Harry Potter : une interview de Michael O'Brien

Aller en bas

Harry Potter : une interview de Michael O'Brien   Empty Harry Potter : une interview de Michael O'Brien

Message  Invité le Mer 07 Sep 2011, 5:38 pm


Jeanne Smits, 2011-08-30 – L'interview originale en anglais réalisée par Steve Jalsevac de LifeSiteNews : http://www.lifesitenews.com/resources/michael-obrien-responds-to-his-critics-re-harry-potter/

Pour s'informer davantage :
· le gros ouvrage de Mona Mikaël est disponible ici : http://www.livresenfamille.fr/p2628-mona_mikael_harry_potter_et_ordre_des_tenebres.html
· en version abrégée ici : http://www.livresenfamille.fr/p4906-mona_mikael_harry_potter_et_ordre_des_tenebres.html

Retour sur Harry Potter

Une très intéressante interview exclusive de l’auteur catholique bien connu, Michael O’Brien (auteur de Père Elijah) a été publiée par LifeSite, il y a quelques jours. Elle revient sur le phénomène Harry Potter à l’occasion de la sortie du film qui clôt l’adaptation cinématographique des sept volumes de la série. O'Brien a consacré un livre au phénomène et a réitéré ses critiques ces jours-ci, et s’est trouvé – comme tous ceux qui osent dénoncer les dangers de la série – sous le feu roulant des critiques. Il répond ici aux objections qu’on lui oppose. Je remercie LifeSite pour l’autorisation de traduire et de présenter cette interview au public francophone à travers mon blog. Les propos de Michael O’Brien ont été recueillis par Steve Jalsevac.

S.J. — Comment en êtes-vous, à l’origine, venu à faire la critique de Harry Potter ? Qu’est-ce qui a éveillé votre intérêt ?

M. O'B. — En tant que rédacteur en chef d’un magazine familial catholique au début des années 1990, j’ai commencé à recevoir des lettres de parents demandant mon avis sur un phénomène nouveau qui commençait à se faire jour de plus en plus fréquemment dans la littérature enfantine. À vrai dire je n’en avais aucun ; c’est alors que des gens bien intentionnés ont commencé à donner de tels livres à nos enfant à l’occasion d’anniversaires, ou bien à nous pousser à en avoir chez nous, et j’ai pensé : « Merci beaucoup, mais je crois que je vais regarder cela d’un peu plus près auparavant. » Plus je lisais, plus je poussais mes recherches, plus je me suis rendu compte qu’il y avait là un changement radical au sein de la littérature et de la culture au sens large, et plus spécialement dans les œuvres visant les jeunes. Les thèmes en étaient certainement de pus en plus violents, même si, jusqu’à un certain point, la littérature enfantine a toujours contenu une part de violence. Plus inquiétante me paraissait la corruption des symboles traditionnels du bien et du mal dans la civilisation occidentale, et aussi une présentation de plus en plus fréquente des pouvoirs occultes comme le moyen de vaincre le mal, comme si les pouvoirs étaient moralement neutres.

S.J. — Tout cela dépasse donc le phénomène Harry Potter. Il y avait d’autres séries encore.

M. O'B. — Oui, et tout cela existe depuis pas mal de temps. Certains auteurs influents ont fait la promotion de ces thèmes dès les années 1950 et cela s’est accéléré jusqu’à l’apparition de Harry Potter qui constitue un phénomène mondial d’une puissance sans précédent avec son emprise sur l’imagination d’une génération entière. Potter est unique dans l’histoire de la littérature ; rien de tel ne s’était jamais produit auparavant.

S.J. — Comment expliquez-vous cela ? Comment justifier cette popularité ?

M. O'B. — En partie, par le fait que J.K. Rowling est une conteuse de talent, mais elle a également utilisé le style et la technique de la télévision et du cinéma modernes, qui s’emparent de l’imagination en la mitraillant, en la bombardant de stimuli puissants, à un rythme rapide, avec beaucoup de récompenses émotionnelles. Sur le seul plan du style elle a introduit un changement majeur dans la manière de raconter une histoire, et dans la manière dont on les lit. Chose plus importante, elle a fait accomplir un pas supplémentaire à la paganisation de la culture enfantine : désormais la sorcellerie et l’art de la magie – traditionnellement alliés au mal surnaturel – sont présentés comme moralement neutres. Aux mains des « gentils », ils deviennent un instrument pour le bien. Aux mais des « non-gentils » ils sont un instrument au service du mal. Elle a déplacé les lignes de bataille entre le bien et le mal, ce qui peut aboutir à une désorientation, spécialement chez les jeunes qui sont en voie de formation.

Quel que soit son degré d’imagination débridée, la bonne œuvre fantastique nous montre la réalité ultime, « l’ordre moral de l’univers » comme l’appelait Tolkien. Le fantastique corrompu nous montre, ou nous forme à un type de conscience qui peut conduire à penser que le mal est bien et que le bien est mal. Au pire des cas, cela peut avoir des effets à long terme, en poussant intuitivement, inconsciemment le lecteur à faire le mal alors qu’il pense faire le bien. Toute ma critique vise le potentiel. Je ne connais personne qui affirme que les lecteurs de Potter sont voués à se plonger en actes dans la magie ou la sorcellerie. Cependant, des études réalisées par le groupe de recherche Barna ont révélé une augmentation de 12 % des activités occultes parmi les étudiants Chrétiens aux États-Unis qui avaient lu la série, un phénomène que les étudiants eux-mêmes attribuaient aux livres. Les critiques sérieux s’inquiètent également du fait qu’ils saturent les esprits de symboles du mal et d’aventures où le mal et le bien sont redéfinis.

S. J. — Par rapport aux différents types de littérature enfantine que vous avez critiqués, j’ai cru comprendre que les réactions les plus fortes que vous ayez suscitées, et de loin, ont répondu à vos écrits et vos commentaires sur la série des Harry Potter. Est-ce exact ?

M. O'B. — Comme un raz-de-marée !

S. J. — Parlez-en nous.

M. O'B. — Cela fait plus de dix ans que j’écris des critiques de la série des Harry Potter. Ces critiques sont fondées sur mes recherches antérieures sur ce qui se passe dans le cœur et l’esprit et l’imagination d’un enfant lorsqu’il lit de la bonne littérature, à l’inverse de ce qui se passe pour la littérature qui corrompt. Je savais bien qu’il y aurait quelque opposition à propos de la série des Potter entre gens religieux et ceux qui ont une tournure d’esprit laïcisée – c’était inévitable – mais ce qui m’a ébahi, et continue de m’ébahir, c’est la forte controverse qui s’est fait jour très rapidement parmi les Chrétiens eux-mêmes, dans toutes les Églises. Elle traverse toutes les lignes de partage entre différentes dénominations chrétiennes. On note une caractéristique universelle dans la manière de défendre Potter : c’est la colère véhémente.

Je connais quelque huit critiques différents de la série qui écrivent soit des livres soit des articles de presse sur le sujet. Ce sont tous des gens équilibrés – je ne parle pas ici d’organisateurs d’autodafés (ni de ceux qui brûlent les sorcières) – et ils font tous l’expérience de ce phénomène, que ce soit dans les cercles Chrétiens, dans leur propre communauté religieuse, ou de la part de leurs amis et de leur famille. Ils sont exposés à des attaques qui les visent personnellement, qui sont parfois très irrationnelles, une sorte de réaction réflexe qui se scandalise de toute critique de Harry Potter. Les critiques que je connais sont des gens raisonnables et calmes qui ont simplement soulevé des questions sur ce qui paraît être un objet culturel désordonné qui exerce une énorme influence. Nous avons appris que le simple fait de le remettre en question incite non seulement à la colère mais aux faux jugements à notre égard. On nous traite de « brûleurs de livres », de « fondamentalistes radicaux », d’« ennemis de la liberté » et ainsi de suite. Si je faisais la liste des qualificatifs qui m’ont été adressés au cours de ces dix dernières années, vous en ririez. C’est franchement ahurissant, et je crois que c’est le signe de problèmes plus profonds.

Harry Potter est représentatif d’une vague de révolution culturelle qui le dépasse largement et où nous sommes tous immergés, et je crois qu’il s’agit aussi d’une révolution spirituelle – une révolution spirituelle négative. Cela nous montre que nous autres Chrétiens avons été si saturés par le déplacement de symboles dans notre manière de penser, dans notre imagination, alors que dans le même temps nous sommes devenus tellement accros de la culture du divertissement, que nous ne voyons plus où est le problème, sans même parler de la manière d’y résister. Peu ou prou, la culture est aujourd’hui le divertissement, tout autant parmi les Chrétiens que chez les non-croyants. Nous sommes très attachés à ce qui nous procure du plaisir, spécialement à ce qui nous procure un plaisir intense, et il est extrêmement difficile de voir cela remis en question si nous manquons de liberté dans notre vie intérieure par rapport à cet attachement. Voilà la cause qui est à la racine de la colère, et c’est une réaction addictive classique. Indépendamment de l’intelligence avec laquelle on l’exprimera, il s’agit, fondamentalement, d’une loyauté irrationnelle.

S. J. — Et pourtant on présente ces réactions comme très rationnelles.

M. O'B. — Oui, comme dans toutes les addictions, la personne qui en souffre va présenter – sur un ton calme et raisonnable – de nombreux arguments qui « prouvent » pourquoi elle doit continuer de consommer ce qui la réduit en esclavage. Je concède que les mots « esclavage » et « addiction » sont probablement excessifs, mais assurément il nous faut nous demander pourquoi nous consommons, avec si peu d’auto-examen, un matériel culturel dont nous sommes venus à penser que nous ne pouvons pas nous en passer ? Pourquoi n’appliquons-nous pas une analyse normale, critique, prudentielle à quelque chose qui exerce un tel pouvoir sur nous ? Que se passe-t-il en nous pour que nous ne puissions pas le remettre en question ?

S.J. — Que se passe-t-il, alors, à votre avis ?

M. O'B. — La dynamique de l’érosion culturelle et d’une assimilation par le paganisme se produit à différents niveaux. L’homme est un être composite : nous sommes intelligence, nous sommes esprit, nous sommes un corps, nous sommes des émotions. Nous avons des appétits de toutes sortes : appétits physiques, intellectuels, émotionnels. Et si des choses comme Harry Potter, ou disons la série « Vampire » de Stephenie Meyer, ou À la croisée des mondes de Philip Pullman, nous ont donné beaucoup de satisfaction intellectuelle, de plaisir, de distraction – nous pensons que cela ne peut être en aucun cas mauvais pour nous. Nous sommes capables de conserver une foi rationnelle en des ensembles doctrinaux justes tout en consommant dans le même temps des divertissements culturels qui contredisent précisément ces doctrines. Quelque part, nous avons tiré la conclusion intuitive : « Il n’y a pas de mal là-dedans. Cela me rend heureux, cela fait que je me sens bien. » Mais le prix à payer pour ce genre de sentiment de bien-être, c’est l’ingestion d’une grande quantité de messages erronés mélangés à des messages vrais. Il y a bien des « valeurs » dans les Harry Potter, mais elles sont emmêlées avec des antivaleurs.

Le monde de Potter est un univers moral brouillé. Il existe des symboles Chrétiens dans la série, mais l’auteur les désapproprie, les fait muter, et les intègre dans un système supposé plus grand et plus large où les symboles du mal dominent. Pourquoi nos antennes ne frémissent-elles pas lorsque cela se produit ? Je crois que c’est parce que nous avons été écrasés par le poids de notre dépendance habituelle par rapport à ce plaisir. Je devrais ajouter que nous avons également été abasourdis par les nombreux faiseurs d’opinion qui nous affirment qu’il n’y a là aucun problème – même les commentateurs Chrétiens.

S. J. — Pourquoi tant de critiques disent-ils donc : « Ce n’est que du divertissement, ce n’est qu’un film, pourquoi prenez vous cela tellement au sérieux ? »

M. O'B. — Cet argument, lui aussi, désigne l’existence d’un problème plus profond. Sans vraiment savoir comment nous en sommes arrivés là, nous avons créé une coupure artificielle entre le divertissement et la foi – entre la culture et la foi, en d’autres termes. Nous disons : « Je suis un Catholique ou un Chrétien doctrinalement correct, je ne conteste aucun enseignement de l’Église. Alors, si je veux regarder des vidéos, des DVD, des programmes télévisés qui violent ces principes, je suis capable de me concentrer sur le bien et de passer outre le mal. » Il va de soi que nous devons rechercher le bien en toute chose et que nous ne devrions pas toujours chercher ce qu’il y a de mal autour de nous. Mais lorsque notre consommation devient un appétit insatiable, où les composantes mauvaises, les mensonges et la « glamorisation » d’activités mauvaises constituent une matière grave – et certainement, la sorcellerie et la magie sont d’une gravité extrême en termes de violation de l’ordre divin – nous devrions nous arrêter pour réfléchir et dire : « Le jeu en vaut-il la chandelle ? Puis-je vraiment absorber ces quantités de mal sans en être affecté ? » Eh bien, en tant qu’adulte vous le pouvez peut-être, mais vos enfants ? La perception de vos enfants est en train de s’éveiller, spécialement lorsqu’ils sont jeunes. La perception, la manière dont on perçoit le monde, a d’importants effets sur la manière dont vous formerez votre conscience ; et bien entendu, votre conscience va affecter la manière dont vous allez choisir entre le bien et le mal dans le domaine de l’action.

S. J. — L’intensité des réactions dont vous avez été l’objet au cours de ces années semble confirmer ce que vous dites, que la question va plus loin. Pouvez-vous donner des exemples des réponses les plus mémorables qu’on vous ait adressées ?

M. O'B. — Beaucoup d’entre elles n’ont cessé de m’étonner. Je me rappelle que lorsque j’ai donné trois longues interviews sur Potter à Zenit en 2001, la réaction négative a été très importante. Un sociologue de la religion nommé Massimo Introvigne, qui était un grand défenseur de Potter, a accusé ceux qui, comme moi, étaient critiques, de pratiquer une forme nouvelle et très dangereuse de fondamentalisme. Il a affirmé que nous étions le type de gens qui pourraient faire éclore un régime catholique taliban. Or je n’avais rien fait d’autre que de mettre en évidence les aspects problématiques de la série des Potter, sans condamner quiconque, ni d’aucune manière l’auteur, ni ceux qui permettent à leurs enfants de lire les livres. Je ne condamne pas les gens. Mais la tactique est assez habituelle qui consiste à qualifier ceux qui critiquent de censeurs, de pharisiens, d’alarmistes hystériques, de bigots, de talibans Chrétiens, de brûleurs de livres, de nazis, d’ennemis de la liberté, etc. Ce genre de qualificatifs utilisés pour les critiques de Potter ont été assez répandus dans les médias Chrétiens.

S. J. — Avez-vous reçu du courrier chez vous, des courriels, des coups de téléphone ?

M. O'B. — Eh bien, mon adresse personnelle n’est pas visible mais je reçois tout le temps des courriels, et plus encore quand je fais paraître un article. Nombre de ces courriels sont des messages de haine.

S. J. — Lorsque vous évoquez des messages de haine, pouvez-vous les décrire plus précisément ? Qu’est-ce que cela signifie ? Que vous dit-on ?

M. O'B. — Quelques malédictions, certains laissent libre cours à leur colère, comme ce message que j’ai reçu récemment : « Harry Potter n’est pas l’Antéchrist, c’est vous qui êtes l’Antéchrist ! » À un certain niveau, les gens ont pris Harry Potter dans leur cœur comme un héros et comme le défenseur du bien, et ils se sont profondément identifiés à lui. En outre, des éléments symboliques et dramatiques cruciaux de la série le présentent comme une figure christique. Mais j’ai tendance à croire qu’à la racine de la haine irrationnelle à l’égard des critiques vient du fait que les lecteurs s’identifient personnellement à Harry. Voilà pourquoi quiconque ose critiquer cet orphelin maltraité qui est l’objet de haine de la part du mal incarné est considéré comme étant du côté de Voldemort, ou des forces voldermoresques dans le monde. Les lecteurs immatures pourraient le dire ainsi ; les lecteurs matures l’exprimeraient d’une manière plus raisonnable, plus sophistiquée, mais au bout du compte c’est la même chose.

Une sorte de loyauté viscérale féroce est en jeu, qui provoque des réactions intenses dès lors qu’elle est mise en cause. Que cela nous apprend-il sur nous-mêmes, en tant que Chrétiens ? Sommes-nous incapables désormais de nous examiner et de nous critiquer nous-mêmes ? Le peuple de Dieu est-il aujourd’hui si facilement manipulable, si charmé pourrais-je dire, que nous sommes devenus incapables de résister à l’esprit du monde ? Avons-nous confondu l’assimilation par le paganisme et l’authentique inculturation ?

S. J. — Dans un de vos commentaires sur LifeSite, vous avez expliqué que dans le film Harry Potter actuellement sur les écrans, « le mal est présenté comme mauvais, et cependant les moyens mauvais par lequel on résiste au mal sont présentés comme bons ». Quels sont ces « moyens mauvais » auxquels vous faisiez allusion ?

M. O'B. — Les exemples abondent tout au long des sept volumes de la série. On trouve l’exemple le plus net dans le septième et dernier tome. Harry s’y emploie à une quête des sept « horcruxes ». Les horcruxes contiennent une portion de l’âme de Voldemort, puisque cet ennemi suprême a divisé son âme pour la répartir parmi ces objets mystiques répandus à travers le monde. Harry et son amie Hermione cherchent à trouver les horcruxes et à les détruire un par un, et ils parviennent à en détruire quelques-uns, ce qui veut dire qu’ils détruisent une partie de l’âme de Voldemort. La bataille finale se produit après que Voldemort a tué Harry. Harry se trouve dans un état mystérieux au-delà de la tombe, et il rencontre feu Dumbledore, son ancien mentor, qui explique à Harry qu’il peut « continuer » (sans expliquer ce que cela signifie), ou qu’il peut retourner sur la terre. Harry choisit de retourner sur la terre. Il est littéralement mort mais il peut choisir de se ressusciter. Il est « l’Élu » mais il devient aussi, à partir de ce moment-là, le « Maître de la Mort ». S’ensuit une dernière bataille. La baguette de sureau possède le pouvoir ultime de détruire totalement tout ennemi : elle est comme l’anneau dans Le Seigneur des Anneaux. Mais désormais, parce que Harry est mort et ressuscité, la baguette de sureau lui obéit. La baguette est dans la main de Voldemort et celui-ci la pointe vers Harry pour l’annihiler totalement une deuxième fois, mais parce que Harry est le Maître de la Mort, la baguette n’obéit plus qu’à lui et la malédiction rebondit sur Voldemort, le détruisant totalement.

S. J. — Donc, le fait d’utiliser la sorcellerie puissante, le pouvoir mauvais de la baguette constitue ces « moyens mauvais » par lesquels il résista à Voldemort dans ces moments ultimes ?

M. O'B. — C’est le moment climatique suprême de la bataille entre ce que l’on perçoit comme le bien et le mal dans la série. Mais il y a des centaines d’autres incidents où Harry recourt à des moyens immoraux afin de détruire ses ennemis. Par exemple, dans une scène précédente l’un des serviteurs de Voldemort insulte un professeur de Poudlard que Harry apprécie beaucoup. Harry lui envoie le sort « Cruciatus » (Endoloris) – un sort qui crucifie. C’est une torture innommable ; aucune douleur au monde ne lui ressemble. Harry décide tout simplement de le crucifier. C’est le même Harry qui, tout au long de la série, a menti, a commis des violences envers autrui – des ennemis humains, ses condisciples – parfois pour les punir de leurs attaques contre lui, parfois pour faire avancer sa propre cause. Le mensonge est présent en force tout du long, tout comme les autres formes de tromperie, ainsi que l’énonciation de centaines de sorts et d’ensorcèlements, tout cela allant de pair avec le mépris et la dérision, la violence, l'effusion de sang, la mort – la liste n’en finit pas.

S. J. — Mais tout cela est présenté comme bon, dites-vous.

M. O'B. — Cela est présenté comme bon parce que cela concourt à défendre les « bons » personnages face au mal suprême, qui est Voldemort. Voilà ce que l’exorciste de Rome, le P. Amorth, désignait dans sa mise en garde majeure sur le fait que la série des Harry Potter est envahie par le relativisme moral – elle enseigne presqu'à chaque page que la fin justifie les moyens.

S. J. — Comment Harry aurait-il dû vaincre Voldemort, ou essayé de le vaincre, de manière morale ?

M. O'B. — La prémisse fondamentale du monde de Potter est qu’il n’y a pas d’autre moyen de vaincre Voldemort que d’utiliser les mêmes outils de la mort que lui. Il faut se rappeler que les histoires se déroulent non seulement dans une dimension secrète de notre monde réel, mais aussi dans la Grande-Bretagne contemporaine. Peut-on concevoir une bonne sorcellerie qui aurait raison de la mauvaise ? Pas du tout. Ainsi la question en elle-même n’est pas susceptible d’une réponse. Si vous décidez de créer un univers moral brouillé dans une œuvre de fiction, il n’existe aucun moyen de le débrouiller de manière à présenter un moyen vraiment justifiable de vaincre le mal par le mal. Et c’est cela, la prémisse de ces livres et de ces films : des activités absolument interdites par Dieu et par l’Église sont présentées comme des forces qui sauvent. L’attitude sous-jacente de Rowling est celle-ci : « Faisons semblant que les règles posées par Dieu ne s’appliquent pas à nous. Cela peut nous être permis parce que nous sommes les bons, les gentils, et voyez combien Voldemort est mauvais. »

S. J. — En tant que Chrétiens qui essayons de vaincre Satan, nous ne pouvons pas le vaincre du tout si ce n’est pas le Christ, donc ?

M. O'B. — C’est la vérité fondamentale de notre foi. Et la série tout entière, comme les films, postule une réalité contraire : que l’on peut vaincre le mal absolu en s’emparant des armes du mal – tant que les instruments mauvais, les méthodologies, la connaissance gnostique et les sorts sont présentés comme étant moralement neutres.

S. J. — On a pu vous objecter : « Rien n’est tout blanc ou tout noir, il faut être extrêmement épais pour rejeter toute référence à la magie. »

M. O'B. — Je ne suis pas en train de rejeter quelque référence que ce soit à la magie. Non, je crois que la magie est réelle, dans la mesure où les esprits mauvais peuvent assister à l’exercice de l’art de la magie et de la sorcellerie et d’autres activités occultes, et peuvent sembler donner à celui qui les pratique des pouvoirs plus élevés. Le monde de Potter parvient très bien à donner un impact dramatique énorme à cet effet de la magie, avec beaucoup d’étincelles et de flashs et de récompenses émotionnelles. Malgré cela, il propose aux lecteurs un univers très plat, habillé au moyen d’une redéfinition surchargée de ce qui est blanc et de ce qui est noir, ce qui est en haut et ce qui est en bas. La véritable guerre dans les cieux et sur la terre a une puissance dramatique bien plus grande. L’un des problèmes de la série des Potter est qu’elle nous donne un message faussé à propos de la vraie nature de cette guerre. Les amoureux du monde de Potter recherchent en réalité, et d’une manière tristement limitée, une sorte de pseudo-transcendance. On voit s’exercer dans l’histoire des pouvoirs préternaturels qui sont parfois prodigieux, mais ce sont des pouvoirs dont tous les écrivains fantastiques Chrétiens, comme Tolkien et C.S. Lewis, ont montré qu’ils étaient destructeurs s’ils étaient laissés entre des mains humaines. Dans l’univers réel, au milieu du drame immense que nous vivons, les pouvoirs qui appartiennent légitimement à l’homme sont du domaine des vertus et du caractère, et lorsqu’ils s’exercent en toute humilité, ils conduisent à la rédemption. Dans le monde de Potter, la rédemption du monde advient par l’acquisition de connaissances secrètes et par ce qui conduit à parfaire les pouvoirs surnaturels, sans jamais vraiment développer de manière significative le caractère ou les vertus que nous pouvons voir si clairement chez les héros de Tolkien et de C.S. Lewis.

S. J. — Nous sommes trop affaiblis pour gérer de tels pouvoirs sans succomber à l’orgueil, je présume…

M. O'B. — Oui, notre orgueil est vraiment à la racine de cela. En même temps, nous sommes trompés et nous nous trompons nous-mêmes par lui.

S. J. — Un article de John Granger dans Christianity Today annonçait : « Harry Potter est là pour longtemps. » L’avez-vous lu ?

M. O'B. — Je ne l’ai pas vu ; mais j’ai débattu avec M. Granger à la radio et à la télévision plusieurs fois, je connais donc son argumentaire.

S. J. — Pouvez-vous nous dire rapidement en quoi ses arguments pourraient bien être faussés, tels que vous les voyez ?

M. O'B. — Je ne sais pas exactement ce qu’il a affirmé dans cet article. Cependant, dans son livre et ses articles, il voit dans la série des Harry Potter une métaphore chrétienne. Cela résulte d’une lecture totalement superficielle de la série, très sélective en ce qui concerne certains détails, et de la mise de côté d’une quantité impressionnante de détails qui contredisent les valeurs positives et l’utilisation occasionnelle de symboles Chrétiens. Granger, tout comme nombre de Chrétiens pro-Potter, se met en quatre pour trouver les bons points qui rachèteraient ces livres profondément désordonnés ; et bien évidemment dans une série qui compte plus de 4 200 pages, il y aura forcément des détails qui apporteront du poids à ses arguments, bien que cela exige de fermer les yeux dans une certains mesure sur les autres dimensions du livre. Nous sommes tous immergés dans une révolution culturelle, qui a une influence sans précédent en raison du pouvoir des nouveaux médias sur l’esprit et sur les émotions. Si nous espérons pouvoir juger correctement les vagues à venir de l’assimilation culturelle il nous faudra développer des dons de discernement qui ont été endormis depuis trop de temps au fond de nous. Il nous faut d’abord nous demander quel genre de messages la culture contemporaine nous délivre à propos de la nature du bien et du mal, et comment résister au mal ? Si ces messages sont faux, pourquoi les consommons-nous aussi avidement et avec une loyauté si belliqueuse ? Ces questions, nous les négligeons à nos risques et périls.

S. J. — Certains de nos lecteurs se sont demandés pourquoi un service d’informations à propos des questions de la vie et de la famille, intéressé en priorité par l’avortement et d’autres questions morales, fait des articles sur le phénomène Harry Potter. Qu’en pensez-vous ?

M. O'B. — Pourquoi LifesiteNews a-t-il fait de fréquents articles sur le phénomène d’une série fantastique ? Je crois, pour commencer, que la série des Harry Potter et ses produits cinématographiques et son marketing industriel de produits dérivés, nous met en présence d’un environnement mental de la mort : on pourrait dire une culture de mort. Le monde de Harry Potter est le royaume de la mort, où la mort n’est vaincue que par la mort. Ce message est martelé sans cesse en direction des lecteurs tout au long des sept volumes, et le dernier d’entre eux est une véritable orgie de la mort. Plus important encore, la mort est sans cesse présentée comme la solution face au mal, pas seulement au problème ultime du mal tel que l’incarne Voldemort, mais à bien des moindres maux. Les lecteurs sont imprégnés de nombreuses fois par des messages explicites et subliminaux selon lesquels la mort violente résout les problèmes. Il n’y a pas de mort naturelle tout au long de la série, alors que des centaines de personnages, jeunes et vieux, « bons » et « méchants », sont tués, victimes de violences de différentes sortes, magique la plupart du temps. En ce sens, la série a une grande portée par rapport à l’avenir du mouvement pro-vie et sa résistance à la culture de mort.

S. J. — Cela reflète-t-il déjà la culture qui a cours ?

M. O'B. — Je dirais que cela est symptomatique des préoccupations de l’auteur et je tendrais à croire que cela représente les peurs inhérentes de son immense auditoire. C’est une incarnation fictive d’une peur fondamentale de la mort, et au-delà d’une peur fondamentale de la vie – un défaut d’espoir. Si une personne se sent absolument seule, abandonnée, orpheline (et telle est la perception de ceux qui n’ont pas le sens de la Paternité de Dieu), alors il ne lui reste qu’à s’emparer de connaissances et de pouvoir illégitimes, et la démolition de toute autorité en dehors de sa propre volonté. De cette manière, le héros fictif et les lecteurs qui s’identifient à lui sont renforcés dans l’idée tragique que seul le pouvoir sauve.

S.J. — Et donc les mouvements internationaux pour l’avortement, l’euthanasie et la dépopulation semblent avoir ces caractéristiques en commun.

M. O'B. — Oui, c’est ce que je dirais. Ils pensent que la mort résout nos problèmes sociaux, familiaux, économiques, écologiques, politiques et psychologiques. À chaque niveau de la société on nous dit – et cela se fait de la manière la plus puissante par le truchement de la culture – que le fait de prendre injustement une vie humaine est un acte qui sauve.

S. J. — Et où se situe l’homosexualité dans cette perspective ? On sait que Rowling la soutient de manière forte.

M. O'B. — Après la publication du dernier livre de la série, au cours d’une interview à la Carnegie Hall de New York, Rowling a déclaré devant une salle comble que le grand gourou de la série, le Pr Dumbledore, qui est le le professeur principal et le directeur de Poudlard, était « gai ». Ce détail donné après coup n’était pas présent dans les histoires elles-mêmes, mais cela montre que Rowling veut se placer fermement dans le camp de ceux qui voudraient rejeter l’ordre moral judéo-chrétien. Elle qualifie l’amour insatisfait de Dumbledore pour un autre sorcier mâle de tragédie de sa vie : tragédie parce que cet amour était resté insatisfait. Tout au long de la série, on est devant un mépris constant de l’autorité sous toutes ses formes. Plus important encore, l’image du père et des figures paternelles est dépréciée à chaque tournant. Vernon Dursley, l’oncle qui est le gardien de Harry Potter pendant ses jeunes années, est un homme grossièrement insensible et abusif. Son « parrain », Sirius Black, donne une image très peu fiable de l’homme mûr. Dumbledore, son père de substitution, son gourou, est, nous dit-on, « gai », et dans le livre il choisit d’être euthanasié en vue d’éviter la souffrance que Voldemort est sur le point de lui infliger.

Il n’y a pas une seule figure paternelle qui soit morale de manière cohérente dans l’ensemble des tomes de cette saga épique. Le propre père de Harry, un sorcier, fut tué par de la violence magique au moment de la naissance de Harry. J’imagine que l’on pourrait arguer du fait que James Potter était, de manière distante, une bonne figure paternelle, bien qu’il ait été totalement absent tout au long de la vie de Harry. Ce manque invariable de figures paternelles de référence indique peut-être une question non résolue dans la vie de l’auteur elle-même, peut-être pas. Cependant, il n’y a pas de doute que cela vise au cœur de la blessure majeure de l’homme occidental, à savoir les effets dévastateurs de l’absence du père.

Il est maintenant certain que le sentiment de l’absence du père, à cause des pères absents ou abusifs, est un facteur de la vie de beaucoup de personnes qui sont aux prises avec des attractions homosexuelles. Les activistes homosexuels militants (à distinguer des personnes qui éprouvent des attractions homosexuelles et qui s’efforcent de vivre selon le plan de Dieu pour la rédemption) s’allient souvent avec des mouvements pro-avortement et pro-euthanasie agressifs. Les personnes impliquées dans ces mouvements souffrent aussi d’un sentiment d’absence de paternité spirituelle. Les œuvres culturelles qui nient la vie familiale et la véritable maternité et paternité vont jouer un rôle pur étendre ce programme politique aux générations qui arrivent, non tant à travers l’endoctrinement politique qu’à travers la création de figures de référence qui incarnent le relativisme moral. Les trois formes de révolution sociale reflètent le manque de foi en la paternité de Dieu, qui dans l’univers réel, l’univers hiérarchisé, s’incarne à travers l’autorité spirituelle, et diverses vocations, y compris celle des pères de famille. Je crois que la série des Harry Potter nous révèle qu’il est temps que nous autres, hommes, découvrions l’authentique paternité spirituelle, et que nous défendions nos familles – on pourrait appeler cela la défense contre l’art de la magie noire.

http://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2011/08/harry-potter-une-interview-de-michael_30.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+leblogdejeanne-smits+%28Le+blog+de+Jeanne+Smits%29

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum