Le vrai visage de l'euthanasie.

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Sam 09 Avr 2016, 9:40 am

Bonne initiative, Anne-Marie...

avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Sam 09 Avr 2016, 11:30 am

gabrielle a écrit:Bonne initiative, Anne-Marie...
En effet. Je n'y manquerai pas. Merci Anne-Marie. A la Grâce de Dieu.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31867
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  Roger Boivin le Sam 16 Avr 2016, 4:27 pm

Spoiler:
Le projet de loi a été présenté ; ils ont jusqu'au 6 juin pour modifier le Code criminel ; donc, on continue la neuvaine :

Le projet de loi fédéral autorisant l'aide médicale à mourir présenté jeudi par la ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould et sa collègue à la Santé Jane Philpott ne s'appliquera qu'aux personnes dont « la mort est devenue raisonnablement prévisible », peu importe qu'un pronostic concernant son espérance de vie ait été établi.

Un texte de François Messier

Le projet de loi C-14 répond à l'arrêt Carter, rendu par la Cour suprême du Canada en février 2015. Le plus haut tribunal du pays avait jugé inconstitutionnel l'article du Code criminel interdisant à un médecin d'aider quelqu'un à mourir dans des circonstances bien précises.

Ce jugement avait ouvert la porte à l'aide médicale à mourir à trois conditions : le demandeur devait être atteint de problèmes de santé « graves et irrémédiables », éprouvé des « souffrances persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition », et être en mesure d'offrir un consentement éclairé.

Tous ces éléments figurent dans le projet de loi.

Une personne souffrant d'un problème de santé « grave et irrémédiable », peut-on y lire, doit être « atteinte d'une maladie, d'une affection ou d'un handicap graves et incurables ».

Sa situation doit se caractériser « par un déclin avancé et irréversible de ses capacités » qui lui cause des « souffrances physiques ou psychologiques persistantes qui lui sont intolérables et qui ne peuvent être apaisées dans des conditions qu'elle juge acceptables. »

Sa « mort naturelle » doit en outre être « devenue raisonnablement prévisible, compte tenu de l'ensemble de sa situation médicale, sans pour autant qu'un pronostic ait été établi quant à son espérance de vie ».

Cette approche s'avère plus stricte que celle proposée par un comité parlementaire conjoint en février. Ce dernier avait recommandé d'élargir l'accessibilité à l'aide médicale à mourir aux mineurs matures et aux patients psychiatrisés. Pour l'heure, le gouvernement se borne à dire que ces options seront « explorées ».

Ottawa estime que son approche « établit l'équilibre le plus approprié entre, d'une part, l'autonomie des personnes et, d'autre part, les intérêts des personnes vulnérables qui ont besoin de protection et ceux de la société », comme il est dit dans le préambule du projet de loi.

Le droit à l'aide médicale à mourir serait réservé aux personnes qui sont admissibles aux soins de santé financés par l'État, afin d'éviter du tourisme médical.

Concrètement, la personne qui répond aux critères du gouvernement devra offrir son consentement libre et éclairé. Toute personne qui « conseille » à une personne de donner la mort ou qui « l'encourage » en ce sens s'exposera à des poursuites.

La personne qui veut obtenir une aide médicale à mourir devra présenter une demande écrite, datée et signée, après avoir été avisée que sa mort naturelle est raisonnablement prévisible par un médecin. La demande écrite devra être faite devant deux témoins indépendants.

Le médecin appelé à mettre un terme aux jours d'un malade devra en outre s'assurer qu'il a été informé qu'il peut « en tout temps et par tout moyen retirer sa demande », et s'assurer qu'un autre médecin ou un infirmier praticien confirme le respect des critères, et qu'ils sont indépendants.

Une période quinze jours devra en outre s'écouler entre la présentation de la demande signée et l'offre d'aide à mourir, à moins que la perte de la capacité à fournir un consentement éclairé soit « imminente ».

La personne qui a demandé l'aide médicale à mourir devra aussi se voir offrir par le médecin la possibilité de retirer sa demande « immédiatement » avant que l'aide médicale à mourir ne soit offerte. Le médecin devra aussi « s'assurer qu'elle consent expressément à recevoir l'aide médicale à mourir » une fois de plus.

Aucun médecin ne sera par ailleurs forcé d'offrir l'aide médicale à mourir. Si cela lui pose un cas de confiance, il pourra référer de telles demandes à un collègue.

[bLes parlementaires ont jusqu'au 6 juin pour modifier le Code criminel [/b]afin de baliser l'aide médicale à mourir, grâce à un délai de quatre mois offert par la Cour suprême. Le temps presse d'autant plus pour les députés qu'il ne reste que six semaines de travaux d'ici là.

Le projet de loi devra être soumis aux trois lectures traditionnelles à la Chambre des communes et au Sénat, puis d'un examen d'un comité parlementaire et d'un comité sénatorial. Chacun de ces comités peut entendre des témoins, et les partis d'opposition ont déjà fait savoir qu'ils n'entendaient pas limiter les débats.

« À cause de la décision Carter, c'est certain qu'on n'a pas le genre de temps à notre disposition que le Québec a pu avoir par exemple », a reconnu le premier ministre canadien Justin Trudeau.

Les députés libéraux pourront voter selon leur conscience, à l'exception des membres du Conseil des ministres, qui devront l'appuyer. Les députés conservateurs, néo-démocrates et bloquistes pourront aussi voter librement.
http://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/laide-m%C3%A9dicale-%C3%A0-mourir-seulement-lorsque-la-mort-est-%C2%AB-raisonnablement-pr%C3%A9visible-%C2%BB/ar-BBrL3ff?li=AAggv0l&ocid=mailsignout



Reçu ce texte aujourd'hui :



POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Le projet de loi fédéral donne des exemptions pour meurtre, aide au suicide et administration d'un poison

Montréal, 15 avril 2016 – Alors que le Canada traverse une des pires crises de suicide de son histoire, le gouvernement fédéral vient de déposer son Projet de loi C-14 qui propose de légaliser à la fois l’euthanasie et le suicide assisté partout au Canada, encore sous le pseudonyme « aide médicale à mourir ». La valse des mots continue alors qu’on écorche encore les soins palliatifs en présentant « l’aide médicale à mourir » comme l’alternative à une mort souffrante et intolérable.

D’entrée de jeu, le projet de loi établit clairement la gravité de ce que notre société s’apprête à accepter : il modifie le Code criminel pour « créer des exemptions à l’égard des infractions d’homicide coupable, d’aide au suicide et d’administration d’une substance délétère, dans le but de permettre aux médecins et aux infirmiers praticiens de fournir l’aide médicale à mourir et aux pharmaciens ainsi qu’à d’autres personnes de leur porter assistance à cette occasion ».

Ces personnes ne seraient pas tenues criminellement responsables si elles devaient commettre une euthanasie ou aider un patient à se suicider. Pas plus que les personnes aidant le médecin ou l’infirmier praticien ou « quiconque fait quelque chose, à la demande expresse d’une autre personne, en vue d’aider celle-ci à s’administrer la substance qui a été prescrite pour elle dans le cadre de la prestation de l’aide médicale à mourir ». Tout citoyen et toute citoyenne pourra donc, sans craindre de poursuites judiciaires, aider une autre personne à se suicider si son état correspond aux critères établis par la loi: un parent, un ami, un frère, une sœur, etc.

Sans surprise, les personnes qui souffrent ne seront pas obligées d’être en fin de vie pour avoir accès au suicide assisté. On devra seulement reconnaître que leur « mort naturelle [est] devenue raisonnablement prévisible, [ce qui veut dire que ce n’est] pas nécessaire d’avoir une proximité précise de la mort ». Aux dernières nouvelles, il nous semble que toute mort est raisonnablement prévisible.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral ratisse large dans sa liste des conditions de vie qui ne valent pas la peine d’être vécues, en incluant les personnes avec une maladie, une affection ou un handicap graves et incurables, celles en perte d’autonomie ou celles avec des souffrances physiques ou psychologiques persistantes « qui lui sont intolérables et qui ne peuvent être apaisées dans des conditions qu’elle juge acceptables ». En dressant une série de circonstances où il sera maintenant acceptable de se suicider avec la participation d’un médecin et la complicité de l’État, le gouvernement fédéral cautionne un très grand nombre de raisons suffisantes pour vouloir mourir… à condition d’être âgé d’au moins 18 ans.

Nous sommes déjà bien loin de l’idée qu’on nous a vendue au départ : de quelques cas exceptionnels, nous sommes officiellement rendus à un soi-disant « soin de santé » au même titre que les autres. L’accès à l’euthanasie et au suicide assisté est tellement prioritaire que le projet de loi fédéral propose qu’une personne puisse abréger son temps de réflexion (fixé à 15 jours) si sa mort naturelle devient imminente – ce qui piétine du même coup l’argument de la Cour Suprême du Canada qui prétendait que « l’aide médicale à mourir » aurait pour effet d’empêcher des gens de s'enlever la vie prématurément...

En somme, devant l’écran de fumée qu’aura été le rapport scandaleux du Comité mixte, le projet de loi C-14 donne la fausse impression d’être strict et mesuré. Mais il suffit de lire plus loin pour comprendre où l’on veut en arriver : on estime déjà que « des études additionnelles sur les demandes par des mineurs matures, les demandes anticipées et les situations où la maladie mentale est le seul problème de santé sous-jacent » seront nécessaires après l’entrée en vigueur de la loi.

Il faut prévoir une loi éventuellement encore plus permissive. Elle viendra en son temps, lorsque la population aura avalé cette première pilule empoisonnée.

Quiconque respecte encore la dignité inhérente et inaliénable de chaque personne humaine et porte encore le souci du bien commun n’a qu’une chose à faire à l’heure actuelle : interpeller son député ou sa députée pour tenter de bloquer ce projet de loi indigne de la société canadienne.


Collectif médecins

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10583
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Sam 16 Avr 2016, 6:42 pm

Roger Boivin a écrit:
Spoiler:
Le projet de loi a été présenté ; ils ont jusqu'au 6 juin pour modifier le Code criminel ; donc, on continue la neuvaine :

Le projet de loi fédéral autorisant l'aide médicale à mourir présenté jeudi par la ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould et sa collègue à la Santé Jane Philpott ne s'appliquera qu'aux personnes dont « la mort est devenue raisonnablement prévisible », peu importe qu'un pronostic concernant son espérance de vie ait été établi.

Un texte de François Messier

Le projet de loi C-14 répond à l'arrêt Carter, rendu par la Cour suprême du Canada en février 2015. Le plus haut tribunal du pays avait jugé inconstitutionnel l'article du Code criminel interdisant à un médecin d'aider quelqu'un à mourir dans des circonstances bien précises.

Ce jugement avait ouvert la porte à l'aide médicale à mourir à trois conditions : le demandeur devait être atteint de problèmes de santé « graves et irrémédiables », éprouvé des « souffrances persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition », et être en mesure d'offrir un consentement éclairé.

Tous ces éléments figurent dans le projet de loi.

Une personne souffrant d'un problème de santé « grave et irrémédiable », peut-on y lire, doit être « atteinte d'une maladie, d'une affection ou d'un handicap graves et incurables ».

Sa situation doit se caractériser « par un déclin avancé et irréversible de ses capacités » qui lui cause des « souffrances physiques ou psychologiques persistantes qui lui sont intolérables et qui ne peuvent être apaisées dans des conditions qu'elle juge acceptables. »

Sa « mort naturelle » doit en outre être « devenue raisonnablement prévisible, compte tenu de l'ensemble de sa situation médicale, sans pour autant qu'un pronostic ait été établi quant à son espérance de vie ».

Cette approche s'avère plus stricte que celle proposée par un comité parlementaire conjoint en février. Ce dernier avait recommandé d'élargir l'accessibilité à l'aide médicale à mourir aux mineurs matures et aux patients psychiatrisés. Pour l'heure, le gouvernement se borne à dire que ces options seront « explorées ».

Ottawa estime que son approche « établit l'équilibre le plus approprié entre, d'une part, l'autonomie des personnes et, d'autre part, les intérêts des personnes vulnérables qui ont besoin de protection et ceux de la société », comme il est dit dans le préambule du projet de loi.

Le droit à l'aide médicale à mourir serait réservé aux personnes qui sont admissibles aux soins de santé financés par l'État, afin d'éviter du tourisme médical.

Concrètement, la personne qui répond aux critères du gouvernement devra offrir son consentement libre et éclairé. Toute personne qui « conseille » à une personne de donner la mort ou qui « l'encourage » en ce sens s'exposera à des poursuites.

La personne qui veut obtenir une aide médicale à mourir devra présenter une demande écrite, datée et signée, après avoir été avisée que sa mort naturelle est raisonnablement prévisible par un médecin. La demande écrite devra être faite devant deux témoins indépendants.

Le médecin appelé à mettre un terme aux jours d'un malade devra en outre s'assurer qu'il a été informé qu'il peut « en tout temps et par tout moyen retirer sa demande », et s'assurer qu'un autre médecin ou un infirmier praticien confirme le respect des critères, et qu'ils sont indépendants.

Une période quinze jours devra en outre s'écouler entre la présentation de la demande signée et l'offre d'aide à mourir, à moins que la perte de la capacité à fournir un consentement éclairé soit « imminente ».

La personne qui a demandé l'aide médicale à mourir devra aussi se voir offrir par le médecin la possibilité de retirer sa demande « immédiatement » avant que l'aide médicale à mourir ne soit offerte. Le médecin devra aussi « s'assurer qu'elle consent expressément à recevoir l'aide médicale à mourir » une fois de plus.

Aucun médecin ne sera par ailleurs forcé d'offrir l'aide médicale à mourir. Si cela lui pose un cas de confiance, il pourra référer de telles demandes à un collègue.

[bLes parlementaires ont jusqu'au 6 juin pour modifier le Code criminel [/b]afin de baliser l'aide médicale à mourir, grâce à un délai de quatre mois offert par la Cour suprême. Le temps presse d'autant plus pour les députés qu'il ne reste que six semaines de travaux d'ici là.

Le projet de loi devra être soumis aux trois lectures traditionnelles à la Chambre des communes et au Sénat, puis d'un examen d'un comité parlementaire et d'un comité sénatorial. Chacun de ces comités peut entendre des témoins, et les partis d'opposition ont déjà fait savoir qu'ils n'entendaient pas limiter les débats.

« À cause de la décision Carter, c'est certain qu'on n'a pas le genre de temps à notre disposition que le Québec a pu avoir par exemple », a reconnu le premier ministre canadien Justin Trudeau.

Les députés libéraux pourront voter selon leur conscience, à l'exception des membres du Conseil des ministres, qui devront l'appuyer. Les députés conservateurs, néo-démocrates et bloquistes pourront aussi voter librement.
http://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/laide-m%C3%A9dicale-%C3%A0-mourir-seulement-lorsque-la-mort-est-%C2%AB-raisonnablement-pr%C3%A9visible-%C2%BB/ar-BBrL3ff?li=AAggv0l&ocid=mailsignout



Reçu ce texte aujourd'hui :



POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Le projet de loi fédéral donne des exemptions pour meurtre, aide au suicide et administration d'un poison

Montréal, 15 avril 2016 – Alors que le Canada traverse une des pires crises de suicide de son histoire, le gouvernement fédéral vient de déposer son Projet de loi C-14 qui propose de légaliser à la fois l’euthanasie et le suicide assisté partout au Canada, encore sous le pseudonyme « aide médicale à mourir ». La valse des mots continue alors qu’on écorche encore les soins palliatifs en présentant « l’aide médicale à mourir » comme l’alternative à une mort souffrante et intolérable.

D’entrée de jeu, le projet de loi établit clairement la gravité de ce que notre société s’apprête à accepter : il modifie le Code criminel pour « créer des exemptions à l’égard des infractions d’homicide coupable, d’aide au suicide et d’administration d’une substance délétère, dans le but de permettre aux médecins et aux infirmiers praticiens de fournir l’aide médicale à mourir et aux pharmaciens ainsi qu’à d’autres personnes de leur porter assistance à cette occasion ».

Ces personnes ne seraient pas tenues criminellement responsables si elles devaient commettre une euthanasie ou aider un patient à se suicider. Pas plus que les personnes aidant le médecin ou l’infirmier praticien ou « quiconque fait quelque chose, à la demande expresse d’une autre personne, en vue d’aider celle-ci à s’administrer la substance qui a été prescrite pour elle dans le cadre de la prestation de l’aide médicale à mourir ». Tout citoyen et toute citoyenne pourra donc, sans craindre de poursuites judiciaires, aider une autre personne à se suicider si son état correspond aux critères établis par la loi: un parent, un ami, un frère, une sœur, etc.

Sans surprise, les personnes qui souffrent ne seront pas obligées d’être en fin de vie pour avoir accès au suicide assisté. On devra seulement reconnaître que leur « mort naturelle [est] devenue raisonnablement prévisible, [ce qui veut dire que ce n’est] pas nécessaire d’avoir une proximité précise de la mort ». Aux dernières nouvelles, il nous semble que toute mort est raisonnablement prévisible.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral ratisse large dans sa liste des conditions de vie qui ne valent pas la peine d’être vécues, en incluant les personnes avec une maladie, une affection ou un handicap graves et incurables, celles en perte d’autonomie ou celles avec des souffrances physiques ou psychologiques persistantes « qui lui sont intolérables et qui ne peuvent être apaisées dans des conditions qu’elle juge acceptables ». En dressant une série de circonstances où il sera maintenant acceptable de se suicider avec la participation d’un médecin et la complicité de l’État, le gouvernement fédéral cautionne un très grand nombre de raisons suffisantes pour vouloir mourir… à condition d’être âgé d’au moins 18 ans.

Nous sommes déjà bien loin de l’idée qu’on nous a vendue au départ : de quelques cas exceptionnels, nous sommes officiellement rendus à un soi-disant « soin de santé » au même titre que les autres. L’accès à l’euthanasie et au suicide assisté est tellement prioritaire que le projet de loi fédéral propose qu’une personne puisse abréger son temps de réflexion (fixé à 15 jours) si sa mort naturelle devient imminente – ce qui piétine du même coup l’argument de la Cour Suprême du Canada qui prétendait que « l’aide médicale à mourir » aurait pour effet d’empêcher des gens de s'enlever la vie prématurément...

En somme, devant l’écran de fumée qu’aura été le rapport scandaleux du Comité mixte, le projet de loi C-14 donne la fausse impression d’être strict et mesuré. Mais il suffit de lire plus loin pour comprendre où l’on veut en arriver : on estime déjà que « des études additionnelles sur les demandes par des mineurs matures, les demandes anticipées et les situations où la maladie mentale est le seul problème de santé sous-jacent » seront nécessaires après l’entrée en vigueur de la loi.

Il faut prévoir une loi éventuellement encore plus permissive. Elle viendra en son temps, lorsque la population aura avalé cette première pilule empoisonnée.

Quiconque respecte encore la dignité inhérente et inaliénable de chaque personne humaine et porte encore le souci du bien commun n’a qu’une chose à faire à l’heure actuelle : interpeller son député ou sa députée pour tenter de bloquer ce projet de loi indigne de la société canadienne.
Collectif médecins


Merci Roger.  Et on continue la neuvaine pour empêcher cette maudite loi de passer.


Dernière édition par ROBERT. le Sam 16 Avr 2016, 6:44 pm, édité 1 fois (Raison : ajout.)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31867
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Jeu 21 Avr 2016, 8:12 am

L’hématologue-oncologue de l’hôpital du Sacré-Coeur à Montréal, Caroline Girouard, juge que la loi québécoise, déjà en vigueur, crée une telle « confusion dans la tête des patients ». Elle relate le cas récent d’un patient hospitalisé à qui elle a proposé un médicament pour l’aider à respirer. « La réponse du patient a été : “ Non ! Je la veux pas, la piqûre. Je la veux pas ! ” En refusant les soins médicaux qui auraient pu le soulager parce qu’il avait peur que je l’euthanasie, cela a prolongé son agonie. »

http://www.ledevoir.com/politique/canada/468659/aide-medicale-a-mourir-les-dirigeants-religieux-regimbent

Je savais pas que la loi était en vigueur au Québec... Shocked depuis quand?
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  Louis le Jeu 21 Avr 2016, 8:51 am

La Loi concernant les soins de fin de vie a été adoptée le 5 juin 2014 et sanctionnée le 10 juin 2014. Les dispositions de cette loi qui sont diffusées dans cette page sont entrées en vigueur le 10 décembre 2015.
______________________________________

http://sante.gouv.qc.ca/programmes-et-mesures-daide/loi-concernant-les-soins-de-fin-de-vie/


_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10767
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Jeu 21 Avr 2016, 10:19 am

Louis a écrit:
La Loi concernant les soins de fin de vie ...
______________________________________

http://sante.gouv.qc.ca/programmes-et-mesures-daide/loi-concernant-les-soins-de-fin-de-vie/


Voilà pourquoi cette maudite loi est passée comme du beurre dans la poêle.

Les soins en fin de vie passent beaucoup mieux que l'aide médicale à mourir, comme il est mentionné un peu plus loin dans le lien..

Si la loi avait eu comme titre: Loi concernant l'aide médicale à mourir, je ne suis pas sûr qu'elle aurait passée.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31867
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Ven 22 Avr 2016, 7:53 am

Merci
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Dim 24 Avr 2016, 8:03 am

La loi est en vigueur au Québec mais est-elle légale constitutionnellement. Le Québec étant régit, je pense, par les lois fédérales.

Si le 6 juin Ottawa vote contre l'euthanasie, la loi québécoise sera hors la loi.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  Arthur le Dim 24 Avr 2016, 8:14 am

Vous avez raison mais le gouvernement du Québec veut contourner cette possibilité en affirmant que c'est un acte médical, donc de juridiction provinciale, d'où le terme "Soin de fin de vie ".

Arthur

Nombre de messages : 1496
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Dim 24 Avr 2016, 8:23 am

Arthur a écrit:Vous avez raison mais le gouvernement du Québec veut contourner cette possibilité en affirmant que c'est un acte médical, donc de juridiction provinciale, d'où le terme "Soin de fin de vie ".

Merci... j'y vois plus clair
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Dim 24 Avr 2016, 10:55 am

Arthur a écrit:Vous avez raison mais le gouvernement du Québec veut contourner cette possibilité en affirmant que c'est un acte médical, donc de juridiction provinciale, d'où le terme "Soin de fin de vie ".

Un "soin de fin de vie" = une aide médicale à mourir ? Hello, Dr. Barrette ?  

Si je vous comprends bien Arthur, Québec est plus retors qu'Ottawa.

Que ça vienne de Québec et/ou d'Ottawa, ce sera toujours un meurtre, un suicide assisté.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31867
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  Roger Boivin le Ven 13 Mai 2016, 8:35 pm



Pays-Bas: une victime de viol obtient d'être euthanasiée pour mettre fin à son traumatisme


La décision crée la polémique. La Commission Néerlandaise à l'Euthanasie (CNE) a autorisé l'année dernière une jeune femme victime d'abus sexuels à mourir grâce à l'assistance de médecins. Ce cas vient seulement d'être rendu public par la commission, soulevant un vif débat quant à l'opportunité d'une telle décision. Les spécialistes ont estimé que son traumatisme était incurable, et que l'euthanasie serait pour elle une forme de libération.

Plusieurs abus sexuels pendant l'enfance

La jeune femme, âgée d'une vingtaine d'années mais dont l'identité n'a pas été révélée, avait subi plusieurs abus sexuels alors qu'elle avait entre cinq et 15 ans. Selon plusieurs psychiatres, qui ont longuement examiné la jeune femme, son traumatisme était "insupportable" et "incurable" comme l'explique CBS News. La jeune femme souffrait d'anorexie, de dépression chronique, de tendances à l'auto-mutilation, d'hallucinations et restait alitée en permanence.

Conformément au droit hollandais, qui a légalisé l'euthanasie en 2002, la jeune femme a donc reçu une dose létale de médicament. Selon les juristes de la CNE, lui refuser l'euthanasie aurait été illégal, la loi de 2002 autorisant l'euthanasie pour les personnes dont les souffrances sont jugées "sans solution".

56 personnes en 2015

D'après les statistiques publiées par la Commission, cette jeune femme fait partie des 56 personnes dont l'euthanasie a été légalement autorisée en 2015 aux Pays-Bas. Un nombre qui comporte une proportion élevée de citoyens étrangers, venus spécialement dans le pays pour bénéficier d'une mort assistée.

Si aux Pays-Bas la nouvelle est passée quelque peu inaperçue, elle a relancé un débat difficile au Royaume-Uni ou les pro-euthanasie réclament une loi de longue date. Le député travailliste Robert Flello a balayé cette idée, en argumentant que ce cas était l'exemple type de ce qu'il refusait. Il a expliqué que c'était comme dire aux victimes de viol "vous devez être punie par la peine de mort".


http://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/pays-bas-une-victime-de-viol-obtient-d%C3%AAtre-euthanasi%C3%A9e-pour-mettre-fin-%C3%A0-son-traumatisme/ar-BBt0wy3?li=AAgh0dy&ocid=mailsignout

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10583
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Sam 14 Mai 2016, 8:26 am

Il a expliqué que c'était comme dire aux victimes de viol "vous devez être punie par la peine de mort".

Il a raison. C'est carrément un sens inverse, dans certains États américains la peine de mort est applicable en cas de viol. Maintenant c'est la victime que l'on tue... cette malheureuse jeune femme aurait pu s'en sortir , cela aurait prit du temps et de la patience... si la charité était encore la vertu reine dans ce monde, la petite aurait reprit courage...
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  Benjamin le Sam 14 Mai 2016, 8:36 am


Comme disait quelqu'un sur un autre site : comme ça, non seulement les femmes européennes se font de plus en plus violer par les "migrants" du "Tiers-Monde", mais en plus leur psychiatre juif leur conseillera de se suicider. D'une pierre deux coups : viol et meurtre d'Européennes, le N.O.M. est content, cela lui rappelle les hordes de Mongols qu'il nous avait envoyés en 1945 Rolling Eyes
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6086
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Sam 14 Mai 2016, 9:01 am

Benjamin a écrit:
Comme disait quelqu'un sur un autre site : comme ça, non seulement les femmes européennes se font de plus en plus violer par les "migrants" du "Tiers-Monde", mais en plus leur psychiatre juif leur conseillera de se suicider. D'une pierre deux coups : viol et meurtre d'Européennes, le N.O.M. est content, cela lui rappelle les hordes de Mongols qu'il nous avait envoyés en 1945 Rolling Eyes

Je ne suis pas certaine que tous les psy soient j...., et il ne s,agit plus que de la seule Europe, cela s'étend partout dans le monde.

Pour les viols, comme celui de cette jeune femme, la quasi majorité du temps cela est le fait de quelqu'un de proche et non d'un migrant.

Quand les agressions commencent en si bas âge, faut pas chercher l'agresseur trop loin de la victime
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  Louis le Sam 14 Mai 2016, 9:40 am

gabrielle a écrit:
Benjamin a écrit:
Comme disait quelqu'un sur un autre site : comme ça, non seulement les femmes européennes se font de plus en plus violer par les "migrants" du "Tiers-Monde", mais en plus leur psychiatre juif leur conseillera de se suicider. D'une pierre deux coups : viol et meurtre d'Européennes, le N.O.M. est content, cela lui rappelle les hordes de Mongols qu'il nous avait envoyés en 1945 Rolling Eyes

Je ne suis pas certaine que tous les psy soient j...., et il ne s,agit plus que de la seule Europe, cela s'étend partout dans le monde.

Pour les viols, comme celui de cette jeune femme, la quasi majorité du temps cela est le fait de quelqu'un de proche et non d'un migrant.

Quand les agressions commencent en si bas âge, faut pas chercher l'agresseur trop loin de la victime

A propos de cette jeune femme, s’agit-il de celle-ci ?

Les autorités néerlandaises viennent de révéler qu’une jeune femme d’une vingtaine d’années a été euthanasiée l’an dernier car elle souffrait d’un syndrome de stress post-traumatique. Enfant, elle avait subi de graves et nombreux traumatismes, ayant été notamment victime d’abus sexuels, selon les informations divulguées par la commission chargée du suivi de l’euthanasie dans ce pays. Le traumatisme s’est révélé 15 ans après les faits. Les médecins ont accepté de mettre fin à sa vie, ainsi que le permet la loi des Pays-Bas, où l’euthanasie a été dépénalisée depuis 2001 ; cela, malgré les signes positifs d’améliorations qu’une thérapie intensive avait apportés à la jeune hollandaise deux ans avant sa mort.

Et un \"papier" anglais ajoute a écrit: It went ahead despite improvements in the woman's psychological condition after 'intensive therapy' two years ago, and even though doctors in the Netherlands accept that a demand for death from a psychiatric patient may be no more than a cry for help.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10767
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  Benjamin le Sam 14 Mai 2016, 10:03 am

gabrielle a écrit:
Benjamin a écrit:
Comme disait quelqu'un sur un autre site : comme ça, non seulement les femmes européennes se font de plus en plus violer par les "migrants" du "Tiers-Monde", mais en plus leur psychiatre juif leur conseillera de se suicider. D'une pierre deux coups : viol et meurtre d'Européennes, le N.O.M. est content, cela lui rappelle les hordes de Mongols qu'il nous avait envoyés en 1945 Rolling Eyes

Je ne suis pas certaine que tous les psy soient j...., et il ne s,agit plus que de la seule Europe, cela s'étend partout dans le monde.

Pour les viols, comme celui de cette jeune femme, la quasi majorité du temps cela est le fait de quelqu'un de proche et non d'un migrant.

Quand les agressions commencent en si bas âge, faut pas chercher l'agresseur trop loin de la victime

Il va bien falloir que tu te rendes compte de leurs motivations raciales et du tableau plus large des évènements ; j'ai souvent remarqué que tu es "trop gentille", que tu évites le sujet de la race même lorsque ce sont tes ennemis qui l'apportent de manière violente, et que tu cherches l'explication la moins perverse en face de pervers, un peu comme si tu ne les connaissais pas ou ne voulais pas voir ce qu'ils ont dans la tête. Tu ne te rends pas compte de ce que nous avons en face, ce sont des monstres.

Pour le contexte plus précis de ton commentaire d'aujourd'hui, il faut bien que tu te rendes compte que :

1°) La scène se déroule aux Pays-Bas, pays d'Europe.

2°) La victime est probablement une Européenne, et quoiqu'il en soit, cette mesure d'euthanasie introduite aux Pays-Bas, pays d'Europe, est essentiellement destinée aux femmes Européennes.

3°) Les viols de femmes et de filles Européennes quelle que soit leur tranche d'âge n'iront qu'en augmentant à l'avenir, tu as bien vu ce qui se passe depuis un an ou deux (sans parler des "petits amis violents" importés du "Tiers-Monde" depuis des décennies), et tu vois bien que cette tendance est essentiellement due aux envahisseurs que le N.O.M. fait venir, et non aux tontons pédophiles du coin. Tu vois bien les arnaques de la secte au niveau religieux, qui crée la confusion en mélangeant tout et qui agit de façon perverse, donc pourquoi pas ici, pourtant c'est la même chose...

4°) Ce qui se passe n'est que la suite, le répétition et le prolongement de ce qui s'est déjà passé en Europe en 1944-1947, et les chefs qui ont commandité cela sont les mêmes, et les motivations sont les mêmes.

5°) Le N.O.M. mène une guerre tout particulièrement et en premier lieu contre les Européens au sens racial du terme, où qu'ils se trouvent sur la planète ; si tu ne veux pas entendre parler de race c'est qu'ils ont déjà gagné avec leur propagande sur ce point, puisque c'est entre autres sur ce critère qu'ils te font la guerre, même au-delà de la Religion, même si tu étais une athée.

6°) Évidemment que TOUS les psychiatres ne sont pas de leur tribu, mais beaucoup le sont et tu sais bien que c'est l'un de leurs "métiers" de niche et de prédilection, qu'ils s'en servent, et que lorsque tu n'as pas un authentique étoilé en face de toi tu as de toute façon un type qui a appris à penser comme eux.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6086
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Sam 14 Mai 2016, 11:56 am

gabrielle a écrit:
Il a expliqué que c'était comme dire aux victimes de viol "vous devez être punie par la peine de mort".
...si la charité était encore la vertu reine dans ce monde, la petite aurait reprit courage...

Vertu théologale méconnue dans le monde aujourd'hui.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31867
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  Benjamin le Sam 14 Mai 2016, 12:04 pm

ROBERT. a écrit:
gabrielle a écrit:
Il a expliqué que c'était comme dire aux victimes de viol "vous devez être punie par la peine de mort".
...si la charité était encore la vertu reine dans ce monde, la petite aurait reprit courage...

Vertu théologale méconnue dans le monde aujourd'hui.

C'est logique, peut-on attendre la Charité d'un monde qui n'a plus la Foi.
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 6086
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Sam 14 Mai 2016, 12:17 pm

ROBERT. a écrit:
gabrielle a écrit:
Il a expliqué que c'était comme dire aux victimes de viol "vous devez être punie par la peine de mort".
...si la charité était encore la vertu reine dans ce monde, la petite aurait reprit courage...

Vertu théologale méconnue dans le monde aujourd'hui.

Vous faites preuve, chère Gabrielle, de la plus grande charité dans tous vos commentaires.

Pour info: relire les commentaires de Saint Jean Chrysostôme sur l’éloge de la Charité (I Corinthiens XIII, 8) :

http://messe.forumactif.org/t6933-eloges-de-la-charite#125717
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31867
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Sam 14 Mai 2016, 12:19 pm

Benjamin a écrit:
ROBERT. a écrit:
gabrielle a écrit:
Il a expliqué que c'était comme dire aux victimes de viol "vous devez être punie par la peine de mort".
...si la charité était encore la vertu reine dans ce monde, la petite aurait reprit courage...

Vertu théologale méconnue dans le monde aujourd'hui.

C'est logique, peut-on attendre la Charité d'un monde qui n'a plus la Foi.

Évidemment, NON. Si le monde n'a plus la Foi, il lui manque et l’Espérance et la Charité.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31867
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Dim 15 Mai 2016, 7:31 am

Benjamin a écrit:
Spoiler:

gabrielle a écrit:
Benjamin a écrit:
Comme disait quelqu'un sur un autre site : comme ça, non seulement les femmes européennes se font de plus en plus violer par les "migrants" du "Tiers-Monde", mais en plus leur psychiatre juif leur conseillera de se suicider. D'une pierre deux coups : viol et meurtre d'Européennes, le N.O.M. est content, cela lui rappelle les hordes de Mongols qu'il nous avait envoyés en 1945 Rolling Eyes

Je ne suis pas certaine que tous les psy soient j...., et il ne s,agit plus que de la seule Europe, cela s'étend partout dans le monde.

Pour les viols, comme celui de cette jeune femme, la quasi majorité du temps cela est le fait de quelqu'un de proche et non d'un migrant.

Quand les agressions commencent en si bas âge, faut pas chercher l'agresseur trop loin de la victime

Il va bien falloir que tu te rendes compte de leurs motivations raciales et du tableau plus large des évènements ; j'ai souvent remarqué que tu es "trop gentille", que tu évites le sujet de la race même lorsque ce sont tes ennemis qui l'apportent de manière violente, et que tu cherches l'explication la moins perverse en face de pervers, un peu comme si tu ne les connaissais pas ou ne voulais pas voir ce qu'ils ont dans la tête. Tu ne te rends pas compte de ce que nous avons en face, ce sont des monstres.

Pour le contexte plus précis de ton commentaire d'aujourd'hui, il faut bien que tu te rendes compte que :

1°) La scène se déroule aux Pays-Bas, pays d'Europe.

2°) La victime est probablement une Européenne, et quoiqu'il en soit, cette mesure d'euthanasie introduite aux Pays-Bas, pays d'Europe, est essentiellement destinée aux femmes Européennes.

3°) Les viols de femmes et de filles Européennes quelle que soit leur tranche d'âge n'iront qu'en augmentant à l'avenir, tu as bien vu ce qui se passe depuis un an ou deux (sans parler des "petits amis violents" importés du "Tiers-Monde" depuis des décennies), et tu vois bien que cette tendance est essentiellement due aux envahisseurs que le N.O.M. fait venir, et non aux tontons pédophiles du coin. Tu vois bien les arnaques de la secte au niveau religieux, qui crée la confusion en mélangeant tout et qui agit de façon perverse, donc pourquoi pas ici, pourtant c'est la même chose...

4°) Ce qui se passe n'est que la suite, le répétition et le prolongement de ce qui s'est déjà passé en Europe en 1944-1947, et les chefs qui ont commandité cela sont les mêmes, et les motivations sont les mêmes.

5°) Le N.O.M. mène une guerre tout particulièrement et en premier lieu contre les Européens au sens racial du terme, où qu'ils se trouvent sur la planète ; si tu ne veux pas entendre parler de race c'est qu'ils ont déjà gagné avec leur propagande sur ce point, puisque c'est entre autres sur ce critère qu'ils te font la guerre, même au-delà de la Religion, même si tu étais une athée.

6°) Évidemment que TOUS les psychiatres ne sont pas de leur tribu, mais beaucoup le sont et tu sais bien que c'est l'un de leurs "métiers" de niche et de prédilection, qu'ils s'en servent, et que lorsque tu n'as pas un authentique étoilé en face de toi tu as de toute façon un type qui a appris à penser comme eux.

Je reviens demain sur ces points. Tu es le premier à me dire que je suis trop gentille, c'est charmant de ta part,,,, Very Happy
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Dim 15 Mai 2016, 12:18 pm

gabrielle a écrit:...Tu es le premier à me dire que je suis trop gentille, c'est charmant de ta part ,,,, Very Happy

Et ceux qui vous connaissent depuis des années, ne vous le disent-ils pas ? Very Happy
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31867
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le vrai visage de l'euthanasie.

Message  gabrielle le Lun 16 Mai 2016, 8:45 am

ROBERT. a écrit:
gabrielle a écrit:...Tu es le premier à me dire que je suis trop gentille, c'est charmant de ta part ,,,, Very Happy

Et ceux qui vous connaissent depuis des années, ne vous le disent-ils pas ? Very Happy

Non, Very Happy pas dans ce sens, c'est la première fois qu'on me dit, que je suis "trop gentille" avec les ennemis de Dieu Shocked
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum