Benoit, Benoit, pourquoi m'as-tu trahi?

Aller en bas

Benoit, Benoit, pourquoi m'as-tu trahi? Empty Benoit, Benoit, pourquoi m'as-tu trahi?

Message  gabrielle le Ven 13 Fév - 12:15

La paix Benoît

27 Janvier 2009

Tu sais qu’ils ne sont qu’une poignée, ces intégristes et que nous sommes des millions ?

Pourquoi tant de sollicitude à leur égard ? Tu es d’accord avec eux ? Tu penses toi aussi que les églises se vident parce que nous avons abandonné le latin et la soutane, parce que nous pardonnons plus facilement aux femmes adultères et à celles que le désarroi conduit à des actes condamnables ?

Le pape a donc été « paternellement sensible au malaise spirituel manifesté par les intéressés », ces 4 évêques excommuniés. Tant que tu y es, si tu étais aussi paternellement sensible au malaise manifesté par les autres, les divorcés remariés par exemple qui se sentent exclus de la pleine communion avec l’Église, et bien d ‘autres qui finissent par ne plus même éprouver de malaise et nous quittent sur la pointe des pieds ou avec fracas.

Comme nos intégristes tu aimes bien le latin, les fastes de la liturgie, l’exercice d’une autorité pyramidale, la rigueur moraliste et l’assurance que donnent les interprétations choisies de la Tradition. J’aime bien le grégorien même s’il me rappelle les temps du séminaire où je le déchiffrais laborieusement, mais c’est beau, plus beau que certaines de nos ritournelles truffées d’alléluia. Pourtant, à choisir, je préfère encore la langue que m’ont parlé mon père et ma mère, dans laquelle j’ai appris à leur parler. Quand je parle à mon Père du ciel, je me sens mieux dans la langue de mes pères, enfin le français puisque j’ai perdu l’occitan, la belle langue que la Vierge utilisait pour parler à Bernadette.

Quand je vois certains de mes confrères si attentifs à la position de leurs mains, au nombre des génuflexions, à la manière dont ils purifient la coupe et le plat, à suivre avec application les rubriques d’aujourd’hui auxquelles ils ajoutent celles d’hier, je me demande s’ils prient. N’y a-t-il pas un danger que l’extérieur l’emporte sur l’intérieur ?

Ne sont-ils pas en train de filtrer le moucheron sans voir passer les chameaux ? Je ne crois pas aux gens confits en dévotion et quand je vois certaines personnes les mains jointes ou levées, extérieurement plongées dans des méditations abyssales, j’ai tendance à penser que, comme moi, il leur arrive de penser à autre chose.

Je ne regrette pas la religion du siècle dernier parce que je l’ai vécue et qu’aussi je suis scandalisé par le comportement de tant de personnes âgées dans les églises. L’éducation qu’elles ont reçue devait être bien superficielle pour qu’elles se sentent si peu concernées par ce qui s’y passe.

Je n’ai pas à juger c’est vrai ; chacun a le droit de prier comme il l’entend, même s’il n’entend pas le latin et qu’il le répète sans comprendre, par nostalgie ou en confondant mystère et hermétisme. Après tout, les bouddhistes répètent eux aussi des mots qu’ils ne comprennent pas et, pour la plupart des musulmans, l’arabe littéraire du Coran est incompréhensible. Chacun a le droit de s’habiller comme il le désire, en robe safran, en soutane à boutons, avec de longues franges comme Jésus, avec un voile sur le visage ou sur la tête… Il n’est pas interdit d’être riche, de droite et même fascisant. On n’a pas le droit d’être révisionniste, c’est interdit par la loi, mais on a le droit d’avoir la barbe ou le visage glabre. Je suis inquiet uniquement à partir du moment où l’on fait d’un de ces points l’essentiel de la religion. J’avais compris que le christianisme allait au-delà des formes traditionnelles de la religion, mais j’ai sans doute raté une marche ! Je persiste à croire que l’intégrisme commence à partir du moment où une manifestation extérieure passe avant l’affirmation : « Dieu est amour ». Tu te rappelles ? C’est toi qui l’as écrit.

J’ai un mouvement de recul devant tout intégrisme parce que cette attitude conduit à la violence et pas que chez les islamistes. C’est à partir du moment où je suis certain d’être dans la vérité que je commence à être dangereux. Que ma vérité soit politique, économique, idéologique ou religieuse importe peu. Celui qui est certain de penser comme Dieu et de connaître sa volonté est un assassin en puissance et l’athée ne vaut pas mieux quand il est rempli de certitudes. Les mystiques ne courent pas ce risque tellement ils se sentent dépassés par la grandeur de celui qui est au centre de leur vie. Il n’en est pas de même des intégristes qui, en limitant la foi à quelques « vérités à croire », font entrer les croyants dans une dangereuse assurance. Ils mettent Dieu à part avec son mystère et réduisent la religion à une cuisine interne. Ils remplacent l’aventure de la foi par le scrupule.

C’est bien de te préoccuper de nos frères séparés. Mais tu sais qu’il y a des millions de protestants, des millions d’orthodoxes ? Ils ne te font pas souffrir ceux-là ? On ne pourrait pas dialoguer avec eux parce que c’est nous qui avons la vérité ? Mais c’est possible avec un quarteron d’évêques intégristes qui refusent de faire le moindre pas dans notre direction ? Ils acceptent le concile œc*ménique de Vatican II « avec des réserves ». Pour qui se prennent-ils ? Sont-ils donc tellement au-dessus de l’Église universelle pour qu’une poignée d’aigris fasse la leçon à l’ensemble de la chrétienté ?

Ils parlent de paix, de paix liturgique. Faire la paix c’est accepter qu’ils fassent ce qu’ils veulent. En fait leur intransigeance suscite la violence. Comment rester calme devant leur arrogance, leurs provocations continuelles ? Je vais essayer en ne parlant plus que d’Évangile, en évitant d’entrer dans les débats stériles où ils tentent de nous enfermer.

J’ai des doutes parfois : quel est l’avenir de l’Église quand je vois ces jeunes prêtres ensoutanés ? Ont-ils raison ? Sommes-nous, depuis Vatican II, une parenthèse néfaste à la vie de l’Église ? Il me semble que ce qu’ils disent et ce qu’ils font est bien loin du message de Jésus tel qu’il nous apparaît dans les Évangiles. Mais si l’essentiel était ailleurs, dans la persistance d’une Église gardienne d’un dogme immuable, de la morale et de la religion du siècle dernier ? Je pense qu’alors je me mettrais sur la touche discrètement.

Faut-il que la paroisse de Pessac se mette au latin ? Et les Chrétiens d’Afrique ? Et les autres ?

Faut-il partir en guerre contre les sciences ?

Faut-il arrêter les efforts que nous faisons pour comprendre les hommes de notre temps et se contenter de leur imposer nos règles ?

J’ai appris que c’est dans la pâte humaine que je dois faire en sorte que le levain de l’Évangile prenne sa place. Mais si ça continue je vais être exclu de cette pâte, tu es en train de désavouer mes efforts, les miens et ceux des autres pour qui la fraternité n’est pas un vain mot. Jusqu’à présent mes proches, et jusqu’à mes adversaires, ne doutaient pas que j’étais d’Église. Est-ce que ça va durer ?

Nous avons besoin de paix Benoît, de confiance. Donne-nous la paix




Christian Alexandre à Bordeaux( prêtre)

http://rachri.bx.free.fr/wordpress/index.php?paged=2
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18013
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Benoit, Benoit, pourquoi m'as-tu trahi? Empty Christian, arrête de délirer...

Message  gabrielle le Ven 13 Fév - 12:17

La paix Benoît

27 January 2009

Tu sais qu’ils ne sont qu’une poignée, ces intégristes et que nous sommes des millions ?

Pourquoi tant de sollicitude à leur égard ? Tu es d’accord avec eux ? Tu penses toi aussi que les églises se vident parce que nous avons abandonné le latin et la soutane, parce que nous pardonnons plus facilement aux femmes adultères et à celles que le désarroi conduit à des actes condamnables ?

Le pape a donc été « paternellement sensible au malaise spirituel manifesté par les intéressés », ces 4 évêques excommuniés. Tant que tu y es, si tu étais aussi paternellement sensible au malaise manifesté par les autres, les divorcés remariés par exemple qui se sentent exclus de la pleine communion avec l’Église, et bien d ‘autres qui finissent par ne plus même éprouver de malaise et nous quittent sur la pointe des pieds ou avec fracas.

Notons au départ, l'illusion parfaite de l'autorité de Ratzinger, Christian pense s'adresser à son chef tout comme la Frat.

Abstraction faite de cela, la foi de cet homme est la foi de la secte, sans hypocrisie il la défend avec énergie...

Monsieur

Je suis ce que l'on nomme "sédévac" mais en fait ce nom est faux, je suis catholique un point c'est tout.

Les véritables catholiques ne demandent rien à votre chef, ils savent que ce dernier n'est qu'un imposteur, un usurpateur, un intrus, alors ce que Ratzinger peut offrir ce n'est que du vent...

La Frat n'est pas intégriste... elle est libérale, elle amalgame la vérité avec l'erreur.

Prenons l'antonyme d'intégriste : réformateur, en ce sens, les catholiques le sont intégristes, ils ne veulent point de mélange, point de l'erreur...


Vous parlez d'une poignée d'intégriste face à des millions. Oh là, jeune homme, ne voyez pas ces légions qui emplissent le Ciel et jouissent de la Béatitude éternelle, non, vous ne pouvez les voir, car votre regard est strictement tourné vers l'homme.

Oui les églises se sont vidées, à cause de votre secte, vous avez fait perdre la Foi aux catholiques, alors, dites-moi donc, en vertu de quoi ils iraient dans vos églises ? Elles sont des temples vides, Dieu n'y habite plus, de plus, vous courte mémoire, n'est-ce pas dans votre secte que l'on égalise toute religion… n'avez-vous pas fait du nom de l'Église catholique, une parmi tant d'autres, alors de quoi vous et Ratzinger vous plaignez-vous, si ça leur chante aux âmes que vous avez précipitées dans l'enfer de l'apostasie de se faire musulmane ou bouddhiste, en quoi cela vous regarde-t-il ?

Dites-moi pas que vous encore à ce point naïf pour croire que les dirigeants de votre secte sont contre les absolutions faciles ! Allons, ils manipulent depuis 50 ans les consciences, le jeu moderno dans toute sa splendeur ou plutôt laideur, ils vous mènent à cela sans que vous vous en aperceviez, tout comme ils semblent s'opposer aux pécheurs publics, mais en fait, par un tour de passe –passe ils les intègrent à votre sainte table… selon le choix de chaque "curé" .

Êtes-vous absolument ignare, pour ramener le tout à une soutane? Vous êtes comme les autres, vous ridiculisez ce que vous avez aimé…. Pauvre type va..

Pourtant, à choisir, je préfère encore la langue que m’ont parlé mon père et ma mère, dans laquelle j’ai appris à leur parler. Quand je parle à mon Père du ciel, je me sens mieux dans la langue de mes pères, enfin le français puisque j’ai perdu l’occitan, la belle langue que la Vierge utilisait pour parler à Bernadette.

Quand je vois certains de mes confrères si attentifs à la position de leurs mains, au nombre des génuflexions, à la manière dont ils purifient la coupe et le plat, à suivre avec application les rubriques d’aujourd’hui auxquelles ils ajoutent celles d’hier, je me demande s’ils prient. N’y a-t-il pas un danger que l’extérieur l’emporte sur l’intérieur ?

Pour qui vous prenez-vous, la Sainte Église catholique avait entourée d'un respect profond tout ce qui touche Notre-Seigneur, faites-vous parti de ceux qui ont plus de préoccupations pour une niche à chien que du Saint des saints?

Oui, la Vierge a parlé à Sainte Bernadette en patois… pauvre argumentation que la vôtre… qui vous avez dit dans vos prières personnelles de vous adresser à Dieu en latin?

Avez-vous oublié l'anathème du Saint Concile de Trente "Si quelqu'un dit que le rite de l'Église Romaine où l'on prononce à voix basse une partie de la consécration doit être condamnée: ou que la messe doit n'être célébrée qu'en langue vulgaire: qu'il soit anathème (Concile de Trente, canon 9 Session XXIIe, chap 9)

Votre célébration en langue de vos pères, eh bien! regardez le résultat… plus personnes de sait ce qu'est la Messe, pourtant tous comprennent les paroles prononcées… ouvrez vos yeux bon sang! Il fallait que Montini change la langue pour changer le rite, de catholique il en a fait une cène luthérienne, mais cela est caché à vos yeux… pourquoi?

Je ne regrette pas la religion du siècle dernier parce que je l’ai vécue et qu’aussi je suis scandalisé par le comportement de tant de personnes âgées dans les églises. L’éducation qu’elles ont reçue devait être bien superficielle pour qu’elles se sentent si peu concernées par ce qui s’y passe…..

Je persiste à croire que l’intégrisme commence à partir du moment où une manifestation extérieure passe avant l’affirmation : « Dieu est amour ». Tu te rappelles ? C’est toi qui l’as écrit.

…C’est à partir du moment où je suis certain d’être dans la vérité que je commence à être dangereux. Que ma vérité soit politique, économique, idéologique ou religieuse importe peu. Celui qui est certain de penser comme Dieu et de connaître sa volonté est un assassin en puissance et l’athée ne vaut pas mieux quand il est rempli de certitudes.

Parce que vous dites, je vois, votre péché demeure…

Et vous pour qui vous prenez –vous pour rejeter au nom de V2 tout l'enseignement qui lui est antérieur… tous les conciles, les Pères, Docteurs les saints qui sont la gloire de l'Église…

Du haut de votre piédestal où vous vous êtes proclamé le nouveau dieu des temps modernes devant qui tout même l'Éternel, l'Immuable doit se courber, insensé, un jour où l'autre bon gré mal gré, vos genoux plieront devant Sa Majesté Divine…..

Depuis quand la Vérité rend-elle dangereux? Dans un sens vous avez raison, dangereuse est la Vérité pour les lâches, les orgueilleux, les suppôts de l'enfer qui déversent leur fiel amer sur la Sainteté de l'Église, dangereuse, car par elle les âmes que vous retenez captives dans l'hérésie pourraient s'ouvrir à la lumière divine et vous virez de bord comme vous mériteriez de l'être, car vous être un ennemi de Dieu.

Votre spiritualité vous l'avez trouvé où, dans une boite de céréales? La conformité à la Volonté de Dieu est un des points essentiels de la vie… sans cela nada…

Sommes-nous, depuis Vatican II, une parenthèse néfaste à la vie de l’Église ?

Ne vous bercez pas d'illusions, vous n'êtes rien dans la vie de l'Église, vous n'êtes pas en Elle et Elle n'est pas en vous, alors votre conciliabule, vous pouvez bien le jeter à la poubelle….il ne marquera l'histoire de l'humanité que comme la plus grande subversion religieuse de tous les temps, la plus meurtrière des révolutions… et vous , vous serez l'un de ses adeptes, l'un de ceux qui conduisaient en se moquant les catholiques à la guillotine…

Le sang versé ne tachera pas vos mains de façon visible, mais au soir de votre vie, il viendra vous hanter, car de façon visible vous avez fermé le chemin du Ciel aux âmes…
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18013
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum