Le Québec et l'euthanasie.

Aller en bas

Le Québec et l'euthanasie.

Message  Louis le Lun 09 Nov 2009, 10:23 am

Devoir de réserve

Le mandat du Collège des médecins est de protéger la vie
et la santé des Québécois, et non d’appuyer l’euthanasie.


MARC BEAUCHAMP, chirurgien orthopédiste.

J'ai lu le communiqué de presse sur l'euthanasie publié sur le site du Collège des médecins du Québec (3 novembre). Le Dr Lamontagne y mentionne entre autres que des soins qu'il juge «adéquats» sont prohibés par le Code criminel. Il mentionne aussi qu'il faut un «nouveau cadre législatif».

Bref, le Dr Lamontagne, et le Collège des médecins avec lui, prennent clairement position pour une nouvelle loi permettant l'euthanasie, celle-ci étant définie par lui-même comme «des soins appropriés de fin de vie». Le tout est présenté de façon drôlement confuse et floue cependant, les auteurs du communiqué insistant sur la complexité de la question, laissant entendre (si j'ai bien compris le sens de l'exposé) qu'on est ici au-delà du droit...

Le mandat du collège étant d'abord de protéger la vie et la santé des citoyens québécois, pouvoir qui lui est délégué par le gouvernement, n'est-il pas étrange qu'il appuie aussi ouvertement des actes prohibés par le Code criminel et qui ont pour conséquence d'entraîner la mort de citoyens, souvent affaiblis, citoyens dont il a le mandat de protéger l'intégrité et la vie ?

Face à ce sujet - je rappelle qu'avant d'être question de souffrance il est question de vie et de mort d'une personne-, le Collège avait selon moi, de par son mandat, un devoir de réserve.

On ne peut prendre la vie d'un autre, même avec les sentiments les plus nobles, même avec son consentement.

Les sociétés canadienne et québécoise, n'en déplaise au Collège des médecins, se fondent sur la primauté du droit. Certains droits, dont celui à la vie, sont protégés par des lois. On ne peut prendre la vie d'un autre, même avec les sentiments les plus nobles, même avec son consentement. Et ce point de départ restera toujours approprié, au-delà des modes ou des «évolutions de mentalité », contrairement à ce que pensent les dirigeants du Collège des médecins. Abattre cet interdit, qui a historiquement fait consensus (si on fait exception de l'Allemagne nazie de 1933 à 1945), c'est en quelque sorte nier un pilier culturel que nous avons hérité de nos ancêtres, et qui trouve son origine à la fois dans l'Antiquité (les Hébreux et les Grecs - Hippocrates entre autres), et dans l'élaboration du droit en Occident.

Je laisse à d'autres le soin d'expliquer ou de justifier le pourquoi de cet interdit. Philosophes, juristes, historiens de tout temps ont pu le définir, et le problème de la « souffrance inacceptable » n'est pas apparu au XXIe siècle, il a toujours existé. Avancer que cette position traditionnelle (le mot est détesté par certains esprits modernes, je le sais, mais il s'agit d'une tradition dans le sens de transmission de vérité), est arrivée à sa date d'expiration relève soit d'une certaine ignorance culturelle, soit d'une arrogance intellectuelle baignée de bons sentiments.

En se positionnant pour une nouvelle loi permettant ce que plusieurs appellent «meurtre par compassion », contrairement à leur louable désir d'humanisation des soins, le Collège des médecins du Québec et son président, le Dr Lamontagne, ouvrent plutôt maladroitement la porte à l'effondrement de la grandeur humaine de la médecine d'ici, qui repose sur la défense et l'affirmation de la valeur de chaque individu (même le plus faible, le plus vil ou le plus débilité) jusqu'à sa fin naturelle.


(Tiré de LA PRESSE, 6 novembre 2009, Forum, page A 21)

Une réflexion envoyée à LA PRESSE (sur internet):



Le 7 novembre 2009


Réflexion sur l’article de l’Actualité du 6 novembre dernier dans LA PRESSE, par Marc Beauchamp. m.d. et intitulé : Devoir de réserve.(Page A-21)

Les interdits de l’euthanasie.


Il y a des interdits à respecter et l’interdit de l’homicide en est un.

Lorsque l’on pose un geste qui produit la mort ou si on a l’intention de la mort c’est un homicide. Le malade n’a pas le droit de se servir du M.D. comme un instrument de son suicide. La possibilité d’une transgression légitime de l’interdit ne justifie en rien la légalisation de l’euthanasie avec « toutes les balises ».

Le droit à la vie appartient à Dieu seul qui est le maître de la vie.

« En humanisant les soins par le meurtre par compassion », le Collège des Médecins du Québec, avec son président le Dr. Lamontagne, comme le dit le Dr. Marc Beauchamp, ouvrent maladroitement la porte à l’effondrement de la grandeur humaine de la médecine qui repose sur la défense et l’affirmation de la valeur de chaque individu ( même le plus faible, le plus vil, ou le plus débilité.)

Ce qui devrait faire réfléchir les médecins dans leur inavouable lutte contre la suprématie de Dieu.

signé :

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11971
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Québec et l'euthanasie.

Message  gabrielle le Lun 09 Nov 2009, 11:04 am

Voilà une bonne chose que des médecins québécois sortent de l'ombre dans ce satanique débat...

En fait, le débat est complètement faussé, parce que ceux consultés sont en grande majorité des jeunes médecins pro-euthanasie.

Les médecins un peu plus âgés, ayant gardé en mémoire leur serment de sauver la vie... commencent à réagir, prions Dieu que ces réactions aillent en augmentant.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17857
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Québec et l'euthanasie.

Message  Via Crucis le Lun 09 Nov 2009, 11:29 am

En France il existe une association :

http://www.fautpaspousser.com/je-signe-la-petition/charte-des-droits-des-personnes-en-fin-de-vie/


J'ai posté le lien sur le FC pour savoir si ce groupe est fiable ! Curieusement personne ne m'a répondu !

Par conséquent, est-ce que parmi nos amis à nous, il y en aurait qui sauraient de quoi il retourne ?

Ils vont envoyer une pétition à tous les partis politiques le 17 novembre contre l'euthanasie, mais est-ce une entourloupe pour appuyer le droit à l'euthanasie plutôt qu'à la supprimer ?

Car selon moi il n'est pas question de laisser un malade en phase terminale mourir de faim et de soif lorsque tout traitement est terminé (à la fin de l'acharnement thérapeutique certains retirent les perfusions nourrissantes). Je ne vois pas cela dans leur bulletin.
avatar
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Québec et l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Lun 09 Nov 2009, 1:01 pm

.

C'est vrai qu'ils sont très peu nombreux, à l'instar du Dr. Marc Beauchamp, et même presque zéro les médecins à se prononcer publiquement

contre l'euthanasie et l'avortement ( je suppose qu'il a la même position pour cette dernière). Quant à la deuxième réflexion, elle est

excellente, surtout qu'il y est fait mention de Dieu à deux reprises...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Québec et l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Lun 09 Nov 2009, 1:07 pm

Via Crucis a écrit:(...)Ils vont envoyer une pétition à tous les partis politiques le 17 novembre contre l'euthanasie, mais est-ce une entourloupe pour appuyer le droit à l'euthanasie plutôt qu'à la supprimer ? (...)

Je ne sais pas s'il existe ici une telle pétition contre l'euthanasie ?
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Québec et l'euthanasie.

Message  Louis le Ven 20 Nov 2009, 2:10 pm


Le 18 novembre 2009


L’euthanasie


L’euthanasie nous interpelle tous.

« Le parlement du Canada débattra prochainement du projet de loi C-334 qui vise à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté. »

Le Collège des Médecins du Québec semble en faveur de l’euthanasie, la majorité de la population québécoise lui est favorable.

Mme Céline Tessier, coordonatrice de l’équipe des bénévoles à l’unité des soins palliatifs du Centre hospitalier régional des Trois-Rivières nous donne un texte percutant dans LA PRESSE du 13 novembre 2009 sur le devoir du M.D. vis-à-vis les patients en fin de vie.

« Les M.D. n’ont pas toujours le pouvoir de guérir face à la mort, mais ils en ont le devoir. — L’interdiction légale de tuer est fondamentale. Leur devoir consiste à éradiquer la souffrance ou bien sûr à l’atténuer. »

Une des raisons pour promouvoir l’euthanasie c’est la qualité de vie… qui change avec chaque individu. Pour quelques uns la qualité de vie c’est de faire des croisières, pour d’autres c’est d’aller prendre un repas chez leurs enfants. La qualité de vie, c’est de vivre — On ne peut s’imaginer à quel degré la volonté de vivre dépasse la volonté humaine acquise, elle est innée.

Une autre raison pour prôner l’euthanasie c’est d’éviter l’acharnement thérapeutique —lorsque les traitements curatifs sont inutiles, inefficaces.

L’auteure insiste ensuite sur « la différence très grande entre laisser mourir et faire mourir - Dans le premier cas la mort est causée par l’évolution normale de la maladie. »

Dans l’euthanasie, la mort est le but du geste que l’on pose et de l’intention que l’on a.

« Lorsque la maladie est irréversible, le rôle du médecin est de pallier à la douleur physique par une médication appropriée ». En cela, il sera fidèle à son serment d’Hippocrate : « Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies et je ne provoquerai jamais la mort délibérément. »

Est-ce que ce païen qui n’avait que la loi naturelle pour se guider, avait plus de discernement que le plus savant des médecins ?

Avez-vous remarqué l’ambivalence que nous avons vis-à-vis la mort : on refuse de donner la mort à un criminel, et on la donne si facilement dans les avortements et dans l’euthanasie.

L’auteure loue le travail d’équipe, l’empathie, la compassion, tout en répondant à leur besoins les plus fondamentaux et nécessaires. La présence d’êtres chers auprès du mourant, est réconfortante.

La prière pour donner la force de franchir cette étape qui nous sépare de la vraie vie, là où il n’y aura plus de souffrances ni de mort, mais la béatitude éternelle, la vision de Dieu tel qu’il est — qu’il en soit ainsi pour tous !

Merci à Mme Céline Tessier pour son exposé qui devrait nous éclairer sur la pertinence, l’opportunité de légaliser ou non l’euthanasie.


signé.

(Cette lettre a été envoyée aux gouvernements fédéral (Ottawa), provincial (Quéebc), au Collège des Médecins du Québec et à la revue :'Actualité Médicale)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11971
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Québec et l'euthanasie.

Message  ROBERT. le Ven 20 Nov 2009, 3:10 pm

.

Bravo à l'auteur de cette lettre qui est manifestement contre l'euthanasie ainsi qu'à Mme Céline Tessier... Puissent les lecteurs de cette lettre

comprendre que "la qualité de vie, c'est de vivre" pour le Dieu trois fois Saint...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33803
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum