R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mar 09 Aoû 2011, 9:41 am

.

Bonjour,

Ce qui suit ne sont que mes notes, sans prétention aucune, sur la lecture que j'ai faite de R.H. avec les numéros de paragraphe que l'on a sur internet.

7. Dans le mystère du Christ

Les chemins sur lesquels le Concile de notre siècle a engagé l'Eglise… Que faut-il faire pour que ce nouvel Avent de l'Eglise…
Ce n’est pas rien : un nouvel (« Ils » sont forts sur les nouveautés !) Avent … un coup parti pourquoi pas une nouvelle Pentecôte !!! ; tant qu'à y être: pourquoi s’arrêter en si bon chemin : ... une nouvelle église ???
8. Rédemption: création renouvelée

Concile Vatican II enseigne ceci: «En réalité, le mystère de l'homme ne s'éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné. Adam, en effet, le premier homme, était la figure de celui qui devait venir (cf. Rm 5, 14), le Christ Seigneur. Nouvel Adam, le Christ, dans la révélation même du mystère du Père et de son amour, manifeste pleinement l'homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation». Et encore: «"Image du Dieu invisible" (Col 1, 15) il est l'Homme parfait qui a restauré dans la descendance d'Adam la ressemblance divine, altérée dès le premier péché. Parce qu'en lui la nature humaine a été assumée, non absorbée, par le fait même cette nature a été élevée en nous aussi à une dignité sans égale. Car, par son Incarnation, le Fils de Dieu
s'est en quelque sorte uni lui-même à tout homme.
Ayoye !!! Et de 1…
9. Dimension divine du mystère de la Rédemption

En réfléchissant de nouveau sur ce texte admirable du Magistère conciliaire, nous n'oublions pas, même un instant, que Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, est devenu notre réconciliation avec le Père 48. C'est Lui, et Lui seulement, qui a correspondu pleinement à l'amour éternel du Père, à cette paternité que Dieu a exprimée dès le commencement en créant le monde, en donnant à l'homme toute la richesse de la création, en le faisant «à peine moindre que les anges» 49 en tant que créé «à l'image et à la ressemblance de Dieu»
C’est bien beau la note 49 : Psaume, 8, 6. Mais regardez à qui elle fait référence : Bible Glaire note sur ce verset 6 : Saint Paul nous apprend que ce texte regarde principalement Jésus-Christ, homme-Dieu, qui après avoir été rendu inférieur aux anges dans son Incarnation, a été couronné de gloire et d’honneur à sa Résurrection.
11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

Le Concile Vatican II a accompli un travail immense pour former la pleine et universelle conscience de l'Eglise…
Et avant, l’Église n’avait pas une conscience pleine et universelle ? Vous savez, l’Église catholique existait avant VII. A moins que VII formait la pleine et universelle conscience de... l’église…conciliaire !

A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  gabrielle le Mar 09 Aoû 2011, 9:54 am

Très intéressantes vos notes.

On voit le prélude d'une doctrine tout à fait contraire à l'Église.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 17985
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Roger Boivin le Mar 09 Aoû 2011, 1:23 pm

[quote="Louis"].

Ce n’est pas rien : un nouvel (« Ils » sont forts sur les nouveautés !) Avent … un coup parti pourquoi pas une nouvelle Pentecôte !!! ; tant qu'à y être: pourquoi s’arrêter en si bon chemin : ... une nouvelle église ???
Justement, Louis, cette nouvelle pentecôte a eu lieu, et c'est ce fameux pentecotisme chez les protestants qui a abouti partout dans les comunautés, les églises, même au vatican, sous le nom de Mouvement charismatique ; et ce n'est pas le souffle du Saint-Esprit, mais le souffle du diable, le singe du Saint-Esprit.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11629
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mar 09 Aoû 2011, 2:30 pm

roger a écrit:
Louis a écrit:.

Ce n’est pas rien : un nouvel (« Ils » sont forts sur les nouveautés !) Avent … un coup parti pourquoi pas une nouvelle Pentecôte !!! ; tant qu'à y être: pourquoi s’arrêter en si bon chemin : ... une nouvelle église ???
Justement, Louis, cette nouvelle pentecôte a eu lieu, et c'est ce fameux pentecotisme chez les protestants qui a abouti partout dans les comunautés, les églises, même au vatican, sous le nom de Mouvement charismatique; et ce n'est pas le souffle du Saint-Esprit, mais le souffle du diable, le singe du Saint-Esprit.

A propos des charismatiques, voyez ce qui suit, et portez une attention à la note 2 et aux noms des théologiens qui s'y retrouvent, entre autres.



R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Renouv11
.

____________________________________________________________________
R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Renouv12

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  gabrielle le Mer 10 Aoû 2011, 8:28 am

Toujours les mêmes noms qui reviennent, Ratzinger est partout.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 17985
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  gabrielle le Mer 10 Aoû 2011, 8:39 am

Nous sommes donc devant une incarnation universelle, qui aurait pour aboutissement logique, la disparition du péché originel et la nécessité du Baptême.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 17985
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mer 10 Aoû 2011, 8:49 am

gabrielle a écrit:Nous sommes donc devant une incarnation universelle, qui aurait pour aboutissement logique, la disparition du péché originel et la nécessité du Baptême.

... C'est bien vers cela que l'on se dirige logiquement, en effet, ici...vous verrez dans les prochains développements, la gradation dans l'impiété !

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  gabrielle le Mer 10 Aoû 2011, 9:10 am

J'ai bien hâte de vous lire.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 17985
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mer 10 Aoû 2011, 9:30 am

gabrielle a écrit:J'ai bien hâte de vous lire.

De vous, je n'en ai aucun doute. Wink

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Roger Boivin le Mer 10 Aoû 2011, 2:13 pm

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11629
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Ven 12 Aoû 2011, 9:49 am

11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

Quant à la religion, il s'agit avant tout de la religion comme phénomène universel, …

Religion...phénomène…ça ressemble au modernisme : le phénomène

11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

Le document conciliaire consacré aux religions non chrétiennes est, en particulier, plein d'une profonde estime pour les grandes valeurs spirituelles

Ah oui ? Lesquelles ?

11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

…les Pères de l'Eglise voyaient dans les diverses religions comme autant de reflets d'une unique vérité, comme des «semences du Verbe» 67

Ayoye !!!

Si on se base sur la référence nº 67, on peut se dire : « Quels Pères de l’Église ? Ceux de VII ou ceux de l’Église catholique : S. Justin et S. Clément d’Alexandrie ?

Permettez-moi une parenthèse sur la manière de citer des auteurs catholiques pour justifier des positions que l’on défend : il y a une manière correcte de la faire et une manière incorrecte. C’est un texte de l’Abbé Barruel qui explique la position des évêques non démissionnaires dans le temps du Concordat de 1801 :


En faveur de l'insoumission, j'ai encore entendu citer Yves de Chartres ; mais il a bien fallu encore ici mutiler les lettres de ce saint évêque, pour nous cacher sa vraie doctrine (I). On nous a dit tout ce qu'il écrivoit pour engager le pape à s'abstenir de l'érection d'un siège épiscopal à Tournai ; à ne pas renverser un ordre de choses établi depuis pris de quatre cents ans, dans la crainte d'offenser le roi, et d'élever en France le schisme qui régnait alors en Allemagne.

Mais ce qu'on n'a eu garde de nous dire, et ce qu'il y avoit cependant ici de plus essentiel, c'est que ce saint évêque, au milieu même de ses instances, reconnoissoit expressément l'autorité dont il prioit le pape de ne point user en ce moment. Car, lui disoit-il, « nous sommes loin, saint Père, de motiver notre opposition sur un défaut d'autorité de votre part. Nous ne prétendons pas que vous ne puissiez étendre ou resserrer les limites des diocèses, lorsque le salut du peuple l'exige, sans qu'il puisse en provenir, un schisme dans l'église. » Nec in hoc resistimus quin possit sedes apostolica, parochiarum amplitudinem minorare , aut brevitatem dilatare, si utilitas populi Dei id exigat, et nullum schisma, inde contingat. ( Epist. ad PASCHAL II , 240. )

C'est dans ces paroles que Thomassin et M. de Marca ont vu la véritable doctrine d'Yves de Chartres ; il est aisé de voir combien elle vient se confondre avec celle de saint Bernard; de Gerson et des autres.

_________________________________________________

(I) Ne va-t-on pas nous dire qu'on a cité comme le pape Pie VI ? Oui ; mais l'objet de Pie VI n'étoit pas de prouver qu'on peut désobéir au pape. Il citoit, lui, Yves de Chartres, pour nous montrer que son autorité ne le dispense pas des formes ou des règles, quand on peut les suivre ; et vous le citez, vous, pour opposer ces formes et ces règles à l'autorité qui ne peut plus les suivre, c'est-à-dire, dans une circonstance où le pape Pie VI auroit ajouté ce que vous omettez. Vous le citez, pour opposer Pie VI à Pie VII, tandis qu'il falloit le (citer) pour justifier également l'un et l'autre, et laisser à l'erreur le soin de se nourrir de ces prétendues oppositions.

Nous ne soupçonnons pas les intentions ; mais il est malheureux que vos apologistes soient ainsi réduits à tronquer les autorités qu'ils invoquent pour vous.


A suivre.


Dernière édition par Louis le Ven 12 Aoû 2011, 3:07 pm, édité 2 fois (Raison : balise)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Ven 12 Aoû 2011, 7:55 pm

11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

Le Concile a eu une attention particulière pour la religion judaïque, en rappelant l'important patrimoine spirituel commun aux chrétiens et aux poldève, et il a exprimé son estime pour les croyants de l'Islam dont la foi se réfère aussi à Abraham 68.
La note 68 c’est Nostra Ætate… ça veut tout dire !
11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

Grâce à l'ouverture faite par le Concile Vatican II, l'Eglise et tous les chrétiens ont pu parvenir à une conscience plus complète du mystère du Christ
Je ne peux que remettre le commentaire ci-devant à propos de cette prétendue CONSCIENCE de l’Église :
Et avant, l’Église n’avait pas une conscience pleine et universelle ? Vous savez, l’Église catholique existait avant VII. A moins que VII formait la pleine et universelle conscience de... l’église…conciliaire !
11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

Grâce à l'ouverture faite par le Concile Vatican II, l'Eglise et tous les chrétiens ont pu parvenir à une conscience plus complète du mystère du Christ, «mystère caché depuis les siècles» 69 en Dieu, pour être révélé dans le temps _ dans l'Homme Jésus-Christ
Mais ce Jésus-Christ n’est IL pas vrai Dieu vrai Homme ?
11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

Il faut donc que nous tous, disciples du Christ, nous nous rencontrions et nous unissions autour de Lui.
Ah ! oui ? ; c’est qui ça « nous tous ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  gabrielle le Sam 13 Aoû 2011, 8:35 am

Prenons le n° 11, les grands violons et la musique douce pour faire avaler la couleuvre.

L'Islam

L'Islam fut fondé au début du VIIe siècle de notre ère par Mohammed (Mahomet), un arabe de la ville païenne de La Mecque où se côtoyaient des poldève et des chrétiens. Bien que divisé en de nombreuses sectes, souvent ennemies, il repose tout entier sur son livre sacré, le Coran. Or le Père Théry et l'abbé Bertuel ont établi que l'enseignement contenu dans ce livre provient très probablement d'un rabbin poldève, avec quelques concessions à Jésus-Christ considéré comme un simple prophète.

Il n'y a pas, dans l'Islam, de séparation entre le civil et le religieux. Le Coran est censé tout régler, le temporel comme le spirituel, et tout contenir, y compris l'ensemble des connaissances scientifiques. Au total, l'Islam, taillé à la mesure des rudes chameliers d'Arabie, apparaît comme une religion fruste où le mysticisme est inconnu en dehors des sectes soufistes influencées par l'exemple chrétien. La doctrine et la morale y tiennent moins de place que l'observance de quelques pratiques cultuelles bien codifiées.

La femme occupe dans l'Islam un rang inférieur, comme si le rôle spécifique que sa nature lui donne dans la société signifiait une inégalité constitutive par rapport à l'homme. Cela se traduit par son statut et aussi par le droit à la polygamie dont bénéficient les hommes contre toute conception naturelle de la société. On peut même se demander si les femmes ont une place au très matérialiste paradis prévu après la mort pour les plaisirs (sexuels) des hommes.

L'Islam se situe donc mal par rapport aux critères de vérité. La personnalité du prophète n'y ajoute rien. Certes Mohammed se disait inspiré par l'ange Gabriel, mais il n'a pas mené la vie édifiante d'un homme de Dieu. Ainsi, alors que les musulmans n'ont droit « qu'à » quatre femmes légitimes en même temps, il lui fallut une dérogation qui lui en accordait dix-sept, sans compter les concubines. Il se livra en outre volontiers au brigandage et fut le premier à prêcher la guerre sainte (le djihad) contre les infidèles.


Le judaïsme talmudique

Il convient de ranger le judaïsme actuel parmi les fausses religions dans la mesure où, comme nous essayerons de le démontrer, le christianisme peut être considéré comme l'unique vraie religion. Dans cette perspective, en effet, le judaïsme mosaïque (organisé par Moïse) constituait une religion préparatoire, à la doctine encore peu élaborée, mais qui maintenait un strict monothéisme et annonçait clairement la mission du Christ. Cette mission du Christ, porteuse d'une nouvelle révélation, y mettait donc fin en l'accomplissant.

Le judaïsme actuel est né du refus de reconnaître cet accomplissement du judaïsme mosaïque et de la volonté de continuer à attendre le Christ (d'après l'hébreu: le Messie). En prétendant continuer la religion de Moïse au-delà de sa caducité, il s'en est considérablement éloigné : il revendique certes la fidélité à la Torah et à d'autres parties de la Bible, mais la plupart des prescriptions qu'il suit viennent des écrits rabbiniques, et en particulier du Talmud. On notera avec intérêt que Talmud et Kabbale possèdent un caractère antichrétien marqué.

Référence :Un seul Dieu par Daniel Raffard de Brienne, pages 151 et 152
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 17985
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Dim 14 Aoû 2011, 2:39 pm

11. Le mystère du Christ à la base de la mission de l'Eglise et du christianisme

Jésus-Christ est le principe stable et le centre permanent de la mission que Dieu lui-même a confiée à l'homme.
Je croyais qu’Il l’avait confiée à son Église, à l’Église catholique , cette mission.

12. Mission de l'Eglise et liberté de l'homme

Dans cette union au plan de la mission, dont décide essentiellement le Christ lui-même, tous les chrétiens doivent découvrir ce qui les unit déjà, avant même que ne se réalise leur pleine communion.
III. L'HOMME RACHETÉ ET SA SITUATION DANS LE MONDE CONTEMPORAIN
C’est qui cet homme racheté ?

Celui dont R.H. parle ici ?


8. Rédemption: création renouvelée

le Concile Vatican II enseigne ceci:«... par son Incarnation, le Fils de Dieu
s'est en quelque sorte uni lui-même à TOUT homme.... » (47)(Gaudium et Spes)

A suivre.



_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Lun 15 Aoû 2011, 8:43 am

13. Le Christ s'est uni à chaque homme

… il y a une route unique: la ROUTE expérimentée depuis des siècles et qui est en même temps la route de l'avenir. Le Christ Seigneur a indiqué cette route surtout lorsque, pour reprendre les termes du Concile, « par l'Incarnation le Fils de Dieu s'est uni d'une certaine manière à tout homme» 87. (Note de Louis : G.S. 22)

… sur cette ROUTE où le Christ s'unit à chaque homme…

Jésus-Christ s'est uni à chacun, pour toujours, à travers ce mystère.
On nous rappelle ici ce que l’on disait plus haut au nº 8 en ne mettant en italique que le Christ s’est unit… à tout homme en ne mettant pas en italique le « d’une certaine manière » … pour commencer à enlever cette expression !...

Ensuite, dans le même nº 13, on met le mot chaque au lieu de tout homme…

Et, pour une 3e fois sous le sous-titre 13., on ajoute une autre notion à ce blasphème de VII : « POUR TOUJOURS », pour que ceux qui liront ce texte puissent être rassurés de leur salut !...

Il s’agit de chaque homme, parce que chacun a été inclus dans le mystère de la Rédemption, et Jésus-Christ s'est uni à chacun, pour toujours, à travers ce mystère.

Vous pensez avoir tout entendu ? Ca ne fait que commencer !!! Ils osent, les impies, rajouter que l’image et la ressemblance avec Dieu est INTACTE lorsque le Christ s'unit à chaque homme !!!

Tout homme vient au monde en étant conçu dans le sein de sa mère et en naissant de sa mère, et c'est précisément à cause du mystère de la Rédemption qu'il est confié à la sollicitude de l'Eglise. Cette sollicitude s'étend à l'homme tout entier et est centrée sur lui d'une manière toute particulière. L'objet de cette profonde attention estl'homme dans sa réalité humaine unique et impossible à répéter, dans laquelle demeure INTACTE l'image et la ressemblance avec Dieu lui-même 92.

Qu’advient-il alors du péché originel ? Bof ! Il disparaît (ou plutôt, a-t-il déjà été ?) car, nous avons tendance à l’oublier : Jésus-Christ s'est uni à chacun, pour toujours…

Je crois, qu’ici, ils se sont tirés dans le pied, comme on dit au Québec, en donnant une référence. En effet, leur référence 92 est : Genèse 1 : 26.

Et tout le monde sait que ce Genèse I : 26 est la création de l’homme… mais qu’après le I : 26, il y eut le Genèse III : la chute de nos premiers parents par le péché originel !!!…et notre âme qui n’est plus INTACTE dans sa ressemblance avec Dieu.

Non, MM. vous ne pouvez pas vous appuyer sur Gen. I,26 pour justifier votre abominable impiété : dans mes mots, c’est un peu cela que je disais l’autre jour à propos de citer des textes de la Sainte Écriture, en « citant » justement, l’Abbé Barruel :

En faveur de l'insoumission, j'ai encore entendu citer Yves de Chartres ; mais il a bien fallu encore ici mutiler les lettres de ce saint évêque, pour nous cacher sa vraie doctrine (I). On nous a dit tout ce qu'il écrivoit pour engager le pape à s'abstenir de l'érection d'un siège épiscopal à Tournai ; à ne pas renverser un ordre de choses établi depuis pris de quatre cents ans, dans la crainte d'offenser le roi, et d'élever en France le schisme qui régnait alors en Allemagne.

Mais ce qu'on n'a eu garde de nous dire, et ce qu'il y avoit cependant ici de plus essentiel, c'est que ce saint évêque, au milieu même de ses instances, reconnoissoit expressément l'autorité dont il prioit le pape de ne point user en ce moment. Car, lui disoit-il, « nous sommes loin, saint Père, de motiver notre opposition sur un défaut d'autorité de votre part. Nous ne prétendons pas que vous ne puissiez étendre ou resserrer les limites des diocèses, lorsque le salut du peuple l'exige, sans qu'il puisse en provenir, un schisme dans l'église. » Nec in hoc resistimus quin possit sedes apostolica, parochiarum amplitudinem minorare , aut brevitatem dilatare, si utilitas populi Dei id exigat, et nullum schisma, inde contingat. ( Epist. ad PASCHAL II , 240. )

C'est dans ces paroles que Thomassin et M. de Marca ont vu la véritable doctrine d'Yves de Chartres ; il est aisé de voir combien elle vient se confondre avec celle de saint Bernard; de Gerson et des autres.

_________________________________________________

(I) Ne va-t-on pas nous dire qu'on a cité comme le pape Pie VI ? Oui ; mais l'objet de Pie VI n'étoit pas de prouver qu'on peut désobéir au pape. Il citoit, lui, Yves de Chartres, pour nous montrer que son autorité ne le dispense pas des formes ou des règles, quand on peut les suivre ; et vous le citez, vous, pour opposer ces formes et ces règles à l'autorité qui ne peut plus les suivre, c'est-à-dire, dans une circonstance où le pape Pie VI auroit ajouté ce que vous omettez. Vous le citez, pour opposer Pie VI à Pie VII, tandis qu'il falloit le (citer) pour justifier également l'un et l'autre, et laisser à l'erreur le soin de se nourrir de ces prétendues oppositions.

Nous ne soupçonnons pas les intentions ; mais il est malheureux que vos apologistes soient ainsi réduits à tronquer les autorités qu'ils invoquent pour vous.

13. Le Christ s'est uni à chaque homme

… l'homme dans toute la plénitude du mystère dont il est devenu participant en Jésus-Christ et dont devient participant chacun des quatre milliards d'hommes vivant sur notre planète, dès l'instant de sa conception près du coeur de sa mère.

Et pour être sûr que l’on bien compris le CHAQUE homme, dans lequel l’image et la ressemblance avec Dieu est INTACTE, «ils» précisent que ce sont tous les habitants de la planète en donnant la population mondiale à ce moment-là : 4 milliards d’être humains.

Imaginez-vous ! Là, tous et chacun des habitants de la Terre peuvent se réjouir : Le Christ s'est uni à chacun d’entre eux .

Remarquez qu’« ils » ne disent plus,

comme au nº 8 : … en quelque sorte… ;

ni même comme au début du nº 13 : … d’une certaine manière…,

mais carrément que « Jésus-Christ s’est uni à chacun, pour toujours, à travers ce mystère ».

C’est ti pas beau tout ça !... mais QUAND cela se produit-il pour chacun d’entre nous ? Dès notre conception :


13. Le Christ s'est uni à chaque homme

… l'homme dans toute la plénitude du mystère dont il est devenu participant en Jésus-Christ et dont devient participant chacun des quatre milliards d'hommes vivant sur notre planète, dès l'instant de sa conception près du coeur de sa mère.

Je reviendrai un peu sur le mot ROUTE dans un prochain fil…


A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mar 16 Aoû 2011, 10:32 am

13. Le Christ s'est uni à chaque homme

Jésus-Christ est la route principale de l'Eglise. Lui-même est notre route vers «la maison du Père» 88, et il est aussi la route pour tout homme.
14. Toutes les routes de l'Eglise conduisent a l'homme

… chaque homme vivant sur cette planète…Cet homme est la route de l'Eglise… Cet homme étant donc la route de l'Eglise
18. La sollicitude de l'Eglise pour la vocation de l'homme dans le Christ

…Si en effet, comme il a été dit précédemment, l'homme est la route de la vie quotidienne de l'Eglise
21. Vocation chrétienne: servir et régner

…ce que nous avons déjà rappelé ci-dessus, à savoir que l'homme est et devient toujours le «chemin» de la vie quotidienne de l'Eglise. …
Ce que je me demandais, tout simplement avec les passages ci-haut :

Qui est la route pour qui, selon « eux » ?

Jésus-Christ pour l’homme ? ou l’homme pour Jésus-Christ ? ou... ?

c’est mélangeant « leur » affaire ; ne trouvez-vous pas ?

A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mar 16 Aoû 2011, 10:43 am

14. Toutes les routes de l'Eglise conduisent a l'homme

…le Christ est en quelque sorte uni à l'homme, à chaque homme sans aucune exception,
même si ce dernier n'en est pas conscient
« Ils » en rajoutent une couche sur leur blasphème de l'union de Jésus-Christ avec tous les hommes...
Je crois que cette dernière se passe de commentaire !!!

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mar 16 Aoû 2011, 11:28 am

15. Ce que craint l'homme d'aujourd'hui

L'Eglise, animée par la foi eschatologique…
J’ai toujours cru que c’était la foi catholique, pas vous ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mar 16 Aoû 2011, 12:08 pm

.
15. Ce que craint l'homme d'aujourd'hui

L'Eglise, animée par la foi eschatologique, considère cette sollicitude pour l'homme, pour son humanité, pour l'avenir des hommes sur la terre et donc aussi pour l'orientation de l'ensemble du développement et du progrès, comme un élément essentiel de sa mission, indissolublement lié à celle-ci.
… et la sollicitude pour l’âme de l’homme qu’en est-il ? N’est-ce pas supposé être l’Épouse du Christ qui s’adresse à l’homme ?
15. Ce que craint l'homme d'aujourd'hui

L'Eglise, animée par la foi eschatologique, considère cette sollicitude pour l'homme, pour son humanité, pour l'avenir des hommes sur la terre et donc aussi pour l'orientation de l'ensemble du développement et du progrès, comme un élément essentiel de sa mission, indissolublement lié à celle-ci.
Et leur avenir pour le Ciel ? C’est vrai que quand on a la foi « eschatologique » et que l’on a de la sollicitude pour l'homme, pour son humanité...

15. Ce que craint l'homme d'aujourd'hui

L'Eglise, animée par la foi eschatologique, considère cette sollicitude pour l'homme, pour son humanité, pour l'avenir des hommes sur la terre et donc aussi pour l'orientation de l'ensemble du développement et du progrès, comme un élément essentiel de sa mission, indissolublement lié à celle-ci. Et elle trouve le principe de cette sollicitude en Jésus-Christ lui-même, comme en témoignent les Evangiles.
Si c’est le cas, « quelques » références évangéliques auraient été, ici, bien vues, n’est-ce pas ?

15. Ce que craint l'homme d'aujourd'hui

L'Eglise, animée par la foi eschatologique, considère cette sollicitude pour l'homme, pour son humanité, pour l'avenir des hommes sur la terre et donc aussi pour l'orientation de l'ensemble du développement et du progrès, comme un élément essentiel de sa mission, indissolublement lié à celle-ci. Et elle trouve le principe de cette sollicitude en Jésus-Christ lui-même, comme en témoignent les Evangiles. C'est pour cela qu'elle désire accroître continuellement en Lui cette sollicitude, en relisant la situation de l'homme dans le monde d'aujourd'hui à la lumière des signes les plus importants de notre temps.
C’est quoi tout cela ? N’est-il pas dit, justement, dans les Évangiles : « Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît. » (Matt. VI, 33). On dirait que pour « cette église de notre temps » tout n’est que progrès et développement.

A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mer 17 Aoû 2011, 8:21 am

16. Progrès ou menace?

Si donc notre temps, le temps de notre génération, ce temps qui est proche de la fin du deuxième millénaire de notre ère chrétienne, se manifeste à nos yeux comme un temps de grand progrès, il apparaît aussi comme un temps de menaces de toutes sortes pour l'homme: l'Eglise doit en parler à tous les hommes de bonne volonté et elle doit toujours dialoguer avec eux à ce sujet.
Ne doit-Elle pas enseigner toutes les nations et les baptiser ensuite ? « Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit ; (S. Matt. 28, v. 19)
16. Progrès ou menace?

Le sens fondamental de cette «royauté» et de cette «domination» de l'homme sur le monde visible, qui lui est assignée comme tâche par le Créateur lui-même, consiste dans la priorité de l'éthique sur la technique, dans le primat de la personne sur les choses, dans la supériorité de l'esprit sur la matière.
Quand lui parle-t-on à cet homme du péché originel ?
16. Progrès ou menace?

Il ne s'agit pas ici de donner seulement une réponse abstraite à la question: qui est l'homme?


Faire le catéchisme à l’homme, est-ce abstrait selon vous ?
R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Q_85_p10

A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Mer 17 Aoû 2011, 8:47 am

16. Progrès ou menace?

Il est bien certain que ces instincts existent et agissent, mais il n'y aura de possibilité d'économie vraiment humaine que s'ils sont assumés, orientés et maîtrisés par les forces les plus profondes qui se trouvent dans l'homme et qui déterminent la vraie culture des peuples.
Donc on n’a plus besoin du Christ et de Sa Sainte Église ? C’est ça le problème ; toujours de l’homme, juste de l’homme et rien que de l’homme ; où est Dieu là-dedans ? Ah ! c’est vrai je n’y pensais plus :« Le Christ s’est uni à tout home, sans exception…»

16. Progrès ou menace?

«J'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger...; j'étais nu et vous ne m'avez pas vêtu...; j'étais en prison et vous n'êtes pas venu me voir» 109.

Où est l’amour de Dieu dans tout ça ? Pour qui, pour quoi doivent être faites toutes ces choses ? Quelle est la source de ces actions ? L’homme avec un grand H ?

Cette note 109 est celle de S. Matt. XXV, vv. 42-43. Voici ce qu’en dit la Chaîne d’Or de S. Thomas d’Aquin :

S. GREG. (1). — Ceux auxquels ces paroles s'adressent, ce sont les mauvais fidèles qui ne périssent qu'après avoir été jugés, tandis que les autres, les infidèles, périssent sans jugement préalable. Leur cause n'a pas besoin d'être discutée, et ils viennent aux regards du juge rigoureux avec la conscience de leur condamnation de leur infidélité. Ce sont ceux qui professaient la foi sans en avoir les œuvres, dont la perte suit le jugement. Ayant eu la parole de la foi, ils entendront au moins les paroles du juge, tandis que ces derniers, qui n'ont pas même voulu rendre au juge éternel le culte de la parole, n'entendront pas sa parole même pour la sentence de leur damnation. C'est ainsi que le roi d'une société terrestre punit autrement l'ennemi qui attaque au dehors, établissant le droit contre le premier, et levant les armes contre les seconds, sans s'inquiéter si la loi s'occupe de son châtiment.

J’aurais une question à poser.

Où sont les fidèles et les infidèles dans « leur histoire » de leur Jésus-Christ qui s'est uni à chacun, pour toujours… l'homme dans sa réalité humaine… dans laquelle demeure intacte l'image et la ressemblance avec Dieu lui-même ?

A suivre: 17. Droits de l'homme: «lettre» ou «esprit»?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Jeu 18 Aoû 2011, 8:19 am

17. Droits de l'homme: «lettre» ou «esprit»?

…droits de l'homme de devenir, dans le monde entier, un principe fondamental des efforts accomplis pour le bien de l'homme.

Pour un « pape», ou pour quelqu’un qui dit, qui laisse dire et laisse croire qu’il en est un, c’est pas fort.

Je réitère : « Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît. » (Matt. VI, 33).

Où est le monde surnaturel dans « leur affaire » ?

17. Droits de l'homme: «lettre» ou «esprit»?

L'Eglise n'a pas besoin de réaffirmer à quel point ce problème est lié de façon étroite à sa mission dans le monde contemporain.
Sa mission : les droits de l’homme ? … pour le bien de l’homme ?

A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Ven 19 Aoû 2011, 2:40 pm

.
Je reviendrai plus loin sur : 18. La sollicitude de l'Eglise pour la vocation de l'homme dans le Christ

19. L'Eglise responsable de la vérité

le «Fils unique» qui vit «dans le sein du Père» 142 sent le besoin, lorsqu'il la transmet comme prophète et maître
Est-Il Dieu, ce Fils ?

Leur méthode, c’est la méthode moderniste de tout compartimenter et ainsi de faire perdre la Foi, à eux en premier, et ensuite à tous ceux qui les suivent :

comme si on pouvait avoir autant de personnes distinctes qu’on a de compartiments possible : style le christ de l’Histoire, le christ de la foi, le christ de la science, le christ de la théologie, le christ de…

19. L'Eglise responsable de la vérité

...l'Eglise, Peuple de Dieu, puisse participer d'une manière créatrice et féconde à la mission prophétique du Christ

… les théologiens… lorsqu'ils se mettent au service des engagements apostoliques de tout le peuple de Dieu.

… la participation universelle de tout le peuple de Dieu à la fonction prophétique du Christ lui-même

Tous, en tant que membres du peuple de Dieu, ils ont leur rôle propre dans la mission prophétique du Christ…
L’Église catholique est peuple de Dieu ou l’Épouse du Christ ?

Voici la définition du Cardinal Suenens, un de ceux qui a pris une part très active dans VII, donc un des plus dangereux.

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Page_112

Traduction approximative : Le terme « Peuple de Dieu » se rapporte à tous les baptisés, incluant le Pape et les évêques.

Je me demande ce que veut dire « baptisés » dans l'esprit du Cardinal Suenens, de quel baptême il parle, étant donné que sa définition vient d'un livre qu'il a écrit en 1974; traduit et publié aux U.S.A. en 1975 et qui s'intitule A New Pentecost ? (Une nouvelle Pentecôte ?)

Parle-t-il du « baptême dans l'esprit » ?


19. L'Eglise responsable de la vérité

L'Eglise de notre temps, guidée par le sens de sa responsabilité envers la vérité, doit persévérer dans la fidélité à sa propre nature, à laquelle se rapporte la mission prophétique reçue du Christ: «Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie... Recevez le Saint-Esprit».
Ils mélangent tout : la parole ci-haut mentionnée (Jean 20, vv. 21-22) n’est-elle pas adressée aux Apôtres ?

A les écouter, dans leur « église de notre temps », on dirait qu'elle est adressée à TOUS !, au peuple de Dieu.
C'est vrai ! R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. 531927 , je ne m'en rappelais plus : le Christ s'est uni à TOUT homme, sans exception...

Voyons ce que dit l'Évangile:



Jean 20, v. 21. «… Comme mon Père m’envoyé, ainsi moi je vous envoie,
Jean 20, v. 22 Lorsqu’il leur eut dit ces mots, il soufflé sur eux et leur dit : Recevez l’Esprit-Saint ;
Jean 20, v. 23 Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus

A propos de la manière de citer les Saintes Écritures ou les textes des Saints, voir le texte de l’Abbé Barruel au bas du lien suivant :

http://messe.forumactif.org/t3622-rh-notes-de-lecture-sans-pretention-aucune#71927
A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Ven 19 Aoû 2011, 5:50 pm


19. L'Eglise responsable de la vérité

Comme aux époques précédentes, et peut-être plus encore aujourd'hui, les théologiens et tous les hommes de science de l'Eglise sont appelés à unir la foi à la science et à la sagesse pour contribuer à leur compénétration réciproque, comme nous le lisons dans la prière liturgique pour la fête de saint Albert, Docteur de l'Eglise. Cet engagement s'est énormément développé aujourd'hui en raison du progrès du savoir humain, de ses méthodes et de ses conquêtes dans la connaissance du monde et de l'homme. Ceci concerne aussi bien les sciences exactes que les sciences humaines comme aussi la philosophie, dont les liens étroits avec la théologie ont été rappelés par le Concile Vatican II 151.

Unir la foi à la science ?
Encyclique Pascendi Dominici Gregis, de S. Pie X a écrit:

Rapports de la foi et de la science

18. Au point où nous en sommes, Vénérables Frères, nous avons plus qu'il ne faut pour nous faire une idée exacte des rapports qu'ils établissent entre la foi et la science, entendant aussi sous ce dernier mot l'histoire. En premier lieu, leurs objets sont totalement étrangers entre eux, l'un en dehors de l'autre. Celui de la foi est justement ce que la science déclare lui être à elle-même inconnaissable. De là un champ tout divers: la science est toute aux phénomènes, la foi n'a rien à y voir ; la foi est toute au divin, cela est au-dessus de la science. D'où l'on conclut enfin qu'entre la science et la foi il n'y a point de conflit possible; qu'elles restent chacune chez elle, et elles ne pourront jamais se rencontrer ni, partant, se contredire.

Que si l'on objecte à cela qu'il est certaines choses de la nature visible qui relèvent aussi de la foi, par exemple la vie humaine de Jésus-Christ, ils le nieront.

Il est bien vrai, diront-ils, que ces choses-là appartiennent par leur nature au monde des phénomènes; mais, en tant qu'elles sont pénétrées de la vie de la foi, et que, en la manière qui a été dite, elles sont transfigurées et défigurées par la foi, sous cet aspect précis les voilà soustraites au monde sensible et transportées en guise de matière, dans l'ordre divin. Ainsi à la demande si Jésus-Christ a fait de vrais miracles et de véritables prophéties; s'il est ressuscité et monté au ciel: non, répondra la science agnostique; oui, répondra la foi.

Où il faudra bien se garder pourtant de trouver une contradiction : la négation est du philosophe parlant à des philosophes et qui n'envisage Jésus-Christ que selon la réalité historique: l'affirmation est du croyant s'adressant à des croyants et qui considère la vie de Jésus-Christ comme vécue à nouveau par la foi et dans la foi.

19. Or, l'on se tromperait très fort si l'on s'imaginait après cela que, entre la science et la foi, il n'existe de subordination d'aucune sorte. C'est fort bien et fort justement pensé de la science; mais non certes de la foi, assujettie qu'elle est à la science, non pas à un titre mais à trois.

— Il faut observer, premièrement, que, dans tout fait religieux, à la réserve de la réalité divine, et de l'expérience qu'en a le croyant, tout le reste, notamment les formules religieuses, ne dépasse point la sphère des phénomènes, n'est point soustrait par conséquent au domaine scientifique. Que le croyant s'exile donc du monde, s'il lui plaît ; mais, tant qu'il y reste, il doit subir les lois, le contrôle, le jugement de la science.

— En second lieu, si l'on a dit que la foi seule a Dieu pour objet, il faut l'entendre de la réalité divine, non de l'idée: car l'idée est tributaire de la science, attendu que celle-ci, dans l'ordre logique, comme on dit, s'élève jusqu'à l'absolu et à l'idéal.

A la science, donc, à la philosophie de connaître de l'idée de Dieu, de la guider dans son évolution et, s'il venait à s'y mêler quelque élément étranger, de la corriger. D'où cette maxime des modernistes que l'évolution religieuse doit se coordonner à l'évolution intellectuelle et morale, ou, pour mieux dire, et selon le mot d'un de leurs maîtres, s'y subordonner.

— Enfin, l'homme ne souffre point en soi de dualisme : aussi le croyant est-il stimulé par un besoin intime de synthèse à tellement harmoniser entre elles la science et la foi, que celle-ci ne contredise jamais à la conception générale que celle-là se fait de l'Univers.

Ainsi donc, vis-à-vis de la foi, liberté totale de la science; au contraire, et nonobstant qu'on les ait données pour étrangères l'une à l'autre, à la science asservissement de la foi.

Opposition à la doctrine catholique

Toutes choses, Vénérables Frères, qui sont en opposition formelle avec les enseignements de Notre prédécesseur Pie IX. Il écrivait, en effet, qu'il est de la philosophie, en tout ce qui regarde la religion, non de commander mais d'obéir, non de prescrire ce qui est à croire, mais de l'embrasser avec une soumission que la raison éclaire, de ne point scruter les profondeurs des mystères de Dieu mais de les révérer en toute piété et humilité (9). Les modernistes renversent cet ordre, et méritent qu'on leur applique ce que Grégoire IX, un autre de Nos prédécesseurs, écrivait de certains théologiens de son temps: Il en est parmi vous, gonflés d'esprit de vanité ainsi que des outres, qui s'efforcent de déplacer, par des nouveautés profanes, les bornes qu'ont fixées les Pères; qui plient les Saintes Lettres aux doctrines de la philosophie rationnelle, par pure ostentation de science, sans viser à aucun profit des auditeurs...; qui, séduits par d'insolites et bizarres doctrines, mettent queue en tête et à la servante assujettissent la reine (10).


_________________________________________

(9) Brev. ad Ep. Wratislav., 15 Jun. 1857.
(10) Ep. ad Magistros theol. Paris., non. Jul. 1223.



19. L'Eglise responsable de la vérité

Comme aux époques précédentes, et peut-être plus encore aujourd'hui, les théologiens et tous les hommes de science de l'Eglise sont appelés à unir la foi à la science et à la sagesse pour contribuer à leur compénétration réciproque, comme nous le lisons dans la prière liturgique pour la fête de saint Albert, Docteur de l'Eglise.
Lisons comment on peut «unir la foi à la science et à la sagesse» dans l’Oraison de la Messe de Saint Albert le Grand :
.
R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. S_albe10
.
Comme nous pouvons le voir, c’est dans le même sens que la doctrine catholique : subordonner la sagesse humaine à la foi divine; et non pas, comme la doctrine moderniste : l'asservissement de la foi à la science.

A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

R.H. : notes de lecture sans prétention aucune. Empty Re: R.H. : notes de lecture sans prétention aucune.

Message  Louis le Sam 20 Aoû 2011, 1:43 pm

20. Eucharistie et pénitence

Dans ce sacrement, en effet, le mystère du Christ s'offrant lui-même en sacrifice au Père sur l'autel de la croix se renouvelle continuellement de par sa volonté: …
Autel de la croix: y-a-t-il d’autres endroits où le Christ s’offre à son Père aussi réellement que sur la Croix du Calvaire ?
20. Eucharistie et pénitence

En célébrant l'Eucharistie et en y participant, nous sommes unis au Christ terrestre et céleste
Avons-nous affaire à 2 christs ? Ca me fait penser aux « compartiments » que l’on a vu plus haut…
20. Eucharistie et pénitence

Le «grand prix» de notre Rédemption montre tout à la fois la valeur que Dieu lui-même attribue à l'homme et notre dignité dans le Christ.
Je m’essaie : Je dirais plutôt que le Très Précieux Sang de N.S.J.C., versé pour nous à cause des péchés du monde, montre d’une façon non équivoque l’Amour infini d’un Dieu envers sa créature : « Dieu a tellement aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, …» (Jean 3, v.16), et aussi la grandeur du péché de l'homme : il a fallu le SANG de Dieu pour le racheter... et non pas à cause de la valeur que Dieu lui-même attribue à l'homme et notre dignité dans le Christ., comme « ils » disent ici.

Je crois qu’« ils » ont ajouté : et notre dignité dans le Christ pour nous faire avaler la couleuvre sur la valeur de l’homme. On se dit : ben oui !, c’est sûr : on est digne dans le Christ. Mais savons-nous vraiment ce que c’est que d’être dans le Christ ?
20. Eucharistie et pénitence

… l'Eucharistie le mystère même du Corps et du Sang du Seigneur, comme en témoignent les paroles de l'institution qui sont devenues, en vertu de celle-ci, les paroles de la célébration perpétuelle de l'Eucharistie par ceux qui sont appelés à ce ministère dans l'Eglise.
C’est vague…Seulement par les paroles ? Les paroles : de quelle manière ?

A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 12427
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum