Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Jeu 05 Mar 2009, 6:12 pm

"Parabole a écrit :

Ce qu’il faut encore considérer dans cette affaire, c’est que cette participation permise dans certain cas n’est qu’une loi muable, ce n’est pas un dogme de foi. L’Eglise peut bien prendre un jour des dispositions où elle interdira toutes participation.

Cher Parabole,comment fera l'Église pour prendre un jour d'autres dispositions, de quel conclave catholique sortira le Pontife légitime qui tranchera la question Question

Essayons ensemble d'élucider la question! !
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Roger Boivin le Jeu 05 Mar 2009, 7:20 pm

-
Avec tout ce qu'on vient de dire sur ces quatres pages en Te Deum, même ayant ça en poche pour se rafraichir la mémoire au moment d'entrer dans un de ces lieux profanés, ce ne serait-il pas de nous mettre dans l'occasion, soit par faiblesse ou par distraction, ignorance ou autrement, de commettre quelque faute allant d'involontaire légère, et même - le tentateur rode toujours - de volontaire grave, ou de tomber sous le coup de quelqu'anathème à notre insu ?

C'est peut-être, avec les meilleures intentions du monde, une activité où l'on pourrait tomber dans quelque piège qu'on aurait pas prévu; peut-être n'a-t-on pas fait le tour complet de la question;

il y a la crainte de pécher, et celle surtout d'offenser Dieu; d'en rajouter.

-

Un autre point que je voulais soulever, en fait c'est une réflexion, c'est qu'en réalité tous ces lieux, et tout ce qui s'y trouvent appartient à la populace catholique qui se trouve excessivement réduite et dispercée aujoud'hui; on nous s'y a mis dehors; on s'en est emparé injustement par ruse.. ce sont donc des voleurs ces intru !..

De toute façon comme disait un saint personnage, s'ils ont les batisses, nous nous avons la Foi,et il n'y a pas de comparaison à faire; .. et toutes ces choses en fait ne sont qu'accessoir, ..et pour certains objets de curiosité, pour d'autres, matière à étude, et quoi encore?..à chacun sans doute de s'examiner; mais objectivement en tant qu'acte où il y a en général publique, comment juger cela ?

...


Dernière édition par Léon le Jeu 05 Mar 2009, 8:12 pm, édité 1 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10767
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Ven 06 Mar 2009, 8:41 am

Merci cher Parabole pour votre explication ! !

Mais Dieu pourrait-Il nous demander de croire et de suivre un « pape» venue par un phénomène se rapprochant d'une apparition Question


Avez-vous un peu de renseignement , quand vous en aurez le temps bien sûr, sur le fait que les conclaves n'existent que depuis le XIe siècle .

Cela m'intrigue, car je me demande comment l'Église faisait pour élire le Souverain Pontife .


Au plaisir de vous relire ! Wink


Merci pour tout ! !
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Arthur le Ven 06 Mar 2009, 10:33 am

Reprenons le cas soulevé par Parce Domine d’une personne catholique faible qui à un enterrement assisterait au NOM. Sa non participation sera manifeste au public. Par exemple il ne devra pas prendre le goupillon pour bénir le mort ! Si cela est pris pour un scandale ce sera un scandale qui manifestera son opposition à ce faux culte.

Cette citation m'étonne. N'y a-t-il pas lieu de faire une distinction entre la NOM et un autre culte hérétique ? Est-ce que tout culte hérétique est sacrilège, le NOM est une imposture, il laisse croire aux gens qui y assistent qu'ils assistent à un culte catholique ?

Arthur

Nombre de messages : 1523
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Gérard le Ven 06 Mar 2009, 2:02 pm

je m'empresse de donner à Léon les références qu'il m'a demandées.

En fait, cette prédiciton de la venue de Saint Pierre et Saint Paul sont annoncé par deux personnes dont la seconde, ANNA Maria Taïgui est sainte

Je me permets de retracer un peu la vie de Camori Mora dans une première partie
Et dans la seconde, il y a le passage sur l’élection d’un nouveau Pape.Suit alors la vie et la prophétie de Anna Maria Taïgui.

Élisabeth Canori est née à Rome, le 21 novembre 1774, de parents illustres. Mariée à Christophe avocat à la Cour romaine, elle en eut plusieurs enfants. Malgré les peines qu'elle éprouva de ceux-ci, mais surtout de son mari, elle marcha par la grâce du Seigneur, dans la voie des plus hautes vertus, et arriva au degré le plus élevé dans la vie contemplative, c'est-à-dire, jusqu'à l'union mystique. Elle entra, en 1820, dans le Tiers-Ordre séculier des Trinitaires-Déchaussés, et, le 3 février 1825, elle mourut dans la Ville-Éternelle, en grande réputation de sainteté, à l'âge de cinquante ans. Alors Christophe Mora se convertit, comme l'avait prédit sa sainte femme. Il entra dans les ordres sacrés, fut ordonné prêtre, et mourut Mineur-Conventuel.
Le procès de la béatification d'Élisabeth, introduit devant la Cour de Rome, rapporte qu'elle opéra beaucoup de guérisons miraculeuses, et qu'elle délivra le comte Jean-Marie de Mastaï-Ferretti, aujourd'hui Pie IX, des attaques d'épilepsie qui s'opposaient à son admission dans l'état ecclésiastique. C'est donc à tort que des écrivains attribuent cette guérison à la bénédiction du Pape Pie VII.

Dieu avait choisi Élisabeth comme une victime de propitiation pour Son Église, capable d'arrêter les vengeances divines que provoquent les iniquités des hommes. Voici un trait caractéristique de cette puissance d'expiation et d'intercession qu'il est important, à cette heure, de faire ressortir :

Le 24 janvier 1819, cette vénérable servante de Dieu fut avertie, dans son oraison, de se tenir prête au combat qu'elle allait soutenir pour l'Église, pour le Pape et pour les pécheurs. Alors Dieu permit que les démons se déchaînassent en grand nombre contre Élisabeth et qu'ils la déchirassent de mille horribles manières. Tant de tourments l'avaient rendue aveugle ; elle ne pouvait ouvrir la bouche, son palais était en lambeaux. Ses joues étaient brûlées, sa tête presque détachée du tronc et tout son corps pénétré, pour ainsi dire, du feu de l'enfer. Les angoisses de son âme étaient inexprimables. L'état de cette sainte femme était une sorte d'agonie. Toutefois le Seigneur ne cessait de la consoler intérieurement : Il lui faisait porter chaque jour par un ange la Sainte Eucharistie, et soudain Notre-Seigneur se présentait devant les yeux d'Élisabeth sous la figure de la divine Hostie. Par ce moyen, elle était de plus en plus encouragée à s'offrir généreusement en holocauste pour suspendre les effets de la justice de Dieu.
Élisabeth avait un inénarrable besoin d'être ainsi réconfortée. Sans ce secours céleste elle serait morte sous les coups des esprits infernaux, car, dans leur fureur, ils allèrent jusqu'à la clouer sur une croix et lui percer le cœur avec une lance ; ce qui la fit tomber dans un évanouissement qui paraissait mortel. Pendant cette agonie, Notre-Seigneur, apparut rayonnant de lumière devant Sa généreuse épouse, Il la détacha lui-même de la croix et la guérit instantanément de toutes ses plaies. Il lui donna même un avant-goût de la vision béatifique. La sainte Vierge la visita également, puis saint Pierre, Saint Paul et d'autres saints. Elle était comme noyée dans un océan de délices célestes. Alors Jésus lui dit entre autres choses :
«Ton sacrifice a fait violence à Ma justice irritée ; Je suspends le châtiment et laisse agir Ma miséricorde. Les chrétiens ne seront pas dispersés, ni Rome privée de ses Pontifes. Je réformerai Mon peuple et Mon Église. J'enverrai des prêtres zélés et Mon esprit renouvellera la face de la terre. Je rendrai la ferveur aux Ordres religieux et Je donnerai à mon Église un nouveau Pasteur rempli de Mon esprit ; par son zèle il sanctifiera Mon troupeau».



Dieu permettra que ces impies soient frappés de mort par la cruauté des démons, parce qu'ils se seront librement adonnés aux puissances infernales et qu'ils auront fait un contrat avec elles contre l'Église catholique.

Dieu voulant pénétrer davantage mon esprit du sentiment de Sa justice, me montra l'effroyable cachot : je vis dans les profondeurs de la terre une sombre et affreuse caverne d'où sortait un nombre infini de démons, qui, sous la forme d'hommes et d'animaux venaient ravager le monde en laissant partout des ruines et des effusions de sang. Heureux les bons et vrais catholiques ! Ils ressentiront la puissante protection des apôtres saint Pierre et saint Paul, qui veilleront sur eux, afin qu'il ne leur arrive aucun dommage, soit dans leurs personnes, soit dans leurs biens. Les mauvais esprits saccageront tous les lieux où Dieu aura été outragé, méprisé, et blasphémé. Les édifices de ces endroits seront détruits et renversés : il n'en restera plus que des ruines.

Après ce châtiment effroyable, je vis le Ciel s'ouvrir et saint Pierre descendre de nouveau sur la terre ; il était revêtu de ses ornements pontificaux et entouré d'un grand nombre d'anges qui chantaient des cantiques en son honneur, le reconnaissant ainsi pour souverain de la terre. Je vis aussi saint Paul descendre du ciel . Sur l'ordre de Dieu, il parcourut la terre en enchaînant les démons qu'il conduisit devant saint Pierre ; celui-ci leur ordonna de retourner dans l'enfer d'où ils étaient sortis.
Alors une grande clarté apparut sur la terre ; elle indiquait la réconciliation de Dieu avec les hommes. Les anges conduisirent devant le trône du prince des apôtres le petit troupeau resté fidèle à Jésus-Christ. Ces bons et zélés chrétiens lui témoignèrent le plus profond respect, louant Dieu et remerciant l'Apôtre de les avoir délivrés de la perte commune et d'avoir soutenu l'Église de Jésus-Christ en ne souffrant pas qu'elle fût entraînée par la fausse doctrine du monde.

SAINT PIERRE, CHOISIT ALORS LE NOUVEAU PAPE.

L'Église fut reconstituée, les Ordres religieux rétablis ; et les maisons particulières des chrétiens devinrent semblables à des couvents, tellement étaient grands leur ardeur et leur zèle pour la gloire de Dieu.
Tel est le triomphe éclatant réservé à l'Église catholique. Elle sera louée, honorée et estimée de tous ; tous se livreront à elle, reconnaissant le Pape pour le Vicaire de Jésus-Christ.


Sainte Anna-Maria Taïgi
(1837-01-01)

Sainte Anna-Maria Taïgi, romaine du tiers Ordre de la Sainte Trinité naquit en 1769. Elle se maria à Rome où elle vécut et mourut en 1837. Elle s’offrit à Dieu en victime et souffrit beaucoup.

Le Seigneur lui donna de bonne heure le don de prophétie. Elle prédit avec une exactitude absolue les événements du Premier Empire, la mort de Napoléon 1er à Sainte-Hélène, la guerre de la Grèce contre les Turcs, la révolution de 1830 en France, la guerre de Pologne, l'élection des papes depuis Pie VII et les événements marquants de leur pontificat, la fuite prochaine du Pape, lors de la révolution italienne, annonce à la fois la grande épidémie et les trois jours de ténèbres physiques. Ce dernier fléau lui avait été manifesté à plusieurs reprises dans le mystérieux soleil où elle voyait l'avenir.

Dieu enverra un double châtiment : l'un part de la terre, à savoir des guerres, des révolutions et d’autres maux ; l'autre part du ciel, à savoir une obscurité épaisse. Celle-ci empêchera de voir quoique ce soit. Cette obscurité sera accompagnée d’une infection dans l’air, ce qui fera périr non exclusivement, du moins principalement les ennemis de la religion. Des ténèbres pestilentielles peuplées de visions effroyables, envelopperont la terre pendant trois jours. L’air sera alors empesté par les démons qui apparaîtront sous toutes sortes de formes hideuses. Tant que durera l’obscurité, il sera impossible de faire de la lumière. Seuls, les cierges bénits préserveront de la mort, ainsi que les prières à la Sainte Vierge et aux saints Anges. Quiconque ouvrira la fenêtre par curiosité et regardera dehors ou bien sortira de sa maison, tombera aussitôt raide mort. En ces jours-là, tous doivent rester chez eux, réciter le rosaire et implorer la miséricorde divine. Tous les ennemis de l’Eglise, cachés ou apparents, périront pendant les ténèbres, à l’exception de quelques-uns que Dieu convertira bientôt après. Le fléau de la terre a pu être mitigé par les prières, mais non celui du ciel, qui sera épouvantable et universel.

Après les ténèbres, saint Pierre et saint Paul descendront des cieux, prêcheront dans tout l’univers et désigneront le Pape ; une grande lumière, jaillissant de leurs personnes, ira se déposer sur le futur pape.

Saint Michel Archange, paraissant sur la terre sous forme humaine, tiendra les démons enchaînés jusqu’à l’époque de la prédication de l’Antéchrist.

Le Pontife choisi selon le cœur de Dieu, sera assisté par Lui de lumières toutes spéciales. Son nom sera vénéré dans le monde et applaudi par tous les peuples. Il est le Pontife saint, destiné à soutenir la tempête. Le bras de Dieu le soutiendra et le défendra contre les impies, lesquels seront humiliés et confondus. Il aura à la fin de don des miracles.

Des nations entières reviendront à l’unité de la foi et la face de la terre sera renouvelée.

En ces temps-là, la religion chrétienne se répandra partout et il n’y aura plus qu’un Pasteur. La Russie et l’Angleterre se soumettront, la Chine se convertira.


Je répondrais plus tard à la question soulevée par Marie Madeleine sur l'éventuel rétablissement miraculeux.
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Roger Boivin le Ven 06 Mar 2009, 2:30 pm

Oh! merci beaucoup Parabole; je lis.

..et j'attends le commentaire des autres.

c'est sidérant!
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10767
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Ven 06 Mar 2009, 3:58 pm

Moi, je ne crois pas du tout à cette révélation qui annonce le retour de saint Pierre et saint Paul !

Je préfère m’en tenir à l’Évangile qui est de foi Divine.

Je pense que Jésus nous l’aurait annoncé, et que les Pères de l’Église en auraient parlé si tel avait été le cas! !

Vraiment, je suis sceptique et bien plus encore! ! affraid
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Gérard le Ven 06 Mar 2009, 4:59 pm

Marie Madeleine a dit:
"Je préfère m’en tenir à l’Évangile qui est de foi Divine."
C'est évidemment le grand risque de mettre une foi égale en ce genre de prophéties même si les personnes sont fiables. Mais même les pères de l'Eglise ne sont pas l'Evangile qui est de foi divine.
Cependant, en ce qui concerne ce qui nous attend, ce qui attend l'Eglise, il n'y a RIEN de foi divine pour nous dire ce qui va arriver.
Si j'ai rapporté ces références c'est que Léon me l'a demandé. j'avais parlé de cela comme d'une solution parmi tant d'autres puisque nous n'avons pas le privilège de connaître l'avenir.
J'avais un oncle un tant soit peu loustique qui disait qu'à l'école, on nous avait appris à parler, à lire et à compter mais que l'on aurait mieux fait de nous apprendre à deviner. Je trouve pas mal de dire cela en plaisantant parce que certains se prennent au sérieux en prédisant l'avenir et cette petite histoire nous fait comprendre que la connaissance de l'avenir ne convient qu'à des rêves d'enfants.
Marie-Madeleine se pose la question de savoir comment nous pourrions sérieusement nous soumettre à un pape qui tomberait du ciel comme promu par une baguette magique que l'on appelerait miracle.
Tout d'abord nos auteurs spirituels nous demandent de ne pas désirer des miracles mais de préférer la voie ordinaire. Donc, il me semble que nous DEVONS vouloir un pape et une Eglise en ordre (dans notre liturgie, l'Eglise nous fait demandé la paix et l'exaltation de la Sainte Eglise). Nous devons donc vouloir qu'il y ait un pape selon la voie ordinaire. Dans cette voie ordinaire, Dieu peut nous jouer un tour et faire sortir un évêque non connu à ce jour pour perpétuer la hiérarchie apostolique. Mais attention, il y a le filtre du Droit Canon qui exprime les lois de l'Eglise et qui nous permet d'éviter les usurpateurs.
Cependant, bien que nous ne devions pas désirer les miracles, ni les apparitions de la Sainte Vierge, de Jésus-Christ ou des saints, nous ne pouvons pas interdire Dieu de les susciter. Il faut remarquer que lorsqu'il le fait, il ne va pas chercher une autorisation de Rome.
Certains se prive (à mon avis d'une manière coupable) de la référence sérieuses des apparitions et message de la Vierge Marie reconnus par l'Eglise comme La Salette.
Si Dieu estime qu'un miracle est nécessaire pour établir un pape, il le fera et il nous donnera toutes les lumières pour que nous le reconnaissions...ce qui ne veut pas dire que ce sera facile ni, encore moins que ce sera la majorité qui le reconnaîtra de suite.
Regardez notre Histoire de France: La Mission divine de Jeannne d'Arc, cela paraît une histoire de dingue. Une jeune fille qui sort de sa cambrousse, qui débarque chez le Roi de France se présentant comme chef d'armée pour chasser les anglais de France, Anglais tout aussi catholiques que les français à cette époque. Elle est jugée et condamnée par un tribunal ecclésiastique comme hérétique relaps, sorcière et brûlée vive.
Qui de nous, si nous avions été contemporains aurait pu affirmer que cette fille agissait sous la conduite de Dieu ?
Devant cela, nous sommes désemparés, humiliés, sans voix ...et peut-être que c'est tant mieux pour nous !
Ce tour ! qui nous l'a joué si ce n'est Dieu Lui-même. Voulez-vous ou pouvez-vous prétendre interdire à Dieu de ne pas nous en faire un autre pour le retour du pape?
Pour ma part, j'ai pleine confiance en Dieu mais en lui disant "Faites comme vous voudrez" je ne peux pas le conditionner et lui dire : Vous ne me fais pas ce coup-ci ni celui-là parce que là je ne marche pas. Ah! non, je serais complètement paniqué.
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  gabrielle le Ven 06 Mar 2009, 6:02 pm

Les signes de la fin des temps sont : L'évangélisation du monde, l'apostaise générale, la venue de l'Antéchrist.

Dans les révélations dites privées, la Sainte Église lorsqu'elle canonise quelqu'un c'est en rasion de ses vertus héroïques et non de ses visions ou révélations... c'est pour cette raison que cela est de foi humaine et non divine.

Aucune révélation ou interprétation ne doivent contredire les Saintes Écritures.

La réglementation de la Sainte Église pour l'élection d'un pape est très clair....il ne saurait appaitre comme un cheveu sur la soupe... ni par une manifestation mystique ou hallucination collecitve, il ne aut pas oublier que l'Antéchrist fera des prodiges, qui séduiraient si cela était possible les élus eux-mêmes...

Il est vrai que nous devons priez pour la Sainte Église.

Quoique le les Saints Pères, ne soieent pas infaillibles, l'Église en fait les interprètes des Saintes Écritures, ce qu'elle ne fait pas avec aucune révélation dite privé...

De nos jours, il y a plus de prophéties que de prophètes! Je n'ai jamais vue tant de prophéties... leur nombres est effarant...

Ce qui est à remarquer c'est que pratiquement partout, l'Église après cette terrible crise ressort, les méchants sont disparus et la paix s'installe, ce qui frôle dangereusement l'hérésie du millénarisme... pour ne pas dire plus.

Je ne crois pas que la cas de Sainte Jeanne d'Arc, puisse être mis en comparasion avec la venu d'un pape. Oui, le choix de Dieu est époustouflant... une jeune fille à la tête des armées de la France pour expulser les Anglais. Cela est le cas typique des choix de Dieu, un instrument complètement inédaquat pour mieux faire ressortir sa gloire.

L'élection du pape, n'est pas de la même trempe. car il nous faudrait croire de foi divine ( car ce pape portait avec lui les 4 notes de la Sainte Église) une chose qui est de foi humaine. Dieu étant immuable de par son essence même, il ne peut interchanger la sorte de foi ainsi.

Si on vous dit que le Christ est dans le cellier, n'y aller pas... car comme l'éclair qui part de l'Orient à l'occident ainsi viendra le Fils de l'Homme...

Quand vous verrez l'abomination installé dans le lieu saint... sachez qu'il est à vos portes...

« Pour moi, je ne croirais pas à l'Evangile, si l'autorité de l'Eglise catholique ne m'y déterminait » Saint Augustin , Contra epistolam Manichaei quam dicunt fundamenti, V. 6 ( PL 42, 176).


Soyons très prudents, et ne sortons pas des cadres de la Foi que l'Église nous donne.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  gabrielle le Ven 06 Mar 2009, 7:36 pm

Augustin a écrit:
Reprenons le cas soulevé par Parce Domine d’une personne catholique faible qui à un enterrement assisterait au NOM. Sa non participation sera manifeste au public. Par exemple il ne devra pas prendre le goupillon pour bénir le mort ! Si cela est pris pour un scandale ce sera un scandale qui manifestera son opposition à ce faux culte.

Cette citation m'étonne. N'y a-t-il pas lieu de faire une distinction entre la NOM et un autre culte hérétique ? Est-ce que tout culte hérétique est sacrilège, le NOM est une imposture, il laisse croire aux gens qui y assistent qu'ils assistent à un culte catholique ?

Quoique je pense intérieurement qu'il y ait une grande différence, la difficulté apporter par Parabole vient du fait que l'Église permet la visite ds temples hérétiques pour l'architecture...

Je pense qu'une piste de solution pourrait être apporté par analogie aux dispostions du Pape envers les jureurs. Les jureurs étaient des schismatiques ,car ils avaient prêter serment à la Constitution...


Si nous regardons l'exemple de nos frères dans la foi qui ont subit cette persécution, je pense qu'aucun ne visitaient les églises des jureurs, les granges étaient leurs refuges et la belle architecture loin de leur soucis....


Collection générale des brefs et instructions de Notre très-Saint Père le Pape Pie VI., Paris, 1798,

Onzièmement. Les fidèles peuvent-ils fléchir le genou en signe d'adoration devant les hosties consacrées par les intrus ?

Réponse. Ils le peuvent, parce que ces hosties renferment réellement, en vérité , et substantiellement le corps, le sang, l'ame et la divinité de N. S. J. C. Mais pour éviter de paraître mêlés aux schismatiques dans cet acte de religion, les catholiques auront soin de fuir la rencontre des schismatiques dans les lieux où ils portent le Saint-Sacrement.

En partant de cela.... il est facile de s'imaginer ce que la Sainte Église attend de nous... si le pape a demandé de fuir la rencontre des jureurs, je vois mal qu'il nous recommanderait de visiter les églises qui sont tombées en leurs mains sacrilèges et qui portent encore le nom de catholique... impossible d'éviter le scandale

Quant à l'assitance passive, elle devenue un élastique très dangereux... et en rien cette assistance, autrefois résevée dans des conditions exceptionelles, ne saurait être un témoignage de notre foi.... les gens diront simplement: Scandale, il vient ici faire un affront, il aurait mieux fait de rester chez lui... on s'est bien, il n'a plus la foi avec ces follies de sédévac!!!!
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Gérard le Sam 07 Mar 2009, 2:55 am

Je trouve que j’ai beaucoup de chances d’avoir trouvé ce forum qui a une détermination spirituelle et grande envie de sanctification. Est-ce le fait que ce forum vient du Québec. En tous cas, c’est de là que ça vient et ça sent plutôt bon.

Merci à Parce DOmine pour toutes ces précisions
Vous dites :
« Les signes de la fin des temps sont : L'évangélisation du monde, l'apostaise générale, la venue de l'Antéchrist. »
Donc, puisque l’évangélisation du monde est passée….que l’on vit actuellement l’apostasie général, il nous faut attendre la venue de l’Antechrist. Je ne peux pas vous désapprouver. Cela c’est ce que vous croyez.

Vous opposez à votre croyance, toute une ribambelle de prophéties qui disent :

« Ce qui est à remarquer c'est que pratiquement partout, l'Église après cette terrible crise ressort, les méchants sont disparus et la paix s'installe, ce qui frôle dangereusement l'hérésie du millénarisme... pour ne pas dire plus. »

Je ne suis pas millénariste. Je me suis déjà battu contre cela et je peux vous donner l’argumentation que j’ai faite contre eux.
Je vous faisais remarquer plus haut que l’on sent dans votre forum ce grand désir de sanctification. Et c’est au nom de ce désir que je veux partager avec vous que je vais vous dire l’inconvénient de votre position qui, semble être aussi celle de l’Abbé Zins.

Par rapport à ces deux positions opposés, je préfère m’en éloigner et dire « Je ne sais pas »
Cependant, ne sachant pas, je vais aller dans votre sens qui est parfaitement logique et dire « c’est fort possible » et je vais AUSSI aller dans l’autre sens car il n’y a pas que des illuminés qui ont annoncé ce retour au calme et dire « c’est fort possible »… et notamment parmi eux la Sainte Vierge à La Salette ! Je peux donner les références.

Vous allez dire. Ah mais l’Abbé Zins a fait un travail titanesque basé uniquement sur les documents absolument incontestables et le débat est clos…Etc etc…
Je pense que l’Abbé ne peut être contesté par rapport à la réalité de ce qui se passera mais il ne peut pas être infaillible sur le quand ni même sur la succession des événements.

Maintenant, je me permets de vous faire remarquer les avantages et les inconvénients des deux positions.
Il y a ceux qui attendent le retour à l’ordre établi dans l’Eglise et qui ne veulent pas seulement un retour au Règne social de NSJC mais qui pousse plus loin en disant que le Christ reviendra vivre lui-même sur le monde et qui, pour cette raison ne souhaite pas le retour d’un pape. Vous condamnez ceux qui attendent le retour de la paix dans l’Eglise en les assimilant aux millénaristes et cela me semble injuste.

Et l’autre parti, consiste à dire ce que vous dites que nous avons vécu l’évangélisation, nous vivons actuellement l’apostasie et c’est l’Antechrist qui va venir. Si j’étais injuste je vous dirais que vous faites comme certains de mes amis qui prie pour que l’Antechrist arrive le plus vite possible.
Cependant, même si vous ne priez pas pour son avénement, vous êtes ABSOLUMENT sûr que c’est le prochain événement. Et, rien n’est possible pour vous ébranler parce que ni moi, ni les événements que nous vivons où l’on ne fait que voir les lieutenants de l’Antechrist préparer son avenue peuvent ébranler votre conviction.

Pour moi, la démarche n’est pas de savoir ce qui se passera demain mais de me sanctifier par rapport à l’une ou à l’autre des éventualités
Pour hâter ce retour en force de la suprématie de l’Eglise OU pour me sanctifier et me raffermir pour affronter ce terrible châtiment du Règne de l’Antechrist.

Vous dites que d’après ces prophéties-guignoles « les méchants sont disparus et la paix s'installe »
Cependant, je veux vous faire remarquer que dans les deux cas nous devons priez pour ce genre d’issue parce que si l’Antechrist vient, le plus important ne sera-ce pas qu’il soit vaincu et qu’à la suite « les méchants sont disparus et la paix s'installe »

Donc, il est absurde de prier pour que l’Antechrist vienne. Bien sûr on peut dire que Saint Pierre s’est fait traiter de Satan parce qu’il ne voulait pas que le Christ souffrit sa passion mais il ne pouvait pas prier pour que ses bourreaux se dépèchent à venir et que Dieu leur donne plus de force pour faire souffrir davantage le Seigneur. Il n’y a qu’à voir l’affliction de la Vierge Marie dans la passion.
De même que la méchanceté des bourreaux et des juiifs n’est qu’un moyen sur lequel le Seigneur à appuyé sa gloire, de même l’Antechrist ne sera qu’un moyen pour que la gloire de Dieu et celle de l’Eglise soient exaltées.

Cependant, ces prophéties sur l’Antechrist et les événements que nous vivons et qui nous font comprendre que son Règne n’a jamais été si éclatant ne peuvent pas nous laisser indifférents. Nous devons pleurer de notre misère et demander à Dieu les immenses grâces qui nous seront alors nécessaires et nous disposés à subir cette terrible persécution …si Dieu veut bien nous y soumettre…ce qui n’est pas sûr.

N’oublions pas que l’épreuve de la Passion du Christ comme celle de l’Antechrist sont faites pour nous éprouver et que certains peuvent tomber à ces occasions. Il faut donc voir dans ces épreuves ce qui peut nous mettre dans ceux qui en tireront profit. Cependant, Dieu dans sa grand miséricorde ne nous soumet pas à ces épreuves pour nous perdre mais pour nous sauver.

Ce qui me fait de la peine aussi c'est que parmi ceux qui attendent l'Antechrist, leur politique c'est de ne rien faire puisque l'Antechrist va venir et qu'il n'y a plus qu'à l'attendre.
De l'autre côté, il ne faut surtout rien faire puisque c'est Dieu qui fera tout et que ce sera comme jamais ce n'aura été auparavant.
Mais à la limite si vraiment il n'y a rien à faire pourquoi faudrait-il faire connaître ce qui doit arrivé !
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Gérard le Sam 07 Mar 2009, 3:00 am

Pour la "Sainte " ANNA Maria Taïgui !

Je viens de voir éffarré mais pas trop étonné que j'ai fait référence à une personne sainte par JPII, j'ai pris ces documents dans le site sedevac des amis du Christ Roi. je ne sais pas s'ils sont responsables de l'affirmation de cette "sainteté"
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Gérard le Sam 07 Mar 2009, 3:03 am

Excellent la logique de Parce Domine par rapport à l'exigence du pape PIe VI.
Merci
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Arthur le Sam 07 Mar 2009, 10:40 am

En rapport avec l'exigence du pape Pie VI, Parce Domine a écrit:

En partant de cela.... il est facile de s'imaginer ce que la Sainte Église attend de nous... si le pape a demandé de fuir la rencontre des jureurs, je vois mal qu'il nous recommanderait de visiter les églises qui sont tombées en leurs mains sacrilèges et qui portent encore le nom de catholique... impossible d'éviter le scandale

J'ajouterais : encore moins de participer ne serait-ce que d'une manière passive au culte sacrilède du NOM.

Arthur

Nombre de messages : 1523
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Sam 07 Mar 2009, 10:47 am

Parabole a écrit:
Je ne suis pas millénariste. Je me suis déjà battu contre cela et je peux vous donner l’argumentation que j’ai faite contre eux.

Bonne nouvelle!

Je vous faisais remarquer plus haut que l’on sent dans votre forum ce grand désir de sanctification. Et c’est au nom de ce désir que je veux partager avec vous que je vais vous dire l’inconvénient de votre position ….

Allez, cher Parabole, nous sommes ici pour discuter sereinement..

Par rapport à ces deux positions opposés, je préfère m’en éloigner et dire « Je ne sais pas »

Attention, n'est-ce pas la tactique de s'asseoir entre deux chaises !

Cependant, ne sachant pas, je vais aller dans votre sens qui est parfaitement logique et dire « c’est fort possible » et je vais AUSSI aller dans l’autre sens car il n’y a pas que des illuminés qui ont annoncé ce retour au calme et dire « c’est fort possible »… et notamment parmi eux la Sainte Vierge à La Salette ! Je peux donner les références…

Il faut établir je pense un point très important, les révélations privés sont souvent conditionnelles à quelque chose que la voyante ne dit pas ou ne sait même pas.

Ce genre de conditionnel se trouve même dans les Saintes Écritures. Relisez l'histoire de Jonas….

Il y a ceux qui attendent le retour à l’ordre établi dans l’Eglise et qui ne veulent pas seulement un retour au Règne social de NSJC mais qui pousse plus loin en disant que le Christ reviendra vivre lui-même sur le monde et qui, pour cette raison ne souhaite pas le retour d’un pape. Vous condamnez ceux qui attendent le retour de la paix dans l’Eglise en les assimilant aux millénaristes et cela me semble injuste.

Attendre le retour du Christ Jésus qui viendrait vivre sur la terre, est contraire au Credo… Il reviendra pour juger les vivants et les morts. Prétendre le contraire contredit une vérité de la Foi.

Et l’autre parti, consiste à dire ce que vous dites que nous avons vécu l’évangélisation, nous vivons actuellement l’apostasie et c’est l’Antéchrist qui va venir. Si j’étais injuste je vous dirais que vous faites comme certains de mes amis qui prie pour que l’Antéchrist arrive le plus vite possible.


Cependant, même si vous ne priez pas pour son avènement, vous êtes ABSOLUMENT sûr que c’est le prochain événement.

Notre-Seigneur nous donne clairement les signes de sa venue, Saint Paul nous en donne aussi les temps et circonstances, et cela est de foi divine.

Je trouve qu'il est plus simple de priez simplement selon ce que le Seigneur nous l'a ordonné dans le Pater. Toutes les demandes qui sont nécessaires s'y trouvent, tout cela remis entre les mains de la Très Sainte Vierge.
Ainsi, notre esprit se dégage de toutes préoccupations et on ne passe pas son temps à essayer de scruter l'avenir qui ne nous appartient pas, et je dirais même, cet avenir pour nous n'existe pas, car demain, tantôt je puis mourir….

Pour moi, la démarche n’est pas de savoir ce qui se passera demain mais de me sanctifier par rapport à l’une ou à l’autre des éventualités

Ici, je ne vois pas que votre sanctification est un lien direct avec un évènement futur, le temps présent seul compte, on nage en pleine persécution, alors le premier point est de rester fidèles à l'Église, de ne pas faire de compromis, priez faire pénitence et essayez de répandre la vérité avec nos pauvres moyens.


Nous devons pleurer de notre misère et demander à Dieu les immenses grâces qui nous seront alors nécessaires et nous disposés à subir cette terrible persécution …si Dieu veut bien nous y soumettre…ce qui n’est pas sûr.


Pas sûr dans le sens, que rien ne nous dit que nous serons encore de ce monde, Pleurer nos péchés et demander à Dieu les grâces nécessaires pour faire une bonne mort, et surtout de faire sur terre notre purgatoire, afin qu'à l'heure de notre mort nous puissions être reçu sans délai dans les demeures éternelles.


Au plaisir de vous relire ! Wink
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Roger Boivin le Sam 07 Mar 2009, 11:51 am

-
l'Épitre d'aujourd'hui, samedi des quatre-Temps de Carême, du B. Paul Ap. aux Thessaloniciens I Thess. 5, 14-23 :

Nous vous en prions aussi mes frères, reprenez les turbulents, consolez les pusillanimes, soutenez les faibles, soyez patients envers tous. Prenez garde que quelqu'un ne rende à un autre le mal pour le mal; mais cherchez toujours le bien les uns des autres, et celui de tous. Soyez toujours dans la joie. Priez sans cesse. Rendez grâces en toutes choses; car c'est la volonté de Dieu dans le Christ Jésus, par rapport à vous tous. N'éteignez point l'Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Éprouvez tout; retenez ce qui est bon. Abstenez-vous de toute apparence de mal. Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même par tous les moyens, afin que tout votre esprit, votre âme et votre corps se conservent sans reproche à l'avènement de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

( traduction Glaire, du Grand MISSEL-RITUEL ET VESPÉRAL, missel quotidien, ..imprimatur 1957. )

-


Dernière édition par Léon le Mar 10 Mar 2009, 11:10 am, édité 3 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10767
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  gabrielle le Sam 07 Mar 2009, 6:18 pm

Léon a écrit:-
l'Épitre d'aujourd'hui, samedi des quatre-Temps de Carême, du B. Paul Ap. aux Thessaloniciens I Thess. 5, 14-23 :

Mes frères, nous vous en prions, reprenez ceux qui sont dans le désordre, consolez ceux qui sont abatus, soutenez les faibles, soyez patients envers tous. Prenez garde que personne rendre à autrui le mal pour le mal; mais poursuivez toujours le bien, et entre vous, et envers tous. Soyez toujours dans la joie. Priez sans cesse. Rendez grâces en toutes choses; car c'est là ce que Dieu veut de vous tous en Jésus-Christ. N'éteignez pas l'Esprit. Ne méprisez pas les prophéties; mais examinez toutes choses, retenez ce qui est bon. Abstenez-vous de toute espèce de mal. que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même de toute manière, afin que tout votre esprit, votre âme et votre corps soient conservés irréprochables lors de l'avènement de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

(traduction Glaire, du Grand MISSEL-RITUEL ET VESPÉRAL, missel quotidien, ..imprimatur 1957.

-)

Si Saint Paul était ici, il dirait, poussez-vous de toutes prophéties qui ne sont pas conformes aux normes de la Sainte Église, surtout dans un domaine aussi grave qu'un conclave!
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Dim 08 Mar 2009, 11:38 am

Voici un texte, prouvant qu'un Pape ne peut pas être élu en dehors d'un Conclave! !


DU SUFFRAGE UNIVERSEL AU SUFFRAGE RESTREINT


Le Pape est le successeur de saint Pierre, tant sur le siège épiscopal de Rome, qu'à la tête de l'Église catholique. Les deux charges sont en lui confondues, mais il n'a la prééminence sur les autres évêques, il n'est, originairement, le chef de l'Église, qu'en raison de la primauté de l'Église de Rome sur toutes les autres églises particulières du monde. En d'autres termes, il n'est Pape que parce qu'évêque de Rome. L'évêque de Rome est, de droit, le chef de la Chrétienté, telle est la tradition de l'Église primitive. Ce fut pourquoi, pendant plus de dix siècles, « malgré le rayonnement de son autorité générale », l'évêque de Rome fut, comme les autres évêques d'alors, choisi, élu par les fidèles de son diocèse et les autres évêques de la province romaine, sans que « le reste de la catholicité revendiquât aucun droit d'immixtion dans la constitution du Pontificat romain. » Actuellement encore, comme le rappelait le cardinal Mercier, au lendemain du Conclave de Pie XI, « il ne faut pas perdre de vue que ce n'est pas à titre d'évêques représentant les divers pays réunis dans l'Église, que les cardinaux sont appelés au Conclave, c'est en leur qualité de titulaires des paroisses romaines, des Titres romains, pour employer la qualification traditionnelle. Membres, en cette qualité, du clergé romain, les cardinaux sont invités à désigner un titulaire à l'évêché de Rome : si l'élu est évêque et agrée l'élection qui est faite de sa personne, il est, du coup, le chef de l'Eglise... »

Comment on élit un pape
Georges Goyau et Paul Lesourd


Dernière édition par Marie-Madeleine le Dim 08 Mar 2009, 11:51 am, édité 1 fois
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Dim 08 Mar 2009, 11:39 am


Remontons aux origines chrétiennes ; observons-y comment, plusieurs siècles durant, la Rome chrétienne procède à l'élection de son évêque, dont le nom va s'inscrire sur la liste des papes.

« Ordinairement, c'est le troisième jour après la mort du Pontife que les évêques de la province romaine, ceux que nous appelons aujourd'hui suburbicaires, et qui sont encore comme les suffragants de l'archevêché de Rome, se réunissent dans la métropole. Ils convoquent, à un jour donné, le clergé et le peuple de la ville dans la cathédrale du Latran ou dans quelque autre église. Sous, leur présidence, le peuple et le bas clergé formulent leurs vœux et acclament quelque candidature. Le groupe des notables, sénateurs, magistrats, officiers de l'armée, discutent les mérites de cette candidature, l'adoptent ou lui en opposent une autre. Le groupe des dignitaires ecclésiastiques, prêtres cardinati ou titulaires permanents des principales églises, primates cleri ou fonctionnaires occupant quelque charge importante dans l'administration et les tribunaux ecclésiastiques, font à leur tour un choix. Si les évêques présidants trouvent le choix bon, ils le ratifient en consacrant et en intronisant solennellement le nouveau Pontife dont le fait de succéder à saint Pierre sur le siège de Rome constitue, ipso facto, le Chef suprême de l'Église universelle. »

Ce mode d'élection ne tarda pas à provoquer des intrigues, des rivalités, des troubles, des rixes, des scandales, voire même des schismes. Dès le III siècle on voyait surgir des anti-papes. Pour prévenir ces désordres et ces luttes, quelques papes essayèrent de se désigner de leur vivant un successeur : ces tentatives furent sans lendemain. Ce qui tout au contraire s'acclimata peu à peu, ce fut l'habitude que prit le pouvoir civil, d'intervenir en cette matière sacrée. Le premier exemple en fut donné par l'empereur Honorius, en 418, lors de l'avènement du pape Boniface Ier. Les rois goths, les empereurs de Byzance, ne tardèrent pas à céder à cette ambitieuse tentation : mettre sur le siège de Rome un homme d'Église qui serait leur créature.


Dernière édition par Marie-Madeleine le Dim 08 Mar 2009, 11:50 am, édité 1 fois
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Dim 08 Mar 2009, 11:40 am



On ne parla tout d'abord, au milieu du VI siècle, que d' « approbation impériale » ; mais cette « approbation », bientôt, allait avoir une rançon : malgré la courageuse résistance d'un certain nombre de papes, la tutelle des souverainetés civiles allait lourdement peser sur la papauté : tutelle des empereurs de Byzance ou des rois lombards. Au VIIIe siècle, avec l'appui de Charles Martel, de Pépin le Bref, les Papes surent réagir, se comporter en « défenseurs de la cité », en maîtres de la Ville Eternelle. Mais dès la fin du IXe et surtout du X siècle, une autre tentative, plus redoutable encore, menaçait leur indépendance : les Césars germaniques voulaient disposer de la Papauté. Parfois viciées par leur immixtion, les élections papales entraînèrent avec elles bien des misères, dont les âmes ferventes furent endolories.

« Durant cette époque, écrit Lucius Lector, où de la dissolution de l'œuvre politique de Charlemagne sort un entrechoquement encore incohérent de mœurs barbares et de traditions civilisées, d'organisation rudimentaire ment féodale, d'instincts démocratiques, d'invocations et d'ambitions césariennes, de vieux peuples du midi et de races encore incultes du nord, Rome est un champ clos où s'aiguise le conflit d'éléments hétérogènes qui n'ont pas encore trouvé leur coordination définitive. Cette situation se reflète nécessairement dans la succession de ses pontifes. L'importance de leur rôle général est ressentie par tous ; aussi, tous veulent-ils se mêler de leur élection, au bénéfice de multiples intérêts particuliers. Dans cette collision universelle, les Papes, sans être toujours des hommes de génie, sans pouvoir toujours se dégager des influences qui les pressent de toutes parts, se montrent, au fond, toujours supérieurs aux hommes de leur temps et portent en eux, avec une remarquable persévérance de vues et d'idées, la conscience de leur rôle et de leur mission.
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Dim 08 Mar 2009, 11:41 am


« Certains ont pu accuser des faiblesses de caractère ou des faiblesses d'intelligence; quelques-uns même, dans la suite, ont pu, dans leur vie privée, demeurer au-dessous de leur devoir : cela importe peu. Non seulement la doctrine et le dogme n'en ont jamais ressenti aucune atteinte, mais, même dans les actes généraux de leur gouvernement ecclésiastique, il est aisé de suivre, à travers les fluctuations des passions humaines et des institutions transitoires, le déploiement continu de l'idée pontificale ne subissant guère d'interruption. Le siècle qui suivra celui de Charlemagne offrira l'image d'une confusion sociale et politique plus complète encore. Mais malgré des tâtonnements et des défaillances, la direction centrale de l'Eglise ne déviera pas de la notion du pontificat considéré comme force d'impulsion, d'organisation et d'incessante restauration morale, qui ne demande que la liberté pour s'épanouir et se développer.

« Certes, on peut regretter ces tâtonnements et ces défaillances : l'historien et le penseur ne s'en étonnent point. Les idées, les mœurs et les bouleversements du temps y entrent pour beaucoup. Une grande part en revient, notamment, aux inconvénients qu'emportait avec soi un système d'élection dont les garanties de sincérité, de liberté et d'efficacité étaient insuffisantes. La réforme, il est vrai, s'en fait attendre trop longtemps. Mais il faut bien le reconnaître aussi, on y tend et on s'en préoccupe sans cesse. L'Église, — et c'est là sa grandeur :— finira par trouver en elle-même la force de préparer, d'entreprendre et de faire triompher cette laborieuse réforme.
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Dim 08 Mar 2009, 11:45 am

« Rien n'est mieux fait que ce spectacle pour donner à l'observateur sagace l'idée de la puissance intérieure et de la vitalité latente de cette institution qui, à travers les âges, se renouvelle et se rajeunit elle-même, dans la partie contingente de son organisation. Même dans les vicissitudes extérieures de sa vie, l'on ne peut s'empêcher de soupçonner le jeu d'une force en quelque sorte providentielle ; mens agitat molem, devra se dire le penseur impartial, lors même qu'il ne tiendra compte que des faits humains et purement historiques. Rien d'étonnant donc à ce que le croyant cherche et trouve dans l'Évangile la pleine explication de cette fatidique des¬tinée : Fluctuat nec mergitur (1)... »

L'honneur d'une première réforme des élections pontificales, viciées par la simonie, revient à ce grand moine de Cluny que fut Hildebrand, — le futur Grégoire VII. — Il la conçut au milieu du XI siècle : réalisateur habile, il sut la faire accomplir progressivement par le Pape lui-même. C'était en 1059 : Nicolas II convoquait à Rome un concile de 113 évêques. Au terme de ce concile, la constitution In nomine Domini (13 avril 1059) stipulait que dorénavant, les seuls hauts dignitaires du clergé romain, « ceux que, depuis longtemps, on appelait les Cardinaux (2) — les Pivots — de l'Église romaine », les cardinaux-évêques dont le pape Jean IX avait renforcé la prépondérance, devraient seuls décider l'élection. Pour éviter, cependant, de « briser brusquement avec la tradition séculaire, les autres cardinaux non évêques seraient appelés ensuite à donner leur adhésion, le clergé inférieur et le peuple leur consentement. Ces deux derniers facteurs, désormais, n'étaient guère convoqués que pour la forme : ils pouvaient, à la rigueur, refuser adhésion et consentement ; et en ce cas les cardinaux-évêques auraient pu, tout au plus, être amenés à recommencer une élection dont ils avaient seuls l'initiative et la responsabilité. »-


(1) Lucius Lector,
(2) Le Conclave, pp. 38-4o.
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Dim 08 Mar 2009, 11:46 am

Le haut clergé romain était constitué par les évêques assistants ou suburbicaires de Rome et par « les prêtres cardinati immatriculés, en quelque sorte, comme titulaires ou curés inamovibles des principales églises de Rome », exerçant le ministère pastoral « tandis que l'administration ecclésiastique était confiée plus spécialement à un certain nombre de diacres ». Telle est l'origine des divers ordres de cardinaux.

A l'époque carolingienne, « à la vieille qualification classique des cardinati s'est substituée, dans l'usage de la langue courante, celle de Cardinales, pour désigner, par extension, les dignitaires de l'ordre clérical comme les pivots sur lesquels repose le gouvernement de l'Eglise universelle, expression qu'emploiera, plus tard, Eugène IV ».

Le Pape était, en fait, désormais élu au suffrage restreint et par les seuls cardinaux-évêques. En outre, il était prévu que « si, par suite de troubles ou de périls l'élection ne pouvait se faire à Rome les cardinaux-évêques pourraient y procéder en tout autre lieu qu'ils jugeraient convenable, en s'associant quelques clercs ou laïques, quoique en petit nombre. »
Cette mesure pouvait éliminer certaines influences, elle pouvait supprimer certains abus. Mais une autre phrase, introduite dans la Constitution par les soins d'Hildebrand, mettait en relief l'universalité de l'Église et le caractère spécial, quasi international que confère à l'évêque de Rome le fait qu'il est de droit le Pape : « Si Rome, précisait-on, présente des candidats dignes et capables, il conviendra de choisir de préférence le pape parmi eux. Mais si tel n'est pas le cas, qu'on le choisisse dans le personnel de l'Église tout entière. »

A la faveur de ces précisions opportunes, la papauté allait s'acheminer vers la liberté dans les élections pontificales, vers l'indépendance absolue du Souverain Pontife.
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Dim 08 Mar 2009, 11:48 am


« Les factions locales, explique excellemment Lucius Lector, supprimaient la sincérité du vote pour avoir un pape toujours romain ou du moins toujours italien ; les empereurs germaniques confisquaient la liberté de l'élection, pour nommer toujours un pontife allemand qui se fît le chapelain de leur politique. Grégoire VII veut, au contraire, que le chef de l'Église universelle puisse appartenir à n'importe quelle nationalité ; qu'il soit libre de s'élever au-dessus des compétitions nationales, pour s'inspirer des seuls intérêts de la société catholique. Il s'efforce donc de dégager le corps électoral, duquel dépendra désormais l'élection du Pape, des amarres trop locales et des attaches trop exclusives, et de faire prévaloir, dans son sein, les considérations générales et internationales. Si un corps est composé d'hommes indépendants et qu'il se sente libre de ses décisions, toutes les prévisions humaines sont pour qu'il choisisse un digne chef à la chrétienté. On verra, du reste, parmi les papes qui seront élus sous l'influence de son esprit, des Italiens, des Allemands, des Français, des Anglais : ce sera vraiment la recherche du plus digne... L'un des plus grands mérites de cet homme de génie » que fut Hildebrand — Grégoire VII — « est d'avoir tracé à ses successeurs la voie au terme de laquelle se trouve la liberté des élections pontificales (1) ».

Sur cette voie ne manquèrent ni les obstacles ni les cahots ; des luttes mémorables mirent aux prises « le Sacerdoce et l'Empire ». Mais dès 1180 l'œuvre réformatrice de Nicolas II et de Grégoire VII était complétée par Alexandre III : il faisait décréter par le concile œcuménique de Latran, réuni en 1180, que le Pape serait désormais élu, non plus par les seuls cardinaux-évêques, mais par tous les cardinaux :

« Si les cardinaux, stipulait-il en outre, ne peuvent s'accorder, avec une pleine et unanime concorde, sur l'élection du Souverain Pontife, celui-là seulement qui sera élu par les deux tiers des cardinaux sera, sans aucune exception ni opposition, considéré par toute l'Église comme le vrai Pape ; au contraire celui qui, élu par un nombre de voix inférieur à celui des deux tiers, usurperait l'autorité ou la dignité pontificale, sera excommunié et privé de tous les ordres. Ceux qui le reconnaîtraient comme Pape ou qui le recevraient comme tel seront frappés des mêmes peines. »
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conclave mystérieux, fins des temps et millénarisme

Message  Diane le Dim 08 Mar 2009, 11:49 am

Adieu l'intervention impériale, adieu la participation du clergé ou du peuple ! Nous sommes au temps où les évêques des diocèses sont élus par les chapitres des cathédrales ; pareillement, voilà se constituer, en un corps unique et homogène, le Sacré Collège, « sorte de grand chapitre de l'Église Mère et Maîtresse » ; et ce corps « élira, dans la personne de son évêque, le chef commun de tous les fidèles ». Pour l'instant, grâce à de telles mesures, le péril que créait, pour la concorde du monde chrétien, l'élection d'antipapes, favoris des empereurs, parut conjuré.


(1) Lucius Lecfor, Le Conclave, pp. 69-71.
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum