle à Rouen?

Le triple reproche qu'on adresse à l'Eglise, pour ne pas dire la triple accusation qu'on lance contre elle, n'a d'autre fondement qu'une erreur de fait et qu'une équivoque.

Une erreur de fait : c'est par ordre de l'Eglise et du Saint-Siège, avec l'agrément du gouvernement anglais, que la Pucelle aurait été jugée et brûlée à Rouen. Une équivoque : si la Pucelle a été condamnée et brûlée, on doit en chercher la raison complémentaire dans les abus de la procédure inquisitoriale instituée et imposée par l'Eglise.

À l'erreur ci-dessus, les documents opposent la vérité que voici : Jeanne d'Arc n'a été jugée, condamnée et exécutée à la suite d'un procès en cause de foi, que par la volonté unique du gouvernement anglais.

Le Saint-Siège et l'Eglise sont demeurés tout à fait étrangers au procès de Rouen. Ils n'ont jamais donné à l'évêquede Beauvais la mission de les représenter ; et, n'étant pas l'évêque du diocèse de Jeanne, Pierre Cauchon n'avait pas le pouvoir de la juger.

L'équivoque à laquelle on a recours s'évanouit en présence de cette autre vérité dont nous avons fourni et dont nous rappellerons la preuve :

Si Jeanne d'Arc, à Rouen, a été injustement condamnée, c'est uniquement parce que la procédure et les règles établies par l'Eglise ont été violée si indignement. Si elles avaient été observées, l'innocence de l'envoyée de Dieu eût été certainement reconnue. Reprenons l'une après l'autre ces deux propositions.

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Titre10 pages 295-296

à suivre
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18047
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Monique le Jeu 12 Avr 2012, 12:21 pm

La lecture de ce fil très intéressant, nous éclaire sur des réponses et des points parce qu'il choisit de relater les faits avec le plus d'objectivité à la vérité. C'est à suivre...

Merci Gabrielle.
Monique
Monique

Nombre de messages : 8314
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Louis le Jeu 12 Avr 2012, 12:44 pm

voilà un dossier qui promet d'être très intéressant et très éclairant.

Merci chère Gabrielle.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13028
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  ROBERT. le Jeu 12 Avr 2012, 2:21 pm

.
Dossier à suivre. Merci Gabrielle.
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Catherine le Jeu 12 Avr 2012, 3:44 pm

Effectivement, ça commence très bien! cheers

Merci Gabrielle de nous faire partager ce document....
Catherine
Catherine

Nombre de messages : 2365
Age : 34
Localisation : Pays d'Urfé
Date d'inscription : 02/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  gabrielle le Jeu 12 Avr 2012, 6:16 pm

Je crois, chers amis, qu'il est plus que temps que les voix qui dénigrent la Sainte Église au sujet de Saint Jeanne d'Arc, soient confondus et se taisent à jamais.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18047
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  gabrielle le Jeu 12 Avr 2012, 6:21 pm

1
Responsabilités que l'évêque de Beauvais
et Jules Quicherat font remonter à l'Eglise et au Saint Siège

Un point sur lequel il ne saurait y avoir une ombre de désaccord, c'est celui de la part active, considérable, que le gouvernement anglais et l'évêque de Beauvais, son instrument docile, ont pris au procès et au supplice de la Pucelle.
Le point qui peut rester douteux est celui de la participation des papes régnants ou du Saint-Siège à ce même procès.
Quel sera le moyen de dissiper ce doute? la critique historique n'en reconnaît qu'un seul, le témoignage des documents.

Que nous apprennent les documents à ce sujet ?

Ils nous apprennent que l'évêque de Beauvais et l'Angleterre tenaient fort à ce que la postérité fût persuadée qu'ils n'étaient à peu près pour rien dans le procès et la mort de Jeanne, qu'ils n'avaient fait que se prêter au désir de l'Eglise en instruisant le procès, et que par conséquent à l'Eglise, au Saint-Siège seul, devait en remonter la principale responsabilité.
On trouve la preuve de cette mentalité dans la lettre du roi d'Angleterre envoyée à la date du 31 juin, un mois après le supplice de l'héroïne, « à l'empereur, aux rois, ducs et autres princes chrétiens».

En cette lettre, on lit ces mots bien propres à induire en erreur le lecteur confiant :

« Pour nous, ainsi qu'il convenait à un prince chrétien, remplis d'un respect et d'une affection toute filiale envers l'autorité ecclésiastique, nous avons soumis la femme susdite au jugement de notre sainte mère l'Eglise.

Nos quoque, sicut christiannum regem decet, aucto-ritatem ecclesiasticam filiali reverentes affectu, confestin antedictam mulierem judicio sanctæ matris Ecclesiæ... expedivimus. »
(Procès, t. I, p. 487.)

Que vaut ce témoignage?

Il vaut ce que valent les témoignages des parties jugeant en leur propre cause, les témoignages qui, de plus, sont en contradiction manifeste avec les faits.

Pourtant ce témoignage, malgré le démenti que les faits lui donnent, n'a point paru suspect à tous les historiens. L'école antitraditionnelle lui a fait un accueil favorable. Sorti de la plume de Pierre Cau-chon, le type des juges intègres et des historiens véridiques, il a paru digne de créance au chef de cette école, Jules Quicherat : c'est lui qui, l'ayant rencontré sur son chemin, en a tiré les accusations que nous l'entendrons formuler tout à l'heure.

op cit., pages 296 - 297

à suivre

L'école antitraditionnelle et l'Eglise
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18047
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Gérard le Ven 13 Avr 2012, 2:13 am


Le Roi d'Angleterre a dit pour se justifier de la condamnation de Jeanne d'Arc :

« Pour nous, ainsi qu'il convenait à un prince chrétien, remplis d'un respect et d'une affection toute filiale envers l'autorité ecclésiastique, nous avons soumis la femme susdite au jugement de notre sainte mère l'Eglise.

Nos quoque, sicut christiannum regem decet, aucto-ritatem ecclesiasticam filiali reverentes affectu, confestin antedictam mulierem judicio sanctæ matris Ecclesiæ... expedivimus. » (Procès, t. I, p. 487.)

Or vous croyez défendre l'honneur de Jeanne d'Arc et de l'Eglise en accusant le Roi d'Angleterre de n'avoir pas dans cette affirmation dit la vérité.

Mais où est l'erreur ?
Où est l'erreur du Roi d'Angleterre ?
Est-il vrai qu'il était rempli de respect et d'affection toute filiale envers l'autorité ecclésiastique?
Certes non ? Puisqu'il a tout fait pour subordonner l'autorité légitime de la Sainte Inquisition et qu'il y est parvenu ?

Est-il vrai qu'il a "soumis la femme susdite au jugement de notre sainte mère l'Eglise."
Oui en apparence puisque c'était bien l'autorité légitime qui jugeait Jeanne d'Arc et l'Evêque Cauchon habilité légitime pour juger cette cause mais le fait que dans la réalité, Cauchon ne remplissait pas la charge des intérêts de Justice de la Sainte Inquisition mais qu'il ne faisait que d'accomplir les desseins du roi d'Angleterre faisait de lui un traitre.
Vous croyez défendre Jeanne d'Arc et la Sainte Eglise en disant que Cauchon n'était pas l'autorité de la Sainte Eglise.
Alors puisque vous vous croyez les meilleurs justiciers jamais paru sur la terre remettez l'histoire dans votre sens et affirmez que Judas ne faisait pas parti du corps apostolique et vous aurez ainsi sauvé (ou cru sauver) l'Eglise et l'honneur de J-C...ou encore dites que Jansénius et tous les autres évêques qui sont devenus hérétiques dans l'histoire n'ont jamais été évêques légitimes de la Sainte Eglise ou encore, plus près de nous, dites que les 2500 évêques qui étaient au Concile Vatican II n'ont jamais dans leur vie passé représenté une quelconque autorité de l'Eglise !

Si je suis un "détracteur" de l'Eglise et de Jeanne d'Arc simplement en revendiquant d'être honnête alors j'accepte d'être tout ce que vous voudrez que je sois !
En attendant, je pense être le détracteur de Cauchon et je ne vous lâcherai pas les basquettes tant que vous m'apporterez pas (par votre biblio en ligne ou d'une autre manière) comme quoi, Cauchon a été reconnu tel, c'est à dire reconnu traître en ayant détourné les objectifs de la Sainte Inquisition dont il était le représentant légal, hiérarchiquement dépendant, (non moins en tant qu'évêque qu'en tant que juge habilité de la Sainte Inquisition) du pape, lequel était au sommet de cette hiérarchie.

Et le seul moyen de mettre en l'air la justification du Roi d'Angleterre passe nécessairement par la condamnation de Cauchon...Or, s'il a bien été reconnu que ce qu'à fait Cauchon n'était pas ce qui aurait dû être fait (procès de réhabilitation), ceci est présenté comme s'il avait commis une simple erreur de jugement (ce qui n'est pas coupable puisqu'il n'était pas infailllible) mais JAMAIS à ce jour (à moins de produire nouvelle pièce) Cauchon n'a été reconnu officiellement traitre à la cause de la Sainte Inquisition dont il était le représentant légal....Traitrise qui, évidemment est manifeste !

Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Catherine le Ven 13 Avr 2012, 2:51 am

Gérard a écrit:

Oui en apparence puisque c'était bien l'autorité légitime qui jugeait Jeanne d'Arc et l'Evêque Cauchon habilité légitime pour juger cette cause mais le fait que dans la réalité, Cauchon ne remplissait pas la charge des intérêts de Justice de la Sainte Inquisition mais qu'il ne faisait que d'accomplir les desseins du roi d'Angleterre faisait de lui un traitre.

Alors que :


gabrielle a écrit:
PREMIÈRE PARTIE

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

I


Est-ce l'Eglise et le Saint-Siège, comme l'a dit J. Quicherat, qui ont jugé la Pucelle à Rouen?

Le triple reproche qu'on adresse à l'Eglise, pour ne pas dire la triple accusation qu'on lance contre elle, n'a d'autre fondement qu'une erreur de fait et qu'une équivoque.

Une erreur de fait : c'est par ordre de l'Eglise et du Saint-Siège, avec l'agrément du gouvernement anglais, que la Pucelle aurait été jugée et brûlée à Rouen. Une équivoque : si la Pucelle a été condamnée et brûlée, on doit en chercher la raison complémentaire dans les abus de la procédure inquisitoriale instituée et imposée par l'Eglise.

À l'erreur ci-dessus, les documents opposent la vérité que voici : Jeanne d'Arc n'a été jugée, condamnée et exécutée à la suite d'un procès en cause de foi, que par la volonté unique du gouvernement anglais.

Le Saint-Siège et l'Eglise sont demeurés tout à fait étrangers au procès de Rouen. Ils n'ont jamais donné à l'évêque de Beauvais la mission de les représenter ; et, n'étant pas l'évêque du diocèse de Jeanne, Pierre Cauchon n'avait pas le pouvoir de la juger.

L'équivoque à laquelle on a recours s'évanouit en présence de cette autre vérité dont nous avons fourni et dont nous rappellerons la preuve :

Si Jeanne d'Arc, à Rouen, a été injustement condamnée, c'est uniquement parce que la procédure et les règles établies par l'Eglise ont été violée si indignement. Si elles avaient été observées, l'innocence de l'envoyée de Dieu eût été certainement reconnue. Reprenons l'une après l'autre ces deux propositions.

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Titre10 pages 295-296

à suivre


Egalement, dans les Petits Bollandistes ( http://jesusmarie.free.fr/vies_de_saints_venerables_et_personnes_saintes.pdf )

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Sainte11
Catherine
Catherine

Nombre de messages : 2365
Age : 34
Localisation : Pays d'Urfé
Date d'inscription : 02/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Catherine le Ven 13 Avr 2012, 3:29 am

Ici: http://messe.forumactif.org/t4136p15-le-regne-de-notre-seigneur-jesus-christ#79268

Eric a écrit:
Sandrine a écrit:
Eric a écrit:Gérard,
Souvenez vous, 2010, cela fait deux ans déjà !!!! :

http://messe.forumactif.org/t1761-excommunication-de-jeanne-d-arc
En relisant ce fil ressorti par Eric, on peut y lire ces deux messages de Gérard :


Gérard a écrit:Tu as raison, Eric. C'est vraiment très important de savoir ce que le pape Calixte III pense de Jeanne d'Arc, parce que ses trois prédécesseurs, Martin V, Eugêne IV et Nicolas V ont tous les trois pensé que Jeanne d'Arc était une hérétique, schismatique, relapse et justement condamnée par le Tribunal de la Sainte 'Inquisition à la tête de laquelle ils étaient.

Et certainement que dans ce "Bref apostolique", il y a quelque chose de sérieux à comprendre !

http://messe.forumactif.org/t1761p60-excommunication-de-jeanne-d-arc#33772

Gérard a écrit:Mon cher Wulfrano, ce qui serait pure vérité et intelligent, ce serait de dire que ces trois papes ont reconnu en Jeanne d'Arc une parfaite catholique et une sainte mais qu'ils ont laissé sur elle la condamnation de l'Inquisition comme hérétique, schismatique, relapse !http://messe.forumactif.org/t1761p60-excommunication-de-jeanne-d-arc#33779

Hier soir :
Gérard a écrit :
Mais je n'ai NULLEMENT accusé le pape ...
http://messe.forumactif.org/t4136p15-le-regne-de-notre-seigneur-jesus-christ#79242

Mon cher Gérard, permettez-moi de vous féliciter puisqu'aujourd'hui, ALLÉLUIA, vous reconnaissez que dans le procès de sainte Jeanne d'Arc, le pape n'est en aucun cas responsable ... cheers Basketball sunny

Il me semble qu'il est grand temps que Gérard rétracte ses erreurs (horreurs) manifestes !
Prenons "le cas" Martin V ....
Ce Pape est mort en 1431, année du "procès" de Jeanne !
Comment Gégé peut-il affirmer sans rougir de honte ce qu'il affirme ci-dessus ?

Vous êtes attendu ici, Gégé :

http://messe.forumactif.org/t1761p60-excommunication-de-jeanne-d-arc#79269

Cher Gérard, après relecture de ce fil (le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ), où, au passage, vous accusez Eric de malhonnêteté et Sandrine de petitesse et mesquinerie, il semblerait que vous n'avez pas compris la rétractation demandée. C'est pourtant très simple.

Vous avez dit:

Martin V, Eugêne IV et Nicolas V ont tous les trois pensé que Jeanne d'Arc était une hérétique, schismatique, relapse et justement condamnée par le Tribunal de la Sainte 'Inquisition à la tête de laquelle ils étaient.

Or, les différents documents présentés vous prouvent le contraire.

A vous de voir ce qu'il vous reste, très simplement, à faire....
Catherine
Catherine

Nombre de messages : 2365
Age : 34
Localisation : Pays d'Urfé
Date d'inscription : 02/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  gabrielle le Ven 13 Avr 2012, 8:09 am

Gérard, au lieu de râler, prouvez donc votre point, mais avec autre chose que la feuille de chou de la CRC.

Vous savez très bien que la CRC est partisanne de la doctrine des papes hérétiques , elle ne se gêne pas pour salir la mémoire des papes, leur dada... la politique et les ragots sur la papauté et c'est sur cela que vous misez votre confiance.. sur une secte très dangeureuses, chapeau!
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18047
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  gabrielle le Ven 13 Avr 2012, 8:11 am

Merci Catherine pour le texte des Petits Bollandistes. Wink
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18047
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  gabrielle le Ven 13 Avr 2012, 8:22 am

2. L'école antitraditionnelle et l'Eglise

Le préjugé qui fait de l'Eglise, du Saint-Siège, l'auteur responsable du procès de Rouen ne date guère, pour l'extension qu'il a prise, que de 1850. année de la publication des Aperçus nouveaux. Antérieurement, il n'existait qu'à l'état d'exception. Aujourd'hui, il se rencontre partout, dans les classes élevées comme au sein des niasses populaires, et il le doit au patronage dont l'ont entouré les historiens de l'école dont J. Quicherat est le chef.

L'éditeur des deux procès a dit sans ambages ce qu'il pensait des responsabilités de l'Eglise, une première fois dans le rapport qu'il adressait au conseil de la Société de l'Histoire de France, une seconde fois, c'est-à-dire dix ans plus tard, dans ses Aperçus nouveaux.

Dans le Rapport il s'exprimait ainsi :

« Quant à la revision, a-t-on jamais exposé avec l'insistance nécessaire tout ce qu'elle avait de grave, de solennel, d'inouï même, puisque dans cette procédure sans exemple, l'Eglise infaillible mettait à néant toute une affaire instruite et jugée par l'Eglise ? » (Bulletin de la Société..., année 1840, p. 57 et suiv.)

Dans les Aperçus nouveaux, J. Quicherat émet cette opinion — fantaisiste d'ailleurs — que si l'on eut de la peine à obtenir du pape Calixte III la révision du procès de Rouen, c'est qu'il « s'agissait de faire déjuger l'Eglise par elle-même ». ( On croirait lire abbé De Nantes!!!!)

On ne peut pas être plus laconique; on ne peut pas, non plus, se tromper plus catégoriquement.

Quand l'auteur des Aperçus nouveaux écrit que « l'Eglise, en 1431, a instruit et jugé toute cette affaires, il émet une erreur historique formelle, une de ces erreurs qu'un lapsus de mémoire ou qu'une habileté de plume ne sauraient expliquer.

Car, enfin, on a beau subtiliser, c'est Pierre Cauchon, évêque de Beauvais qui seul a mené le procès de Jeanne et qui seul l'a condamnée. Jusqu'à présent personne, ni Jules Quicherat, ni les plus fortes têtes de l'école antitraditionnelle n'ont prouvé péremptoirement, ni que Pierre Cauchon fût un seul et même personnage avec le pape, une seule et même chose avec le Saint-Siège et l'Eglise, ni qu'il eût obtenu de Rome ou d'ailleurs les pouvoirs nécessaires pour juger en cause de foi la Pucelle dont il n'était à aucun titre l'évêque et le juge « ordinaire ».

C'est pourquoi d'après le jugement porté par l'histoire, à l'Angleterre et à son gouvernement, ainsi qu'à Pierre Cauchon, le juge de son choix, doit être réservée la responsabilité du procès inique, de la condamnation ignominieuse, de la mort cruelle de Jeanne d'Arc.

op cit. pages 298-299

à suivre

éclaircissements du sujet.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18047
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Eric le Ven 13 Avr 2012, 9:53 am

Soulignons le profond mépris qu'a Gérard des ouvrages que nous lui présentons (alors qu'il nous tannent avec son torchon de la CRC) :
Gérard a écrit :
(par votre biblio en ligne ou d'une autre manière)
NOTRE BIBLIO, mon brave Gégé, est celle de tout catholique qui ne compte pas QUE sur son intuition ou ses propres déductions ou "raisonnements philosophiques" !

Notons aussi que la notion de juridiction ne semble pas acquise par Gérard (ou, du moins, pas dans le cas du "procès" de sainte Jeanne d'Arc) ....
Eric
Eric

Nombre de messages : 3305
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Eric le Ven 13 Avr 2012, 9:58 am

gabrielle a écrit:Merci Catherine pour le texte des Petits Bollandistes. Wink
Oui !
Merci à vous, Catherine et Gabrielle, pour ces textes !
Eric
Eric

Nombre de messages : 3305
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Catherine le Ven 13 Avr 2012, 10:53 am

Eric a écrit:

Notons aussi que la notion de juridiction ne semble pas acquise par Gérard (ou, du moins, pas dans le cas du "procès" de sainte Jeanne d'Arc) ....

En effet!

Cher Gérard, Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, avait-il juridiction sur Sainte Jeanne d'Arc?

Si vous répondez oui, comment justifiez-vous votre réponse?
Catherine
Catherine

Nombre de messages : 2365
Age : 34
Localisation : Pays d'Urfé
Date d'inscription : 02/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Gérard le Ven 13 Avr 2012, 3:17 pm

Catherine a écrit:
Eric a écrit:

Notons aussi que la notion de juridiction ne semble pas acquise par Gérard (ou, du moins, pas dans le cas du "procès" de sainte Jeanne d'Arc) ....

En effet!

Cher Gérard, Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, avait-il juridiction sur Sainte Jeanne d'Arc?

Si vous répondez oui, comment justifiez-vous votre réponse?

Catherine a cité :

D'autre part, Catherine vous avez cité :

Le Saint-Siège et l'Eglise sont demeurés tout à fait étrangers au procès de Rouen. Ils n'ont jamais donné à l'évêque de Beauvais la mission de les représenter ; et, n'étant pas l'évêque du diocèse de Jeanne, Pierre Cauchon n'avait pas le pouvoir de la juger.

Vous avez cité également les bollandistes qui disent la même chose.

Alors amenez-nous la pièce de désaveu de l'autorité supérieure comme quoi Cauchon a jugé une cause dont il n'avait pas à juger !


Alors c'est à vous de donner la pièce de désaveu de l'autorité supérieure comme quoi Cauchon a jugé une cause dont il n'avait pas à juger ! Ces deux auteurs auraient dû la présenter à l'appui de leur affirmation.

De plus si, comme le dit le premier auteur :
"Le Saint-Siège et l'Eglise sont demeurés tout à fait étrangers au procès de Rouen" cela voudrait dire que La Sainte Inquisition est une institution qui est tout étrangère à l'autorité de l'Eglise...ce qui est évidemment absurde.

Si la cause de Jeanne d'Arc n'a rien à voir avec l'autorité de l'Eglise, c'est que n'importe qui ou un évêque sorti de nulle part peut juger une personne sur l'intégrité de sa foi et la condamner !
D'autre part Si la cause de Jeanne d'Arc ne regardait pas l'Eglise, la réhabilitation ne la concernait pas non plus.
Et si l'autorité de l'Eglise n'a rien à voir dans ce procès, pourquoi jouer les maniaque de la juridiction en solutionnant le problème comme quoi Cauchon n'était pas habilité !
Tout le monde aurait juridiction pour juger n'importe qui au nom de la Sainte Inquisition qui ne dépendrait d'aucune juridiction !
D'autre part, si Cauchon n'était pas habilité, représentant légitime de la Sainte Inquisition dans cette cause, c'était au procès de réhabilitation de le mentionner EN GROSSES LETTRES et au tout début du procès...et dans ce cas-là...ce n'aurait pas été un procès de réhabilitation parce qu'il était inutile de casser le premier qui du fait de l'usurpation ne pouvait qu'être nul de soi !

Et non pas des auteurs qui arrivent avec leurs doléances et qui se croient tout permis parce qu'ils portent soutane. Ce serait à eux 5 siècles après de décider qui a fait quoi et qui devait faire quoi !

Catherine exige de moi que dans le cas où j'affirmerai que Cauchon a eu juridiction dans ce procès, je justifie mon affirmation.

Mais il faudrait ignorer qu'il y a eu un procès de réhabilitation pour casser le premier procès.
Si Cauchon n'avait pas eu juridiciton pour juger la cause de Jeanne d'Arc, il n'y aurait pas eu un procès de réhabilitation où elle a été "rejugée".
Si Cauchon n'avait pas eu juridiction, l'autorité supérieure compétente aurait signalé qu'il s'agissait d'une usurpation de pouvoir et que Cauchon n'était pas habilité pour juger cette cause...il n'était pas possible ni séant de reprendre les arguments du procès comme l'a fait la réhabilitation si ce jugement était incompétent et pure usurpation.
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Gérard le Ven 13 Avr 2012, 4:08 pm

Catherine me reproche d’avoir dit en d’autres temps :

Martin V, Eugêne IV et Nicolas V ont tous les trois pensé que Jeanne d'Arc était une hérétique, schismatique, relapse et justement condamnée par le Tribunal de la Sainte 'Inquisition à la tête de laquelle ils étaient.
Et Gabrielle a écrit :

Dans les Aperçus nouveaux, J. Quicherat émet cette opinion — fantaisiste d'ailleurs — que si l'on eut de la peine à obtenir du pape Calixte III la révision du procès de Rouen, c'est qu'il « s'agissait de faire déjuger l'Eglise par elle-même ».
En ajoutant en rouge :
( On croirait lire abbé De Nantes!!!!)

Si donc l’Eglise ne peut pas se déjuger en condamnant un procès conduit par ses administrateurs, c’est que tous les jugements d’Eglise sont infaillibles et infaillibles aussi tous les juges des tribunaux ecclésiastique (Pie IX a dû alors faire quelques oublis quand il a établi en quels domaines se trouvaient l’infaillibilité).

Mais si les jugements portés au nom de l’Eglise sont infaillibles, alors il est tout à fait normal que je puisse affirmer :

Martin V, Eugêne IV et Nicolas V ont tous les trois pensé que Jeanne d'Arc était une hérétique, schismatique, relapse et justement condamnée par le Tribunal de la Sainte 'Inquisition à la tête de laquelle ils étaient.
Si d’ailleurs, ils avaient pensé le contraire, c'est-à-dire pensé que Jeanne d’Arc était innocente et qu’ils n’aient rien fait pour rendre justice, ils auraient été des monstres !

Mais comment se fait-il que Rome a fait un procès de réhabilitation si le premier jugement fait par Cauchon était infaillible ?

Ce qui est pervers dans Quicherat, ce n’est pas le fait trop évident que le procès de Jeanne d’Arc dépendait de l’autorité du pape, c’est de laisser croire que puisque c’est au nom de l’Eglise infaillible que Jeanne d’Arc a été jugée, cette même Eglise s’est plantée dans son infaillibilité puisqu’elle a bien dû réduire à néant le premier procès :

Voici ce qu’il dit :

« Quant à la revision, a-t-on jamais exposé avec l'insistance nécessaire tout ce qu'elle avait de grave, de solennel, d'inouï même, puisque dans cette procédure sans exemple, l'Eglise infaillible mettait à néant toute une affaire instruite et jugée par l'Eglise ? » (Bulletin de la Société..., année 1840, p. 57 et suiv.)
Mais vous ne risquez pas de reprendre Quicherat sur cette croyance fantaisiste que l’Eglise serait infaillible dans tous ses administrateurs qui jugent en son nom, puisque vous la partagez.

Alors, bien entendu, vous avez à ronger l’os de la condamnation de Jeanne d’Arc et comme vous savez que vous allez vous casser les dents en disant que cette condamnation est infaillible, ce qui est insoutenable même pour les infaillibilistes « à donf »... vous vous en sortez, avec une procession d’ecclésiastiques qui vous y poussent, en disant que le procès et le juge Cauchon n’était pas légitime….

Cependant, vous tomber sur un second os, celui de la réhabilitation qui prouve que le premier jugement n’était pas usurpé, et là vous déclarez : Argument Zéro !

Toutefois, l’argument comme quoi le premier procès était un procès fait par un usurpateur ne date que de vos chers auteurs desquels Eric me traite d'impie pour ne pas les encenser.

Par conséquent, entre la condamnation de Jeanne d’Arc et sa réhabilitation, vous auriez INEVITABLEMENT reconnu que le procès de Jeanne d’Arc était un procès de l’Eglise catholique, qu’il était infaillible, indiscutable et vous auriez condamner tous ceux qui pendant ces 25 ans ont tout fait pour que l’innocence de Jeanne d’Arc soit remise en jugement !

Et vous auriez condamné comme ennemis du pape et de l’Eglise tous ceux qui regardaient avec horreur ce procès.

Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Eric le Ven 13 Avr 2012, 4:53 pm

Gérard a dit :
Toutefois, l’argument comme quoi le premier procès était un procès fait par un usurpateur ne date que de vos chers auteurs desquels Eric me traite d'impie pour ne pas les encenser.
Non, monsieur Laurençon, je ne vous traite pas (et ne vous ai jamais traité) d'impie !
Par contre, il a été démontré (de nombreuses fois et sur plusieurs sujets) que votre position n'était pas catholique ....
Remarquez la nuance !
Ensuite, pour tout vous dire, je préfère croire que vous êtes plus inculte que fou ....
Mais, vraiment, je vous avoue que le doute me prend souvent (à lire vos délires sur le "ouaib") entre ces deux échéances fatales !
Eric
Eric

Nombre de messages : 3305
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  gabrielle le Ven 13 Avr 2012, 6:43 pm

Le torchon, Éric a bien raison d'utiliser ce qualificatif, de la CRC reprend à son compte les ragots incroyables des détracteurs des Pontifes. Ce n'est qu'un tissu d'insinuations malveillantes ... la CRC est une secte de pire espèce et l'appui principale du blog "La Question" qui sont des ennemis de l'Église.

Oui, Quicherat et l'abbé de Nantes se ressemblent, n'est-ce pas de Nantes qui demanda à Montini de se juger lui-même. ( en tant que pape)

Gérard, vous rejetez de la main, tous les auteurs qui ne vont pas dans votre sens, à la limite, vous me faites penser à un anti-clérical... et vous inventez au fur et à mesure quand vos arguties sont détruits.

Je n'ai jamais lu sous la plume d'Éric ( plume façon de parler) que vous étiez un impie.. si oui, alors veuillez nous donnez la référence du message , sinon, bâteau! arrêtez de fabuler.

Nous irons jusqu'au fond de l'affaire Sainte Jeanne d'Arc, nous martelerons tous les points que vous déformez... non pas pour vous humilier, mais par amour de la Vérité et de la Sainte Église, espérons que cela vous servira à comprendre ou du moins a cesser de vous faire les détracteurs des Pontifes ...se serait toujours ça de prit.

gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18047
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  gabrielle le Ven 13 Avr 2012, 6:54 pm

Eclaircissons ce sujet par des faits historiques analogues.

Aucun historien n'oserait écrire que ce n'est pas le gouvernement anglais qui a fait tomber sur l'écha-faud la tête de Marie Stuart.

Aucun historien ne niera que ces mêmes Anglais aient fait tomber en 1649, sur l'échafaud de White-Hall, la tête de leur roi Charles VII.

Personne ne doute non plus que le gouvernement anglais eu 1815, n'ait envoyé Napoléon, le vaincu de Waterloo, mourir sur le rocher de Sainte-Hélène.

De même, il est tout aussi certain que le gouvernement anglais seul a fait condamner par des juges à ses ordres et brûler par la main du bourreau, Jeanne d'Arc sur la place du Vieux-Marché de Rouen, le 30 mai 1431.

On n'élèvera pas le plus léger doute sur ce point, si l'on veut bien considérer que le procès de la Pucelle n'a été dans la réalité qu'un procès uniquement anglais et, au point de vue de la validité, qu'un faux procès.

Ceci nous oblige à parler encore de ce procès fameux.

Mais, cette fois, nous l'envisagerons sous un aspect peu ordinaire. Nous traiterons de ce qu'on pourrait appeler son « état civil », de sa naissance ecclésiastique dont une barre formidable de bâtardise dénonce l'illégitimité, de son péché moral originel qui est la fausseté. Il y a là de quoi surprendre, intéresser sinon édifier, le lecteur.

op cit., pags 299-300

à suivre

Le procès de Rouen et l' Angleterre
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18047
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Gérard le Sam 14 Avr 2012, 1:52 am

gabrielle a écrit:
Eclaircissons ce sujet par des faits historiques analogues.

Aucun historien n'oserait écrire que ce n'est pas le gouvernement anglais qui a fait tomber sur l'écha-faud la tête de Marie Stuart.

Aucun historien ne niera que ces mêmes Anglais aient fait tomber en 1649, sur l'échafaud de White-Hall, la tête de leur roi Charles VII.

Personne ne doute non plus que le gouvernement anglais eu 1815, n'ait envoyé Napoléon, le vaincu de Waterloo, mourir sur le rocher de Sainte-Hélène.

De même, il est tout aussi certain que le gouvernement anglais seul a fait condamner par des juges à ses ordres et brûler par la main du bourreau, Jeanne d'Arc sur la place du Vieux-Marché de Rouen, le 30 mai 1431.

On n'élèvera pas le plus léger doute sur ce point, si l'on veut bien considérer que le procès de la Pucelle n'a été dans la réalité qu'un procès uniquement anglais et, au point de vue de la validité, qu'un faux procès.

Ceci nous oblige à parler encore de ce procès fameux.

Mais, cette fois, nous l'envisagerons sous un aspect peu ordinaire. Nous traiterons de ce qu'on pourrait appeler son « état civil », de sa naissance ecclésiastique dont une barre formidable de bâtardise dénonce l'illégitimité, de son péché moral originel qui est la fausseté. Il y a là de quoi surprendre, intéresser sinon édifier, le lecteur.

op cit., pags 299-300

à suivre

Le procès de Rouen et l' Angleterre

Gabrielle a écrit :
"Gérard, vous rejetez de la main, tous les auteurs qui ne vont pas dans votre sens"
Gabrielle, je peux en dire autant de vous sauf que pour ma part, ce n'est pas des auteurs que je rejette mais uniquement des arguments et que vous vous n'étudiez même pas les arguments des auteurs que vous rejetez !
Vous condamner même un auteur simplement pour avoir été cité par un autre un demi siècle après !
Boulanger serait un ennemi de l'Eglise pour cause de la CRC a donné un extrait de son livre, sachant que ce Boulanger n'a jamais mais jamais connu la CRC.
Il semble que vous en êtes à rechercher comme témoin l'homme qui a vu l'homme...qui a vu l'homme...qui a vu l'homme...qui a tué un ours !

Pour ce qui est "des faits analogues" que vous proposez et dont je ne veux pas savoir l'auteur, celui-ci présente comme analogue des faits qui ne le sont pas.

En effet la différence entre toutes les condamnations dont parle l'auteur et celui de Jeanne d'Arc, c'est que dans toutes les condamnations mises en exemple, c'est le gouvernement Anglais seul qui a agi en son nom alors que dans la condamnation de Jeanne d'Arc, c'est au nom de La Sainte Inquisition qu'elle a été condamnée tenu compte évidemment que le gouvernement anglais ne voulait pas moins la condamner à mort qu'il n'a voulu faire mourir les autres dans les exemples que votre auteur nous présente et qu'il a pris toutes les dispositions pour cela y compris la subornation d'un administrateur de l'Eglise...c'est uniquement dans cette détermination d'éliminer l'adversaire génant qu'il y a analogie.
Pour Jeanne d'Arc, le gouvernement anglais ne s'est même pas sali les mains et a préféré faire faire son sale boulot par le représentant légal de l'Inquisition qui, évidemment a dû trahir la cause juste de l'Inquisition pour la condamner.

Ce fut alors trop facile pour ce gouvernement anglais corrompu jusqu'aux os de se justifier en ces termes :

« Pour nous, ainsi qu'il convenait à un prince chrétien, remplis d'un respect et d'une affection toute filiale envers l'autorité ecclésiastique, nous avons soumis la femme susdite au jugement de notre sainte mère l'Eglise.

Nos quoque, sicut christiannum regem decet, aucto-ritatem ecclesiasticam filiali reverentes affectu, confestin antedictam mulierem judicio sanctæ matris Ecclesiæ... expedivimus. »
(Procès, t. I, p. 487.)

Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Catherine le Sam 14 Avr 2012, 4:49 am

Cher Gérard, dans le méli-mélo de votre post je n'ai pas compris la réponse à ma question.

Vous qui demandiez:

Qui peut me déterminer d'une manière claire et précise, en une dizaine de lignes, quels sont les arguments qui composent la fameuse "réhabilitation de Jeanne d'Arc dans les années 1455 ?


question à laquelle d'ailleurs Sandrine vous a répondu de façon claire et précise, serait-ce trop vous demander de répondre de la même façon claire et précise, et là ce n'est pas une dizaine de lignes mais un seul mot, oui ou non, qui suffira:

Pierre Cauchon avait-il juridiction sur Sainte Jeanne d'Arc?

Merci d'avance pour le oui ou le non qui suffiront comme réponse.

Catherine
Catherine

Nombre de messages : 2365
Age : 34
Localisation : Pays d'Urfé
Date d'inscription : 02/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Sandrine le Sam 14 Avr 2012, 4:53 am

Gérard a écrit:Catherine me reproche d’avoir dit en d’autres temps :

Martin V, Eugêne IV et Nicolas V ont tous les trois pensé que Jeanne d'Arc était une hérétique, schismatique, relapse et justement condamnée par le Tribunal de la Sainte 'Inquisition à la tête de laquelle ils étaient.
Catherine ne vous reproche rien ! Elle ne fait que citer ce message d'Eric ( qui reprenait un des miens auquel vous avez "omis" de répondre d'ailleurs )
http://messe.forumactif.org/t4136p15-le-regne-de-notre-seigneur-jesus-christ#79268

Vous prenez ici et là des textes des différents messages pour ensuite les mélanger et en faire un petit patchwork à votre sauce. Ce n'est pas honnête.



Gérard a écrit:

Cependant, vous tomber sur un second os, celui de la réhabilitation qui prouve que le premier jugement n’était pas usurpé, et là vous déclarez : Argument Zéro !


Les XII articles, par lesquels Cauchon affirmait résumer les aveux de l'accusée, sont déclarés un tissu d'altérations, de calomnies, de fraudes, de malicieuses interpolations
Jeanne d'Arc sur les autels et la génération de la France par Le Père J.-B.-J. Ayrolles de la compagnie de Jésus, 1885
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4240
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise Empty Re: Le procès de condamnation de la Pucelle et l'Eglise

Message  Catherine le Sam 14 Avr 2012, 5:07 am

Eric a écrit:Soulignons le profond mépris qu'a Gérard des ouvrages que nous lui présentons (alors qu'il nous tannent avec son torchon de la CRC) :
Gérard a écrit :
(par votre biblio en ligne ou d'une autre manière)

gabrielle a écrit:Gérard, vous rejetez de la main, tous les auteurs qui ne vont pas dans votre sens, à la limite, vous me faites penser à un anti-clérical... et vous inventez au fur et à mesure quand vos arguties sont détruits.

Cher Gérard, ne vous rendez-vous donc pas compte que vos propos sentent effectivement l'anticléricalisme? C'est grave quand même, non!?

Sans parler du fait que vous êtes obligé d'affabuler sur les propos d'Eric...

Gérard a écrit:

Et non pas des auteurs qui arrivent avec leurs doléances et qui se croient tout permis parce qu'ils portent soutane.

Gérard a écrit:... vous vous en sortez, avec une procession d’ecclésiastiques qui vous y poussent, en disant que le procès et le juge Cauchon n’était pas légitime….

[....]

Toutefois, l’argument comme quoi le premier procès était un procès fait par un usurpateur ne date que de vos chers auteurs desquels Eric me traite d'impie pour ne pas les encenser.


Catherine
Catherine

Nombre de messages : 2365
Age : 34
Localisation : Pays d'Urfé
Date d'inscription : 02/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum