Concordat et mariage civil

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Concordat et mariage civil

Message  Gérard le Dim 06 Mar 2011, 3:18 am

Bonjour après ces 8 jours d'absence que j'ai passés...devinez ou ?

Dans un fief de la Frate Saint Pie X.

Et peut-être que je vais vous titiller mais ce séjour a eu l'avantage de rectifier une erreur que j'ai posée sur ce forum au sujet du mariage civil...et mon erreur a été rectifiée par un canoniste de la Frate....cou-cou CMI bounce

Bon, rassurez-vous je ne suis pas encore converti à l'Islam pour être una cum Mahomet comme Marcel qui a quand même signé au Concile qu'il adorait avec les musulmans (et ses potes apostats de Vatican d'eux)
" Le Dieu unique, miséricordieux, futur juge des hommes au dernier jour"

Voilà donc mon erreur grossière que je rectifie:
Comme nous le savons tous, les baptisés ne peuvent pas se marier selon le droit naturel comme les infidèles.

D'autre part, nous avons vu ici, que SEULS, les baptisés dans l'Eglise ou ceux qui lui ont appartenu un jour sont soumis à la forme canonique pour que leur mariage soit valide.(Forme ordinaire ou forme extraordinaire prévu par le Canon 1098)

Donc, pour les protestants ou autres conjoints non-catholiques mais baptisés, leur mariage est valide et EST le sacrement de mariage.
De ceci, j'en avais conclu que le mariage civil des non-catholiques était le sacrement de mariage. Ceci m'étonnait beaucoup pour les raisons suivantes:

En effet, dans le mariage civil, Dieu est mis à la porte. Il est laïc. (point)
D'autre part, ce mariage est un mariage soluble...alors que le contrat de mariage est un contrat insoluble.

Donc, fin de mes interrogations et incompréhension. D'après un canoniste de la Fraternité, le mariage civil est toujours infaillible et c'est l'office religieux (s'il y en a un ) qui seul tient lieu de sacrement.
Et bien évidemment, le fait que le mariage civil puisse tenir lieu de sacrement donnait des galons au mariage civil.

Voilà donc la rectification qui me semble bien légitime...à moins que...j'ai été trompé par ce canoniste.
Mais si ce canoniste a pu rectifier mon erreur...on va employer la formule :
"A tout Seigneur tout honneur"

avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concordat et mariage civil

Message  Diane le Lun 07 Mar 2011, 10:27 am

Bonjour Gérard,

Que veux dire l'expression :

mariage civil est toujours infaillible

Je ne saisis pas le sens du mot infaillible dans cette phrase.

Ensuite, infaillible pour qui? Les catholiques ou les baptisés hétérodoxes?
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concordat et mariage civil

Message  Gérard le Dim 15 Mai 2011, 3:03 am

Saint Pie X a dit :
Pie X « afflictum proprioribus » du 24 nov 1906 :

« Or,[ Vouloir donc légiférer sur le mariage des chrétiens de la part de ceux qui procèdent aux affaires civiles, c’est absolument s’attaquer au droit d’autrui et faire un acte entaché de nullité. ….] l’administration des sacrements, le droit qui les régit, comme d’ailleurs toute autre chose sacrée, sont en la puissance de l’Eglise, vérité plus claire que le jour, et c’est pourquoi les lois sur le mariage, loin d’être du ressort du gouvernement civil sont du domaine de l’Eglise et d’elle seule. Dès lors, les chrétiens qui oseraient contracté le mariage civil n’aboutiraient qu’à un simulacre de mariage, ne recevraient pas le sacrement, seul et vrai mariage et obtiendraient INJUSTEMENT les effets civils, attendu que leur principe est nul et de nulle valeur »

Saint Pie X dit ici que ceux qui ne contracterait que le mariage civil obtiendrait INJUSTEMENT les effets civils. Il est donc indiscutable que les effets civils ne peuvent être donné que par le pouvoir civil.
Il est tout aussi évident que le pouvoir civil ne donne des effets civils QUE pour avoir contracté le mariage civil.

Donc les effets civils ne peuvent venir QUE du mariage civil puisque TOUS les Etats maçons du monde n’ont jamais donné au sacrement de mariage des effets civils.

Or dans le Catéchisme de la Doctrine chrétienne pubié en 1912 par ordre du pape Pie X (canonisé ensuite) il est dit :

Question : Les époux doivent-ils accomplir aussi l’acte civil ?

Les époux doivent accomplir aussi l’acte civil, bien qu’il ne soit pas un sacrement, afin de s’assurer à eux-mêmes et à leur enfants, les effets de la société conjugale ; c’est pourquoi l’Eglise ne permet pas d’ordinaire le mariage religieux si on accomplit pas aussi les actes prescrits par l’Etat.
Première remarque :
Il n’est pas parlé ici du mariage civil mais de « l’acte civil »

Seconde remarque :
Saint Pie X demande aux époux d’accomplir l’acte civil lié au mariage « afin de s’assurer à eux-mêmes et à leur enfants, les effets de la société conjugale »

Il ne peut donc pas s’agir ici du mariage civil des Etats maçons parce que JAMAIS un Etat maçon n’a donné des effets à « la société conjugale » qui ne peut être produite que par le Sacrement.

Troisième remarque :
Cette dernière phrase qui dit que :
« l’Eglise ne permet pas d’ordinaire le mariage religieux si on accomplit pas aussi les actes prescrits par l’Etat. »

n’indique aucunement que l’on devrait se soumettre au mariage civil.
Premièrement parce qu’il n’est précisé que seul « l’acte civil » est obligatoire et non pas précisément ce que les Etats maçons appellent « Mariage civil » et par conséquent l’ordre donné par le catéchisme nous disant indirectement que l’Eglise ne permet pas d’ordinaire le mariage si l’on accomplit pas « les actes prescrits par l’Etat » ne peut pas être pris à la lettre puisque l’Etat et surtout nos Etats maçons peuvent prescrire des actes abominables comme l’avortement ou d’autre horreurs du même genre.

Mais cette constatation comme quoi « l’Eglise ne permet pas d’ordinaire le mariage si l’on accomplit pas les actes prescrits par l’Etat » ne doit pas faire oublier que le mariage civil qui est un acte prescrit par l’Etat avant le mariage sacrement est déclaré par Saint Pie X comme « une attaque au droit d’autrui » c'est-à-dire une attaque aux droits divins de l’Eglise puisque l’Etat maçon considère nul le mariage de l’Eglise et établit entre les époux un contrat de mariage qui est la matière du sacrement, contrat dont elle a la seule propriété et exclusivité.

En effet, quand Saint Pie X dit que :

« l’administration des sacrements, le droit qui les régit, comme d’ailleurs toute autre chose sacrée, sont en la puissance de l’Eglise, vérité plus claire que le jour, et c’est pourquoi les lois sur le mariage, loin d’être du ressort du gouvernement civil sont du domaine de l’Eglise et d’elle seule. »

Que fait-il sinon de réprouver l’odieux sacrilège des Etats maçons qui ne reconnaissent aucun droit à l’Eglise et qui s’accaparent en totalité le pouvoir de marier les époux baptisés en leur faisant signer le contrat d’union conjugal

Donc « le mariage civil » condamné expressément ici par l’Eglise par la bouche de Saint Pie X n’est pas rendu obligatoire par ce qu’il désigne par le mot « acte civil » et à qui il reconnait donner les effets civil de la société conjugal.
Cet « acte civil » ne peut donc être que l’acte civil d’un Etat non-maçon qui reconnaît la pleine validité du contrat de mariage catholique de l’Eglise et qui l’enregistre dans ses annales.
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concordat et mariage civil

Message  Diane le Lun 16 Mai 2011, 10:14 am

Shocked

Merci Gérard.

Je vais lire vos arguments à tête reposée et je vous reviens au plus tard demain avec une réponse!
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concordat et mariage civil

Message  Diane le Mar 17 Mai 2011, 7:20 am


Les effets des actes civils sont d'ordre purement légal.

Dans un pays comme le mien, le fait de se marier à l'église ne dispensait pas les futurs époux de passer chez le notaire pour établir un contrat de mariage, qui se situait au niveau des biens et des avantages monétaires dont l'homme avantageait sa femme.

Cela relevait seulement du civil et non du prêtre.

Les actes civils du mariage sont un terme qu'on ne voit pas normalement dans le catéchisme de Saint Pie X, ni dans le Code de Naz.

Vous parlez de l'édition de 1912… je vais vérifier.

En fin de compte, ça change quoi dans la pratique?
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum